Partagez | 
 

 What's new pussycat ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Joann Cain
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 02/09/2017
Messages : 683
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: What's new pussycat ?   Lun 16 Oct 2017 - 17:42



What's new pussycat ?
Ft Lawrence
Joann recracha sa première bouffée de nicotine en l'observant. Elle paraissait sérieuse, mais ça n'avait rien de vrai. Il pouvait bien s'envoyer qui il voulait ou non, ça ne changerait à sa vie, ni à la perception qu'elle avait de lui. Le taquiner, en revanche, était bien plus plaisant que le reste, puis, ils n'avait pas papoté depuis un moment, autant ne pas faire taire les bonnes habitudes. Elle ne monnayerait jamais rien avec lui, certes jadis elle l'avait fait mais, désormais, lui faire payer quelconque service contre une poignée de révélations n'en étant pas vraiment, ça n'avait aucun sens. L'instant en lui même était bien plus agréable que toutes les discussions du monde. Joe aurait très bien pu passer le temps sans ouvrir la bouche, et lui avec, le moment n'en aurait pas été moins appréciable. Se satisfaire des choses simples, elle avait appris à le faire en voyant le monde se casser la gueule, ce qu'elle pouvait claquer comme frique pour obtenir ce qu'elle convoitait n'était plus une règle du jeu, d'ailleurs l'argent n'avait plus aucune valeur, seule la vie comptait désormais, autant s'atteler à ce qu'elle soit bonne et pas teintée de misère comme celles d'une poignée de gens sur cette île.

Tout en l'observant scruter le rivage face à eux, Joe pinça les lèvres pour ne pas rire à la confidence risible qu'il lui faisait. Un bain de minuit, rien que ça... Elle le croyait bien moins fleur bleue, enfin le connaissant cette fameuse baignade n'avait rien de romantique, davantage encore que Mason s'était joint à eux. Ou, alors, la nana en question était gourmande au point de ne pas se contenter que d'un mec. C'était probable mais elle ne poserait pas la question.

- C'est mieux. Lui répondit-elle avant de rire plus ouvertement. Tu as profité de la fin de l'été... ça n'a pas affecté certaines parties de ton anatomie.

Ce à quoi elle pensait n'avait guère besoin d'être développé, Lawrence saurait de quoi il s'agissait. Et même si elle doutait qu'il ait choisi quelques températures plus clémentes pour s'adonner à une baignade nudiste, Joann ne pouvait s'empêcher de penser à ce que ça aurait donné si l'eau, comme l'atmosphère, n'avait pas été aussi douce que les semaines précédentes.

- L'important c'est que t'aies passé le temps, et qu'elle ait pu profité de la vue. Quant à Mason, j'te demanderai pas ce qu'il foutait là... vous faites bien c'que vous voulez. Sourit-elle en tirant une nouvelle fois sur sa cigarette avant de songer à ce qu'aurait été la soirée idéale aux yeux de son ami, si, toutefois, le monde n'avait pas foiré de la sorte. Tu ferais quoi idéalement si... un jour, tout ça s'arrêtait ? Interrogea-t-elle en redressant le buste, entourant les genoux à l'aide de ses bras. Peu de gens se posaient la question, sans doute car personne n'avait plus espoir que l'infection cesse et qu'on vienne à bout des cadavres pestiférés, mais n'avaient-ils pas encore le droit de rêver ? J'sais bien que rien n'serait vraiment comme avant mais, on peut imaginer une amélioration, enfin même si j'en doute beaucoup... Cain précisa comme si ça allait changer quelque chose, en réalité, elle restait convaincue que l'univers ne guérirait jamais d'un tel mal. J'sais pas ce que je ferai personnellement, on va dire que mon existence s'est peut-être améliorée dans ce monde ci... comme si vivre en pleine merde était mon truc. Lâcha-t-elle en un rictus après avoir songé que, bien qu'en pleine cauchemar, elle n'avait plus à fuir un connard potentiellement capable de la retrouver pour l'égorger.





Showing no mercy
You so fresh to death and sick as cancer, but you fit me better than my favorite sweater and I know that love is mean, and luv hurts. Love you more than those bitches before.

Revenir en haut Aller en bas
Lawrence G. Davis
Leader | Remnants
Administratrice
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 2216
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: What's new pussycat ?   Sam 21 Oct 2017 - 0:01


Le quarantenaire avait froncé les sourcils au rire de sa cadette, ses lèvres s'étirant néanmoins en un léger sourire. Bien sûr qu'il avait conscience que son scoop n'en n'était absolument pas un et que c'était même franchement ridicule mais il n'avait rien d'autre d'intéressant à lui balancer. Une histoire de cul et un bain de minuit complètement bourré avec un ami ; si le premier fait était parfaitement banal pour l'un comme pour l'autre, le second cependant était une première pour l'aîné. Il se demandait parfois, quand il y pensait réellement, ce qui l'avait poussé à d'un seul coup s'intéresser un peu plus aux autres au point d'en considérer certains comme des amis. Jamais auparavant il n'avait pris cette peine, se contentant de considérer ses pairs comme de simples connaissances sans jamais chercher plus loin. Bien sûr, il y avait de ces personnes qu'il voyait plus que d'autres, qu'il retrouvait parfois en soirées, mais les choses étaient différentes avec Mason ou même Joann. Alors oui, un bain de minuit avec quelqu'un qu'il pouvait qualifier  d'''ami'' était quelque chose de complètement inédit pour lui.

Secouant la tête d'un air amusé à l'entente des propos de la brune il s'arrêta cependant, se mettant à rire à son tour. « Désolé de te décevoir Joe, mais l'épisode avec la demoiselle est indépendant de celui avec Mason » avait-il lancé en toute franchise, bien conscient que ses révélations seraient encore plus ridicule avec cette vérité là. Bien sûr, il aurait pu la laisser dans le doute, la laisser croire qu'ils avaient été tous les trois, mais Davis n'était pas du genre à tenir sa langue, il disait ce qui lui passait par la tête sans se poser de questions. Que les autres soient vexés par cette attitude ou non lui était bien égal, même lorsqu'il s'agissait de personnes qu'il appréciait, mais il était évident qu'en cet instant précis, la jeune femme n'aurait aucune raison de se vexer.

Tirant à son tour légèrement sur sa cigarette, toujours appuyé sur ses coudes, ayant reporté son attention sur ce qui les entourait. Sans doute n'avait-il pas besoin de dire qu'il appréciait ce moment où il pouvait simplement discuter avec la brune et profiter du calme environnant, en témoignait son expression apaisée malgré les cernes qui cerclaient constamment son regard signe qu'il ne dormait pas suffisamment mais il ne se formalisait pas de cela non plus. Déjà auparavant, il était victime d'un manque de sommeil conséquent, le travail passant toujours avant le reste et les soirées en boîte qu'il s'accordait n'arrangeaient rien à sa situation mais qu'importait, au moins il pouvait se vanter d'avoir profité de la vie. Certes, la plupart lui dirait sans doute qu'il n'avait pas été entouré, pas de femme, d'enfant, et tout ces types de conneries clichées, la plupart oubliaient bien souvent que le concept même de bonheur et bien-être n'était pas le même pour tout le monde. Alors oui, le virologue s'en foutait royalement, lui avait bien vécu, même s'il regrettait parfois que cette épidémie soit tombée avant qu'il ne remporte sa guerre contre l'Ebola, mais on ne pouvait pas tout avoir.

La question de Joann le tira de ses pensées et, immédiatement, il tourna la tête vers elle en haussant les sourcils. Si tout cela s'arrêtait ? C'était une option qu'il aimait envisager en effet, mais elle semblait encore floue pour l'instant et il se laissait le bénéfice du doute. Il l'écoutait sans mot dire, fronçant légèrement les sourcils quand elle suggéra que son existence s'était améliorée dans cet environnement. En un quart de seconde, l'ambiance était devenue bien plus sérieuse, fait qui ne dérangeait pas le brun, loin de là, il n'était simplement pas habitué à voir la jeune femme aussi songeuse. Pinçant légèrement les lèvres, il ne quittait toujours du regard son dos, se redressant finalement à son tour pour se mettre en position assise à côté d'elle. « C'est pas totalement fou quand on y pense, ce qui est arrivé... c'est une sorte de remise à zéro. Recommencer sa vie en étant tous dans le même panier. » Son ton avait été calme quoi qu'un peu indifférent comme souvent. Il ne la jugeait pas, loin de là, il ne faisait qu'énoncer les faits. Se mettant à réfléchir à sa question, il reporta finalement son attention sur la mer en face.

« Si ça s'arrêtait je ne sais pas ce que je ferai. Tout ça... ça ne change pas vraiment de ma vie d'avant tu sais. Je fais toujours le même boulot, j'ai toujours le même rythme... les sorties de dépravé en moins. » Son ton étant toujours resté relativement neutre, il avait tout de même tourné la tête vers sa cadette, faisant une moue faussement contrariée. « J'suis vexé que tu doute d'une amélioration... c'est quand même mes capacités que tu mets en question là. » Bien sûr, il n'était pas vraiment sérieux, même si, dans le fond, l'avancée des recherches du laboratoire dépendaient quand même pas mal de lui. Assenant un léger coup de coude à la jeune femme pour bien lui montrer qu'il la charriait, Davis reprit son sérieux. « Si ta situation s'est améliorée dans ce monde, peut-être que ce n'est pas autant la merde que ça. » A bien y réfléchir, ce n'était pas vraiment différent des autres épidémies qui avaient frappé le monde auparavant, la seule différence étant que celle-ci touchait la terre entière et plus une petite partie isolée. Mais il y avait des similitudes et, parfois, le quarantenaire avait le sentiment d'être dans la même situation que lorsqu'il était en Afrique avant tout cela.


xxx
Revenir en haut Aller en bas
Joann Cain
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 02/09/2017
Messages : 683
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: What's new pussycat ?   Lun 23 Oct 2017 - 12:08



What's new pussycat ?
Ft Lawrence
 « Recommencer à zéro... tous dans le même panier... » Ces mots tournaient en boucle dans son esprit tandis qu'elle observait l'horizon, par delà l'étendue de flotte face à eux, en songeant à ce qu'étaient la vie des autres au delà de leur île. Certes, désormais, tout le monde était logé à la même enseigne, mais certains ne faisaient guère face aux événements de la meilleure manière. Pleurer, s'apitoyer, n'avait rien d'une survie dans laquelle il était primordiale de se battre afin de perdurer... C'était là son opinion, tout comme celui de ceux qu'elle appréciait réellement. Est-ce qu'elle aimerait que les choses se tassent et redeviennent telles qu'elles étaient jadis ? Cette question ne la taraudait pas vraiment, sans doute car elle était persuadée, comme beaucoup d'autres, que l'espoir n'était qu'une vaste fumisterie, une simple rêverie présente dans l'unique but de les forcer à ne jamais baisser les bras. La concernant, l'apocalypse, les créatures et la folie des hommes, n'avaient fait que renforcer un sentiment de sécurité, du moins, depuis que tout s'était noirci, elle était intimement convaincue que jamais plus Mark ne lui mettrait la main dessus. Le cauchemar des uns s'était davantage présenté en opportunité pour elle... Quant aux rôdeurs, ils n'étaient que le fruit pourrie qui tentait de contaminer leur territoire sans en avoir conscience... Il fallait toujours un ennemi, toujours un monstre, afin que l'équilibre entre bien et mal soit maintenu. Autrefois, son monstre n'était autre qu'un type capable de la rouer de coups, désormais, les morts l'avaient remplacé et, pour être totalement honnête, Cain préférait ces derniers en un sens...

Songeuse, elle revint saisir le profil de son aîné lorsqu'il lui certifia que son existence ne serait guère bien différente de celle qu'il vivait actuellement, cependant il ne lui précisa pas s'il préférait la survie actuelle à la vie d'autrefois. Lawrence était un Être sensé, avait une idéologie particulière de l'existence, il semblait se contenter de ce qui s'imposait à lui... Elle ne le jugeait pas pour ça, bien au contraire, et comment l'aurait-elle pu en sachant parfaitement qu'elle même, bien qu'adorant sa vie bien remplie d'Escort-Girl, vivait au jour le jour avant que les créatures se décident à bouffer les leurs ? Suspendue à ses dires, elle croisa son regard et esquissa un simple sourire à la question qui filait ses lèvres. Oui elle doutait, mais certainement pas de lui, après tout, il avait peut-être beau chercher, encore et encore, afin de permettre aux gens d'espérer, il n'était pas tout puissant ni même capable d'enrayer pareille situation d'un simple coup de baguette magique. Il fallait prendre en compte tout le reste, l'évolution des choses, les rôdeurs de plus en plus nombreux, les sbires qui bossaient pour lui, il n'était pas seul dans l'histoire mais semblait se battre seul contre des milliers d'ennemis. Comment diable aurait-il pu réussir ?

Et même si, un beau jour, ses insomnies l'amenaient à trouver LA solution, comment ferait-il seul, sans moyen de joindre des confrères capables de faire se suivre la nouvelle ? Joann était sans doute plus lucide que les autres et ne croyait que ce qu'elle voyait. Sans doute pour cette raison d'ailleurs qu'elle imaginait que le Fort, et les décisions y ayant été prises, étaient sans doute ce qu'il y avait de mieux pour eux tous. Après tout, quand on s'y attardait assez pour penser, ils n'avaient presque rien perdu de leur confort d'antan... Eux étaient encore civilisés contrairement à ceux auxquels elle songeait en fixant les vagues devant elle. Ses pensées se bousculaient sans qu'elle ouvre la bouche, néanmoins, le coup de coupe de Davis la ramena sur terre et à l'instant présent. Pour ainsi dire, bien que le connaissant bien, elle n'avait pas vraiment relevé face à la susceptibilité dont il venait de faire preuve, non... Elle était bien trop concentrée sur les images passées, puis présentes, qui lui traversaient le crâne. Pour autant, elle donna le change en laissant un rictus quitter sa gorge, hors de question qu'il la questionne concernant ce qu'elle n'avait jamais dit à quiconque... Ce qu'il sembla comprendre d'ailleurs, sans même qu'elle n'ait à le lui siffler, car hormis un « et toi, qu'est ce que tu ferais ? » qu'elle pensait lui échapper, Joann ne s'était guère attendue à l'affirmation qui remplaça la question à laquelle elle s'était attendue. Ce fut donc surprise qu'elle plissa les paupières en logeant le menton contre ses genoux fléchis. Qui était pire alors, la situation actuelle, où la mort tentait d'enrayer la moindre trace de vie sur terre ? La précarité et le danger permanent ? Ou, encore, l'homme auquel elle était encore mariée et qui, au delà de sa gueule parfaite, était bien capable de l'égorger ? En réalité, l'un et l'autre pouvait avoir raison d'elle mais sans doute préférait-elle faire face à une ennemi sans cervelle, ou encore aux besoins, que d'avoir à recroiser Mark...

- Même si la situation est pourrie, dangereuse, j'estimais peut-être à tort que ma vie n'avait rien de glorieuse. Lâcha-t-elle en tirant une dernière latte de sa clope qu'elle termina par écraser dans les grains dorés près d'elle. Mais, j'me dis que la crise actuelle a certainement étouffé celle d'autrefois, c'est sans doute pour ça que je préfère être ici, que dans un passé où j'étais tout aussi certaine de rien. En croisant ses prunelles claires, Joann lui offrit un sourire entendu. Elle comprenait mais lui ? A dire vrai, il ne pourrait sans doute jamais comprendre pourquoi elle se plaisait ici, il n'avait pas toutes les cartes pour le faire. J'ai peut-être moins de mal car le jour le jour j'connais bien, que je m'attends à rien de transcendant, après tout, Reprit-elle en un rictus qui semblait lui donner entièrement raison. à s'attendre au pire on ne peut qu'apprécier les riens du tout plus plaisants non ? Ce n'était pas con, et même si elle n'était pas pessimiste à proprement parler, le fait de rien espérer de grandiose lui permettait d'apprécier pleinement les choses plus simples qui s'offraient à elle. Ceux qui n'jurent que par le meilleur, qui n'entrevoient jamais le pire, eux sont bien plus à plaindre, eux tombent de haut et se fracassent quand ils atteignent le sol, eux ne sont pas préparés à ce qui pourrait arriver de pire encore... Et, ici, ils y en a des masses pour une poignée de plus lucides, comme toi, Stan, Moi et bien d'autres encore.

Joann était convaincue qu'elle avait raison, que si jamais le campement venait à tomber, alors tous les geignards et chouinards, aux cœurs remplies de couleurs et d'espoir trop positif, seraient les premiers à claquer car aucun ne saurait faire face à l'imprévu. Les faibles, ceux qui attendaient sagement en sécurité que les plus « durs » comme eux, fassent le boulot, se berçaient tous d'illusions en ressassant le passé qu'ils auraient aimé voir reprendre vie...

- Je peux pas dire que je m'attends à une amélioration, mais si elle vient alors okay, je saurai l'apprécier. Je préfère voir le verre à moitié vide que plein, ça me permet d'être prête dans l'éventualité où un connard déciderait de le vider totalement... C'est peut-être con, mais jusqu'ici ça m'a plutôt bien réussi...

Il comprendrait ou non, peu importait en réalité, elle l'appréciait pour son franc parler et sa conversation, chacun pouvait avoir un opinion différent du sien ça ne la dérangeait pas, après tout elle avait encore le choix de s'éloigner de ceux lui inspirant de l'indifférence non ? ... En revanche, lorsque des idées se rapprochaient des siennes, Joann ne pouvait nier qu'elle adorait ça.

- Alors ouais, en un sens, c'est peut-être pas aussi merdique que ça l'est aux yeux des autres. C'est chiant oui, mais on est encore là, rien n'est insurmontable visiblement. Conclut-elle en lui donnant raison. On avait simplement oublié, quand tout était rose et sucré, que nous avions un instinct, c'est comme une mise à l'épreuve, un retour aux sources. Chasser, tuer, ou être chassé et tué... Lâcha-t-elle en une moue "boudeuse" avant de rire aux prochains mots qu'elle allait prononcer. C'est pas mal philosophique ton truc en faite...





Showing no mercy
You so fresh to death and sick as cancer, but you fit me better than my favorite sweater and I know that love is mean, and luv hurts. Love you more than those bitches before.

Revenir en haut Aller en bas
Lawrence G. Davis
Leader | Remnants
Administratrice
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 2216
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: What's new pussycat ?   Mar 7 Nov 2017 - 16:24


Réfléchissant en même temps qu'il parlait, Davis avait bien remarqué l'air songeur de sa cadette. Sans doute qu'il y avait de ces choses qu'elle ne lui disait pas, le pourquoi sa vie de maintenant avait un attrait plus appréciable que celle qu'elle menait auparavant. Comme tout le monde, il avait cette part de curiosité innée, mais il ne lui demanderait aucune justification. D'habitude il ne le faisait simplement pas parce-qu'il s'en fichait, là c'était différent : il ne le ferait pas par respect pour elle. Si elle voulait lui parler, elle saurait qu'il l'écouterait, et si elle ne le voulait pas, libre à elle de tout porter sur ses seules épaules. Tout ceci appartenait cependant au passé désormais et il était sans doute inutile de remuer le couteau dans une plaie qui n'avait à présent plus vraiment lieu d'être. Ou peut-être le quarantenaire était-il totalement à côté de la plaque et c'était un facteur tout différent qui inquiétait tant la demoiselle. Dans tous les cas, il n'allait pas se lancer dans des questions bidons, autant rester sur une conversation sérieuse où ils partageaient et analysaient leurs points de vue, que de prendre le risque de la braquer et qu'ils se lancent dans une quelconque engueulade qui n'aurait pas lieu d'être.

Recalant ses orbes clairs sur sa silhouette lorsqu'elle reprit enfin la parole, le brun avait hoché la tête, essayant de lire entre les lignes, comprendre ce qu'elle taisait. Cette crise avait assurément étouffé toutes les précédentes, que ce soit personnellement parlant ou à l'échelle même du monde entier et pourtant certaines choses n'avaient pas totalement changé. La loi du plus fort était toujours de mise, les Hommes se déchiraient toujours pour une bouchée de pain ou des principes bidons, et dans ces moments, le fléau viral qui ravageait tout ce qu'ils connaissaient semblait passer au plan secondaire. Il y avait bien longtemps que le virologue avait cessé de s'intéresser à ce types de détails, voire même de s'en offusquer. Après tout, les méthodes appliquées par le camp en lui-même, méthodes inconnues aux civils, était tout aussi peu glorieuses ; eux aussi jouaient de leurs forces, pillaient, tuaient, tout cela dans le simple but de prospérer un peu plus longtemps.

Lorsque la brune lui adressa un sourire, l'aîné le lui rendit, hochant une nouvelle fois la tête. Il pouvait comprendre son point de vue, le fait qu'elle se sente mieux ici qu'auparavant. Il pouvait l'entendre, mais il lui était difficile de déceler tous les facteurs qui la poussaient à dire cela, elle devait être la seule à le savoir et non, Davis ne lui jetterait pas la pierre pour cela ; libre à elle de se complaire dans ce nouveau monde, elle n'en vivrait que mieux. Affichant alors une moue approbatrice quand l'escort poursuivit son explication, le quarantenaire ne mit pas trop de temps à y réfléchir : Joann avait raison, totalement. À connaître le pire il était bien plus simple d'apprécier les petits détails, et surtout à laisser de côté l'espoir. À croire que, dans ce monde comme dans l'ancien, voir le verre ''à moitié vide'' avait toujours été la meilleure solution. Davis ne se classait pas vraiment dans une case ou dans l'autre, il se posait certes des questions sur beaucoup de choses mais n'était ni un positif ni en négatif et ne se prenait absolument pas la tête sur tout cela. Les choses venaient comme elles venaient, fin de l'histoire. Il n'y avait pas de bon ou de mauvais, seulement des étapes et sa persévérance lui avait permis d'avancer. Sa motivation et rien d'autre, pas de foutu verre plein ou vide ; quoi que, matériellement parlant, un verre plein était franchement mieux qu'un verre vide, mais pas pour sa motivation, assurément, ni pour sa lucidité. « Il y en a un bon paquet ouais, et la plupart serait sans doute déjà morte là dehors » avait-il ajouté sur un ton relativement indifférent. Non, se dire que plus de la moitié des habitants de l'île ne survivraient pas hors de leurs barricades ne lui faisait ni chaud ni froid, il ne faisait qu'énoncer un fait véridique qu'avait soulevé la brune : sans la sécurité offerte par les personnes conséquentes, beaucoup seraient morts. Et lui sans doute avec, au vu de sa non-motivation à apprendre à se défendre. Mais il était suffisamment lucide pour avoir conscience des risques et c'était sans doute de part ce fait qu'il tiendrait plus longtemps que les imbéciles qui se laissaient choir à la première difficulté.

N'ayant pu s'empêcher de sourire légèrement aux mots de la brun malgré la discussion franchement sérieuse qu'ils avaient, le brun avait lâché un « mh » un peu songeur, avant de donner son point de vue. « Mieux vaut s'attendre au pire et avoir la force de se relever, que d'espérer le meilleur et d'essuyer une désillusion trop importante, c'est évident. » Ses paroles étaient sans doute bateau, mais il les pensait réellement. Et lui ? Lui ne s'attendait à rien du tout, ni au pire ni au meilleur, il faisait simplement ce qu'il avait toujours fait, la seule chose qu'il avait toujours su faire : son boulot. Et mieux valait qu'il ne s'attende pas au ''mieux'' s'il ne voulait pas risquer de tout envoyer en l'air au moindre échec. Pensant à ce fait, il sourit une nouvelle fois, secouant légèrement la tête en fixant l'eau en face. « Si j'attendais toujours le mieux, j'aurai déjà mis le feu au labo plus d'une fois » avait-il lancé sur un ton mi-amusé mi-sérieux, imaginant la tronche de tous les habitants de l'île s'il s'était lancé dans une telle rébellion.

Regagnant un certain silence lorsque sa cadette sembla amorcer une sorte de conclusion, il hocha la tête, se contentant d'un simple « assurément » qui validait les mots qu'il entendait. Il ne se retint toutefois pas de rire à la fin de ses paroles, tournant à nouveau son visage vers elle en affichant une petite moue amusée. « J'devrai peut-être me reconvertir, qui sait. » Oh bien sûr, il ne le pensait pas sérieusement. Pas que se poser dans des discussions aussi sérieuses l'ennuyait, loin de là, quand l'interlocuteur était tout aussi intéressant ç'avait un aspect bien agréable, mais il revenait vite à sa situation habituelle : ne pas se prendre la tête pour tout cela, pour rien en général, et se laisser simplement porter au jour le jour, comme l'avait soulevé la brune. Secouant une nouvelle fois la tête, il ajouta : « A trop réfléchir comme ça, mon cerveau va cramer encore plus vite qu'avec mes joints. » Sans doute était-il déjà suffisamment atteint, mais la comparaison lui avait arraché un nouveau rire ; s'il avait dû réellement ''cramer'' avec toutes ses réflexions, il aurait déjà été en miette depuis longtemps, mais il n'avait pu s'empêcher de dédramatiser un peu la situation afin de revenir à une ambiance plus posée.


xxx
Revenir en haut Aller en bas
Joann Cain
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 02/09/2017
Messages : 683
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: What's new pussycat ?   Lun 13 Nov 2017 - 19:24



What's new pussycat ?
Ft Lawrence
Davis, philosophe ? Ça avait au moins le mérite de lui arracher un sourire, pour la simple et bonne raison que l'imaginer faire des proses, tout en tirant quelques lattes de son pétard, effaçait le reste des pensées négatives – qu'avait pu inviter la discussion – qui se baladait dans son crâne. C'était souvent comme ça avec lui, elle parlait de tout et de rien, de choses plus sérieuses comme de conneries sans importance capables de les faire marrer. C'était simple et sans prise de tête, en somme il n'y avait qu'avec lui qu'elle pouvait exposer les choses sans se faire juger, sans juger elle même, et sans devoir jouer un jeu malsain pour s'obtenir une poignée de services. Bon certes, jadis elle s'était offerte à lui pour avoir l'assurance que... Mais s'en voulait-elle ? Avait-elle honte ? Pas le moins du monde et pour être tout à fait franche, Joann devait avouer que leurs petits moments avaient su la distraire et lui apporter les sensations funs que d'autres – sans doute plus cons – cherchaient en se collant en couple.

Aujourd'hui, quoi qu'en pensent ceux qui savaient, quoi qu'on en dise, elle s'éclatait avec le cadet Rogers et pas un gramme d'amour n'entrait en ligne de compte. Puis, même s'il n'en avait pas conscience, Jay était en somme un palliatif l'empêchant de se rapprocher encore de Clayton après tout, et en y songeant là de suite, leur entrevue de Mars lui restait en travers de la gorge. Elle n'aimait pas sa gosse et il le savait parfaitement, c'était sans doute suffisant pour le pousser à n'imaginer rien d'autre que de s'envoyer en l'air pour mieux la lâcher ensuite, alors non... Non jamais elle ne céderait... Heureusement, Lawrence reprit la parole pour la détacher des souvenirs qui filaient son crâne et ce fut en un rictus qu'elle accueillit cet aveu risible.

- Finir par ? Reprit-elle en une moue faussement septique. T'es déjà taré, imbuvable et tout le monde te déteste, enfin tout le monde ou presque... La Canadienne suspendit intentionnellement sa phrase avant de reprendre en se marrant. Pour ça que moi j't'apprécie, à ta juste valeur en plus, t'as beau n'être qu'un connard sans cœur, j'ai l'impression de m'voir dans un miroir avec un petit plus entre les jambes... Bon retire les connaissances scientifiques, mais tu peux me traiter de Narcissique en revanche, j'le prendrai bien. Sourit-elle en lui foutant un coup d'épaule amical avant de soupirer et replacer les coudes dans le sables, de part et d'autre de son corps. Nous sommes deux connards, sans cœur... Mais on assume, c'est le principal...

La conversation avait reprit son ton léger des débuts. Ça leur ressemblait beaucoup, quant au reste et ce que pouvaient penser les autres de leur « relation », Joann leur souhaitait simplement d'aller se faire mettre, histoire de ne pas ignorer quiconque sans qu'ils sachent qu'elle avait l'aplomb qu'ils n'avaient guère.





Showing no mercy
You so fresh to death and sick as cancer, but you fit me better than my favorite sweater and I know that love is mean, and luv hurts. Love you more than those bitches before.

Revenir en haut Aller en bas
Lawrence G. Davis
Leader | Remnants
Administratrice
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 2216
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: What's new pussycat ?   Jeu 23 Nov 2017 - 11:49


L'atmosphère était devenue bien plus légère que celle qui les enveloppait quelques minutes auparavant. Il leur était déjà arrivé d'avoir des conversations sérieuses, mais la dernière remontait à bien longtemps et celle-ci avait une connotation bien plus lourde que les autres. Davis n'en n'avait pas été gêné pour autant, rares étaient les sujets qui l'atteignaient réellement, le quarantenaire étant suffisamment détaché de tout pour ne pas se laisser atteindre par grand chose. Il prenait certes pas mal de choses très à cœur, mais ne s'était jamais laissé bouffer par quoi que ce soit. Contrairement à Joann apparemment qu'il avait arboré à plusieurs reprise un air assez peiné lorsque certains points avaient été abordés. Le brun ne lui en demanderait pas d'avantage, il n'était pas intrusif et l'escort était suffisamment grande pour savoir ce qu'elle voulait lui dire ou non. Alors il s'était peu à peu détaché de cette ambiance lourde pour revenir à quelque chose de plus léger et terminer sur une note plus positive.

Lorsqu'elle répondit à ses paroles, il avait penché la tête vers elle fronçant les sourcils d'un air faussement outré avant de sourire légèrement. Imbuvable, c'était précisément le mot qui le concernait, mais jamais Davis ne s'en était formalisé, il n'avait pas besoin de ces liens sociaux que la plupart recherchaient tant pour s'accomplir et ne cherchait pas à plaire à qui que ce soit. On le prenait comme tel ou on passait son chemin, c'était aussi simple que cela, alors oui, qu'importait que tout le monde le déteste, Lawrence savait choisir ceux qu'il considérait, notamment la brune juste à côté de lui. À ses nouvelles paroles, il avait secoué la tête en riant légèrement. Vrai qu'ils se ressemblaient beaucoup sur certains points, sans doute était-ce pour cette raison qu'il avait fini par apprécier la jeune femme et lui accorder un intérêt qu'il ne destinait qu'à trop peu de personnes. « Je vais envisager de t’appeler Narcisse tiens » avait-il lancé en lui adressant un petit regard amusé qui avait fait suite au coup d'épaule qu'elle lui avait accordé. Malgré son ton amusé, elle pouvait se douter qu'il était parfaitement sérieux et que ce surnom risquait de ressortir, mais le quarantenaire savait pertinemment qu'elle ne s'en formaliserait pas. Autant dire d'ailleurs que c'était presque un honneur de se faire appeler autrement que par son nom de famille par le virologue, une preuve qu'il estimait un minimum la personne à qui il s'adressait.

Hochant alors la tête à la suite de ses mots, le virologue avait reporté son attention sur les vagues en face. « Et ça nous a pas trop mal réussi jusqu'à présent alors autant continuer d'être des connards » avait-il ajouté en souriant légèrement. Le ciel s'était désormais nettement assombri, faisant de la mer une vaste étendue sombre qui devait sans doute angoisser beaucoup de personnes au vu des temps actuels. Tournant la tête vers la brune, il finit par se lever et lui tendre la main pour l'aider à se lever à son tour. « Allez c'est pas que je m'ennuie mais je commence à avoir faim, j'te raccompagne ? » Pour une fois qu'il pensait à manger plus qu'autre chose, c'était un jour à noter d'une croix sur le calendrier. À croire que discuter aussi sérieusement avait creusé son appétit. Tous deux quittèrent alors la plage jusqu'à se rendre à leurs domiciles respectifs, se séparant après une dernière pique gratuite.

Si Davis se penchait sur le sujet, il pourrait affirmer que jamais il n'aurait cru créer de réels liens alors que le monde était en ruine. Il avait déjà été incapable de le faire lorsque tout allait bien, avant, alors non, il n'avait jamais envisagé une telle éventualité, mais maintenant qu'il avait dans son entourage quelques personnes qui comptaient plus que les autres, il ne pouvait nier qu'il appréciait les moments passés avec les concernés. Lorsqu'il fut de retour chez lui, Amanda, affalée sur le canapé, lui avait simplement annoncé qu'elle lui avait laissé de quoi manger dans le frigo, le suivant finalement jusqu'à la cuisine pour lui demander où il était parti. Trop curieuse, comme à son habitude, mais le cadet des jumeaux n'avait rien à cacher à sa moitié.






-FIN-


xxx
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: What's new pussycat ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
What's new pussycat ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: