The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Cruelty got us closer -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Cruelty got us closer   Lun 16 Oct 2017 - 22:24
- T’es vraiment trop con, ponctua Joy en se rasseyant à sa place.
- Ouai… tu l’as déjà dit. Plein de fois, rétorqua l’étudiant avec lassitude.

Sa sœur n’avait toujours pas digéré le fait qu’il soit revenu, un mois auparavant, à l’article de la mort. Une balle de ce calibre dans l’épaule, ça aurait pu littéralement lui bousiller l’articulation, voir répercuter l’impact jusqu’aux poumons. La chute n’avait rien arrangé et sans les médecins du camp, il serait sûrement infirme aujourd’hui. La blonde tenait à cet idiot de frère qui s'obstinait à vouloir impressionner la galerie, Stan et Joann notamment, alors ça ne pouvait que mal se terminer. Voilà à quoi ils en étaient réduits : il avait le bras gauche immobilisé en écharpe et elle devait lui couper ses spaghettis pour lui faciliter la tâche.

- C’est parce que c’est vrai, renchérit Joy avant de piocher dans son assiette.

Elle aimait bien lui rappeler à sa façon qu’il était un assisté, alors sa réplique était devenue un véritable leitmotiv. Swann ne faisait même plus attention, se contentant de laisser filer sans entrer dans un conflit avec son aînée. Il avait suffisamment de ressentiment envers les sauvages qui lui avaient fait ça de toute façon et attendait avec impatience le jour où il pourrait aller rendre la monnaie de leur pièce à ces malades mentaux. Histoire de faire bonne mesure, il rapporterait une tête ou deux en souvenir, pour prouver à sa sœur qu’aucune des personnes qui le blessait ne s’en tirait impunément. Il ne rougissait même pas de cette pensée… la violence s’était ancrée en lui comme une évidence et par-dessus le marché, elle lui paraissait tout à fait légitime.

Le reste du repas, le jeune Blackmore avait dû écouter sa compagnie se plaindre d’à peu près tout. Depuis les derniers partenaires qu’elle avait eu en ravitaillement jusqu’au temps qu’il faisait et la lourdeur d’un mec qui l’avait dragué la veille. Il lui prêtait gentiment une oreille, par égard par le fait qu’elle accepte de l’aider en dépit de ses insultes affectueusement répétées. Néanmoins, l’ultime tintement de sa fourchette dans son assiette indiquant qu’il avait terminé fut un soulagement. Il allait pouvoir se soustraire à sa présence sans que ce ne soit impoli.

- Et en plus ça va ENCORE être à moi de faire la vaisselle, râla Joy pour la millième fois en quatre semaines.

Elle s’était à peine levée que quelqu’un frappa à la porte, du coup elle changea d’itinéraire pour aller ouvrir. Son air blasé devint ouvertement anti-pathétique alors qu’elle toisa Joann de la tête au pied. Manquait plus que la gogo-danseuse qui faisait du gringue à son frère pour la mettre de bonne humeur ! S’appuyant au cadran, elle souleva un sourcil avant de lâcher :

- Qu’est-ce tu veux ?
- Qui c’est ? L’étudiant avait presque deviné avant de voir rien qu’au ton de son aînée, L-laisse là, bafouilla-t-il soudainement, déstabilisé par la présence de la trentenaire, sérieux Joy, est-que tu peux… te pousser ?

Il en avait la chair de poule et le cœur qui battait à cent à l’heure. Depuis la dernière fois, elle l’impressionnait encore plus et dans son jeune esprit trop peu expérimenté, les contacts fugaces qu’ils avaient entretenus pour le bien de la mission avaient laissé une trace particulière. Avant, c’était de l’admiration, maintenant… il ne dirait pas qu’il en pinçait pour elle, mais y’avait un petit truc. A croire que le sang et la cruauté, ça rapprochait. Un peu nerveux, Swann tira sa sœur en arrière de son bras valide. Elle résista un instant et capitula dans un « pfffffff » profondément dédaigneux.

- S-salut Joann, dit-il enfin une fois que l’eau eut commencé à couler dans la cuisine, je peux… euh… faire quelque chose pour toi ?
Revenir en haut Aller en bas  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1086
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Lun 16 Oct 2017 - 23:11


Cruelty got us closer 
Ft Swann
Voilà un petit temps qu'elle n'avait pas vu le gamin... La dernière fois remontait à la mission, du moins, à la fin de cette dernière quand Stan l'avait déposé à l'infirmerie. Joe n'avait pas réellement su s'il s'agissait d'angoisse ou du simple fait d'imaginer que, possiblement si le gamin ne s'en sortait pas, le petit jeu de manipulation lui manquerait, tout il advenait qu'elle y avait songé, plus qu'à son tour, plus que d'accoutumé, au point d'être quasiment soulagée lorsqu'on lui avait appris que Blackmore s'en sortait avec un bras en écharpe. Ça aurait pu être pire, s'était-elle dit, en haussant les épaules face à son interlocuteur, pire oui, après tout Swann aurait pu tout aussi bien se vider de son sang dans l’hôpital, et bien qu'au bon endroit – des mois plus tôt ça aurait été le cas -, ni Stanley, ni Smallville, ni elle, n'aurait pu lui venir en aide. Au lieu de ça, et malgré une bastos dans l'épaule, le gamin avait fait preuve d'une grande témérité... Le genre de celle capable de l'intéresser davantage, le genre de trait de caractère qu'elle avait toujours apprécié, peut-être plus encore car en avait découlé une cruauté qu'elle n'aurait imaginé saillir sous les veines bleues d'un môme « inoffensif ».

Inoffensif oui, c'était ainsi qu'elle avait qualifié Swann dès leurs premiers échanges, mais en réalité, l'eau dormait paisiblement en attendant sagement qu'une flamme vienne la faire bouillir. L'ébullition s'était manifestée durant cette opération, face à des gens cinglés, dès personnes qui, bien que totalement déconnectées de la réalité, ne cherchaient qu'à défendre leurs biens... Jamais elle n'aurait pensé qu'il serait capable de tirer dans le tas, encore moins dans un corps déjà blessé, uniquement dans le but de soulager la rage que lui inspirait ce dernier. Ce n'était d'ailleurs pas de la surprise qu'elle avait ressenti en voyant les projectiles creuser trois beaux trous sombres dans un morceau de viande en partance pour le pays des macchabées mobiles, mais une certaine admiration qu'elle n'aurait cru jamais ressentir pour un si jeune garçon. Il était simplement remonté dans son estime, désormais, à ses yeux et sans qu'il en sache quoi que ce soit, Swann n'était plus un petit pantin docile duquel elle pouvait obtenir ce qu'elle désirait sans mal aucun, mais plutôt un jeune homme capable de grandes choses pour subvenir aux besoins d'un groupe dont le tiers n'en méritait pas le quart.

C'était peut-être pour ces raisons qu'elle avait décidé de lui rendre visite, bon certes elle tomberait certainement sur cette abrutie de Joy, mais passé ce sale moment, le reste de la journée serait sans doute plus agréable... Comment ne pourrait-elle pas l'être d'ailleurs lorsqu'on était sûre d'inspirer une certaine estime à son interlocuteur ? Un sourire aux traits, certaine d'avoir affaire à l'asperge mal dégrossie qui devait jouer les infirmières usées auprès du convalescent, Joe avait passé une main dans ses mèches brunes avant de toquer contre la battant de la bicoque. Pour ainsi dire, elle n'avait jamais mis un pied chez les Blackmore et, pour être honnête, jamais elle n'en avait eu l'idée jusqu'à présent... Ce fait l'invita à rêvasser quelques secondes, une brève évasion qui prit fin dès lors que le minois pâle de l'aîné de la famille, et son air ravi, remplaça le bois sans doute bien plus agréable de la porte. Elle détestait cette gamine, elle ne lui inspirait rien de bon, davantage encore que cette conne se permettait de juger sa « relation » avec son frère sans se priver. A sa question d'ailleurs, Joann ne put réprimer un rictus mauvais.

- Pas t'voir en tout cas. Répliqua-t-elle du tac au tac avant d'entendre le timbre de son frangin qui, lui, lui tira un sourire satisfait servi uniquement à son interlocutrice.

Le genre d'image qui confirme que oui, vous vous sentiez bien supérieure à l'autre. Laissant donc faire le lien fraternel, qui ici n'avait aucune véritable valeur contrairement à sa présence visiblement, Joann jubila en voyant le gamin tirer Joy en arrière pour la pousser à dégager fissa. Bientôt, cette tige dédaigneuse fit volte face et disparut, ne subsista plus que des bruits de porcelaines, et autres casseroles, pour confirmer qu'elle était encore présente sur les lieux. Renvoyée dans ses foyers la sale mioche, son frère n'avait plus d'yeux que pour elle et Cain appréciait déjà la tournure des choses alors qu'il l'interrogeait quant à sa venue.

- Pour moi ? Rien du tout... Sourit-elle en décrivant son membre accidenté. ou si, me dire comment tu t'sens depuis la dernière fois que j't'ai vu.

Là, une moue embarrassée prit possession de ses lèvres, lui donnant un air faussement boudeur auquel peu de gens résistaient, mais ce n'était pas pour l'amadouer, non, plutôt pour chercher ses mots et trouver une bonne raison concernant sa présence sur des lieux qu'elle n'avait jamais foulé du pied.

- J'ai appris que tu allais mieux d'une autre bouche que la tienne, j'me doute que tu t'remets doucement mais, j'voulais être certaine que tout allait bien. Un bruit sec provint alors de la cuisine vers laquelle elle redressa les yeux, certaine que Joy n'était pas très enjouée à l'idée de la voir entrer chez eux. C'est moins agréable quand t'es pas dans le coin, j'vais pas dire que nos petites discussions me manquent mais... presque. Sourit-elle.

Là, en revanche, c'était pour la grue attelée derrière son évier, simplement pour la faire chier et possiblement lui faire s'ouvrir les paumes en brisant un verre. C'était faux, elle ne manquait pas de lui à ce point, non... elle y pensait simplement de temps à autres, mais de là à certifier qu'on appréciait plus les choses qu'une fois ces dernières absentes, il y avait un large fossé.





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Mar 17 Oct 2017 - 12:59
- Oh, euh…

Swann resta un instant bouche-bée, un peu intimidé par le discours de son aînée – et plutôt ensorcelé par sa moue boudeuse. Il n’aurait jamais imaginé qu’elle fasse le déplacement jusque chez lui dans l’unique but de prendre de ses nouvelles. Ce n’était absolument pas qu’il se méfiait, plutôt qu’il se disait qu’une femme aussi charismatique que Joann aurait d’autre chose à faire. L’étudiant fut donc considérablement flatté dans son estime et bien que ses joues laiteuses s’empourprèrent légèrement, il se sentit soudainement monter d’un cran. Il faisait partie de ces civils qu’on respectait un peu, ceux auxquels l’ancienne escort-girl pouvait trouver un intérêt.

- Et bien ça va, répondit-il sans trop savoir étoffer, les… les médecins disent que d’ici deux semaines je devrais pouvoir enlever l’écharpe, après ce sera de la réédu-
- T’en fais pas, beugla Joy depuis la cuisine, il a toujours sa main droite pour les soirées où il pense trop à toi.
- Euh…, ça c’était petit, le cadet Blackmore eut une furieuse envie de disparaître – ou d’étriper sa sœur, ignore-là…, suggéra-t-il maladroitement, c’est une jeune femme frustrée en pleine période menstruelle.

Il avait tenté de maîtriser son débit mais avait monté le volume en fin de réplique, espérant faire mouche. On disait bien « femme qui rit à moitié dans ton lit » et si Joann pouvait apprécier le trait d’esprit destiné à remettre son aînée à sa place, il aimait à fantasmer qu’il gagnait quelques points. Néanmoins, ils étaient toujours dans l’entrée, avec les bruits de vaisselle et le « fuck you » bien sonore de la blonde. Swann s’éclaircit donc la gorge pour proposer :

- Tu veux… entrer un instant ? On pourrait… aller dans ma chambre, sa respiration se bloqua, je veux dire… ce sera le seul endroit à peu près tranquille de la maison.

Ne pas rougir. Ne pas rougir. Ne pas rougir. C’était compliqué, surtout quand les sous-entendus de Joy, qu’il n’avait maladroitement pas essayé de démentir, avait déjà rendu l’atmosphère effroyablement tendancieuse. D’autant que les pensées intimes n’arrangeaient rien parce que si l’étudiant tentait de faire bonne figure en jouant le jeune homme détaché, une partie de son imaginaire écrivait déjà un scénario où lui et la trentenaire rebondissaient sur son matelas.

- Je peux te proposer quelque chose à boire ? Demanda-t-il également en s’écartant pour la laisser entrer.

En quelques pas, Joann pourrait rejoindre le salon qui n’avait quasiment rien perdu de son éclat passé. Ils faisaient néanmoins l’effort de couper la lumière jusqu'à la complète tombée de la nuit pour économiser l’électricité et les décorations de la table basse, qu’aucun des deux enfants Blackmore ne pouvaient plus voir en peinture, avaient été dégagées d’un commun accord. D’un signe timide de la main, il désigna l’escalier qui les guiderait vers les étages et les éloigneraient de la furie qui faisaient claquer les couverts en les rinçant.
Revenir en haut Aller en bas  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1086
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Mer 18 Oct 2017 - 20:54


Cruelty got us closer 
Ft Swann
D'après le « corps médical » il pourrait retrouver l'usage de son bras d'ici peu... Quant à la rééducation, sa sœur lui certifia, en gueulant depuis la cuisine, qu'il n'avait pas besoin de cette main ci pour penser à elle. De mauvais goût oui, même pour elle qui demeurait tranchante envers ceux qu'elle n'appréciait pas trop, mais là c'était petit et simplement lancé dans le but de foutre mal à l'aise le gamin lui faisant face. Il balbutiait déjà d'ailleurs, mais pour ce que Joann en avait à faire, les mots de sa frangine n'avaient guère l'impact escompté, elle n'allait pas rebondir dessus... Après tout, il fallait savoir choyer ses sujets non ? Et que l'asperge ait subit le débarquement des Anglais ne lui faisait ni chaud ni froid, mais cette petite pic, envoyée avec plus ou moins de mordant, eut le mérite de lui arracher un sourire. Cela dit, en guise de réponse, Joe se contenta de rouler des yeux et de balayer l'air d'un revers de paume. Si Joy avait balancé ça dans le but de lui foutre la honte, c'était sans doute réussi, ce qu'elle ignorait en revanche c'est que son affirmation était plutôt flatteuse la concernant. N'était il pas agréable de faire fantasmer les hommes ? Bien sûr que si, c'était un peu comme avoir l'assurance d'un pouvoir que d'autres filles n'avaient guère, et que le sujet en question soit plus jeune n'était pas un problème. Après tout, rien n'irait jamais plus loin avec lui... C'était un môme, un môme dont la cruauté forgeait peu à peu l'admiration de Cain, mais un môme tout de même.

Sans dire un mot, Joann redressa les cils lorsqu'il lui proposa d'entrer pour rejoindre sa chambre. Là encore, elle ne rebondit pas, ça n'était rien de plus qu'une proposition innocente, elle n'y vit aucune indécence et se contenta donc, en un immense sourire lancé à l'intention de la pimbêche en pleine vaisselle, d'avancer en faisant mine de dépeindre le décor. Clairement les Blackmore n'avaient pas à se plaindre, c'était plutôt sympa, la bicoque était accueillante, presque chaleureuse tien, du moins, elle l'aurait été davantage si une putain de harpie ne rôdait pas dans les parages... Croisant le regard mauvais de cette peste d'ailleurs, l'Escort fit volte face pour répondre uniquement à celui qu'elle était venue voir.

- Merci... ça ira. Lâcha-t-elle tout en scrutant les détails de cette maison.

Un peu plus et elle se serait crue revenu en arrière, lorsqu'elle rejoignait des clients fortunés à leur domicile. Ça y ressemblait un peu, le riche milliardaire, trop vieux pour encore la tenir raide, en moins cela dit. Cette pensée lubrique l'invita même à sourire de coin puis à reporter son attention vers les marches que Swann lui désignait.

- Honneur aux filles j'suppose ? Reprit-elle en un certain amusement.

Ce petit brun était assez serviable, elle ne doutait pas de sa galanterie une seconde, aussi prit-elle les devant sans relâcher des yeux l'extrémité du couloir qui ne tarda plus à se présenter à elle puis là, sans prévenir, elle fit volte face en manquant de se prendre de plein fouet son voisin, il n'était qu'à quelque centimètres d'elle et la dépassait d'à peine une tête mais elle remarqua la roseur subite de ses joues au point qu'un sourire mutin fila ses pétales.

- Ta sœur est une vraie conne. T'en fais pas, même si le morceau qu'elle a lâché est vrai... J'trouve ça flatteur en un sens. Elle devait lui dire, pas qu'il se confonde en excuses par la suite - lle détestait ça -, pas qu'il ait honte d'être un mec avec des besoins et désirs, ce n'était rien. Mais pour couper cour à la gêne que pouvaient occasionner ces mots, qu'elle venait de placer avec brio pour se garder jalousement la confiance qu'il avait en elle, Joann indiqua une porte au hasard, afin de donner le change, puis inclina le minois légèrement. C'est ici ?  





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Mer 18 Oct 2017 - 23:08
Honneur aux filles ? Euh… oui, sans doute. Swann et la galanterie élémentaire, c’était pas forcément ça – même si son crush pour Joann lui faisait se découvrir de bonnes manières. Il s’était écarté pour la laisser passer, grimpant les escaliers à sa suite, le regard malheureusement à hauteur du postérieur de son aînée. Ses yeux gris avaient trouvé le sol, plutôt que de s’obstiner dans ce spectacle voyeur mais coupable. Ils traversèrent le couloir et quand la trentenaire fit brusquement volte-face, son cœur rata un battement. Ils n’étaient plus qu’à quelques centimètres, le souffle chaud de l’escort-girl caressant son menton. L’envie de se pencher pour l’embrasser était intense, l’étudiant luttait de toutes ses forces pour ne pas céder. Maintenant qu’il avait repris son rythme, son palpitant cognait si fort qu’il était étonné qu’elle ne l’entende pas.

- Oh… euh… non… enfin… je…

Ce fut à peu près tout ce qu’il avait été capable de répondre. Oui, Joy était conne ; mais pour le coup… est-ce que c’était vrai ? Elle prendrait vraiment pour un compliment qu’il… non. Non-non. Mieux fallait de pas penser à ça, sinon en plus de la rougeur de ses joues, c’était la tension du tissu au niveau de son entre-jambe qui allait le trahir. Heureusement que le sujet fut détourné vers leur destination. Les membres du jeune homme, jusque-là tendus par leur proximité, bondirent comme s’ils étaient sur ressort. Il attrapa par réflexe la main de Joann et la relâcha aussi vite que si sa peau l’avait brûlée.

- Non, là c’est… c’est la salle de bain. Je suis là.

Il poussa une porte pour révéler une chambre abondement baignée dans la lumière du crépuscule. Elle était impeccablement rangée, parce que contrairement à sa sœur bordélique, il aimait les espaces organisés et propres. Son mac trônait encore sur son bureau, véritable vestige d’une vie qui s’était éteinte. Le reste, surtout des livres, des cahiers, un ou deux jeux de société, et une pile de lettres retenues par de la ficelle. C’était des mots qu’ils s’étaient échangés avec Apple, quand ils n’avaient pas le temps de se voir ou qu’il était simplement trop dur de parler. Swann n’était pas un nostalgique mais… de temps en temps, il aimait bien les relire. Pour se souvenir de la raison pour laquelle il était sorti de sa caverne de Platon.

- Bienvenue chez moi…, dit-il timidement avant de reprendre un peu d’assure, je… j’en ai pas encore parlé à Stan, mais je veux pas être sur la touche, ça lui était venu comme ça, maintenant que ses pensées redevenaient un brin claires, ça m’a pas… enfin… j’ai pas peur de retourner dehors et de faire ce qu’il faut.

Après leurs actes à l’hôpital, nul doute que la jeune femme saurait jusqu’où il pouvait aller. S’il disait ça, c’était pour prendre les devants. Dans le cas où Joann ne soit là qu’en éclaireur, pour son mentor – par exemple – et qu’elle ne cherche à déceler où se situait son moral. Ses convictions n’étaient pas ébranlées, au contraire ! Sitôt que ses deux bras seraient libérés, il rempilera. Ça lui paraissait important qu’elle le sache, même sorti de nulle part.
Revenir en haut Aller en bas  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1086
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Jeu 19 Oct 2017 - 0:12


Cruelty got us closer 
Ft Swann
C'était mignon de le voir perdre ses moyens de la sorte, et même si ce n'était là qu'une manière de le tenir au creux de sa paume, désormais il fallait se contenter d'un rien pour jouir des aspects plus simplistes de la vie. Joann était consciente qu'elle pouvait l'impressionner un minimum, néanmoins elle n'était jamais allée au fond des choses, habituellement elle se contentait de piquer sa curiosité, assez pour lui inspirer assez de mystère et qu'il ait le désir d'en savoir davantage. Ce n'était qu'un jeu pour elle, du moins, jusqu'à cette dernière mission où, contre toute attente, une facette bien plus agréable de Swann avait eu le mérite de retenir son attention. Cette cruauté subite, cette fureur soudaine, l'avait quelque peu exaltée pour ainsi dire, elle ne désirait simplement qu'en savoir davantage, tout comme lui en avait eu le désir concernant quelques brides de son passé. C'était intriguant pour elle, nouveau sans doute, après tout jamais un mioche n'aurait pu s'attirer sa sympathie autrefois, simplement car à son regard acerbe, les gosses n'étaient que de fragiles petites choses sans grande importance.

Sa main rejoignit donc la clinche du battant désigné et ce jusqu'à ressentir, non pas la froideur du bouton de porte, mais la chaleur des phalanges de son interlocuteur. Aussi vite agrippa-t-il ses doigts, aussi vite les retira-t-il comme si le diable en personne venait de lui proposer un pacte duquel il ne ressortirait indemne. Ce fut donc perplexe qu'elle l'observa avant de le suivre vers son domaine où la clarté, tout comme l'ordre, lui sautèrent aux mirettes. Cette chambre n'avait rien de celle d'un étudiant fêtard, au contraire, elle ressemblait bien plus à celle d'un rat de bibliothèque, puis en un sens, alors qu'elle avançait le nez en l'air pour contempler bibelots et mobilier, Joann jugea simplement que cette pièce était en adéquation avec le salon impeccable qu'elle avait vu plus tôt. Clairement, Swann vivait dans une sorte de monde à part, dans un luxe désormais rare, le genre d'endroit dans lequel elle se serait volontiers plu si, toutefois, le monde était resté celui dans lequel elle fuyait un affreux connard. Pas qu'elle détestait le logement qu'on lui avait assigné, non, mais ça n'avait clairement rien à voir avec cette baraque. Un sourire étira donc ses lèvres alors qu'il l'invitait à découvrir une partie de son univers, et elle souriait uniquement car ça ne ressemblait pas vraiment au jeune homme qu'elle avait vu éclore lors de leur dernière sortie.

- C'est... assez surprenant. Lâcha-t-elle avant de glisser les doigts contre le bureau où trônaient quelques courriers ficelés. Elle divagua à leur contenu d'ailleurs tandis qu'il lui assurait qu'il ne passerait guère son tour quant aux prochaines missions. Elle l'écoutait sans sembler le faire, mais redressa soudainement le minois, sourcils froncés et peu certaine de comprendre, lorsque les derniers mots prononcés retentirent. C'était sans doute ce qu'elle espérait entendre, et ce afin de ne pas voir l'espoir étouffer dans l’œuf concernant le potentiel de Blackmore, mais ce fut si soudain qu'elle ne put s'empêcher d'émettre quelques doutes. C'est à dire ?

Elle savait parfaitement de quoi il parlait, ce qu'il évoquait, mais l'entendre lui préciser clairement lui faisait envie comme parfois elle mourrait d'envie de se griller une cigarette alors que son étui était vide. Voir se métamorphoser quelqu'un était toujours passionnant, du moins, quand un lombric se muait en serpent et pas l'inverse. Swann n'était encore qu'un pantin manipulable et fragile un mois plus tôt, elle voulait simplement le voir sectionner ses ficelles et se muer en un être qu'elle serait capable d'apprécier, à sa juste valeur, sans plus aucune sorte d'exaspération. Malheureusement, il peinait encore à s'exprimer sans fioriture, sans temps de latence, au point qu'elle lui offrit un sourire se voulant rassurant mais uniquement présent dans le but d'obtenir ce qu'elle même recherchait.

- Y a qu'moi ici, t'es pas obligé de prendre de gants. Alors, Approchant, pour se faufiler dans son dos et baisser les lèvres à hauteur de son oreille, Joann ne cessa de sourire tout en cherchant à gratter le vernis pour y retrouver la part sombre qui demeurait chez lui et qui, malgré tout ce qu'elle avait pensé de lui, méritait son attention. faire quoi ? Te venger... trouver ces gens et les exterminer, c'est ça ? Saches que c'est légitime Swann. Reprit-elle en reculant pour prendre place sur le bord du lit. Se venger c'est humain, ça permet d'extérioriser, surtout quand on a subi... Ce n'est simplement que le résultat de la douleur, des blessures qu'on nous a infligé...

Haussant les épaules Joann demeura silencieuse quelques instants. On disait bien souvent que les gens ayant subi des atrocités répétaient ces mêmes horreurs par la suite. C'était le cas pour les enfants victimes d'abus, pas pour tous mais, la plupart, une fois parents, imitaient leurs géniteurs sur leur progéniture. La concernant, elle rendait simplement ce qu'elle avait pris durant des années. Certes il ne s'agissait plus de Mark, lui, elle espérait qu'il soit mort de la pire manière qui soit, mais cette manière d'agir, de faire, qu'elle avait apprise auprès de lui, lui permettait de se protéger de bien des manières.

- Je ne dirai rien à Stan, tu le feras toi... Mais passons, tu veux ? Plus insouciante, elle replaça une mèche rebelle prise dans ses cils puis s'éclaircit la voix. T'as envie de faire un truc en particulier ?

Mieux valait creuser en douceur, rien ne l'empêchait de revenir sur le sujet plus tard, lorsqu'il serait moins sur les nerfs et plus confiant...





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   Jeu 19 Oct 2017 - 13:12
C'est-à-dire ? Les lèvres de Swann s’ouvrirent mais aucun son n’en sortit sur le coup. D’abord parce qu’il ne s’attendait pas à ce que la trentenaire lui demande des détails et ensuite, parce qu’il y avait quelque chose d’effroyablement aguicheur dans sa manière de s’approcher de lui. Il s’était raidi d’un coup alors que son souffle effleurait le lobe de son oreille. Ça aurait pu lui crever les yeux qu’elle en rajoutait pour l’amadouer, qu’une femme de sa trempe ne pourrait – jamais – s’intéresser autant à lui. Mais non. L’étudiant était lucide pour le reste mais complètement confus dès qu’il en venait à penser à Joann.

Il s’éclaircit la gorge maintenant qu’elle était de retour sur le bord du lit. Ça y est, son imaginaire lui jouait des tours. Est-ce qu’elle n’était pas en train de l’allumer ? Est-ce que tout ça – son timbre, sa posture, ses sous-entendus – n’était pas un appel à ce qu’il cède à ses pulsions ? Personne n’était obligé de le savoir, ça pourrait rester entre eux et les murs de cette chambre. S’il avait envie de faire un truc en particulier ? Oh oui, quelques idées lui trottaient en tête.

- Euh… non, ça…

Il haussa les épaules, non sans grimacer car le mouvement avait ravivé une douleur, et s’approcha d’un pas. Ils n’étaient plus bien loin l’un de l’autre. Elle assise, lui debout, ses orbes grises plongés sur son visage. Son aînée avait tenté de balayer le sujet, peut-être par crainte de le mettre mal à l’aise, mais Swann ne voulait pas laisser filer. Dans ce qu’elle avait dit, il décelait en filigrane qu’elle le prenait pour un gosse – ou en tout cas, pour quelqu’un en plein apprentissage. Pourtant, ce n’était plus le cas. Il avait compris le monde, il ne tâtonnait plus.  

- Et pour… ce que tu disais… ce n’est pas une question de vengeance, réussit-il à lancer fermement, c’est une question de justice.

Envolé l’éclat troublé et ensorcelé de son regard. Au fond de ses prunelles, l’étincelle glaciale qui l’avait animé pendant l’expédition à l’hôpital était revenue. Aux premières loges, Joann pouvait admirer ce qu’elle avait réveillé, cette conviction profonde qui tirait presque sur la démence. Elle voulait qu’il ne prenne pas de gants ? Alors il allait lui donner ce qu’elle attendait.

- Ces gens, ceux qu’on croise dehors et qui nous résistent… ou les malades mentaux comme ceux qu’on a rencontré, ils ne comprennent pas, son timbre devenait grave, ses paroles plus assurées, on est l’avenir et eux…, une esquisse de sourire en coin lui conféra un fugace air cruel, ils sont sur notre chemin.

Swann osa alors franchir le mètre qui la séparait encore de la trentenaire pour s’assoir à ses côtés. Proche. Suffisamment pour que leurs épaules s’effleurent et que leurs visages partagent la chaleur de leurs respirations. Galvanisé par son discours, il s’était libéré de sa gêne et, l’espace d’une seconde, prenait la place du prédateur. Elle l’intimidait, il voulait l’impressionner, certes. Mais… sa nature fourbe le poussait à vouloir susciter une fascination inverse.

- Et parfois… je me dis que les tuer et brûler leur refuge, c’est trop facile. On devrait faire un exemple, histoire que tout ceux qui en ont vent soient terrifiés avant même de nous rencontrer, imperceptiblement, il s’était un peu plus rapproché d’elle, lentement attiré par ses lèvres comme par un aimant, on pourrait… les écorcher vifs et les crucifier sur leur perron, proposa-t-il froidement sans même ciller, qu’est-ce que tu en dis, Joann ?
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Cruelty got us closer   
Revenir en haut Aller en bas  
- Cruelty got us closer -
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» EDGAR ✖ he said if you dare come a little closer.
» Closer to the Edge
» 01. I get bored, so ... Hello ! [ft Glenn McAllistaire]
» #. A.telier by N.ight & S.wie & O.range & Illu' | CLOSER FOR NIGHT & ORANGE |
» Keep your friends close, and your ennemies closer.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: