The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Si on devait mourir demain -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2185
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Si on devait mourir demain   Mar 24 Oct 2017 - 16:42
Stan n’était pas du style à se prendre la tête pour si peu. Joann et Swann avaient discuté : ils étaient tous les deux sur la même longueur d’onde, ils n’avaient pas de souvenir, ils oublieraient cette parenthèse rapidement pour sûr. C’était du moins son point de vue de mâle primaire. Il émit un ricanement léger quand elle résuma le pathétique de sa situation.

- Joe, si tu dois vraiment te prendre la tête avec ça… recouche avec lui. Il la regarda sérieux. Ça sonnait comme un conseil de merde, mais il trouvait en fait son idée plutôt éclairée. Sobre, hein. Comme ça, fais ou pas avant, vous remettez les choses au clair. Ce sera pas pire et vous aurez le mérite d’en avoir profité. CQFD, quel talent, applaudissez ! Qu’elle y médite en tout cas, et qu’elle n’hésite pas à lui redemander conseil à l’avenir !

Puis la jeune femme retourna la conversation vers lui. Elle avait relevé la référence à Sherry et en profita pour relancer le sujet. Il fit un sourire amusé à sa remarque. Effectivement, elle et la blonde, c’était un peu le jour et la nuit. Ce qui ne lui ôtait nullement son charme ! Stan parlait peu de son ancienne maitresse, parce que la situation avait toujours été compliquée. Il appuya aussi sa tête contre le mur, la tapant deux ou trois fois contre ce dernier. Dans d’autres circonstances, il serait resté évasif. Mais parler ce soir l’apaisait. Puis il avait ce sentiment que c’était peut-être maintenant ou jamais.

- C’est allé beaucoup plus loin, souffla-t-il. On n’a jamais vraiment été ensemble, et en même temps on n’a jamais vraiment été séparés. C’était trop compliqué, au jour le jour, avec son taff, tout ça. J’aurais aimé, ouais. Mais elle est restée quand même cette fille à qui je pouvais tout raconter et quand on se voyait, c’était… fou. Elle lui manquait oui. Mais davantage comme sa mère lui manquait. C’était plus profond qu’une simple histoire de cœur et le côté charnel était souvent passé en second plan.

Ils se turent un instant, alors que des bruits suspects semblaient s’être approchés. Merde, au moins une des créatures étaient montées. Ils se figèrent lorsqu’un grattement se fit entendre derrière la porte. Stan déglutit. Par chance, avec le bruit de la pluie sur la toiture et contre les vitres, les monstres ne savaient où donner de la tête. Le bruit s’éloigna. Le militaire attendit encore un moment avant de reprendre, un ton encore plus bas.

- J’ai eu d’autres jolies histoires en parallèle. Mais c’était pas pareil. C’est pour me rapprocher d’elle que je me suis lancé dans cette branche, les para, tout ça, ajouta-t-il. Un virement à 180 degrés, quand lui voulait faire de l’athlétisme toute sa vie. T’as déjà ressenti ça ?

Il connaissait le passé de son amie, notamment l’histoire avec son mari. Mais il savait qu’ils n’étaient pas tous égaux sur ce point-là. Ils ne ressentaient pas tous le sentiment amoureux avec la même intensité. Pour Stanley, il n’y avait pas de demi-mesure. Il ne connaissait que le béguin ou la passion. Il écouta Joann lui répondre, repensant à son adolescence et aux détails qui l’avaient mis jadis face au fait accompli qu’il était sérieusement mordu de Sherry. Ces détails étaient familiers, presque… actuels. Ses yeux s’écarquillèrent doucement et il se crispa. Le bruit de la pluie et des râles se brouillèrent, passant complètement en second plan, lorsque soudainement l’évidence le frappa.

- Je suis amoureux de Casey. Son ton était catégorique. Peut-être même avait-il coupé la jeune femme en plein récit. Comment ne s’en était-il pas rendu compte avant ? Il aimait sa voix et son odeur. Son humour et les tapes qu’elle lui donnait sans cesse. Il avait supporté ses humeurs et s’était montré indulgent. Presque tout le temps. Il cherchait sa compagnie et son rire. Puis il voulait tout savoir d’elle. Tout. Ce « cap » qu’ils avaient franchi début août sur la plage, il n’avait pas su l’interpréter car son esprit était alors tourné vers une autre. C’était pourtant là depuis tout ce temps : il avait besoin d’elle, tout bêtement.

Il posa ses yeux sur Joann lui-même un peu secoué. Il en était convaincu, comme il l’avait été dix ans plus tôt quand il avait rencontré Sherry. Les battements de son sœur, là tout de suite, le prouvait. Ils le grisaient.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1230
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Si on devait mourir demain   Mar 24 Oct 2017 - 17:35


Si on devait mourir demain
Ft Stan
Recommencer avec Swann ? Sobre. Clairement, elle le fixa comme s'il avait fumé un pétard mais, en ne décelant aucune étincelle rieuse dans ses prunelles, Joann en conclut qu'il était sérieux. Elle devait aussi avouer qu'elle n'y avait pas pensé non, pour elle les choses étaient déjà... pour ainsi dire humiliantes, alors réitérer en étant totalement maîtresse de ses moyens ne lui disait rien qui vaille. Qu'est-ce que ça donnerait sérieusement ? Pire que la honte sans doute, du moins, rien ne lui disait qu'elle ne passerait guère un bon moment, après tout, Stanley n'avait il pas évoqué le possible fait que Blackmore soit doué ? Voilà qu'elle y songeait véritablement, mais devait-elle prendre au pied de la lettre le conseil de son ami, aller toquer chez l'Etudiant et lui sortir un « Écoutes pour dénouer le tout, envoyons nous en l'air sans boire aucun verre, au moins on s'era fixé, t'en penses quoi ? ». Elle n'était pas conne, elle savait parfaitement ce que le gosse en penserait, il sauterait sur l'occasion ! Perplexe et taraudée par ce que Maverick venait de lancer comme si c'était la réponse à toutes les questions qu'elle se posait, Cain pinça les lèvres puis chassa tout ça de son crâne dès lors qu'il eut reprit la parole.

Son histoire eut le mérite de loger un sourire particulier aux lèvres de la Canadienne. Il lui semblait même que le film, qu'elle ne pouvait guère partager en sa compagnie, revivait ses plus belles scènes là, aux creux des yeux de Stanley. Cette femme avait eu de la chance, elle n'avait guère eu droit à tant de considération autrefois, puis, alors qu'elle resserrait les bras autour de ses genoux, la brune se demanda si, réellement, elle aurait pu mériter pareille éloge. Joann ne se fourvoyait pas à son propre sujet, elle était vile, mauvaise et garce, pas du tout le genre qu'on adule, pas la femme à qui on rêve de passer une bague au doigt pour la voir enfanter un jour et baigner dans un bonheur sans égale. Alors oui, l'escort-girl avait été mariée, mais cette alliance n'avait vu le jour que pour qu'elle appartienne à quelqu'un d'autre qu'elle, qu'elle ne soit plus qu'une chose qu'on exhibait pour se donner de l'importance et faire crever de jalousie les autres. Stanley, lui, évoquait cette fille comme l'une des plus belles choses de son existence, comme les plus chaleureux moments de sa vie, au point de voir en ces instants, où il avait la chance de la rejoindre, quelque chose de follement passionné. Pour un peu, Cain aurait aimé ressentir ça, juste une fois, s'enivrer sans aucune barrière et se laisser complètement aller aux sentiments qu'elle intimait à un homme. S'enfermer dans une telle bulle et ne plus penser à ce qui découlerait le lendemain, simplement libre d'agir comme elle n'avait jamais plus agi depuis sa déception amoureuse.

Plongée dans les dires de son comparses, elle cessa néanmoins de rêvasser lorsque quelques raclements grondèrent contre le bois du battant. Immédiatement, ses bras relâchèrent ses jambes et ses doigts glissèrent aux contours du flingue déposé à son flanc. Les créatures rôdaient, et n'avaient plus tardé à s’apercevoir qu'elles étaient encore capables de gravir des marches. Foutues blattes, pensa-t-elle avant de laisser les secondes agir, tout autant que le bruissement de la pluie sur la façade et les vitrages, pour qu'enfin le silence revienne leur assurer que le monstre avait, pour le moment, passé son chemin. Un chapelet de soupirs mesurés fila ses lèvres puis elle abandonna l'idée de saisir son arme pour reporter le regard vers son comparse qui, déjà, reprenait la parole avec davantage de discrétion et l'interrogation, suivant les révélations qu'il lui fit quant à ce qu'il avait été capable de faire pour celle qu'il aimait, la poussa à détourner les prunelles pour observer son annulaire gauche. Jadis, une bague le cerclait, elle l'avait encore pour ne jamais oublier de ne plus commettre les mêmes erreurs, mais Joann l'avait ôté de son doigts dès lors qu'elle l'avait fui pour mieux refaire sa vie sans plus que son ombre s'étende sur elle. Le bijou était à l'abri d'un coffret dans sa chambre, il n'avait aucune véritable valeur sentimentale, en revanche, il était capable de lui rappeler des moments sombres qu'elle n'avait aucune intention de revivre avec qui que ce soit en ce monde.

- Non. Lâcha-t-elle finalement après un temps de réflexion durant lequel elle avait pesé le pour et le contre de sa relation avec Mark. Finalement ce n'était que physique, le mystère et tout ça, rien qui ne ressemble à ce qu'il venait de lui dire. Mon ex était un connard, il avait une belle gueule mais au delà, c'était un véritable abruti... Alors j'ai jamais vraiment ressenti pareille chose mais...

Et alors qu'elle allait reprendre sur sa lancée, subitement la révélation de Stan lui cloua le bec. Bouche ouverte, silencieuse, Joann ancra les yeux dans les siens en arquant les sourcils. Ca, elle ne s'y attendait pas, du moins, Casey était adorable et canon, n'importe quel type sensé se serait retourné sur elle - d'ailleurs Bolderiz l'avait fait et il ne s'était pas que retourner il avait butiné la petite -. Merde, Stanley ressentait vraiment quelque chose pour la blondinette quant à elle, qu'elle savait détenir une poignée de sentiments à l'égard de son voisin bien avant de s'amouracher du Japonais, désormais les choses n'étaient visiblement plus au goût du jour. Un long silence s'étira avant qu'elle se décide à rebondir là dessus.

- T'es un crétin ! Siffla-t-elle avant de reprendre sans lui laisser le temps de répondre. J'veux dire, Casey t'aimais bien jusqu'à c'que tu t'fasses plaisir avec l'autre dinde de service là... Sourcillant pour trouver le prénom de la concernée, Joann estima que « la dinde » lui allait bien mieux que quelconque autre patronyme. pourquoi t'as pas réagi avant ? La question était stupide, simplement car, s'il s'en était apperçu maintenant, alors qu'ils allaient peut-être crever ici, c'est qu'il n'avait guère conscience de ses sentiments des semaines, voir des mois, plus tôt. Elle est avec Sushi-boy à l'heure actuelle. Affirma-t-elle en reposant la nuque contre la paroi dans son dos, les yeux clos une minutes. Pourtant, elle termina par sourire de coin en rouvrant les paupières afin de lui certifier quelque chose sur laquelle, précédemment, il avait collé le doigt en admettant en avoir été capable. Vole là lui... après tout, Haussant les épaules elle reprit. t'as bien été capable de suivre une voie par amour, tu vas pas m'sortir qu'un problème d'étique t'empêche de souffler la nana d'tes rêves à un autre type si ?

Son sourire en disait long, après tout, imaginer Casey avec Stanley ne lui déplaisait pas. Quelque chose était possible entre eux, du moins quelques temps plus tôt c'était le cas, mais Joann était certaine qu'on effaçait pas d'un claquement de doigts les sentiments qu'une tiers personne avait su faire éclater dans votre cœur.






by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2185
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Si on devait mourir demain   Mer 25 Oct 2017 - 14:47
Il restait sonné. Pourtant un mince sourire se dessina sur ses lèvres. Comme si bien des choses prenaient enfin sens. Comme s’il apercevait une nouvelle perspective. En cet instant, il ne pensait pas une seconde au fait que la jeune femme fréquentait quelqu’un d’autre. Ni même qu’il ne rentrerait peut-être jamais à la maison. C’était comme si rien de tout ça n’avait d’importance. Il était amoureux de Casey, bordel ! C’était énorme, il n’avait pas ressenti ça depuis des lustres !

Étonnamment, la réaction de Joann fut de l’engueuler. Stan garda toutefois son sourire, même lorsque le surnom de Takeo sortit. Il haussa les épaules. C’était sûrement salaud, mais il n’avait jamais vraiment pris au sérieux la relation du japonais avec la blonde. Il ne les avait jamais trouvés assortis. Il ignorait pourtant qu’il était lui-même à l’origine de ce couple et pensait toujours, au contraire, que le jeune homme avait aidé sa copine à passer l’éponge sur l’affront qu’il lui aurait fait. En lui changeant les idées en quelque sorte. Il n’était même pas vraiment jaloux…

- Je sais, mais j’crois pas que ce soit sérieux leur truc, dit-il, sûr de lui. Il se sentait pousser des ailes. Pour un peu, il retournerait dehors, affronter les dizaines et dizaines de rôdeurs, persuadé qu’il pourrait s’en tirer. A tort. Ils s’affichent jamais ensemble. C’était louche, ça, non ? Puis il repensait à la soirée qu’il avait passé avec Casey quelques jours plus tôt et aux confidences qu’elle lui avait faites. A la complicité qu’ils partageaient. Si elle pensait qu’ils avaient flirté sur la plage, qu’en était-il de cette soirée-là ? Si on omettait le fait qu’elle était complètement bourrée.

Il pinça les lèvres. Pour tout dire, il n’entrevoyait pas l’avenir. Il n’avait aucune idée de ce qu’il ferait en rentrant au camp et comment il envisageait tout ça. Peut-être que le reste de la nuit lui permettrait de réfléchir à ça. Elle le couvrirait même certainement de doutes, au fil des heures, alors qu’il rembobinerait le film de leur histoire : leurs débuts difficiles, son râteau, leur amitié naissante, leur engueulade, ce froid polaire, leur amitié retrouvée puis… ça.

Il reposa ses yeux sur la trentenaire lorsque cette dernière l’incita avec enthousiasme à prendre les choses en main. Quitte à briser le couple actuel de la jeune femme. Stan fit une moue peu convaincue. Très honnêtement, l’éthique n’était pas ce qui le retiendrait. Il appréciait Takeo, mais pas grand-chose ne pouvait se mettre en travers de lui et de ses « désirs ». Pas dans ces cas-là. Non ce qui le freinerait, c’était elle. Casey. Ses réactions imprévisibles, ses colères têtues ! Il avait peur qu’elle se referme comme une huitre, comme elle l’avait déjà fait. Il savait que la partie ne serait pas aisée, mais il avait ce sentiment qu’il pouvait tout de même la gagner.

- Je ne vole rien, moi, répondit-il sur le défensive. Je prends ce qui est à moi… Il rigola de sa propre suffisance, avant de soupirer. Nan j’en sais rien. Je sais pas trop quelles cartes j’ai en main, c’est juste… ça m’est venu là et je devais le partager. Il n’était pas réellement secret comme garçon, dans tous les cas. Il chercha toutefois des encouragements auprès son amie. Quand elle m’avait pris la tête, elle m’avait dit que c’était même pas la peine de retenter un jour quoi que ce soit. Je pars de loin, je crois, non ? hum… elle t’a déjà parlé de ça ? De lui, de Takeo, de n’importe quoi. Il savait que les deux filles s’entendaient bien, même s’il n’était pas sûr qu’elles aient échangé de telles confidences.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1230
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Si on devait mourir demain   Jeu 26 Oct 2017 - 0:14


Si on devait mourir demain
Ft Stan
Il savait et c'était tout ce que ça lui inspirait ? Du moins lorsqu'il pointa du doigt le fait que Sushi-Boy et la demoiselle ne s'affichaient jamais publiquement, Joann ne put réprimer un sourire. Oui, rien que ça lui avait mit la puce à l'oreille concernant la nature de cette « relation ». La concernant, Joann voyait ce lien, entre le Japonnais et la petite blonde, comme un dommage collatéral, elle le lui avait dit d'ailleurs, simplement car lorsque Summer lui avait exposé la chose, les circonstances et le reste, ça lui avait sauté aux yeux. Casey s'était fait Takeo uniquement car Stan lui sortait par les yeux à ce moment précis, rien de plus rien de moins. Alors, que Stanley prenne les choses de cette manière, en imaginant à son tour que rien n'était trop sérieux entre eux, la rassurait. D'ailleurs, ce qu'il lui certifia eut le mérite d'inviter un rictus à filer ses lèvres. Il avait entièrement raison, ce qui était sien devait lui revenir point barre et, visiblement, Maverick n'était pas le genre de mec à laisser venir les choses avec patience. Il allait sûrement se secouer, soulever des montagnes ou autres mais, fatalement pour Bolderiz, son ami allait récupérer la blondinette pour laquelle son cœur semblait battre plus que de rigueur.

Enfin, c'était surtout ce qu'elle entrevit en capturant sa première phrase, pleine d'assurance et de hargne, mais, le reste la poussa plutôt à froncer les sourcils. Quelles cartes avaient-ils en mains ? Toutes bordel, toutes les chances étaient de son côté, il suffisait de forcer le destin. Joann avait bien discuté avec Casey à ce sujet, elle en savait assez pour avoir comprit que la petite se cherchait, qu'elle appréciait Stanley au point de le haïr de l'avoir « trahie » et, surtout, au point de carrément lui souhaiter de marcher pieds nus sur un tapis de Légo. D'ailleurs, en songeant à cette phrase, qui filait son crâne avec l’intonation et l'air de la gosse en plus, Joann reprit le coussin pour y éclater de rire. Sans doute sous un regard rond de son comparse actuel qui ne devait visiblement pas comprendre ce qui la faisait marrer. L'image était tordante, pire encore car, à l'heure actuelle, il était en petite tenue près d'elle à lui déballer l'amour qu'il vouait à Summer. Hilare donc, les rires étouffés par l'oreiller de fortune qu'elle se collait sur la tronche, Joann termina par se reprendre, non pas sans réprimer de dernières esclaffes, pour inspirer et rouvrir la bouche.

- Oui.. Lâcha-t-elle d'une voix étranglée par les rires. Et oui c'était vrai, Casey lui avait parlé de tout ça, elle s'en souvenait parfaitement même si de l'eau avait légèrement coulé sous les ponts depuis. Se raclant la gorge donc, elle pinça la lèvre inférieure entre ses dents puis continua sur sa lancée. Elle m'a dit, et c'est ce à quoi j'viens de repenser au point de claquer une barre... Je cite « Je lui souhaite de marcher pieds nus sur un tapis de Légo. ». Et elle parlait de toi bien évidement, mais j'pense que ce truc, aussi con soit-il, prouve qu'elle a encore des sentiments pour toi.

Plus sérieuse subitement, et ce même si la citation pouvait potentiellement faire rire son partenaire, Joann tenta de l'aiguiller sans livrer les secrets que la blondinette désirait garder dissimulés.

- J'lui ai dit que son histoire avec Bolderiz était qu'un dommage collatéral, et pour m'comprendre, t'as qu'à faire le rapprochement par rapport aux dates.

Sourit-elle pour l'inciter à reconnaître que, s'il ne s'était pas amusé à farcir une dinde à ses heures perdues, pour des raisons qui ne regardaient cependant que lui, Casey ne serait sans doute jamais allée se jeter dans les bras du Japonnais. Après tout, elle respectait la promesse qu'elle avait faite à Summer ce jour là sur la plage, elle n'avait rien dit de but en blanc, tout était simplement suggéré n'est-ce pas ? Certaine d'être suffisamment blanche, tout comme suffisamment claire, Joe plissa les paupières pour donner du corps à ses prochains mots.

- J'adore la vengeance et c'qu'elle vous pousse à faire, même si dans le cas présent, j'ai plutôt envie que le film se termine par un happy-end. Oui, imaginer Casey avec Stanley lui plaisait davantage que de penser voir la blonde s'exposer publiquement, un jour, avec Shigeru. Puis, c'est étrange qu'ils s'exposent pas, si vraiment c'est la passion et l'amour avec un A majuscule, faut pas s'gêner... Non, clairement ça m'fait penser à je fais ça mais je suis pas trop sûre que ça soit la meilleure chose à faire.

Là encore, elle ne disait simplement que ce qu'elle avait dit à son amie, et, pour le moment, rien de ce que n'avait dit la petite, hormis le passage sur les briques de plastiques colorées, n'avait quitté les lèvres de la Canadienne.





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2185
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Si on devait mourir demain   Ven 27 Oct 2017 - 10:13
La nuit était tombée depuis que les deux amis s’étaient mis à discuter. La pièce s’était encore assombrie, bien que ce ne fut encore que le début de la soirée. Stanley fut effectivement interloqué quand Joann partit dans un simili fou rire étouffé. Il fronça les sourcils, un peu vexé, alors qu’elle enfouissait son visage dans un coussin du canapé pour faire moins de bruit. Il lui donna un coup dans le bras.

- Te fous pas d’ma gueule, déclara-t-il, dans un murmure, très sérieux et un peu sur la défensive. Ouais peut-être que sa situation était pathétique. Peut-être qu’il se réveillait beaucoup trop tard. Il refusait d’y croire cependant. Comme si c’était impossible pour lui de ressentir autant de choses pour que ça ne mène à rien. La nature ne pouvait pas être aussi mal faite, il ne le tolèrerait pas !

La femme reprit toutefois ses esprits et réussit à articuler ce qui la faisait tant rigoler. Elle lui parla de Légo, ce qui arracha un nouveau froncement de sourcils d’incompréhension à son ami. Mais de quoi elle causait ? Il lui fallut quelques secondes de plus pour comprendre.

- Elle t’a dit qu’elle me souhaitait de marcher sur un tapis de Légo ? Répéta-t-il encore une fois, comme s’il avait une nouvelle fois besoin de le dire tout haut pour que ça fasse sens. Il avait du mal à imaginer le contexte exact de leur conversation, mais clairement ce n’était pas une image des plus douces. Colorée oui, mais franchement pas plaisante ! Et toi, ça te fait marrer ? C’était quand ça ? Parce qu’il partait effectivement de loin à ce niveau-là. Même si la brune essayait de lui faire comprendre que pour souhaiter taaant de mal à quelqu’un, c’était forcément qu’on avait des sentiments derrière. Encore une réflexion de gonzesse ! Il n’y avait bien qu’à des mecs comme Kenny que le militaire pourrait souhaiter un tel châtiment, et croyez-le ou non : il n’y avait pas une trace d’amour derrière ça !

Le jeune homme soupira. Après tout, s’il avait de la jugeote, ça se saurait ! Joann prit donc un air plus sérieux pour lui exposer sa théorie. Celle selon laquelle Takeo n’était pour elle qu’une sorte de lot de consolation. Stanley pinça les lèvres. Certes elle avait commencé à le fréquenter peu après la crise de nerf qu’elle lui avait tapé à cause de Paige. Certes cette embrouille avait duré trop longtemps pour n’être qu’un problème de fierté… encore que… Stan ne savait plus. Car c’était aussi peu de temps après avoir appris sa relation avec le japonais que Casey s’était remise à lui parler. Comme si elle avait tourné la page. Et si elle s’était réellement consolée de lui si facilement, c’était qu’elle n’avait jamais ressenti le quart de ce qu’il vivait maintenant.

- De la vengeance ? Sauf qu’elle a arrêté sa guerre ouverte avec moi en sortant avec lui aussi. Il ignorait bien sûr que la blonde était allée trouver Takeo chez lui le soir même de leur engueulade ! Pff c’est trop compliqué tout ça. Il la regarda. Il était d’accord, pour lui cette histoire n’avait rien de sérieux, mais ce béguin que Casey lui avait avoué avoir pour lui – entre deux insultes – l’était-il davantage ? Il cala sa tête en arrière. Oh oui cette nuit allait le faire cogiter. D’ailleurs cette discussion réveillait aussi chez lui une envie élémentaire. Ça va pas t’plaire… mais j’ai trop envie de pisser, souffla-t-il, tout en commençant déjà à se dégager de leur petit abri.

Ce qui ne voulait dire qu’une chose : qu’il allait devoir faire ça ici. Quelque part. N’importe où en fait !
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1230
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Si on devait mourir demain   Sam 28 Oct 2017 - 21:32


Si on devait mourir demain
Ft Stan
Même si Casey avait « arrêté sa guerre » contre lui comme il disait, Joann était intimement convaincue que ce n'était pas le cas. Il était simple de refouler ce qu'on ressentait mais, un jour ou l'autre, tout remontait à la surface et ce n'était généralement jamais au bon moment ni très joli à voir. Stan se fourvoyait, elle en était certaine d'ailleurs, la blondinette elle même refusait catégoriquement d'imaginer qu'elle appréciait encore suffisamment le militaire pour envisager quoi que ce soit avec lui. Certes Summer ne lui avait pas dit clairement qu'elle était folle amoureuse de Maverick à une époque mais, ce fait ne crevait-il pas les yeux ? Sa réaction, envers le fait qu'il se soit tapé Paige, n'appuyait-elle pas sur l'assurance qu'elle était amoureuse ? Amoureuse au point de se suffire d'un autre, n'étant guère celui qu'elle désirait vraiment, dans l'unique but de faire taire ses ressenties.

En pleine réflexion, et n'ayant guère rouvert la bouche, Joann ferma les yeux une minute pour tenter de démêler les nœuds d'une relation ne la regardant pas. C'était complexe sans l'être en un sens, tous deux s'aimaient, alors pourquoi diable refusaient-ils de se rapprocher, de mettre les choses à plats et de s'engager dans une histoire ? Parce qu'ils étaient amis avant cela ? Non, clairement, peu importait l’amitié dans ce genre de chose, si deux personnes étaient destinées à faire un bout de chemin ensemble, alors l'amitié et toutes ces conneries pouvaient bien aller se faire mettre. Depuis quand un homme et une femme pouvaient-ils s'apprécier à en souhaiter le meilleur à l'autre et ce sans qu'ils finissent par se vautrer dans un lit pour une nuit torride ? Cette question précise, Joann y répondit mentalement en se posant deux secondes sur son propre cas : Depuis que Swann et Joe existaient sans doute. Oui, la réflexion était conne mais, en un sens, si elle n'avait pas était ravie d'avoir couché – et ce sans souvenir aucun – avec le gosse, s'était simplement car, désormais, elle l'entrevoyait comme un « ami ».

Immédiatement, ses sourcils se froncèrent et ses épaules vibrèrent sous un frisson. Jamais elle n'avait été proche de quelqu'un à ce point autrefois, jamais elle n'avait connu ce sentiment que de devoir s'interresser de près à l'évolution de qui que ce soit pour, potentiellement, s'il arrivait quelque chose de néfaste à cette personne, désirer être là pour la soutenir. Alors oui, pour Stan elle le ferait sans hésiter, mais le concernant, elle l'appréciait un peu comme un frère. Pour Casey, le lien était similaire, la gosse l'appréciait, Cain tout autant, ça n'avait pas l'allure d'une véritablement amitié mais plutôt d'un lien fraternel, chose qu'elle pouvait tout à fait comprendre pour avoir adoré cette fille quasiment dès le début. Oui, Stanley et Casey, la Canadienne les appréciaient depuis qu'elle les connaissait, quant à Swann ce n'était pas du tout la même chose. Lui, elle l'avait intentionnellement driver pour qu'il soit son petit pantin, elle l'avait cherché, l'avait attisé et, malgré tout, voilà que quelques semaines plus tôt elle l'avait trouvé bien plus capable que ce qu'elle avait imaginé jusqu'à lors.... En pleine cogitation, la voix de Stanley l'obligea néanmoins à rouvrir les yeux pour lui servir un regard rond.

- Putain non ! Répondit-elle un peu plus fort jusqu'à se taire, faire silence, et de prêter l'oreille aux sons extérieurs au bureau. Ouf, sa voix n'avait pas porté assez pour faire rappliquer les macchabées ayant trouvé judicieux de rejoindre l'étage. Tu pense sérieusement pisser ici ? Reprit-elle un ton en dessous. Désormais, capturer son regard était plus difficile, la nuit tombait peu à peu, ils seraient bientôt incapables de se voir et devraient discuter en aveugle. Tu peux pas t'retenir sérieux ? Elle imaginait déjà la scène. Pas que c'était gênant mais merde puis là, une idée lui vint même si, le connaissant il ne s'y plierait pas sous peine d'alerter les troupes cadavériques restées à l'extérieur. Fais par la fenêtre !

Cette réplique, elle la lui servit avec sérieux pour ensuite soupirer, agripper son sac, puis déboucher sa bouteille dont le goulot rejoignit ses lèvres. Il ne restait presque rien, la flotte fut terminée en peu de temps suite à quoi, en un regard entendu, elle lui tendit le contenant vide.

- Si tu veux pas pisser par la fenêtre Stanley Maverick, alors tu fais là dedans ou tu t'retiens... Sérieux les mecs, vous pouvez dire qu'on est des pisseuses mais vous savez pas vous retenir. Il ferait ou non, déjà son regard toisait un point invisible devant elle et son esprit divaguait ailleurs au point qu'elle dut reprendre malgré ce que faisait sans doute son partenaire. Alors, tu vas lui dire à Casey ou tu vas attendre que l'autre te la souffle pour de bon ?

Pas qu'elle détestait le Japonnais, ce n'était pas le cas, mais si ses deux potes s'aimaient, pourquoi fallait-il qu'ils se taisent et regardent le train passer sans avoir l'idée de le prendre ?





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2185
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Si on devait mourir demain   Dim 29 Oct 2017 - 20:16
Stanley haussa les épaules, faussement désolé. Il n'allait quand même pas s'excuser d'avoir envie de pisser ! Il afficha donc une mine contrite et hocha la tête en pinçant les lèvres. Pour dire « oh si ma jolie, tu as très bien entendu ». Et voilà qu'elle lui demandait de le faire par la fenêtre ! Il tourna une seconde les yeux vers l'ouverture qui donnait sur la nuit. Et la pluie, toujours la pluie. Il était déjà debout et il s'en approcha, à pas de loup. Il secoua une seconde son T-shirt, toujours complètement humide et fit sauter son pagne de fortune, pour se retrouver de nouveau en slibard. Il s'approcha de Joann pour lui répondre dans un murmure.

- Meuf, t'es mignonne, mais j'y suis pas allé depuis ce matin. Se retenir n'était donc pas une option. Niet. Il attrapa la bouteille en plastique. Et regarde bien cette fenêtre, parce que quand ce sera ton tour - et je donne pas cher de ta peau - faudra aussi t'y coller. Il lui offrit un sourire. Le moment venu, il lui souhaiterait bien du courage ! Parce que oui, c'était bien connu, toutes les filles étaient effectivement des pissouses. Ce n'était pas de leur faute ceci dit, elles avaient nettement moins de place là-dedans pour leurs vessies !

Retournant près de la fenêtre, il l'ouvrit dans un bruit qu'il aurait voulu plus discret. Il fit une grimace. Il jeta un coup d'oeil au dehors, là où il pouvait deviner plusieurs silhouettes errantes. Nettement moins que précédemment toutefois. Il approcha une chaise, qui l'amena à bonne hauteur, pour se soulager. Oh bon sang, cette sensation n'avait pas de pareil. Car comme disait l'adage : l'amour est un feu qui vous dévore, mais l'envie de pisser, c'est encore plus fort ! Joann choisit ce moment pour reprendre la conversation. Trois secondes avant qu'un bruit sec ne s'écrase sur la porte de leur bastion. Merde ils avaient encore attiré un rôdeur vers eux. Voire plus, ils pouvaient entendre leurs doigts glisser contre le bois. Stanley pesta. Il était coincé : il devait finir ce qu'il avait commencé !

Il redescendit finalement de sa chaise et écouta les bruits. Joann s'était levée à son tour pour s'approcher du bureau et évaluer à quel point ils étaient dans la merde. C'était dur à dire, mais a priori, seul le temps le leur dirait. Jusqu'ici, le bureau tenait le coup. Il fallait espérer que les bruits de l'averse distrairaient leurs compagnons rapidement. D'ici là, il n'y avait pas grand chose qu'ils pouvaient faire. Son attention focalisée sur la porte, il tendit toutefois le bras par la fenêtre, alors que sa main tenait la bouteille. Oh non, il n'allait pas sacrifier leur seul récipient ! Au contraire, il le remplissait. Ce ne serait pas la soif qui les emporterait ! Cela prit un moment, puis il referma les vitres. Il échangea un regard avec la femme. Il devinait sa mine plus qu'il ne la voyait réellement, il faisait déjà trop sombre.

- Désolé pour ça, murmura le jeune homme plus bas que bas, en arrivant à son niveau. Et il l'entraina pour qu'ils se rassoient. Après un long, très long silence, durant lequel ils s'étaient tous deux concentrés à outrance sur les sons à l'intérieur du bâtiment, Stan jugea qu'ils pouvaient reprendre leur conversation. Il la fit répéter la question qu'elle lui avait posée précédemment. L'image de Casey lui ressauta alors au visage, comme s'il l'avait pendant un temps complètement oubliée. L'emballement qui allait avec refit surface instantanément de la même manière. Je sais pas ce que je vais faire, avoua-t-il, mais me connaissant, je pense pas pouvoir garder ça pour moi très longtemps. Il n'était pas du style à fantasmer sur quelqu'un en silence. Ni à tergiverser pendant des semaines pour aborder une nana ! Alors oui, Takeo ou non, il finirait par avouer à la blonde ses sentiments. Il était incapable de faire autrement. Il ignorait alors que la japonais lui ôterait une épine du pied de lui-même en larguant la jeune femme quelques jours plus tard seulement ! Il se tut un instant, avant de lui demander : c'est quoi les trucs qui te font craquer chez un mec ? Genre un comportement, un look ou une attention... qui te ferait fondre...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Si on devait mourir demain   
Revenir en haut Aller en bas  
- Si on devait mourir demain -
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Si on devait mourir demain...
» Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours
» HELP IL DOIT MOURIR DEMAIN YORK 14 ANS 1/2 FOURRIERE
» [Intrigue 1 ] Un bonjour de la part de nos ennemis... [PV]
» 2x07 : "Servir ou mourir"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: