Partagez | 
 

 It started with a bike

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Kerwan Day
Island Freedom
avatar
Date d'inscription : 17/01/2016
Messages : 430
Age IRL : 21
MessageSujet: Re: It started with a bike   Ven 8 Sep 2017 - 21:24

It started with a bike × ft. April & Kerwan

Le grand brun n'avait pas tarder à user de son arme pour tuer les rôdeurs qui se présentaient à eux. Les infectés chutaient au sol un à un, accompagné d'un fort son provenant de son fusil à pompe. Il savait qu'il faisait beaucoup de bruit, mais il n'avait pas le choix, car sinon les rôdeurs n'allaient pouvoir s'éliminer tous seuls. La femme, quant à elle, réussi à tuer quelques rôdeurs. Elle semblait avoir du mal, sans doute à cause du poids de la hache que lui avait passé le jeune homme. Puis, une fois que tous les rôdeurs furent à terre et qu'ils couvrirent le béton d'un beau liquide vermillon, dégageant aussi une forte odeur, Kerwan empoigna le cadre du vélo de la femme et commença à partir en direction opposée. Elle ne tarda pas à le rattraper, et se mit à nouveau à piailler. Toujours à râler, ces femmes ! Elle lui rendit sa hache et protesta; ce qui arracha un fort soupir à Kerwan. Il faisait le nécessaire pour l'aider un minimum, et la voila qui râlait ? Mais qu'elle était vraiment gonflante ! Il avait presque envie de balancer le vélo et de lui dire de se démerder. Mais il était bien trop poli pour oser dire cela à une femme.

- Vous allez me dire que vous auriez pu gérer ça toute seul, comme une grande ? J'ai juste fait mon boulot. Contente ou pas, vous êtes toujours en vie. Et ne me remerciez pas.

Jamais contente. Vraiment. Et pourtant il l'a connaissait à peine. Pas étonnant qu'elle soit toute seule si elle passait son temps à râler, à se plaindre, et à vouloir faire la "madame je sais tout (faire) mieux que tout le monde". Et le grand brun en était quelque peu agacé. Il venait de les sortir d'une situation qui aurait très bien pu prendre une toute autre tournante, mais non. Jamais contente.
Au final, elle avait fini par s'excuser. Il était temps ! Elle avait réussi à taper sur le système de Kerwan. Et pour le faire, fallait vraiment y aller fort ! Et il continuait de marcher, ayant pris un rythme plus tranquille, car son aînée avait l'air de peiner quelque peu derrière lui. Enfin, ils se mirent à "l'abri", là ils étaient cachés et suffisamment éloignés des rôdeurs qu'ils purent enfin s'arrêter et souffler. Là, alors qu'il allait redonner le vélo à la femme et lui dire qu'elle pouvait s'en aller -chose qu'elle n'avait cesser de répéter-, elle OSA demander de l'aide à Kerwan, alors qu'elle voulait vite se barrer. Le grand brun, tout d'abord surpris, fit de grands yeux. Et non seulement elle lui demanda de l'aide, mais c'est qu'en plus, elle eut l'AUDACE de demander son prénom ! Bon, Kerwan été vraiment très gentil, voire un peu trop. Elle n'avait pas l'air bien, mais la première impression n'était parfois pas la bonne. Alors une seconde chance s'imposait.

- Très bien, je vous aiderai. Et je m'appelle Kerwan. Mais je suis curieux de connaître les surnoms que vous souhaitiez me donner. Et vous, alors ?

Il attendit qu'elle lui réponde, puis ils se remirent à marcher le long des divers magasin peu éclairés, en espérant tomber sur une boutique de vélos ou boutique de sport. Au loin, Kerwan entendait des rôdeurs de part leurs râles et leurs grognements, mais ils semblaient suffisamment loin pour ne pas s'en préoccuper.

- Qu'est-ce que vous faites ici, et surtout toute seule ?
code by lizzou × gifs by tumblr




 
 


   
••• ••• ••• ••• ••• •••
   • Look. Do you see in front of you ?
There are the Hell's door. Good luck my friend ! •
© Mzlle Alice.

   

Revenir en haut Aller en bas
April E. Hamilton
Island Freedom
Administrateur
avatar
Date d'inscription : 20/06/2016
Messages : 867
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: It started with a bike   Sam 9 Sep 2017 - 2:17

Kerwan. Bien. Il acceptait de l’aider, ce qui était bien la moindre des choses suite à sa démonstration « héroïque » et sa prise d’otage – autrement dit, le fait de l’avoir entraînée de force à sa suite en embarquant son vélo. Après s’être présenté, le trentenaire se disait curieux de connaître les sobriquets qu’elle s’était inventée en quelques minutes mais, pour le bien de cette coopération naissance, la quadragénaire n’en dirait rien. Elle se contenta de le fixer de ses yeux bleus, chassant les surnoms d’un revers blasé de la main, et répondant tout de même.

- April.

La marche repris, plus posée, le long d’une ruelle commerçante avec les râles de rôdeurs en arrière-plan. Une toile de fond à laquelle elle était habituée désormais. Son cœur essayait de reprendre un rythme normal alors que sa respiration, plus profonde suite à la course, gonflait presque douloureusement sa poitrine. Son complice du jour posa une question et encore une fois, il ne sembla pas se rendre compte de sa maladresse. Ça voulait dire quoi « et surtout toute seule » ? Qu’il ne la croyait pas capable de survivre seule ou que les femmes en général ne devraient pas se balader sans chaperon ?

- Je vais à Normandy Park, répondit-il un peu sèchement, et j’ai l’habitude d’être toute seule.

Oui et non. Disons qu’elle avait l’habitude de se débrouiller dans les rues infestées de mordeurs et de penser pour deux, mais l’aventure en solitaire, c’était une première. Imperceptiblement, ses mâchoires se serrèrent à cette pensée, au simple souvenir que chacune des nuits étaient trop froide et trop angoissante sans la présence réconfortante de Rowen. Parfumerie, horlogerie, tailleur, pâtissier, Apple store, toutes les enseignes et boutiques d’artisans défilaient, sauf ce qu’ils cherchaient.

Arrivés à un croisement, une charogne particulièrement laide dont un œil pendait hors de l’orbite se tourna vers le duo. Tiens, il voulait voir comment elle se sortait d’affaire « comme une grande » ? April devança Kerwan d’un pas décidé, couteau en main, jusqu’à ce que le cadavre tente de l’attraper en tendant une main. Là, elle écarta son bras et allongea le sien pour enfoncer sa lame droit dans la cavité oculaire vide. Bruit spongieux et le corps s’effondrait ; une autre dépouille anonyme sur les trottoirs désertés.

- Et vous, qu’est-ce que vous faites dans le coin ? Retourna-t-elle en rangeant son arme comme si de rien était, je veux dire : hormis chercher de la nourriture et des fringues ; et… « surtout tout seul » ?

Bah oui quoi. Homme ou femme, survivre sans personne, c’était un choix délicat. Certes, les rations à trouver étaient moindre, mais on ne pouvait s’en remettre qu’à soi-même. Assurer ses propres arrières, ne dormir que d’un œil, être un contre le monde. La quarantenaire reconnaîtrait volontiers que si ça avait été son cas, après la perte de sa famille, elle n’aurait pas tenu. Pas aussi longtemps.


Make me believe again
Never win and never lose, there's nothing much to choose between the right and wrong ♪ Nothing lost and nothing gained, still things aren't quite the same between you and me ♪ I keep a close watch on this heart of mine.
Revenir en haut Aller en bas
Kerwan Day
Island Freedom
avatar
Date d'inscription : 17/01/2016
Messages : 430
Age IRL : 21
MessageSujet: Re: It started with a bike   Sam 9 Sep 2017 - 19:46

It started with a bike × ft. April & Kerwan

- Enchanté.

Il avait emporté le vélo avec lui, tout simplement pour faciliter le déplacement de la jeune femme. Certes, elle pouvait le faire, mais le peu qu'il l'avait vu marcher, ça ne semblait vraiment pas la grande forme. Ainsi, c'était surtout un minimum de compassion qu'il avait envers elle, car devoir se déplacer en boitant quand des rôdeurs venaient faire un petit coucou, c'était pas le top du top. Et maintenant les deux jeunes gens marchaient plus tranquillement, et le grand brun avait décidé d'essayer d'entamer la conversation. Bon, c'était sans doute maladroit, mais parler avec la gente féminine de façon très correcte et galante n'était plus trop son fort,surtout depuis qu'une d'entre elles l'avait vu dans un état de chiasse carabinée.

- Connais pas. C'est loin ?

Il ne préférait pas vraiment répondre à sa seconde partie de phrase, se contentant d'un simple silence. Et, tout en marchant à une allure plus tranquille, un infecté particulièrement hideux s'était pointé assez loin, mais suffisamment prêt pour en apercevoir certains détails répugnants, dont ce satané orbite qui pendouillait gentiment dans les airs, accroché à ses nerfs, gesticulant de droite à gauche à chaque mouvement que faisait son porteur. Et, alors que Kerwan allait s'arrêter pour prendre son fusil à pompe et lui tirer dessus, la femme le devança. Son simple couteau en main, celle-ci fit une petite démonstration qui plut au grand brun, petit sourire au coin des lèvres. Il était tout seul aussi, c'était un peu de la triche.
Ils avaient repris leur marche comme si de rien n'était, contournant le rôdeur complètement étalé au sol, une petite marre de sang le recouvrant tout autour du haut du corps, déféquant aussi une odeur point des plus agréables. L'ancien agent immobilier regardait avec attention toutes les boutiques qui se présentaient à eux, mais aucune d'entre elle semblait correspondre à leur attente. Ainsi, toujours dans leur recherche, son aînée prit à nouveau la parole, et Kerwan haussa à nouveau les épaules.

- On va dire que j'erre dans le coin. Je cherche un peu tout ce qui pourrait m'être utile pour cet hiver. Quand au fait d'être tout seul... Ca date. Depuis mon arrivée ici, il y a... Pas mal de temps maintenant. Plus aucune famille, ni proche. Donc forcément, j'avais pas le choix.

Le grand brun, tout en tournant la tête à un croisement, aperçu au loin dans cette rue perpendiculaire, ce qui semblait être une icône d'un vélo sur un panneau, accroché en hauteur. Alors, il pointa du doigt, tout sourire.

- Je crois que nous avons trouvé ce que vous cherchiez.
code by lizzou × gifs by tumblr




 
 


   
••• ••• ••• ••• ••• •••
   • Look. Do you see in front of you ?
There are the Hell's door. Good luck my friend ! •
© Mzlle Alice.

   

Revenir en haut Aller en bas
April E. Hamilton
Island Freedom
Administrateur
avatar
Date d'inscription : 20/06/2016
Messages : 867
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: It started with a bike   Sam 9 Sep 2017 - 21:20

L’hiver. C’était vrai qu’il allait approcher à grand pas. L’année précédente, elle avait eu la chance de rencontrer Rosaleen et Alex suffisamment tôt au cours de l’automne pour ne pas avoir à endurer les températures négatives dans les rues. Le froid avait certes été un souci au lycée, autant que la neige, la grêle et le gèle, mais là… si elle restait seule, ce serait effectivement une catastrophe. Kerwan lui apparut soudainement comme un homme un brin avisé tout de même et lorsqu’il évoqua l’absence de proches et de famille… quelque chose changea en elle.

Impossible à sa formulation de comprendre s’il voulait dire qu’il avait perdu les siens avant le début de l’épidémie ou après, mais l’imaginer comme un solitaire errant depuis deux ans lui fit de la peine. Pas étonnant qu’il soit un peu rustre finalement… tout le monde avait besoin de quelqu’un pour tenir le coup dans des moments pareils, ne serait-ce que pour le contact humain. April pouvait s’accommoder de quelques semaines seule mais vingt-quatre mois… c’était long. Interminable.

- Hum…, avait-elle fait, pensive, avait d’être rappelée au présent par l’enseigne d’un Ciclery, oh oui, parfait.

Instinctivement, elle était plus douce. Elle n’était pas moins sur ses gardes mais n’arrivait plus alors à se montrer agressive envers un homme qui devait certainement avoir beaucoup souffert. A la dérobée, elle lui jetait alors des regards, cherchant à lire sur ses traits d’autres indices sur son parcours. Des cicatrices ? Une ombre de tristesse sur les traits ? Une expression qui le trahissait ? Elle s’éclaircit la gorge, l’impression de rompre un silence gênant en reprenant :

- Et… après avoir fait vos réserves pour l’hiver, vous comptiez aller où ?

Que pouvaient bien être les plans d’un solitaire qui n’avait aucune famille à retrouver ? Il y avait bien les fous – ou les utopiques – comme elle et Noam qui partaient à la recherche de leurs proches sans le moindre indice palpable. C’était sans doute une désillusion latente mais au moins, ils avaient un fil rouge, une trajectoire pour canaliser leurs esprits et étouffer leurs doutes viscéraux.

La boutique de vélos en question n’était pas en très bon état. Bien évidemment, beaucoup de survivants devaient avoir eu la même idée. Les vitrines étaient explosées, la majorité des stands étaient vides, signe que les vélos avaient été pratiquement tous dérobés. Il restait essentiellement des modèles enfants, bien trop petits pour celui que traînait Kerwan. April soupira de frustration, prenant toutefois les devants pour entrer à l’intérieur. Il y avait peut-être une réserve ou des rayons avec des pièces détachées. Avant de trop s’avancer, elle frappa sur le cadrant de la porte brisée avec le bout du manche de son couteau. Le but était de forcer les éventuels rôdeurs planqués à l’intérieur à se révéler, sans avoir à aller les chercher.

- Si jamais il n’y en a que quelques-uns, ne tirez pas, demanda-t-elle, on les gérera discrètement.

Parce que le fusil à pompe, c’était efficace, c’était impressionnant, mais ça faisait un boucan infernal. Et puis, les munitions n’étaient pas infinies et elles étaient certainement plus rares pour ce type d’arme que pour les 9mm. Alors qu’il économise : sa hache, elle, ne serait jamais déchargée.


Make me believe again
Never win and never lose, there's nothing much to choose between the right and wrong ♪ Nothing lost and nothing gained, still things aren't quite the same between you and me ♪ I keep a close watch on this heart of mine.
Revenir en haut Aller en bas
Kerwan Day
Island Freedom
avatar
Date d'inscription : 17/01/2016
Messages : 430
Age IRL : 21
MessageSujet: Re: It started with a bike   Dim 15 Oct 2017 - 19:05

It started with a bike × ft. April & Kerwan

Il marchait d'un pas assez vif aux côtés d'April, tenant son vélo par le cadre. Elle n'avait pas répondu à la question du grand brun; sans doute ne désirait pas répondre, ou tout simplement qu'elle n'avait pas entendu. Qu'importe. Pour le moment, il faisait comme elle l'avait demandé; c'est-à-dire l'aider à réparer son vélo, et ensuite chacun repartirait de son côté. Il faisait encore jour, et Kerwan voir ces couleurs si chaleureuses et bienveillantes, avant qu'elles ne disparaissent pour laisser place à la nuit noire et dangereuse.
Et, alors que le grand brun regardait partout autour de lui pour trouver une éventuelle boutique de vélos, ils finirent par prendre un chemin perpendiculaire à la route principale; une célèbre boutique de vélos se postant au bout de cette autre rue. Il gardait cette même allure, voire avait légèrement décéléré. En effet, il ne semblait pas y avoir de rôdeurs traînant dans le coin, alors ils pouvaient se permettre de marcher plus tranquillement. Non pas qu'ils avaient tout leur temps, mais ils pouvaient ralentir leur "rythme de vie", pour une fois.

- Oh, euh... En fait, j'en sais trop rien. Je compte juste retourner dans Seattle pour pouvoir m'abriter et surtout trouver des ressources plus facilement. J'ai fait ça, l'année dernière; et dès mars, je suis venu me "balader" dans la campagne. C'était plutôt sympa, mais un peu trop silencieux.

Il haussa les épaules, faisant une légèrement moue, complètement lassé. Depuis un moment il avait atteint un stade de lassitude. Mais que pouvait-il y faire ? Rien. Cette femme aussi, allait rejoindre certainement son petit groupe, et lui s'en irait du sien. Mais pour aller où ? Concrètement, nul part. Il ne lui retourna pas la question, car il pensa qu'elle se rendrait à Normandy Park retrouver les siens. Au fond, elle avait de la chance, ou du moins elle semblait un poil mieux entourée que lui.

Ils finirent par atteindre la boutique de vélos. La devanture était très propre et, visiblement, très peu de vélos restaient. En effet, c'était plus pratique et plus silencieux de se déplacer à vélo plutôt qu'en voiture. En plus, il fallait réussi à en voler une, de voiture; chose qui n'était pas si évidente que ça. Les vitres étaient complètement brisées, des éclats de verre jonchant le sol; se mêlant au verre des magasins voisins. La lumière éclairait l'intérieur du magasin, et Kerwan y pouvait parfaitement distinguer les différentes devantures, porte-vélos et autres étagères. Des mannequins étaient à moitié suspendus.
Puis, alors qu'il s'apprêtait à entrer à l'intérieur, la femme l'arrêta, pour lui prévenir de ne pas utiliser son arme à feu. Alors, il la regarda s'exécuter et compris ce qu'elle souhaitait faire. C'est avec un fin sourire joueur qu'il se décala et se mis sur le côté du mur, sa hache fermement tenue dans le creux de ses doigts. Elle aussi, connaissait LA technique. Elle frappa donc au cadrant, et un bruit suffisamment audible se fit entendre. Suffisamment, dans le sens que les éventuels infectés présents dans la boutique pourraient l'entendre.

Plus un son, plus rien. Et, alors que Kerwan s'apprêtait à entrer, il sursauta violemment et se recula en voyant qu'un rôdeur qui rampait au sol se dirigeait sur eux. Sa mâchoire était complètement déglinguée, d'où le fait qu'il était plutôt silencieux. Il fallait mieux abréger ses souffrances, au pauvre petit. Alors, il se décala suffisamment et attendit qu'il sorte pour ensuite venir, de son pied, écraser joyeusement la tête de l'infecté. Un énorme craquement se fit entendre, et du sang jaillit des restes de la tête.
Une fois mort, Kerwan se décala et s'inclina légèrement, pointant avec sa hache l'entrée maintenant déserte du magasin.

- Si madame veut bien se donner la peine.
code by lizzou × gifs by tumblr




 
 


   
••• ••• ••• ••• ••• •••
   • Look. Do you see in front of you ?
There are the Hell's door. Good luck my friend ! •
© Mzlle Alice.

   

Revenir en haut Aller en bas
April E. Hamilton
Island Freedom
Administrateur
avatar
Date d'inscription : 20/06/2016
Messages : 867
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: It started with a bike   Dim 15 Oct 2017 - 23:24

April était persuadée qu’il y avait tout un spectre de possible entre « ne pas tirer » et « faire preuve de barbarie » mais visiblement, son compagnon ne le connaissait pas. Avec une absence totale de subtilité, de délicatesse ou même simplement de respect, il broya joyeusement le crâne du cadavre qui avait misérablement rampé jusqu’à eux. Soit, il devenait difficile, avec le temps et l’habitude, de se rappeler que ces chimères étaient humaines à la base. Pourtant, jamais la quarantenaire n’en viendrait à ce genre de comportement : elle n’oubliait pas que son fils cadet et son mari s’étaient transformés ; elle n’aurait pas supporté l’idée qu’un inconnu leur piétine le visage avec aussi peu de considération. Et puisque le sketch n’était pas fini, Kerwan parodia une révérence pour l’inciter à entrer la première.

- Je rêve…, marmonna-t-elle en levant les yeux au ciel.

Elle avait néanmoins enjambé la dépouille, faute de mieux, pour s’introduire dans la boutique dévastée. Ses pas froissèrent un paquet de cigarettes vide, émietta quelques morceaux de verre. Le cadavre avait laissé une traînée dans les débris, semant dans son sillage quelques lambeaux de chair putréfiée. Dans les premières secondes, April fit l’effort de se contenir, de ne pas faire la morale à son acolyte. Après tout, ce n’était pas de sa faute s’il n’avait pas de manière ! Elle avait beau compatir à son sort de solitaire endurci, ça n’excusait pas tout. Toutefois, quand elle eut repéré l’accès à la réserve – au fond du magasin – elle ne put s’empêcher une pique, lâchée avec une légèreté glaciale :

- Machiste et grossier. Si on m’avait prévenue que ce genre de cliché survivrait à la fin du monde, je ne l’aurais pas cru.

Il faisait sombre dans l’arrière-boutique. Elle dut ranger son couteau pour sortir de son sac la lampe à dynamo trouvée à Madison park avec Noam et faire tourner la manivelle – avec son bras valide – jusqu’à ce que le faisceau s’allume. Bingo. Sur les étagères, il y avait encore des pièces détachées et notamment des roues, de toutes les formes et de tous les modèles. Il allait falloir trouver la bonne, mais une partie du travail était déjà fait ! Bientôt, elle pourrait repartir de son côté et s’éloigner de ce spécimen rare de l’espèce humaine. D’ailleurs, pour être sûr qu’il comprenne son attaque, elle précisa :

- Le rôdeur, dans l’entrée. Pourquoi ne pas avoir utilisé la hache ? Ils sont dangereux, mais ça reste les cadavres de « personnes » comme vous et moi, tout en parlant, elle inspectait les rangées compactes de roues, sa voix un peu adoucie, je ne dis d’en faire une cérémonie, mais les écraser avec votre pied, c’est…, dégoûtant, écœurant, irrespectueux, cruel, sadique.

Oh et puis, quelle importance ? Ce n’était pas maintenant qu’elle allait lui apprendre à retravailler ses manières, c’était certainement comme de parler dans le vide. Autant se concentrer sur ce qu’elle était venue faire. April crut avoir décelé la bonne taille mais la lampe s’éteignit brusquement, plongeant les deux survivants dans l’obscurité. Agacée, elle refit tourner la manivelle, deux fois plus longtemps, pour dissiper les ténèbres moites qui les enveloppaient.


Make me believe again
Never win and never lose, there's nothing much to choose between the right and wrong ♪ Nothing lost and nothing gained, still things aren't quite the same between you and me ♪ I keep a close watch on this heart of mine.
Revenir en haut Aller en bas
Kerwan Day
Island Freedom
avatar
Date d'inscription : 17/01/2016
Messages : 430
Age IRL : 21
MessageSujet: Re: It started with a bike   Mer 18 Oct 2017 - 22:44

It started with a bike × ft. April & Kerwan

Alors que Kerwan s'était gentiment occupé de faire le sale boulot, madame lâchait encore des petits propos agaçants; ce genre de propos qui étaient simple, mais forts dénués de sens. Alors, Kerwan ne se priva pas pour lâcher un fort soupir pour montrer qu'il n'avait pas forcément besoin d'entendre ce genres de choses; qu'elle garde ses pensées pour elle; la "vieille". Alors, après avoir gentiment et poliment proposé à April de rentrer à l'intérieur pour qu'elle puisse y trouver son bonheur, Kerwan pénétra après elle, mais resta près de la porte, afin de surveiller s'il y avait l'éventuelle présence d'un rôdeur qui décidait de venir venger son petit copain, ou encore pour venir à la recherche d'un repas.
Il restait près de l'entrée, les bras croisés, posé contre le mur. La lumière du soleil éclairait l'intérieur du magasin, ou du moins la partie face à l'extérieur. Le jeune homme restait silencieux, attentif et concentré au vu d'éventuels bruits suspects. Il entendait au loin April qui cherchait dans son coin, avant de s'adresser à l'ancien agent immobilier. Il éclata de rire, et il décida alors de venir la rejoindre, marchant plus ou moins en douceur. Et, une fois derrière elle, il répondit.

- Merci du compliment.

Il ne bougeait pas, ne serait-ce qu'un petit doigt pour l'aider. Après tout, il avait fait plus ou moins sa part du boulot vu qu'il avait porté son vélo. Il lui laissait chercher ses affaires comme une grande fille. Après tout, elle n'avait pas besoin de l'aide d'un "machiste" comme lui. Néanmoins, ses autres paroles, le visage du grand brun se durcit davantage. Il serra un peu plus sa hache entre ses doigts, avant de parler d'un air froid.

- Quand vous apprenez à vivre seul et ce, pendant un très long moment, on finit par ne plus avoir de pitié. Pour moi, un rôdeur est juste un monstre. Il fait parti de ces infectés qui a tué mes parents. Peu importe de la manière dont je les tue, je veux juste venger tous ceux qui ont mis fin à la vie de mon père, et... de ma mère.

Il soupira alors, et se tourna pour se mettre dos à elle, face au couloir principal du petit magasin. Ses bras se mirent à tomber, d'un air las. C'est alors qu'il repris.

- Lorsque tout ça à commencé, je suis parti chercher ma mère pour la protéger et l'amener loin de là, mais c'était déjà trop tard. Quand je suis arrivé chez elle, elle était déjà morte, par terre, à moitié dévorée par ces... Ces choses. Elle avait un bras, ou une jambe, un peu plus loin dans cette cuisine qui était baignée dans le sang.

Sa gorge était nouée. Il respira doucement, fermant les yeux quelques instants. Il avait encore la scène presque par cœur en tête. C'était... Très dur. Mais au final, il repris, à nouveau.

- Après avoir vu ce genre de scène, tu ne peux plus penser normalement, tu ne peux plus imaginer ces choses comme d'anciens êtres humains. Tu n'as plus cœur pour rien, pour personne. Si tu commences à avoir ne serait-ce qu'une once de cœur et de pitié, tu ne survivras pas, pas en ces temps. Quand la solitude te bouffe par les os, de savoir que ça fait deux ans que tu essaies de survivre dans la merde, la faim, la soif, que tu croises certains types avec qui tu vas pouvoir t'entraînder mais d'autres qui voudront te buter, ça te forge et ça t'endurcit. Mais au final, tu rentres toujours dans ta bagnole ou dans ta planque, et t'es toujours seul(e). Lorsque tu finiras par crever, on retrouveras juste ton corps pourri et en pleine décomposition ou tes affaires, et le/la chanceuse repartira avec, sans se poser des questions sur la personne morte; sans pitié. Parce que c'est la loi de la nature, la loi de la sélection, la loi du plus fort.

Il ne répondit plus rien suite à cela, et s'écarta d'elle pour retourner vers l'entrée. Il scrutait l'extérieur, le ciel encore bleu; si beau. Il l'avait tutoyé, car il voulait lui faire passer le message. Il n'était pas le connard macho et sans âme qu'il paraissait, mais juste un type qui voyait son moral baisser de jour en jour, un type bien trop seul.

- Lorsque vous aurez trouvé tout ce que vous cherchez, faites-moi signe.
code by lizzou × gifs by tumblr




 
 


   
••• ••• ••• ••• ••• •••
   • Look. Do you see in front of you ?
There are the Hell's door. Good luck my friend ! •
© Mzlle Alice.

   

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: It started with a bike   

Revenir en haut Aller en bas
 
It started with a bike
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» It started out with a kiss, how did it end up like this ? It was only a kiss... [Duc(hesse) :} ]
» Chaos Bike
» Tarkand's Crimson Fists, Orks & Reikland Reavers
» Let's get the party started > ouvert à tous
» Let's get the party started

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: