The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Si on devait mourir demain -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1136
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Si on devait mourir demain   Lun 20 Nov 2017 - 9:31


Si on devait mourir demain
Ft Stan
Remise sur pieds, Joann glissa une main à sa nuque afin de vérifier l'étendu de l'île qui s'y logerait dans peu de temps. Oeuf de pigeon pour ainsi dire, ce qui la poussa à froncer les sourcils bien plus que pour ce que lui tendait Stan. Ce garçon avait des talents de couturier hors paire, pour sûr, son style dépouillé aurait fait des ravages dans les boutiques, des adolescentes cinglées se seraient empressées de porter paréo en peau de coussin et poncho de plastique. A cette idée, pour le moins risible malgré l'instant précédent, Joann ne put s'empêcher de pouffer pour ensuite enfiler ce Maverick griffé. Se contentant de sourire à son interlocuteur qui avait la bougeotte. Il n'avait pas tort cependant, maintenant qu'ils avaient de quoi éviter de se faire saucer plus encore, il valait mieux quitter cet endroit avant que d'autres morts – s'il y en avait aux alentours – décident d'encercler la boutique. Pas qu'elle n'aimait pas la compagnie de Stan, non, mais une nuit comme la précédente l'achèverait à coup sûr. Elle finirait par dormir debout jusqu'à se manger les crocs d'une goule sans le voir venir. Joe opina donc, gardant pour elle les notions de couture express de son partenaire, et ils furent bientôt de nouveau à l'extérieur pour affronter fraîcheur, brise pluie et, surtout kilomètres.

C'était crevant, elle était usée, en témoignait sa réaction face au dernier rôdeur en date alors, pour ce qui était des clampins décharnés qui faisaient du stop, hors de question de perdre plus de temps et d'énergie. Une heure passa de la sorte, une heure durant laquelle ses yeux fixaient les environs, les parasites, ainsi que la ligne délavée au milieu de la voie. Ce trait, autrefois vif, qui désormais semblait la guider, en pilotage automatique, vers le Fort qu'elle espérait revoir sans subir encore. Au grès des secondes, puis des minutes, leur cadence s'était ralentie, faute au temps et au fait qu'ils n'avaient pas avalé grand chose depuis la veille, ni même dormis suffisamment. A l'instant, les yeux rivés sur l'asphalte humide, Cain n'aspirait qu'à retrouver son lit et à y jouer les belle au bois dormant durant pas moins de deux jours. Elle le méritait non ? Stan tout autant... Ce qui ne l'empêcherait pourtant pas de se refuser à toute autre sortie à l'avenir mais, désormais, elle serait plus prudente encore. Chaque chute avait son lot de leçons, aujourd'hui encore elle en avait appris une et pas des moindres, éviter de songer à autre chose qu'aux créatures même quand l'espace semblait dégagé.

Dans sa contemplation, entrecoupée par des coups d’œils jetés aux quelques monstres alentours, Joann sentit l'air iodé lui saisir le nez puis redressa les billes vers l'endroit qu'ils rejoignaient pour soupirer tout l'air de ses poumons. Une horde, un bon paquet de mort-vivants. S'ils n'avaient pas encore assez à faire, Joann aurait cru que la guigne lui collait à la peau depuis la veille, cependant lorsque son partenaire l'interrogea, la Canadienne fixa le troupeau macabre pour ensuite tourner les traits vers des râles tout proches d'eux.

- J'pense pas. Lâcha-t-elle en s'emparant de sa lame pour avancer vers la créature en retrait. Pas besoin d'en dire davantage, le militaire savait parfaitement ce qu'elle allait faire aussi, et sans attendre plus, Cain défonça la rotule branlante du spécimen, l'acheva et s'agenouilla à son chevet. On est mort... on est trempé, un peu plus ou un peu moins de marche, j'suis pour le un peu moins perso, m'en veux pas.

C'était risqué, mais étant donné leur odeur actuelle, mélange de sueur et du fait qu'ils n'avaient pas profité d'une douche depuis le matin précédent, l'opération serait sans doute plus aisée. Bien décidée à le faire donc, la trentenaire planta brutalement la pointe du couteau dans l'abdomen de la créature avant de retomber sur les fesses, le bras en écharpe sur la bouche et le nez, face à l'odeur nauséabonde qui poussait la bile à lui remonter l’œsophage. Horrible, infecte, sans doute plus prenant encore que lorsqu'on avait quelque chose dans l'estomac. Les yeux plissés une seconde, elle jeta un œil à son partenaire et reprit une goulée d'air avant de rester en apnée pour terminer « l'autopsie ». Chose faite, elle vira ses mitaines, – y tenant trop – les colla dans sa poche, puis retroussa ses manches pour plonger les doigts dans cette mélasse décomposée afin d'en barbouiller son poncho de fortune.

- Ça va l'faire... vaut mieux rester sur la route, on passe ces connards et ensuite on continue. Malgré l'envie de vomir, incombé par les restes faisandés de leur porte de sortie, Joann émit un rictus. On a déjà pour nous de marcher comme des crevards, ça n'peut qu'aider.






by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2152
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Si on devait mourir demain   Mer 22 Nov 2017 - 4:42
Joann n’avait pas envie de d’enquiller des mètres supplémentaires et ce qu’elle proposa n’enchanta pas réellement son partenaire. Se mélanger à ces créatures, c’était une des choses qu’il aurait voulu éviter. Mais elle marquait un point : ce serait beaucoup plus vite réglé ! Stan pinça les lèvres tout en réfléchissant et son regard partit en direction du ciel, alors que son amie éventrait déjà un mort qui trainait par là.

- Faudrait pas que la pluie revienne… murmura-t-il, peu sûr de lui. Il ressentit une nouvelle fois la tension. Est-ce qu’ils ne faisaient pas une grosse connerie en jouant simplement les fainéants ? Mais la jeune femme insistait. Ce ne serait bien pas leur veine qu’une averse se pointe pile poil quand ils seraient au milieu des mordeurs, non ? Sauf que jusqu’ici, ce n’était pas précisément la chance qui les avait maintenus en vie !

Le militaire se plia toutefois à l’avis de sa compagne de fortune. Il lâcha un juron puis se résolut à se barbouiller à son tour du sang du macchabée. Leurs ponchos préservaient leurs vêtements, même si leurs surfaces mouillées empêchaient les chairs de bien s’accrocher. Ils s’en firent donc des nouveaux, secs, avec le rouleau qu’il avait emporté. Le garçon retint aussi un haut-le-cœur et essaya de focaliser son esprit ailleurs, alors qu’il se mettait des viscères dans les cheveux. Écœurant, littéralement.

- J’ai horreur de ça, lui confia-t-il, alors qu’ils avaient quasiment fini. Encore une fois, il la pressa, conscient que le temps leur était compté. Une intuition comme ça. Il sortit son arme à feu pour la tenir dans sa main, et attrapa celle de Joann de sa main libre. Il accueillit sa blague dans un sourire retenu. Il n’avait pas précisément le cœur à se rigoler…

Déterminés, ils se lancèrent donc vers la marée de rôdeurs. Stan avait le palpitant. L’adrénaline lui irradiait le corps, lui redonnant une dose d’énergie. Rapidement, ils arrivèrent au niveau des premiers morts et le moment était venu pour eux de serrer les fesses. Un monstre s’approcha du jeune homme. Stanley maintint sa progression – lente – en cessant de respirer. La créature se détourna rapidement. Le subterfuge était toujours efficace, dieu merci ! La horde était dispersée et la traverser leur paraissait durer une éternité. Devant eux, toujours et toujours plus d’infectés. La main du garçon, qui tenait celle de son amie était moite. Et elle le devint encore davantage quand il reçut sur sa tête des premières gouttes de pluie... Oh bordel…


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1136
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Si on devait mourir demain   Dim 26 Nov 2017 - 12:19


Si on devait mourir demain
Ft Stan
Il n'y avait plus qu'à... plus qu'à se recouvrir des pieds à la tête avec les viscères putrides de ce qui jadis n'était qu'un homme... A l'instant, Joann se soucia légèrement du cas de cette personne. Elle n'était plus qu'un monstre, un monstre enfin raide. Pour un peu, la fatigue l'aurait invité à s'épancher sur le sort de ce macchabée, comme Rogers qui avait fait tant de cérémonie avec un curé mortifié... Cette idée, cette image qui lui traversa l'esprit tout comme les instants de vérité étrange échangés dans l'église où le Reneck se confinait à l'abri des autres, l'invita à frémir et à secouer rapidement les épaules. Cain était tout bonnement au bout du rouleau, Stanley tout autant, mais faire la fine bouche n'était pas son truc aussi, et même si la nausée lui montait en gorge, elle agrippa quelques boyaux de plus pour les étaler dans le dos de son partenaire. Il imita son geste quelques secondes plus tard et, bientôt, après avoir usé d'autres sac du rouleau précieusement conservé, leurs pas les menaient droit vers la marée de goules proche de la marina. Ils étaient un paquet, tous décomposés, bouffés aux mites, en somme de beaux spécimens âgés de quelques années, ou de plusieurs mois, qui erraient sans but sinon celui de planter leurs dents dans la chair du premier venu.

Son cœur battait plus vite, ceux de sortie avaient certes l'habitude de ce genre de subterfuge mais, indéniablement, personne n'était à l'abri que ça foire. Alors, lorsqu'elle sentit la main de Stanley englober la sienne, qu'elle la serra pour lui intimer silencieusement qu'elle ne le lâcherait ni physiquement ni psychologiquement, Joann retint sa respiration et fixa, entre ses mèches humides de sang et de pluie, les regards vides qui se tournaient vers eux. Les rôdeurs ne semblaient guère attirés, peut-être tout juste intrigués de voir deux des leurs rebrousser chemin, mais rien n'était sûr... Personne n'avait jamais prouvé qu'ils étaient dotés d'une quelconque forme d'intelligence. Oui, la Canadienne préférait songer en gardant à l'esprit qu'à tout moment, en une fraction de seconde, la supercherie pouvait se retourner contre eux. Elle serrait la crosse de son flingue, serrait la main précieusement logée dans la sienne, et songeait pour mieux passer le temps. Lawrence avait peut-être déjà fait des expériences sur un cadavre de ce genre non ? Après tout il était scientifique, il devait certainement s’intéresser à ce qui pouvait bien motiver ces créatures tout comme à ce qui pouvait bien leur permettre de ne pas finir édenté à la longue... Après tout le corps pourrissait, elle avait la preuve directe et très proche à l'instant.... Pourtant, même si tout fonctionnait, qu'ils semblaient se rapprocher du but Stan et elle, elle fronça les sourcils lorsqu'une perle fraîche glissa sur sa joue...

Putain de météo pensa-t-elle en étreignant davantage la paume de son partenaire. Lui aussi l'avait sûrement senti, lui aussi devait sentir le stress gravir des échelons. Ce n'était pas le moment, ce n'était pas l'instant propice pour se faire saucer de nouveau alors, quand les larmes célestes devinrent plus nombreuses, que les râles funestes lui semblèrent plus lourds et douteux, Cain pressa les mâchoires. Ne restait plus que quelques mètres encore, quelques saloperies de mètres pour sans doute devoir courir de nouveau. Elle saurait faire, même si l'usure la tenait, même si son corps s'engourdissait au grès des minutes. Les leurs attendaient là bas, ils pensaient peut-être qu'ils ne reviendraient jamais. Alors, quand la première goule cracha dans la direction de Stan, Elle pressa la détente et repoussa la créature contre ses congénères avant de resserrer sa prise déjà puissante sur la main de son partenaire.

- Fonce !!! Siffla-t-elle en se ruant vers l'extérieur du groupe. Les coups de feux tonitruèrent, le sang coulait encore.





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2152
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Si on devait mourir demain   Lun 27 Nov 2017 - 8:37
Pour en avoir déjà fait l’expérience, Stanley savait que la pluie « nettoierait » le déguisement d’entrailles et de sang duquel le duo s’était recouvert. Il glisserait sur le plastique des sacs poubelle qui les recouvraient, entrainé par l’eau, et leurs odeurs, leur vitalité, sauteraient bientôt aux narines des infectés. Ils étaient piégés. Le garçon sentit une sueur froide lui couler dans le dos. Il pria une seconde que cette averse ne soit qu’une fausse alerte. Que les gouttes restent éparses et disparaissent. Mais il n’en fut rien. La pluie s’intensifia même, alors qu’ils étaient encore entourés de rôdeurs. Bien qu’ils s’approchaient de la fin. Chiottes…

Le jeune homme écarquilla ainsi ses yeux quand il croisa le regard d’un monstre qu’il sembla intéressé plus qu’il n’aurait dû. La bête entrouvrit la bouche, alléchée par sa personne. Ça commençait… Il arma son bras. Au même moment, Joann tira sur la créature et le duo se mit en branle. Faisant fi de l’épuisement et essayant à coup de balles, de bousculades et de grandes enjambées, de s’extirper vivants du flot de morts-vivants.

Ce qu’ils ignoraient, c’était que quelques instants plus tôt, le 4x4 dans lequel s’étaient engouffrés Graham, John et Michelle était aussi arrivé en vue de la horde. Ils avaient ralenti, puis s’étaient même stoppés à bonne distance pour évaluer ce qu’ils pouvaient faire.

- On fonce dans le tas, brailla le premier.
- T’es malade ! C’est trop dangereux, on doit faire un détour, avisa la jeune femme.
- Ouais, faisons demi-tour, abandonnons les, tant qu’on y est, rétorqua Graham, sur les nerfs, en foudroyant son amie du regard. Cette situation le rendait fou.
- Faut les attirer ailleurs… conseilla alors le rouquin, sans pour autant avoir un plan précis à proposer.

Bref : ils s’engueulaient, sans trouver de solution idéale. Le stress d’avoir perdu leurs camarades les braquait et le sentiment d’urgence de retourner sur les lieux de la veille grandissait. Comme si la vie des deux autres ne dépendait que de leur arrivée le plus vite possible ! Mais cette conversation fut coupée quand le premier coup de feu retentit. Le temps de comprendre et la horde face à eux s’agitait. Les trois copains se figèrent, les yeux ronds, pendant plusieurs secondes. Ils perçurent de nouveau coups de feu et Graham relança le moteur. Il s’apprêtait à repartir en marche arrière – car mine de rien, c’était dans leur direction que la marée s’était mise en mouvement – quand deux silhouettes se détachèrent enfin de la masse. Ils étaient trop loin pour voir leurs visages, pourtant le brun reconnut instantanément la course de son meilleur pote.

- C’est eux ! S’exclama-t-il en passant la marche avant. Il précipita la voiture vers eux et fit un demi-tour en crissant les pneus, à quelques mètres seulement des survivants. Et donc des rôdeurs, qui les talonnaient.

Stan ne comprit pas immédiatement d’où venait cette main tendue. A peine s’était-il extirpé avec Joann de l’amas de morts qu’une voiture arrivait vers eux. La portière arrière s’ouvrit sur John qui leur rugit un « montez ! ». Ils ne se firent pas prier ! La portière se referma derrière eux, alors que les premiers macchabées s’échouaient contre cette dernière. Le moteur vrombit et le 4x4 repartit pour éviter la menace. Installé n’importe comment sur la banquette arrière, le jeune militaire regarda tour à tour ses compagnons, juste avant que le rouquin ne l’enlace sans se soucier du sang qui le recouvrait. Il posa ses yeux sur Joann, à demi étouffé par son pote, et partit dans un éclat de rire incontrôlable.

Tellement soulagé !


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1136
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Si on devait mourir demain   Lun 27 Nov 2017 - 13:22


Si on devait mourir demain
Ft Stan
Elle n'entendit pas même le moteur vrombissant à quelques mètres à peine, simplement les râles et ses propres gémissements pour repousser l'assaut des parasites. Son corps luttait, sa tête tout autant ne cherchant plus qu'une chose : survivre. Ce fut automatique, comme si son autre elle, capable de vivre le pire, avait pris les commandes. Elle levait le bras, visait, tirait. Rien de plus rien de moins, mais contrairement aux hommes, les créatures n'avaient cure de recevoir quelques morceaux d'os et de cervelle en putréfaction en pleine gueule. Pas de mouvement de recul, pas de surprise ni de dégoût, simplement la soif de mordre et de faire d'eux leurs semblables. Stan agissait comme elle, dans un cafouillis général qu'ils ne maîtrisaient ni l'un ni l'autre et en quelques pas, en quelques coups de feu de plus, enfin leurs corps furent débarrassés de l'armée morbide. Joann ne cessa de courir, les traits allant et venant vers les monstres qui les prenaient en chasse. Le duo allait certes plus vite mais la fatigue étant, La Canadienne dut ralentir en pressant son flanc où un poing de côté revenait dévorer le dessous des côtes.

Merde..... Ce n'était pas le moment. Une fois encore, elle fit volte face arma le flingue et visa la première goule à porté jusqu'à entendre ce crissement de pneus, sentir l'odeur de gomme mêlée à la mort, et une voix familière qui leur sommait de rapidement monter à bord. Elle ne réalisa pas sur le fait mais s'engouffra sur la banquette arrière en compagnie de Stan, directement pris d'assaut par son ami qu'elle reconnut enfin comme les autres présents dans le véhicule. Les morts approchèrent, tentèrent vainement de recouvrir la voiture, pourtant celle-ci bougea rapidement pour les éloigner de ce cauchemar.

Livide, encore en proie à l'adrénaline, Cain glissa les doigts dans ses mèches couvertes de mélasses et appuya la nuque sur la banquette. Les yeux clos, elle déglutit, inspira puis trouva les yeux de Maverick encore accaparé par l'un de ses potes. Il rit, et même si elle ne réalisait pas encore qu'ils avaient été à un cheveu d'y passer, ce rire combla sa poitrine au point qu'elle lui emboîta le pas.

Ils rentraient... Pourtant rien ne serait sans doute comme ça l'était avant cette expérience...





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Si on devait mourir demain   
Revenir en haut Aller en bas  
- Si on devait mourir demain -
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Si on devait mourir demain...
» Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours
» HELP IL DOIT MOURIR DEMAIN YORK 14 ANS 1/2 FOURRIERE
» [Intrigue 1 ] Un bonjour de la part de nos ennemis... [PV]
» 2x07 : "Servir ou mourir"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: