The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Do no harm. -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emerson R. Barnett
Leader | Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, automatique.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/12/2015
Messages : 835
Age IRL : 25
MessageSujet: Do no harm.   Sam 7 Oct 2017 - 15:23
L’hiver n’allait pas être simple, et ça inquiétait Emerson. Les Barnett vivaient dans la région depuis suffisamment longtemps pour s’en rendre compte, et savoir que chaque fois, la saison avait amené son lot de problème. A l’abri du lycée, et aidé par une bonne cinquantaine de personnes, ça ne faisait presque rien. La vie n’était pas digne de son foyer où elle partageait son temps entre son boulot et sa famille, mais ça restait sécure et convenable… Si la maison de repos avait ses avantages, notamment celui de les mettre à l’abri derrière des murs hauts et sous couverts d’une certaine discrétion, elle voyait aussi que tout ne pourrait pas être si simple.

Un mois qu’ils étaient là-bas. Presque un mois. Tout autant de temps que les Lennon les avaient quittés, peu confiants à l’idée d’investir un endroit aussi grand et d’y rester. Endroit pourtant qu’ils avaient réussi à nettoyer quasiment complètement – en tout cas pour le bâtiment qu’ils habitaient. Un mois, ça n’était pas assez pour envisager de rester éternellement, mais Emy avait la conviction que ça serait au moins leur abri pour l’hiver. Elle ne pouvait qu’être contente d’avoir un toit pour la saison, de ne pas avoir à passer son temps sur les routes avec les deux petites à charge.

Mais elle comprenait, d’une certaine manière, que les Lennon n’aient pas voulu tenter le diable. Pouvait-elle leur en vouloir ? Non. Pourtant, elle tenait tout de même une certaine rancœur de cet abandon. Ian lui manquait. Elle le connaissait depuis si longtemps, et il avait toujours fait plus ou moins parti de sa vie depuis qu’il y était rentré. Ça faisait vraiment bizarre de ne plus l’y voir, de ne plus avoir à légitimement s’inquiéter pour lui. Son départ, si elle l’avait accepté, laissait tout de même derrière lui un goût un peu amer qu’elle avait du mal à encaisser.

La voiture bifurqua à droite, se garrant dans un endroit désert, cachée dans une ruelle abandonnée. Emy avisa son époux d’un regard entendu, avant de tirer du siège arrière sa machette ainsi que son sac à dos. S’extirpant du véhicule, elle fit attention de faire le moins de bruit possible en refermant la portière. La raison ? Ils étaient revenus dans Seattle, une mégapole encore grouillante, qu’un rien pouvait transformer en véritable tombeau sordide. Pourquoi y être retourné ? Pour le campement qu’ils avaient découverts sans pouvoir l’explorer. A près d’une dizaine, ils étaient trop nombreux, trop bruyants pour s’y aventurer.

A deux, et habiles, ils y parviendraient.

« L’avantage quand on a plus de munition, c’est qu’on a plus besoin de prévenir qu’on utilise l’arme à feu en dernier recours… » Souffla-t-elle avec une pointe de sarcasme dans la voix, venant mettre son sac à dos sur ses épaules.

Elle tira sur les bretelles pour les rapprocher au mieux. Emy n’avait aucune envie de se faire prendre au piège à cause des hanses de son sac. Elle remonta la ruelle et avisa l’hôtel qu’ils visaient d’un œil méfiant. L’endroit était cerné par des barricades effondrées pour la plupart. Les vitres éclatées laissaient cinquante moyens d’y rentrer. Certains pièges avaient encore droit à leurs rôdeurs. Pour l’instant, tout était calme, mais ni l’un ni l’autre ne savaient ce qui les attendraient à l’intérieur.

« Allons y. » Fit-elle à Kendale avec un sourire qui se voulait rassurant.

Même si au fond, Emy ne l’était pas vraiment. Ses doigts se serrèrent autour du manche de son arme, alors qu’elle prenait la direction du bâtiment. Elle put facilement escalader la barricade de caddies devant elle, avant de passer de l’autre côté. Ses semelles écrasèrent des morceaux de verres, avant de pénétrer à l’intérieur. Extirpant de la poche avant de son sac sa petite lampe de poche, elle la prit de sa main libre pour éclairer les endroits sombres.



I'm in need of the answer, in search of the question, in love with being broken-hearted. A little white lie, a big black sky, and emptiness open on the Dashboard. You feel a lack of self and it's someone else telling you to try where you failed before.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Kendale J. Barnett
Bras Droit | Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau - M16a4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 702
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Do no harm.   Sam 7 Oct 2017 - 22:16

Un mois que nous sommes installés dans l’ancienne maison de retraite. Pour l’instant c’est ce que nous avons trouvé de mieux. Cela fait du bien de ne plus être contraints à changer constamment d’endroit, et malgré l’ampleur de la tâche je suis persuadé que nous pourrions y vivre, y reconstruire quelque chose. Et si cela n’a pas été simple au début, nous avons tout de même réussi à arranger les lieux à notre façon, après un long et fastidieux nettoyage. Le seul regret que je peux avoir, c’est d’avoir laissé Ian et sa famille partir. Visiblement sceptiques depuis le départ, cet endroit ne les a pas convaincus. Et ils sont partis quelques jours seulement après avoir investi les lieux. Mais qu’aurais-je pu bien faire d’autre que de les laisser partir ? Les obliger à rester avec nous ? Non. J’espère simplement qu’ils vont bien, et qu’ils trouveront eux aussi un endroit sûr pour s’occuper de leur famille…

Je suis conscient que tout cela sera une œuvre difficile à accomplir, il nous reste tellement de choses à faire avant de pouvoir réellement « souffler ». Et encore c’est un bien grand mot dans ce monde si hostile. Nous devrons encore nous battre, tenir le coup pour avancer, défendre notre nouveau « chez nous ». Tout ce que je souhaite, c’est de ne plus vivre ce que nous avons subi au lycée Garfield. Je crois que cet endroit en vaut la peine, et je suis bien décidé à tout faire pour réussir à construire notre nouveau refuge.

Nous manquons de tout. Nourriture, eau, médicaments, munitions, armes… Même de vêtements… Et ça serait bien de trouver de quoi occuper les petites aussi, qu’elles puissent aussi commencer à se sentir chez elle là-bas. En tout cas, elles ont l’air plutôt contentes d’avoir enfin leur propre chambre, ce qui est déjà pas mal. Il faut donc partir en quête de tout ça, et encore une fois je me retrouve en expédition avec Emerson. Passer du temps sur les routes, trouver enfin un nouvel endroit, cela nous a permis de nous retrouver un peu. Et cela fait du bien de pouvoir partager ce moment avec elle. Je sais que tout ça c’est difficile pour elle, mais je sens qu’elle va tout de même un peu mieux.

Je ne peux m’empêcher de rire doucement lorsqu’elle fait une réflexion sur nos armes devenues inutiles sans munition. J’ai tout de même emporté l’une d’elle, on ne sait jamais, peut-être qu’avec un peu de chance nous trouverons de quoi la charger. Fermant, la portière de la voiture à mon tour, je rejoins Emy’, prêt à fouiller le bâtiment que nous avons en face de nous. Egalement équipé d’un sac à dos, je réponds au sourire d’Emerson avant de lui répondre « Après vous ! » Je lui fais signe de passer devant moi, riant une nouvelle fois. Et si je suis plutôt de bonne humeur aujourd’hui, je reprends vite mon sérieux en arrivant près de la barrière de caddies aux côtés d’Emy. Nous passons par-dessus avant de continuer notre avancée jusqu’à l’entrée de l’hôtel.

Armé d’un couteau récupéré à Emerald, nous pénétrons dans le bâtiment par une fenêtre dont la vitre a été brisée. Nous sommes visiblement dans ce qui était autrefois une sorte de salle de réception ou d’accueil. Quelques corps jonchent le sol, mais c’est plutôt calme pour l’instant. Je me retourne vers ma femme avant de lui murmurer quelques mots. « Il faudrait trouver une issue pour aller aux étages, j’pense qu’il faudrait jeter un œil aux chambres… » J’attends une réponse d’Emy pour qu’elle me confirme qu’elle est ok avec mes plans. J’avance encore un peu plus, me dirigeant vers l’entrée d’un couloir menant peut-être vers une cage d’escalier…





SAVE THIS CITY

We never sleep, we keep the blood pumpin' through our veins. We always meet the fear head-on where the shadows lay.by anaëlle.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Do no harm.   Dim 8 Oct 2017 - 2:31
Ça avait été dur de se dire qu’ils devaient quitter la maison de Madison Park. Après avoir tout perdu, tout devenait prétexte à une attache. Même les objets, même les murs de la maison d’un autre, même un quartier désincarné. Il fallait se rendre à l’évidence pourtant : aucune des pistes qu’April avait eu pour retrouver Rowen n’avait porté ses fruits et les ressources étaient beaucoup trop rares dans le quartier. Ce genre de résidence pavillonnaire, si proche du lycée, ça avait dû être du pain béni pour les ravitailleurs, une fois les magasins alentours en rupture. Les pavillons avaient été fouillés de la cave au grenier, sans rien laisser que des denrées inutilisables et des carcasses au crâne perforé. Au moins, la quadragénaire avait pu se remettre de ses blessures, il ne restait sur ses membres que de vilaines cicatrices qui ne s’effaceront jamais ; mais les privations devenaient insoutenables.

Ils étaient partis la veille, avaient déjà dû passer une nuit dans la voiture de Kerwan. Habituée à être entourée d’hommes, la blonde savait parfaitement comment trouver sa place. Elle avait encore trop tendance à materner Noam, dont les cheveux en bataille et la gentillesse naturelle lui faisaient immanquablement penser à Rowen. Quant à son cadet… elle avait dû reconnaître que sous ses faux airs de macho, il avait un bon fond – sans quoi elle n’aurait jamais accepté qu’il la suive. Elle ignorait combien de temps cette petite coalition pourrait durer. Peut-être encore un mois, peut-être plus, peut-être moins. Qu’importe… elle n’avait plus la force de voir grand, plus après ce qui s’était passé au Garfield Highschool.

- Tiens, regardez…

Elle indiqua par la fenêtre la silhouette d’un ancien hôtel, cerné par des barricades de caddies qui avaient été désordonnées. Le bâtiment gisait là comme une carcasse d’éléphant : les fenêtres explosées, ouvrant sur ses entrailles des dizaines de cavités sombres. Ça avait dû être un camp, désormais tombé et désaffecté. D’autres victimes de ceux qui les avaient attaqués ? Peut-être. Certes, ils n’avaient cette fois rien brûlé, mais ils ne pouvaient pas établir de modus operandi après une seule fois…

- On pourrait essayer, proposa-t-elle en se renfonçant dans son siège.

Ils allaient devoir être très prudents, mais si le sinistre datait de suffisamment longtemps, il y avait des chances que les rôdeurs soient partis. Quand bien même, le risque devait valoir la peine d’être pris : si le campement avait été attaqué par des vivants, ils n’auraient effectivement rien du tout ; mais si c’était une horde qui l’avait submergé, alors peut-être leurs réserves étaient encore intactes quelque part. Ce n’était pas comme s’ils roulaient sur la nourriture – ou l’eau – alors de son point de vue, avec l’approche de l’hiver, ils ne pouvaient pas simplement passer à côté.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Do no harm.   Lun 9 Oct 2017 - 11:35
Rien n’était fait pour durer… À Madison Park, Noam s’était senti envahi d’un nouveau souffle. Lors de ses expéditions, il savait qu’il avait quelque part où rentrer. Il savait qu’il trouverait aussi des êtres humains avec qui échanger et cela lui avait permis de reprendre pied, de reprendre le dessus sur lui-même. S’il continuait régulièrement de se rendre dans son ancien appartement et de s’acharner sur l’idée de revoir son père et sa sœurs vivants, il était plus cohérent. Il avait pu dormir correctement et mine de rien, ça changeait pas mal la donne. Aussi, il envisageait assez facilement de rester avec Kerwan et April encore un moment. Dans que ces deux-là ne cherchaient pas à quitter Seattle, il sentait qu’il pouvait rester en leur compagnie. S’ils exprimaient leur souhait de quitter la ville ? Noam Artémis ne pouvait pas encore dire comment il réagirait. Ce serait sans doute une décision difficile qu’il n’aurait nullement envie de prendre. Mais soit, il verrait le moment venu. Car si l’heure du départ avait sonnée pour les trois compagnons, personne n’avait vraiment parlé de quitter la ville. Changer de quartier par contre, cela devenait essentiel. Les ressources étaient bien trop rares dans cette zone et ils sentaient bien qu’à rester dans cette maison, ils creusaient plus leur perte qu’autre chose. Ce n’était pas forcément le lieu le plus sécurisé et il fallait aller bien trop loin pour trouver des vivres. Non, ils devaient partir. Noam avait suivi le mouvement de manière très résolue. Il n’était pas et ne serait pas un leader. Alors il se contentait d’écouter les propositions et de les suivre tant qu’elles n’allaient pas contre son but premier. Et puis, aussi absurde que cela puisse paraître, le regard qu’April posait sur lui lui faisait du bien.

Après une nuit dans la voiture de Kerwan, les trois compagnons étaient désormais arrivés dans le sud de la ville. Noam Artémis était installé à l’arrière et passait le plus clair de son temps à observer par la fenêtre en silence. Quand il en avait l’occasion, il faisait parler son enthousiasme naturel mais pour le coup, il restait plutôt sur la réserve. Il sortit cependant de ses pensées lorsqu’April attira leur attention sur les restes d’un hôtel. Noam s’avança alors sur son siège pour mieux voir le bâtiment qui se tenait devant eux. Des caddies, des traces de barricades, des fenêtres explosées… Le lieu avait clairement subi des dommages mais après tout, la foudre ne s’abat normalement pas deux fois au même endroit…

« Une exploration vaut le coup… »

Noam Artémis n’était clairement pas le plus courageux et le plus guerrier de la petite bande. Le risque inutile, il ne le comprenait pas et n’avait nullement l’intention de se mettre en danger gratuitement. Cependant, dans un bâtiment comme celui-ci, il y avait de fortes chances de trouver des choses intéressantes comme de l’eau ou de la nourriture. Les hôtels avaient souvent des réserves et s’ils n’étaient visiblement pas les premiers à passer par là, il y avait de fortes chances pour qu’il reste quelques éléments utiles à leur survie. Quant à l’idée que cela puisse être un abri ? Noam n’y pensait pas vraiment pour le moment. En tout cas, il devait bien admettre qu’ils avaient tout intérêt à essayer, prudemment certes. Comme pour appuyer ses propres, il sortit alors lentement de la voiture, poussant la portière en douceur pour faire le moins de bruit possible. Il avait toujours sur le dos son sac qu’il ne quittait jamais. À sa ceinture, son couteau de boucher même s’il se passerait bien de devoir s’en servir.

« Ça a l’air plutôt calme… »

Les lieux étaient silencieux. Si ce silence pouvait avoir quelque chose de pesant, au moins, il assurait qu’il n’y avait pas une énorme horde de morts dans le coin. Ils avaient tendance à faire un peu de bruit. Ou alors ils étaient cachés dans le bâtiment… Mais en tout cas, difficile de déceler une menace directe. Noam ôta alors son couteau de sa ceinture pour le prendre fermement dans sa main et avancer doucement vers l’hôtel. Les alentours semblaient déserts. Le jeune homme sentit l’angoisse commencer à monter en lui. Comme toujours. Il n’était pas rassuré et il jugeait cela normal. Il fallait être fou ou inconscient pour envisager se jeter dans ce bâtiment sans une once d’appréhension. Pour autant, cette crainte ne devait pas l’empêcher d’avancer. Il se tourna alors vers ses camarades, dans l’attente d’une confirmation de leur part même s’il sentait bien que du côté d’April, la décision était prise. Déjà des yeux, il cherchait le meilleur point d’entrée. Des fenêtres cassées semblaient offrir une ouverture simple. Pas besoin de défoncer les portes et de risquer de faire trop de bruit… Sans doute la meilleure solution. Mais encore une fois, Noam laissait à ses compagnons de route le soin de prendre la décision finale.
Revenir en haut Aller en bas  
Kerwan Day
Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Hache et fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 17/01/2016
Messages : 463
Age IRL : 21
MessageSujet: Re: Do no harm.   Dim 15 Oct 2017 - 19:35
Au final, à sa grande surprise, Kerwan était resté avec April. Non seulement avec elle, mais il avait fait la rencontre d'un autre jeune homme se nommant Noam. Même s'ils ne resteraient ensemble que de manière temporaire -ce qui se passait à chaque fois-, Kerwan se sentait un peu plus vivant, revivre même. Il pouvait parler et discuter avec ces deux-là. Et, après courte décision, ils avaient décidé de remonter dans la grande ville qu'était Seattle. Là-bas, ils pourraient refaire davantage de provision.
Sur la route, le son de la musique était mis très léger, histoire d'avoir un minimum de fond sonore. Le grand brun chantonnait ces chansons qu'il connaissait maintenant par cœur. Tout comme les deux autres, l'ancien agent immobilier ne savait trop où il allait, mais une chose était sûre, il roulait. Ils avaient fait une pause; ou du moins une nuit de sommeil; et Kerwan avait plus ou moins monté la garde toute la nuit, n'ayant dormi que quatre heures. Alors maintenant, il avait des traits encore plus fatigués et creusés, surtout avec ses magnifiques cernes violacés.

Le jeune homme roulait à environ quarante-cinquante kilomètre/heure, et il fit arrêté par April, intéressée par un gigantesque hôtel situé de l'autre côté de la route. Noam semblait moyennement intéressé, mais Kerwan, lui, avait bien envie de se dégourdir les jambes et buter du rôdeur. Alors, c'est sans précédent qu'il répondit avec beaucoup d'enthousiasme.

- Je suis chaud pour une bonne petite exploration. Je suis sûr qu'on va trouver pas mal de trucs sympa, là-dedans.

Alors, il laissa les deux jeunes gens descendre là, et Kerwan alla se garer un poil plus loin; il ne souhaitait pas attirer les rôdeurs. Il se dépêcha ensuite d'aller les rejoindre, son sac sur le dos, fusil à pompe sur l'épaule gauche et sa hache dans la main droite. Il regardait tout autour de lui pour voir s'il y avait d'éventuels infectés, mais heureusement, aucun ne semblait être en approche.
Une fois à leur hauteur, il regarda de bas en haut le grand immeuble qui jonchait devant eux. Il ne s'attendait vraiment pas à paraître aussi minuscule fasse à cette bâtisse. L'Homme construisait des choses bien trop grandes. Sans trop faire attendre l'hôtel, les trois jeunes gens s'approchèrent, et virent des éclats de verre par-ci par-là. Était-ce l’œuvre de rôdeurs ? De pillards ? Il ne le saurait probablement jamais. Tant que Kerwan ne repartait pas les mains vides, c'était l'essentiel.

- En effet. Bon, qu'est-ce qu'on attend pour rentrer ?

Il était tout excité à l'idée de faire un peu de sport. Avec tant d'étages et de chambres, il allait forcément trouver quelque chose. Même qui sait... un paquet de bonbons ! Il n'en n'avait plus depuis un bout de temps, et sa petite dose sucrée quotidienne lui manquait.
Les trois s'approchèrent des grandes baies-vitrées complètement éclatées et, après une légère inspection à l'aide de sa lampe-torche, Kerwan fut le premier à pénétrer à l'intérieur.




 
 


   
••• ••• ••• ••• ••• •••
   • Look. Do you see in front of you ?
There are the Hell's door. Good luck my friend ! •
© Mzlle Alice.

   

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Emerson R. Barnett
Leader | Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, automatique.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/12/2015
Messages : 835
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Do no harm.   Dim 15 Oct 2017 - 20:44
Le bruit des éclats de verre sous ses chaussures la poussa à être méfiante. Davantage encore qu’elle ne le devrait en réalité. Sans trop savoir pourquoi, son instinct lui disait que quelque chose n’allait pas vraiment ici. Qu’il s’y était passé quelque chose en tout cas, et ça ne lui inspirait pas confiance. Le camp était vraisemblablement abandonné depuis un moment, mais combien de gens était morts ici, et pour quelles raisons ? Déglutissant péniblement, elle tourna le regard vers Kendale lorsque celui-ci suggéra de d’abord chercher une issue de secours au cas où les choses dégénéreraient. Elle hocha la tête :

« On suit le petit bonhomme vert ? » Esquissant un sourire, elle releva le nez vers la lampe éteinte prévue à cet effet.

Ouvrant la marche, ils dépassèrent l’entrée avec à leur droite un réfectoire, puis la réception contre le mur. L’escalier était au fond, et juste derrière celui-ci, une porte fermée. L’espace n’était pas bien large, assez pour y aller à la file indienne. Elle progressa jusqu’à la porte en question, tourna la poignée et constata que cette dernière était grippée. Elle dut tirer d’un coup sec pour parvenir à ouvrir et vérifier qu’il n’y avait rien de l’autre côté. Une ruelle arrière, bloquée par des bennes à ordure au bout qui ne feraient probablement pas l’affaire si une horde s’engouffrait là-bas…

« C’est vide, mais on devrait maintenir la porte fermée quand même… » Ajouta-t-elle en s’exécutant derrière, se retournant vers son mari pour reprendre son sérieux le plus complet.

Elle poussa un soupir en tentant d’analyser.

« Si le campement est tombé, il doit rester les valises des anciens habitants… » Elle marqua une pause en désignant les escaliers. « Et les anciens habitants eux même peut-être. » La rencontre allait donc être sportive.

Ils eurent le temps de grimper jusqu’au premier étage et avancer avec précaution. Kendale en premier, qui tendait l’oreille au moindre bruit. Certaines portes ouvertes ne laissaient rien présager de bons pour eux. Avec précaution, il en poussa une pour regarder à l’intérieur, et ne se confronter qu’à un silence et une pénombre troublante. La gorge serrée, Emy n’osait pas respirer, encore moins penser, des fois qu’on puisse entendre. C’était désert lui assura-t-il.

« Fouille rapide. » Chuchota-t-elle en rentrant à sa suite. Ils refermèrent par sécurité derrière eux pour retourner la chambre.

Comme prévu, deux valises mais pleines de vêtements. Emy ne put dénicher qu’un paquet de protection féminine qui serait toujours utile, le fourrant dans son sac à dos, ainsi qu’une barre de céréales aux fruits. Pas grand-chose, mais Dieu pouvait bénir les gens gourmands qui ne partaient jamais sans un encas.

« Tu t’en tires mieux que moi ? » Demanda-t-elle en se tournant vers lui, s’avançant d’un pas en reprenant son couteau revenu à sa ceinture.

Du bruit en bas empêcha son mari de lui répondre. Ils se figèrent tous les deux, avant de s’avancer vers la porte qu’ils ouvrirent à peine pour tendre l’oreille. Avaient-ils été suivi ? Par qui ? Par quoi ? Pourquoi ? Tant de questions, et déjà des doutes pour venir l’étreindre. La blonde se raidit instinctivement. Elle n’aimait pas ça.



I'm in need of the answer, in search of the question, in love with being broken-hearted. A little white lie, a big black sky, and emptiness open on the Dashboard. You feel a lack of self and it's someone else telling you to try where you failed before.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Kendale J. Barnett
Bras Droit | Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau - M16a4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 702
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Do no harm.   Lun 16 Oct 2017 - 22:56

Je souris à Emerson avant de la suivre dans le couloir menant aux escaliers. Restant sur mes gardes, je reste attentif au moindre bruit qui pourrait être suspect. Emy’ s’approche d’une des issues de secours avant de l’ouvrir prudemment. Il n’y a rien de l’autre côté. Bien. Nous ne devons pas trop nous éterniser ici, je lui fais signe de me suivre. « On va inspecter les chambres. Une par une. Avant d’entrer, on s’assure qu’elles sont vides. On ne rentre pas si y’en a dedans. Et si jamais ça devient trop risqué, on sort. » Nous manquons de tellement de choses que cet hôtel pourrait être une véritable aubaine. Mais nous ne sommes pas en nombre suffisant pour faire face à un groupe trop important de rôdeurs.

Arrivé au premier étage, tout semble plutôt calme. Je m’adosse contre le mur, attrapant mon couteau à la ceinture. Je me penche doucement pour vérifier que le couloir est dégagé. « On y va. » J’indique à Emerson la première porte sur notre gauche, légèrement entrouverte.

Je m’approche à pas de loup tendant l’oreille à la recherche d’un quelconque râle ou de bruits de pas. Tout semble calme à l’intérieur, je finis par pousser la porte qui émet un léger grincement. Je m’avance doucement dans la chambre. Vide. « Rien ici. » Je désigne la porte à Emerson afin qu’elle la referme derrière elle. Puis nous nous mettons à fouiller la pièce. Emerson s’occupe des valises, je me dirige vers la penderie. Je fais coulisser la porte avant de l’inspecter. Il n’y a pas grand-chose à part un costume accroché à un cintre et une paire chaussure allant visiblement avec. Rien de très pratique aujourd’hui, donc. Je tire sur l’autre panneau pour regarder dans l’autre partie du placard. Encore des vêtements, et un sac de sport. Je l’attrape afin d’en vérifier le contenu, parmi les affaires je trouve une bouteille d’eau. Je la range dans mon sac avant de me diriger vers la salle de bain. J’ouvre les tiroirs, les placards dans lesquels je trouve une trousse de toilette. Mais malheureusement, je n’y trouve pas grand-chose. Une brosse à dent encore emballée et des lames de rasoirs, mais pas de médicaments…

Puis lorsqu’Emy me demande comment je m’en sors, je reviens jusqu’à elle pour lui montrer mes maigres trouvailles. Nous aurons peut-être plus de chance dans la chambre suivante. Cependant, je n’ai pas le temps de lui répondre, un bruit sourd se fait entendre, au rez-de-chaussée apparemment. Je fais signe à Emerson de ne pas bouger, essayant de percevoir un autre bruit. Mais rien. « On va vérifier la chambre d’en face, si elle est sûre tu la fouilles pendant que je vais vérifier en bas… » C’est sûrement un mort coincé quelque part dans un recoin. Tout avait l’air plutôt calme en arrivant.

Nous sortons de la chambre en vérifiant une nouvelle fois que le couloir est sûr. Une fois cela fait, je me dirige vers la porte d’en face, fermée celle-là. Je frappe alors doucement contre la paroi lisse, puis j’attends. Rien. J’ouvre alors la porte avant d’y entrer, suivi par Emerson. « Bien. On fait ce qu’on a dit. Je retourne en bas, je n’en ai pas pour longtemps. Si y’a un problème, je reviens te chercher. Ok ? » Se séparer n’était pas franchement la meilleure des solutions mais il faut que je m’assure que nous ne courons aucun risque…





SAVE THIS CITY

We never sleep, we keep the blood pumpin' through our veins. We always meet the fear head-on where the shadows lay.by anaëlle.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Do no harm.   
Revenir en haut Aller en bas  
- Do no harm. -
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» ◭ ALEZEA . here the daisies guard you from every harm
» Jatropha plante connue dans le vodou est une aubaine comme biocarburant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: