The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Cruelty got us closer -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Sam 21 Oct 2017 - 22:10
Il avait le cerveau posé sur un nuage de coton. Ses yeux brillants suivirent Joann qui se leva, manqua de tomber, se rattrapa à son genou. En essayant maladroitement de la rattraper, Swann en avait renversé une partie de son verre, mais ça n’avait plus d’importance. Déjà que de base il n’avait plus l’habitude de consommer de l’alcool, alors depuis qu’ils étaient reclus sur l’île, c’était devenu anecdotique. Son corps n’était plus habitué, les liqueurs lui montaient à la tête avec une violence démesurée.

Il descendit finalement ce qui restait de son verre pour attraper celui de son aînée qui se débarrassa de sa veste en cuir. Complètement subjuguée par la silhouette de la trentenaire, l’étudiant sursauta tandis qu’elle prétextait la chaleur. Son état d’ébriété n’aidait en rien à être discret, il avait été pris en flagrant délit de la mater sans vergogne. Au moins, elle n’était pas mal à l’aise. Le jeune Blackmore accueillit la nouvelle avec un grand sourire un peu idiot qui ne lui allait pas. Sur son front, la sueur commençait à perler, si bien qu’il balbutia un :

- Si-si, j’ai…

Mais il ne termina pas sa phrase. La tempe de Joann venait de heurter son épaule, son odeur lui parvenait intensément, comme si ses sens étaient décuplés par la tequila. Interdit, vaguement hilare, Swann resta immobile, la fixant comme elle le fixait. La forme affirmée de son visage, ses grands yeux marron illuminés par la boisson, ses cheveux bruns entortillés, et ses lèvres qui recommençaient à l’appeler… il fut le premier à baisser le regard. Impressionné, déboussolé.

Et puis ses mots. Qui lui firent l’effet d’une décharge. Il était « mignon » mais « trop jeune ». Il fallut de longues secondes pour que son cerveau embrumé ne percute. Pas tellement le sens de ses paroles, surtout qu’il était dans une impasse. Ce n’était pas une question de muscle, d’intelligence, de rang social ou d’ambition. L’escort-girl ne le trouvait simplement pas assez âgé. Entendre cette confidence en temps normal l’aurait sûrement déçu : les personnes aussi éclairées qu’elle et lui ne devraient pas apporter tant d’importance aux détails de ce genre. Toutefois, il était soûl et retint essentiellement le fait qu’il était à son goût… et que c’était cool. Avec un sourire complètement intimidé, Swann tâtonna pour resservir des shots, les joues écarlates. Réunissant ses efforts pour rassembler un semblant de concentration, il fronça un peu les sourcils en affirmant :

- L’âge, c’est complètement surfait…

Au fond de lui, il voulait la jouer mystérieux, mais il partit dans un rire ivrogne en versant le reste de la bouteille dans les verres. Ils l’avaient déjà terminée… décidément. Le temps avait filé dehors, il faisait nuit noire. L’étudiant était de toute façon à mille lieux de se demander ce que faisaient les autres et surtout : ce que faisait Joy. Il était présentement dans sa chambre… avec Joann… qui en pinçait pour lui. C’était ça non ? Pfffff… ça tournait beaucoup trop pour réfléchir. A la place, il tendit un shot à sa voisine et leva le sien pour porter un toast :

- On emmerde la différence d'âge !! Lança un peu fort, tout grisé d’utiliser un vocabulaire qui n’était ordinairement pas le sien.

Sans attendre de voir si son aînée suivait, il vida son énième verre, le reposa sur le plateau en faisant tomber l’une des canettes de bière et se battit avec son pull pour le retirer. D’un geste, il l’envoya rejoindre la veste de la trentaire – ou plutôt, c’était ce qu’il visait, mais il s’écrasa misérablement au sol. Son écharpe suivit le même chemin. En dessous, une chemise froissée par ses gestes, en coton, qu’il agitait pour brasser l’air sur son torse humide.

- J’ai chaud moi aussi…

Et quand il reposa sa main, il ne réalisa même pas que c’était sur la cuisse de sa complice.
Revenir en haut Aller en bas  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 884
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Sam 21 Oct 2017 - 23:02


Cruelty got us closer 
Ft Swann
Joe n'avait déjà plus conscience de l'heure ni de la météo, tout ce qu'elle vit en jetant un œil par delà le vitrage, c'était qu'il faisait nuit noire. Il pouvait bien être 21h, 22h ou plus tard, avec l'alcool ingéré, elle s'en cognait littéralement et n'avait visiblement pas l'intention de lever le camp. Son compagnon, bien qu'aussi imbibé qu'elle, était de bonne compagnie, il y avait pire non ? Elle aurait tout aussi bien pu se retrouver avec Pornstache à l'heure actuelle. Cette idée soudaine, qui lui traversa l'esprit comme la flèche d'un archer émérite, lui tira une grimace comme si Swann était capable de comprendre les choses dont elle ne parlait même pas. Peu importait Rogers senior n'était guère présent et face à elle, seul un mignon petit jeune homme, aux joues rosies par l'ivresse, lui tenait lieu de compagnie. Cette fois, le cliché fut plus sympathique, davantage encore quand deux autres verres se remplirent sous la volonté de son partenaire. Sans attendre, elle agrippa le shot lui étant servi et le dressa, d'un geste théâtrale – comme celui de son voisin-, rendu brumeux par l'alcool, pour souligner prestement le toast lancé par son comparse.

Le liquide lui brûla la trachée une fois encore, elle en grimaça, secoua la tignasse puis termina par éclater de rire en se remémorant l'esclaffe soudaine qu'il avait lâché plus tôt. Le rire de Swann était communicatif, jamais elle n'avait rit de la sorte, du moins jamais elle ne s'était marrée de cette manière auprès de Blackmore sous l'effet de la tequila. C'était peut-être ça le meilleur, l'inédit, le fait de partager un moment étrange avec un môme qui, quelques minutes – ou heures, elle n'en savait plus rien – plus tôt, l'avait embrassé sans demander son reste. Désormais, cet « incident » était à des kilomètres de la Canadienne qui profitait de l'état de son cadet. Il riait, trop pour que ce soit véridique et non pas généré par ce qui lui filait les veines, mais peu importait, elle adorait ça comme si plus rien n'avait de valeur ou d'existence sinon leur duo improbable.

Reposant son verre, Joann arqua les sourcils quand il se redressa d'un bond pour s'empresser de virer le pull qu'il portait et là, se produisit une chose à laquelle elle ne s'attendait tout bonnement pas. Elle le reluqua comme s'il s'agissait de Clayton, même de Jason d'ailleurs, et lui offrit l'un de ses plus beaux sourires. Le lâchait prise lui aller à ravir, Swann n'était plus mal dans ses loques, il n'hésitait plus et lorsque sa main vint offrir sa chaleur à la cuisse de la brunette, elle cessa de respirer en le contemplant qui s'éventait.

Interdite une minute, un rire niais fila ses pétales qu'elle finit par pincer. Lui avait pris de l'âge en se murgeant, quant à elle, Joann était comme redevenue la gamine vile, charmeuse et vénale, qu'elle était autrefois. Chacun avait changé de cap sans s'en rendre compte et, subitement, les mots qu'il avait hurlé plus tôt suite à un rire de damné, lui explosèrent dans le crâne comme une irrémédiable évidence. Il avait totalement raison ! Qu'était un chiffre comparé au bien être que ressentaient deux personnes ? Qu'était un putain de nombre face au partage des mêmes idéologies ? Rien du tout, oui, keudal, c'était désormais clair comme de l'eau de roche dans son esprit torturé par la boisson. Joann n'avait plus la prétention d'être trop âgée ou lui trop jeune non, ils étaient similaires et pensaient de la même manière, tout était parfaitement limpide... Qu'elle croyait car, véritablement, sa tête était aussi brumeuse que des champs au lever d'un jour ensoleillé. Alors, en croisant son regard scintillant, Joann esquissa un sourire malicieux.

- T'es bourré ! Se moqua-t-elle en deux billes vitreuses.

Quelle révélation vraiment, n'importe qui, lucide ou non, aurait pu le remarquer. Sans rire il fallait simplement le regarder pour comprendre qu'il ne contrôlait plus rien cependant, elle n'était pas bien nette non plus, en témoignaient ses gestes mal assurés et la manière dont elle replaçait inlassablement ses mèches, sans pour autant les coiffés mais plutôt en les ébouriffants. En somme le duo était plein comme des barriques. Néanmoins, l'absence de réponse de la part de son acolyte la poussa à reprendre la contemplation de ses yeux. Dans son crâne fiévreux, rendu vaseux par l'abus, Joann imaginait n'avoir jamais rien vu de si beau et sa réaction ne tarda pas à survenir. Elle redressa une main vers la joue rose de son partenaire et l'engloba en inclinant son propre minois. Sa peau était chaude, douce comme aucune autre, un fait la poussant à se remémorer l'échange précédent qui, malgré elle, lui avait plu sans pour autant qu'elle désire y donner suite. Puis les dires de Swann tournaient en boucle sous sa chevelure douloureuse, « on emmerde la différence d'âge » avait-il dit, alors oui, elle l'emmerda copieusement en scellant ses lèvres aux siennes sans plus aucune barrière ni maîtrise. Ce fut moins bref et plus recherché que la première fois, plus suave mais surtout sans doute bien plus réciproque au point qu'elle recula en un sourire satisfait, presque comblée, sans encore juger le terrible impact de son acte. - Tequila merci à toi -.

- J'emmerde aussi les chiffres, j'aime pas les maths ! Rit-elle tandis que le décor tournait devant ses prunelles au point qu'elle dut déposer le visage contre le sternum de son compagnon. Si t'as chaud enlève ta ch'mise... personne ira l'dire à ta chieuse de frangine. Cette phrase fut balbutiée comme les restes d'idées claires qui persistaient, déjà le coin de ses lèvres s'écrasaient contre le jeune homme sans plus qu'elle lutte pour se redresser. Elle entendait son cœur, c'était agréable, confortable aussi... Quelque chose qu'elle n'aurait sans doute jamais imaginé, ni même apprécié en temps normal et qui, malgré sa saveur, l'affolerait au réveil le lendemain. J'ai la tête qui tourne.... on devrait s'allonger, on a vraiment... vraiment... trop bu... Ricana-t-elle en agrippant, d'une main molle, celle que Blackmore avait placé sur sa cuisse quelques secondes auparavant pour tenter, aussi vainement qu'il était possible de le faire dans pareil état, de se reprendre.





Showing no mercy...
I'm not a stranger. No i am yours, with crippled anger and tears that still drip sore..... I feel alone here and cold here though I don't want to die. But the only anesthetic that makes me feel anything kills inside... I am cut.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Dim 22 Oct 2017 - 0:00
S’il était bourré ? Il ne put répondre à ça qu’un sourire niais et incontrôlé. En vérité, il l’était déjà tellement qu’il ne s’en rendait plus compte. Swann était juste bien, flottant, somnolant. Ses paupières tendaient à s’abaisser alors que la chaleur de la main de son aînée le réveilla d’un coup. Dans sa poitrine de coton, il sentit s’emballer son rythme cardiaque, se désynchroniser sa respiration. Joann était si proche, si belle, si entière. Vieille ? Elle ? Pas du tout. Elle était une icône, un modèle, un mythe. Des idées tissées dans l’alcool s’envolaient depuis les songes de l’étudiant : elle et lui, ils pourraient régner sur ce nouveau monde. Ils auraient une place de choix, trieraient les fruits mûrs des fruits pourris, jugeront de ce qui doit être ou ne pas être. Elle et lui. Personne d’autre.

Lorsqu’elle l’embrassa, le jeune Blackmore répondit avec une maladresse juvénile et ivre. La peau de sa sirène se mélangeait à la sienne, sa langue tâtonnait sans savoir, sa chair s’hérissa d’une chair de poule lascive. Une bouffée de chaleur lui brûla jusqu’à la pointe de ses cheveux, ses mains restèrent paralysées à défaut de savoir quoi faire. Joann s’éloigna et il resta là, essoufflé comme après un deux-cents mètres, les yeux écarquillés, subjugué. Ensorcelé, il réagit immédiatement aux dires de la trentenaire sans poser de question. Grimacer, enlever sa chemise, grimacer encore à cause de cette foutue épaule. Il avait été recousu mais les points avaient laissé une cicatrice sur sa peau blanche et imberbe.

Le temps que Swann réalise, sa complice était contre lui, lui procurant de nouveaux frissons. Son cerveau s’électrisait, l’empêcher de sombrer dans le sommeil. Hésitant, il enroula un bras autour de son épaule, espérant qu’elle se redresse et retrouve le chemin de ses lèvres. Finalement, cette position n’était pas confortable, alors il replaça ses doigts sur la cuisse de la jeune femme qui lui confiait vouloir s’allonger.

- O-oui… ond’vré, balbutia-t-il avec une étrange incapacité à articuler, a-a-attends…

L’écarter à contre cœur, essayer de se lever, se lever, poser le plateau par terre, tout ça fut bien trop compliqué. L’étudiant manqua de tomber, de renverser les bouteilles, de casser les verres. Ensuite… aller savoir pourquoi, ça lui parut super important d’enlever ses chaussures. En se baissant pour défaire ses lacets, il crut vomir, se redressa, sourit bêtement, recommença, tomba sur ses fesses, ricana, recommença, jusqu’à se retrouver débarrassé.

- Jvétédé, baragouina Swann en s’attaquant aux pieds de Joann.

Wow. Juste, wow. Vue sous cette angle – sans doute que l’alcool aidait un peu – elle était encore plus impressionnante. Ses mains tremblaient, moites, prolongèrent volontairement la prise sur ses mollets quand il tirait pour lui retirer ses rangers. Dans sa tête, ce geste était sensuel. En vérité, il ressemblait à un ivrogne qui s’acharnait sur une jambe sans parvenir à libérer un pied. D’ailleurs, il retomba aussi plusieurs fois en arrière en s’esclaffa stupidement avant de rejoindre son aînée sur le matelas.

- tsutserasplusalaise, marmonna-t-il en s’allongeant, tumedisi… si… si…

Déjà, il perdait le fil. Le jeune Blackmore avait sans doute espéré que quelque chose se passe, que ses sens embrasés soit comblés, que lui et Joann s’unissent enfin. Qu’ils scellent leurs destins, leur attirance inavouable, leurs envies sinistres. Au lieu de ça, il avait sombré… dans un gouffre où ses souvenirs étaient réduits en pièces, jusqu’au petit matin.
Revenir en haut Aller en bas  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 884
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Lun 23 Oct 2017 - 14:13


Cruelty got us closer 
Ft Swann
Des balbutiements, et rien de bien constructif, traversaient leurs lèvres. Joann se fichait du reste désormais, elle était bien là, l'oreille collée au buste de son partenaire du soir, d'ailleurs chaque « boum » de son cœur sonnait comme une berceuse qui la tentait vers un sommeil lourd et séduisant. Partir maintenant ? Et quoi ensuite ? Sans doute ne s'était elle jamais sentie aussi légère, certes ce n'était là qu'une idée farfelue incombé par le fluide qui se mêlait à son sang, mais comment aurait-elle pu y résister ? Son nuage cotonneux la satisfaisait suffisamment pour lui intimer de rester et de ne plus bouger sous peine de sentir la terre tourner encore. Quant au membre qui l'enlaça brièvement, Joann n'y répondit qu'en un murmure inaudible. Peut-être un grognement parce que les doigts, pourtant bien intentionnés de Swann, agrippaient quelques unes de ses mèches où les nœuds, formés par ses gestes précédents, persistaient. Mais ce n'était rien, ça ne fut plus qu'un vague moment brumeux dès lors qu'il ôta son bras pour mieux la repousser. Cette fois, en revanche, sa moue déçue et boudeuse vint rencontrer l'air décidé de son acolyte qui quittait la couche pour se baisser vers le sol.

- Mais... qu'écetu fais... Un petit hoquet parfumé à la Tequila lui échappa et coupa subitement sa phrase qu'elle poursuivit néanmoins comme si de rien n'était. J'étais bien... pistut'en vas... reviens allez.... Sourit-elle malgré sa voix qui, désormais, ressemblant déjà bien plus à celle d'une niaise, n'était plus capable de constituer de phrases assez claires.

Pourtant consciente qu'il ne comprendrait sans doute pas un tiers de ses formulations brouillons, Joe se pencha vers lui et tapota la place qu'il occupait précédemment. Blackmore n'accéda pas à sa requête cependant, il se battait avec ses chaussures au point qu'elle se mit à rire, un rire étouffé semblable à ceux des débiles profond. Lui même riait d'ailleurs, il chutait, se redressait, ricanait et reprenait ce qu'il avait entreprit plus tôt sous les yeux rieurs et pétillants de sa partenaire qui termina par ancrer le dos, sans volonté aucune, sur les draps alors que le jeune homme s'attaquait désormais à ses rangers. La jambe prisonnière de ses mains, en sentant son corps vibrer sous les coups brusques du gosse, la brune se mit à rire en collant les paumes contre ses traits avant de ramener les coudes auprès de ses flancs afin de péniblement redresser le buste. Ses gestes n'étaient plus aussi sûrs que les secondes précédentes, mais le voir se battre avec ses pompes la fit sourire jusqu'à s'extasier, subitement, quand enfin il la rejoignit en baragouinant de plus belle.

Elle ne pouvait pas certifier avoir comprit, du moins il lui fallut un temps considérable pour décoder sa phrase à laquelle, deux minutes plus tard, elle opina puis reprit sans constater que son partenaire avait déjà sombré. Tout en parlant, sans plus obtenir de réponse, elle dégagea leurs godasses, se mit debout en se rattrapant de justesse, vira ceinture et jeans et revint se vautrer contre le lit en un rire sourd destiné à son compagnon endormit contre lequel elle se lova sans demander son reste. Après tout, la berceuse lui manquait, coller la tempe contre son torse était donc une position confortable... Plusieurs boums résonnèrent à son tympan, comme une horloge dont les piles usées tentaient à faire dysfonctionner le mécanisme... Elle s'y attarda et laissa ses paupières papillonner pour mieux l'emporter...


[...]


Des cliquetis la gênèrent, si bien qu'elle tenta mollement de les chasser en tirant l'oreiller contre son oreille libre. Rien n'y fit, ce brouhahas intempestif continuait de vibrer dans son crâne. Ouvrir les yeux ou ne pas les ouvrir ? Telle était la question et déjà des réflexions plus claires que la veille lui envahissaient l'esprit. Si elle ouvrait les paupières, sans doute pourrait elle visualiser la source de ce bruit infâme et y mettre un terme mais, au delà du rouge derrière ses persiennes – cette couleur simplement générée par une lumière trop vive -, Cain savait que ce geste, aussi ordinaire et simple était-il, ferait jaillir la douleur qui, pour le moment, restait sourde. Il était là le mal de tête, elle le sentait s'éveiller aux rythme plus habituel de ses pulsations cardiaques, mais l'étouffer quelques secondes encore lui faisait envie, tout comme la chaleur mouvante de l'autre coussin mélodieux sur lequel reposait sa tempe. Tâchant de se rendormir, en espérant déjà qu'un prochain réveil soit moins pénible que celui-ci, la belle fronça les sourcils lorsque cet oreiller la bouscula comme il n'aurait du le faire. Là, Joann plissa plus fort les paupières et n'y tint plus... Elle bascula sur le dos, relâchant la source de chaleur agréable sous ses doigts et tempe, puis battit des cils pour saisir l'étendue immaculée au dessus d'elle.

- Hann... Putain ma tête... Cracha-t-elle d'un timbre encore ensommeillé en ramenant les doigts à ses tempes.

A peine ces dernières glissèrent entre ses mèches qu'une grimace lui étira les traits. Même ses cheveux étaient douloureux, signe qu'elle avait abusé la veille, d'ailleurs, alors qu'elle jetait un regard par la fenêtre, derrière laquelle les rayons du soleil venaient la faire chier, elle captura les cadavres d'une bouteille de tequila, puis de vin, et maints verres huileux étendues au sol. Au moins, si elle n'était pas sûre d'elle, ces images lui certifièrent qu'elle avait bien pris une sacrée cuite. Ce n'était rien, elle avait déjà vécue pareille chose, ça lui arracha même un rictus et alors qu'elle scrutait les lieux, subitement, sans prévenir, ses traits se tournèrent vers l'autre côté du pieux. Le fait de ne pas reconnaître sa chambre, ni même son propre logement, mais celui d'une toute autre personne, poussa subitement son cœur à battre la chamade, et plus encore lorsque ses yeux, à mi chemin entre elle et l'autre à son flanc, capturèrent la peau nue de ses jambes tout comme la soie des simples dessous qui couvraient ses parties intimes.

La panique la gagnait, une panique monstre qu'elle tenta de réprimer alors qu'elle fermait les yeux, comme pour se réveiller, avant de capturer le minois pâle à ses côtés. Non, c'était impossible, elle s'en souviendrait... Mais, de quoi se souvenait-elle d'ailleurs ? Car hormis s'être décidée à lui rendre visite la veille, avoir discuté avec lui et s'être fait voler un baiser, c'était le trou noir... Son cœur bondit dans sa loge en le voyant aussi peu vêtu qu'elle, puis, d'un bond, elle quitta le lit tandis qu'il rouvrait les yeux. Elle se jeta hors de la couche, emportant le drap, qu'elle ramena contre elle, et le pointa du doigt après avoir ramené ses mèches folles à leur place.

- Non.... putain dis moi qu'non Swann où.... Je... Qu'allait-elle faire d'ailleurs, hurler ? S'époumoner ? Quitte à attirer la gamine qui vivait ici ? Merde, en songeant à elle, Joe fixa la porte close de la chambre et jura de plus belle avant de revenir à Blackmore. Tu m'as fait quoi ?!!!!! Rugit-elle avant de se reprendre, partiellement, et de comprendre que, bien qu'il y ait pu clairement se passer un truc, elle était bien trop bourrée pour s'opposer aux désirs malsains de son acolyte.

Un viole ? Non, l'alcool rendait les choses faciles, il était fort probable qu'elle se soit laissée aller aux délires débiles de sa comparse ivre à mourir, et ait pu pousser le gamin à lui grimper dessus. Consciente, d'ailleurs bien plus préoccupée par ce dont elle ne se souvenait pas plutôt que par sa gueule de bois, Joe retomba assise sur la couche et colla les traits entre ses propres mains.

- Qu'est-ce que j'ai fais.... putain... faut qu'j'me souvienne...





Showing no mercy...
I'm not a stranger. No i am yours, with crippled anger and tears that still drip sore..... I feel alone here and cold here though I don't want to die. But the only anesthetic that makes me feel anything kills inside... I am cut.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Lun 23 Oct 2017 - 21:17
Ses paupières étaient beaucoup trop lourdes. Il avait repris conscience avec la sensation d’être – littéralement – en vrac. Son cœur était dans son estomac, son estomac sur sa langue, son cerveau dans ses cheveux et sa peau était si sensible que ses nerfs devraient avoir migré à la surface de son épiderme. En plus de ça, un poids écrasait sa poitrine en lui coupant à moitié la respiration et accentuant ses nausées. Avant de se rendre compte qu’il s’agissait de Joann, le jeune homme avait déjà commencé à se contorsionner pour se libérer. A chaque geste, une vibration vrillait jusqu’à son crâne. Il tenta d’ouvrir un œil : un supplice. Ses paupières se crispèrent sur elles-mêmes, comme l’une de ces plantes qui se recroquevillent au toucher. Swann pouvait compter les fois où il avait abusé de l’alcool sur les doigts d’une seule main mais là… c’était pire que jamais.

- Joandheoz ?

Il avait essayé de prononcer le prénom de la trentenaire qui était à ses côtés – il l’avait deviné à sa voix – mais sa langue n’était apparemment pas décidée à fonctionner. Au prix d’un effort surhumain, l’étudiant s’était redressé en position assise. Avec encore un peu de lutte contre la douleur, ses yeux gris s’ouvrirent pour découvrir un spectacle surprenant. Les vêtements jetés ici et là, les cadavres de bouteilles, les verres renversés, et la silhouette à demi-nue de l’escort-girl. Il eut l’impression de recevoir un électrochoc simultané avec le bon de son aînée hors du lit. Effaré, blafard, il la contemplait avec des yeux ronds alors qu’elle cherchait à avoir des explications.

- Je… non… je… enfin… on a… je sais pas… je…

C’était le trou noir. Il se souvenait avoir eu envie d’elle, l’avoir embrassée, lui avoir déballé son discours de colonisateur, puis… non… vraiment ? Ils auraient… ? Swann n’osait pas dire à haute voix que même lorsque qu’ils étaient encore lucides, le comportement de la brune portait à confusion. Elle l’allumait, non ? Alors peut-être qu’après avoir abusé des alcools, ils s’étaient laissés aller, elle avait cessé de lui résister, et… et ça voudrait dire qu’il avait couché avec elle sans être capable de se le remémorer.

- J'ai rien fait… je me souviens pas… non plus…, grimaça-t-il en souffla une haleine alcoolisée.

Pour le coup, difficile de dire s’il était plus choqué par l’omission ou par le fait qu’ils l’aient potentiellement fait. Elle et lui, c’était un fantasme qui le poursuivait presque honteusement depuis des mois. Le jeune Blackmore se sentait alors comme un aveugle à qui on avait promis qu’il avait été au sommet du Mont Fuji-Yama voir un lever de soleil. Ça devait être magnifique mais il était obligé de le croire sur parole.

- … faut que j’aille aux toilettes, déclara brusquement Swann qui se leva en catastrophe pour se précipiter hors de la pièce.

Dans le couloir, il avait l’impression que l’air était plus respirable. Plus frais. Ça apaisait un peu ses céphalées mais chacun de ses pas faisait violemment résonner son cerveau. Au moment de poser la main sur la poignée, Joy en sortit et lui jeta un regard interloqué de haut en bas. Le cadet de la famille eut le réflexe stupide de bondir en arrière en croisant les bras devant lui pour se cacher. Elan de pudeur réflexe qui fit éclater d’un rire mesquin la blonde qui lui servait d’aînée.

- Sérieux ? J’t’ai déjà vu à poil plus qu’ça devrait être légalement permis, Joy fit mine de s’approcher pour lui glisser une confidence, pas mal pour quelqu’un d'la ligue des loosers… vous avez fait pas mal de bruit cette nuit.

Et elle le planta là, après un clin d’œil et un sourire malicieux. Elle s’enfuit alors l’air de rien, laissant son frère glacé sur place quelques secondes. Finalement, vider son estomac attendrait. Avec une allure d’automate déconnecté, il revint dans sa chambre, ferma la porte et s’y adossa, incapable de tenir debout seul. Si c’était possible, il avait encore pali tandis que ses orbes d’acier se posèrent douloureusement sur Joann.

- Joy… dit qu’on… qu’on a…, il avala sa salive, on l’a fait.
Revenir en haut Aller en bas  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 884
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Lun 23 Oct 2017 - 22:02


Cruelty got us closer 
Ft Swann
En fond sonore, malgré les assauts désagréables dans son crâne, Joann l'entendit lui certifier qu'il ne se souvenait de rien non plus. Mais malgré la confiance qu'elle avait en lui sur ce point, la jeune femme aurait tout donné pour qu'un signe, n'importe lequel, lui assure que rien ne s'était passé entre eux. Au lieu de ça, alors qu'elle redressait les yeux, pas sans un coup de poignard dans la tempe, pour le voir filer hors de la chambre, elle reprit une lourde inspiration et fixa l'étendue des dégâts autour d'elle. Déchets de bouteille, fringues en tous genres, certes elle portait encore ses sous vêtements, mais elle savait pertinemment que ça n'arrêtait en rien pareille pulsion. De ses souvenirs, pitoyables et peu nombreux, lui revenaient le baiser et les quelques premiers verres qu'elle avait avalé, du reste, il ne restait que les preuves accablantes de la chambre. D'une, elle avait dormi ici, ce n'était déjà pas normal en soit, jamais ô grand jamais elle n'avait eu l'idée de partager ne serait-ce qu'un lit avec l'Etudiant. De deux, elle s'était désapée ou... L'avait-il délesté de ses frusques ? Aucune idée et pour l'enfoncer davantage, lorsqu'il reviendrait d'avoir certainement vomi ses tripes, Joann avait besoin de faits, de véritables faits et accusations qui tenaient la route, pas d'une rage subite, de mots plus hauts que les autres, pour tenter de se sortir de cette saloperie de situation.

Accablée, se maudissant elle même d'avoir eu l'idée de venir lui rendre visite, Joe en oublia de se rhabiller et redressa le buste, d'un geste surpris, quand le jeune homme revint dans la pièce. Là, clairement, et étant donné sa tête, les choses n'étaient pas bonnes du tout. Un « quoi ? » plus étranglé que cinglant fila ses lèvres mais, quand elle le vit se liquéfier contre le battant clos, et qu'il lui lâcha la dernière bombe en date, nul autre que ce qu'elle redoutait colporté par l'asperge blonde, son cœur loupa plusieurs battements d'affilé. Ses lèvres mimèrent un « non » inaudible et effaré... C'était des conneries, rien d'autre que des inepties lancées à la va vite dans le but de les faire chier, de la faire chier... Car autant, même s'il était aussi blafard qu'elle, Swann se ravirait plus tard d'avoir donné suite au baiser de la veille. Quant à elle, Cain était blanche pour une seule raison : Elle avait couché avec un gosse, elle avait couché avec un môme qu'elle trouvait intéressant, qu'elle jugeait apte à devenir plus qu'un pantin sans avenir à ses yeux et ces semblants de sentiments, à son encontre, s'étaient retournés contre elle.

Pour unique réponse, elle colla les traits dans ses paumes et sentit des larmes de fureur percer ses cils. Ce n'était pas qu'une erreur non, c'était pire, d'ailleurs qui lui disait qu'elle n'était pas en cloque ? A cette idée, qui la fit pâlir plus qu'elle ne l'était déjà, elle redressa vivement le visage et se mit en quête de ses fringues. A terre, malgré la migraine qui faisait désormais rage, elle rassembla ce qui lui appartenait jusqu'à loger une main, aussi rapidement qu'elle put, sur ses lèvres dès lors que le parfum de la bouteille vide, à quelques centimètres d'elle, lui monta au nez. Bordel, ne manquerait plus qu'elle vomisse là, devant lui qui n'était pas non plus dans son état normal, c'en suivrait un geyser... Comme dans l'exorciste... Déglutissant avec mal suite aux images qui lui saisissaient l'esprit, elle termina par coller les fesses sur le parquet et à pleurer, pleurer, comme la fillette capricieuse qu'elle était jadis. Clairement, elle n'imaginait pas se foutre dans un état pareil mais c'était trop tard... C'était bien trop tard.... La frangine de son voisin devait bien rire à l'heure actuelle et Joann, en larmes, imaginait que si le cellulaire avait encore eu de beaux jours devant lui, alors tous le monde aurait déjà été mis au parfum que Joann Cain, aka la bitch de service, s'était tapée le sombre petit Swann Blackmore de six ans son cadet. Dans son crâne, encore embrumé de la veille, des unes imaginaires faisaient les gros titres avec cette nouvelle. Des rires résonnaient d'ailleurs, il lui semblèrent même si réels qu'elle en colla les deux mains sur ses oreilles.

- La ferme !!! S'égosilla-t-elle avant de rouvrir les yeux en glissant le revers d'un bras sous ces derniers.

Elle devait être belle tien, à chialer comme une mioche en pleine crise, les cheveux en bataille et le rymel s'étant fait la malle. Un vrai canon ! Rouge de honte et de fureur, elle croisa pourtant les yeux de Swann. Malgré tout, elle le vit tout aussi mal qu'elle et, étrangement, son allure lui pinça le cœur, elle l'appréciait son vilain petit canard, mais il avait fallu qu'une soirée foute tout en l'air... Ce fut donc à la fois désolée et pleine de haine, qu'elle déglutit. Elle ne pensait pas à un abus non, il en était incapable et bien que lucide avant de s'enfiler verre sur verre, Joann savait parfaitement que l'alcool était capable de lui faire faire de très vilaines choses... Elle était aussi coupable que lui.

- On.... Les derniers sanglots l'empêchaient cruellement de parler alors, elle reprit une grosse goulée d'air et souffla. Ça lui faisait autant de bien que ça la déstabilisait, peut-être car tout était fichu en à peine quelques heures. on va rien dire.... à personne... c'était une monstrueuse connerie ! Cette dernière phrase, elle l'appuya en le pointant de l'index et en se redressant avec drap et fringues contre son buste. Mais putain Swann, j'espère juste un truc.... c'est que tu m'ais pas collé un polychinel dans l'tiroir parce que sinon.... Manquant de mot, elle répéta plusieurs fois son sinon puis finit par abdiquée. Bref, prie parce que l'jour où j'vais pisser sur une bandelette, tu seras là et vaut mieux pour nous deux qu'ce soit négatif, comme le fait que jamais, jamais, jamais ça se reproduira, tout comme jamais, absolument jamais, tu n'ouvriras la bouche sur tout ce bordel...





Showing no mercy...
I'm not a stranger. No i am yours, with crippled anger and tears that still drip sore..... I feel alone here and cold here though I don't want to die. But the only anesthetic that makes me feel anything kills inside... I am cut.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Mar 24 Oct 2017 - 19:45
Heureusement qu’il était trop malade pour réaliser que la simple idée d’avoir couché avec lui suscitait comme réaction une belle crise de nerf en direct. Elle rassemblait ses vêtements, pleurait, hurlait même sous son regard interdit. Swann était juste là, écrasé contre la porte, pétrifié comme un idiot. Ses yeux trahissaient son effarement alors qu’il regardait la trentenaire sans savoir quoi lui dire. Les mots rebondissaient dans son cerveau douloureux sans trouver le chemin vers sa langue. Sans doute aussi qu’il gardait les lèvres scellées parce qu’il avait l’effroyable sensation que s’il les ouvrait, le contenu de son estomac allait se retrouver sur ses pieds. Faute de pouvoir faire plus, il hochait la tête, approuvait tout ce que Joann disait.

Non il n’en parlerait à personne, oui ça resterait entre eux. Il n’était de toute façon pas du genre à se vanter de ses conquêtes et il n’avait certainement pas envie d'évoquer le fait qu’il ne s’en souvenait pas. Le jeune Blackmore n’avait jamais trouvé « cool » les gens qui se mettaient une mine à s’en retourner le cerveau. Au contraire, il les trouvait pathétiques et ridicules. S’il en était là, c’était vraiment parce qu’il avait suivi le mouvement – et parce qu’il avait essayé de se prouver quelque chose. Swann allait faire un effort et essayer de parler… mais la dernière réplique de son aînée fut la goutte qui fit déborder le vase. Littéralement.

Dans un élan désordonné, il traversa la pièce en deux bonds et se rua sur la corbeille à papier sous son bureau. Le nez dedans, il rendit le contenu de son estomac dans un hoquet écœurant qui empestait la bile et l’alcool. Enceinte ? Il en vomit de plus belle. Son teint déjà blafard virait presque au gris, ses mains se crispaient sur les contenant en aluminium. A cet instant, il était à mille lieux de la honte ou de son amour propre en pleine chute libre. Ses entrailles s’allégeaient et c’était un peu l’unique chose sur laquelle était focalisé son esprit cotonneux.

- Ce sera… négatif, réussit-il à articuler entre deux raclements de gorge, tu peux… tu peux pas être…

Si, en fait, elle pouvait complètement. Swann eut un nouveau haut-le-cœur mais son estomac avait visiblement fini de se vider. Ne remonta qu’un relent entêtant qui accentua la grimace qui déformait ses traits. Maintenant qu’il pouvait reprendre le contrôle de ses gestes, l’étudiant n’osait pas se retourner vers Joann. Il renifla, cracha, essuya vaguement ses lèvres du bout des doigts et se retrouva là… embarrassé avec une poubelle pleine de vomi dans les bras. Joli tableau. Tentant de reprendre un minimum de contenance, le jeune Blackmore s’éclaircit la gorge et proposa :

- On a… on a deux salles de bain. Tu peux… tu peux prendre une douche et…

S’en aller ? C’était sûrement ce qu’elle ferait. Après ça, il y avait de fortes chances qu’elle ne veuille pas s’attarder plus encore dans cette chambre.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   
Revenir en haut Aller en bas  
- Cruelty got us closer -
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» EDGAR ✖ he said if you dare come a little closer.
» Closer to the Edge
» 01. I get bored, so ... Hello ! [ft Glenn McAllistaire]
» #. A.telier by N.ight & S.wie & O.range & Illu' | CLOSER FOR NIGHT & ORANGE |
» Keep your friends close, and your ennemies closer.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: