Partagez | 
 

 Cruelty got us closer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Joann Cain
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 02/09/2017
Messages : 816
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Jeu 19 Oct 2017 - 22:12



Cruelty got us closer 
Ft Swann
Ces hésitations verbales étaient adorables en un sens, et elle n'avait jamais qualifié quelconques bégaiement de la sorte... Habituellement ça la fichait en rogne qu'on puisse être indécis concernant ses mots ou phrases, mais Swann avait désormais droit à son estime et tout le monde ne pouvait pas s'en targuer. Aussi, lorsqu'il approcha, Joann redressa doucement le minois afin que ses billes brunes capturent les siennes. Son débit fut alors plus fluide que jamais lorsqu'il s'adressa à elle. Elle en fut quasiment admirative, la chenille se muait en papillon et en être spectatrice invitait la jubilation à courir ses veines. Jamais elle n'aurait pu croire se rapprocher du gamin pour autre chose que quelques intérêts divers et variés, aujourd'hui elle était là, face à lui, le regard ne quittant plus le sien, à boire ses paroles.

La justice entrait donc en jeu d'après lui, elle n'en pensait pas moins, néanmoins une certaine cruauté devait vous baigner de sa lueur pour vous permettre de l'exercer vous même. Autrefois, les juges, les avocats, plaidaient votre cause et vous n'aviez guère à vous venger d'autrui, même après avoir subi les pires crasses, sous peine de n'être plus victime mais bourreau. Le système battait de l'aile d'ailleurs, pourquoi diable fallait il déverser un tas de fric à d'autres pour qu'ils obtiennent de votre agresseur qu'il purge une peine, nourri, logé, blanchi, au frais de la princesse, lorsque vous faire justice vous même était totalement gratuit ? Joann n'avait jamais engagé quiconque pour se débarrasser de l'alliance qu'elle ne portait plus, ni même pour confier ses malheurs et entendre une poignée d'abrutis se lamenter sur son sort... Non, elle avait uniquement acheté un flingue dans le cas où Mark referait surface...

Swann était convaincu de la même chose qu'elle, les lois n'avaient plus aucune valeur, du moins celles n'ayant guère étaient adoptées par leur communauté, et son regard plus intense l'hypnotisait presque à présent. Oui ces cinglés méritaient de crever plutôt dix fois qu'une, simplement car jamais ils ne sauraient s'adapter à leur manière de vivre et de faire. Certains y parvenaient, mais généralement il ne n’agissait que de faibles prêts à tout pour ne pas crever, des faibles qui, peu à peu pour les plus résistants, savaient changer afin de se rallier pleinement à leur cause. De simples morceaux de pâte à modelée pour ainsi dire... Cette image lui arracha un sourire alors que Blackmore s'installait auprès d'elle, que son épaule embrassait la sienne sans qu'elle y trouve à redire. Elle l'observait en un intérêt grandissant et suivait le mouvement de ses lèvres tout comme de ses yeux. Sa froideur était palpable autant que la chaleur de son souffle rebondissant contre ses joues puis, quand sa question retentit, Joe arqua un sourcil en un frémissement de lèvres.

- J'en dis que t'es cinglé. Murmura-t-elle sans cesser de sourire. Venant d'elle, c'était davantage un compliment, Swann avait l'étoffe de ceux étant nés pour en diriger d'autres. Jusqu'ici il ne le savait pas, mais s'il était passé à la tête d'un camp, ou du moins avait été le conseillé d'un leader, sans doute que le monde aurait frémit à la simple évocation de leur nom. J'aime assez les barbecues, mais tu n'as pas tort, certains méritent qu'on les pendent par leurs tripes. Cependant, il est difficile de guider les moutons quand ils ont peur de leur berger.

Swann était sombre, sombre comme elle l'avait entrevu à l'hôpital, c'était un plaisir visuel qui n'avait guère de prix, pourtant il fallait encore qu'il travaille sa subtilité sans quoi, si d'autres qu'elle entendaient pareilles choses, il serait rapidement catalogué comme les parasites de l'extérieur. Cette idée la poussa à froncer les sourcils en un battement de cœur plus vif. Sur le fait, Cain n'y vit là qu'une certaine appréhension sans imaginer que ce mioche lui tenait plus à cœur que prévu, mais Joann se contenta de secouer la tête puis de reprendre sans s'éloigner de lui et, naturellement, sa main vint épouser le genou du jeune homme afin de capter son attention.

- Tes idées sont alléchantes, cependant n'sois pas si catégorique. Reste subtile, c'est plus... Pinçant son pétale inférieur, elle chercha le mot adéquat et le laissa glisser sur sa langue en un sourire complice. Jouissif.





Showing no mercy
You so fresh to death and sick as cancer, but you fit me better than my favorite sweater and I know that love is mean, and luv hurts. Love you more than those bitches before.

Revenir en haut Aller en bas
Swann Blackmore
Administrateur
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 529
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Jeu 19 Oct 2017 - 23:19

Il avait souri à son tour. Un sourire un peu ailleurs, absent, carnassier. La tension montait encore, lui donnait la chair de poule, accélérait son rythme cardiaque. Un délicieux et détonnant mélange entre noirceur et érotisme. Swann frissonnait et la main qui se posa sur son genou fut le contact de trop. Son pantalon devint soudainement plus étroit, le sang afflua également sur ses joues, mais il ne quittait pas des yeux les orbes de Joann. Cette femme était une véritable sirène, dans le plus cruel sens du terme ; mais il la laisserait chanter encore et encore. Elle l’attirait. Une pulsion adulte, complètement différente de celle qu’il avait ressenti pour Apple. Quoiqu’il en dise, quoiqu’il en pense, ils étaient liés tous les deux.

- Je ne suis pas fou, murmura-t-il dans un souffle, je suis… complètement lucide.

Sans doute plus que la plupart des gens sur cette île. Même leurs dirigeants, même le sénateur et sa politique, ne faisaient que gratter la surface. L’étudiant le comprenait maintenant. Il leur fallait plus d’ambition, plus d’audace, plus d’espace, plus de tout. Le monde était à reconquérir et même s’ils progressaient en ce sens, c’était encore trop lent, trop doux. Le jeune Blackmore était excité par, en plus, l’idée d’avoir trouvé en la trentenaire une auditrice de choix. Il ne s’éloigna pas. Pas d’un millimètre. Son regard allait de ses pupilles à ses lèvres irrésistibles. Elle ne pouvait pas ne pas se rendre compte qu’elle le tentait et pourtant… il n’aurait su dire ce qu’elle attendait.

- Dieu était un berger, reprit-il après une brève hésitation, et il a mené des moutons par la peur pendant plus de deux millénaires.

Et il n’avait pas été le seul. Combien de dictateurs n’avaient pas été craints ? Swann ne parlait pas de châtiment déraisonné, non mérité ou exagéré. Il parlait de justice. Ceux qui étaient de leur côté seraient protégés, sauvés, choyés ; mais les autres… n’étaient plus humains à ses yeux. Et c’était le message qu’ils devraient faire passer : que tous ceux qui refusaient leur offre, plus que raisonnable, perdaient leur humanité. Alors ils n’avaient plus aucune valeur.

- Tu vois, je ne suis pas fou, je vois juste plus loin que les autres, se targua-t-il avec une expression sombre, mais je retiens le conseil. Sur la subtilité…

Sa respiration se bloqua à la fin de sa phrase. C’était trop. La chaleur de la main de l’escort-girl sur son genou, la caresse de son souffle, ses cheveux qui s’accrochaient à son épaule, le relief de ses lèvres à une poignée de centimètres. Il devait lui montrer : qu’il était un homme, qu’il valait mieux que tous les énergumènes pleins de testostérone au cerveau minuscule qui pullulaient sur le camp. Les gens comme Clayton, Jason, Merl, … ils ne resteraient que de la chair à canon, bon à crever en première ligne pour que les personnes de valeur, comme Joann ou lui, voit « l’après ». Alors, doucement… Swann se laissa pencher en avant. Pour l’embrasser.


We are monsters

You got no place to hide and I'm feeling like a villain ; got that hunger inside. One look in my eyes and you're running 'cause I'm coming ; gonna eat you alive. Your heart hits like a drum, the chase has just begun. Monsters, stuck in your head. Monsters, under your bed. We are monsters ♪
Revenir en haut Aller en bas
Joann Cain
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 02/09/2017
Messages : 816
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Ven 20 Oct 2017 - 11:08



Cruelty got us closer 
Ft Swann
Swann lui certifia que ses dires n'avaient rien de fous, les choses n'étaient certes plus les mêmes qu'autrefois oui, et certains méritaient sans doute de crever dans d'atroces souffrances, quant à la lucidité dont il parlait, Joann n'y voyait elle qu'un désir profond de sentir couler le sang. Il n'y avait pas de honte à désirer pareilles sentences concernant les autres. Après tout, eux n'avaient pas vécu le tiers des gens au dehors, ils avaient été confinés, « protégés » et avaient su garder quelques idées auxquelles se maintenir. Le fait d'être du Fort changeait clairement la donne, le confort, l'espace, tout cela était à des kilomètres des horreurs de l'extérieur. Ils étaient les derniers signes de civilisation dans un univers déchu, l'avenir mais, d'après Blackmore, pour étendre leur royaume et pousser les rangs à s'étoffer, il fallait davantage de détermination.

Muette, tandis qu'il reprenait la parole et soulignait l'une des phrases employée plus tôt, la brune  semblait contempler une œuvre dont elle n'aurait jamais cru être maîtresse. Et, à dire vrai, même si peu à peu elle s'était attirée l'estime du jeune homme à son flanc, lui seul était aux commandes de son Être, et il était plus plaisant encore de le voir s'élever de la sorte, de son propre chef. Une blessure, la douleur, métamorphosaient les victimes, soit elles s'effondraient et se contentaient de subir en trouvant toutes les excuses du monde à ceux les ayant meurtri, soit elles changeaient radicalement... Il fallait pourtant une lugubre petite étincelle malsaine chez eux pour qu'ils désir se venger, après tout, un agneau sans défense, blanc comme la neige et sans aucune trace de méchanceté, finissait toujours par se faire dévorer par le loup... Rares étaient ceux capables de grandes choses sans pleurer, chouiner ou se plaindre, il y avait bien plus de faibles que d'audacieux dans ce monde et, pourtant, l'audacieux lui... Survivait bien plus facilement sans jamais regretter ses erreurs et choix. Swann avait changé de camp, il s'était assombri, elle en jubilait d'ailleurs, mais il n'aurait jamais quitté son cocon si une part plus noire – inconsciente - ne calcinait déjà pas son cœur. L'agneau, qui n'en n'était pas vraiment un, s'était simplement muer en prédateur calculateur, stratège et sanguinaire...

Alors oui, il n'était pas dingue, comme il le lui certifiait une dernière fois, il avait simplement de l'ambition. Chose qui lui plaisait davantage que d'imaginer qu'il n'était qu'un pantin manipulable et sans véritable libre arbitre. Sa jeunesse n'était simplement qu'un vernis qui tentait à s'effriter de jour en jour, et Joann ne pouvait plus que saluer la fourberie dont il faisait preuve. Les yeux rivés aux siens, elle se prit donc à imaginer ce que donnerait ses prochaines sorties, la manière dont il agirait, certes le gosse était un fabuleux orateur, qu'elle ne se serait lassée d'écouter des heures durant, mais les actes étaient parfois bien plus importants que des mots qui, une fois prononcés, ne laissaient aucune trace. En pleine réflexion, Cain inclina les cils contre la main ancrée à sa cuisse et au moment où il lui parut important de rebondir, qu'elle redressa le minois afin de plonger dans ses prunelles, ses lèvres frôlèrent les siennes sans prévenir.

Son cœur loupa un battement, il sembla dérailler même, s'échouer quelque part sur un quai contre l''asphalte duquel elle n'avait jamais ne serait-ce qu'imaginé ancrer une semelle. Sans doute aurait-elle du réagir, se redresser comme un diable bondissait de sa boîte musicale, mais l'interdiction de l'instant la statufia sur place. Clouée au lit, la chaleur du contact s'insinuant sous l'épiderme fin de ses traits, mille questions sans réponse lui traversèrent le crâne. La caresse était suave, douce, à des kilomètres de celles qu'elle avait connu, connaissait sur les bout des doigts, et bien qu'il fut jeune et en apparence inexpérimenté, qu'elle n'avait aucune intention de donner suite à ce qu'elle apparentait à une pulsion sans véritable sens, Joann savoura cette prise de risque avant même d'y mettre un terme. Ce n'était qu'un gamin, du moins, un esprit carnassier, manipulateur et vile, coincé dans le corps d'un môme. C'était aussi impressionnant que déstabilisant. Elle aurait pu reculer, briser le lien qui semblait se tisser sans qu'elle ne l'ait vu prendre vie, néanmoins, la brune resta égale à elle même et se contenta d'ancrer les ongles dans la cuisse contre laquelle sa main reposait encore. Swann recula de lui même, une petite grimace contre ses lèvres chaudes et douces comme une soie jamais touchée, et elle se contenta de l'observer pour mieux lui sourire quand il revint saisir l'éclat particulier de ses billes brunes.

- C'était quoi ça ? Reprit-elle en un soupçon de froideur mêlé à la décontenance dont elle venait d'être victime. Mais avant qu'il puisse répondre, la Canadienne reprit en une moue « désolée » en ôtant les doigts de leur support chaleureux pour venir cercler le menton de son interlocuteur. Pas que j't'en veuille, c'est pas du tout le cas, mais estime toi heureux de n'pas avoir écopé d'une gifle... Sourit-elle, en relâchant sa dernière prise, sans encore imaginer ce qui le taraudait.

Certes elle appréciait le pouvoir qu'elle avait sur lui, peut-être car il ne s'étendrait jamais au delà des limites d'une certaine fascination, elle ignorait simplement que Blackmore n'en était plus au stade de la simple rêverie mais plutôt du fantasme qu'elle représentait à son regard. S'il avait été plus vieux, sans doute ne l'aurait elle pas coupé dans son élan, s'il avait été plus âgé oui mais, présentement, elle désirait obtenir quelques réponses concernant cet élan soudain. Peut-être ne s'agissait-il que d'une pulsion bénigne, un coup de tête sans importance... Lui seul pourrait faire lumière sur cette petite scène inopinée.

- Désolée pour ta cuisse, et si ça peut te soulager... Ce dernier mot, elle le souffla en jetant un œil à l'endroit où étaient apposées ses phalanges plus tôt. ça restera entre toi et moi.





Showing no mercy
You so fresh to death and sick as cancer, but you fit me better than my favorite sweater and I know that love is mean, and luv hurts. Love you more than those bitches before.

Revenir en haut Aller en bas
Swann Blackmore
Administrateur
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 529
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Ven 20 Oct 2017 - 13:14

La sensation piquante des ongles enfoncés dans sa cuisse dissipèrent le nuage sur lequel l’étudiant flottait. La chute fut dure. Il s’était écarté à contre cœur des lèvres chaudes, douces, et la question de Joann le pétrifia sur place. Il aurait aimé lui rétorquer que « c’était ce qu’elle voulait, non ? » mais ils n’étaient plus sur un terrain qu’il maîtrisait. Swann était toujours aussi maladroit et inexpérimenté quand on en venait aux relations avec le sexe opposé. Il avait beau avoir eu des petites-amies, il n’avait que 23 ans et n’avait jamais été le genre de mec pour lequel séduire était un sport. Avec la trentenaire il avait cru que… que…

- C-c-c’était…

Il balbutiait, les mots s’entrechoquaient sur sa langue sans parvenir à sortir. Elle avait lâché sa cuisse, saisi son menton, et il ne savait vraiment plus comment réagir. Etait-ce une bonne chose qu’il ait échappé à la gifle ? Etait-ce un signe particulier ? Est-ce que c’était une manière pour elle de titiller ses pulsions ou bien était-elle sérieuse ? Peut-être qu’elle n’assumait simplement pas complètement leur relation. Il était plus jeune, encore imberbe, elle avait du succès auprès des mâles dominants… mais hey, ce n’est pas grave, c’était ce que voulait lui dire le jeune Blackmore ; ça resterait entre eux, effectivement.

- C’était rien, prétexta-t-elle nerveusement, juste-euh… j’ai cru… enfin…, ses orbes d’acier étaient redevenus naturelles et sa main libre frottait machinalement sa cuisse, tu es sûre que tu ne veux pas boire quelque chose ?

Heureusement que, finalement, si, alors Swann eut une excuse pour se soustraire à l’ambiance soudainement pesante de sa chambre. Il s’enfuit presque vers le couloir, son cœur battant à tout rompre, puis dévala l’escalier en manquant de glisser. Joy était négligemment affalée dans le canapé, feuilletant un vieux magazine people, et leva vers lui ses yeux mi-blasés/mi-contrariés. Le sourcil qu’elle souleva en voyant son cadet empiler sur la table boissons fraîches et alcool fort voulait tout dire.

- Tu trembles comme un puceau après son premier bisou, cingla-t-elle d’une voix traînante.
- Joy, juste…, il leva un index menaçant avant de le laisser retomber, tais-toi.

Elle ricana et replongea dans sa lecture, sans même proposer de l’aider. Porter jusqu’à l’étage, à une main, un plateau couvert de sodas, bière, tequila, vins et de verres, ce n’était pas évident. L’étudiant progressait au ralenti en véritable équilibriste, sans doute exagérait-il un peu pour retarder le moment où il devrait affronter à nouveau Joann, et revint dans sa chambre en s’éclaircissant la gorge. Au moins, elle n’était pas partie, elle avait attendu, donc elle ne devait pas être « si » outrée de son audace. Puis en même temps, si l’idée qu’il se masturbe à sa pensée lui faisait plaisir, un baiser devrait être synonyme d’une véritable ovation, non ? Il n’en savait rien. Toutefois… Swann trouvait ça presque mieux qu’elle l’ait repoussé cette fois. Une femme de sa trempe ne devait pas être facile à conquérir, elle devait être tel un trophée durement atteint.

- Alors, j’ai… un peu de soft, de la bière, du vin, de la tequila, et… si tu veux autre chose, je crois qu’il reste du Whisky dans la cave de mes parents, il posa le plateau sur le lit, entre eux deux pour imposer une distance de sécurité, qu’est-ce que je te sers ?

Le principe que « ça restait entre eux » allait-il de paire avec « on n’en parle plus » ? Dans le doute, le jeune Blackmore faisait comme si de rien était. De toute façon, si jamais son aînée voulait en reparler, elle ne se priverait pas de le faire. Le temps qu’elle se décide, il se leva pour allumer la lumière : la nuit était presque complète désormais, ils n’y voyaient plus grand-chose.


We are monsters

You got no place to hide and I'm feeling like a villain ; got that hunger inside. One look in my eyes and you're running 'cause I'm coming ; gonna eat you alive. Your heart hits like a drum, the chase has just begun. Monsters, stuck in your head. Monsters, under your bed. We are monsters ♪
Revenir en haut Aller en bas
Joann Cain
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 02/09/2017
Messages : 816
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Ven 20 Oct 2017 - 21:39



Cruelty got us closer 
Ft Swann
Joann se fourvoyait si elle comptait obtenir des réponses quant à ce « malheureux geste », car à part balbutier, l'observer en frottant l'endroit qu'avaient martyrisé ses ongles, Swann demeura mystérieux jusqu'à lui demander si, par hasard, elle n'avait pas envie de boire quelque chose. Oui, un verre ne lui ferait pas de mal pour reprendre ses esprits. Merde, le gamin venait de l'embrasser sans prévenir, elle s'y était presque laissée aller, il valait donc mieux se changer les idées et partir sur un terrain plus neutre. Sans mot dire, Cain se contenta donc d'opiner pour le voir aussitôt bondir puis disparaître vers le couloir en un brouhahas de semelles qui la poussa à greffer les doigts aux mèches de ses tempes, le menton dressé au plafond, pour pousser un soupir trop peu apaisant. Elle était conne, après tout elle aurait du se douter que jouer avec un môme de vingt trois ans lui vaudrait un revers de médaille. Elle imaginait déjà avoir foiré quelque part et sentait l'agacement personnel la saisir. Quelque peu septique, Joe termina par se laisser tomber dos à la couche pour mieux réfléchir. Fixer le plafond aidait parfois des gens à trouver quelques idées lumineuses, pourquoi n'en serait-il pas de même pour elle ?

Désormais plongée dans la contemplation de cette étendue immaculée, où les grains de poussière n'avaient guère de place, elle fronça les sourcils puis plissa les paupières. L'admiration qu'elle lui portait était-elle transparu contre ses traits lorsqu'elle lui parlait, quand elle l'écoutait, et ce au point qu'il puisse imaginer qu'elle réclamait clairement que ses lèvres s'approchent des siennes ? Non, elle était douée en ce qui concernait ses émotions, davantage encore que, même si quoi que ce soit l'avait physiquement trahi, elle n'avait aucune envie, aucun désir, ni aucune intention, de partager ce genre de moment avec lui. Swann avait interprété à sa guise pour donner vie à une poignée d'idées lubriques, elle n'était pas fautive... Après tout elle ne lui avait lancé aucun signaux qui puissent lui faire penser que... Exaspérée par les choses qui lui traversaient l'esprit, et les excuses bidons qu'elle tentait de se donner sans encore avouer que, potentiellement, elle était en partie responsable de « l'incident », Cain jura puis haussa les sourcils en tournant le minois vers la porte derrière laquelle un cliquetis de verre, accompagné de pas, retentit. L'escort n'attendit donc pas dix ans pour redresser le buste puis replacer ses cheveux. Inutile qu'en plus d'imaginer qu'elle désire l'embrasser à en perdre la raison, Blackmore imagine qu'elle l'invite à lui grimper dessus. Non, non... Définitivement non !

D'ailleurs, des images fictives, concernant cette dernière pensée, lui passèrent rapidement dans la tête au point qu'elle dut effacer fissa la moue étrange qui saisissait ses lèvres dès lors que le jeune homme réapparut, plateau à la main, dans la chambre qu'elle n'avait guère quitté. Comme s'il venait de lire dans ses pensées, il posa le tout entre eux, avant de reprendre place sur la couche et, déjà, le regard brun de l'escort convoitait les divers spiritueux, liqueurs et autres vins sur le plateau. Une des bouteilles attira son attention, autrefois elle appréciait le goût du liquide bien plus que le champagne, ce qui choquaient parfois ses clients qu'une femme, telle qu'elle, pouvait apprécier ce genre d'alcool à contrario des bulles divines qu'ils avaient payé des centaines de dollars. Alors, tandis que Swann lui quémandait déjà ce qu'il pouvait lui servir, la brune agrippa le récipient en question, dévissa rapidement le bouchon, et quitta le pieux pour s'agenouiller sur le parquet aux pieds de ce dernier.

- Tequila c'est bien... Lui répondit-elle avant d'agripper un shot, puis un second, qu'elle remplit sans attendre.

Agenouillée devant lui, elle ne se débarrassa pas encore de la bouteille, empoigna l'un des verres et le porta à ses lèvres pour se l'enquiller cul sec et sans aucune grimace. Un air de soulagement glissa contre ses traits, elle demeura les paupières closes une seconde avant de sentir le regard du gamin peser sur elle. Rouvrant un œil, puis l'autre, Joann l'interrogea silencieusement tout en abandonnant le contenant vide pour s'emparer du second qui subit le même sort que son prédécesseur. Deux d’affilé, ça n'avait pas de quoi la soûler directement non, ça lui permettrait simplement d'avoir les idées plus claires et, alors qu'elle sentait encore la chaleur du liquide tracer le chemin de ses papilles vers son œsophage, la Canadienne esquissa un sourire tout en replaçant, avec plus de tact cette fois, le shot vide sur le plateau.

- T'as du sel ? Interrogea-t-elle avant de le voir quitter la pièce pour lui ramener, bien plus vite qu'il n'était revenu précédemment, ce qu'elle venait de lui demander.

En attendant, elle retourna chaque shot présent et y fit dégouliner le contenu de la bouteille qu'elle termina par déposer à côté d'une de ses cuisses. Le sel à porté de main, la belle éparpilla une nuée de grains blancs contre le dos de sa paume qu'elle lécha, s'empara du verre en mimant trinquer en l'honneur de son partenaire, puis le vida. Cette fois, une certaine grimace étira ses traits avant qu'elle ne s'adresse à Blackmore.

- T'as déjà fait ça ? Elle imaginait que non, si bien qu'elle lui agrippa la main libre, s'empara du sel qu'elle y fit perler, puis l'invita à lécher la poudre avant de le pousser à s'enfiler le shot qu'elle apportait à ses lèvres. Rieuse quant à la mimique qui s'en suivit, Joe relâcha le tout puis l'observa. Une paume soutenant son menton tandis que son coude reposait contre le matelas, un sourire amusé et plus juvénile figeant ses pétales, et la jeune femme ajouta, aussi lubrique que pouvait l'être une femme sur le point de se cuiter : J'vais t'souler et tu finiras par m'dire pourquoi tu as collé ta bouche sur la mienne p'tit coeur. Rit-elle sans véritablement se rendre compte de l'impact que ces mots auraient sur lui.

Les effets des trois premiers verres ne tardèrent plus à voguer dans ses veines. Son regard scintillait davantage et, ce n'était pourtant que le début.





Showing no mercy
You so fresh to death and sick as cancer, but you fit me better than my favorite sweater and I know that love is mean, and luv hurts. Love you more than those bitches before.

Revenir en haut Aller en bas
Swann Blackmore
Administrateur
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 529
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Sam 21 Oct 2017 - 5:49

Joann ne le laissa pas servir et s’était emparée de la bouteille de tequila. Un frisson descendit le long de la colonne vertébrale du jeune homme, l’affreuse impression d’avoir véritablement froissé quelque chose. Pourtant, il n’avait sincèrement pas cherché à la surprendre – pas dans le mauvais sens du terme. Les signes étaient là, ses gestes étaient ambigus, et lui… Swann eut soudainement envie de pouvoir en discuter avec Stan. Lui devait savoir, les femmes ne devaient pas être un sentier si peu exploré le concernant, et il avait l’air plutôt proche de l’escort-girl. Après s’être versé un verre de vin rouge, l’étudiant fixait son aînée qui vida cul-sec un premier shot. C’était plus fort que lui, d’autant que la douche froide qu’il avait pris le renvoyait à son rang d’admirateur. Ses paupières papillonnèrent d’un air gêné quand il captait le regard de la brune, alors il entreprit de s’attaquer à son spiritueux pendant qu’elle s’envoyait une deuxième rasade de tequila.

- De sel ? Répéta-t-il, o-oui !

Le jeune Blackmore se releva immédiatement pour accéder aux désirs de la sirène sans trop poser de question. Ça lui rappelait de vague souvenir mais les soirées alcoolisées, ce n’était vraiment pas son truc. Joy aurait certainement compris avant lui, mais cette dernière n’était bien évidemment pas invitée à la petite fête. De retour dans sa chambre, Swann confia la salière à la trentenaire qui remplit deux nouveaux shots et se concocta une teq’paf sans citron, le temps qu’il termine son verre de vin – la nervosité lui conférait une descente anormale.

S’il avait déjà fait ça ? Il avait à peine entrouvert les lèvres qu’elle lui attrapait la main pour y verser quelques grains blancs. En vérité, il aurait bien voulu éviter de se cuiter devant elle. Ce n’était pas une nouveauté qu’il ne tenait absolument pas l’alcool et vu ce qu’il avait déjà fait… autant s'épargner d’aggraver son cas auprès de Joann, non ? Mais comment résister à ses yeux scintillants et à sa voix ensorcelante ? L’étudiant lécha le sel, avala la tequila, grimaça autant pour le goût que pour la brûlure qui lui rampa dans l’œsophage. Il sursauta lorsque la trentenaire renoua le contact, une main sous son menton, un timbre lubrique qui réanimait des fantasmes pétrifiés pas le baiser volé.

- Je t-t’assure que ça vaut pas la…

« Peine ». Swann avait dégluti sans oser finir sa phrase. Sincèrement, il ne comprenait pas. A défaut, il sourit vaguement, gêné, conquis, intimidée. Devrait-il assumer et dire qu’elle l’excitait ? Devrait-il avouer à quel point il l’admirait ? Devrait-il tenter de noyer le poisson ? Sa main tremblait en reversant deux nouvelles rasades de tequila. Il leva son verre en un toast maladroit et le descendit sec, non sans que ses traits ne vrillent. Il avait oublié le sel dans l’histoire. Obligé de recommencer. Une semi teq’paf plus tard, le jeune Blackmore sentait que ses sens s’émoussaient déjà sérieusement. Pour faire une « pause » illusoire, il se servi un verre de vin d’une main incertaine.

- Je-je voulais pas te… te mettre mal à l’aise, confia-t-il la langue pâteuse, désinhibé par l’alcool, t’es une femme… genre…, l’écarquillement impressionné de ses yeux gris suffit à mimer le « extraordinaire », j’ai juste pensé que… que toi et moi… on…, il tenta vainement de se noyer dans son spiritueux pour trouver l’inspiration, on… partageait les m-mêmes…, la tête tournait, qu’est-ce qu’il racontait déjà ? ambitions. Hum-hum. Tu vois on est… pas… comme les autres.

Ça ne devait pas être clair, mais ce n’était pas évident de lui faire comprendre qu’il n’était pas amoureux, qu’il n’allait pas lui rédiger de lettre parfumée ni la demander en mariage. C’était une attirance charnelle, animale, passionnelle. Quelque chose d’un peu malsain, étroitement mêlé au sang et à la violence dont ils étaient tous les deux capables. Swann termina son verra, la vision se troublait sévèrement. Il aurait dû être plus ferme, ne pas accepter de se laisser enivrer… il aurait dû.


We are monsters

You got no place to hide and I'm feeling like a villain ; got that hunger inside. One look in my eyes and you're running 'cause I'm coming ; gonna eat you alive. Your heart hits like a drum, the chase has just begun. Monsters, stuck in your head. Monsters, under your bed. We are monsters ♪
Revenir en haut Aller en bas
Joann Cain
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 02/09/2017
Messages : 816
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Sam 21 Oct 2017 - 21:05



Cruelty got us closer 
Ft Swann
L'alcool désinhibait la plupart des gens et la brunette en avait parfaitement conscience, cuiter Swann lui permettrait donc d'obtenir des réponses à ce qui lui passait par la tête, néanmoins, en l'accompagnant à coup de tequila, elle jouait tout autant avec le feu. « Tu tiendras toujours mieux que lui » pensa-t-elle sans relâcher le regard gris qui transperçait le sien. Avec un coup dans le nez, Blackmore devenait subitement plus fun, plus mignon qu'il ne l'était déjà, et la manière dont elle l'observait témoignait de l’intérêt grandissant qu'elle avait à son égard.

Sourire aux lèvres, qui désormais ne disparaissait plus, Joann passa une main dans ses cheveux puis se servit un énième shot tandis qu'il se prêtait au jeu. Les grimaces que leur arrachait le liquide la poussaient à rire plus franchement et à considérer les traits désormais moins juvéniles de son voisin. La vingtaine, ce petit con était coincé dans un corps qui ne correspondait en rien à son intellect, ni même aux ambitions et désirs qui lui assaillaient le crâne, c'était fort dommage... Après tout, le voir boire et la suivre - sans être certain de tenir le rythme - semblait le faire changer au regard brun de l'escort qui ne se lassait plus de promener les yeux contre ses traits fins. Un instant, elle se plongea dans une contemplation digne des piliers de bar, et en oublia qu'elle aussi, au delà d'apprécier le voir se murger sans plus s'opposer à quoi ce soit, venait de s'enquiller quelques verres qui, sans doute altéraient sa lucidité. Puis, quand il reprit la parole, elle arqua les sourcils, le regard vitreux et interrogateur, en opinant subitement quand, enfin, elle se remémora ses dires précédents.

Le baiser, moui... C'était la raison pour laquelle elle avait accepté de boire pour ensuite le forcer à l'imiter... Est-ce que ça la dérangeait cela dit ? Est-ce que ça la foutait mal à l'aise... En y songeant, alors que les doigts contre sa tempe s'emmêlaient dans quelques mèches, puis que sa moue prenait des allures bien moins claires, Joann estima que non tout en mordillant son pétale inférieur sans jamais cesser de sourire. Cette fois, tout en l'écoutant et en assemblant des mots – déjà brouillons – qu'habituellement elle n'avait aucun mal à comprendre, Cain retourna le second verre ballon et jeta son dévolu sur la bouteille que Swann avait entamé plus tôt. En un rien de temps, le liquide rougeâtre, aux arômes acres, plut dans le récipient qu'elle termina par agripper tout en le faisant tinter contre celui que Blackmore n'allait plus tarder à s'enfiler. Chose faîte, les contours du verres rejoignirent ses pétales mais ne s'y inclinèrent pas... Non, elle buvait bien plus les paroles du jeune homme qu'autre chose, figée face à l'écarquillement de ses yeux dont, subitement, elle sembla dénoter toutes les nuances. Jamais elle ne s'y était attardée, mais ce soir, le sang contenant déjà plus d'alcool qu'elle n'aurait du en ingurgiter, elle était clairement fascinée par l'acier piqueté de bleu lagon qui plongeait dans ces deux billes curieuses. Aussi subjuguée qu'un gosse devant ses cadeaux de noël. Alors, qu'en il acheva sa phrase, après quelques secondes qui lui semblèrent aussi agréables qu'interminables, la Canadienne papillonna des cils avant de boire une gorgée.

- T'en fais pas.... Sa phrase traînait déjà, d'ailleurs, chaque mot qu'elle prononçait semblait posséder bien plus de syllabes qu'à l'origine. elle déplia ensuite les jambes et, en manquant d'équilibre une fois debout, se rattrapa sommairement au genou de son interlocuteur avant de rire. Ça tourne... excuse moi.

Prenant un temps considérable pour se maintenir, puis virer les doigts de leur dernier support, Cain pinça les lèvres en dressant un index mal assuré, simplement pour lui confier qu'il lui fallait tout au plus dix secondes avant de reprendre la parole. Une bouffée de chaleur immonde lui gravit l'organisme. Sans doute le fait de s'être levée, ça oui... Quoi d'autre sinon ? Alors, pour palier aux températures qu'elle pensait avoir changées en une minute, Joe confia son verre à Blackmore puis, sans pudeur, ni plus de conscience quant à ce que pouvait engendrer ses gestes, vira sa veste de cuir pour la balancer sur la chaise face au bureau.

- On crève ici, t'as pas chaud toi ? Tout en l'observant du bout de son nez plissé par une grimace, Joann glissa deux doigts à l'encolure ronde de son top - pour inviter l'air à se frayer un passage - avant de se laisser retomber, assise, sur le lit. mais... T'inquiète, j'suis pas mal à l'aise.... sinon j'me serai tirée avant qu' tu reviennes. Rit-elle en terminant par heurter la tempe contre l'épaule valide de son compagnon de beuverie.

Hilare, Joann se reprit néanmoins, doucement, en lâchant un soupir qui en disait long sur son taux d'alcoolémie. Puis, elle redressa les cils, sans bouger, vers le regard du brun auprès d'elle. Un silence religieux s'étira, elle le fixa longuement, détailla ses traits qu'elle semblait scruter pour la première fois. La tequila, le vin, tout cela semblait lui avoir ouvert les yeux concernant le gamin du moins, même si c'était faux, l'ivresse la persuadait que c'était le cas.

- T'es mignon... j't'assure Swann mais... J'suis trop vieille. Ponctua-t-elle, se redressant tout en lui chipant le verre - qu'elle lui avait remis plus tôt – pour le vider d'une traite. Mais, j't'en veux pas du tout... c'était même plutôt cool pour tout dire. Conclut-elle en un clin d’œil, accompagné d'un large sourire.

Clairement, si elle avait été en pleine possession de ses moyens, jamais ce genre de chose n'aurait quitté ses lèvres mais, peu importait, le lendemain elle n'aurait plus de souvenance concernant leurs conversations tout comme le reste de la nuit qui se profilait à l'horizon...





Showing no mercy
You so fresh to death and sick as cancer, but you fit me better than my favorite sweater and I know that love is mean, and luv hurts. Love you more than those bitches before.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cruelty got us closer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» EDGAR ✖ he said if you dare come a little closer.
» Closer to the Edge
» 01. I get bored, so ... Hello ! [ft Glenn McAllistaire]
» #. A.telier by N.ight & S.wie & O.range & Illu' | CLOSER FOR NIGHT & ORANGE |
» Keep your friends close, and your ennemies closer.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: