Partagez | 
 

 If Anybody Ever Asks Us Let's Say That We Met In Jail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
avatar
Date d'inscription : 15/02/2017
Messages : 1356
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: If Anybody Ever Asks Us Let's Say That We Met In Jail   Mar 24 Oct 2017 - 21:18

Aucun rêve là dedans, elles parlaient bien tatouage, un sujet loin d'être anodin malgré l'aspect classique que prenait leur conversation. C'était bien dans ce milieu là qu'elles s'étaient rencontrées, tout avait commencé avec une discussion au salon, puis une séance piqûre sur du bon son et de nombreuses beuveries à la suite. Alors en parler, maintenant, dans leur première demie-heure de retrouvailles, ça se tenait et ça faisait du bien.

"Ah ouais ? Ça dérrangerra pas tes leaders ? Ils pourrraient bien penser que c'est des futilités que de vouloirr se faire un petit coin tatouage dans leurr rranch. M'ont l'air assez drroit et pincés dans leurr genrre.. enfin j'en sais rien.. c'est qu'un rressenti."

Ce qui n'avait pas été le cas au lycée, avec Jaden leur ancien chef qui arborait lui même plusieurs tatouages, la chose avait vite été validé. Ce dernier l'avait même aidé à monter sa machine pour y puiser de l'électricité à partir d'une batterie de voiture, elle n'avait pas appris grand chose de lui mais cette bénédiction, elle se voyait bien la refaire.

Tamara enchaîna sur ses rencontres, elle aussi sans grand étonnement avait également eut sa dose de connards à supporter. La russe lui souhaitait silencieusement de ne pas avoir croisé la route des monstruosités qu'elle avait elle même pu croiser. Sans en dire davantage sur le sujet, elle opina alors doucement pour lui répondre sur la suite évoquée, après les connards, c'était le tour des relous.

"Quelques uns oui... Aprrès ça va, ils étaient supporrtables. T'en fais pas, je t'ai rramené des forrts carractèrres, mais pas des casses couilles, ça devrrait aller, j'espèrre." Un petit doute quand même, enfin bon, qui vivra, verra. "Et comment que j'ai confiance en toi." Enchaîna t-elle en décollant sa joue de la poitrine de son amie -qui n'en restait pas moins sacrément confortable- pour la regarder dans le blanc des yeux. "Dis donc ! Va pas douter d'un trruc parreil ou je te viole." Oui oui, c'était une menace sérieuse ! Non pas dans les faits mais bien dans la véracité de la chose. Elle aurait aimé le lui souligner avec plus d'entrain encore mais la fatigue la dominant, elle manquait cruellement de pep's mais l'idée était bien là. Aussi, elle s'en retourna à son douillet squatt' une fois le message passé, soutenir sa caboche était devenu un acte trop difficile à force que les minutes s'écoulaient. De là, elle en étira de nouveau son sourire tout en écoutant la suite.

"C'est une putain de bonne nouvelle même, les vivants sont bien plus à craindrre que les morrts. Faut que ça durre."

Pas d'ennemis en vue et possiblement un bon nombre de tâches à venir pour leur groupe, parfait tout ça, une bonne épine du pied d'enlevé. Celle-ci rebondit ensuite sur sa voix et le plaisir que cela lui procurait que de l'entendre. Pas de quoi laisser l'encrée de marbre qui rougissait derrière un franc et timide rire, savoir que ce bonheur pouvait être réciproque était réel un don du ciel qui termina d'illuminer sa soirée. Bon courage pour séparer ces deux là maintenant.

"Crrrois le ou non, mais ça fait plaisirrr de l'entendrrre ! Contente de te rrretrrrouver et rrreprendrre ma place dans ta vida loca !" Un petit clin d'oeil tatouage au passage. Elle avait pour le coup bien exagéré sur ses roulements de "r", comme lorsqu'elle parlait avec monsieur et madame tout le monde. Bien peu savaient qu'elle s'amusait à moduler son accent en fonction de ses interlocuteurs : Mark, London, Clive, Alex, Calypso et la boucle était bouclée, ah, non, il y avait Eli, aussi. Détendue, la fatigue la regagna à nouveau malgré ce nouvel élan dans lequel elle était lancée, aussi, un frisson s'échappa et ne fut pas louper par son tendre oreiller improvisé.

"Dans le pirre des cas ? Tu déconnes, je t'ais, j'te lâche plus..." Souligna t-elle dans une fausse mine bougonne tout en puisant dans ses dernières forces pour se redresser lentement et s'appuyer contre l'oreiller maintenant devenu béquille. Elle était morte, clairement, pas de quoi lui faire fermer sa gueule tout de suite mais effectuer ses derniers pas vers son salut : vers un lit, s'en relevait être une tâche difficile à ce stade de la journée après ces longues semaines passées en enfer. Sans parler des émotions, Tam était bien mignonne mais à la détendre ainsi, la russe était devenue aussi molle qu'un marshmallow.

La porte du baraquement passée, Roza remarqua bien vite que Mark avait pris les devants et lui avait déjà installée son petit coin lit proche d'une fenêtre. Une habitude qu'elle avait prise depuis qu'ils étaient sur les routes, elle ne dormait que peu et aimait passer le plus clair de son temps à observer les rues pour se rassurer et aussi les étoiles pour s'y évader un peu. Un mélange de parano et un besoin de réconfort qui se trouvait très bien au bord d'une fenêtre, proche de l'entrée, toujours. Elle désigna alors du menton le coin à son amie, là où était posé son duvet et son sac à dos gratifié par l'inscription "SWAG" sur la grosse poche avant, même pas honte, il était trop bien ce sac et regorgeait de merveille. Les autres, quant à eux, semblaient s'être éparpillés un peu partout dans cette nouvelle planque, lui laissant alors un minimum d'intimité. En même temps, étrangement, personne ne se battait pour dormir dans ce genre de zone en règle générale.

"Tu rrrestes un peu ? Hein ? Ou y a un charrmant garrçon qui t'attend au chaud dans tes drraps p'tet ?" Tamara avait bien parlé de l'adoption d'une fille mais quand était-il des à côtés ? Roza ne semblait pas vouloir se faire des ennemis en retenant son amie, aussi belle soit-elle.


Remnants, one day...
I'M GONNA HURT YOU
SOMETIMES YOU GOTTA FIGHT THE DEVIL WITH A DEMON.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: If Anybody Ever Asks Us Let's Say That We Met In Jail   Mer 25 Oct 2017 - 12:10

Un sourire se dessinait sur mon visage alors que Roza était en train de dire que les chefs du groupe trouveraient sa stupide, il pouvait bien le faire, je n’en aurais rien à faire. Ce n’était pas ce qui m’empêcherait de trouver un moyen de rendre sa réalisable. Même si elle n’avait pas un coin à elle, elle pourrait toujours installer ça dans sa chambre. Il faudrait trouver quelqu’un capable de lui construire sa machine, mais dans le tas de personnes ici, il y aurait bien quelqu’un capable de bidouiller l’électricité. C’est avec toute la sincérité du monde que je tournais mon regard vers elle avant d’ajouter simplement.

- J’ai envie de te répondre que je les emmerde, mais ça risque d’être un peu trop extrême comme réponse non ?

Un léger rire s’échappa alors de mes lèvres, c’était stupide comme réponse, mais ça n’avait rien de vraiment étonnant. J’avais toujours été comme ça, punk dans l’âme "fuck the system" et tout le reste. Je me rappelais avec émotion d’un certain album punk qui était un appel au vol. Enfin, tout ça n’avait plus d’importance. J’écoutais ce qu’elle me disait sur ses mauvaises rencontres et en soi ce n’était pas vraiment rassurant, mais pour le moment nous étions en sécurité alors c’était sans doute le plus important aujourd’hui. Je regardais Roza se décoller de moi presque à contrecœur. Elle était bien collée à moi au final. Par contre, j’avoue que je ne m’étais pas attendu à une menace de viol, du moins pas maintenant et pas aussi vite. C’est avec une voix complice que j’ajoutais avec autant de sérieux qu’elle.

- Tu ne pourras jamais me violer Darling, ça impliquait que je ne sois pas consentante. Après si ça peut te faire plaisir, je peux faire semblant de ne pas vouloir.

Est-ce que c’était une proposition douteuse ? Sans doute, mais j’assumais. Si les choses devaient devenir plus physiques entre nous et bien ce serait marrant, du moins, moi j’approuverais en tout cas, je n’allais pas faire la meuf qui ne veut pas alors que d’une certaine façon c’était exactement ce que je cherchais. J’accompagnais la brune à l’intérieur jusqu’à ce qu’elle rejoigne un lit. J’espérais que les miens n’allaient pas me prendre la tête sous prétexte que je me rapprochais avec l’ennemie, mais c’était une amie et je savais que je pouvais lui faire confiance. Du moins, je n’espérais ne pas me tromper parce qu’il y avait moyen que je le paye de ma vie. Tout doute s’est dissipé aussi vite qu’il est arrivé, il faut dire aussi que cette remarque concernant un de mes tatouages préférés était toute simplement bien placée. Oui, on était dans la vie l’une de l’autre et il était tout simplement impossible que les choses changent à partir de maintenant. Des amis on en avait toutes les deux perdu, mais on était ensemble à présent et ça devrait suffire.

- Je n’ai personne qui m’attend, je suis sensé vous "surveillez" rappelle-toi. Mais si ta question était posée dans le but de savoir si j’ai quelqu’un dans ma vie, je serais bien incapable de répondre. Oui et non, rien de sérieux en tout cas.

C’était étrange, une fois de plus. Je n’aimais pas parler de ma relation avec Melvin, elle était de toute façon bien trop compliquée pour le commun des mortels, moi y compris. Donc dans la mesure du possible, je préférais éviter la question. Pour le coup, il n’y avait rien entre nous qui m’empêchait de profiter de la présence de Roza et si ça avait été le cas, j’aurais sans doute choisi de tous laisser tomber. Je réalisais que la réponse que j’avais donnée était bien trop vague pour être parfaitement interprété. Je choisis donc de m’installer contre elle après avoir retiré ma veste pour la remplacer par une couverture avant de conclure ma pensée en beauté.

- Rien qui m’empêche de rester contre toi jusqu’à ce que tu t’endormes en tout cas.

En même temps, je n’aurais de toute façon pas apprécié que ce soit le cas. S’il y avait une chose qui avait plus d’importance que le reste pour moi c’était bien ma liberté. J’avais du mal a supporté la jalousie, du moins poussée à l’extrême, celle qui m’empêchait de vivre. Je ne voulais pas me contenter d’exister, non je ne pouvais pas, je devais aller plus loin, je devais être moi et pour ça, je devais être libre. La liberté, c’est important et je savais que Plutarch le savait aussi c’était sans doute pour ça que tout allait bien dans cette relation qu’on menait, une nuit ensemble l’autre non, on s’arrangeait au gré de nos envies et c’était bien. Il n’y aurait pas de je t’aime, il n’y aurait pas non plus de prise de tête, juste des retrouvailles enflammées sur l’oreiller.
Revenir en haut Aller en bas
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
avatar
Date d'inscription : 15/02/2017
Messages : 1356
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: If Anybody Ever Asks Us Let's Say That We Met In Jail   Jeu 26 Oct 2017 - 21:14

Quelle insolence ! Ce que ça faisait du bien d'entendre à nouveau un caractère aussi trempé que le sien s'exprimer ainsi. De là à le juger trop extrême, ce n'était pas du tout dans les cordes de l'encrée qui avait là l'impression de retrouver son Eli ou presque, ce dernier ne ce serait pas posé la question de la justesse ou non de ses propos, ce serait sorti comme ça et sans plus. D'un franc sourire, elle lui montra donc toutes ses dents - qui par chance et entretien en restaient plutôt bien conservées - tout en secouant la tête dans le sens de la négation en retenant un rire.  

"Nan nan aucun extrême là dedans, faut savoirr dire ce qu'on a surr le cœurr."

Que cela soit vulgaire ou non, ainsi était la russe, elle ne gardait que rarement sa langue dans sa poche, quitte à blesser ou déranger, qu'importe, on a plus le temps pour ses conneries, on a qu'une vie. Enfin, c'était vite dit, elle faisait la leçon de parler ressenti alors qu'elle n'était pas fichu de lui compter ses peines pourtant bien réelles et douloureuses. Cela viendra sans doute avec le temps, pour le moment son esprit ne voulait en rien gâcher ces retrouvailles malgré l'aspect libérateur que cela pourrait avoir. Enfin, elle se livrera, plus tard, à l'occasion, avec un coup dans le nez, peut-être ?

Tamara n'en loupait pas une, elle ne lui laissa aucune chance de perdre son sourire et sa réponse sur la menace évoquée lui arracha un rire cette fois. Ce que ça faisait du bien de voir l'humour encore vivant, qui par sa simple présence avait ce don de lui faire oublier le sérieux qu'était devenu leur vie, avec ça, la russe était pour sûr requinquée pour bien des semaines.

"Tu es con... "
De là, elle réussit enfin à maîtriser son rire et se glissa sur son lit bas de gamme avec l'aide de sa tatouée, en mode loque qu'elle était. Dormir avec une femme, ou avec quelqu'un tout simplement ce n'était pas dans ses habitudes. En général, elle se faufilait toujours après ses ébats, c'était la règle numéro deux pour ne pas s'attacher, une limite à ne jamais franchir, sachant que la numéro 1 était tout aussi simple : jamais dans son lit, bien évidement. La garagiste cependant transigeait de temps en temps aux règles, enfin, c'était un autre temps et qui plus était de courte durée.
Aussi, elle eut un moment de doute, très court, juste le temps de réaliser l'évidence : c'était Tamara, on ne parlait pas là d'une simple conquête. Du coup, elle prit ses aises, allègrement et s'étala littéralement sur la pauvre élue. Sa mine sale et fatiguée trouva sa place contre son épaule, presque étalée à la naissance de sa poitrine et son bras s'allongea contre son ventre. Positionnée à l'opposé de son cœur, elle pouvait tout de même en entendre ces battements et soupira un râle de bien être. Elle était posée, bien posée !

La première partie de sa réponse n'était pas indispensable pour la tatoueuse, elle se contentait de l'instant présent et n'en fut pas moins rassurée par ces propos. Tamara n'avait pas changé, ou tout du moins, pas à ce point et ça, c'était rassurant.

"M'cool, d'toute, si y en a qu'ose t’enchaîner, j'irai leurrr péter quelqu'gauches."
Souligna t-elle avec humour en commençant à mâcher ses mots, victime du bien être dans lequel elle nageait. Puis, taper c'était chouette aussi, parfois ! Rien que la scène combat de rue avec Elena à leur toute première rencontre en était la preuve vivante. "Dis... z'avez d'la vodka ?" Ce serait bien qu'elle puisse lui répondre à l'affirmative, son hydromel lui manquait tellement que de savoir qu'il puisse en avoir ici l'aiderait sans nul doute à passer une bonne nuit. Il n'y avait que du whisky qu'elle avait pu ramener jusqu'ici, les fouilles pour l'alcool n'était malheureusement pas la priorité des nomades qu'ils étaient devenus. "Et des arrmes à feu ? Des tourrs de garrdes ? Des douches ? Oh.. des masseuses ? Des infirmières ? Des pioles ?" Bien poussée par son moral elle commençait néanmoins à lutter pour ne pas s'endormir, elle ne le voulait tout simplement pas, pas encore, pas maintenant.


Remnants, one day...
I'M GONNA HURT YOU
SOMETIMES YOU GOTTA FIGHT THE DEVIL WITH A DEMON.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: If Anybody Ever Asks Us Let's Say That We Met In Jail   Dim 29 Oct 2017 - 10:34

On était définitivement sur la même longueur d’onde, ce n’était pas un truc vraiment nouveau, mais ça faisait toujours plaisir de s’en rendre compte un peu plus. On allait tellement être chiante pour les autres. Une Tam ne suffisait déjà pas au groupe, maintenant, ils allaient devoir en supporter deux. Pour le coup, cette idée me plaisait sans doute beaucoup trop, mais ça on allait bien s’amuser c’était une certitude.

- Je serais aussi en train de leur péter la gueule, tu le sais…

Voilà que je nous imaginais déjà en train de fracasser des gueules, je ne savais pas trop à qui ni pourquoi, mais c’était marrant. Je suis certaine qu’on aurait fait une super équipe ensemble. On aurait été capable de soulever des montagnes et de défoncer la gueule à des gens. Je savais qu’Abel avait défoncé des mobs à mains nues de son vivant si ce n’était pas une putain de folie, je ne savais vraiment pas ce que ça pouvait être. Sa question suivante me fit à nouveau rire, je devais bien admettre que je ne m’y étais qu’à moitié attendu. Avoir ou non de l’alcool ce n’était pas vraiment un truc qui était important. Je veux dire, ça se trouve peut-être moins facilement que des problèmes, mais quand même.

- Je crois bien, mais au pire on t’en trouvera…

Je lui fis un sourire qu’elle ne pouvait pas vraiment voir puisqu’elle était collée à moi les yeux mi clôt. Je passais un bras derrière son dos. Je n’avais plus vraiment l’habitude de dormir seul étant donné que j’étais soit dans lit de Plutch soit avec Victoria dans le mien, mais être dans le même qu’elle avait quelques choses de différent. C’était plus calme, plus émouvant, j’avais beau me dire que c’était parce que c’était une femme, je me disais aussi que ça venait du fait que c’était une ombre de mon passé et que ça me rendait toute chose. Je la regardais comme une mère couve son enfant, j’avais toujours était possessive à ma façon avec les gens et ça n’avait pas changé, c’était même bien pire qu’avant, même si je faisais tout mon possible pour que ça ne se voie pas.

- Des masseuses pas vraiment, mais si y a que ça pour te faire plaisir, je veux bien m’en occuper, mais genre juste parce que c’est toi.

Des massages, rien que ça… Mais il était certain que j’y prendrais un plaisir certain, j’aimais bien être au petit soin avec les autres, le seul problème, c’est qu’avec une femme comme elle, je risquais d’avoir envie de plus, mais en soit est-ce que c’était vraiment un souci ? On verrait si l’occasion se présentait. En tout cas, j’étais certaine que j’allais passer pas mal de temps avec elle et que nous pourrions apprendre à nouveau à nous apprivoiser. C’était un avenir un peu plus radieux qu’il s’offrait à moi dans le futur et j’en étais vraiment heureuse.

- Pour le reste, on a pas mal des trucs que tu as dit. T’en fais pas pour tout ça sérieusement, tu finiras par l’apprendre au bon moment j’ai envie de te dire. Laisse les choses venir et ne te prend pas la tête avec tout ça, le plus important c’est que tu es en sécurité et que tu peux t’endormir paisiblement.

Ma main frotter son dos alors que je me calais un peu mieux dans son lit de fortune. Si je m’endormais ici aussi ce n’était pas si grave que ça après tout, je n’étais pas à l’autre bout du monde et le fait que je sois toujours en vie le lendemain en me réveillant pourrait sans doute diminuer la méfiance de certain. Sans vraiment savoir pourquoi, j’avais commencé à chantonner une chanson à voix basse pour bercer Roza.
Revenir en haut Aller en bas
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
avatar
Date d'inscription : 15/02/2017
Messages : 1356
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: If Anybody Ever Asks Us Let's Say That We Met In Jail   Mer 1 Nov 2017 - 15:09

Il y avait possiblement de la vodka, lui assurer qu'elles en trouveront suffirent à l'amener au paradis et à la détendre en conséquence. Aussi, elle ne s'emballa pas quand la tatouée ne lui répondit pas immédiatement sur toutes ses interrogations du moment, chaque chose en son temps.

La russe se permise tout de même de rétorquer un franc "Grrraouu !" pour rebondir sur sujet des massages et ça avait bien le mérite d'en dire long : elle ne dirait pas non à ce genre d'expérience. De quoi la faire sourire bêtement et resserrer son étreinte contre son amie en rabattant enfin ses paupières, toute comblée qu'elle était. "Tentant !" Et son état d'épuisement l'empêcha de développer ou de rebondir sur une autre connerie.

Heureusement que Cheyenne n'était plus de ce monde, avec une scène aussi émouvante et intime, la pauvre Tam se serait faite ratiner la tronche à coup de clé à molette et même sort pour la boxeuse. Cette pensée lui traversa tout juste l'esprit pour s'envoler aussi vite qu'elle était venue, il fallait bien avancer et profiter de cette soudaine liberté. De quoi raviver dans son petit esprit de quelques coquines pensées, le présent avait vraiment bon goût, là, tout de suite, maintenant. Plus jamais elle ne ferait marche arrière maintenant qu'elle était là, il ne restait plus qu'à s'intégrer.

"Moui... m'chaque chose en son temps.. t'as raison..."

Elle ne tenait plus et la chansonnette poussée par la jolie brésilienne vint achever toutes ses réflexions, son cerveau entama bien vite la route vers son extinction temporaire. Elle trouva tout juste la force de pousser quelques derniers mots :

"M'ci, d'être là."

C'était franc et il n'y avait plus aucun jeu d'accent à l'horizon. Après autant d'années passées sur le sol américain, le naturel fatalement acquis revenait au galop quand la fatigue atteignait un stade aussi poussé. Il ne fallut alors pas longtemps pour que la bercée s'endorme pour de bon dans ce nouveau milieu. Sans rues à surveiller et ainsi accompagnée d'une Tam devenue oreiller et berceuse. Ce repos lui sera des plus salvateur, même s'il ne lui restait que peu d'heures pour profiter de la nuit avant que le soleil ne brille à nouveau. Dormir dans ces conditions restait un luxe qu'elle n'avait pas approché depuis de nombreux mois.

Vivement demain, quand Mark devra la secouer pour la réveiller.

--- Fin ---


Remnants, one day...
I'M GONNA HURT YOU
SOMETIMES YOU GOTTA FIGHT THE DEVIL WITH A DEMON.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: If Anybody Ever Asks Us Let's Say That We Met In Jail   

Revenir en haut Aller en bas
 
If Anybody Ever Asks Us Let's Say That We Met In Jail
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Even the genius asks questions. (feat Anouchka Berlinski❤)
» The Heart Asks Pleasure First [PV: Byakuya & Emiko]
» Chô Mei ► Ask
» Un second mandat de 3 ans pour Mario Andresol
» LUCAS a menti au sujet de fevry.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: