The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Only the strong will survive -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aodhan Kaines
American Dream
Jésus
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un vieux baretta appartenant à Neil
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/02/2017
Messages : 242
Age IRL : 20
MessageSujet: Re: Only the strong will survive   Dim 18 Mar 2018 - 4:13
Faisant rouler le piolet autour de ses doigts, il réfléchissait à cette balade. C'était peut-être l'occasion de repérer des points mais aussi des faiblesses dans cette armure intouchable qu'était celle du chef de faction. Respirant doucement l'air frais, il ne pensait pas un jour sortir uniquement avec lui et ce simple fait le réjouissait légèrement. Peut-être que le chef de faction lui faisait enfin, un minimum, confiance. D'autant plus que cela signifiait peut-être qu'il serait un peu plus ancré dans le petit groupe bien qu'ancré ne voulait pas dire pleuré. Il eut une pensée pour cette inconnue du nom d'Ariel, si peu pleuré par les siens, éclipsé par la mort terriblement déchirante du bon Stewart. Pourtant Ariel était bien un membre, un membre bien ancré lui aussi comme quoi l'intérêt d'un décès dépendait de son importance sentimentale auprès des gens du groupe.. et l'importance sentimentale Aodhan il n'en avait pas. Sauf peut-être pour celui qui semblait être son seul et meilleur ami ici, Kyle. Il eut une rapide réflexion sur sa réaction si celui-ci devait mourir. C'était étrange comme idée, étrange mais pas impossible, malheureusement. Il ne se voyait pas perdre un autre ami dans ce monde, il ne se voyait de toute façon à la base même pas vivre dans celui-ci. Intérieurement, il haussa les épaules, si Kyle devait mourir alors il mourrait mais Aodhan en était sûr qu'il y laisserait des plumes. Jamais, il ne permettrait à un autre de ses amis de mourir avant lui.

Il hocha doucement la tête en se souvenant de la réponse de Zack, il avait raison. Ils trouveraient une solution au problème du grand nombre de points d'accès et au manque de hauteur. Si le groupe avait une qualité c'était bien la débrouillardise, une débrouillardise unique en son genre. Aodhan ne s'inquiétait clairement pas de cela et puis de toute façon il avait déjà prévu certaines choses pour l'étage du bas. Il n'attendait que la validation de Neil puis il installerait probablement quelque chose pour servir de loquet aux portes. Ce qui c'était produit au phare devait rester au phare, ils avaient déjà bien eu de la chance de survivre là-bas alors il valait mieux ne pas tenter le diable.

Écoutant avec attention le grand blond, il le laissa raconter son enfance. C'était banal, il n'aimait pas sa jeunesse ici, le professeur n'aimait pas non plus ses premières années en Louisiane. Il ignorait bien ce qu'avait pu lui faire ses grands-parents mais tout ce qu'il savait c'est qu'il comprenait, du moins il pensait comprendre. Lui, il avait fuit ses parents, des parents imbéciles et qu'il n'aimait clairement pas. Zack, lui, avait fuit avec ses parents apparemment. Comme quoi les histoires finissent toujours par se ressembler un minimum. En y repensant l'ancien professeur eut un léger un sourire au creux des lèvres. Dire qu'avant il trouvait que fuir c'était une honte et que maintenant c'était normal de fuir, on fuyait tous quelque chose à commencer par les rôdeurs en premier lieu et quelqu'un en second lieu. C'était devenu tellement banal que fuir pour un rien ne le choquait même plus.

Voyant le rôdeur approché en face pendant que le gérant finissait ses paroles, il voulut lui faire signe mais ce dernier avait déjà fondu sur la cible pour lui faire gentiment comprendre qu'il fallait mourir.. définitivement du moins. Rejoignant en accélérant le pas le grand blond, il eut un retour de l'odeur putride du mort aux pieds de Zack. Il détestait définitivement l'odeur de ses choses par-là. Jetant un coup d'œil à Zack, il mit la bandoulière de son piochet autour de son poignet et mit ses mains dans les poches de son gilet de cuir. "C'est jamais facile de revenir à des endroits qu'on a quitté parce qu'on ne les supportais plus pour x ou y raison." Il haussa les épaules. "Regarde moi, je préfèrerais mourir que de retourner en Louisiane." Il était clairement sérieux pour le coup, c'était impensable pour lui que de retourner en Louisiane. "Néanmoins, si je peux faire quelque chose pour toi." Il eut un moment d'hésitation. "Je te promet d'être derrière toi, au sens figuré du terme, pour m'assurer qu'il n'y ait plus jamais aucun moment.. fatale pour personne." Ce n'était pas des mots à la légère, il le pensait vraiment, il le voulait vraiment d'ailleurs. Il jeta un coup d'œil vers la route libre devant eux. "Qui aurait cru que celui qui n'avait plus rien à perdre finirait par gagner quelque chose hein ?" Il eut un nouveau sourire pour marquer cette phrase, quelle stupidité de sa part.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  http://www.walkingdead-rpg.com 
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3546
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Only the strong will survive   Mer 4 Avr 2018 - 1:20

Le putride réduit à cet état définitif de pantin sans vie, le trentenaire avait rapidement essuyé son arme sur les vêtements du cadavre avant de se relever, prêt à reprendre son avancée aux côtés du prof. À bien y penser, cette sortie était plus qu'étrange. Jamais encore il n'avait réellement pris la peine de sortir ainsi avec lui, ni ici, ni au phare. Ils cohabitaient, échangeaient quelques mots par moment et le blond avait fini par le considérer digne de confiance, principalement depuis qu'il avait sauvé la peau des leurs en se chargeant de les tirer loin de la station dans le fourgon, à ce moment précis où l'ancien homme d'affaires n'était plus qu'un corps sans vie, vide et déchiré, arraché à celui qui comptait le plus et forcé de s'éloigner de lui un peu plus à chaque seconde. Alors oui, l'aîné devait beaucoup au brun, parce-que s'il n'avait pas assuré quand lui avait flanché, aucun d'eux ne serait là, et sans doute était-ce pour cette raison qu'il faisait cette première sortie avec lui, ayant pris sur lui et mis sa foutue fierté de côté pour lui montrer sa reconnaissance. Sa parole valait ce qu'elle valait, et Aodhan pouvait bien n'en n'avoir rien à faire, mais au moins il avait dit ce qu'il avait à dire.

Tiré de ses pensées par la voix du brun, Zack avait coulé vers lui un bref regard éteint avant de hocher la tête d'un air approbateur. Outre le fait d'avoir rechigné pendant un certain temps à revenir dans la ville de son enfance, le blond se sentait totalement incapable de retourner à Seattle un jour. Certes, tout était encore trop frais pour l'instant, la douleur trop présente, les souvenirs trop déchirants, mais tout ce vide en lui lui paraissait tellement insurmontable qu'il avait la profonde certitude que même après des années il en serait toujours incapable. Comment pourrait-il seulement retourner au phare, là où il avait tout perdu ? Ou il s'était perdu lui-même ? Et comment pourrait-il retourner au Madison Park, dans son appartement qui renfermait tous les souvenirs d'une vie qui n'était plus depuis longtemps ? Une vie où jamais il n'aurait imaginé perdre celui qui comptait le plus. Non, c'était même plus que ''jamais facile'', c'était tout simplement impensable. Tout comme cela semblait être le cas pour le brun en ce qui concernait la Louisiane. Pour quelle raison ? Zack n'en savait rien et ne prendrait pas le risque de demander. D'un parce-que l'autre ne voudrait sans doute pas lui répondre, révélation trop personnelle ou quelque chose dans ce goût là, et de deux parce-qu'il n'aurait aucune légitimité à demander. Après tout, Aodhan ne s'était jamais montré très curieux envers lui, il n'allait pas l'être à son égard.

« Je comprends » avait-il simplement répondu à ce sujet. Si le prof voulait en dire d'avantage libre à lui de le faire, et le blond écouterait. De toute façon, il était prêt à écouter tout et n'importe quoi tant que ça lui permettait de s'occuper l'esprit et ne pas penser à cette propre souffrance qui le rongeait. Quoi que non, pas ''tout et n'importe quoi'', il avait ses limites tout de même, mais tant qu'il n'était pas amené à directement parler de ce qui était arrivé et de ce qu'il ressentait, il n'avait pas de raison de se montrer désagréable. Aux nouveaux mots de son cadet concernant le fait de faire quelque chose pour lui, Zack avait brièvement hoché la tête, relativement machinalement. Il ne pourrait rien faire pour lui directement, personne ne le pouvait. À la suite de ses propos cependant, l'aîné compris que l'autre parlait au sens large ; pour lui, pour le groupe, pour leur sécurité. S'il aurait pu relever ou même sourire à son ''sens figuré'', il n'en n'était rien, n'ayant pas le cœur à cela. Dans un autre temps il aurait répondu d'un air mi-amusé mi-sérieux qu'il ne le laisserait de toute façon pas venir derrière lui au sens propre, mais les choses n'étaient plus ce qu'elles étaient auparavant, et le sens de l'humour déjà relativement maigre du blond avait été bouffé en même temps que celui qu'il était.

Il lui avait alors adressé un regard reconnaissant, presque étonné par ses mots. « Je m'en souviendrai ». Autant dire qu'il ne s'était pas attendu à trouver en lui un soutien, au contraire, au vu de leur lien, il aurait plutôt imaginé le brun se foutre royalement de le voir aussi bas, mais si c'était le cas au fond de lui il n'en montrait rien. La suite de ses mots suivis de son sourire lui serra le cœur une nouvelle fois. Lui non plus n'avait plus rien à perdre, avant. Avant de le retrouver lui, de la retrouver elle, et au final en perdant l'ex-barman il s'était perdu lui-même par la même occasion. Inspirant profondément pour chasser ces pensées et les enfermer dans un coin de son esprit, l'ancien homme d'affaires tâcha de se concentrer uniquement sur son accompagnant. « On a tous gagné quelque chose en évoluant ensemble » avait-il lancé d'une voix plus ou moins détachée, bien trop pour être synonyme de je-m'en-foutisme, tout pour masquer le fait que ce vide en lui le rongeait littéralement. Même lui avait gagné quelque chose au final, outre Stew et Morgan, il avait gagné une nouvelle famille, bancale et qui ne comblerait pas de si tôt le vide creusé en lui mais il ne pouvait nier que tout serait plus compliqué s'il les avait perdu tous. « Mais je suis conscient que ça n'a pas été... simple, pour toi. Et pourtant tu les as tirés de ce cauchemar » avait-il ajouté en lui adressant un nouveau regard significatif, parlant évidemment de ce qu'avait fait le prof au moment de leur fuite forcée du phare. Il lui devait beaucoup, mais le besoin se faisait à nouveau ressentir d'occuper son esprit à autre chose. Zack bifurqua donc dans l'allée d'une maison. « On a besoin de trouver des vivres » lui avait-il dit en poussant la porte d'entrée que les propriétaires du lieu n'avaient apparemment pas pris la peine de fermer à clé. Des vivres et des cigarettes, sinon il risquait fort d'être encore plus fébrile qu'il ne l'était.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Aodhan Kaines
American Dream
Jésus
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un vieux baretta appartenant à Neil
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/02/2017
Messages : 242
Age IRL : 20
MessageSujet: Re: Only the strong will survive   Sam 7 Avr 2018 - 5:39
Il savait que cette discussion ne serait jamais simple, c'était l'évidence même. Zack ne respirait pas la joie naturellement et il se remettait doucement de la perte d'une personne importante. Aodhan savait parfaitement que ça pouvait être long, très long, trop long même parfois. Lui aussi, il en avait souffert, il en souffrait même parfois encore lorsqu'il se réveillait seul au beau milieu des nuits. Il y avait la première souffrance celle de se réveiller seul, sans personne à cajoler ou à embrasser. La seconde souffrance, celle de se rappeler qu'elle n'était plus là et qu'elle ne le serait plus jamais. La troisième et la pire, celle de réaliser, de réaliser qu'on a perdu l'être cher, de réaliser que la vie est allée plonger ses mains au plus profond de votre cœur pour aller arracher cette artère battante encore rouge de votre sang, rouge de votre amour, et de l'emmener définitivement laissant orphelin de la plus importante de ses artères votre cœur. Il était désolé pour Zack, il le serait probablement un long moment mais il n'y pouvait rien. Il ne pouvait que de nouveau renouveler sa promesse qu'il n'arriverait rien à personne s'il était là. Il ne pouvait qu'essayer de le pousser vers l'avant.

Il esquissa un doux sourire aux paroles de son chef, il n'avait rien tiré du tout de lui-même. L'on lui avait enlevé ses amis proches et il s'était contenté de se laisser porter par l'envie de périr jusqu'à ce qu'il se trouve un nouveau but : Kyle. Sans cela probablement qu'il n'aurait rien fait, qu'il aurait laissé cette camionnette à cette place et probablement qu'il serait tous morts mais la vie lui avait encore jouée un de ses sales tours. Jetant un coup d'œil à son ainé, il eut l'hésitation de lui tapoter ne serais-ce que le bras mais le manque de contacts entre les deux lui fit finalement oublier cette idée.

Lorsqu'enfin Zack prononça de nouveaux mots, cela fut pour une maison. Il avait tourné d'un seul coup dans une allée surprenant Aodhan qui s'attendait à continuer la route et qui dût piler dans sa marche pour suivre son chef. La maison était assez simple pour le coup, classiquement américaine, les habitants de celle-ci devait être de la classe moyenne. Les volets étaient pour la plupart détacher et devait battre souvent au vent lorsque celui-ci se levait. Un simple bardage d'un bleu grisé très clair contrastait avec le blanc des volets et rendait la maison aussi banale qu'originale. La porte d'entrée, elle aussi blanche, était ouverte. C'était logique dans une apocalypse zombie c'était assez rare d'avoir la politesse de fermer la porte de sa maison aussi pointilleux soit-on. Il jeta un coup d'œil par les fenêtres mais rien n'était visible par celles-ci, la pluie avait salie fortement les carreaux avec le temps et ceux-ci semblaient protéger par une couche affreuse de saletés. "Je prends l'étage, je te laisse le bas." glissant ses mots calmement juste assez bas pour que rien ne les entende dans la maison.

S'engageant en premier dans la maison, il rencontra en premier dans le hall, un escalier en bois simple qui montait vers le premier étage. Sachant Zack juste derrière lui, il ne fit pas plus attention et s'engagea directement à l'étage. Là-haut, l'une des portes était grande ouverte, c'était la salle de bain commune probablement. Il jeta un rapide coup d'œil sans y rentrer pour le moment avant d'aller voir les portes fermées. Tournant la poignée de la première, celle-ci s'ouvrit sans qu'il n'ait besoin à forcer semblait vide. C'était une chambre classique dont le papier peint était d'un marron banal et où devait probablement dormir les parents puisque le lit lui-même était une simple structure en bambou surmonté d'un matelas. Le genre de lit qui grinçait très rapidement en somme. Faisant quelques pas, il vit qu'il n'y avait rien en dehors de quelques boucles d'oreilles dont une très amusante avec les initiales d'American Dream qu'il s'empressa de prendre et puis plus rien, aucun intérêt à première vue.

Filant à l'autre porte, il ouvrit la poignée avec plus de difficulté pour se trouver nez à nez avec un charmant rôdeur qui vivant avait dû avoir une quinzaine d'année, à peine et qui se retrouvait en pyjama à essayer de lui bouffer le visage. Esquissant un sourire, il planta le pieu dans l'épaule de la demoiselle pour la faire sortir de la chambre lorsqu'une douce idée lui vint en tête, histoire de rigoler un peu. Esquivant quelques tentatives de bisous de la part de la créature il la traina jusqu'au devant des escaliers avant d'interpeller son chef. "Hé Zack, je crois que j'ai trouvé le strip-teaseur pour l'anniversaire de Kyle." Retirant le pied, il repoussa la créature pour lui planter son arme dans le crâne avant de la repousser en bas des escaliers. Laissant filer un léger rire en entendant un petit crac lorsque la tête de la chose heurta enfin la dernière marche, le professeur eut une petite réflexion intérieur qui lui sortis à haute voix. "J'aurais dû faire ça avec plus d'élèves tiens, ils braillent moins après ça." Observant en bas, il attendit un nouveau signe de son chef alors que l'étage semblait vide de toute présence désormais.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  http://www.walkingdead-rpg.com 
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3546
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Only the strong will survive   Mer 23 Mai 2018 - 0:56

Suivant le prof dans la maison, Zack avait toujours cette expression relativement fermée, arborant un regard sans éclat de vie où se mêlaient colère, peine et impuissance. Et c'était bien là ce qu'il ressentait, tous ces sentiments qui le tiraient vers le fond, ne laissant de lui qu'une coquille vide qui se mouvait tout de même encore. Un peu comme les putrides qu'il abattait sans scrupule, le trentenaire se sentait mort à l'intérieur, et c'était précisément l'image que lui renvoyaient le reflet de ses prunelles claires dans la glace. Triste ironie de se dire que, si Ansel avait tué Stew pour l'empêcher de devenir l'un de ces putréfiés, Zack en était lui-même devenu l'image exacte. Peut-être le doc aurait-il dû envisager de le descendre lui aussi, sans doute même, mais les choses étaient telles quelles étaient et il semblait qu'il n'avait pas encore terminé son chemin de croix. Oh bien sûr, il aurait tout aussi bien pu mettre fin à ses jours des dizaines de fois depuis leur arrivée ici, mais il se refusait d'être lâche à ce point, alors il se laissait couler toujours plus, jusqu'au moment où il atteindrait le point de non retour. Était-ce plus acceptable ? Assurément pas, mais qu'est-ce qui avait encore de l'importance désormais ? Stewart était mort et Morgan ne voulait plus de lui dans sa vie alors à quoi bon.

Ayant hoché la tête lorsque son cadet l'informa qu'il prenait l'étage, l'ancien homme d'affaires avait investi la première pièce sur sa droite : le salon. La poussière accumulée n'avait plus rien d'anormal depuis tout ce temps mais, malgré l'habitude de voir de tels environnement, le trentenaire ne put s'empêcher d'y voir là une nouvelle ironie. La Terre continuait de tourner, c'était un fait, les oiseaux chantaient toujours, les animaux -même domestiqués- revenaient à un état sauvage conséquent, et pourtant ici, comme presque partout ailleurs, le temps semblait s'être figé. Aussi figé que lorsqu'il l'avait été quand il avait vu les putrides agglutinés autour de son compagnon. Inspirant profondément, le blond prit entre ses doigts une tasse ébréchée déposée sur la table du salon. Le monde continuait de tourner, la nature reprenait ses droits, et c'était bien là toute l'atrocité des choses : la nature reprenait ses droits, ne laissant plus de place aux Hommes qui avaient pourtant longtemps cru que tout leur était dû, qu'ils avaient dominé le monde entier. Foutaises.

Pas de mort ici. Il avait pris la direction de la cuisine, la tasse toujours en main, vestige d'un souvenir qui ne lui appartenait pas. À peine arrivé dans la pièce, son attention fuit attirée sur la baie vitrée où un putride s'était mis à cogner en l'apercevant. Un nouveau soupir alors qu'il déposait sur le plan de travail la tasse, tirant son couteau de l'étui dans lequel il était rangé avant d'ouvrir la porte, se reculant pour laisser entrer ce qui avait été auparavant un homme d'une quarantaine d'année, apparemment propre sur lui au vu de la qualité de ses vêtements désormais déchirés. Ce ne fut que lorsque la voix d'Aodhan l'appela plus loin et que le mort agrippa son bras qu'il réagit, plantant la lame de son arme dans l'orbite du type avant de s'en détourner, le laissant tomber au sol comme le rien qu'il était devenu. Il se redirigea alors dans l'entrée, haussant un sourcil en voyant le cadavre bel et bien mort étendu au pied des marches, entendant dans le même temps les nouvelles paroles du brun. « Ç’aurait au moins été radical » avait-il simplement répondu sur un ton aussi neutre que depuis qu'ils étaient arrivés ici relevant le nez vers le prof. « C'est calme en bas. Je vais voir s'il y a des restes dans la cuisine. »

Et sur ces mots, il y était retourné, se doutant bien que si Aodhan s'était permis une plaisanterie, c'était que l'étage était sécurisé également. Il l'espérait du moins. Commençant à fouiller les placards, il ne put retenir un nouveau soupir en voyant dans un placard toutes les denrées périssables belles et bien... pourries. Sûr que même le cheval de Neil ne voudrait pas bouffer de ça. Refermant le placard, il s'était concentré sur l'îlot central de la pièce, trouvant dans un coin deux conserves et quelques condiments. Au moins, Rafael serait content de pouvoir varier un peu leurs plats. Tirant son sac vers l'avant, il y rangea le tout, effectuant sa tâche aussi machinalement qu'il avait eu le temps de s'habituer depuis près de deux ans. Combien de temps encore ? Combien de répit avaient-ils tous avant de ne plus trouver quoi que ce soit ? Et dans le silence ambiant, des pas traînants se firent entendre dans l'entrée, le tirant immédiatement de ses réflexions toutes plus noires les unes que les autres. Qu'importait le temps qu'il restait avant qu'il n'y ait plus rien, ils y passeraient sans doute tout avant.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Aodhan Kaines
American Dream
Jésus
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un vieux baretta appartenant à Neil
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/02/2017
Messages : 242
Age IRL : 20
MessageSujet: Re: Only the strong will survive   Sam 26 Mai 2018 - 1:24
Observant le corps doucement se vider de son sang en bas de l'escalier, le professeur se mit à réfléchir un instant alors que les bruits de pas de son chef se faisaient entendre en contrebas. Tuer des gamins c'était amusant un temps mais il se mit à réfléchir à toutes les petites bouilles qu'il avait pu voir quand il était encore un professeur.. bon dieu qu'il en avait horreur de ces mômes et il espérait qu'aucun n'est survécu à cette connerie mais il n'espérait pas non plus qu'ils se soient transformés en zombie. S'ils avaient juste fait une combustion spontanée le professeur aurait été fort heureux. Malheureusement il se doutait que ce n'était pas le cas et que ceux qui n'avaient pas eu la chance d'être achevés, de toute façon il doutait fortement qu'un seul d'entre eux ait eu assez d'intelligence pour survivre, devaient encore trainer dans les rues de Seattle. Une fois il s'était demandé ce que ça ferait de retrouver une ou un de ses élèves en pleine apocalypse mais la réponse n'avait pas mise longtemps à lui venir : Il l'aurait probablement buté pour toutes les conneries qu'ont fait les autres. Juste comme ça pour qu'il y en ait un qui prenne.

Voyant son chef arriver, il se retira de lui-même cette pensée presque agréable et fit signe à Zack que c'était ok pour qu'il file dans la cuisine. Le petit cachottier, si Aodhan ne le connaissait pas il aurait juré que le blond serait allé grignoter quelque chose tout seul mais fort heureusement tout le monde n'était pas Neil Berry et ne se levait pas en pleine nuit pour bouffer. Jetant un dernier coup d'œil au minot en bas qui finissait de se vider de son liquide rougeâtre. Le professeur fixa un instant la mare de sang avec un sourire presque satisfait, c'était mal il le savait mais après tout il était déjà mort donc il n'avait rien sentis ni du piolet ni de la chute. C'était même un service que lui rendait le prof, il lui permettait de rejoindre ses parents près de Dieu tout puissant. Soit, fallait-il qu'il avoue que lui-même ne donnerait rien au monde pour rejoindre ses parents s'il allait au paradis, ce dont il doutait fort depuis son arrivée à American Dream.

Retournant à l'endroit où il avait rencontré l'ancien jeune garçon, il fit son entrée dans ce sanctuaire que tous les jeunes gens tentaient de protéger contre les adultes : la chambre. Si la chambre d'à côté devait être celle des adultes, celle-ci était clairement une chambre de jeune adolescent qui correspondait parfaitement à la chose qui gisait en bas des escaliers. Jetant un rapide coup d'œil aux posters qui trainaient à l'intérieur de la chambre, il remarqua quelques posters classiques des environs avec notamment des affiches des Seahawks et même plus amusant, un poster des Sounders, que le gamin était probablement trop jeune pour avoir connu mais les parents avaient du lui expliquer ce vol honteux. Plus bas sur le lit les yeux s'attardèrent sur une seringue, il avait du mal à ne pas visualiser ce que les parents avaient fait à leur môme. Ils avaient préféré fuir comme des lâches et emporter ce pauvre gamin avec eux plutôt que d'essayer de survivre et lui offrir un futur. Ces types méritaient bien de crever mais pas comme ça et il espérait qu'ils avaient bien souffert avant de crever comme des chiens.

Le poing fermé il soupira, passant jusqu'au bureau pour s'offrir d'ouvrir les tiroirs ! C'était un vrai jour de Noël pour lui à chaque fois qu'il tombait sur ce genre de meuble : Qu'est-ce qui pouvait donc y avoir à l'intérieur ? Il souffla un instant avant d'ouvrir le petit tiroir y découvrant rien de réellement intéressant dans le premier juste des crayons et d'autres conneries du genre. Refermant rapidement le premier tiroir, il ouvrit le petit placard juste en-dessous pour y découvrir quelques bêtises d'adolescents et surtout, surtout, une photo de famille.

La famille... dévisageant les quelques visages qui appartenaient fut un temps à cette famille, il laissa trainer une pensée derrière lui.. Eux, ceux qui étaient encore là, il n'avait aucune chance de construire une famille.. aucune chance de créer la vie et de la voir grandir. Eux, ils étaient des morts en sursis.. Ils ne vivaient plus que pour faire un grand doigt d'honneur à la mort. Soupirant, la main tremblante il laissa tomber la photo sur le sol de la petite chambre. Lui, il n'avait jamais pensé à fonder une famille avec quelqu'un d'autre que Camélia, il l'avait tellement fantasmé qu'il ne se rendait même plus compte que c'était une chose impossible et là, bêtement, devant une photo il se rendait compte que ça ne lui arriverait jamais. Il ne connaitrait jamais autre chose que la mort et que la survie, il ne connaitrait jamais rien d'autre que la douleur et les pleurs. Il aurait rêvé en cet instant de vivre dans l'ancien monde pour construire quelque chose, des êtres qui se souviendraient de lui mais.. le destin en avait encore fait qu'à sa tête..

Le regard vide, en face des murs de la maison, il se mit sur le lit un court instant juste de quoi reprendre son habituel masque souriant sur le visage. Il était cassé, le monde l'avait brisé, il le savait lui-même qu'il en crèverait de ce masque, chaque jour il mourrait un peu plus  et pourtant il tenait debout mais pour combien de temps ? Redessinant son large sourire sur ses lèvres, il se releva rapidement, il passa une main dans sa barbe et voilà, il était de nouveau près à partir. Il avait contrôlé sa crise, elle ressortirait probablement pendant la nuit comme d'habitude mais au moins il ne craquerait encore une fois pas devant un membre de la faction. Filant en bas, il jeta un regard vers là d'où venait Zack pour simplement dire d'une voix assez monotone qu'il n'avait rien trouvé en haut.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  http://www.walkingdead-rpg.com 
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3546
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Only the strong will survive   Dim 27 Mai 2018 - 19:28

S'étant redirigé vers l'entrée de la maison, le blond était tombé nez à nez avec un putride apparemment intéressé par leur présence ici. Décidément, il n'y avait pas un endroit où ils pouvaient être tranquilles, pas un lieu qui ne lui rappelait pas des bribes de ses propres souvenirs, la mort de son compagnon encore bien trop fraîche pour qu'il ne puisse passer ne serait-ce qu'une minute sans y penser. Il était bien loin, ce temps où rien ne semblait l'atteindre, où il était réellement intouchable. Quoi que non, il ne l'avait jamais totalement été, il avait juste appris à masquer ses faiblesses et ne rien laisser entrevoir. Mais les choses étaient toutes autres désormais et là, dans l'état actuel des choses, il se retrouvait tout bonnement incapable de prendre sur lui et faire ''comme si de rien n'était''. Peut-être le temps aiderait-il, il le faudrait s'il ne voulait pas finir par mourir de chagrin, mais que voulait-il exactement ? Ce qu'il avait voulu, à savoir rester auprès du corps de Stew jusqu'à ce qu'il quitte à son tour ce monde, lui avait été refusé sans qu'il ait son mot à dire alors ils pouvaient bien tous lui faire tous les reproches dont il avaient envie : ils auraient dû réfléchir avant à la conséquence de leur acte. Bien sûr, c'était une pensée tout à fait égoïste mais Atkins n'était pas connu pour son altruisme.

Ainsi, face à ce mort et tous les souvenirs qui lui revenaient encore et encore en pleine figure, il n'avait pu s'empêcher de sentir cette rage tapie au fond de lui surgir sans prévenir. Ses colères en générales avait toujours été à craindre mais celle qui découlait directement de sa peine et toute la souffrance qu'il portait était la pire de toutes. Machinalement il avait tiré de la poche de son jean son poing américain et il cogna. Une fois. Deux fois. Trois fois. Sept fois. Jusqu'à ce que le visage du mort ne soit plus semblable à rien du tout, que sa main et son arme soient parsemés de cette bile noirâtre et que le silence revint dans l'habitation. Ce n'était pas la première fois et ne serait pas la dernière. Jetant un dernier regard lourd de haine au putréfié qui ne lui rappelait que trop ceux qui s'étaient jetés sur son compagnon, Zack était retourné dans la cuisine, trouvant un chiffon avec lequel il nettoya rapidement son arme et ses mains avant de se remettre à sa fouille.

Quelques maigres trouvailles plus tard, il était ressorti de la pièce, trouvant le prof qui lui informait qu'il n'y avait rien à l'étage ; rien d'utile dans l'immédiat en tous cas. Parce-que viendrait un moment où ils auraient sans doute besoin de nouveaux vêtements, notamment pour l'hiver, surtout après ce qu'ils avaient perdu, mais ils avaient suffisamment de maison autour de chez eux pour ne pas dévaliser celles du reste de la ville. Ayant alors hoché la tête, tous deux avaient fait un dernier tour du salon où l'aîné avait trouvé, à sa grande joie absolument pas exprimée, deux paquets de cigarettes encore intacts. Cette maison terminée, le duo en avait fouillée une autre où ils avaient pu récolter quelques vivres avant de reprendre la direction de leur nouveau domicile. Pour combien de temps resteraient-ils ici ? Était-ce le bon endroit ? Sans doute pas. Il n'y avait pas de ''bon endroit'', plus en ce monde, mais ils n'avaient d'autre choix que de s'adapter et autant dire que pour l'ancien homme d'affaires, cette entreprise serait des plus compliquées.

Il n'avait donc lâché que peu de mots malgré les tentatives du prof de le dérider un peu mais au moins, pour une fois, il n'écopait ni d'un regard vide ni blasé, il avait simplement droit à ces deux billes bleues totalement vides, image de ce qu'il se jouait au fond du blond. Du rien, de la peine, de la rage, de l'impuissance. L'avantage avec le brun, c'était qu'il ne cherchait pas à lui témoigner d'une quelconque compassion, il comprenait mais n'avait pas à le dire, ni à cuisiner l'aîné pour savoir ce qu'il ressentait et, même si Zack ne l'avait pas dit, il avait été appréciable de quitter cette piaule vide en sa compagnie, le temps de quelques heures.






-FIN-


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Only the strong will survive   
Revenir en haut Aller en bas  
- Only the strong will survive -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» One Piece Strong World 0
» SHU LIN • be strong and endure
» Five Pussy for ONE REAL MAN (RATED R - Strong Language -) 1/1
» FRANK - Even Achilles was only as strong as his heel
» (lily) stay strong, stay gold.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: