Partagez | 
 

 Know your enemies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Axel J. Kennedy
Leader | Issaquah Ranch
Administratrice
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1156
Age IRL : 25
MessageSujet: Know your enemies   Mer 18 Oct 2017 - 12:05


    Cela faisait trois bonnes semaines maintenant qu'un nouveau petit groupe d'inconnus avait rejoint le ranch. Encore du monde en plus, trop de monde. Ça commençait sérieusement à faire beaucoup et autant dire que plus il y en avait et plus ma nervosité était à fleur de peau. À croire que Carmen se transformait en une sorte de mère Teresa qui accueillait tout le monde chez elle. Certes, il y avait cet couplet bidon qui disait qu'il fallait se soutenir entre vivants pour parer aux morts et pouvoir espérer des jours meilleurs. Mais ces mots étaient devenus bien trop abusifs maintenant que nous n'étions plus huit mais une trentaine. Un peu plus et tous les survivants du monde entier allaient se retrouver chez nous. Ça me pesait, c'était une évidence, d'autant plus avec la grossesse de Shawna ; comme faire confiance aussi vite à des inconnus et les laisser évoluer autour d'elle et de notre enfant qui n'allait pas tarder à naître ? C'était tout simplement impossible. Mais comme toujours, mieux valait que je prenne sur moi. Tout quitter pour récupérer ma petite solitude et l'apaisement que me conférait cette situation n'était pas envisageable, pas avec Shawna enceinte et, malgré tout, il m'était juste inconcevable de laisser ceux qui comptaient derrière moi. Mais la situation me pesait, c'était un fait que je ne pouvais nier et qui devait franchement se ressentir par moment.

    Si j'avais pris la peine d'apprendre à connaître certains membres du gros groupe qui nous avait rejoint plusieurs mois auparavant, autant parce-qu'il le fallait que pour m'assurer qu'ils n'étaient pas foncièrement mauvais, je n'avais pas encore pris cette peine pour les cinq qui étaient arrivés récemment. Bien sûr, eux aussi avaient été les victimes d'un fléau qui ne leur avait pas permis de garder leur camp, eux aussi étaient à bout, mais tout ce monde... c'était simplement trop. Ils n'avaient jusqu'à présent pas fait de vagues et leurs armes étaient encore bien gardées dans notre réserve mais je ne pouvais m'empêcher de craindre qu'une fois récupérées, ils risquaient de ne plus être aussi blanc comme neige que cela.

    Comatant dans le lit que je partageais avec ma petite-amie, je fixais sans le voir le plafond au dessus de moi, appréciant le calme environnant. La nuit faisait partie de ces rares moments où je pouvais me persuader qu'il n'y avait pas autant de monde qui gravitait constamment tout autour de nous. D'habitude. Là les choses étaient différentes, je ne parvenais pas à faire abstraction du fait que le ranch soit plein d'inconnus, d'humains tous plus imprévisibles les uns que les autres, ma nervosité étant de par ce fait exacerbée. Sans doute étais-je le seul à être aussi hostile, les autres semblaient s'en accommoder sans trop de mal. Comment était-il seulement possible de faire confiance aussi rapidement à des inconnus en sachant de quoi était capable l'Homme ? C'était un mystère auquel je n'avais jusqu'à présent trouvé aucune réponse acceptable mais qu'importait, tous autant qu'ils étaient, ils n'avaient pas besoin de ma confiance pour faire leur petit bout de chemin chez nous, apparemment.

    De plus en plus agacé, j'avais finalement jugé nécessaire de me lever pour aller prendre un peu l'air, bien décidé à éviter au maximum les personnes affectées à la garde qui rôderaient sans doute autour du ranch. M'habillant rapidement pour éviter d'être frappé par le froid qui régnait dans la pièce, j'avais terminé par ma veste et pris au passage mon couteau, juste au cas où. Une fois dehors un le léger vent qui me frappa le visage m'arracha un soupir agacé autant qu'il eut le don de me réveiller pour de bon. N'adressant qu'un simple regard fermé aux quelques membres que je croisais, j'avais commencé à avancer vers le baraquement des employés où étaient encore logés les cinq derniers arrivants, plus par automatisme que par réelle envie d'en croiser l'un d'eux. Mais avant que je n'envisage cette possibilité, j’aperçus la silhouette de l'un d'eux ; la brune tatouée qui avait un accent à couper au couteau. Ne retenant pas un nouveau soupir, j'avais poursuivi mon avancée jusqu'à arriver près d'elle.

« Salut... Roza, c'est ça ? »

    Quitte à ce que des inconnus logent sous notre toit, autant au moins connaître leurs prénoms. Lui de moi l'idée de donner une bonne image de ma personne cependant, ils avaient de toute façon bien dû voir au fond de mon regard qu'ils n'étaient pour moi pas les bienvenus ici.




« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile, que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort. J'ai eu ma renaissance. »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
avatar
Date d'inscription : 15/02/2017
Messages : 1348
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Know your enemies   Mer 18 Oct 2017 - 16:18

Trois semaines, trois bien longues semaines sans armes sous la main et simplement accompagnées par le regard curieux et bien souvent méfiant de leurs nouveaux hôtes. Difficile de leur en vouloir quand l'on connaissait bien la nature de ce traitement : un nouveau arrivait au lycée - à l'époque où il y en avait encore un - et ce dernier subissait le même sort. C'était de la prévention, ni plus, ni moins. De là à réussir à supporter l'absence d'arme pour se défendre, ce n'était pas à la portée de tout le monde, surtout pas pour la russe qui depuis l'épidémie ne s'était jamais séparée de ses couteaux. À l'exception d'une seule et unique fois, lorsque l'ennemi lui en avait privé lors de l'assaut du lycée. Cela n'avait pas duré plus de dix minutes et s'était terminé dans un bain de sang : une balle dans l'épaule pour elle et deux lames directement dans la poitrine pour son geôlier. Alors fatalement, la russe s'efforçait tant bien que mal de subir leur absence sans voir rouge et en refoulant au mieux ses craintes d'être ainsi désarmée tout en étant entourée d'inconnus.

En conséquence, cette nuit là n'avait rien de bien différente comparée aux précédentes, le sommeil manquait toujours à l'appel et venait joyeusement peinturer son visage de belles cernes. Ainsi désarmée elle n'arrivait plus à baisser sa garde, victime d'un certain conditionnement instinctif, purement et simplement. Dans ses conditions, entendre des pas s'approcher de la petite barrière de bois sur laquelle elle était assise fut relativement aisé. Savoir qui se planquait dans la pénombre, par contre, ça c'était une autre affaire.

Une voix d'homme ne tarda pas à fendre le silence de la nuit, la russe s'attendait pourtant à y croiser une femme, surprise et un peu déçue, elle réajusta mollement son cuir sur ses épaules. Lui lançant par la suite un regard en biais, elle aspira une longue bouffée sur sa tige de nicotine en faisant joyeusement rougeoyer l'extrémité. Guinevere avait été bien généreuse de lui en céder quelques unes, sans quoi, son taux de stress pourrait bien la pousser à faire plus d'une connerie.

"C'est ça, ouais." Souffla t-elle en retour en glissant de son perchoir pour y déposer ses deux pieds au sol et lui faire face.

Et maintenant ? Venait-il faire le beau ? La surveiller ? Lui taxer une clope ? Dans le doute, elle en vint à lui tendre le paquet qu'elle serrait auparavant nerveusement dans sa main, autant avouer qu'il ne ressemblait plus à grand chose. "Tu en veux une... ?" Elle avait oublié son prénom, Andy ? Axel ? Alex ? Ça commençait par un A, ça, elle en était sûre, et une autre chose dont elle était certaine c'était bien que son interlocuteur n'était pas un grand fan de la troupe des cinq, suffisait de voir les regards qu'il leur lançait à l'occasion, ils avaient le mérite d'en dire long.

"À moins que tu viennes pas pour ça ?" Oui, elle était clairement sur la défensive et elle avait beau essayé de prendre une pause détendue, rien n'y faisait, son poing libre était à demi fermé et l'équilibre de son corps bien répartie sur ses deux guiboles, un pied à plat contre le sol et l'autre sur la pointe. Prête à bondir, c'était clairement le cas et ses iris clairs à la fois effarouchés et perçants ne quittaient plus de vue ceux de l'homme qui lui faisait face et dont elle ignorait encore les intentions.

Parano ? Ouais, y a des chances, elle n'a pas de couteau, elle.


Remnants, one day...
I'M GONNA HURT YOU
SOMETIMES YOU GOTTA FIGHT THE DEVIL WITH A DEMON.

Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Leader | Issaquah Ranch
Administratrice
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1156
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Know your enemies   Sam 21 Oct 2017 - 11:40


    J'avais hoché la tête quand elle valida le fait que je ne m'étais pas trompé sur son prénom, l'inscrivant pour de bon dans mon esprit afin de ne pas faire une gaffe plus tard. Il était bien plus aisé de retenir les prénoms de cinq personnes que d'une vingtaine, même si je ne m'y intéressais pas tant que cela, à force de les entendre ils rentraient tout seuls. L'observant sauter au sol j'observais quelques secondes le paquet de cigarette qu'elle me tendait. Un acte de sympathie ou simplement d'automatisme ? Qu'importait.

« Axel. Et non, merci. »

    Mon ton avait été assez neutre, comme souvent, pas d'agressivité mais toujours cette distance que je mettais parfois volontairement parfois tout naturellement entre moi et les autres. Sans doute qu'avec le temps et s'ils faisaient leurs preuves, s'ils nous donnaient une certaine certitude de leurs bonnes intentions, les choses se passeraient un peu mieux, je pourrai du moins devenir un peu plus tolérant et me contenter de leur lancer des regards indifférents, mais c'était encore bien trop tôt. Et quand bien même ce jour arriverait, il y aurait toujours une part de doute.

    À sa question, j'avais haussé un sourcil. Non, je ne venais assurément pas pour prendre une cigarette, n'ayant jamais fumeur sauf lors de rares fois où mes nerfs étaient trop à vifs ou que je me laissais porter par l'enthousiasme de Carmen. Prenant quelques secondes pour observer un peu mieux la tatouée, le fait qu'elle soit sur la défensive et prête à réagir au moindre mouvement brusque ne passa pas inaperçu. En un sens c'était compréhensible, si j'avais du mal à accepter leur venue, ils devaient être tout aussi anxieux à être ainsi entouré d'un aussi gros groupe d'inconnus. Mais il n'empêchait que sa posture ne me mettait qu'à moitié en confiance ; c'était fou cette aptitude de l'Homme de sans cesse réagir au quart de tour. Bien sûr, je n'étais pas un exemple, mais je n'avais pour l'instant pas ma main proche de mon arme.

« Je ne viens pas pour ça non. Je n'arrivais simplement pas à trouver le sommeil. »

    Sans doute qu'elle s'en fichait et je n'avais de toute façon pas l'envie de m'étendre plus en avant sur le sujet. Ayant haussé les épaules, je m'étais alors approché de la barricade sur laquelle elle était assise auparavant, y déposant mes coudes en fixant l'horizon à peine éclairé par la lune. Après quelques secondes de silence, je lui avais jeté un rapide regard en soupirant.

« Tu sais, ce n'est pas parce-que je suis méfiant envers vous que je vais te sauter à la gorge hein. J'ai peut-être l'air d'un con mais tuer gratuitement n'est pas dans mes habitudes. »

    Faisant au mieux pour être toujours aussi calme malgré la nervosité qui grondait doucement au fond de moi, j'inspirais profondément afin qu'elle reste dans son coin. Mieux valait qu'elle ne se fasse pas trop présente, certains de mes proches avaient déjà vu ce que j'étais capable de faire sous la panique, cette manière qu'avait mon cerveau de simplement s'éteindre jusqu'à ce que la menace soit passée, laissant libre court à une rage qui imageait parfaitement mon anxiété. Mais là, en cet instant précis, je n'avais en effet aucune raison légitime de lui sauter au cou, pas tant qu'elle ne tenterait rien ou ne menacerait pas directement l'un des miens.




« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile, que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort. J'ai eu ma renaissance. »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
avatar
Date d'inscription : 15/02/2017
Messages : 1348
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Know your enemies   Dim 22 Oct 2017 - 20:57

Axel, okay, enregistré. Oh ? Axel veut pas de clope ? Tant mieux, ça lui en faisait plus rien pour elle, très bonne nouvelle. De là à dire que l'échange commençait bien, pas vraiment, c'était quand même un peu tendu et ça devait se sentir à des kilomètres. D'un regard curieux, elle confirma alors la présence de l'arme à sa ceinture et releva aussitôt les yeux vers lui. Il n'avait certes pas la main dessus mais avec le niveau d'anxiété de l'encrée sur le sujet, ça avait grandement son importante. Pas de quoi la rassurer, tout comme la raison de sa venue qui pouvait être interprétée de bien des différentes façons. Manquait-il vraiment de sommeil à cause d'eux ? Possible. Venait-il pour les surveiller en espérant être rassuré pour retrouver le sommeil ? Ça se tenait. Espérait-il recevoir une berceuse auprès de Roza ? Non sans doute pas, ça n'avait pas l'air d'être son genre et son attitude était de toute façon bien loin de le démontrer.

À son approche suivie de sa posture sur la barricade, la russe se détendit un brin et décida de l'imiter, ça donnait une pause un minimum apaisée après tout, ça pouvait être une bonne chose à faire dans une entrevue comme celle-ci.

Face à la lune et éclairée par sa pâle lueur, elle esquissa un petit sourire en coin à sa remarque sans détourner son attention du satellite naturel de leur belle planète. Clairement amusée par sa réflexion, elle laissa finalement exprimer toute la noirceur que pouvait lui inspirer ce personnage qu'était Axel sans détour, presque tac o tac.

"Sans doute. Je zappe simplement pas qu'il est facile de trrrouver un bâton, quand on veut battrrrre son chien."

Il était méfiant, elle aussi et elle ne comptait pas s'en cacher. L'ensemble du camp ne la dérangeait pas sur ce point, un certain nombre l'avait accepté mais voir encore cet homme persister dans son attitude suspicieuse et ombrageuse restait un des points négatifs de cette nouvelle vie.

"Je dis pas que c'est ton cas, ceci explique cela, c'est tout."

Après tout, ils n'étaient qu'Hommes, tous, et ses malheureuses rencontres avec d'autres survivants le lui avaient bien mal malheureusement ternis l'image de cette race. Que ce soit avec les nazis, Zack, Morgan, ou encore leurs pilleurs... Il lui fallait fatalement à l'heure actuelle du temps pour faire confiance aux étrangers, là où l'horreur en indifférait plus d'un et le meurtre gratuit pouvait aisément être synonyme de banalité.

Reprenant un peu en nervosité, elle ne pouvait s'empêcher d'imaginer les pires scénarios quand elle était ainsi avec un inconnu à l'abris des regards. S'imaginant la situation évoluer en catastrophe, il était facile pour l'un d'eux de prétexter que Roza lui ait sauté à la gorge et qu'il dut se défendre pour mettre un terme à sa dangereuse existence. Suffisait de pas aimer sa gueule, d'être un peu timbré et hop, plus de russe dans le secteur.

"Je serrrrais plus détendue avec mes arrrmes, sans doute."

Elle l'avait pensé si fort que c'était sorti tout seul. Peut-être que cela l'aiderait à comprendre sa méfiance ? Ou au contraire le conforterait dans ses suspicions ? De toute façon, elle ne comptait pas lui mentir ni jouer un rôle, ou encore lui raconter ses malheurs pour attirer sa pitié. Alors, tant pis, c'était dit, au moins ça avait le mérite d'être franc, comme toujours.


Remnants, one day...
I'M GONNA HURT YOU
SOMETIMES YOU GOTTA FIGHT THE DEVIL WITH A DEMON.

Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Leader | Issaquah Ranch
Administratrice
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1156
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Know your enemies   Jeu 26 Oct 2017 - 1:55


    Accoudé à la barrière, je fus à la fois étonné et rassuré que la tatouée en fasse de même. Rassuré parce-qu'au moins, elle n'allait pas décider de me prendre à revers dans l'immédiat alors qu'elle aurait bien pu essayer de me neutraliser au vu de ma position un peu nonchalante. Mais étonné parce-que je m'étais plutôt attendu à ce qu'elle s'en aille ou reste simplement campée sur sa position défensive. Et au final il n'en fut rien, mais l'atmosphère ne semblait pas plus détendue pour autant. Inutile de lui reprocher ce fait cependant, j'étais grandement acteur de cette tension et en avait pleine conscience. Zieutant tantôt les silhouettes des arbres en face, tantôt la lune à l'instar de la brune, j'avais haussé les sourcils à ses propos, tournant immédiatement la tête vers elle en la fixant d'un air à la fois sérieux et aussi blasé que d'habitude.

« Je n'ai jamais dis le contraire. »

    Peut-être que ça ne calmerait en rien sa méfiance et tant pis, il fallait bien qu'elle comprenne que si elle n'était pas rassurée d'être entourée d'autant d'inconnus, si elle doutait de moi, la réciproque était tout aussi vraie. Et se regarder ainsi en chiens de faïence était tout aussi agaçant qu'épuisant, mais je ne pouvais me résoudre à copiner avec tout le monde en sachant que je ne leur portais pas vraiment d'intérêt. Si ça ne plaisait pas alors tant pis, j'avais déjà été comme ça auparavant, trop isolé, trop solitaire, trop dégoûté de la société dans laquelle nous évoluions, ça n'allait assurément pas changer aujourd'hui. Je m'étais cependant contenté de hocher la tête à sa seconde phrase, reportant mon attention sur l'obscurité qui nous faisait face en soupirant légèrement.

    Observant d'un air distrait un point flou plus en avant, je ne parvenais cependant pas à faire fi de la présence de la tatouée juste à côté, la nervosité toujours présente, mais il n'y avait pour l'instant aucune raison que je me montre plus menaçant que nécessaire, ça ne servirait à rien d'autre qu'envenimer les choses c'était un fait. Elle était méfiante, je l'étais, et sans doute avions-nous tous deux suffisamment à perdre pour ne pas jouer aux cons inutilement. Lorsqu'elle reprit la parole cependant, j'avais à nouveau reporté mon attention sur elle, hochant la tête après quelques secondes.

« Je comprends. »

    Qu'y avait-il à dire d'autre ? Bien sûr que c'était normal, qu'elle se sentirait plus rassurée si elle pouvait les avoir, ne serait-ce que par sécurité, ''au cas où'', et si je me mettais à sa place je ne pouvais nier que je serai devenu fou si j'avais eu à laisser mes armes. Alors oui, je comprenais, même si je me sentais évidemment plus rassuré par le fait qu'elle et son petit groupe n'aient pas de quoi nous attaquer dans l'immédiat. Certes, si vraiment ils le voulaient, ils trouveraient le moyen de le faire, la russe semblait suffisamment proche d'Elena ou Tamara pour obtenir ce qu'elle voulait facilement, mais mieux valait ne pas penser à cette éventualité. Après quelques secondes j'avais inspiré légèrement.

« Ce n'est plus qu'une question de temps et je pense que tu es suffisamment intelligente pour comprendre les raisons qui nous poussent à vous ôter vos armes. »

    Loin de moi l'idée de la prendre pour une idiote mais elle aussi devait avoir des personnes à qui elle tenait, son groupe notamment, et si elle s'était retrouvée dans la situation inverse, sûr qu'elle aurait mis toutes les chances de leur côté pour leur éviter des pertes inutiles. Reportant à nouveau mon attention sur ce qu'il y avait plus en avant, je repris de ce même ton calme, moi-même étonné de m'entendre parler tant.

« Je sais que c'est compliqué pour vous, et je comprends ta... nervosité, mais aucune personne ici n'est un fou furieux qui va vous sauter à la gorge pour rien. Pas même moi, même si tu en doute. »

    Peut-être que mes paroles ne la rassureraient pas et en un sens, ça n'avait pas une grande importance, mais mieux valait essayer de désamorcer la bombe plutôt que de nourrir une angoisse qui pourrait avoir des répercutions impardonnables. Évidemment, si l'un d'eux s'en prenait à l'un des miens, ceux qui comptaient du moins, je n'hésiterais pas une seule seconde à leur rendre la pareille, mais nous n'en n'étions pas encore là.




« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile, que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort. J'ai eu ma renaissance. »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
avatar
Date d'inscription : 15/02/2017
Messages : 1348
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Know your enemies   Ven 27 Oct 2017 - 18:31

Il comprenait et ne la braquait pas en retour malgré l'évidence soulevée. Les sourcils de la tatouée s'arquèrent alors sous la surprise et elle n'en objecta rien dans un premier temps, se contentant de tirer longuement sur sa tige de nicotine. Pour un type qui n'avait de cesse d'envoyer des regards méfiants, c'était une réponse étonnante et aucunement le fruit du hasard ou la résultante d'une volonté de faire bonne figure. En effet, chaque parole soufflées à la suite allaient encore et toujours en ce sens. Aussi incroyable soit-il, on aurait dit qu'il tentait de la rassurer après s'être montré compréhensif, ça lui faisait un drôle d'effet à la tatouée qui avait bien vite jugé le gaillard.

"Hum... Ravie d'êtrre comprrise."

Jamais elle n'aurait misé sur une tel tournant en matière de discussion avec ce personnage. Comme quoi, ce ranch regorgeait de surprise, aussi, elle en restait toujours un brin décontenancée et laissa son naturel revenir au galop.

"Ah ah, mouais, à ta place, je miserrai pas autant sur mon intelligence."

Un petit dicton de chez elle qu'elle avait tendance à régulièrement appliquer à la lettre : sois savant, mais laisse-toi prendre pour un ignorant. Évidemment qu'elle comprenait, ils agissaient eux même de la même façon dans le lycée par le passé. De là à l'accepter sagement et le vivre sans mal, c'était une tout autre affaire. Lasse de cette frustration qui, elle le savait bien n'allait pas changer de si tôt, elle s'en passa la main sur le visage comme si elle en retirait un masque et reporta son attention sur l'horizon.

"Tu sais, frranchement..." Elle laissa planer un court silence, le temps d'une nouvelle bouffée. J'aimerrai vrrraiment que ce soit aussi simple et pouvoirr m'en rrassurrer, comme ça, aussi simplement... " C'était franc, l'élan dans lequel elle était n'allait pas changer de toute façon. "Mais il n'y a malheureusement pas que le facteurr interrne qui entrre en compte." Du menton et sans se décoller de la barrière, elle pointa alors les terrains face à eux dans un léger soupir. "On est jamais à l’abrrri d'une horrrde de passage ou d'un grrroupe de pillarrds bien entrrraînés et décidés à tout décimer. Le danger est et rrresterra toujourrs omniprrésent sur tous les frronts." Enfin, tout n'était qu'une question de temps avant qu'elle ne retrouve ses armes de toute façon, elle le savait bien et Axel ne s'était pas manqué de le lui rappeler. "M'du coup, ça fait beaucoup de facteurrrs à prendrre pour ma ... nerrvosité. M'donc, pas besoin de t'en soucier plus que ça, y a rrien à fairre pour que je puisse péter trrranquillou, mais j'apprrécie l'efforrt, quand même. Merrci pour ça." Il était pas si sévère qu'il en avait l'air celui là, il n'y avait plus qu'à espérer qu'il soit tout aussi franc qu'elle. "M'dailleurrs... Vous avez déjà pensé à sécurrriser le rranch' contrre les vivants ?" Prévoir tout un tas d'installation pour repousser les morts, c'était une chose mais quand était-il des fortifications visant à repousser les êtres dont les cœurs battaient encore ? Le sujet la titillait depuis un bout, c'était l'occasion de le mettre sur le tapis maintenant qu'une partie de ses craintes étaient révélées.


Remnants, one day...
I'M GONNA HURT YOU
SOMETIMES YOU GOTTA FIGHT THE DEVIL WITH A DEMON.

Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Leader | Issaquah Ranch
Administratrice
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1156
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Know your enemies   Mar 7 Nov 2017 - 21:32


    Percevant bien l'air un peu sceptique dans la voix de la tatouée, je n'avais pas relevé lorsqu'elle affirma être ravie d'être comprise. Était-ce sincère ou non ? Qu'importait, elle n'avait pas de comptes à me rendre et je pouvais aisément comprendre qu'elle dise cela sur un ton ironique ; après tout, même si je comprenais, je ne faisais rien pour arranger les choses, leur situation, mais il était évident que la confiance ne pouvait venir aussi rapidement alors je n'avais rien à me reprocher. Tout le monde, lors de l'arrivée dans le ranch, était logé à la même enseigne, et ce n'était pas parce-qu'Elena et Tamara connaissaient la russe qu'elle aurait un traitement de faveur. Quelle légitimité aurions-nous à lui accorder cela et le refuser à ses compagnons de galère ? Aucune. Et autant dire que l'idée que son pote à la grande gueule récupère aussi vite ses armes ne m'enchantait pas le moins du monde. Alors oui, je pouvais comprendre, compatir un minimum, mais non, je ne ferai rien pour faciliter cette étape.

    À sa remarque concernant son intelligence, j'avais haussé un sourcil, les coins de mes lèvres s'étirant en un fin sourire à peine discernable. Au moins elle ne se prenait pas au sérieux et n'avait pas mal pris mes propos, fait qui aurait sans doute envenimé encore plus la situation, mais je n'avais pas l'intention de prendre de pincettes. Elle voulait la jouer franc jeu et attaquer de face ? Soit, je me pliais à cette règle, inutile d'y aller par quatre chemin et raconter des choses que je ne pensais pas.

    Reprenant mon sérieux, j'avais à mon tour reporté mon attention sur l'obscurité face à nous, restant toutefois à l'écoute de ce qu'elle s'apprêtait à me dire. Les sourcils froncés, je ne pouvais que comprendre que oui, les choses étaient bien souvent plus faciles à dire qu'à faire, mais s'il n'y avait pas d'effort des deux côtés ça ne risquait clairement pas de marcher. Nous leur offrions un toit, une certaine sécurité, il était de leur ressort de montrer patte blanche. À la suite de ses mots cependant, je ne pus m'empêcher de me dire que oui, elle marquait un point. Rien ne nous garantissait qu'une quelconque menace était à exclure, que nous étions à l'abri de tout, et il était évident que si elle pouvait venir de l'intérieur, celle qui pouvait potentiellement venir à l'extérieur était tout aussi dangereuse, si ce n'était plus. Hochant la tête en pinçant légèrement les lèvres, j'avais soupiré légèrement. C'était un fait à envisager, évidemment, mais nous étions suffisamment nombreux à être armés pour ne pas se formaliser du fait que cinq personnes qui n'avaient pas ce droit.

    Roza poursuivit cependant, expliquant un peu plus en avant son point de vue. Expirant légèrement d'un air mi-amusé mi-résigné, je reportais mon attention sur elle.

« Avec les gardes qui tournent constamment, nous repérerons les indésirables bien assez tôt s'il y en a. »

    Bien sûr, ça ne la rassurerait sans doute pas complètement mais c'était un fait. Et si effectivement les choses en venaient à dégénérer à ce point, l'interdiction du port d'arme serait probablement levée le temps d'endiguer le problème. Une chance pour ces derniers arrivants de faire leurs preuves en somme, même si je préférais ne pas envisager une telle éventualité et tous les risques qu'elle engendrerait.

    Lorsqu'elle me retourna une nouvelle question, je n'avais pu m'empêcher de froncer à nouveau les sourcils, me mettant à réfléchir. D'un seul coup, la conversation s'était orientée sur autre chose que sur cette méfiance mutuelle que nous partagions et tous les risques qu'amenait le fait d'être entouré d'inconnus, restant cependant tout aussi sérieuse. Inutile de lui mentir en lui balançant que nous avions des moyens de nous en apercevoir, elle était déjà dans nos murs et s'était rendue compte par elle-même que nous n'avions pas ce types de moyens. Jouer franc jeu, encore. Secouant la tête, je ne retins pas un soupir.

« Nous avons jusqu'à présent misé beaucoup sur la pseudo-invisibilité que nous confère la forêt en face et la situation assez reculée du ranch. Rien de plus. »

    Bien sûr, j'avais pleinement conscience de l'absurdité de mes paroles. Si des Hommes s'amenaient dans le coin, ce ne serait pas le bois qui les dissuaderait, c'était un fait, mais c'était ce qui nous conférait pour l'instant le plus de discrétion.

« Le fait d'être nombreux nous permet de faire des rondes plus larges, mais ça n'exclut pas totalement cette éventualité. » Marquant une courte pause, je repris après une inspiration. « Vous étiez en ville avant c'est ça ? Comment vous faisiez ? »

    Peut-être me répondrait-elle, peut-être pas, après tout, elle était libre de ce choix. Mais je ne pouvais m'empêcher d'être curieux. La tatouée avait soulevé ce fait, ce manque de sécurité face aux vivants, alors si elle avait des suggestions, qu'elle les donne. Et j'avais suffisamment traîné dans le cœur de Seattle pour savoir que les endroits non-hostiles étaient rares alors peut-être que son expérience pourrait être un plus.




« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile, que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort. J'ai eu ma renaissance. »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Know your enemies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Know your enemies
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Two friends or two enemies?
» Bilbon Saquet
» Love your enemies ♥
» [-18] It's like we can't stop, we're enemies ft. AiSeul
» Asileth • Do I not destroy my enemies when I make them my friends?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: