The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- All is your fault so get out of my face ! -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Duncan Donhadams
Bras Droit | Messiah
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/07/2016
Messages : 1232
Age IRL : 42
MessageSujet: Re: All is your fault so get out of my face !    Dim 12 Nov 2017 - 15:05
Le musicien était complètement abasourdit par tout ce qui venait de se dérouler. En fait, il était tel un boxeur qui venait de prendre un KO cérébral. En effet, le coup porté par Andrea avait été tellement brutal et impromptu qu’il avait fait perdre toute lucidité au magasinier. Duncan était véritablement affecté par les mots de son amie. Tellement, qu’il en resta un long moment silencieux.

Les yeux dans le vide, le viking fixa donc, un long moment, la fenêtre face à lui. Encore hébété par la situation, il contempla un oiseau perché sur le rebord de celle-ci. Le moineau, contrairement à lui, semblait serein et loin des tracas quotidiens qu’il subissait ? Heureux sont les ignorants, pensa immédiatement le barbu. Pensif, le musicien l’était. Mais, il était toujours attentif à ce qui se déroulait dans la pièce voisine.

Duncan patientait donc dans le plus grand des silence. Mais, il tendait l’oreille à chaque propos de la jeune femme. Et c’est à ce moment précis, qu’il comprit que la métisse n’en voulait pas qu’à lui même, mais à la terre entière. Perdre un bras était difficilement acceptable. Le musicien en convenait. Lui même aurait été fou de rage. Alors, il patienta, encore, jusqu’à ce que les cris de l’afro-américaine diminuent ? Enfin, du moins, jusqu’à ce qu’ils s’atténuent, petit à petit, jusqu’à finalement disparaître. Lisandro semblait avoir trouvé le moyen de calmer la jeune femme ? La voix de l’homme était, en tout cas, douce et réconfortante. Nul doute qu’il avait su trouver les mots adéquats pour réconforter Andrea.

Ce ne fut que quelques instants après que la voix masculine résonna à nouveau, mais cette fois ci à l’intention du viking. Les mots du médecin questionnèrent, plus ou moins, la jeune femme pour un hypothétique retour de Duncan à ses côtés. Ensuite, il essaya de détendre l’atmosphère pesante en plaisantant sur son bandage. Sur ces mots, le musicien, ne savait plus trop ce qu’il devait faire. Alors, il préféra rétorquer haut et fort : - « C’est peut être préférable, pour tout le monde que je ne reste pas ici ? »

Il s’arrêta un instant et continua : - « Se serait peut être mieux que je retourne dans mes appartements avec Sarah ? » Le viking avait comprit qu’il dégoûtait, dorénavant Andrea. Alors, il continua : - « De cette manière Andrea sera au calme, ne me verra pas et pourra se reposer » Il aurait voulut que l’afro-américaine lui dise de rester mais, il n’y croyait pas vraiment ? Non, la demoiselle avait été claire dans ses propos et elle était en rogne. Il était, alors, très peu probable qu’elle cède aussi facilement ?


Code couleur:
 


Aujourd'hui le sang et les balles sont l'unique loi. Si t'es une personne responsable tu comprendras que le recours à la violence est inévitable.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Hache de pompier
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1253
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: All is your fault so get out of my face !    Mar 14 Nov 2017 - 9:08
Elle aussi était désolée. Désolée d’être faible, de ne pas être apte à se relever comme il le faudrait malgré tout. Elle était terriblement désolée à l’idée de ne pouvoir rien faire dans son état et de se lamenter sur son sort. Ses sanglots eurent du mal à se tasser, elle peinait à retrouver son calme. La présence de Lisandro l’apaisa cependant, alors qu’il lui parlait doucement à l’oreille pour créer autour d’eux une bulle d’intimité. Le genre d’instant qu’elle n’avait plus connu depuis longtemps, mais qui la berça bien malgré elle, malgré tous les griefs qu’elle avait contre tous les hommes du monde.

Elle aurait voulu rester comme ça longtemps. Parce qu’elle ne ressentait plus sa douleur ou son chagrin. Elle n’éprouvait plus tout le poids des mots et de la culpabilité. Il n’y avait plus qu’un grand vide, un grand rien, qui ne lui semblait même pas effrayant de sa position. Pour une fois, Andrea n’était pas assaillie par les informations, par les évidences qui lui faisaient mal. Il n’y avait rien à dire, à faire. Elle était juste vidée de toutes ses émotions, de tous ses sentiments contraires, et ça lui faisait du bien.

La conclusion de tout ça se fit une route dans son esprit malmené par les événements, mais elle la garda bien pour elle. Elle ne pouvait pas dire, ni expliquer, le résultat auquel elle aboutissait, mais ça la frappa comme une claque en plein visage, qui lui chauffait la joue désormais. Ça eut le mérite de la calmer encore, alors qu’elle relevait doucement le nez de l’épaule de Lisandro pour croiser son regard : elle avait enfin compris ce qu’elle devait faire. Il n’y avait qu’ainsi qu’elle pourrait faire taire ce qui la tuait à petit feu. En fait, elle prendrait son mal de court, et on ne pourrait plus rien contre elle.

« Tu devrais aller t’occuper de lui. » Lui murmura-t-elle d’une voix enrouée, en se redressant légèrement pour se laisser glisser sur le matelas à côté de lui.

Elle renifla, venant se passer la main sur ses joues couvertes de larmes qu’elle essuya péniblement. Sa manche s’humidifia, elle détourna les yeux pour ne pas avoir à se justifier. Lisandro avait mieux à faire que s’occuper d’elle pour l’instant. Son bras serait toujours absent, toujours douloureux. Peut-être qu’à un moment, elle ne ressentirait plus cette douleur avec autant de vivacité qu’aujourd’hui. Peut-être qu’elle finirait par l’oublier, peut-être que ça ne lui ferait plus rien. C’était pour l’instant un rappel constant de son échec avec lequel elle vivrait encore un peu.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 06/04/2017
Messages : 302
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: All is your fault so get out of my face !    Ven 24 Nov 2017 - 21:56
Il pouvait encore la bercer quelques temps, si ça pouvait la calmer et la rassurer. Il fut patient, attendant qu’elle décide d’elle-même ce qui était bon à faire pour elle. Duncan aussi se sentait mal, mais le chilien laissait le soin à Sarah de s’en occuper – ce serait un peu mal venu, gênant. Très gênant. Alors il attendit, tout simplement, que quelque chose bouge, que quelqu’un dise quelque chose. Duncan voulait partir, laisser Andrea tranquille. C’était une bonne idée en soi, il l’autoriserait s’il lui promettait de faire attention à ses blessures en quittant l’infirmerie. Car ça ne servait à rien de le laisser filer si c’était pour le voir débarquer toutes les cinq minutes parce qu’il n’avait pas pu s’empêcher de jouer des muscles pour Sarah, quitte à faire péter ses points. Andrea leva la tête vers lui et il lui rendit un regard tendre et prudent. C’était toujours difficile de doser avec elle, il ne savait pas comment faire. Elle semblait si perdu, si fragile en cet instant qu’il était intimidé de la voir ainsi. Ils n’étaient pas aussi proches. Pas assez en tous cas pour assister à tout ça. Tu devrais aller t’occuper de lui… Puis elle se glissa sur le lit à côté et il la laissa faire sans discuter. Il jeta un coup d’œil à son bandage, sans y voir de traces de sang, comme il en avait vu chez Duncan. « Je vais aller voir Duncan, je reviens chez toi après, d’accord ? » Il se leva, lui offrit un sourire timide, avant de lui laisser l’espace qu’elle désirait en cet instant.

Il s’éloigna alors pour aller rejoindre Duncan dans le couloir entre les box. Il tira un tabouret vient s’occuper du bandage au bras de Duncan qui commençait à virer rouge foncé. « Tu n’es pas dans un état critique, tu dormais jusqu’ici mais si tu le sens, oui tu peux retourner auprès de Sarah. » C’était bien ce qu’il pensait, deux points avaient lâché et il perdait un peu. Lisandro soupira, n’hésitant pas à bien se faire entendre. « A la condition que tu prennes soin de tes sutures, parce que si c’est pour te voir débarquer toutes les heures pour que je te refasse tes points, j’préfère que tu restes ici. J’arrive. » Il repassa devant le bloc d’Andrea pour aller chercher des compresses propres, du fils et une aiguille. Il ressortit l’alcool pur qu’ils avaient fabriqué maison, il se lava les mains comme il put et revint vers Duncan, il s’arrêta au niveau d’Andrea, un peu soucieux de ce regard qu’elle lui avait lancé tout à l’heure. « Si tu as besoin de quelque chose, je suis là, je t’entendrais. » Il s’attarda quelques secondes avant de continuer son chemin jusqu’à Duncan, à deux pas de là. Il posa un genou sur le tabouret à côté de Duncan et enleva complètement le bandage. « On n’est pas illimité niveau compresse, tu fais attention à partir de maintenant. D’accord ? » Il prit le temps de nettoyer la plaie à l’alcool, pas besoin de préciser que ça allait piquer, le Viking avait vécu pire. Il nettoya puis lui refit les deux points qui avaient sauté, vérifiant que les autres tenaient bien. « La jambe ça va ? Ta tête ? » Il avait lutté contre la fièvre pendant plusieurs jours. Puis il remit un bandage propre en place. Ils avaient récupérer des bandes lavables mais les compresses par contre, il fallait les utiliser avec parcimonie. « Dis-moi comment tu te sens avant de retrouver Sarah. » Il était on ne peut plus sérieux, inquiet pour ses patients. Même si c’était Andrea qui l’inquiétait le plus.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Duncan Donhadams
Bras Droit | Messiah
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/07/2016
Messages : 1232
Age IRL : 42
MessageSujet: Re: All is your fault so get out of my face !    Dim 26 Nov 2017 - 15:15
Quand Lisandro s'occupa de ses pansements, tout en lui disant qu'il dormait et qu'il n'avait pas pu le tenir au courant pour Andrea, le magasinier répliqua aussitôt : - « Vous auriez quand même pu trouver un moyen de me prévenir ! » Il fixa ensuite le médecin en fronçant les sourcils et en continuant : - « Je ne sais pas, vous auriez pu me laisser un mot ? Ou trouver un autre moyen ? » Il hocha ensuite la tête, tout en fixant le sol. - « Maintenant, Andrea pense que je l'ai fais exprès ! Elle pense que j’étais au courant de sa situation et que je suis venu la narguer en toute connaissance de cause ! » Ses yeux retournèrent ensuite sur le docteur. - « Je passe pour qui maintenant ? Hein ? » Il n'attendit pas le réponse de son interlocuteur et continua : - «  Je passe pour le dernier des crétins ! »

Malgré les reproches de Duncan, le médecin continua, toutefois, son diagnostic. Concernant les sutures qui s'étaient réouvertes, Lisandro ne put s'empêcher de réprimander gentiment son patient. Et puis, finalement, après avoir inspecté, avec soin la plaie qui était la source des problèmes, il lui donna son accord pour que celui-ci puisse quitter l'infirmerie. Mais, pas avant qu'il ne lui ai changé son pansement gorgé de sang.

Le moustachu s'absenta, ensuite, quelques minutes afin d'aller chercher de nouveaux bandages. Pendant ce court laps de temps, le magasinier resta immobile et songeur. Que pouvait ressentir Andrea, à cet instant ? Elle devait être complètement anéantit ? Perdu dans ses pensées, Duncan ne remarqua, même, pas que le toubib était revenu à ses côtés. En fait, ce n'est que quand celui-ci lui retira son bandage et lui badigeonna le bras d'alcool que celui-ci retrouva définitivement ses esprits. En effet, quand le désinfectant entra en contact avec la plaie, le viking ne put s’empêcher de dire : - « Aah ! » Tout en serrant la mâchoire. Quand à la question concernant ses autres blessures, Duncan ne put que répondre : - « Excuse moi pour tout à l'heure. Tu n'y ai pour rien, j'étais énervé et je m'en suis pris à la première personne que j'avais sous la main » Il s'arrêta un instant et répondit cette fois à la question du médecin : - « La jambe me fait encore un peu souffrir. Je suppose que c'est normal ? Quand à la tête, j'ai mal au crâne. En fait, ça ne s’arrête presque jamais » Il toucha instinctivement l'énorme bandage qui lui recouvrait le crâne en continuant : - « Mais, autrement, ça va. Je peux y aller »

En même temps, le magasinier décida de bouger. C’est à peu près à ce moment là que les vertiges recommencèrent. Titubant le musicien se rattrapa in-extremis en posant sa main droite sur le mur. Ne sachant pas si Lisandro l’avait vu, il essaya donc de détourner la conversation tout en reprenant : - « Va plutôt t'occuper d'elle, elle en a plus besoin que moi » Le musicien désigna ensuite l’infirmerie d’un petit signe de la main en continuant : - « Les blessures psychologiques sont souvent plus difficiles à soigner que les blessures physiques. En tout cas, fais bien attention à elle et ne la laisse pas seule trop longtemps. Qui sait ce qu'elle pourrait faire dans un moment de désespoir ? » Le magasinier n'avait clairement pas parlé de suicide mais, c'était ce que ses mots voulaient dire. Cette période, il l'avait bien connue quand il avait perdu sa femme. C'est donc en parfaite connaissance de cause qu'il disait ces paroles au médecin.


Code couleur:
 


Aujourd'hui le sang et les balles sont l'unique loi. Si t'es une personne responsable tu comprendras que le recours à la violence est inévitable.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Hache de pompier
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1253
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: All is your fault so get out of my face !    Dim 26 Nov 2017 - 15:51
Andrea n’entendit rien du tout de la discussion entre les deux hommes. Pas un mot. Fixée dans ses pensées, elle ne parvint par à discerner les mots qui s’enchaînaient entre eux, dont certains à propos d’elle. Et elle ne put pas voir à quel point Duncan était proche de la vérité, quant aux résolutions qu’elle avait intimement prises. Les yeux perdus dans le vide, le calme oppressant qui la couvait, comme si elle était entourée d’un cocon protecteur traduisait la force de son objectif à venir. Elle fit mine de rien cependant, pour n’alerter personne.

Ça n’était de toute façon pas un appel au secours. Elle ne menacerait pas de se foutre en l’air : Elle allait le faire. Elle quitterait le monde, par sa propre main, résolument décidé à agir pour le bien de tous. Et si ça ne fonctionnait pas, si elle n’y parvenait pas, alors Andrea comprendrait le message. Elle jouait son avenir à pile ou face, au petit bonheur la chance. Et tant pis si c’était complètement idiot, fondamentalement stupide. Elle ne voyait plus que cette alternative désormais.

Soit elle mourrait et serrait enfin soulagée de tous ses maux. Soit elle vivait, et elle devrait se battre deux fois plus pour se relever. Andrea se sentait au fond d’un gouffre, et la hauteur qu’elle devait parcourir lui causait un drôle de vertige. La mort n’était pas seulement un abandon. C’était aussi une porte de sortie, le moyen d’arrêter ce qui lui faisait mal, de faire un pied de nez à tout ce qui ne tournait plus rond aujourd’hui. Elle en avait assez d’avoir mal, elle n’était plus obligée de souffrir.

Cette froide résolution ne se tut pas lorsque Lisandro revint vers elle pour vérifier que tout allait bien. L’homme tenta bien de lui parler, mais les quelques mots qu’il usa ne trouvèrent aucun écho. Elle se mura dans un silence glaçant, déterminé. Rien ne la ferait bifurquer de l’objectif qu’elle venait de se fixer, convaincue que ça soulagerait tout le monde. Duncan n’aurait plus à s’en faire d’être détester. Ruben avait une famille qui s’occuperait de lui. Selene pourrait s’en occuper, elle lui faisait confiance pour ça.

C’était tout ce qu’il y avait à dire. Tous les prétextes qu’elle avait trouvé pour s’en convaincre ; des prétextes qui suffisaient, mais qui n’aboutiraient pas. Parce qu’en dépit de cette souffrance qui l’avait enfermé dans une solitude mortifère, Andrea n’était plus seule depuis longtemps.

FIN




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: All is your fault so get out of my face !    
Revenir en haut Aller en bas  
- All is your fault so get out of my face ! -
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Haiti and Guyana - the two fault lines of the Caribbean
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH
» The fault is in our stars • Ayaki
» Bambi et Paytah || Some people find fault like there is a reward for it
» circée&thadéus - the fault is on our stars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: