Partagez | 
 

 Sometimes, happy memories hurt the most.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Auteur
Message
Isaac S. Greene
Messiah
avatar
Date d'inscription : 20/04/2016
Messages : 209
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Sometimes, happy memories hurt the most.   Sam 16 Déc 2017 - 17:12


Ils avaient passé un peu de temps tous les quatre, le temps que Joachim se sente plus à l’aise. Malheureusement, le fils du cavalier semblait avoir beaucoup de mal à discuter avec les autres. Enfin, avec Andrea surtout. Isaac ne comprenait pas pourquoi d’ailleurs, parce que la jeune femme était très gentille et douce, mais il n’y avait rien à faire Joachim semblait très impressionné. Le cinquantenaire n’avait rien dit pour autant, faisant tout son possible pour intervenir. Heureusement, Ruben avait fini par entamer la discussion, et pour le coup, Joachim s’était montré un peu plus bavard. Voyant que Joachim commençait à se détendre un peu, la jeune femme avait fait signe au père de famille de les laisser seuls, tous les deux. L’ancien éleveur avait alors demandé à Ruben de le suivre, prétextant qu’il avait besoin d’aide pour s’occuper des chevaux. Un léger sourire s’était alors dessiné sur ses lèvres, se voulant rassurant pour son fils. Non, il ne le laissait pas tomber. Ce n’était sûrement qu’un mauvais moment à passer, mais il lui assura d’un regard, que tout irait bien. Il devait faire confiance à Andrea.

Une fois Isaac et Ruben partis, la jeune femme entama la discussion. Durant les premiers temps, Joachim se contenta d’écouter, acquiesçant parfois d’un signe de la tête ou d’un « hum » peu sûr de lui. Pourtant il comprenait parfaitement le message que la jeune femme tentait de lui expliquer. C’était un p’tit gars intelligent, plein de bonnes volontés. Il fallait qu’il apprenne à gérer ses peurs, mais pour l’instant, il ne voyait pas tellement comment. Lui voulait surtout prouver à son père qu’il savait se débrouiller seul, mais il en était quasiment incapable, et c’était bien ça le problème… Laissant la tante de son ami continuer, sa bouche s’ouvrit durant un instant, cherchant ce qu’il pouvait lui répondre. Mais dans un premier temps, il ne réussit pas à parler, bien trop intimidé.

Tous deux reprirent alors leur occupation dans la serre. Puis après quelques minutes, après avoir réfléchi aux mots de la métisse, sa voix encore enfantine se fit entendre, non sans hésitation. « Tu crois que c’est comme pour les cauchemars ? Enfin… Je veux dire… Quand j’étais plus petit, ça me réveillait souvent la nuit… Nora arrêtait pas de me dire que c’était normal d’avoir peur, que je devais apprendre à les… Surmonter ? Oui, c’est ça qu’elle me disait… » C’était la première fois depuis des mois qu’il prononçait le prénom de sa grande sœur sans même s’en rendre compte. Il releva alors la tête vers Andrea, se mordant légèrement la lèvre. Il hésitait à lui dire, mais le regard rassurant de la jeune femme l’encouragea. « Y’avait que Nora qui réussissait à me consoler quand je faisais des cauchemars… Mais elle… » Joachim sentit sa gorge se nouer. Il n’avait jamais vraiment parler de tout ça avec son père, même quand ce dernier lui confiait qu’il pouvait tout lui dire. Le jeune Greene voulait essayer d’être fort devant son père… Mais il avait gardé tout ça trop longtemps en lui, il avait besoin de parler, et Andrea semblait prête à l’écouter.

« Elle n’est plus là… Et papa… C’est pas pareil. Je ne veux pas le décevoir, mais je ne sais pas comment… J’arrive pas… Des fois j’ai l’impression qu’il croit que je lui en veux d’avoir tué Nora… Mais… Mais… Non, il n’avait pas le choix, elle voulait s’en prendre à moi… » Des larmes coulaient à présent le long de ses joues. Joachim pleurait à chaudes larmes. Cela faisait tellement de temps qu’il gardait tout ça pour lui. Beaucoup trop longtemps…







Revenir en haut Aller en bas
Andrea West
Messiah
avatar
Date d'inscription : 16/12/2014
Messages : 1167
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Sometimes, happy memories hurt the most.   Sam 16 Déc 2017 - 19:20

« Je crois que ce n’est pas facile. » Souffla la brune en se redressant, se tournant vers Joachim pour finalement lui faire face. « Et oui, c’est comme pour les cauchemars. » Admit-elle. « Sauf que c’est quand tu es réveillé que ça se passe, et que tu n’as plus le droit à l’erreur. »

Le garçon parla de sa grande sœur Nora, et de la relation particulière qu’il avait avec elle lorsqu’elle était encore en vie. Andrea l’écouta avec patience, s’approchant de lui pour pouvoir lui faire face pour de bon, et lui parler dans les yeux. Elle put voir les larmes sur les joues de l’adolescent, et le poids de la culpabilité et du chagrin qui l’accablaient depuis des mois déjà. La perte de son ainée avait du être terrible, mais la métisse comprenait parce qu’elle était passée par là aussi. Pas de la même manière évidemment, mais au fond, elle était sensible à son discours.

S’adossant au meuble derrière elle, elle poussa un petit soupir. Elle posa sur Joachim un regard doux, qu’elle n’avait que rarement. Andrea était touchée par cette confession, et elle attrapa le garçon par les épaules pour capter son attention. Ce geste permit d’interrompre ses larmes brièvement, au moins par surprise :

« Ecoute Joachim… » Souffla-t-elle doucement : « Ton père a dû faire quelque chose de très dur pour te protéger. Et tu as conscience qu’il n’avait pas le choix. Mais c’est le genre de choses que tu devrais lui dire, à lui, pas à moi. Je sais que vous vous aimez, que vous êtes une famille. Il sera toujours ton père, et il fera toujours ce qu’il faut pour que tu puisses survivre. »

Ça n’était pas le genre de discussion qu’elle avait eu avec Ruben, avec lui, les choses s’étaient faites plus naturellement. Ils n’avaient même pas discuté de comment se charger d’un rôdeur, comment s’en sortir, pourquoi il devait prendre part à la vie du campement et se rendre utile. Son neveu avait même tendance maintenant à trop en faire à son grand désarroi, et elle n’était plus capable de le retenir. Ruben était adulte désormais, et s’il avait beaucoup à apprendre, la vie dehors l’avait forgé.

« Lui ne le sait peut-être pas aussi bien que moi. Alors parle-lui. Et tu découvriras bien des choses… » Confia-t-elle toujours doucement à Joachim : « Comme le fait que tu ne l’as probablement jamais déçu. » Fit-elle avec une assurance inébranlable : « Et que tu es bien plus fort, intelligent et malin que tu ne le crois. »

Elle était persuadée que le fils d’Isaac avait de la ressource. Il était capable de s’occuper seul des cheveux, et on lui faisait confiance pour des taches sans risques. Il doutait cependant de lui, de ses capacités, de sa réussite.

« Personne ne pourra remplacer ta sœur. Mais si tu as besoin de parler, si tu as peur, si tu doutes, tu peux toujours aller voir ton père. Ou moi. » Ajouta-t-elle finalement. « J’essaierais de faire au mieux pour que tu ailles bien. Tu fais partie de notre grande famille bizarre, tu le sais ? » Demanda-t-elle dans la foulée, avec un sourire amusé.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Isaac S. Greene
Messiah
avatar
Date d'inscription : 20/04/2016
Messages : 209
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Sometimes, happy memories hurt the most.   Dim 17 Déc 2017 - 13:32


La sensibilité de Joachim était perceptible. Et si généralement il n’était pas du genre à s’effondrer de la sorte, là il n’avait pu faire autrement que de craquer. C’était toujours compliqué d’évoquer d’anciens souvenirs, de parler de sa sœur, de son enfance. C’était encore un gamin. Un gamin qui avait été balancé dans un monde qu’il ne comprenait pas, qui le forçait à grandir alors qu’il n’avait pas eu le temps de profiter pleinement de son enfance, de son innocence. Le jeune Greene trouvait cela horriblement injuste, le chaos de ce monde lui imposait de devoir faire des choses dont il ne voulait, qu’il ne pouvait pas faire. Mais Andrea lui avait fait comprendre que c’était pour tout le monde pareil. Elle lui avait avoué avoir peu, elle aussi. Et cela l’avait troublé. Il ne se souvenait pas avoir entendu son père lui avouer ses craintes, il l’avait très rarement vu paniquer à cause de la peur. Et forcément, même inconsciemment, il voulait lui ressembler… Alors qu’un adulte lui explique que c’était normal d’avoir peur, qu’il n’était pas le seul, cela le rassurait, en un sens.

Andrea lui expliqua ensuite, que ce n’était pas à elle qu’il devait confier tout ça. Et si cela l’avait pourtant délesté d’un sacré poids, la tante de Ruben lui fit comprendre qu’il devait parler de tout ça avec son père. Joachim n’en était pas convaincu, pourtant, la jeune femme trouva les mots justes pour lui faire entendre, en l’attrapant par les épaules, que c’était une étape inévitable. Le p’tit gars acquiesça de la tête, essuyant les larmes qui avaient coulées sur ses joues, d’un revers de la main. Puis il écouta, encore et encore, les paroles sincères de la métisse qui lui conseillaient d’aller parler à son père. Joachim devait avoir confiance en lui, il ne devait pas avoir peur de se confier à son père.

Le sourire rassurant d’Andrea, ses encouragements, tout cela lui avait permis d’y voir plus clair. C’était une bonne chose, et finalement, son père avait bien fait de le laisser avec l’ancienne régisseuse. S’il avait peur, il pouvait en parler. A son père, et même à elle. Il pouvait lui faire confiance, et c’était rassurant. La dernière réflexion de la brune le fit même rire doucement. Oui, c’était vrai, ils formaient une famille bizarre. C’était une famille où il devait trouver sa place, mais avec l’aide d’Andrea et des autres, il finirait par la trouver. « Merci. » Souffla-t-il tout simplement à la jeune femme, avant de venir l’enlacer. Le geste avait été quelque peu maladroit mais il en avait besoin. L’absence de sa mère et de sa sœur avait laissé un vide immense, et il était en manque d’un peu d’affection, d’amour maternel… Il resserra alors son étreinte, comme pour la remercier de tout ce qu’elle venait de lui expliquer. « Je ? Je peux y aller maintenant ? » Questionna le jeune garçon, avant d’attendre le feu vert d’Andrea pour filer. Après quelques mètres, il la salua d’un signe de la main avant de disparaître.

Quelques minutes plus tard, Isaac fit son apparition dans la serre. Joachim avait rejoint Ruben dans le hangar et il avait laissé les deux adolescents s’occuper des chevaux. « Ça s’est bien passé ? » Demanda-t-il avant de s’approcher un peu plus d’Andrea pour l’aider.







Revenir en haut Aller en bas
Andrea West
Messiah
avatar
Date d'inscription : 16/12/2014
Messages : 1167
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Sometimes, happy memories hurt the most.   Dim 17 Déc 2017 - 19:16

« Oui, bien sur ! » Confirma Andrea quand l’adolescent lui demanda pour y aller.

Elle resta un petit moment seule, à repenser à tout ça ; a l’étreinte qu’il lui avait accordé, et qui lui faisait tout drôle. Andrea n’était pas une mère, même si on pouvait penser que sa relation avec Ruben se rapprochait de celle qu’on entretenait entre une maman et son enfant. Elle n’était pas sûre d’un jour le devenir – pas sans l’homme qu’elle avait aimé follement pour avoir ces bébés – mais le geste qu’eut Joachim envers elle était chargé de cette tendresse qu’on accordait qu’à un proche. L’espace d’une seconde, ça lui avait fait bizarre.

Adossé au bord de la construction derrière elle, elle fixa la sortie par laquelle était partie le jeune garçon, en se demandant ce qu’elle devait ressentir à ce sujet. Accepter, laisser couler, s’y attarder davantage ? ça n’était pas un rôle qu’elle tenait à avoir auprès de lui, notamment parce qu’elle ne pourrait jamais mettre Joachim et Ruben sur le même pied, malgré toute l’affection qu’elle portait au fils d’Isaac. Ruben était sa famille, son sang, sa chaire. Elle avait fait la promesse à Annabelle de s’en occuper quoi qu’il lui en coute, et de le faire survivre aussi longtemps qu’il le faudrait.

Isaac était toujours là pour assurer cette tâche auprès de son fils unique. Et elle ne voulait pas être entre eux pour gêner cette progression. Ses yeux se relevèrent vers l’homme lorsque celui-ci apparut dans son champ de vision. Elle lui adressa un sourire en coin, avant de hocher la tête :

« Je crois que oui. » Lui confia-t-elle simplement avec une certaine assurance. « Ton fils viendra probablement te parler d’ici peu de pas mal de choses… » Ajouta-t-elle, faisant allusion justement à la conversation qu’ils venaient tous les deux d’avoir. Joachim avait beaucoup plus à dire au monde, du haut de ses douze ans. « Il faudra que tu l’écoutes jusqu’au bout. » Lui fit-elle.

Parce qu’aujourd’hui plus que jamais, le garçon avait besoin de son père pour mettre un pied dans le monde dangereux des adultes. Plus que jamais, il devait faire en sorte d’être guidé, encadré, pour rentrer dans une adolescence qui ne serait évidemment pas facile pour lui.

« Mais on réussira à le tirer de ce cauchemar, j’en suis persuadée. » Assura-t-elle au père de famille, avec un sourire qui trahissait son assurance encore une fois.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Isaac S. Greene
Messiah
avatar
Date d'inscription : 20/04/2016
Messages : 209
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Sometimes, happy memories hurt the most.   Lun 1 Jan 2018 - 18:20


Ce petit temps passé avec Andrea semblait, d’après elle, avoir porté ses fruits. Isaac ne lui demanda rien de plus, se contenant de l’écouter, sans chercher à savoir ce que son fils et elle s’étaient dit. Cela ne le regardait pas. L’ancienne régisseuse lui confia simplement que Joachim viendrait probablement lui parler, bientôt, et qu’il devrait l’écouter avec attention. Le cavalier acquiesça d’un signe de tête, sans rien demander de plus. L’homme offrit simplement un sourire à son amie, lui faisant part de sa reconnaissance. Sûrement avait-elle réussi à apprendre des choses sur le jeune garçon, qu’Isaac lui-même ignorait ou auxquelles il n’avait pas porté attention. Le vieux Greene devait bien avouer que ce n’était pas si simple de gérer cette relation père et fils depuis qu’ils s’étaient retrouvés seuls, rien que tous les deux. « Je ferai ce qu’il faut alors. » Promit-il en étirant encore un peu plus ses lèvres.

Joachim était la personne qui comptait le plus à ses yeux désormais, et l’aide d’Andrea allait sûrement lui ouvrir les yeux sur certaines choses. Le jeune adolescent avait vécu beaucoup trop de choses traumatisantes ces derniers mois. Il s’était retrouvé au piège, dans un monde hostile qui lui avait demandé de grandir, bien trop vite. Isaac avait été souvent exigeant, lui demandant de tenir des responsabilités d’adulte. Et presque à chaque fois, son fils s’était exécuté sans broncher en mettant ses émotions de côté. Le père de famille avait fini par oublier que son fils n’avait que douze ans, et c’était sûrement de tout ça qu’ils devaient parler.

La jeune femme reprit, lui expliquant que son fils finirait par se faire à tout ça, à apprendre à vivre dans un tel monde. Isaac était conscient que cela représentait quelque chose de presque insurmontable pour son gamin, mais il croyait en lui. Peut-être qu’il ne lui disait pas assez ? D’après Andy, son fils viendrait lui parler de certaines choses. A présent, les cartes étaient entre leurs mains, cela n’allait pas être évident, ni même forcément agréable. Le travail de la jeune femme était terminé, du moins pour ce qui était de leur relation. Mais Isaac savait qu’il pouvait compter sur Andrea, qu’elle était là en cas de besoin, pour Joachim, pour lui. « Merci Andrea. » Finit-il, sans faire disparaître son sourire.


Fin








Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sometimes, happy memories hurt the most.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sometimes, happy memories hurt the most.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» 04. Happy Birthday, Cat.
» 06. Sunday, Monday, Happy Days. || with Chris Lorentz
» Happy B-day tooooooo youuuuuuuuuuuu! ^^
» POURQUI ET POURQUOI DES DRAGES AUX COCHONS???HAPPY FATHER S DAY !
» Happy Gilmore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: