The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- A creature of love who can't be tamed. -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emerson R. Barnett
Leader | Island Freedom
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 01/12/2015
Messages : 799
Age IRL : 25
MessageSujet: A creature of love who can't be tamed.   Dim 8 Oct 2017 - 20:57
Elle serra un peu plus contre elle la veste chaude de son mari. Malgré l’épaisseur supplémentaire, la nuit restait fraiche, et le fait de ne pas pouvoir faire de feu n’aidait pas à se mettre à l’aise. Les jambes glacées, elle frissonna avant de se retourner sur sa bâche de fortune qui lui servait de lit. Ian, Thalia, Calypso et les filles dormaient. Nans et Jackson montaient la garde. Kendale n’allait pas tarder à la rejoindre pour se reposer, terminant son tour d’ici peu. Emy contempla la trotteuse toujours folle de sa montre, impatiente que l’heure arrive. C’était embêtant, mais elle ne parvenait pas à trouver le sommeil sans un maigre sentiment de sécurité pour l’aider à se laisser aller. Et présentement, il n’y avait que Kendale qui arrivait à lui offrir ça.

Minuit trois. 6 septembre. C’était son anniversaire, aujourd’hui même. Elle avait trente sept ans. Pas tout à fait le genre de célébration qu’elle avait envie de partager, sans doute parce que la blonde ressentait le poids de la solitude sur ses épaules actuellement. Le fait qu’il n’y avait plus que Kendale pour le fêter, et qu’il ne devait plus savoir quel jour on était. Le fait que Kaycee n’était pas là pour venir la voir avec son air boudeur et lui souhaitait tout de même un bon anniversaire. Le fait qu’aucun de ses frères ne l’appelleraient pour ça, ou ses amies les plus proches. Sally ne viendrait pas avec une petite bouteille de rhum pour qu’elles se mettent bien en ce jour extraordinaire.

Des jours extraordinaires, il n’y en avait plus. Plus depuis des mois. Seulement une atroce normalité ou la survie était la seule chose qui comptait à leurs yeux. Ils ne parlaient quasiment plus, puisque ça faisait partie d’un temps révolu auquel il n’était plus habitué. Leur conversation tournait la majorité du temps autour de la nourriture et de leurs réserves, des munitions épuisées qui ne reprenaient plus du poil de la bête, ou de la jauge d’essence qui frôlait cruellement avec le zéro pointé. C’était beaucoup de problème à gérer, et aucun toit sur leurs têtes pour au moins avoir ce souci en moins.

Et aujourd’hui, c’était son anniversaire. Trente ans d’une vie presque parfaite, si on omettait les deux dernières années. Celles qui lui avaient tout pris, et finalement tout appris de comment ce monde fonctionnait désormais. De désillusion en désillusion, Emy ne comptait plus ses cicatrices, ses peines, ses troubles, ses doutes ou ses peurs. La liste était trop longue pour en voir le bout. Si elle avait pu souffler une bougie, faire un vœu, être sûre qu’il se réalise, elle aurait probablement souhaité amener tous ces gens dans un endroit meilleur. Vers une promesse d’un avenir heureux, ou elle aurait pu les protéger.

Sauf qu’elle n’était plus en mesure de promettre quoi que ce soit, même pas un simplement lendemain.

Un bras passa autour de sa taille, et une chaleur rassurante envahit son dos. Elle sentit les lèvres de Kendale cherchant le creux de son cou pour venir y poser un baiser. Une sorte de nouveau rituel entre eux, comme s’ils cochaient ensemble une croix supplémentaire sur un calendrier imaginaire : ils l’avaient fait, encore aujourd’hui.

« Je ne dors pas… » Lui souffla-t-elle en posant sa main sur celle de son mari, venant entrelacer ses doigts aux siens.

Pour son anniversaire, une nuit en sécurité avec Kendale pourrait lui suffire, tout compte fait.



I'm in need of the answer, in search of the question, in love with being broken-hearted. A little white lie, a big black sky, and emptiness open on the Dashboard. You feel a lack of self and it's someone else telling you to try where you failed before.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Kendale J. Barnett
Bras Droit | Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau - M16a4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 668
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: A creature of love who can't be tamed.   Sam 14 Oct 2017 - 22:13

Posté à quelques mètres de notre campement de fortune, je scrute les alentours à l’affut du moindre bruit suspect, du moindre mouvement. Mais tout est calme, rien ne semble vouloir venir perturber cette nuit éclairée d’une lune presque pleine. Et si par moment, quelques nuages viennent voiler la lumière de l’astre nocturne, il fait plutôt clair. Encore un quart d’heure de garde et je pourrais rejoindre Emerson. Je n’ai pas oublié. D’ici quelques minutes nous serons le 6 septembre, le jour de son anniversaire. Peut-être pense-t-elle que je ne m’en souviens plus ? Oh. J’aurais très bien pu ne plus m’en rappeler avec tout ce que nous avons à faire et à penser depuis que nous sommes sur les routes. Mais à vrai dire, depuis que nous sommes ensemble, jamais je n’ai oublié son anniversaire ; pas une seule fois. Tout comme la date de notre première rencontre à l’hôpital, de notre premier rendez-vous, de notre mariage…

C’est en discutant avec Jackson quelques jours auparavant, que j’ai pu m’en souvenir d’ailleurs. Le militaire me faisant remarquer que le mois de septembre venait de débuter, comme l’indiquait sa montre. Alors forcément, cela avait été plus simple pour moi de connaître le jour exact de l’anniversaire d’Emy. J’avais donc profité d’une petite expédition pour tenter de lui dénicher un cadeau, histoire de marquer le coup.

Après tant de mois difficiles entre le départ de Kaycee et la chute d’Emerald, je dois avouer que notre couple a pas mal souffert de tout cela. A vrai dire, j’ai mis du temps à accepter que notre fille ait décidé de nous quitter. Et même si j’ai encore l’espoir de la revoir un jour, Emerson m’a fait comprendre qu’elle n’avait pas envie que nous la retrouvions, pas pour l’instant. Alors depuis notre départ forcé du lycée, je fais tout mon possible pour veiller sur Emy’. Il nous faut un endroit où nous installer, un endroit sûr. J’en ai assez de la voir si fatiguée. Elle donne tellement pour le groupe, sans rechigner. Si seulement nous pouvions trouver un abri où enfin se poser, pour nous reconstruire…

M’assurant une dernière fois que tout est calme, je demande l’heure à Jackson. Minuit moins une. Il est temps pour moi de rejoindre Emerson. Je salue Nans qui arrive pour prendre la relève, je souhaite bon courage au militaire avant de disparaître dans la pénombre. Me faufilant doucement dans l’obscurité, j’arrive près d’Emerson, visiblement endormie. Cela me fait mal de la voir allongée sur une simple bâche, seulement couverte de mon manteau. Je soupire doucement, m’asseyant à côté d’elle. Je porte mes mains jusqu’à ma bouche, soufflant doucement pour tenter de les réchauffer. L’automne n’est pas encore là mais les nuits sont tout de même fraîches. Il est urgent pour nous de poser nos valises quelque part avant l’hiver. Je finis par m’allonger contre Emy’, en prenant soin de ne pas la réveiller. Mon bras vient se poser contre sa taille et je l’embrasse avec tendresse dans le cou. Cela fait tellement de bien de la sentir près de moi, j’apprécie la chaleur de son corps. Puis j’entends finalement sa voix, elle me dit qu’elle ne dort pas. Je souris alors, sentant ses doigts s’entrelacer aux miens. Je dépose encore mes lèvres contre son cou et je la serre encore un peu plus contre moi. « Joyeux Anniversaire. » Je lui murmure ces mots au creux de son oreille avant de l’embrasser encore.





SAVE THIS CITY

We never sleep, we keep the blood pumpin' through our veins. We always meet the fear head-on where the shadows lay.by anaëlle.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Emerson R. Barnett
Leader | Island Freedom
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 01/12/2015
Messages : 799
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: A creature of love who can't be tamed.   Dim 15 Oct 2017 - 11:55
Elle ne dormait pas, non. Et un sourire prit place sur ses lèvres en sentant son mari près d’elle. Fermant doucement les yeux, elle éprouva un intense soulagement de le savoir toujours à ses côtés. Deux ans que cette tragédie durait, deux ans qu’il ne l’avait pas quitté. Parfois pour faire un pas en arrière, mais jamais pour la laisser définitivement. Il était la seule personne sur qui elle pouvait compter aujourd’hui, la seule en qui elle avait confiance au point de s’abandonner pour de bon. Depuis combien d’années elle le connaissait ? Emy avait l’impression que ça faisait une vie, une vie entière en sa compagnie. Une vie entière à être vraiment aimé.

Malgré les hauts et les bas qu’ils avaient traversé. La mort de Connor, de son père. Celle de Sean en intervention. La descente aux enfers de son époux et le bruit clinquant des bouteilles de bière sur le sol du garage à chaque fois qu’il avait besoin d’oublier l’absence de son témoin. Elle n’avait rien pu faire pour réparer son cœur brisé. Sans doute parce qu’elle-même était meurtrie par ce décès, et devait tout de même gérer son foyer au mieux pour ne pas le laisser s’effondrer. Cette fois-là, ils étaient passés si près de la fin, elle l’avait senti.

Pourtant, ces chagrins semblaient tellement dérisoires comparés à ce qu’ils avaient dû traverser ensuite. L’orage de cet instant n’était rien comparé à la tempête qui avait suivi. Les coups de tonnerres avaient été si timides comparés au déchaînement d’aujourd’hui. Ils vivaient désormais au quotidien ce qui n’était avant qu’un passage à vide. Car aujourd’hui, tout était vide.

Et Kendale était le miracle qui redonnait des couleurs à ce monde en gris.

« Tu ne l’as pas oublié… » Souffla la blonde sans pouvoir étouffer son rire, ni même son sourire.

Il n’oubliait jamais son anniversaire. Comme si le jour de sa naissance importait vraiment à ses yeux. Se retournant doucement, elle vint se blottir contre son homme pour lui présenter sa risette. Ses pupilles ne quittèrent par les siennes en déposant un baiser rapidement contre ses lèvres. Elle était si heureuse, ce petit rien lui rappelait le sentiment d’insouciance qu’ils pouvaient partager, lorsqu’ils n’étaient qu’un jeune couple qui avait tout à apprendre de l’autre. Ils en avaient fait du chemin depuis.

« Merci Kendale… » Murmura-t-elle doucement en l’étreignant, après avoir dégagé une de ses mèches blondes de son visage. « Tu sais… Tu n’es plus obligé de me le souhaiter maintenant. » Elle constata la surprise sur le visage de son époux avant de reprendre : « Non seulement je commence à me faire très vieille, mais en plus… » Sa bouche s’ouvrit sans que rien ne sorte.

Il lui fallut un moment avant de rassembler ses pensées. L’an dernier, son anniversaire s’était célébré en « grandes pompes ». Sally avait voulu lui organiser un petit quelque chose. Ian, Thalia, elle, son mari, sa fille, Billy aussi – qu’elle n’avait plus revu depuis le lycée mais qu’elle connaissait depuis l’hopital – étaient présents. C’était intime, certes. Mais pas autant que maintenant.

« On a déjà du mal à voir les jours passer, à savoir quel mois on est… ça n’a plus vraiment d’importance. » finit-elle par lui dire avec un sourire en coin.

Ses lèvres se reposèrent sur celles de Kendale. C’était sa conclusion et la seule chose dont elle avait vraiment besoin.



I'm in need of the answer, in search of the question, in love with being broken-hearted. A little white lie, a big black sky, and emptiness open on the Dashboard. You feel a lack of self and it's someone else telling you to try where you failed before.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Kendale J. Barnett
Bras Droit | Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau - M16a4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 668
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: A creature of love who can't be tamed.   Lun 16 Oct 2017 - 22:01

Son doux rire me fait sourire. Son anniversaire. C’est tellement important pour moi, peu importe les galères ou nos problèmes. Jamais je n’ai oublié de le lui souhaiter. Jamais. Elle se retourne doucement, venant se blottir dans mes bras, mes lèvres s’étirent lorsque je découvre ce si joli sourire sur les siennes. Des moments comme celui-là, nous n’en avons pas partagé depuis si longtemps. Je me permets, un instant, d’oublier tout le reste, espérant que rien ne vienne tout gâcher.

Mon sourire s’élargit alors qu’elle me remercie. Mes doigts jouent avec les siens, comme avant. Et je ne parviens pas à me défaire de son regard, de ses yeux si magnifiques. Je souris, bêtement, et je ris silencieusement alors qu’elle m’explique que je ne suis plus obligé de lui souhaiter son anniversaire à présent. Vieille ? Une légère moue peut se lire sur mon visage. Je secoue la tête pour lui faire comprendre que je ne suis pas d’accord avec elle. « Au contraire. » Je lui réponds dans un murmure sans la quitter des yeux. De ma main libre, je viens passer cette mèche de cheveux qui la dérangeait quelques minutes plus tôt derrière son oreille. Puis mes doigts viennent caresser sa joue alors que je reprends « Ça a de l’importance pour moi. »  

« J’ai… J’ai besoin de moment comme celui-là. J’ai besoin d’oublier tout le reste. Tu peux pas savoir à quel point ça me fait un bien fou de te voir sourire… C’est… C’est important pour moi. » Je fais de mon mieux pour ne pas parler trop fort, chuchotant d’une voix rauque. Je sais qu’en faisant ça, je me raccroche toujours et encore au passé. Je nous revoie tous les trois, assis à la table de la salle à manger, soufflant les bougies, ouvrant les cadeaux et mangeant une part de gâteau dans la précipitation… Emy ou moi étant appelés en urgence au travail. Et aujourd’hui… Il y a tellement plus d’aléas susceptibles de venir faire tout foirer. Ce monde est devenu si sombre, si impitoyable. Mais il est hors de question qu’il m’oblige à oublier de tels moments. Jamais.

Je me redresse doucement, prenant appui sur mon bras blessé lors de notre fuite d’Emerald. C’est encore un peu douloureux. J’attrape mon sac à dos avant d’en extirper un second en plastique. « Tiens. Je t’ai trouvé un petit quelque chose quand nous sommes allés chercher de quoi manger avec Jackson hier. » Pas de paquet cadeau. Pas de jolie boîte. Un simple sac plastique avec le logo d’une ancienne grande surface que je lui tends. A l’intérieur, rien de très exceptionnel. J’ai réussi à dénicher une jolie paire de gants en cuir avec une doublure polaire, ainsi qu’un bonnet noir avec un petit pompon. Cela m’a fait rire en le trouvant parce que ce n’est pas franchement le genre de chose qu’Emerson pourrait mettre. Mais avec l’hiver approchant à grands pas, je me suis dit que ça servirait, forcément. « Et t’inquiète pas… Je n’ai pas pris de risque pour récupérer tout ça. J’suis tombé dessus par hasard alors qu’on fouillait les rayons… » Je lui souris encore une fois avant de lui demander « J’espère que ça te plaît. »





SAVE THIS CITY

We never sleep, we keep the blood pumpin' through our veins. We always meet the fear head-on where the shadows lay.by anaëlle.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Emerson R. Barnett
Leader | Island Freedom
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 01/12/2015
Messages : 799
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: A creature of love who can't be tamed.   Sam 21 Oct 2017 - 10:05
Un sourire, un peu triste, prit place sur les lèvres de la blonde. Elle comprenait ce que voulait dire son mari oui. Même si elle ne pouvait s’empêcher d’éprouver de la nostalgie. Probablement parce que son anniversaire, cet année, tombait au pire moment. Là où ils étaient le plus tristes, sales, meurtris par les événements. La vie ne les avait pas épargnés, et Emy ne voyait plus comment ils arriveraient à refaire surface. Elle était épuisée. Epuisée d’avoir trente sept ans, et de voir où elle en était désormais. Au bord d’une route, à ne pas pouvoir fermer l’œil malgré son entourage, malgré le fait qu’elle n’était pas seule. Ça n’était pas comme à la chute du Kindred : c’était pire.

Ses yeux se firent rieurs lorsqu’elle vit le cadeau qu’il lui réservait. Elle contempla le bonnet et les gants, le regard empli d’une certaine tendresse. Certainement le genre de choses qu’elle aurait pu porter dans sa vie d’avant. Elle les contempla, sur le dos, et enfila le bonnet sans se faire prier. Ses yeux bleus se posèrent sur son mari, à qui elle adressa le sourire le plus amusé possible. Elle se mordilla la lèvre inférieure avant de lui souffler d’une voix douce :

« C’est adorable… » Elle était sincère. « Je vais en avoir besoin je pense, surtout d’ici quelques semaines… »

Il n’y avait bien que Kendale pour réussir à la sortir de sa torpeur avec des détails. Elle était heureuse qu’il soit toujours en vie, et à ses côtés. Contente qu’ils soient toujours ensemble malgré les coups durs de l’existence. Ils resteraient tous les deux, quoiqu’il advienne. Le monde pouvait leur prendre leur maison, leur voiture, leur abri, leur fille même. Elle ne pouvait imaginer de poursuivre sans lui, probablement parce qu’elle ne se souvenait plus de sa vie avant sa rencontre. Seulement d’un sentiment de solitude qu’il avait comblé en un instant.

« Tu… Tu ne t’es vraiment pas mis en danger pour ça, j’espère ? » Reprit-elle d’une voix soucieuse, sans lâcher du regard son amant.

Elle eut un petit rire. Emy était toujours la première lorsqu’il s’agissait de s’inquiéter pour rien. Tirant un peu plus son bonnet sur ses oreilles, elle invita Kendale à se rallonger à côté d’elle pour ne pas forcer sur son bras déjà blessé. La plaie se remettait, mais il fallait se ménager. Et ça n’était bizarrement pas en courant après des cadeaux pour son anniversaire qu’il y parviendrait.

« Merci pour ça, Kendale. » Lui souffla-t-elle dans un murmure avant de reprendre sur le même ton : « D’être toujours avec moi, et d’avoir été… Patients, pour qu’on se retrouve. »

Parce qu’elle avait l’impression qu’ils s’étaient retrouvés, finalement. Que tout ça, ça n’était pas pour rien.

« ça n’est pas seulement… Kaycee. C’était bien avant. Après mon père, Connor, puis Sean… » Ils s’ajoutaient à la liste des gens qu’ils avaient perdu, que ce monde déjà hostile leur avait pris : « C’était déjà différent entre nous et… Et pourtant, tu me prouves tous les jours que tu es la seule personne qui sera toujours avec moi, quoi qu’il arrive. » Elle vint déposer un baiser sur ses lèvres, timide, avant de souffler tout contre : « Merci d’être là. » Bientôt vingt ans qu’ils se connaissaient. Bientôt vingt ans qu’ils ne se quittaient pas.



I'm in need of the answer, in search of the question, in love with being broken-hearted. A little white lie, a big black sky, and emptiness open on the Dashboard. You feel a lack of self and it's someone else telling you to try where you failed before.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Kendale J. Barnett
Bras Droit | Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau - M16a4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 668
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: A creature of love who can't be tamed.   Sam 28 Oct 2017 - 12:31

« Je te le promets. » Je rassure Emerson quant au fait de ne pas avoir pris de risque en lui trouvant ses cadeaux. Cela lui sera grandement utile d’ici quelques temps, et surtout, je ne peux qu’être heureux de la voir sourire ainsi. Les cadeaux semblent lui plaire, et c’est tout ce qui m’importe. « Bon… J’ai pas trouvé le papier cadeau… Mais content que ça te plaise. » Je souris, avant de rire doucement avec elle. Que ça fait du bien de pouvoir partager un si bon moment après tant de galère. Nous nous rallongeons après qu’Emerson ait mis le bonnet, et je lui souffle d’une voix sincère « Il te va bien. »

Nous échangeons un nouveau sourire. Puis sans quitter mon regard, Emy me remercie. Mais je comprends bien vite que ce n’est pas seulement pour les présents que je viens de lui offrir. Elle me dit merci d’être toujours là, près d’elle, d’avoir été patient après des semaines si difficiles. Et alors qu’elle continue de parler, ma main cherche la sienne dans l’obscurité. Une fois trouvée, mes doigts s’entremêlent aux siens jusqu’à ce que mon pouce caresse doucement le dos de sa main. Elle me rappelle tous ces moments douloureux pour notre couple. La disparition de Kaycee, la mort de ses proches, celle de Sean… Mais malgré tout ça, malgré les épreuves, nous sommes toujours ensemble.

Emerson dépose un baiser sur mes lèvres, avant de me remercier encore une fois d’être là. Je lui souris avant de lui répondre « Merci à toi… Tu as toujours réussi à me supporter malgré mes humeurs. J’ai vraiment eu beaucoup de chance de te rencontrer dans cette chambre d’hôpital, vraiment beaucoup de chance. » Je ris doucement. J’ignore comment aurait été ma vie si je n’avais pas croisé le chemin d’Emerson. Elle a toujours été la seule personne capable de me calmer mon impulsivité, dès le départ. Quand j’ai perdu mon meilleur ami, elle a été là pour me supporter. Je m’en veux d’avoir été si désagréable durant tout ce temps, d’avoir passé des soirées entières loin de la maison avant de rentrer dans des états si lamentables. Et dire que j’ai failli faire la même chose après le départ de Kaycee… « Tu as toujours été patiente avec moi aussi… Je n’ai pas été facile à vivre… J’en suis désolé d’ailleurs. Mais ça fait tellement de bien de t’avoir retrouvé. » Un nouveau sourire désolé s’affiche sur mes lèvres, avant que je ne vienne lui voler un baiser. « Je t’aime Emerson. » J’ai tellement besoin de lui dire ces mots. J’ai tellement besoin qu’elle les entende. Je n’ai plus qu’elle maintenant. Et je ferais tout pour la protéger.





SAVE THIS CITY

We never sleep, we keep the blood pumpin' through our veins. We always meet the fear head-on where the shadows lay.by anaëlle.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Emerson R. Barnett
Leader | Island Freedom
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 01/12/2015
Messages : 799
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: A creature of love who can't be tamed.   Mar 31 Oct 2017 - 8:33
Elle avait l’impression de revivre avec Kendale un second mariage. Ou une seconde demande, en quelques sortes. Elle pouvait encore se souvenir de celle de Kendale, presque vingt ans plus tôt, pour lui demander d’être sa femme et de passer le reste de son existence avec lui. De l’instant précis où ça s’était passé et des mots qu’il avait justement choisis, à sa manière, pour lui faire sa proposition. Elle se souvient en avoir été émue, troublée, avoir pleurée aussi, beaucoup. Des larmes de bonheur pure. Cette joie aujourd’hui n’était plus vraiment à l’image de celle d’avant, mais Emy appréciait la saveur retrouvée de ce qu’elle éprouvait à cet instant précis.

C’était ce qu’il lui restait de plus pur et de plus précieux à offrir à quelqu’un. Elle l’aimait. Ça n’était pas une révélation, même si ça en approchait : la mort rôdant sans arrêt autour d’eux avait pu entamer son optimisme, stimuler la dépression qui couvait à l’intérieur d’elle. Titiller l’animal enragé qui sommeillait depuis des années et qui s’était révolté plus d’une fois, au point de lui en faire mal au bide. Au point de prendre la mauvaise décision, ou tout simplement de choisir la mauvaise option. Emy n’avait plus que la certitude obsédante d’être follement et profondément amoureuse de son époux.

Ça comptait. Ça devait compter. Ça devait avoir son importance pour eux, pour leurs vies, pour ce monde. Il n’y avait qu’avec ça qu’ils parviendraient à reconstruire quelque chose de cohérent.

« Je t’aime. » Lui répondit-elle à nouveau avec un sourire doux, qu’elle ne pouvait offrir qu’à lui ici.

La blonde voulut se pencher pour embrasser à nouveau Kendale, lui rendre tout ce qu’il lui donnait pour que jamais il ne s’épuise à cause d’elle. Mais du mouvement derrière l’en empêcha. Elle se redressa sensiblement sur ses appuis pour observer ce qu’il se déroulait, et vit Jackson et Ian en train de revenir vers eux pour réveiller tout le monde. Il se passait quelque chose : leur camp n’était que provisoire, et ils devaient souvent envisager de devoir partir en plein milieu de la nuit pour éviter tous les risques.

Ian croisa finalement son regard et l’appuya un moment, l’air désolé. L’explication tomba : des rôdeurs s’approchaient d’ici, ils devaient migrer vers ailleurs. La nuit avait été courte, presque inexistante, mais elle ne se terminerait pas encore. Se relevant, elle aida son époux à en faire autant et une fois face à lui, elle lui murmura :

« Dès qu’on aura trouvé où se poser, tu seras le premier à pouvoir profiter d’une sieste. » Il fallait garder son optimisme, n’est-ce pas… « On a qu’à se trouver une maison, avec un lit gigantesque, confortable, où on pourra s’étaler. » Fit-elle en tentant de détendre l’atmosphère. Ça relevait plus du fantasme qu’autre chose, mais tout était bon à prendre.



I'm in need of the answer, in search of the question, in love with being broken-hearted. A little white lie, a big black sky, and emptiness open on the Dashboard. You feel a lack of self and it's someone else telling you to try where you failed before.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: A creature of love who can't be tamed.   
Revenir en haut Aller en bas  
- A creature of love who can't be tamed. -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Love et Story
» Let Love Lead The Way [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: