The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- I started a joke -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: I started a joke   Jeu 19 Oct 2017 - 17:26

2 octobre 2017.
Issaquah Ranch.


Il y a quelques jours, de nouveaux arrivants habitaient les baraquements des employés. Gin n’avait pas fait partie de l’expédition qui les avait ramenés. Depuis leur arrivée au Ranch, Gin et Dean profitaient de la sécurité ambiante des lieux, tant qu’ils pouvaient. Il fallait les comprendre deux ans qu’ils erraient dans les rues, qu’ils n’avaient eu le luxe de se croire en sécurité plus de quelques heures. Ils avaient bien le droit de profiter de l’instant quelques semaines… mois. Ils ne sortaient que lorsqu’on le leur demandait, Gin’ ne cherchait pas vraiment à partir. Elle qui pensait ne jamais pouvoir s’y faire, était celle qui rechignait le plus à quitter cet endroit. Dean était plus volontaire. Cela l’angoissait un peu, mais elle regardait son compagnon suivre les autres dans les expéditions de ravitaillement. Le menaçant quant à son retour. Parce que s’il ne revenait pas, elle irait le chercher elle-même. Mort ou en enfer, elle irait le chercher. Mais Dean revenait toujours, n’est-ce pas ? Il n’était pas non plus de la partie le jour où ils avaient ramené ces nouvelles personnes. Ils les avaient vus arriver ensemble, alors qu’Axel et Carmen décidaient de les éloigner. Ils étaient issus d’un gros campement, qui était tombé il y a peu. Ils étaient sous surveillance, comme Gin et Dean à leur arrivée. Mais étant plus nombreux, les autres semblaient plus nerveux.

La blonde, ne montrant pas plus d’enthousiasme que ça pour les expéditions se vit attribuer la tâche de garder un œil sur les nouveaux arrivés. Autant dire tout de suite qu’elle sautait de joie. S’il y avait bien eu une chose que la jeune fille n’avait pas supporter pendant ce mois de mise en quarantaine, c’était ces regards constants, cette désagréable sensation d’être surveiller pour ses moindres faits et gestes. Personne ne vous condamnait dans ce ranch, mais vous étiez surveillés. Pour éviter la casse, sans doute. Pour se protéger. Dean les comprenait. Mais cela ne voulait pas dire que Gin l’avait bien vécu, et se retrouver dans ce rôle aujourd’hui ne lui plaisait pas le moins du monde. Ils avaient le droit de garder leurs distances, ne pas les déranger, les laisser trouver leurs marques. Mais elle n’avait pas envie de faire la surveillance de loin, comme les autres. Elle pouvait également aller les voir et les rencontrer, aucun d’eux n’avaient la peste après tout. Gin allait prévenir les autres chargés de la surveillance qu’elle préférait la surveillance rapprochée et elle se dirigea vers le quartier des employés, il y en avait une dehors, appuyée contre le mur, avec des tatouages qui lui couvrait presque la totalité du corps. Elle hésita, ils étaient plusieurs après tout. Mais première en vue, première victime (?), Guinevere s’approche de la brune aux allures de garçon manqué les mains dans les poches arrières de son jeans.

« On nous a dit de rester dans l’coin pour avoir un œil sur vous. Je leur ai dit que j’préférais la surveillance rapprochée, ça te dit de visiter ? »

Elle sourit à la brune avec un regard un peu appuyé, elle essaye de se faire bien voir, de pas paraitre aussi hautaine que les autres. Elle se souvient qu’à son arrivée, elle avait l’impression que tout le monde la prenait de haut. C’était normal, Gin voyait le mal partout. Ce qui faisait qu’elle se sentait étrangement plus proche des nouveaux que tous ces gens, installés ici depuis des lustres. Elle tourna la tête vers les trois autres personnes du Ranch, plus loin, qui discutaient entre eux l’air de ne pas y toucher. La blonde en avait eu marre de faire semblant de discuter avec eux pour mieux les surveiller. Si Dean avait été là, ça aurait été différent, mais là. Elle regarde à nouveau la brune, lève les yeux au ciel et soupire. La surveillance était toujours discrète, hein.

« Je m’appelle Gin’, j’suis arrivée en août. Moi aussi j’aurai bien voulu leur foutre mon poing dans la gueule quand ils jouaient à ça. Mais on survit. Vous n’êtes pas obligés de moisir ici, j’t’emmène si tu veux. »

Rien n’obligeait la tatouée à la suivre, mais Gin aura essayé. Essayé d’être sociable et sympathique. Dean avait vraiment une mauvaise influence sur elle.
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Graphiste qui déchire
Motherrr Rrrrussia
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Deux pistolets 9 mm (dont un avec silencieux) ainsi que deux couteaux
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 1910
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: I started a joke   Jeu 19 Oct 2017 - 22:19
Déjà quelques jours de passés au sein du ranch' et l'ambiance générale n'était pas toujours au beau fixe car la méfiance étant encore de mise pour les deux camps, difficile de se détendre dans ses conditions. Ne parlons pas non plus du non port d'arme qui avait ce don de remuer les nerfs de l'encrée qui ne s'était jamais ou presque séparée de sa paire de couteaux et ce depuis le début de l'épidémie. Elle se sentait nue, clairement, ajoutez à cela le fait que chaque surveillant autour d'eux étaient dotés d'une arme et l'équation nous donnais donc une Roza proche à l'angoisse et au mal être. Il fallait qu'elle trouve quelque chose pour se détendre, penser à autre chose ou simplement -le plus dur- réussir à se faire à l'idée et accepter cette fatalité. Pour s'évader un peu, elle avait embarqué son petit carnet à dessin format A5 ainsi qu'un crayon de bois et s'était placée en tailleur devant leur baraquement. Elle guettait les alentours tout en méditant à ce qu'elle pourrait bien crayonner pour s'y évader.

Rien ne lui venait à l'esprit, alors, elle remonta les pages de son carnet pour y re-découvrir ses anciens croquis qu'elle avait déjà oubliés. Une des feuilles, bien plus épaisse que les autres attira son attention. Elle la retourna avec délicatesse pour observer le dit dessin dont le douloureux souvenir lui revint immédiatement en tête. La sensation de déchirement dans sa poitrine qui s'en suivit la bloqua net sur place. Cette esquisse d'un visage féminin maquillée aux traits mexicain du culte du jours des morts, la dia de los muertos datait pourtant du mois de juin, mais pour la russe soudainement poignardée, c'était comme si c'était hier. Eli y avait glissé sa patte avec ses marqueurs en y apposant ses couleurs bien colorés, un travail collectif qu'elle se devait de lui tatouer et qu'elle n'avait malheureusement jamais pu entreprendre.

L'encrée vint appuyer le pouce et l'index sur ses paupières et détourna le regard en silence tout en s'efforçant de repousser le douloureux vide qui soudainement l'animait. Putain de dessin, putain de mexicains, putain de chute, putain de pont, putain de conneries, putain de blonde.. Hein ? Mais c'est qui elle ? Battant les cils, elle vint détailler la silhouette athlétique de la dite putain qui s'approchait à pas décidés vers elle. Refermant alors d'un geste du poignet son calepin, les oreilles bien tendues, elle ne cacha pas sa surprise quant aux mots entendus.

"Ah ?! Heu... Hein ?"

Arquant un sourcil, elle suivit son regard qui se porta alors sur les trois surveillants qui feintaient la discussion tendit qu'elle parlait de leur coller un poing dans la gueule. C'était bien parlé ça ! Et hop, un large sourire pour l'encrée de gagné, elle avait l'air bien, celle là. En plus de ça, elle avait réussi à lui faire oublier le mexicain en un rien de temps, enfin, c'était forcément temporaire, son souvenir reviendra fatalement la hanter.

"Ah ah ouais ! L'ambiance est aussi tendue qu'un strrring, et dans ces cas là, j'ai moi aussi tendance à tirrrer dessus." Jeu de mot pas terrible, tout du Roza. C'était aussi là une façon de lui dire qu'elle acceptait volontiers une balade et qu'elles étaient pour le coup sur la même longueur d'onde. Se hissant ensuite sur ses deux pattes avec lenteur, elle enchaîna aussitôt : "Moi c'est Rroza." Délaissant son carnet au sol, elle cala son crayon entre ses dents pour essayer d'y combler le manque de nicotine et y retrouver le geste de la cigarette. "Emmène moi donc Gin' ! Mais fais attention, j'pourrrais prrendre goût à la surveillance rrraprrrochée." Comme ça, le ton était donné, sa connerie ne l'avait pas encore totalement quitté. "En août... C'est assez rrrécent donc. Comment tu t'es rretrrouvé là ? Tu étais dans un camp toi aussi ? Ou.. plutôt du genrre solitairre ? P'tet ?" Sa curiosité ne l'avait pas perdue non plus et ses mains étaient maintenant bien calées au fond de son jean alors qu'elle suivait sagement cette nouvelle tête.


Remnants, one day...
I'M GONNA HURT YOU
SOMETIMES YOU GOTTA FIGHT THE DEVIL WITH A DEMON.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: I started a joke   Mer 25 Oct 2017 - 20:56
Elle était surprise. La… Russe ? Son accent tranché, et puis son physique aussi. Slave. Tranchée. Magnifique aussi. Ce qui plaisait à Gin’ c’était tous ces tatouages qui parcouraient son corps. La blonde n’avait jamais voulu encrer sa peau. Pas le temps pour ça, perte d’énergie et d’argent inutile. Ca ne l’avait jamais concerné. Par contre sur les autres, elle aimait. Ces personnes avaient toutes un charme plutôt fascinant. La brune était fascinante. Gin sourit quand le visage de l’autre s’éclaira par sa présence. Un sourire de connivence, elle avait un bon sentiment sur cette fille. Elle eut un léger rire à son jeu de mot débile, mais ce qui résonna à son oreille c’était cet accent. Elle aimait beaucoup, il était rare par ici. Dans ses voyages à travers le monde, la blonde avait appris quelques mots en russe, mais elle se les gardait pour plus tard, quand elle serait sûre de parler la bonne langue. Les pays du nord de l’Europe étaient nombreux, les langues et dialectes divers. Elle attendit que l’autre soit prête pour commencer à avancer hors du baraquement des employés. Roza. C’était étrange à quel point son doux prénom ne collait pas avec les allures qu’elle avait. Emmène-moi donc Gin' ! Mais fais attention, j'pourrrais prrendre goût à la surveillance rrraprrrochée. Là, la blonde partit dans un rire plus franc. Elle lui plaisait. Vraiment. Alors elle lui répondit, sur le même ton.

« J’avoue, j’aurai bien aimé avoir ce genre de surveillance en arrivant… ça aurait été bien plus intéressant. »

Elle accompagne ces mots d’un regard et d’un clin d’œil complice. Ca faisait longtemps, qu’elle n’avait plus agi de la sorte avec quelqu’un. Cette légèreté lui avait manqué. Depuis que le monde ne tourne plus rond, tout n’était que méfiance, hypocrisie, survie. Même quand elle avait rencontré Dean, elle n’y avait pas vu un homme fait pour elle, mais bien un moyen de survivre. Le séduire était alors tout un calcul, le garder ; une stratégie de longue haleine. Tomber amoureuse de lui, par contre, ce n’était pas prévu au programme. Cela ne s’avouait toujours pas, même à soi-même. Roza lui plaisait bien, et Gin’ n’était pas ce genre de fille à se fermer aux autres, même en couple. La vérité, Gin’ était en couple pour la première fois et ne connaissait pas les limites. Le couple qu’elle avait, dans sa vie d’avant, était en carton. Pour les médias. Officieusement, la blonde avait toujours été libre. Mais elle voulait qu’on parle d’elle pour ses exploits athlétiques, et non sexuel. D’où le parfait petit ami, parfait pigeon. Elle emmena Roza du côté des écuries, pour éviter une double surveillance, c’était par là qu’elle et Dean s’échappaient, pour se retrouver un peu tous les deux. Passer d’une errance solitaire à un groupe de gens étaient encore difficile pour eux – pour elle, surtout. Elle imaginait que peut-être, Roza n’avait pas envie d’être sous les feux des projecteurs, sous le regard de tous ceux qui s’agitaient au sein du ranch. Puis Gin’ n’avait pas envie d’expliquer à Carmen qu’elle jouait les guides touristiques pour les nouveaux. Carmen l’impressionnait beaucoup. Elle s’apprêtait à questionner la brune pour en savoir plus, mais elle la devança. La blonde sourit.

« C’n’était pas mon idée d’venir ici. C’était l’idée d’mon compagnon. Il a rencontré une meuf d’ici et il y a vu une opportunité de me ‘mettre en sécurité’. »

Tamara. Elle n’aimait toujours pas la brune. Elle savait qu’elle ne faisait rien de mal, Dean non plus. Mais la blonde n’était pas très partageuse, elle avait beaucoup de mal à voir Dean et Tam’ sourire ensemble. C’était l’instinct, le manque de confiance en elle aussi. Elle avait passé sa vie à voler les mecs (les femmes) des autres, pour elle, le reste du monde est pareil. Ils convoitent ce qu’ils ne peuvent avoir… Gin’ apprenait la jalousie, la possessivité, et elle apprenait la confiance, surtout. Cette confiance qu’elle avait pour Dean et qui lui faisait croire, au plus profond d’elle-même que c’était bien elle qu’il voulait. Et personne d’autre.

« On était seuls dehors, moi j’aimais plutôt ça. J’ai jamais été douée pour la vie en groupe, mais faut croire qu’on s’habitue à tout. » L’influence de Dean, encore une fois. « Et vous ? Les rumeurs disent que vous étiez dans un lycée… T’es pas un peu vieille pour faire tes classes ? » Elle aussi pouvait avoir un humour de merde. Elle prit un ton un peu plus sérieux. « On dit aussi que vous étiez plus nombreux que ça au début, il vous est arrivé quoi ? »

Elle ne se voulait pas investigatrice, elle était curieuse. Sa dernière question était posée avec respect. Ils avaient tous perdus des êtres chers depuis que le monde n’était plus. Voyagé en solitaire avait permis à la blonde de limiter la casse, mais si Roza et son groupe venait d’un gros campement, les pertes devaient être lourdes et Gin’ était capable de respecter ça. Sans effronterie. Elles arriveraient bientôt aux écuries. Où Jedi passait son temps à trainer. Cela faisait un moment qu’elle ne s’inquiétait plus d’où trainait le clebs, après tout, il ne lui manquait pas vraiment. Et c’était réciproque.
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Graphiste qui déchire
Motherrr Rrrrussia
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Deux pistolets 9 mm (dont un avec silencieux) ainsi que deux couteaux
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 1910
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: I started a joke   Ven 27 Oct 2017 - 12:24
Même si son jeu de mot était débile, au moins elle put être gratifiée d'un sourire et même d'un léger rire, et ça, c'était une belle première victoire devant l'inconnue qui lui faisait face. Celle-ci était réceptive à son humour, à son caractère et ne semblait aucunement rebutée par sa personne, que demander de plus ? Elle semblait de confiance et l'étonna à répondre positivement à sa seconde bêtise, décidément, pour un premier contact, c'était plutôt un chouette coup du destin. À son clin d’œil complice, elle lui répondit alors pour un fin sourire en coin. Elle voulait jouer ? Elle risquait d'être servie. "M'aha, attention hein, les rroses, ça pique." Ça, c'était pour la petite parenthèse soufflée avec amusement, jouant sans trop de subtilités sur la proximité de la surveillance évoquée.

Attentive et curieuse par les propos de son interlocutrice elle tiqua légèrement face au champ lexical employé, "meuf" ça pouvait bien avoir une connotation négative ou un simple jargon de langage. Cela restait tout de même un drôle de terme pour qualifier une sauveuse venue les sortir de leur tourmente. De quoi confirmer la russe dans son idée, la blonde ne semblait pas bien encline à vivre ici, pourtant, elle restait. Était-ce par amour ? Sans doute, ah, ces hommes... Dans tous les cas, elle en devenait drôlement intéressante.

"Ouais... L'genrre humain est doué pourr s'accoutumer à bien des situations. C'est prroprre à notrre évolution, la surrive, quoi !" Et ce depuis des millénaires, aussi, elle n'était que peu étonnée par les révélations de son interlocutrice. Enregistrant précieusement les informations soufflées, elle dévisagea les écuries et le calme qui y régnait. Il n'y avait pas de surveillants dans ce coin, plutôt un bon plan pour souffler un peu, la petite visite s'en relevait très intéressante.

"Donc ton mec voulait t'mettre en sécurité... c'est mignon tout plein ça." Aaaah l'amour ! Elle en avait à nouveau son petit sourire amusé et lança un regard en coin à la blonde pour voir qu'elle serait sa réaction à sa taquinerie. Elle aimait ça Roza, piquer un peu et tester pour se faire sa propre opinion.

Vint ensuite fatalement son tour d'être interrogée, c'était donnant donnant tout ça finalement. La blonde à la silhouette athlétique n'y allait par ailleurs pas par quatre chemins et ne prenait pas non plus de pincettes. Au moins, il n'y avait pas de faux semblants là dedans, pas plus mal.

"Les rrumeurs sont justes." Concernant le fait de faire ses classes, cela arracha un franc sourire à l'encrée qui rebondit aussitôt : "Héhé, y a pas d'âge pour endosser le rrôle du vilain petit canarrd." Ça frôlait l'évidence, Roza ne rentrait dans aucun moule. "On était une bonne quarrantaine à la base." Elle s'avança naturellement vers une barricade de bois qu'y accouder et prendre une pause qui se voulait détendue. "On s'est mangé une vilaine horrrde dans la gueule, et elle en a bouffé pas mal surr sa rroute." Dont Cheyenne, l'information avait toujours du mal à passer qu'elle en baissa son museau vers le sol dans un profond soupir. "M'puis la semaine d'aprrrès, c'était tout un groupe de pilleurrs qui toquait à la porrte, une trrentaine j'dirrais, bien armés et entrainés pour les assauts de ce genre. On était encerclés." C'était un cauchemar, un putain de cauchemar et une humiliante comme douloureuse rencontre, en parler à une inconnue n'était finalement pas aussi facile qu'elle se l'imaginait, aussi, elle s'efforça de tout sortir d'une traite et ne se coupa pas dans lancée : "Beaucoup des nôtrres sont morrts. La grrrande majorrité, même. De là, on a du fuirrr sous leurr assaut en mode courrse pourrsuite à la Madmax... M'puis nous voilà, trrrois mois aprrès tout ça." Elle chercha une connerie à sortir, ne serait-ce que pour se détendre elle même et se cacher sous le masque de la bêtise comme à son habitude, mais rien ne quitta ses lèvres si ce n'était un nouveau soupir. Sa main encrée glissa à sa nuque qu'elle gratta nerveusement du bout des ongles. "M'enfin, ainsi va la vie, hein, on a le drroit à un nouveau déparrt. On est pas morrrt, c'est l'important, j'imagine." Tout comme elle pouvait encore transporter la mémoire des défunts avec elle, il fallait relativiser et ne pas se laisser sombrer aussi vite, ça donnait une mauvaise image, sans doute.


Remnants, one day...
I'M GONNA HURT YOU
SOMETIMES YOU GOTTA FIGHT THE DEVIL WITH A DEMON.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: I started a joke   Jeu 2 Nov 2017 - 16:34
Elle l’aimait bien, la Roza. Elle était piquante, drôle, en rien coincée comme certaines personnes de ce camp. Elle lui plaisait bien, parce que la brune était différente. Elle voyait en Roza une personne qui pourrait probablement pimenter le quotidien un peu morne de ces dernières semaines. Le ranch était très cadré, très sérieux. Personne n’y faisait jamais de vagues. Pas depuis son arrivée en tous cas. Il arrivait souvent à Gin’ d’avoir cette furieuse envie de foutre un bon coup de pieds dans cette fourmilière. La jeune femme n’était pas habituée à la sédentarité. Ni dans cette vie, ni dans celle d’avant. De voir tout cet attroupement de personnes, persuadées que la survie était dans le groupe, cela l’inquiétait quelque peu. Bien sûr, ils s’entrainaient, ils se préparaient à l’extérieur, ils se préparaient à l’assaut et formaient toute personne capable de tenir une arme quelconque en main. Mais Guinevere n’était pas très tranquille devant ce calme apparent qui régnait en ces lieux. C’était probablement un semblant de sécurité qu’ils affichaient, car Carmen et Axel étaient toujours aux aguets, mais pour la nomade qu’elle était, elle n’était toujours pas convaincue par le fait que de stagner au même endroit et de renforcer les bases était la meilleure approche. C’était beaucoup trop calme au Ranch, autant la tranquillité l’apaisait quelques fois, autant parfois, elle craignait qu’ils ne soient pas prêt à affronter le dehors. Il suffisait de voir l’état dans lequel ces nouvelles personnes étaient arrivées. Ils faisaient partie d’un gros groupe, et ils n’étaient plus qu’une poignée.

« Ouais, évite d’utiliser le terme ‘mignon’… J’crois qu’il en avait juste marre que je le fasse courir les rues pour rien. »

Pas pour rien, pour survivre. Mais elle grimaça au terme ‘mignon’, elle n’aimait vraiment pas ça du tout. Tout comme parler de Dean comme de son mec. Pourtant c’était ça, ils étaient ensemble. C’était ce qu’elle supposait du moins. Elle l’espérait. Mais ça la mettait mal à l’aise. Elle fut ravie d’avoir posé les bonnes questions, d’avoir réussi à détourner l’attention. Une bonne quarantaine. C’était énorme. La barricade de bois sur laquelle Roza s’appuya, Gin y grimpa pour s’y assoir et l’écouter. Elle et Dean étaient plus au Sud quand la horde avait attaqué, elle se trouva heureuse de ne pas avoir croisé leur route. C’était vraiment ce qu’il y avait de pire dans le monde d’aujourd’hui. Jusqu’à ce qu’elle parle du groupe de pilleurs. Guinevere l’écoutait attentivement, gravement. Il y avait des petits groupes qui en pillaient d’autres. Mais pour s’attaquer à un camp entier, il ne fallait pas être quatre ou cinq, il fallait être bien plus nombreux. Ca faisait trois mois.

« Putain de bordel de merde… » C’était sorti comme ça, elle était stupéfaite. « J’suis désolée »

C’est vrai, le plus important, c’était qu’ils étaient encore en vie, quelques-uns. Mais elle n’imaginait pas la perte subie. Elle n’imaginait pas, parce qu’elle n’avait jamais eu autant de personne à perdre. Les êtres les plus chers à son cœur étaient morts il y a bien longtemps, au début de l’épidémie. Elle n’avait plus que Dean, à présent. Les gens du Ranch, elle ne s’était pas encore fait d’amitié notable. Elle ne se battrait pour eux que parce que Dean avait cet esprit d’équipe. Mais encore aujourd’hui, dans la tourmente, la blonde savait qu’il n’y avait que Dean et elle qui comptait. Que s’il fallait choisir, ce serait eux deux, et non le groupe. Alors non, elle n’imaginait pas la perte que Roza subissait, avec les siens. Mais elle pouvait compatir. La blonde laissa la tatouée quelques secondes dans le silence alors qu’elle tourna la tête vers l’écurie. Elle plaça deux doigts en bouche et siffla, essayant d’imiter les intonations qu’utilisaient Dean pour appeler Jedi. Gin se retourna vers Roza.

« On n’était pas tous seuls sur les routes, au fait. T’aimes bien les chiens ? »

A ce moment précis, une silhouette canine émergea de l’écurie, hésitant. Ce con de chien savait qu’il ne s’agissait pas de Dean. Mais il avait voulu vérifier, au cas où. Gin claqua la langue, l’invitant à venir les rejoindre. Jedi aboya, contre elle. La blonde siffla, comme un chat en colère.

« C’est l’chien de mon compagnon, le nôtre, techniquement. On n’s’aime pas beaucoup. »

Ils se chamaillaient surtout comme des gosses, à tout bout de champ. Cependant, quand l’animal avisa la tatouée, plus accueillante que sa maitresse, Jedi bondit sur ses pattes, faisant l’effort de venir dire bonjour. Il contourna la barrière pour venir sauter sur la brune, devenant presque plus grand qu’elle.

« Roza, j’te présente Jedi. »
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Graphiste qui déchire
Motherrr Rrrrussia
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Deux pistolets 9 mm (dont un avec silencieux) ainsi que deux couteaux
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 1910
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: I started a joke   Dim 5 Nov 2017 - 14:15
Comme elle s'y attendait, sa petite pique avait eut son effet, la blonde ne semblait pas apprécier tout ce qui s'approchait du champ lexical de mignon pour définir leur relation. Un fait amusant qui déplaça son sourire en coin de lèvres alors qu'elle opinait docilement pour valider la demande. Il n'y aura donc plus de choupineries à l'horizon et c'était très bien ainsi. D'un point de vue extérieur, il était difficile de réussir à mettre un mot sur l'union de ces deux là, la façon détachée que la blonde usait pour en parler la laissait perplexe. De là à creuser pour en savoir davantage cela lui semblait encore un peu trop précipité, aussi, elle préféra s'abandonner dans l'explication de leurs péripéties pendant que la blonde prenait ses aises sur la barricade.

Pas de quoi laisser de marbre sa surveillante qui s'en retrouva finalement abasourdie par son histoire. Roza pensait pourtant que leur passé n'était autre que les aléas classiques de ce nouveau monde, visiblement non, ils avaient atteint un stade au dessus de la normale. Sans doute pour cela que la blonde affirma être désolée par ce qu'elle venait d'entendre. Aucunement rebutée par son franc parlé, bien au contraire, l'encrée se sentit un peu bête en ne sachant pas vraiment quoi lui répondre, comme ça, à chaud.

"M'ah, merrrci." Elle aurait aimé lui dire qu'il n'y avait pas à s'en faire, que ce n'était rien, mais cela reviendrait à mentir à l'une des rares personnes qui prenait la peine de la connaitre et de lui offrir une approche des plus originale. "Au moins, tout ça a eu le mérrrite d'êtrre forrmateurr. On est en sécurrité nul parrt, alorrs autant prrofiter de la vie, tant qu'on le peut encorrre."

Difficile de rebondir maintenant, les mots peinaient à s'ordonner dans sa petite caboche comme se frayer un chemin jusqu'à ses lèvres. Heureusement que la désolée contourna le sujet en revenant à son histoire, à en piquer la curiosité de la tatouée. Ils n'étaient pas seuls ? Qui donc pouvait bien les accompagner ? Un enfant ? Un poney ? Un chat ? Un chien ? Ah oui, un chien ! Et comment qu'elle aimait ça, il y en avait même un d'encré définitivement sur le dessus de sa main gauche, c'est pour dire.

"Oh my god." Souffla t-elle en voyant le magnifique beauceron s'avancer vers elles. Une nouvelle victime de tendresse et d'amusement qui pointait le bout de sa truffe, de quoi lui arracher un énorme sourire. Au lycée, le chien d'Alex comme ceux de Thalia subissaient souvent ce sort quand l'encrée croisait leur chemin. "Il est magnifique ce con ! Ton homme a bon goût !" Le dit animal s'empressa de contourner la barrière pour rejoindre la tatouée qui ouvrait déjà les bras pour le réceptionner.

Enfonçant ses talons bien au sol, elle évita ainsi la chute et le gratifia de milles et une papouilles sans se défaire de son large sourire. "Jedi ?! C'est un sacrrré nom ! C'est un clin d'oeil à Starrr Warrs ?" Ce qu'elle aimait cette série de films, une grande fan même qui pourrait tuer ne serait-ce que pour retrouver les scripts des prochains épisodes qu'elle ne verra jamais à l'écran. "Comment que tu peux ne pas l'aimer !? Il est charrmant comme tout !" Dit-elle en gratifiant le flanc de l'animal de quelques tapes amicales avant de lui offrir une franche étreinte et le laisser retomber de ses quatre pattes au sol. "Il m'a l'airrr en grrande forrme ! Vous l'avez depuis longtemps ?" Aussi une façon détournée d'en apprendre plus sur leur couple, un sujet qui attisait grandement la curiosité de la tatouée, allez savoir pourquoi.


Remnants, one day...
I'M GONNA HURT YOU
SOMETIMES YOU GOTTA FIGHT THE DEVIL WITH A DEMON.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: I started a joke   Dim 19 Nov 2017 - 17:22
Entre Jedi et elle, ce n’était que des chamailleries de gosses. Si on lui avait dit, il y a quelques années qu’elle pourrait se disputer avec un chien, elle vous aurait regardé de haut, vous crachant quelques mots empoisonnés à la figure. Elle n’avait jamais aimé les chiens, c’était un fait. Mais elle était forcée d’admettre que cette bête-là était différente des autres, un lien existait entre elle et lui, et une certaine intelligence émanait de ses grands yeux noirs. Elle ne pourrait prétendre le contraire. Ce qui existait entre elle et cet animal, c’n’était pas vraiment compréhensible, ils étaient de vrais gosses tous les deux. Ça amusait beaucoup Dean d’ailleurs. Quand elle vit le molosse s’approcher de bon cœur de la tatouée, elle eut un pincement de jalousie. Jedi ne faisait ça avec elle que pour lui faire peur et la foutre à terre. Mais qu’y pouvait-elle ? Elle n’était pas encore prête à faire des efforts pour aimer cet animal. En réalité, elle l’aimait déjà, mais ne lui montrait pas. Seulement, Jedi n’était pas Dean, il ne lisait pas entre les lignes et ne faisait pas non plus d’efforts pour lui plaire. Tout une psychologie pour ces deux-là.

« C’est moi qui l’ait trouvé en fait… Ou plutôt, c’est lui qui m’a trouvé. » C’était la vérité, en soi, c’était le chien qui l’avait coursé et mené jusqu’à Dean.

Guinevere restait bien posée sur la barricade, ne cherchant pas à attirer l’attention du chien, il était encore capable de sauter vers elle pour la faire tomber en arrière. Quel manque de confiance ! Elle entendait déjà Dean soupirer dans sa tête. Ouais, comment pouvait-elle ne pas l’aimer ? C’est la question en effet.

« Il s’appelle Jedi à cause de moi, pourtant j’te jure, je n’voulais pas qu’on l’emmène. » Elle eut un léger rire, bien contente de ne pas être le centre de l’attention du clebs. « C’est lui qui m’a mené à Dean en fait, ce con de chien m’a coursé en ville, et a attiré à nous une petite famille de monstres et j’étais coincée sur une benne à ordure à cause de ce clebs. » Le chien lui jeta un coup d’œil, aboya contre elle, Gin lui tira la langue. « J’n’aime pas les chiens. Mais sans lui, j’n’aurai pas rencontré Dean, il était dans l’immeuble contre la benne à ordure et il m’a hissé en sécurité pour que j’n’me fasse pas bouffer par les cadavres. Le lendemain, le chien a réapparu… Le retour du Jedi. Et c’est resté. » Elle fit les yeux ronds au chien, mécontente. Elle l’aimait bien dans l’fond, mais vraiment, vraiment tout au profond d’elle-même. « Depuis il nous quitte plus, fin il ne quitte plus Dean. J’n’peux rien obtenir de lui. »

Ça la faisait rager, à nouveau elle était jalouse. Mais c’était le chien de Dean, comme elle n’avait jamais fait d’efforts pour lui, elle ne pouvait pas s’attendre à une quelconque écoute. Puis c’était comme ça qu’ils fonctionnaient tous les deux. Elle en revint à Roza, la détaillant à la dérobée alors que son attention était encore centrée sur Jedi. Elle était belle Roza, elle était intéressante. Et tous ces tatouages, ça intriguait assez Guinevere pour qu’elle ait à l’esprit l’envie de découvrir chacun de ces traits, chacun de ses secrets. Mais elle ne pouvait pas, n’est-ce pas ? C’est comme ça que ça fonctionne quand on est en couple, on ne fantasme pas sur le corps d’une femme qui nous intrigue. On ne franchit pas le pas. Pourtant, ça l’intriguait.

« Et toi, t’avais un animal au lycée ? J’n’vais pas te demander si t’aimes les chiens, c’est évident. » Elle a un petit sourire. Elle avait d’autres questions, d’autres interrogations. « C’est pas trop dur de débarquer ici ? C’n’est pas très chaleureux pour le moment, mais y’a quelques personnes intéressantes. »
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: I started a joke   
Revenir en haut Aller en bas  
- I started a joke -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» kim hojoo + i started a joke
» haiti: an international joke getting more and more so!!!
» Stu une criss de joke ???????
» It started out with a kiss, how did it end up like this ? It was only a kiss... [Duc(hesse) :} ]
» Tit joke plate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: