The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Slow town -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Slow town   Jeu 26 Oct 2017 - 21:19
Elles semblaient toujours se méfier d'elle. C'était bien légitime. Placer leur confiance en une inconnue pour si peu était insensé. Surtout par les temps qui courent. La plus jeune pesait ses mots afin de ne pas être blessante. Une intention charmante mais inutile. Heather n'allait pas tirer sur quelqu'un pour un mot de travers. Même si elle reconnaissait avoir le sang chaud. C'était sa fille, c'était leur problème. Il ne revenait qu'à elles d'accepter ou non une main tendue.

Elles n'avaient pas échangé plus de quelques phrases après tout. Heather comprenait cette manière de penser. Elle la respectait même un peu. Le monde avait toujours cruellement manqué de pragmatiques à ses yeux. Après tout, l'Homme est un loup pour l'Homme. Cette pensée trouvait un écho dans les propos de la mère de famille. Le monde ne manquait pas de prédateurs. Elle était une, c'était une certitude. Et ce bien avant le début de l'épidémie.

Malgré cela, la jeune mère semblait se sentir coupable de tenir de tels propos. Ce qui était totalement ridicule pour l'ancienne militaire. Quelle dette désirait elle remboursait en lui offrant des informations ou lui trouver un itinéraire ? Aux yeux d'Heather, cette proposition semblait sortir du néant. Cela n'avait pas vraiment pour effet d'endormir sa méfiance, bien au contraire.

La chose semblait avoir également surpris la plus discrète des deux blondes qui avait laissé échappé un "quoi" chargé d'amertume. La chose amusa quelque peu Heather. Elle murmura presque pour elle-même :

"Ma, che sei grullo ?*"

Bon, le choix de l'argot italien n'aiderait sûrement pas à faire avancer la discussion. Mais à sa décharge, c'était venu aussi naturellement que le "what" de la blonde armée. Elle précisa son propos en ajoutant sur un ton qui se voulait rassurant :

"Je vais me débrouiller, j'suis une grande fille et ça vaut pas le coup que vous vous engueuliez. Et puis je sais même pas où je vais finir."

Elle leva les bras au ciel comme pour appuyer l'absurdité de la situation. Elle ouvrit sa portière et se glissa derrière le volant tout en continuant de fixer ses deux interlocutrices. Tout ça ne semblait conduire nulle part et elle commençait à avoir froid. Elle était sur le point de déclarer qu'il était temps de se dire "ciao" lorsque la blonde sans nom siffla un juron.

Une petite horde se dirigeait vers eux. Elle avait sans doute suivi le duo de choc et risquait fort bien de n'être qu'une avant garde. Après tout, les rôdeurs sont connus pour être sociaux et adorer inviter des copains à faire la fête. Heather mit le contact et baissa sa vitre. Il valait mieux ne pas rester dans le coin. Il n'y avait aucune ressource à défendre et aucune bonne raison de rester.

Elle ferma sa portière et hésita un instant à allumer l'autoradio.Les vieux réflexes ont la vie dure... Restait également le problème des deux blondes. Elle passa une main par la fenêtre baissée et tapa deux fois sur la portière pour attirer leur attention. D'une voix on ne peut plus sérieuse, elle déclara :

"Y a deux écoles. Soit je vous prend en stop sur deux trois bornes histoire de vous éloigner de la hordounette qui risque de se former dans le coin, soit je fais diversion au risque de faire sortir plus de rôdeurs dans la rue et donc de ne pas vous faciliter la tâche tant que ça. Si vous vous sentez capables de supporter ma présence dix petites minutes de plus, on se bouge. Et attention aux outils de jardinage dans la benne... "


* = tu plaisantes ?
Revenir en haut Aller en bas  
Emerson R. Barnett
Leader | Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, automatique.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/12/2015
Messages : 831
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Slow town   Ven 27 Oct 2017 - 13:20
Peut-être était-elle trop gentille. Emy avait toujours eu du mal à être vraiment désagréable, sans doute parce qu’elle était sensible, qu’elle avait la fibre maternelle, et tout ce qui allait avec. Elle tenait à bout de bras tous ceux qui la suivaient et lui faisaient confiance, au risque de s’épuiser physiquement et mentalement. Ça n’était pas toujours sain, elle en avait conscience. Mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. Ça offusqua April, et attisa la méfiance d’Heather, alors comme toute réponse, la blonde releva les mains comme pour se montrer innocente vis-à-vis de tout ça. Elle ne pouvait rien dire ni faire de plus, proposer son aide était bien le minimum qu’elle pouvait assurer.

Prête à s’en aller en laissant Heather là – et il en était visiblement autant pour l’italienne – les deux blondes furent coupées dans leur lancée par l’arrivée de convives. Emy se hissa sur ses pieds pour voir le nombre, et poussa un long soupir. Il ne fallait pas trainer… April la pressa, et elle fut sur le point de la talonner, mais un fait la figea sur place :

« On va où ?! » Demanda-t-elle à la blonde.

S’éloigner oui. Partir, évidemment ! Mais si c’était pour se cacher pendant des jours dans un abri, sans ressources aucune, ou courir en s’éloignant de leur véhicule définitivement et de ce qu’elles avaient – même si ça n’était pas grand-chose – a quoi bon ? La portière derrière claqua, et Emy se retourna vers Heather qui leur faisait déjà une proposition.

La suivre ou se débrouiller en tête à tête et galérer autant qu’avant. La blonde croisa le regard d’April en cherchant à connaitre la réponse. Elle savait déjà que l’attachée de presse avait plutôt envie de s’épiler un sourcil sur les deux que de devoir grimper à l’arrière de cette voiture.

« Ok. » Souffla-t-elle en attrapant April par le bras, qu’elle tira derrière elle jusqu’à la benne en question.

Elle avisa la plus âgée d’un regard pressant : elles n’allaient pas négocier. Il fallait mettre de la distance, voir à revenir plus tard, et faire confiance à Heather pour les amener plus loin. Elle grimpa sur la roue et passa de l’autre côté, avant de jeter un coup d’œil à l’intérieur. C’était un désordre organisé, qu’elle regarda d’un œil surpris. Du jardinage donc ? Ou est-ce qu’elle comptait planter ça ? Ses yeux se relevèrent vers le rétroviseur, un peu curieuse de comprendre ce qu’il se passait.

Emy aida April à grimper, lui prêtant sa main pour qu’elle ait une prise. Puis, elle vint taper contre la paroi, pour avertir Heather qu’elles étaient prêtes, et qu’elles pouvaient mettre le large.



I'm in need of the answer, in search of the question, in love with being broken-hearted. A little white lie, a big black sky, and emptiness open on the Dashboard. You feel a lack of self and it's someone else telling you to try where you failed before.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Slow town   Ven 27 Oct 2017 - 19:30
Où elles allaient ? Suffisamment loin pour être hors de portée des rodeurs et des étrangers. C’était ce qu’aurait voulu répondre April lorsque que ses yeux croisèrent ceux d’Emerson. C’était avant que l’européenne, depuis la sécurité de sa voiture, leur propose de les prendre en stop. Elle énonçait comme une faveur, à croire que c’était la meilleure des options que les deux amies avaient. Rien que par esprit de contradiction, l’aînée aurait voulu s’en aller seule. Au cas où sa cadette ait la mémoire trop courte : la dernière fois que des inconnus leur avait apporté leur aide « gratuitement », ils étaient revenus deux semaines plus tard pour raser leur maison. Alors la charité, elle s’en passait très bien.

- Non. Emerson, non.

Elle avait mis toute l’intensité de son autorité dans sa voix, mais c’était peine perdue. La chirurgienne lui jetait ce regard qui signifiait qu’elle ne céderait pas, ni ne négocierait. Pfffff… c’était vraiment comme être avec un enfant qu’on accompagnait dans ses conneries pour lui éviter le pire. Avec Rowen, c’était pareil. Grommelant dans la barbe qu’elle n’avait pas, April se hissa dans la benne et s’installa tant bien que mal entre les affaires de la conductrice. C’était un plan complètement nul. Elles n’avaient pas la garantie que Heather n’allait pas les larguer dans un endroit encore pire, ni même qu’elle n’allait pas rouler droit chez les mecs qui avait brûlé le lycée.

- J’y crois pas, souffla-t-elle à sa complice assez fort pour couvrir le bruit du moteur et le vent qui sifflait à leurs oreilles, tu te rends compte du risque qu’on prend ?!

Oui « on » parce que même si la quadragénaire l’avait suivie, elle aurait aussi pu la retenir pour la ramener à la raison. Elle se comptait donc dans le même bateau ; elle était aussi stupide. Avec tout ça, il pleuvait toujours et l’eau froide qui griffait son visage glaçait jusqu’aux muscles de sa mâchoire. Nerveuse, elle expira longuement en écartant de son champ de vision ses mèches blondes qui ondulaient avec l’humidité. Son expression changea, désolée, alors que ses yeux bleus s’adoucissaient.

- Je n’arrive plus, glissa-t-elle en se penchant vers Emerson pour s’assurer que leur chauffeur n’entendait pas, à faire confiance…

Noam, Kerwan, ils avaient été deux exceptions. Chacun avait su la toucher à sa manière, certainement parce qu’une partie de son cœur était encore ouverte à l’humanité. Rowen devait y être pour quelque chose. Mais malgré ça, chaque rencontre lui donnait la chair de poule et l’effrayait au plus profond de ses entrailles. Se braquer était un moyen d’auto-défense, car le carnage qui s’était passé au lycée, elle en rêvait encore presque toutes les nuits. Quand elle échappait aux images de ses enfants transformés par la mort, elle entendait les rafales de balles, voyait les gerbes de sang, repassait encore et encore le film de Sally qui s’effondrait à côté d’elle.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Slow town   Sam 28 Oct 2017 - 22:43
Heather se contorsionna pour ouvrir le hublot arrière et fit le tour du véhicule du regard avant d'appuyer sur l'accélérateur. Enfin, de l'écraser et de partir en trombe. Elle espérait qu'elles ne seraient pas trop secouées à l'arrière, mais elle ne se faisait pas vraiment d'illusions. Après tout, c'était difficile de trouver plus inconfortable qu'une benne de pick-up sur un terrain plein de nids de poules. Du moins, d'après son expérience.

Elle esquiva le groupe de rôdeurs sans aucun problème et mis cap vers le sud. Où pouvait-elle poser le duo ? La question était épineuse. Les laisser au milieu de rien dans l'industrial district serait moche. Tout en longeant la E. Marginal Way S, elle envisagea les différents choix qui s'offraient à elle. Une simple ruelle offrait bien trop de latitude au hasard. Cela revenait presque à jouer à la roulette russe sans avoir la moindre idée du nombre de balles dans le barillet. C'était donc à exclure.

Un secteur dégagé était préférable. Bien qu'elle connaisse assez peu le Sud de Seattle, une idée lui vint rapidement en tête. L'ancien aéroport de Seattle et son musée. Le Boeing Field. Ça ressemblait presque à une bonne idée.

Elle siffla les deux blondes et déclara à haute voix :

"Le musée de l'aviation, ça vous dit ? Super destination touristique, une vue bien dégagée et sans doute encore quelques ressources."

Si ces passagères devaient reprendre la route, ce serait un lieu idéal pour choisir un cap. Il offrait bien des avantages, du moins à ses yeux.

Heaher vérifia dans son rétroviseur que le groupe de rôdeurs qu'elles avaient rencontré n'était qu'un souvenir. Elle soupira d'aise en ayant la confirmation. Elle fixa enfin sa vitesse à environ 30 miles de l'heure. Qui veut aller loin ménage sa monture, surtout si celle-ci est nourrie avec du fuel bas de gamme. Et puis, ce n'était pas vraiment un temps sympa pour un accident. Pour peu qu'il y en ait eu un. Les rues étaient praticables au niveau des docks, mais elle n'avait pas la moindre idée de ce qui les attendait plus loin. Dans l'espoir d'éviter un éventuel cul de sac et de relancer une discutions, elle demanda au duo :

"J'dois éviter une route dans le coin ? Savez si y a des hordes ? C'est pas mon quartier ici, un coup de main serait le bienvenu ! C'est pas comme si mon GPS était encore fonctionnel..."
Revenir en haut Aller en bas  
Emerson R. Barnett
Leader | Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, automatique.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/12/2015
Messages : 831
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Slow town   Mar 31 Oct 2017 - 8:51
« Autant que si on repartait dans les rues pour courir et fuir une horde. » Retorqua-t-elle un peu sèchement à April, comme pour lui faire une piqûre de rappel : « Tu veux quoi ? Qu’on se retrouve coincé dans un bureau pendant trois jours, juste pour ne pas avoir à parler à une autre personne ? »

Elle réussit à s’installer à l’arrière, April à côté d’elle, s’accrochant à ce qu’elle pouvait lorsque le moteur ronronna brutalement. Là, elle ressentit la totalité des vibrations, tout ce qui allait avec. Et la peur, en fixant également cette horde qui s’éloignait pourtant. L’angoisse laissa place au doute, puisqu’elle ne pouvait s’empêcher de penser que c’était peut-être une erreur. Ses réflexions l’obligeaient à envisager toutes les possibilités, notamment parce qu’il n’y avait pas que sa vie en jeu dans la balance.

Pinçant les lèvres, elle évita soigneusement le regard de sa voisine, qui lui adressa quelques mots. Elle n’y arrivait plus. A quoi ? Emy tourna les yeux un instant, interrogeant la blonde d’un coup d’œil. A faire confiance.

« Je comprends April. » Souffla-t-elle après une poignée de seconde où on aurait pu croire qu’elle n’avait finalement rien entendu de sa déclaration. « Je comprends, vraiment. » Et ça n’était de toute façon pas ce qu’elle lui demandait. Elles ne signaient pas un contrat avec l’italienne, les obligeant à se fréquenter pour toujours. Elle n’avait aucune obligation en croire en tout le monde, au risque de se faire voler ou tuer. Ou pire. « Mais à moi, tu peux me faire confiance. » Murmura-t-elle, sans un reproche dans la voix.

Emy ne voulait prendre aucun risque inutile. Si elle avait eu un doute sur Heather, la moindre peur que cette dernière fasse partie de ce groupe qui les avait rasés, leur avait pris leur abri, alors elle n’aurait jamais tenté l’histoire. Et par la même, elles ne seraient de toute façon déjà plus là pour en parler. La voix de la brune tonna derrière, et Emy se retourna :

« J’connais pas vraiment la zone, et les hordes ont tendance à bouger en fonction du bruit dans Seattle. » L’avertit-elle. « Dès que tu vois une zone dégagée, arrête-toi. On veut pas trop s’éloigner de notre voiture. » Parce qu’elles avaient encore des vivres et des affaires à récupérer là-bas. En espérant qu’aucun survivant ne tombe dessus et ne prenne tout pour lui. « On est plus habitués au centre-ville. Du moins, pour ma part. »

Elle poussa un petit soupir, un peu crispé. Kaycee y était toujours, vivante visiblement. Le mot que Roza leur avait laissé l’attestait, mais pour combien de temps ? Il faudrait aller vérifier ça… Faire en sorte, en tout cas, que ça arrive. Et donc s’aventurer à nouveau à l’intérieur de ce cimetière pour revoir sa fille.



I'm in need of the answer, in search of the question, in love with being broken-hearted. A little white lie, a big black sky, and emptiness open on the Dashboard. You feel a lack of self and it's someone else telling you to try where you failed before.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Slow town   Mar 31 Oct 2017 - 15:06
Les paroles d’Emerson la faisaient cogiter. Bien sûr qu’elle lui faisait confiance, elle était l’une des dernières personnes en lesquelles elle croyait. Ce n’était pas ça qu’elle remettait en cause, mais juste… cette coopération hasardeuse qui pourrait les tuer comme les sauver. Une secousse l’incita à mieux se cramponner alors que son regard se posait sur les derniers rôdeurs qu’ils distançaient. La voix d’Heather retentit depuis l’habitacle de la voiture, leur vitesse de croisière se stabilisait. April ne dit rien pour le coup, laissant sa cadette gérer cette négociation qu’elle ne saurait qu’envenimer pour pas grand-chose. La pluie fine et froide semblait enfin s’arrêter, ne laissant dans son sillage qu’un voile humide et la sensation d’être transpercé jusqu’aux os. La quadragénaire passa une main sur ses traits pour les essuyer et plaqua tant bien que mal, hors de son champ de vision, les mèches blondes qui dégoulinaient de part et d’autre de son visage.

La voiture finit elle aussi par ralentir, puis s’immobiliser, dans une zone effectivement vierge de toute non-vie. L’aînée déplia sa silhouette et sauta au bas de la benne, les muscles endoloris – et notamment ceux qui avaient été abîmés par une balle deux mois dans le passé. Elle devait avoir des airs de chien mouillé ; le teint pâle et les rides aux coins de ses yeux accentuées par la crispation. Mâchant les mots qu’elle s’apprêtait à prononcer, April attendit que la brune soit à leur hauteur pour lui souffler un « merci » qui lui arracha presque la langue. Elle n’avait eu aucune raison de les aider, surtout vue la façon avec laquelle l’ancienne chargée de relation presse lui avait parlé. Le destin semblait pourtant décider à faire prendre conscience à la quarantenaire que les reliquats de l’espèce humaine n’étaient pas tous des criminels ou des petites frappes sans scrupules.

- Je suis… désolée pour ta binôme, elle avait choisi de s’en fiche sur le coup mais n’avait pas raté le fugace tressaillement d’Heather à son sujet, j’espère que… tu trouveras…, c’était bien rare qu’elle perde son débit de la sorte. Après un soupir, elle se décida enfin à lâcher du leste pour aller à l'essentiel : tu devrais… peut-être laisser tomber Seattle. Surtout seule. Les hordes migrent mais… depuis cet été, je crois que pas mal de cadavres sont revenus dans le coin. Et avec les coups de feu et l’incendie…

Elle se pinça les lèvres. Le tableau tragique qu’elle dressait, il y avait des chances que Kaycee et Rowen y soient encore plongés – s’ils étaient en vie. Son cœur se serra à cette idée, mais elle ne pouvait pas se voiler la face, ni se dire qu’elle allait laisser cette femme se débrouiller parce que ceux qu’elle voulait protéger n’étaient pas en sécurité. C’était pas sa faute… et plus que jamais, l’ancienne cité d’émeraude était un cimetière à ciel ouvert.

- Sans compter que notre ancien groupe l’avait pas mal… explorée. J’étais toi, je tenterai dans les plus petites villes, voire à la campagne…

Son regard croisa brièvement celui d’Emerson. C’était plus ou moins ce qu’elles avaient fait, bien que Mercer Island fût encore aux portes de Seattle. Peut-être une façon inconsciente de ne pas lâcher prise, de rester accrocher à leurs espoirs fous. Une mère ne devrait jamais être privée de sa progéniture ; c’était contre-nature de lui imposer ça. Alors sans doute que jamais April ne saurait couper ce cordon : elle serait liée à la dépouille de la métropole, pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Slow town   Mar 31 Oct 2017 - 19:53
Heather trouva après quelques minutes de route un croisement bien dégagé au centre duquel elle arrêta son véhicule. Alors qu'elle effectuait une énième vérification des environs, elle entendit le duo s'extraire avec plus ou moins de facilité de la benne du pick-up. Elle battit un instant la mesure d'un air quelconque sur le volant avant de mettre en place le frein à main et d'ouvrir sa portière.

La plus bavarde des deux blondes n'avait pas donné beaucoup d'informations rassurantes sur ce secteur, ça ne lui plaisait donc pas des masses d'y faire un nouvel arrêt. C'était bien trop proche à son goût de la petite horde des quais. Et puis, elle n'aimait pas le fait de s'arrêter au milieu d'une rue. Une paire de crevures ou un bon paquet de rôdeurs pouvaient surgir d'un instant à l'autre de n'importe laquelle de ces immeubles d'habitation qui les entouraient. Mais bon, ses deux passagères ne désiraient visiblement pas trop s'éloigner de leur véhicule. Enfin, c'était là leur excuse. Il pouvait tout aussi bien être question de ne pas trop s'éloigner d'un abri ou du reste de leur groupe. Bref, elles avaient quelque chose dans le coin qu'elles ne désiraient pas abandonner trop longtemps même si cela les mettait en danger.

L'italienne empoignât son fusil par le garde main avant de sortir de son véhicule. Son regard scruta rapidement les toits aux alentours avant de se rabattre sur le sol et les différents axes dont pouvaient surgir un éventuel rôdeur. Elle s'adossa à sa portière avant de prêter à nouveau attention aux deux blondes. A sa grande surprise, ce fut la plus discrète des deux blondes qui engagea à nouveau la discussion. Plus curieusement encore, elle la remerciait. Heather fit signe qu'il n'y avait pas de quoi avec sa main libre. Ça ne lui avait rien coûté après tout. Il n'y avait donc nul besoin d'en parler.

La blonde évoqua ensuite la question de sa binôme. Ce n'était pas vraiment un sujet que la jeune femme désirait aborder. Surtout en étant sobre. Et puis, la compassion ne ramène pas les gens à la vie. Elle fit "non" de la tête pour signifier que le sujet était plus que sensible. Sur un ton désapprobateur, elle objecta :

"Une amie comme ça, ça ne se retrouve pas."

La mine un peu défaite, elle entendit ensuite la dame lui exposer ses craintes vis-à-vis de Seattle. Des nombreux dangers propres à la ville. Heather se doutait bien que des hordes dussent encore traîner dans les rues du centre-ville. Mais elle n'avait jamais eu l'idée de se poser dans ce secteur. Après tout, elle comptait se rendre de l'autre coté de la baie. Ou peut être au Sud. Les bons recoins où se terrer étaient légions après tout pour peu qu'on ait fait un peu de tourisme avant la crise. Lorsque la blonde mentionna la campagne, Heather leva les yeux au ciel avant de déclarer :

"Aucun lieu n'est épargné. Y a des hordes dans les petites villes, les fermes sont vides depuis plusieurs mois et je ne te parle pas des forêts et parcs. C'est plein d'idiots décédés qui pensaient que survivre dans la nature ou rejoindre le grand nord serait aisé."

Elle balaya du revers de la main cette idée de rejoindre à nouveau la campagne avant d'ajouter sur un ton plus enjoué :

"Je préfère mourir avec un peu de confort que de vivre comme une paysanne des siècles précédents. C'est stupide, mais j'assume. Et la vie de campagne, c'est vraiment surfait..."
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Slow town   
Revenir en haut Aller en bas  
- Slow town -
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [Libre]Nobunaga est mort! [Big Town, Rang B, Chasseurs de Prime, Assassinat]
» Le topic du slow qui tue
» [Fiche d'île] Logue Town
» Un Voleur Sachant Voler. [Orange Town, Rang D, Solo, Interception de voyous]
» [Annulée] Contre le maître du rock [Logue Town, Rang C, Pour tous, Baston]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: