Partagez | 
 

 Slow town

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Auteur
Message
Emerson R. Barnett
Leader | Island Freedom
avatar
Date d'inscription : 01/12/2015
Messages : 483
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Slow town   Sam 25 Nov 2017 - 11:11

« La plupart chez nous ne sait pas utiliser une arme comme celle-ci. Nous n’y toucherons pas. C’est la tienne. » Expliqua-t-elle après le laïus d’Heather, en la fixant sans ciller. « C’est juste qu’on ne veut pas que tu l’ais sur toi constamment. » Ce qui semblait logique, mais qui avait apparemment besoin d’être précisé.

Emy ne se voyait de toute façon pas trifouillé son arme pour s’en servir. Elle utilisait d’autres choses pour se défendre, bien loin d’être une tireuse d’élite. Ecoutant patiemment la brune en face d’elle, elle croisa les bras sur sa poitrine en réfléchissant. Faisait-elle une erreur ? Elle ne pourrait pas le savoir avant d’avoir laissé Heather s’installer chez elle. Cependant, son instinct ne lui hurlait pas qu’il y avait quelque chose de bizarre chez elle. Pas comme lorsqu’elle avait vu leur « sauveur » débarquer après la horde pour les tirer d’un bien mauvais pas.

Un lot de foire ? Emy esquissa un sourire, amusé par la comparaison. Très bien, elle comprenait le message. Ça n’était pas à elle de faire son éducation, elle n’était pas sa mère, Heather était assez grande pour savoir s’en tirer à bon compte. Ça n’était pas à plus de trente ans qu’elle aurait pu changer quoi que ce soit à sa manière de voir les choses. En tout cas, pas après tout ce qu’elle avait traversé. L’italienne vivait dans une autre zone de guerre, avec de bref instant de calme avant une prochaine tempête.

« Donc tu considères que tu es comme avant, c’est ça ? » Répéta-t-elle dans la foulée. « Tes regrets, quels sont-ils ? »

Non, les questions d’Emy n’étaient pas des plus agréables. Mais si Heather parlait à cœur ouvert, comme elle le disait si bien, alors il faudrait y passer. Emy ne voyait, pour sa part, pas de problème pour en faire autant. Des regrets, elle en avait des tonnes. Son plus gros, c’était de ne pas avoir pu lutter pour garder sa fille à ses côtés et lui offrir un toit qu’elle aimerait.

« Si tu devais changer quelque chose à ta condition, à ce que tu as vécu durant cette apocalypse, ça serait quoi ? » Enchaîna-t-elle.

Heather n’avait plus besoin d’être ménagé. Et comme elle montrait patte blanche, elle se permit de se détendre davantage en l’écoutant parler. Il y avait un autre point qui l’encourageait : si Heather voulait leur faire quelque chose, ils étaient plus nombreux au campement. Peut-être pas aussi entraînés, mais ils étaient tous des survivants avisés.

« L’endroit où nous vivons est grand, on ne se marche pas dessus. Tu auras ta chambre, ton intimité, ta tranquillité. » Lui expliqua-t-elle. Et oui, elle parlait au futur, comme si elle avait la certitude que ça se ferait. « Mais il y avait quasiment tout à faire là-bas pour le rendre vraiment durable. » L’avertit-elle.

Autant dire qu’elle n’aurait pas le temps de s’ennuyer.



I'm in need of the answer, in search of the question, in love with being broken-hearted. A little white lie, a big black sky, and emptiness open on the Dashboard. You feel a lack of self and it's someone else telling you to try where you failed before.
Revenir en haut Aller en bas
April E. Hamilton
Island Freedom
Modérateur
avatar
Date d'inscription : 20/06/2016
Messages : 757
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Slow town   Sam 25 Nov 2017 - 12:04

Emerson répondit concernant l’arme qu’Heather rechignait à abandonner, tant mieux, mais la quadragénaire croisa les bras à la suite de son discours. Comment ça c’était « insultant » ? C’était quoi ce numéro de vexation ? On dirait une adolescente à laquelle on venait de faire une remarque sur sa nouvelle coupe de cheveux. Soldat ou par, l’italienne ne pouvait pas prétendre avait déjà vécu dans une zone de guerre où les cadavres revenaient dévorer ceux qui restaient et où elle ne pouvait même plus avoir le rêve d’un « chez elle » réconfortant loin des conflits et des tueries. Inutile d’être militaire pour savoir que ce n’était pas la même chose et si jamais, admettons, elle n’avait vraiment pas changé, alors… alors elle pourrait comprendre que pour les civiles comme elle, c’était différent. April n’avait jamais eu la prétention d’être meilleure, au contraire : si elle avait posé cette question, c’était parce qu’elle-même avait mis un temps fou à s’habituer au lycée après un an sur les routes. Alors sa frustration et sa métaphore sur la peluche de foire, elle pouvait se les garder, sérieusement.

Visiblement, la doyenne était la seule renfrognée par cette réaction : la chirurgienne souriait, amusée par la comparaison. Soit. Une fois de plus, ça serait elle qui passerait pour la vieille aigrie, mais elle s’en fichait littéralement. Recruter Heather, lui proposer un toit, un lit et de la compagnie n’impliquait aucunement qu’elles doivent devenir deux grandes amies. Elle aurait volontiers répondu quelque chose, ça lui démangeait la langue même, mais dans les faits : la brune les avait aidées. Ça et en plus, c’était à Emerson de mener cette discussion, pas à elle.

Elle resta donc silencieuse, incapable de ne pas imaginer les réponses qu’elle-même aurait apporté à sa cadette. Ses regrets étaient légion. Ils la bouffaient. Depuis le tout début : elle aurait dû ne pas laisser son plus jeune fils sortir, elle aurait dû comprendre plus vite ce qui clochait avec ce virus. Avant ça, elle aurait dû insister pour rentrer de leurs vacances de pêche pour faire tout le monde quitter la ville avant que ça ne devienne une zone de chaos. April avait peut-être tiré son épingle du jeu en temps que survivante mais en tant que mère, elle avait échoué sur toute la ligne.

- J’ai rien à ajouter, précisa sèchement la quarantenaire après qu’Emerson se soit tue.


Make me believe again
Never win and never lose, there's nothing much to choose between the right and wrong ♪ Nothing lost and nothing gained, still things aren't quite the same between you and me ♪ I keep a close watch on this heart of mine.
Revenir en haut Aller en bas
Heather Wu
Island Freedom
avatar
Date d'inscription : 06/09/2017
Messages : 103
Age IRL : 21
MessageSujet: Re: Slow town   Ven 1 Déc 2017 - 1:36

La plus jeune des deux américaines sembla comprendre qu'Heather se montrerait inflexible sur le sujet de son fusil. Cela ne serait donc pas un sujet trop ombrageux. Et puis, elle ne comptait pas non plus se promener avec un fusil sur l'épaule par tous temps. Après tout, c'est lourd, encombrant et par conséquent fatiguant. Heather ne jugea pas utile d'ajouter autre chose sur ce sujet. Les deux partis semblaient s'accorder.

Vint ensuite une question que l'italienne n'avait pas prévue. Elle avait elle-même ouvert la porte après tout. On lui demandait de faire la liste de ses regrets. C'était plus qu'intime comme question. Elle avança une main comme pour demander une pause. Elle était tentée de juste botter en touche sur le coup. Ce ne serait pas honnête, mais elle n'allait pas tout dire pour une fois.

D'un ton mal assuré, elle déclara à contrecœur :

"Je dois vraiment tout lister ? Ne pas avoir fait la paix avec mon père la dernière fois que je l'ai vu. Ne pas avoir cherché à contacter ma mère lorsque je le pouvais encore. Ne pas avoir compris plus tôt dans quel bordel on était alors que j'avais accès à presque toutes les pièces du puzzle. Ne pas être arrivée plus tôt au poste de ma binôme. Ah, et de ne pas m'être installée dans le Tyrol. Faut reconnaître que mourir dans les Alpes, c'est tout de même plus cossu. Rien d'autre à ajouter."

La blonde ajouta une autre question qui semblait faire doublon avec la précédente. Ce qu'elle aurait aimé changer ? Bien trop de choses. Elle se contenta de répondre :

"J'ai déjà répondu à cette question. Libre à toi de choisir n'importe lequel de mes remords s'il te faut absolument une réponse."

Emerson conclut par décrire en partie l'abri qu'elle offrait à la jeune italienne. Ça ressemblait à un assez bon plan. Un toit sur la tête était déjà un luxe pour elle. Et puis, elle qui avait fait construire sa maison n'avait certainement pas peur de se salir un peu les mains. Faire des travaux était un bon moyen de se vider l'esprit.
La deuxième blonde tirait bien la tronche depuis sa réponse précédente. Partant du simple principe qu'on ne peut plaire à tout le monde, Heather se contenta d'ignorer son regard chargé d'une certaine aigreur. Elle ignorait toujours son nom par ailleurs...

Une chose piquait néanmoins sa curiosité. La méfiance affichée par les deux blondes depuis le début de leur rencontre devait avoir une certaine origine. On ne montre pas une prudence maladive comme cela sans raison. Elle était fruit de son expérience professionnelle chez l'italienne, mais qu'en était il du duo ? Elle demanda donc aux deux femmes :

"Je dois le demander : vous avez des ennemis ? Vous connaissez visiblement un groupe hostile et vous avez pas l'air de vouloir accorder beaucoup de foi aux vivants. Y a un passif dont je devrais prendre connaissance ? Si on me demande de tirer sur quelqu'un, j'aimerai savoir pourquoi."


I have stared Death in the face once.
She blinked first.
Revenir en haut Aller en bas
Emerson R. Barnett
Leader | Island Freedom
avatar
Date d'inscription : 01/12/2015
Messages : 483
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Slow town   Ven 8 Déc 2017 - 17:54

« Nous essayons de ne pas en avoir à dire vrai. C’est… Eux qui nous trouvent, et nous nuisent. » Répondit immédiatement Emerson sans chercher à prendre de détour.

La question d’Heather était on ne peut plus légitime. Elle aussi, à sa place, aurait questionné les deux femmes à ce sujet. Effectivement, elle n’appréciait que peu les vivants : par principe, par méfiance, c’était juste de la logique. La confiance désormais se gagnait. Plus ou moins. Jamais durablement en tout cas, ça, Emy s’en rendait bien compte. Mais tout était bien plus compliqué que ça, désormais.

« En tout cas, ils l’ont fait. » Reprit-elle en avisant la blonde à ses côtés d’un regard désolé. Elle n’y pouvait plus rien, mais Emy se demandait toujours ce qu’ils auraient dû faire différemment pour ne pas se retrouver dans cette galère. « Nous étions dans un groupe, en plein Seattle. Notre abri tenait depuis le début de l’épidémie, avec une bonne organisation. Mais durant l’été, nos barricades ont été fragilisé, et une horde a failli nous raser. Nous avons dû notre survie qu’à l’intervention d’une escouade de militaires bien armés. »

Sa voix trahissait son amertume. Elle avait toutes les raisons de détester ça : les souvenirs qui en résultaient. Tous les gens qu’ils avaient enterré, au lieu de s’enfuir.

« Ils sont repartis comme ils étaient venus, puis sont revenus deux semaines plus tard pour nous dire qu’on devait les suivre, dans leur chez eux. » Ses bras se croisèrent sur sa poitrine, un soupir lui échappa. « On avait… Pas vraiment le choix, à dire vrai. »

Soit ils suivaient, soit ils mourraient. Il n’y avait eu qu’un petit miracle pour qu’ils y survivent. Ils n’avaient, fondamentalement, qu’obtenu un sursis dans un enfer innommable. Autant dire : pas une grosse récompense.

« Nous avons refusé, ils nous ont tiré dessus. Nous avons fui. » Expliqua-t-elle. « Je ne sais pas ce qu’est devenu la majorité des membres de ce groupe. Je ne sais pas si tous sont encore en vie, ou si… Si c’est perdu d’avance pour eux. » Elle haussa les épaules. Sa déclaration impliquait Rowen et Rosaleen, au grand désarroi d’April. « Pas mal y ont laissé leurs peaux. »

Combien ? Elle ne pouvait même pas donner un nombre.

« Nous sommes aujourd’hui à l’abri. Ou en tout cas, rien ne nous a laissé pensé qu’il en était autrement. » Fit-elle d’un ton plus léger. Elle aimait croire que leur départ n’était pas inutile, et qu’ils avaient probablement de beaux jours devant eux. Le campement était plein de promesse… « Voilà, tu sais tout. »



I'm in need of the answer, in search of the question, in love with being broken-hearted. A little white lie, a big black sky, and emptiness open on the Dashboard. You feel a lack of self and it's someone else telling you to try where you failed before.
Revenir en haut Aller en bas
April E. Hamilton
Island Freedom
Modérateur
avatar
Date d'inscription : 20/06/2016
Messages : 757
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Slow town   Sam 9 Déc 2017 - 15:27

Sans décroiser les bras, April écoutait, ses yeux bleus allant de l’italienne à sa complice. Difficile de penser qu’elle mentait car jusqu’à sa manière de parler trahissait ce qu’elle était. Dans sa démarche, dans son débit, dans ses gestes, il y avait la rigidité de sa formation. La quadragénaire savait qu’elle pourrait apprécier ce genre de caractère – droit, réaliste, qui ne s’encombrait pas de détours – mais avait déjà été braquée par la façade. Ses paupières, jusque là plissées, se détendirent à la question d’Heather. Interrogation légitime et preuve qu’elle avait écouté ce que les deux blondes avaient à lui dire.

Elle poussa un soupir en revivant une fois de plus, à travers les explications de son amie, les événements tragiques qui avaient eu lieu pendant l’été. Pour occuper ses mains et dissimuler les légers tremblements qui firent frémir sa silhouette, elle écarta quelques mèches de cheveux trempés par la bruine et réajusta son écharpe. « Perdu d’avance »… était-ce le cas de Rosaleen ? Enceinte et privée de foyer. L’image de l’un de ses nombreux cauchemars : retrouver le cadavre de la rouquine, éventré par une charogne, le fœtus dévoré à même le ventre de sa mère.

- Nous n’avons pas l’intention de lancer des représailles ou de… s’enliser dans un conflit, si c’était la question, ajouta April après Emerson.

Si ça n’avait pas encore été clairement évoqué avec les Barnett, voilà qui était fait. L’ancienne chargée de relation presse avait déjà échangé sur le sujet avec Roza avant qu’elles ne se séparent et son avis restait inchangé. Ni la paix, ni le repos, ni le soulagement ne viendrait dans une vendetta contre ceux qui avaient rasé leur camp. Ils ne trouveraient que plus de sang, plus de morts et plus de regrets. La veuve ne voulait plus avoir ça sur la conscience. Elle avait suffisamment perdu et trop peu à gagner.

C’était tout et le verdict de la chirurgienne ne tarda pas à tomber : c’était d’accord. Elles prenaient le risque de ramener Heather à la maison de retraite. L’aînée du trio lui fit simplement signe qu’elle s’y pliait, sans manifester le moindre enthousiasme. Certains avaient la chance de pouvoir se dire que chaque bonne action rachetait l’une de leurs erreurs. Pas April. La balance était encore trop déséquilibrée, trop lourde sur la chaîne de son karma qui n’allait pas tarder à voler en éclat.

- Il faut encore trouver de l’essence et récupérer notre voiture, rappela-t-elle en bonne rabat-joie.

Du coup, elles n’étaient pas rentrées. De toute façon, les deux femmes étaient parties depuis un moment et n’étaient plus réellement à un jour prêt. Ça allait être quelque chose de raconter à Kendale qu’elles n’avaient pas trouver Kaycee mais que par contre, elles revenaient quand même avec de la compagnie. Imaginer la tête que ferait le pompier la ferait presque sourire. Presque.


Make me believe again
Never win and never lose, there's nothing much to choose between the right and wrong ♪ Nothing lost and nothing gained, still things aren't quite the same between you and me ♪ I keep a close watch on this heart of mine.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Slow town   

Revenir en haut Aller en bas
 
Slow town
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» [Libre]Nobunaga est mort! [Big Town, Rang B, Chasseurs de Prime, Assassinat]
» Le topic du slow qui tue
» [Fiche d'île] Logue Town
» Un Voleur Sachant Voler. [Orange Town, Rang D, Solo, Interception de voyous]
» [Annulée] Contre le maître du rock [Logue Town, Rang C, Pour tous, Baston]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: