The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- what did you expect ... -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1081
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: what did you expect ...   Ven 29 Sep 2017 - 21:15


What did you expect ?
Ft Clay
Avait-elle l'esprit mal tourné au point que cette histoire de serrure l'invite à penser à toute autre chose ? Sûrement, mais Clay n'était pas dans sa tête et n'en saurait rien, puis, s'il venait à l'apprendre, elle s'en fichait comme d'une guigne. Il l'appréciait pour ce qu'elle était et, chiante ou pas, il revenait sans cesse, ce n'était pas quelques pensées lubriques qui le pousseraient à ne plus jamais lui parler. Tout dépendait donc de la serrure, cela pouvait prendre du temps comme ça pouvait durer cinq minutes tout au plus, néanmoins, même si elle s'injuriait intérieurement d'avoir si facilement cédé au beau brun devant elle, Joe espérait que les choses s'éternisent un peu plus. Il faisait bon malgré la saison, c'était une belle soirée en perspective, enfin, si les choses n'allaient pas trop loin au point qu'elle se mette à râler pour trois fois rien afin de le repousser encore.

Dans un nouveau silence, gênant pour d'autres mais pas pour elle qui avait l'occasion de le reluquer sous toutes les coutures – après tout toucher avec les yeux n'était pas encore proscrit – ils parvinrent chez lui. Apollon déverrouilla et lui parla d'une torche, abandonnée quelque part, qu'il ne trouva pas malgré tout. Perdait-il ses moyens ? En songeant que oui, Joe sourit puis se mordilla la lèvre inférieure, cependant il trouva ses outils malgré tout. Elle le suivit alors, sans pouvoir jouer les curieuses concernant le logement, il faisait noir comme dans une grotte ici, puis dut subitement se retenir de pouffer quand, après être grimpé pour attraper ce dont il avait besoin, Clayton se vautra de tout son long en emportant le contenu d'une étagère. Un bordel monstre fit écho entre les murs tandis que tout un tas de choses lui retombait joyeusement sur la tronche. C'était drôle, voir un si bel homme se foirer, tout ça pour ses beaux yeux en plus, mais lorsqu'il se redressa Joe sourcilla en voyant, entre clair et obscur, la rigole rougeâtre qui partait de son front en perlant contre sa tempe.

- Tu t'es pas raté. Sourit-elle avant de soupirer. Loin d'elle l'envie de le presser concernant sa porte, non, il valait mieux s'occuper de la blessure avant tout, cependant elle n'avait pas l'étoffe d'une infirmière et n'aimait que peu chouchouter les gens. Cain n'avait pourtant pas le choix, puis, il y avait pire sur cette fichue planète que de devoir tripoter le minois d'un type tel que lui... Oui, sans doute avoir à le faire pour le pire spécimen que la terre ait porté. Sans attendre, elle lui agrippa la main pour le rapprocher d'elle, à côté de la fenêtre près de laquelle elle s'était retenue de rire quand il s'était ramassé. Montre moi, tu veux ?

Bien décidée à être sympa – pour une fois – Joe en oublia complètement les raisons la poussant habituellement à ne jamais être si proche de lui. Elle ne s'en rappela que lorsqu'une bouffée de son parfum lui parvint aux narines et que, malgré tout, elle était forcée de se tenir à quelques centimètres à peine afin d'observer son front vers lequel elle hésita quelques secondes à porter les doigts. Reprenant peu d'inspirations, histoire de ne pas s’enivrer à l'odeur de ce mâle attrayant, Cain retint presque sa respiration avant de redresser les phalanges pour dégager les mèches brunes s'étant prises dans le sang. Elle sentait les souffles de Buchanan rebondir contre ses traits, faire vibrer ses cils, pousser son cœur à pulser fort dans sa poitrine. Joe tentait de ne pas croiser son regard, se focalisant simplement sur cette petite plaie, jusqu'à ouvrir la bouche en n'imaginant pas que ses prochains mots seraient aussi étranglés, quasiment soupirés comme si la langueur ressentie lui échappait cruellement.

- T'as du désinfectant et... euh... des compresses ? L'interrogea-t-elle avant de se racler la gorge. C'est pas méchant, t'aurai pu t'faire bien pire.

Elle se sentait subitement étouffer, comme si la chaleur corporelle de Clayton la dévorait sur place. Joann suffoquait presque, sentait ses joues s'empourprer, simplement car la proximité était plus éloquente qu'à leurs habitudes. Elle pouvait reculer, le laisser planté là et prétexter quelque chose, la première connerie qui lui viendrait, mais l'envie n'y était pas tout comme elle gardait en tête que sans lui, elle serait incapable de rentrer chez elle. Bon Dieu qu'elle aurait apprécié voir débarquer la gosse subitement, ça aurait coupé court à tout. Au lieu de ça, elle se contenta de sourire, ramenant rapidement les deux mains dans les poches arrières de son jeans, avant de détourner les yeux vers le vitrage. Ne pas le regarder trop longtemps, ne pas faiblir, rester fidèle à soi même... Voilà les mots qu'elle se répétait en boucle en attendant qu'il lui trouve ce qu'elle venait de lui demander...





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau de chasse et un bâton télescopique.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/07/2017
Messages : 590
Age IRL : 43
MessageSujet: Re: what did you expect ...   Dim 1 Oct 2017 - 16:26
Clay devait avoir l’air fin ? En tout cas, il se sentait drôlement ridicule, ici bas. Joann s’était sans doute marré intérieurement ? Mais, elle avait eu, néanmoins, la délicatesse de ne pas se moquer de lui ouvertement. Nul doute que s’il ne s’était pas blessé, la demoiselle aurait certainement éclaté de rire ?

Tout en esquissant un sourire, à cette pensée, il écarta ensuite les divers objets qui le recouvraient. Puis, il lui répondit : - « Oui, en effet, j’aurais fais un piètre cascadeur. Heureusement, que je ne me suis rien cassé » Sur ce point, il avait raison. Se casser quelque chose, à cette époque, était synonyme de très gros handicap.

Instinctivement, il porta à nouveau sa main gauche sur son front. L’hémoglobine coulait effectivement et abondement. D’ailleurs, le sang gouttait et maculait sa chemise blanche tout en dégageant une odeur métallique. Il ne pouvait pas réellement voir l’immensité des dégâts mais, les tâches rougeâtres commençaient à se rependrent et à augmenter la taille de la tâche principale. - « Merde, ma chemise toute neuve est foutue ! » Déclara t’il spontanément. Il s’était effectivement habillé sur son trente et un pour faire bonne impression, face à la jeune femme mais, il devait se rendre à l’évidence, sa chemise était bonne à mettre à la poubelle.

Sa charmante partenaire lui tendit, quasiment immédiatement, sa main afin de l’aider à se relever. Alors, il l’attrapa et se redressa aussitôt. Et quand celle-ci, lui proposa de regarder son front, il ne put s’empêcher d’être touché par son intérêt. - « Ce ne doit pas être bien grave ? » Répondit il tout en se penchant pour qu’elle regarde la plaie. - « Il faut juste arrêter le saignement »

La jeune femme était maintenant à proximité de lui. Et quand ses doigts, lui effleurèrent le front, des frissons lui parcoururent aussitôt l’échine. En fait, c’était la première fois qu’ils avaient un réel contact physique. Silencieux, le brun jeta un rapide coup d’œil vers Joann. Celle-ci évitait son regard mais, lui ne résistait pas à l’envie de la contempler. Alors, il ne détourna pas ses yeux. Ils étaient tellement proches qu’il aurait pu lui voler un baiser. Non, non, non, il ne devait pas faire ça. Enfin, pas tout de suite sinon, elle partirait sans doute pour toujours ? Putain, son cœur battait la chamade. Il était pourtant à quelques centimètres de ce qu’il désirait depuis maintenant plusieurs semaines.

La demoiselle brisa finalement le silence qui commençait à les mettre, tous les deux, mal à l’aise. - « Heu … oui, dans la salle de bain. Les compresses aussi … » Joann s’écarta presque aussitôt après sa question. A cet instant, il avait envie de lui crier : «  Non, ne t’en vas pas ! Restes là ! » Mais, il n’en fit rien.  

A la place, il se contenta simplement de lui dire : - « On va aller voir ça à l’intérieur. On y verra plus clair qu’ici » Après un rapide sourire, Clayton se dirigea tout droit en direction du perron de sa demeure. Puis, une fois à l’intérieur de la bâtisse, il convia la jeune femme à grimper avec lui à l’étage.

Une fois dans la salle de bain, il chercha ensuite tout le matériel adéquate et regarda rapidement l’ampleur des dégâts devant le miroir. - « Merde, ça me laissera certainement une légère cicatrice ? Heureusement que c‘est à la base de la chevelure » Puis, il s’assied en attendant que sa délicieuse et charmante infirmière, du jour, se mette à l’oeuvre.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1081
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: what did you expect ...   Lun 9 Oct 2017 - 14:10


What did you expect ?
Ft Clay
Ce n'était pas bien méchant, bon oui ça saignait un max mais, de ce qu'elle savait, peut-être car son père était médecin, la tête pissait toujours beaucoup. D'ailleurs Clay parlait encore, elle n'avait certes pas fixé ses yeux assez longtemps pour déceler une quelconque commotion mais, il ne s'était sans doute qu'ouvert. Quelques compresses du désinfectant et un pansement suffiraient donc... Cherchant à regarder ailleurs, pour s'éviter tout contact visuel ou, même physique, elle attendit sa réponse puis termina par lui emboîter le pas vers le reste de la baraque. Jouer les infirmière n'était vraiment pas son truc... Mais cette image la renvoya peu à peu, alors qu'elle gravissait les marches dans le dos de l'Apollon, à son passé.

L'un de ses clients lui avait demandé ce genre de prestation autrefois, c'était tout au début. Elle qui avait imaginé qu'elle rejoindrait un super gala, chiant à mourir, et se gaverait de champagne, avait été bien surprise de devoir rester, auprès d'un homme peu ragoutant, dans un loft immense pour jouer un rôle totalement fantasmé. Sa réplique avait d'ailleurs été claire, « Je ne couche pas »... et il lui avait sourit en lui désignant un paquet de frusques, soigneusement pliés, sur l'une des commodes design qui ornait l'immense salon avec vue sur la Space-Needle. « On verra »... Lui avait-il répondu, un rictus fiché aux lèvres sur laquelle sa langue s'était empressée de passer. La suite, Joann s'en souvenait comme s'il s'agissait de la veille. Elle avait regardé le tas de fringues à sa disposition, puis s'était mise à sourire avec intérêt. Il l'avait déjà payé ce connard, grassement même, mais elle aussi, bien que garce et pétasse dans l'âme, avait ses limites. Elle lui avait clairement signifié la définition même de son boulot, puis celle d'un tout autre qui incluait les parties de scrabble improvisées, le tout en retirant l'enveloppe de sa pochette pour la lui balancer à la gueule avant de tourner les talons et claquer la porte. Elle même avait une dignité bien qu'on puisse penser le contraire, elle ne couchait jamais avec un type pour du fric, on la surnommait peut-être de pute de bas étage, mais elle avait au moins la certitude qu'ils ne n’agissaient que de mots et non de la réalité.

Plongée dans ses pensées, la voix de Clayton la ramena au moment précis et à son regard qu'elle voyait percer par delà le miroir. Il observait la plaie à son front, et tout ce qu'elle lui avait quémandé afin de l'aider au mieux qu'elle pouvait, ornait désormais la faïence usée de la vasque. Etait-ce une question qu'il lui posait concernant la future cicatrice que laisserait la blessure ? Elle imagina que oui, mais rien que sa dernière phrase lui arracha un sourire plus sincère bien que légèrement taquin.

- T'es narcissique ? Rit-elle de bon cœur en empoignant la bouteille de désinfectant, qu'elle déboucha, puis une compresse sur laquelle elle fit s'écouler un filet de liquide.

C'était la première fois qu'elle agissait de la sorte auprès de lui, habituellement elle gardait continuellement une barrière entre eux, celle-ci menaçant de s'écrouler pour laisser place à la guerre orale qui lui permettait de s'éloigner rapidement. Ce soir ce n'était pas le cas, elle plaisantait, elle riait même, souriait, avec l'insouciance gâchée de son adolescence qu'elle n'avait jamais vécue normalement. C'était donc ça le flirt ? Un sourire fiché au coin des pétales, alors qu'elle s'approchait pour lui tamponner le front, Joann déposa brièvement les yeux sur les genoux entre lesquels elle s'était invitée pour œuvrer sans mal. C'était plaisant le flirt, très... On appréhendait le geste, les paroles de l'autre, on sentait son cœur bondir... Mais non... Reprenant son office en secouant la tête, elle chassa ces idées du fond de son crâne pour reprendre cette contenance l'empêchant de sombrer vers des délires trop agréables.

- Mais, ça se verra pas... J'le sais car t'as visiblement pas besoin de sutures... Si tu grattes pas lorsque ce sera entrain de cicatriser, alors t'auras pas d'marque. Dit elle avec assurance. Joann s'empara d'un pansement et le déposa sur l'entaille nettoyée. Clayton pouvait se demander d'où elle sortait ça et elle répondit avant qu'il ouvre la bouche. Elle détestait parler de « lui », son père, le seul homme qu'elle ait vraiment adoré, aimé, chéri et qui ne l'avait jamais intentionnellement fait souffrir. Mieux valait donc couper l'herbe sous le pied de Monsieur Muscles avant qu'il parte sur un sujet qui l'assombrirait directement. C'est qu'on m'disait quand j'étais gamine... Bref, tu pourras toujours te regarder sans hurler de terreur, crois moi. Termina-t-elle par sourire avant de fixer les prunelles de son « patient ».

Tout était visiblement normal, il suivait le mouvement de ses yeux sans problème... La commotion, les complications du au choc, étaient donc loin. Ce fut là qu'elle imagina ce qu'aurait été sa vie si son père n'était pas mort. Peut-être n'aurait elle jamais fait ce qu'elle avait fait, peut-être serait elle restée une gosse adorable, malgré quelques caprices, et peut-être qu'elle aurait pu faire sa vie avec un type comme celui face à elle à l'instant. Ces images fictives, inondant son crâne alors que ses yeux fixaient les siens, firent dévaler un voile sombre, presque nostalgique, et emplie de regrets, sur ses traits habituellement impassibles...





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau de chasse et un bâton télescopique.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/07/2017
Messages : 590
Age IRL : 43
MessageSujet: Re: what did you expect ...   Dim 15 Oct 2017 - 16:19
Le brun était concentré sur sa blessure. Oui, il était concentré sur cette maudite et ridicule cicatrice, plutôt que de continuer à utiliser ses charmes sur la splendide créature qui était à ses côtés. Cette minuscule cicatrice était bénigne aux yeux de la jeune femme. Mais pour lui, elle était une marque potentiellement néfaste pour ses conquêtes à venir. De toute façon, le routier avait toujours détesté se blesser au visage. D'ailleurs, à chaque fois qu'il se battait, il préférait toujours protéger celui-ci. Il faut dire qu'il avait plus ou moins raison. Comment aurait il pu continuer à utiliser ses charmes sur les jeunes femmes en ayant un nez de boxeur et des dents en moins !? Non mais vous imaginez un peu la dégaine qu'il aurait eu avec une tête pareille ?!

Quoiqu'il en soit, c'est Joann qui fit revenir Clayton dans le monde réel. Narcissique ? Bien sûr qu'il l'était ! L'avouer à la demoiselle ? Ça jamais ! Jamais, il ne pourrait avouer une telle chose. Alors, il répondit simplement : - « Non mais, ce serait tout de même dommage de défigurer un si beau visage ! » Puis, il rigola en faisant semblant de blaguer. En réalité, il était heureux que se ne soit qu'une si petite égratignure. Puis, il s'arrêta brusquement de parler quand Joann commença à soigner la zone meurtrie.

Maintenant, la brune était là, face à lui. Elle était d'ailleurs seulement à quelques petits centimètres de lui. Jamais il n'aurait pensé un seul instant se retrouver, un jour, dans une situation pareille. Mais, c'était réel. Oui, c’était bien réel. Devait il tenter sa chance ? Attendre encore un peu ? Habituellement, il aurait tenté sa chance. Mais, Joann n'était pas une femme facile. Non, elle était revêche, c'était une rebelle qui ne mâchait pas ses mots. C'était une femme forte, une femme de caractère.

Ne souhaitant pas gâcher l’instant présent, il n'en fit rien et patienta sagement que la jeune femme termine ses soins. En fait, il était sur un petit nuage. Cet instant il l'avait rêvé et imaginé à de nombreuses reprises. C’était son fantasme. Et là, il le vivait, il devenait réalité. Un fantasme qui ne dura, cependant, guère longtemps, à son déplaisir, car la demoiselle, qui prenait son rôle au sérieux, brisa le silence pour lui donner quelques recommandations hospitalières.

- « T'es plutôt douée » Lui répondit il. - « Je te le dis en toute franchise » Il le pensait réellement. - « Tu sais, par le passé, j'ai déjà eu à faire avec de véritables infirmières qui n'étaient pas aussi douces que toi » Sans le vouloir, il tentait une nouvelle approche. La flatterie était toujours grandement appréciée. Alors, il en profitait. Finalement, cette foutue cascade aurait dû être bénie par les Dieux ? Parce que là, elle lui donnait l'occasion de jouer au docteur avec une des plus jolies femmes au monde. Et il devait avouer que c'était fort plaisant.

Détournant les yeux de la brune quelques secondes, il remarqua quelques unes de ses chemises propres déposées sur un meuble à proximité. Alors, il en attrapa une, spontanément, et commença à déboutonner, tout doucement, sa chemise tâchée de sang. Puis, il s’arrêta brusquement et déclara tout en se relevant : - « Pardon mademoiselle, je vais devoir aller dans la pièce voisine pour changer ça ! » Il montra l’énorme tâche de sang avec sa main.

Clayton continua, toutefois, à dégrafer les boutons un à un. Puis, il s’écarta et s’éloigna de la jeune femme jusqu’à atteindre la chambre qui faisait face à la salle de bain. Une fois à l’intérieure de celle-ci, il ôta immédiatement le tissu imbibé d’hémoglobine. Il se doutait que la jeune femme devait, certainement, l’observer du coin de l’œil ? Alors, il prenait son temps. Il esquissa même un sourire à cette pensée tout en espérant qu'elle le rejoigne ?


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1081
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: what did you expect ...   Mar 17 Oct 2017 - 11:04


What did you expect ?
Ft Clay
Elle était douée d'après lui. Cette révélation la poussa au rictus d'ailleurs, elle n'avait rien fait de génial, pas de sutures, pas de scalpel, ça tenait davantage d'un bisou magique que d'une véritable séance de soins non ? Néanmoins, sa tirade sur les infirmières, et sa propre façon de faire, l'invita à une certaine fierté qui, subitement, alors qu'il se redressait dans le but de chopper un vêtement propre à quelques pas d'elle, se mua en perplexité. Jouait-il avec elle ? S'amusait-il à semer le doute dans son esprit pour obtenir quelque chose qu'elle s'était jurée ne jamais lui donner ? Ces questions stupides filaient son crâne à vive allure au point qu'elle secoua la tête puis rouvrit rapidement les yeux pour ne plus les détacher de ce qu'elle capturait du moment. Il virait sa chemise, il la déboutonnait sans vergogne, sans honte ni gêne aucune, face à elle au point qu'elle suivit le mouvement de ses doigts, dévoilant peu à peu sa musculature, sans être capable de songer sereinement. Mais lorsqu'elle fut prête à rétorquer, à trouver la faille qui lui permettrait de cesser cette petite contemplation malsaine, Clay lui coupa l'herbe sous le pied en se redressant à quelques centimètres de sa silhouette.

Pour un peu, elle aurait senti la chaleur de sa peau s'étendre contre son minois, quant à son parfum, qui depuis le début de l'entrevue trouvait judicieux de la torturer, il l'obligea à battre des cils tandis que ces derniers suivaient les pas qu'il fit jusqu'à la pièce face à celle dans laquelle il l'avait amené plus tôt. La tâche rougeâtre sur sa chemise blanche, Joe s'en contrecarrait, il aurait bien pu garder ce vêtement elle n'en aurait pas été outrée, à contrario, le simple fait de le voir déboutonner celui-ci, et ainsi révéler quelques morceaux d'épiderme halé, fit s'empourprer ses joues habituellement capables de ne laisser transparaître aucune émotion.

- Euh... okay... Lâcha-t-elle sans trouver de mots plus percutants.

Il était clair que dans pareille situation sa stratégie de séduction s'effondrait totalement. Il avait la main, le lui avait volé depuis l'instant où il s'était vautré et ouvert le crâne... Elle perdait pieds petit à petit, ne contrôlait plus grand chose, d'ailleurs, alors qu'elle rangeait les ustensiles et compresses pour garder les manettes de son propre corps, puis de son libre arbitre, quelques murmures filèrent ses lèvres. Elle n'aurait jamais du intentionnellement claquer sa porte, elle aurait du l'envoyer chier et s'en retourner au bouquin chiant qu'elle lisait, ainsi rien ne serait entrain de lui filer entre les doigts comme une poignée de sable. D'un coup sec, elle referma le battant du placard au dessus de la vasque et reprit une goulée d'air. Ses yeux cherchaient déjà de quoi se raccrocher sans faire preuve de faiblesse mais, là, son regard captura les larges épaules dénudées de son voisin. Joann resta figée une minute, paumée dans sa contemplation comme si, face à elle, se trouvait une statue grec qui ne demandait qu'à être appréciée à sa juste valeur. Ses dents se plantèrent alors dans sa lèvre inférieure puis, sans le vouloir, ses semelles parcoururent les quelques mètres la séparant de lui.

D'une main fébrile, elle repoussa le battant puis s'approcha de lui. Tout était une question de perte désormais. Perte de conscience, perte de moyens... Son esprit lui dictait sa conduite sans plus que le cerveau n'entre en jeu, elle n'était plus qu'une boule d'émotions contradictoires, tantôt envieuse, tantôt réfractaire et, malgré tout, à l'instant, elle ne songeait plus à ce qu'elle ne voulait pas lui offrir, plutôt à ce qu'elle était capable de ressentir quitte à le regretter ensuite... Le regretterait-t-elle d'ailleurs ? Peut-être, peut-être pas, rien ne lui garantissait qu'elle serait incapable de garder la tête haute, incapable de gérer la suite des événements puis, fuir maintenant, sans personne pour forcer la serrure de chez elle, lui servirait à quoi ? Stan était occupé, Rence tout autant, quant à Swann, bien que l'idée d'aller frapper à sa porte pour le pousser à lui venir en aide fut séduisante, elle n'en avait pas envie.

- Elle est foutue. Elle parlait de la chemise qu'il venait de virer oui, mais pas que... Sans doute se parlait elle à demi mot, peut-être pour garder les rennes de son corps qui lui échappaient cruellement.

Son pouls accélérait au plus Joe se rapprochait de lui, au plus ses prunelles courraient contre la ligne brute tracée par sa colonne vertébrale, contre l'esquisse ses muscles que son épiderme gardait jalousement puis, sans prévenir, ses doigts fins s'étendirent là où elle s'était jurée corps et âme de ne jamais poser les mains. Ses phalanges glissèrent, hésitantes et quasi tremblantes, contre son omoplate, puis dévalèrent la courbe alléchante de son bras pour rencontrer la rondeur d'un biceps contre lequel ses yeux s'évadaient. S'il avait réagi, s'il avait parlé, Joann n'en avait rien vu ou entendu, elle était perdue dans un moment n'appartenant qu'à elle et à son esprit qui, déjà, divaguait au reste. Elle fixa le lit une minute, la pénombre étouffante de la pièce dans laquelle elle n'aurait jamais du entrer, et des tas de choses lui traversèrent le crâne, des scènes brûlantes dans laquelle ils étaient plus acteurs qu'auteurs et, pourtant, elle seule ressentait l'attraction prenante de l'instant, simplement car elle imaginait le rendu d'un film qui ne devait voir le jour... S'il avait s'agit d'un autre que lui, elle se serait amusée à lui faire remarquer qu'il n'avait aucune gêne, combien il n'avait aucune honte à avoir concernant son corps mais là, hormis une sécheresse désagréable, rien ne saisissait ses lèvres entrouvertes.

Puis, quand son regard se fit sentir sur elle, Joann redressa péniblement les yeux pour croiser les prunelles sombres et perdit littéralement la notion du temps et du peu de contrôle qu'elle avait encore d'elle. Ses traits se rapprochaient indéniablement des siens puis, subitement, les barrières s'effacèrent dès l'instant où ses lèvres s'étendirent contre les siennes en une langueur haletante. Ses mains s'accrochèrent à lui en un geste de désespoir incontrôlable, elle sentit la raideur de sa nuque s'insinuer dans ses veines qui palpitaient sans vergogne. Dans sa loge, son cœur hurlait encore, la forçant à devenir plus brusque, plus impatiente, obligeant ses gestes à se faire plus secs et brûlants. Ses souffles rebondissaient contre eux, le baiser se prolongeait et elle n'était plus capable de se reprendre, préférant subir les reproches de son crâne que de mettre un terme à la saveur qui s'emparait d'elle...

Il lui fallait quelque chose, un bruit, un cri, n'importe quoi, pour que tout s'arrête, quelque chose d'extérieur à cette bulle qui n'aurait jamais du se refermer sur elle en menaçant de l'étreindre avec bien plus de ferveur.





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau de chasse et un bâton télescopique.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/07/2017
Messages : 590
Age IRL : 43
MessageSujet: Re: what did you expect ...   Dim 22 Oct 2017 - 16:01
Pour le coup, Clayton était fier de son coup. Oui, il était fier d'avoir déboutonné sa chemise devant la jeune femme et même de l'avoir, quasiment, enlevé, devant ses yeux. Il avait, enfin, osé prendre le taureau par les cornes et saisit l'opportunité qui lui était offerte. Après tout, comme le disait le proverbe : « qui ne tente rien n'a rien ».

Quoiqu'il en soit, la demoiselle semblait apprécier le spectacle ? En tout cas, elle en était restée sans voix et immobile à le contempler. Enfin presque, car Joann essaya bien de se sortir de ce pétrin en tentant de parler. Mais, sa langue fourchait et ses mots ne lui étaient d’aucune aide. De toute façon, c'était trop tard. Le brun avait réussit. Oui, il avait enfin réussit à « ferrer sa proie » et à avoir, cette fois-ci, toute son attention. Il avait réussit à faire tomber la dernière  barrière qui était entre eux depuis trop longtemps. Et maintenant, que la jeune femme était, quasiment à sa merci, il pourrait sortir le grand jeu.

La demoiselle avait beau être complètement déboussolée, elle ne manquait, cependant, pas une miette de ce commencement de strip-tease. Le brun, quand à lui, jubilait intérieurement. Son petit numéro fonctionnait à la perfection jusqu’à ce que, finalement, Joann finisse par craquer. Oui, cette fois-ci, elle avait définitivement succombé au charme du routier. Oui, cette fois-ci, elle se laissa aller à libérer ses pulsions. Et la preuve en fut ses doigts qui ne tardèrent pas à dévaler le dos du brun, jusqu'à parcourir ses puissants muscles saillants.

Clay était en extase. Alors, il ne bougea pas d'un centimètre et la laissa continuer jusqu’à ce que ses lèvres  rencontrent, finalement, les siennes. Le brun ne tarda pas à lui rendre son baiser. Puis, il l’enlaça, subitement, tout en la soulevant et en se dirigeant vers le lit conjugal. Une fois à proximité, il s'allongea, avec elle, délicatement, tout en commençant à laisser ses mains parcourir les formes de son corps.

L'instant était magique. Oui, il était magique et inoubliable à la fois. Et pour être inoubliable, il allait l’être. Mais pas du tout dans le bon sens du terme. En fait, c’est un aboiement qui perturba, tout d'abord, le barbu. Oui, un aboiement provenant du rez-de-chaussée suivit d'une petite voix d'enfant familière qui criait : - « Clayton ! Clayton ! J'ai vu que tu étais rentré ! Clayton ! Ou est ce que tu te caches ? »  A cet instant, le brun arrêta, brusquement, ses mouvements tout en se relevant quelques peu de sur sa partenaire. Perplexe, il fixa, ensuite, la brune. C’était comme s’il allait lui demander ce qui se passait ? Puis, une succession de questions se bouscula  subitement, dans sa tête. Non, cela ne pouvait pas être possible ?! Non, cela ne pouvait pas être Kassidy ? Elle était en garde chez les voisins ! Mais pourtant, la petite voix résonna à nouveau : - « Clayton ! Je sais que tu es là ! T'es ou ? » Suivit d'un nouvel aboiement.

Clay chuchota alors à sa partenaire : - « Oh merde ! C'est pas vrai ?! » Puis, il se releva spontanément. Attrapa sa chemise, au vol, et l'enfila à la vitesse de l'éclair. La gamine ne tarderait pas à comprendre qu'il était à l'étage alors, il jeta un rapide coup d’œil vers Joann tout en lui montrant, avec son index, que son chemisier était tout grand ouvert. Cette fois-ci, c'était la poisse. La grosse poisse même. Putain, Kassidy avait tout fait foirer sans le vouloir !

Quoiqu'il en soit, pendant que Clay refermait sa boutonnière, la gamine, elle, montait les marches. Et il ne fallut que quelques secondes pour bientôt apercevoir sa petite frimousse débarquer au coin de la porte. L’enfant était, apparemment heureuse, de retrouver le routier ? En tout cas, son sourire était jovial et amical. Mais, il ne le resta qu'un bref instant. Car quand elle remarqua que Joann était dans la même pièce que son père, son sourire s’effaça immédiatement. Pire encore, elle fronça tout à coup, les sourcils et fixa la brune d’un regard noir. Ensuite, elle regarda Clayton, avec un regard accusateur, et détala, aussi sec, jusqu'à sa chambre. Et le claquement de la porte de celle-ci, montra immédiatement son humeur du moment. Le brun concentra alors ses yeux sur la jeune femme. Puis, il posa aussitôt sa main droite sur son front tout en jurant : - « Fais chier ! Là, c'est vraiment la merde ! »

Le chien de Kassidy, quand à lui, déambula tranquillement dans la pièce et se dirigea, finalement, jusqu’à la brune. - « Je vais devoir y aller » Déclara Clayton à la jeune femme. - « Je suis sincèrement désolé mais là, il faut que j'y aille sinon ... » Il s'arrêta brusquement avant de reprendre : - « En attendant que j'arrive à la calmer, si tu veux boire un truc ou manger quelque chose, tu peux aller fouiner dans la cuisine, tu y trouveras certainement ton bonheur ? » Il regarda Bulle qui voulait, apparemment, jouer avec la brune. - « Ou alors tu peux t’amuser avec lui ? Tu verras que ce n’est pas de tout repos ! » Puis, il reboutonna sa chemise correctement tout en se dirigeant vers la chambre de l’enfant.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1081
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: what did you expect ...   Lun 23 Oct 2017 - 20:35


What did you expect ?
Ft Clay
Peut importait les signaux que lui lançaient sa conscience, elle ne les entendaient plus sous les battements furieux de son cœur. Elle le laissait hurler en elle, contre lui, et oubliait tout ce qui l'avait toujours retenu à franchir ce cap. Il l'enivrait déjà, ses lèvres, ce baiser, ses mains puissantes contre elle, tout cela valait bien plus que ce qu'elle avait imaginé parfois. Joann se sentit soulevée de terre, aussi légère qu'une plume entre ses bras, et même la fraîcheur désagréable des draps dans son dos ne l'empêcha guère de s'enflammer. Elle était une allumette, un morceau de souffre embrasé qui ne demandait plus qu'à se consumer sous la seule volonté de son partenaire. Pas un instant elle ne s'éloigna de lui, pas un instant ses lèvres cherchèrent à briser le contact, pas un instant elle ne reprit le contrôle de son Être et ce même si, tout fond de sa tête, un murmure lui certifiait qu'elle le regretterait le lendemain. L'envie, le désir, les pulsions, balayaient tout sur leur passage, la rendant plus animale qu'elle ne l'était, simplement poussée par une seule idée, celle qui lui baignait l'esprit depuis l'instant où ses doigts s'étaient déposés contre lui. Déjà ses souffles se faisaient lourds, sa poitrine se soulevait à vivre allure, comme une machine lancée à plein régime. C'était grisant, pire encore, ça avait plus de saveur que ce à quoi elle s'était attendue. Ses mains le retenaient à elle, glissaient contre sa nuque jusqu'à ses épaules, de ses biceps aux muscles tendus de son dos... Après ça, elle le connaîtrait sur le bout des ongles, tout comme lui....

Tout comme lui, se répéta-t-elle à l'instant où un timbre, extérieur à cette bulle exaltante, résonna au bas des marches. Là, Joann rouvrit grands les yeux et déposa fiévreusement les paumes contre le buste de son partenaire qui, bien qu'elle ait eu l'envie dingue de le repousser pour revenir à elle, se redressa de son propre chef. Ses yeux ronds, presque déroutés, scrutèrent les siens comme s'il venait de lui jeter un putain de sort. Du fait, elle n'attendit pas plus dès lors que la gosse – car c'était bien d'elle qu'il s'agissait – appela une fois encore, et repoussa brusquement l'Apollon au dessus d'elle. Peu importait qu'il se mange le parquet, ou un coin de table de nuit, ça ne l'affectait guère en revanche, que la gamine – bénie des Dieux – débarque et coupe court à toutes effusions, lui parvenait comme un miracle qu'elle n'imaginait plus. D'ailleurs, alors qu'elle passait deux doigts contre ses lèvres gonflées par le rapprochement précédent, un soupir soulagé quitta sa gorge. Bon sang, elle n'était plus capable de se contrôler, elle ne dirigeait plus rien, plus rien au point qu'elle serait allée au bout des choses si, toutefois, la mioche n'avait pas trouvé bon de débarquer. En revanche pour Clay, qu'elle observa d'un air étrange alors qu'il passait fissa sa chemise, c'était plutôt mauvais, sans Kassidy, qui déjà gravissait les marches, il serait parvenu à ses fins, aussi devait-il « maudire » sa gamine à l'heure actuelle, ce qui, malgré la perte de contrôle des secondes précédentes, invita Joann à jubiler. Ce n'était pas vraiment une défaite, pas vraiment une victoire, mais un tel instant se savourait non ? Elle qui n'aimait pas vraiment la fillette, devait avouer que, pour le coup, elle avait parfaitement choisi son moment pour emmerder son père.

D'ailleurs, alors qu'elle dégageait du lit, ses yeux croisèrent le doigt que pointait Buchanan vers elle. Immédiatement, elle fronça les sourcils, les bras écartés en guise d'interrogation, jusqu'à voir l'état de son top. Merde, son soutif... Sans attendre, elle replaça tout comme il se devait puis redressa le nez vers le minois de la gosse qui se présentait dans l'encadrement de porte, suivit du chien qui, sans se faire prier, vint se coller aux jambes de la Canadienne.

Joe ne lui offrit aucun sourire, à quoi bon ? Le regard de la petite suffisait bien à lui faire comprendre qu'elle n'appréciait pas de la voir dans le coin, cependant l'escort était plutôt ravie de la voir sans malgré tout le montrer. En revanche, la réaction de la petite peste blonde ne tarda plus à se montrer, si bien qu'en un rien de temps, la tornade s'élança dans le couloir pour conclure sur un claquement de porte digne d'un film. Là, Joe ne put réprimer une esclaffe à laquelle, lorsque Clay se tourna vers elle, elle mit fin en haussant les épaules, singeant une fausse déception. Oui ça faisait chier, du moins lui clairement ça l'emmerdait, si fort d'ailleurs qu'il crut bon de l'abandonner elle, elle la femme, celle capable d'assouvir ses pulsions, pour aller calmer sa chieuse de princesse, en lui proposant d'aller se rincer le gosier ou de s'amuser avec le clebs... Éberluée une seconde, Cain termina par soupirer lorsqu'il disparut. Bordel et sa serrure ?! Cette question, demeurant donc sans réponse, la poussa à quitter la pièce et à dévaler les marches pour foncer droit dans la cuisine, le clébard sur les talons.

- P'tite garce. Lâcha-t-elle en jetant un œil à la boule de poils qui l'observait fouiner à la recherche d'une bière. En guise d’approbation, du moins elle le prit ainsi, l'animal jappa une fois. Joann avait bien conscience qu'il ne panait rien à rien néanmoins, en agrippant une canette qu'elle ouvrit après s'être installée à même le comptoir, elle flatta lui flatta les oreilles en un sourire. Tu piges rien pas vrai ? T'es surtout très con, mais t'es sympa dans l'fond. Sourit-elle tandis que la bête lui léchait la main.

Amusée, Cain redressa les yeux vers la porte qu'ils avaient passé plus tôt, devait elle aller se servir concernant les outils ? Si tel était le cas, elle ignorait si elle pourrait compter le forçage de serrure dans ses nombreux talents mais, à défaut d'être douée pour ça, elle avait encore des gens à qui potentiellement demander. L'idée la séduisait d'ailleurs, elle n'avait qu'à emprunté ce qu'il fallait et aller chercher Stan... Enfin s'il était dispo... Sans quoi, elle se replierait sur Blackmore et son côté serviable n'étant dédié qu'à elle. Prête, elle se laissa retomber au sol mais Clayton la prit de court en rappliquant à son tour. Il prit la parole, perso les caprices de sa mioche ne lui faisaient ni chaud ni froid mais bon, pour une fois que le mauvais caractère de la fillette servait à quelque chose, elle ne pouvait que la remercier.

- C'est rien.... la pauvre elle doit être chamboulée. Lâcha-t-elle, tachant d'y mettre de la conviction, sans malgré tout le penser, afin de donner le change. Je me suis permise, j'avais chaud... Reprit-elle en désignant la bière en espérant, bien calée derrière l'un des tabourets, qu'il resterait là où il était ou, mieux, qu'il se décide à aller lui chercher de quoi s'attaquer à sa porte.  





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: what did you expect ...   
Revenir en haut Aller en bas  
- what did you expect ... -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» 02. Didn't expect to meet you there...
» Jade Bennson - Hey ! What did you expect ?
» The glory of Rome did not expect. [PV : Marcus Vinicius & Claudia Cassia]
» GWEN ღ When she was just a girl, she expect to the world
» mv + what did you expect you’d find here

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: