Partagez | 
 

 You'll Live To Dance Another Day

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
MessageSujet: Re: You'll Live To Dance Another Day   Jeu 14 Sep 2017 - 11:18

Il était fort le con. J’étais bien obligé de l’admettre. Il avait vu clair dans mon jeu. De toute façon, il voyait toujours ultra clair dans mon jeu. Il était comme ça le bougre, toujours en train de lire en moi comme dans un livre, il me connaissait sans me connaitre. C’était absolument étrange et tout aussi intrigant. Souvent, je me demandais comment c’était possible. L’ascension jusqu’en haut avait été compliquée, mais en tout cas j’avais fini par avoir eu gain de cause et juste pour ça c’était parfait. C’est sur les épaules de Plutch que j’avais fini, mais je savais que c’était sans doute aussi compliqué que pour moi. Alors comme toujours je l’avais encouragé lui glissant quelques mots doux à l’oreille.

Cette complicité entre nous me faisait du bien, on n’était pas ensemble, on n'était pas non plus amis, j’étais bien incapable de dire ce que nous étions dans le fond, et je n’avais pas envie d’avoir une étiquette pour ça. J’avais envie qu’on reste totalement louche étrange et con parce que c’était ça qui rendait tout ça parfaitement génial.

- Bah tu sais quoi, on se trouve une chambre et on dort une heure.

Ce n’était pas compliqué en soi. J’étais la première à me diriger vers la porte, il ne me fallut pas longtemps pour l’ouvrir et remarquer des mobs dans le couloir. Je fis signe à Plutch de se taire en me tournant vers lui avec un doigt sur la bouche. Avant de traverser le couloir vers la pièce d’en face. Je le laissais me suivre sans vraiment vérifier. Je savais qu’il était assez intelligent pour que je n’aie pas besoin de le prendre par la main.

La chambre dans laquelle on venait d’atterrir était vraiment jolie, enfin elle devait l’être par le passé. Aujourd’hui c’était surtout le royaume de la poussière et des toiles d’araignée. Ce n’était pas vraiment gênant en soit, ni même surprenant, une simple constatation. Il ne me fallut pas longtemps pour faire le tour de l’endroit et m’assurer qu’aucun monstre n’était présent. Je choisis donc de me déséquiper rapidement envoyant voler mes affaires sur mon passage sans véritablement de respect pour mon arc, mon sac à dos et mon carquois. J’avais envie d’être légère un peu.

- C’est moi ou ça sent un peu le chacal ici ? Tu permets, j’ouvre les fenêtres.

Voilà, j’avais commencé à ouvrir partout autour de moi avec une certaine satisfaction et la vitesse d’un éclair. Sauf que voilà, j’en avais oublié mon arc resté au milieu du chemin, c’était un détail qui n’avait en soit pas d’importance, si on ne prenait pas en compte la porte de la salle de bain qui avait claqué à cause du courant d’air que j’avais fait. Le lustre de la chambre qui manquait d’entretien et qui était énorme s’écrasa au sol à l’endroit où mon arc se trouvait. Petit un, il était bien trop lourd pour qu’on le bouge, petit deux, je savais que mon arme venait sans doute d’être gravement endommagé, petit trois, les mobs dehors c’était déjà mis à faire du bruit. Il était évident qu’ils cherchaient à nous bouffer. Il faudrait qu’on trouve une solution, mais pour le moment, il fallait surtout qu’on se barricade correctement dans cette chambre d’hôtel. Tout ça puait tellement du cul. On venait de perdre une de nos armes, il ne me restait plus qu’une dague et face à tout plein de rôdeurs ce n’était sans doute pas le pied.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: You'll Live To Dance Another Day   Jeu 5 Oct 2017 - 19:25

Passer du temps juste avec elle, c'était toujours quelque chose qu'il aimait. Il se s'expliquait pas pourquoi. C'était comme ça. Qu'ils soient tranquillement en train de parler allongés sur le sol, les jambes contre un mur, ou bien en train de faire n'importe quoi d'autre de bien plus débile, être avec Tam, c'était… Comme un stimulant. Elle était un peu comme une drogue. Une drogue dure qui une fois qu'on la connaissait, vous rendait dépendant. A son sourire, son rire, sa joie -lorsqu'elle était là- sa connerie… Plutarch aimait la voir à nouveau elle même. Bien qu'il sache très bien que les blessures étaient toujours en cours de cicatrisation. Lorsqu'on avait aimer -enfin c'était purement théorique- il se doutait un peu qu'on ne pouvait pas balayer ses sentiments d'un revers de la main. Pourtant peu à peu elle avait remonté la pente, et retrouvait de sa plusoyance.

Il la laissa passer devant, parce que ça ne servait à rien de jouer les protecteurs preux chevalier de madame. Tam était bien plus proche de la guerrière amazone que de la princesse en détresse. Le temps du protecteur était terminé. C'était en souriant comme un gamin qu'il l'avait alors suivit quelques secondes plus tard, confiance totale.

Un sifflement passa entre ses dents alors qu'il constatait l'ancienne qualité de la chambre dans laquelle ils venaient de mettre les pieds. Si on oubliait la poussière et les araignées, c'était magnifique. Même sans être fan de déco, fallait le reconnaître. « -la fin du monde à du bon, j'aurai jamais pu t'emmener dans une chambre pareil si on s'était rencontré avant. » A nouveau ce petit sourire en coin, avant qu'il ne hoche la tête positivement. Ouais ça sentait pas terrible…. Comme dans la plus part des endroits clos où ils allaient. Mais au bout d'un moment, le nez s'y faisait. Après tout ils ne devaient pas sentir la rose non plus.

Il n'eut pas le temps de faire un pas, et tant mieux d'ailleurs ! Parce que craque boom vizz ! Badaboom paf pastèque pizza sauce tomate ! Il s'en était pas fallu de grand-chose pour qu'il prenne sur les pieds le lustre un peu to much enormus ! Comme si ça allait aider ou le protéger, il avait levé une jambe comme un flamand rose, et fermé les yeux. Heureusement il avait pas crié comme une fille !

Avec lenteur Plutarch reposa son pieds sur le sol, ouvrant doucement les yeux. « -bon… ba ça c'est fait... » conclue-t-il. Que dire de plus de toute façon ? Ça arrivait… C'était la poisse… Mais bon, ils allaient devoir faire avec. « -ah du coup on a des potes qui veulent s'incruster... » ajouta le fossoyeur comme si tout ça n'était pas grave. Il toussa un coup parce que ça avait remué la poussière, puis il se décida enfin à bouger son cul pour pousser une commode contre la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: You'll Live To Dance Another Day   Jeu 5 Oct 2017 - 21:36

Alors que le bruit résonnait encore dans ma tête, je fixais Plutch pendant un moment. Il avait l’air bien étrange comme ça. Je penchais la tête sur le côté, ouvrait la bouche une fois ou deux. J’avais envie de faire une remarque, mais je n’arrivais pas à mettre des mots dessus. Enfin, je n’allais pas passer deux semaines à détailler la position dans laquelle il était parce que de toute façon, la maintenant tout de suite dans l’immédiat y avait largement mieux à faire. Comme restez en vie par exemple. C’était bien ça resté en vie…

- Tu te prends pour un warrior chinois? C'est un remake de la position du tigre?

Les grognements approchaient de plus en plus ce n’était pas du tout une bonne chose pour nous ça. Je posais mon regard vers la porte de la chambre. Comment les choses allaient évoluer maintenant ? Tout ça me paraissait simple. Heureusement on avait fermé la porte, mais je savais que ce ne serait pas suffisant pour rester en sécurité. Je me plantais contre la porte assez rapidement avant de regarder mon ami et de lui dire d’un air parfaitement sérieux.

- Oui et si tu veux mon avis ça pue du cul.

C’était une façon presque élégante de dire qu’on était dans la merde. On devait sans doute trouver un moyen de sortir d’ici ou choisir de rester enfermé, enfin, il fallait être con pour arriver à une conclusion ainsi. Il y avait aussi la possibilité de s’appeler Tamara. On était venue ici pour s’amuser et trouver un truc débile à Plutch et visiblement on allait finir en repas pour mob, ce n’était clairement pas comme ça que j’avais vu l’avenir pour nous deux. Je souriais bêtement avant d’ajouter l’air de rien.

- Je te propose un truc simple, tant qu'on ne meurt pas de faim, on reste ici pour passer un bon moment et on emmerde le monde... Bon sérieusement, ce n’est pas ouf comme plan. Je suis presque sûr qu'on peut trouver mieux...

Je marquais une pause… On ne pouvait pas décemment faire ça, c’était un plan tous pourri. Je remarquais alors un balcon devant moi et j’ai eu une idée qui commençait à émerger dans ma tête. C’était tellement une mauvaise idée, je le sentais d’avance. Est-ce que j’allais vraiment le proposer ? Je ne voyais pas vraiment comment cela pouvait être différent de toute façon…

- On peut tenter de changer de chambre en passant par le balcon?

Ce plan était pourri et il puait bien du cul, mais il était certain que dans les dix minutes qui suivaient, il y aurait une marée de mob devant la porte et ce serait le bon gros caca pour s'en sortir. J’attendais d’avoir son opinion sur la question, mais ça me paraissait le meilleur choix qu’on avait sous la main. Ce n’était clairement pas facile de faire un choix maintenant, mais déjà se sentait la pression augmenter sur la porte derrière moi. Il ne fallait pas rester ainsi c’était un mauvais plan. On devait surtout rester silencieux à partir de maintenant si on ne voulait pas les exciter plus qu’ils n’étaient déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: You'll Live To Dance Another Day   Ven 6 Oct 2017 - 19:10

Comme de part hasard, elle se foutait de sa gueule. Mais en même temps, c'était surement justifié. Il devait probablement ressembler à pas grand-chose dans cette position. Enfin encore moins que d'habitude. Il partageait l'avis de Tam même s'il ajouta en levant les yeux le plus calmement du monde : « -ouais enfin les canalisations doivent pas être en super état c'est clair. » Plutarch avait bien comprit qu'elle parlait des gros moches qui grognaient de l'autre côté de la porte. Mais ça servait à quoi de paniquer ? Mise à part faire des conneries en plus. Avec le temps, malgré l'était d'urgence et le danger de mort, il avait apprit à rester plus ou moins zen.

Le fossoyeur fronça un sourcil en regardant Tam lui proposer son plan. Rester ici et passer du bon temps ? Hum… Nope… Il lui répliqua en riant presque : « -t'as beau avoir un cul d'enfer, avec ce genre de son derrière la porte, moi pauvre homme que je suis, j'serais incapable de faire quoi que se soit. Même dormir... » fallait être réaliste. C'était loin d'être glamour ou rassurant de savoir que des bouffeurs de chairs se pressaient comme des citrons de l'autre côté de la porte, avec pour seul intention de les bouffer. « -on va trouver mieux. » ajouta-t-il en lui souriant.

La brune se dirigea vers la balcon, alors que de son côté il partait en quête d'un conduit d'aération. Peut-être vu trop de film d'action mais bon fallait tout essayer. Ils étaient bloqués ici, et ils n'avaient pas envie que cela reste ainsi. « -t'es sérieuse ? » demanda Plutarch en se tournant vers elle, délaissant la salle de bain pour s'approcher du balcon. Il regarda en bas, peut-être qu'il aura pas dut… « -la mort ou la mort… » lâcha-t-il en positionnant ses mains comme une balance… « -hum le choix et tellement difficile... » Bon il recula tout de même d'un pas, parce que le vide là en dessous c'était pas vraiment son délire.

Un soupire passa ses lèvres alors qu'il cherchait tout de même une autre alternative. Les bruits derrières la porte se faisaient de plus en plus pressant. Il n'avait pas toute la nuit pour réfléchir. Donc… « -deal ! » lança-t-il avec une pointe de joie dans la voix. Ils n'avaient pas le choix. Et avoir la pétoche n'arrangerait rien. « -ils sont quand même pas proche proche les balcons... » souffla-t-il avant de tourner les yeux vers Tam.

Puis se tourna vers elle et en prenant un air dramatique balança : « -bon si jamais on crève aujourd'hui, j'voulais que tu saches que... » Il approcha son visage de celui de la brune, tel un lover avant d'ajouter : « -tu es la plus belle des casses couilles que j'ai jamais connu... » On était pas dans la déclaration d'amour classique. Il n'avait d'ailleurs pas prévu de lui dire je t'aime. Même pas en rêve. Si il faisait ça, elle allait sauter d'elle même en bas ! Non c'était juste pour alléger un peu tout ça. « - va s'y en premier, j'vais pousser encore un ou deux meubles si je peux, devant la porte, histoire de nous donner un peu plus de temps. » Il s'éloigna avant de se retourner et de dire : « tu fais pas la conne d'accord ? » Oui, si elle pouvait éviter de faire le grand saut c'était pas refus. Non, il ne voulait pas penser que c'était peut-être une belle occaz pour elle afin de mettre fin à sa vie. Cette étape était passé, elle avait promis. Il avait confiance en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: You'll Live To Dance Another Day   Ven 6 Oct 2017 - 19:44

Malheureusement, je l’étais, ce n’était pas comme si j’avais vingt-cinq millions de choix différents après tout. On était dans la merde là. Il y avait tout le monde qui s’abattait sur nous et on n’avait pas non plus de chose possible. Il résuma plutôt bien la situation, on avait le choix entre mourir bouffer et mourir en s’étalant comme une merde au sol. Sauf que le choix était vite fait, il y avait moins de chance de mourir écrasé que de mourir en se faisant bouffé. Surtout que j’étais persuadé que la seconde option serait moins douloureuse que la première. Je regardais une nouvelle fois vers l’intérieur ajoutant d’un air imperturbable.

- C’est comme choisir entre la peste et le choléra quoi…

J’étais rentré à nouveau dans la pièce pour récupérer mon sac. Je regardais mon carquois que j’avais laissé sur le sol. Je ne pourrais pas récupérer mon arc et de toute façon, il était certainement cassé donc ce n’était pas très important. Je soupirais, laissant tout ça ici de toute façon, cela m’encombrerait plus qu’autre chose. Il ne me fallut pas longtemps pour mettre la main sur la poignée de mon sac alors que Melvin ajoutait qu’il avait un truc à me dire. Je me tournais vers lui rapidement. J’étais suspendu à ses lèvres, je me doutais vaguement de ce qu’il allait me dire et pour le coup, je pouvais comprendre qu’il est besoin de me parler, mais je n’étais pas vraiment sûr d’avoir envie de l’entendre, avant que je n’aie le temps de le couper, il ajoutait que j’étais la plus belle casses couilles qu’il connaissait et ça me fit sourire. Parce que oui, il me ferait toujours rire même dans des situations aussi merdiques. Situation qui d’une certaine façon était aussi merdique que notre relation.

- Ce serait quand même triste de mourir maintenant sans avoir eu l’occasion de s’envoyer en l’air avant… J’ai quand même un dernier truc à faire avant…

Évidemment, je n’avais pas le temps de me jeter sur lui de le désaper et tout. Il l’avait dit l’instant d’avant que les râles étaient dérangeants et il avait raison, mais cela ne m’empêcha pas de m’approcher de lui de placer une main dans sa nuque et de l’embrasser. Mes lèvres goutèrent les siennes comme jamais je ne l’avais fait par le passé. On était à deux doigts de la mort donc c’est des choses qui rapprochent, je suppose. Je finis par me détacher de lui à contrecœur avant de lui offrir un petit sourire en coin et ajouter d’un air qui se voulait joueur.

- C’est pour se donner du courage.

On en aurait besoin de toute façon. Je mis mon sac sur mon dos alors que je me détachais de lui à contrecœur. En soi ça aurait fait une belle mort ici, mais si je mourais est-ce que j’irais au paradis rejoindre Abel ? Mais surtout est-ce que j’en avais envie à l’heure d’aujourd’hui ? Je n’en étais absolument plus certaine. Je respirais un peu plus fort alors que j’entendais mon ami ajouter un truc concernant le fait qu’il voulait mettre d’autres meubles devant la porte et que je devais partir devant sans tomber.

- Compte sur moi, tout se passera bien ! Si tu ne me rejoins pas, tu sais très bien que quand je descendrais, j’irais piétiner ton cadavre…

J’étais capable de faire un truc comme ça, il le savait et il n’avait pas intérêt à faire le con. Je passais la barrière du balcon tout en continuant de me tenir. Il y avait peut-être un mètre de vide entre les deux ce qui était largement faisable. Je marquais une pause, j’inspirais un grand coup avant de me propulser de l’autre côté. J’attrapais de justesse le balcon et je me dépêchais de passer de l’autre côté de la barrière. Il ne restait plus qu’à me rejoindre et on serait en sécurité du moins pour le moment. En regardant à travers la fenêtre une poignée de seconde je ne repérais pas de mob pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: You'll Live To Dance Another Day   Sam 7 Oct 2017 - 14:00

Mourir maintenant ? Non mais c'était pas au programme. Enfin en tout cas, lui, Plutarch il n'envisageait pas ça. Parce que merde il se battait depuis trop de temps pour que ça foire maintenant. Ils avaient juste un peu merdé, mais ça allait le faire. Comme à chaque fois, ils allaient s'en sortir. Il lui sourit avec un mélange de tendresse et d'humour. Aucun souci, il allait la faire grimper au rideau une fois qu'ils seraient de l'autre côté, hors de porté des rodeurs qui grattaient de l'autre côté.

Lorsqu'elle se colla contre lui, étrangement il eut du mal à déglutir, comme s'il avait peur qu'elle dise un truc qui fallait pas. Au lieu de ça, elle passa sa main sur la nuque du Plutarch et déposa ses lèvres sur les siennes. Il répondit à son baiser avec sans doute autant de sentiment qu'elle… ça ressemblait un peu à une sorte d'adieu et ça lui laissa un goût un peu amer… Son sourire en coin réapparu avant qu'il ne lui claque les fesses pour se diriger vers les meubles qu'il voulait bouger.

Le fossoyeur jeta tout de même un coup d'oeil en direction de Tam lorsqu'elle s'approcha vraiment du balcon. Il retint sa respiration quelques secondes, avant de revenir à ce qu'il faisait. Elle allait y arriver. Pas la peine de se faire de la bile. Il n'avait pas répondu, il avait simplement sourit à ce qu'elle avait ajouté avant d'enjamber la barrière. Pas question qu'il s'écrase au sol. Pas question qu'il se fasse bouffer. Pas aujourd'hui.

La table de nuit… Le gros fauteuil dans lequel il aurait adoré posé son cul… Tout ça se retrouva plaqué contre les autres meubles. Limite il aurait fallu trouvé un truc capable de faire du bruit pour qu'ils restent bien tous là, derrière cette porte et leur laisse la paix… Le fossoyeur balaya la pièce du regard, cherchant éventuellement s'il trouvait ça dans le coin… Mais pas une seule idée ne lui vint en tête. En fait, il pensait juste à Tam. Il n'avait pas entendu hurlé alors c'était ok… Elle avait réussit. Aucun souci à se faire.

C'était à son tour de faire le grand saut. Mais avant ça, il fouilla dans le mini bar, dénichant quelques mignonnettes. Ça pouvait toujours servir. Il les balança dans son sac avant de le mettre sur son dos. Il devait peut-être bouger son cul, peut-être qu'elle allait s'inquiéter de ne pas le voir apparaître. Ça devait bien faire cinq minutes qu'elle avait quitté la pièce. Une éternité en soit lorsqu'il y avait danger de mort.

Une fois devant le balcon, Melvin se força à ne pas mater en bas. Ça servait à rien de se foutre le vertige. Fallait juste agripper l'autre barrière. « -Tam ? Tam ça va ? » demanda-t-il avant de s'élancer à son tour. Il voulait savoir si elle était pas tomber sur un os. Enfin… Un sac d'os plutôt. Soudainement le fait qu'elle ne réponde pas lui serra les tripes. Et si…

Ni une ni deux, il sauta d'un balcon à l'autre. Presque trop facile se dit-il. Ses jambes passèrent de l'autre côté, et il entra dans la pièce avec rapidité. Un soulagement affaissa sa cage thoracique lorsqu'il posa son regard sur Tam. « -tu pouvais pas répondre ?! » l'engueula-t-il limite. C'était la peur qui parlait. Même s'il savait bien qu'il n'aurait jamais du lui laisser voir ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: You'll Live To Dance Another Day   Sam 7 Oct 2017 - 20:34

J’aurais voulu rester pour l’entendre, mais y avais un mob qui frappait à la fenêtre et je ne pouvais donc décemment pas rester immobile. Heureusement pour moi, la fenêtre était restée entre ouverte, j’avais donc fini le travail et j’avais réussi à planter le truc alors qu’il tentait de me bouffer, je l’avais ensuite regardé passer par-dessus bord et se cracher sur le sol, ça avait dû faire un bruit ultra drôle en atterrissant en bas, mais je ne pourrais malheureusement jamais l’entendre bien malheureusement.

Le choix n’était alors plus mien, maintenant que la porte était ouverte je devais voir l’état général de l’endroit. Le porte extérieur était fermé et j’étais bien décidé à ne pas l’ouvrir, je fis rapidement le tour d’autres pièces de cette suite gigantesque. Je souriais même, c’était tellement grand et il n’y avait pas d’autres mobs dans les parages. On allait sincèrement pouvoir se poser ici, du moins, j’avais envie d’y croire. On réfléchirait sans doute plus tard à la façon de sortir d’ici, il faudrait sans doute jouer des coudes, trouver comment faire, mais pour le moment, ce n’était pas le plus important. J’étais dans une chambre d’hôtel, ultra luxueuse et je n’avais plus qu’à attendre le retour de Plutarch. J’étais certaine qu’il ne tarderait pas non plus à faire le grand saut. Parce que pour le coup, c’était presque ça.

Enfin, je n’avais pas assisté à son saut et pour le coup, j’étais en train de me dire qu’il avait peut-être échoué et que j’allais me retrouver seule. Il était hors de question que je me retrouve seule, j’avais besoin de lui pour avant même s’il était hors de question de se l’avouer. Je sortais rapidement de la salle de bain ou je m’étais retrouvé pour le trouver au milieu de la pièce principale de la suite. Il était visiblement en vie et aussi en train de raller. J’aurais pu me foutre de sa gueule, c’était sans doute la réponse la plus logique que j’aurais pu lui fournir, mais dans le fond, j’avais besoin de faire plus qu’uniquement ça. Mon regard se planta dans le sien l’espace d’un instant alors qu’il me raller dessus, je le trouvais particulièrement attirant à ce moment-là et ce n’était pas spécialement normal.

- Tu es mignon quand tu t’inquiètes comme ça. Tu avais peur que je saute volontairement dans le vide avoue…

J’aurais pu lui continuer et sortir les violons, mais je savais que pour lui comme pour moi ce n’était pas une chose à faire, pas d’attachement, pas de sentiment, pas de connerie inutile qui rend l’autre jaloux. Juste de la chamaillerie. Je soupirais tout de même en m’approchant de lui. Je le touchais du bout du doigt d’un air dubitatif, comme pour vérifier si c’était le bon que j’avais devant moi et qu’on ne me l’avait pas échangé par hasard. Je finis par le palper du plat de ma main. J’avoue que j’étais totalement en train de jouer avec lui, mais c’était justement ça qui était drôle.

- Je ne passe pas au travers, tu n’es donc pas le fruit de mon imagination. Maintenant j’ai déjà pu vérifier que tu parles tu n’es donc pas devenue un des leurs. Je ne sais pas si j’ai d’autres tests à faire, mais pour le moment tu me conviens…

Un sourire espiègle se dessina rapidement sur mon visage. C’était débile, je savais qu’il allait me faire une remarque, éventuellement faire semblant de mal le prendre. Parce lui dire simplement qu’il me convenait c’était bien loin de la vérité. Je souriais à son égard, j’étais débile, il le serait sans doute tout autant, c’était parfait pour moi.

- Rassure-moi, tu n’as pas oublié ton sac à dos ? Parce que moi j’ai vraiment failli…

Je l’avais encore sur le dos d’ailleurs, ça me faisait bizarre de plus avoir mon arc et mon carquois, mais c’était ainsi et de toute façon, je pourrais toujours trouver un autre truc éventuellement, tant qu’on ne me forçait pas à utiliser une arme à feu, ça me convenait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: You'll Live To Dance Another Day   

Revenir en haut Aller en bas
 
You'll Live To Dance Another Day
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Live your life to death (Featuring Nayki)
» Vive le Naheulband en live !!!!
» XBOX LIVE NHL12
» Ghost in the shell : un remake en live ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: