Partagez | 
 

 It is nice meeting you ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 4250
Age IRL : 27
MessageSujet: It is nice meeting you ?   Mar 22 Aoû 2017 - 17:49

Maison abandonnée sécurisée •• 22 août 2017 •• 17:44 •• ♫ ♪ ♫


Selene referma la porte derrière elle. Dans la pièce voisine, Andrea s’entretenait avec Alma et Eli, quant à lui, devait sagement les attendre au rez-de-chaussée. Après avoir pu en parler collégialement, il avait été validé que les filles s’y rendraient à deux pour discuter avec ceux que ramenaient le mexicain. Si c’était en Duncan qu’elle voyait le meilleur soutien pour assurer le roulement du camp en son absence, la musicienne faisait plus confiance à la régisseuse pour ce genre de mission. Pour sa franchise et parce qu’elle savait que leurs objectifs étaient en osmose : faire en sorte que la prison reste un lieu propice à la survie des gens auxquels ils tenaient. S’il y avait 1% de chance que ça ne marche pas, l’afro-américaine ne dirait sans hésiter.

De son côté, la musicienne devait s’entretenir avec le dénommé Lisandro. Histoire d’avoir un semblant d’isolement, ils s’étaient enfermés dans l’une des chambres. A voir les murs couverts de poster et le désordre qui devait être là depuis bien avant l’épidémie, elle avait appartenu à un adolescent. Un bureau croulait sous des piles de BDs, CDs, une boite de pizza, des vêtements sales et des magazines de sport. Une chaise tournante blanchie d’un film de poussière était là et la pianiste fit signe à son aîné de s’y asseoir.

Avant de venir, elle avait pris le temps de troquer sa tenue de prisonnière pour un pantalon au motif treillis délavé et un T-shirt aux manches longues. On ne pouvait pas manquer son ventre arrondi par quatre mois de grossesse mais il faisait trop chaud pour le cacher sous un manteau. A défaut d’impressionner par sa carrure, Selene arborait un visage fermé et détaillait l’homme de ses yeux illisibles. Deux écrans bleutés endurcis par bien trop d’horreur aujourd’hui.

- Tu peux m’appeler Selene, rappela-t-elle, c’est en quelque sorte moi qui dirige le camp où Eli aimerait vous faire entrer avec Alma, sa voie était neutre, presque professionnelle, je ne sais pas ce qu’il vous a dit de nous avant d’arriver – sans doute pas grand-chose – mais… il faut savoir qu’on n’a pas eu de très bonnes expériences avec les autres vivants, elle n’allait pas lui dire qu’au fond, son choix était quasiment fait. Faire planer le doute, c’était le meilleur moyen de faire émerger plus de sincérité de la part de son interlocuteur, alors si on est venues vous parler, c’est pour savoir à qui on a affaire avant de vous faire entrer chez nous. Tu pourras aussi me poser des questions, promit-elle, pour que tu te fasses aussi une idée de qui je suis.

Et par là, elle n’entendait bien évidemment pas simplement son nom – elle l’avait donné – mais bien le genre de personne qu’elle était. Ce qu’elle avait vu, ce qu’elle avait fait, ce qu’elle était capable de faire. Il était important qu’ils soient sur la même longueur d’onde à ce niveau, ou au moins qu’ils fonctionnent en toute transparence. La pianiste espérait pouvoir se compter parmi ceux qui étaient encore « humain » mais en même temps… il y avait des actes qu’elle avait accompli – ou qu’elle accomplirait à nouveau – qui n’étaient pas bien glorieux.

- D’après toi… quelle est la pire chose que tu as eu à faire pour survivre ? Et pourquoi tu l’as faite ? Première interrogation, et pas la moindre. Pourtant, elle était primordiale pour cerner Lisandro, dans le contenu de sa réponse et la façon de l'amener, n’ai pas peur d’être sincère.

Selene s’assit sur le lit et se pencha en avant, coude sur ses cuisses, pour l’écouter. Elle était toute ouïe pour son histoire.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Lisandro Sedillo
Messiah
avatar
Date d'inscription : 06/04/2017
Messages : 296
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: It is nice meeting you ?   Mer 23 Aoû 2017 - 12:14

Quand Eli leur avait demandé de rester là, à attendre, Alma et Lisandro s’étaient rapidement tendu. Ça allait vraiment arriver, ils allaient rencontrer un nouveau groupe de gens, ils allaient devoir faire leurs preuves, ce ne serait pas facile mais … ils avaient confiance en Eli. Et même si le laisser partir seul ne les mettait pas à l’aise, ils avaient confiance. Alma disait connaitre cette Selene, Eli et elle étaient proches autrefois. Lisandro ne savait pas trop, mais la belle brune semblait à moitié rassurée, alors le chilien faisait de son mieux pour la rassurer en son absence. C’était aussi une occasion de se retrouver seuls tous les deux depuis leur départ de Georgetown. Et il devait se l’avouer, retrouver Alma lui faisait du bien. Eli trainait, et rester à attendre son retour mettait leurs nerfs à rude épreuve. Mais bientôt, Eli rentre. Encadré par deux jeunes femmes au visage fermé.

Quelques minutes plus tard, Eli restait dans la pièce qui devait autrefois servir de salon pendant qu’Alma partait dans la cuisine avec la dénommée Andrea et que la fameuse Selene l’invitait à monter dans la chambre pour discuter. (Oui, dit ainsi, c’était suspect). Lisandro savait que c’était important. Il n’y avait qu’à voir Eli, à moitié anxieux, à moitié excité. C’était important. Et l’humour du chilien n’était pas vraiment le bienvenu en cet instant. C’est très sérieusement que l’homme se pose sur la chaise un peu branlante de la pièce, sans s’inquiéter de ne pas la voir s’assoir compte tenu de sa situation. La jeune femme en face de lui était enceinte, Lisandro n’était pas aveugle. Mais Selene semblait trop sérieuse, trop froide pour qu’un peu de bienveillance ne lui semble pas vexant. C’était une adulte. Elle n’avait rien à voir avec une femme fragile. Tu peux m’appeler Selene. Et la conversation démarra. Elle finit par marquer un temps de pause, Lisandro prit simplement le parti d’hocher la tête. Elle dirigeait cette conversation, il la laisserait poser sa première question sans l’interrompre. D’après toi… quelle est la pire chose que tu as eu à faire pour survivre ? Et pourquoi tu l’as faite ? Lisandro se redresse, s’appuie contre le dossier, parfaitement à l’aise. Pourtant, ce qu’il a à dire n’est pas facile, même pour lui.

« Je m’estime assez chanceux depuis que tout a commencé. Je suis au lycée depuis le début, c’est la première fois que j’en sors vraiment. »

Il n’aurait jamais la prétention d’être un véritable survivant. Depuis le début, Lisandro vivait au lycée et ne s’en était jamais éloigné de plus de quelques kilomètres. Il n’avait pas souvent dormi hors de ses murs, et n’avait compris ce qu’était de se retrouver seul qu’à partir du moment où il avait rencontré Alma.

« Quand la horde a attaqué le lycée, j’étais devant les barrières. Nous étions trois, l’une est tombée sous les cadavres, l’autre a réussi à rejoindre le lycée. Moi je me suis enfoncé dans la ville. Je n’ai pas la prétention de dire que si j’avais été avec eux pour repousser la horde ou les pillards, j’aurai fait la différence. Mais le fait est que j’ai trouvé que retourner au lycée me paraissait trop dangereux. Le point positif, c’est que cela m’a permis de retrouver Alma. Mais je les ai laissé tomber quand même… Mais ça aurait pu arriver à d’autres que moi. »

Il n’était pas très fier, mais il n’aurait pas pu faire autrement. S’il avait tenté de rejoindre le lycée, il serait mort avant d’en atteindre les portes. L’attaque du lycée avait réveillé les morts en ville, il avait été coincé avec Alma pendant longtemps avant qu’ils ne puissent sortir et rejoindre Eli et les autres. Ils avaient eu beaucoup de chance, oui. Pour peu, ils auraient pu ne jamais retrouver Eli, et ne jamais se retrouver ici.

« Mais la bonne question aurait été de me demander ce que j’ai fait de pire pour mon groupe. »

Il se souvient de l’attaque des militaires, quand tout le monde pansait ses blessures, il s’occupait des morts avec respect mais avec entrain. Le plus terrible avait été quand il avait dû s’occuper de Grant. C’était très sale. Et son meilleur ami ne l’avait jamais plus regardé comme avant alors. Le rapport de Lisandro à la mort était plutôt… particulier. Il en sourirait presque. A son tour, il se penche sur Selene, puisqu’elle l’avait autorisé à poser des questions.

« Alors tu es la fameuse Selene… Les félicitations sont de rigueur j’ai l’impression. Est-ce qu’Eli y est pour quelque chose ? »

Il y avait probablement dix mille autres questions à poser pour une première rencontre, mais c’était celle qui le taraudait le plus. Le chilien était toujours aussi doué pour mettre les pieds dans le plat. Il accompagnait sa question d’un sourire amusé. C’était dangereux, pour sûr. Mais qu’est-ce qui ne l’était pas dans le monde d’aujourd’hui ? Alma allait être ravie… Ou peut-être pas. Mais ce n’était pas son problème, bien qu’il était curieux d’entendre la réaction de la délicieuse brune quant à la future paternité de son fils.
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 4250
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: It is nice meeting you ?   Mer 23 Aoû 2017 - 13:56

Selene l’observait et l’écoutait. Il avait l’air à l’aise, pas intimidé mais pas arrogant pour autant. « Chanceux » qu’il disait. Aux yeux de la jeune femme, ils étaient tous chanceux, tous ceux qui restaient, elle la première. Néanmoins, elle laissa Lisandro continuer, raconter comment il avait échappé à la horde dont lui avait déjà parlé Eli. Pouvait-elle le blâmer ? Absolument pas. S’il avait été aux premières loges, s’il n’avait pas eu d’autres solutions… elle ne pouvait pas juger ce qu’il avait fait. Parfois il fallait savoir se battre, parfois il fallait savoir se replier.

D’ailleurs, de ce qu’elle comprenait, s’il ne l’avait pas fait, il n’aurait jamais rencontré Alma, alors… la musicienne comprenait son sentiment de culpabilité. Toutefois, elle fut bien plus intriguée par la suite « ce qu’il avait fait de pire pour son groupe ». Ses sourcils se froncèrent brièvement, attendant qu’il développe de lui-même, mais il préféra embrayer sur sa grossesse. Pourtant, s’il avait lancé le pavé dans la mare, c’était bien qu’il comptait aborder le sujet – et il n’y échapperait pas.

- C’est moi, confirma-t-elle simplement en la nommant comme la « fameuse » Selene.

Eli devait avoir parlé d’elle mais bien évidemment, pas du bébé. Comment pouvait-elle ? La jeune femme laissa passer un silence, détaillant le sourire amusé du chilien en restant parfaitement impassible. Il lui faisait presque penser à Sarah, la première fois qu’ils s’étaient vus ; presque « trop » bien dans ses baskets. Choisir un sujet intime d’entrée de jeu, c’était osé, mais après tout, elle lui avait dit avoir le droit de poser des questions. Elle ne dérogerait pas à ses règles.

- Eli est le père, avoua-t-elle finalement d’une voix neutre, et… merci, pour les félicitations, aussi incongrues étaient-elles, alors… puisque tu en parles, « qu’as-tu fait de pire pour ton ancien groupe » ? Elle revenait aux choses sérieuses, ce n’était pas pour discuter de sa grossesse qu’elle était venue, tu peux me le dire, assura-t-elle, il n’y a plus grand-chose qui me fait peur.

Non, quasiment plus rien. Ça se voyait dans ses yeux bleus, ça se déchiffrait sur ses expressions. Elle était jeune mais avait dû mûrir en accéléré. C’était ça ou mourir. Il y avait certainement plus de matière à ce que ce soit elle qui lui flanque la frousse et lui passe l’envie d’habiter sous son toit. Ecartant de son champ de vision une mèche de cheveux indisciplinée, elle ajouta avant qu’il ne puisse répondre :

- Eli m’a aussi dit que tu étais un genre de médecin ?

Et aussi qu’il s’occupait des morts mais ça… elle n’en était pas à prévoir un croquemort ou un fossoyeur dans ses rangs.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Lisandro Sedillo
Messiah
avatar
Date d'inscription : 06/04/2017
Messages : 296
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: It is nice meeting you ?   Jeu 24 Aoû 2017 - 13:38

Santa Madre. Alors Eli était le père. Une lueur amusée et ravie vient illuminer son regard. Il ne savait pas réellement s’il était heureux ou inquiet. Mener une grossesse à terme dans ce monde était dangereux. Mal encadrée, la mère avait de grandes chances d’y laisser la vie, l’enfant également. Cela représentait pas mal de risques mais… On ne pouvait pas dire que les moyens de contraceptions ne courraient pas les rues. C’était un risque, évidemment. Mais Eli n’aurait pas fait ça sur un coup de tête. Eli avait passé tellement de temps à les convaincre qu’ils pourraient trouver un point de repli ici, un endroit sûr et un groupe sur qui compter. Cette jeune femme, en face de lui, était importante pour Eli, assez pour qu’il les amène à elle, qu’ils tentent leur chance auprès d’un groupe que même le garçon ne connaissait pas vraiment. Elle lui retourne alors la question qu’il sous-entendait à l’instant. Un sourire apparait à nouveau sur ses lèvres. Lisandro ne cherchait pas à être impression, ni morbide. C’était juste sa nonchalance habituelle.

« Disons que le métier que j’exerçais autrefois me permet d’être à l’aise dans la disparition de cadavre de prisonniers officieux. Il ne fallait pas alerter les autres membres du groupe, il a fallu évacuer le corps, morceau par morceau évidemment. Je crois que la partie la plus difficile, c’était de nettoyer la pièce après. Oh, disloquer les os n’est pas une mince à faire non plus, c’est pas qu’on manquait d’outils, mais … si, en fait. Et… »

Il fronce les sourcils. Il aurait pu en dire beaucoup sur les techniques qu’il avait utilisé, ce n’était pas de la vantardise, ni l’envie de lui faire peur, pas du tout. Il avait réellement apprécié cette expérience et aurait adoré pouvoir la détailler avec quelqu’un, cela pouvait se comprendre dans le ton détaché et presqu’enjoué de sa voix. Et il venait de se rendre compte qu’il risquait de s’emballer un peu et que ce n’était pas la meilleure technique pour avoir l’air rassurant.

« Je pourrais te parler de comment j’ai fait un autre jour, si tu en as envie… L’information importante c’est que je n’ai pas peur de me salir les mains pour l’intérêt de groupe. »

Il n’avait pas l’impression de l’avoir choqué, il n’en savait trop rien en réalité. La deuxième question qu’elle lui posa ne passa pas à la trappe. Il était surpris qu’Eli l’ait présenté comme un médecin, il assistait Ian à Emerald, c’est vrai. Parce qu’il avait quand même suivi un cursus de médecine presque complet et qu’il avait les aptitudes pour apprendre, mais le vrai doc’ c’était Ian. Pas lui. Il prit le temps d’y réfléchir avant de lui répondre.

« Je ne m’attendais pas à ce qu’Eli me présente comme médecin. J’étais croquemort. »

Il était pensif, vraiment. Eli misait-il sur son intégration en tant que médecin ? Il aurait au moins pu avoir la délicatesse de le prévenir. Lisandro n’était pas vraiment le genre à vanter ses compétences en médecine. Sa carrière avortée lui était restée en travers de la gorge. Même si, dans le fond, ça n’avait plus aucune importance aujourd’hui. Ça ne voulait plus rien dire. Il reprit un air plus sérieux, un peu plus contrit, car cela demandait de parler de lui et de ses compétences et qu’il n’était pas vraiment à l’aise avec ça. Pas autant que quand il parlait de la façon dont il avait découpé Grant.

« Avant. Avant, j’ai suivi un cursus de médecine. Et au lycée, j’assistais l’un des médecins. J’ai des compétences, je sais me débrouiller. »

Il haussa les épaules et détourna le regard un instant avant de revenir à elle, avec une question des plus sérieuses.

« Si tu es la chef de ce groupe à ton âge, tu as dû en voir des belles. Je n’envierai ta place pour rien au monde. Si je dois suivre tes ordres, comment je peux savoir si je peux te faire confiance ? Quelles décisions es-tu prête à prendre pour la survie des tiens ? »
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 4250
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: It is nice meeting you ?   Jeu 24 Aoû 2017 - 15:21

Disparition de cadavres ? Prisonniers officieux ? Lisandro venait de piquer sa curiosité. Selene restait de marbre, l’écoutant déballer son discours sordide avec un sourire. Pas une expression de sadique, non, seulement celle de quelqu’un qui n’avait pas énormément de considération pour les cadavres. Elle se redressa, étira ses épaules, cherchant à déceler si son interlocuteur cachait un psychopathe latent ou simplement un homme qui prenait trop à cœur ses engagements. Une fois encore, il n’était pas question de le juger, juste de comprendre. Heureusement, il stoppa lui-même sa narration, avant que cela devienne gênant, et résuma en affirmant qu’il était prêt à se salir les mains pour le groupe. Ça c’était une bonne nouvelle au moins.

- Ok…, dit-elle simplement, réservant son verdict.

Ses yeux s’arrondirent légèrement néanmoins lorsque le chilien évoqua son métier. Ainsi, il avait effectivement suivi un cursus de médecine, mais il était croquemort. Ça expliquait un peu son rapport aux macchabées mais du coup, ça mettait un peu de plomb dans l’aile de son profil de médecin. La jeune femme n’ignorait pas qu’une personne ayant des aptitudes médicales serait aujourd’hui obligatoirement amenée à suivre sa grossesse. Toutefois, elle n’avait pas vraiment envie d’être tripotée par quelqu’un qui avait plus l’habitude de manipuler les morts que les vivants. C’était… glauque.

Son masque de glace se fendit enfin quand, à son tour, Lisandro l’interrogea. Un mince sourire sur ses lèvres pâles alors que ses yeux bleus le transperçaient de son intensité. Il posait les bonnes questions désormais : il était légitime de chercher à comprendre pourquoi une gamine était à la tête d’un camp. Lui-même devait certainement avoir le double de son âge, alors pourquoi la suivre ? Une femme à fortiori ? Qu’on le veuille ou non, les anciens préjugés pouvaient encore avoir la vie dure.

- Tu ne le sauras pas à moins de vivre avec moi, reconnut sincèrement Selene, mais… oui, je pense avoir vu suffisamment de chose pour savoir comment le monde tourne maintenant, elle avait ce sourire en coin, sans réelle joie, mystérieux. Il n’avait pas disparu lorsqu’elle reprit, nous ne sommes pas beaucoup mais avec les gens de mon groupe… on est comme une famille. Je prendrai toutes les décisions qu’il faut pour qu’ils restent en sécurité et eux, ils se donneraient corps et âme pour moi.

Ça sonnait un peu fort, mais l’idée était que son aîné comprenne. Ils étaient « un ». Si quelque chose arrivait à l’un des siens, la réaction de la jeune femme était immédiate mais si c’était à elle qu’on s’en prenait ? Ce serait sans doute pire. Elle cala une mèche de cheveux derrière une oreille et se pencha en avant, comme pour une confidence.

- Notre priorité, c’est de réussir à construire un endroit qui dure longtemps. Je n’ai pas peur non plus de me salir les mains. On ne vole pas les vivants, précisa-t-elle, on est pas des pilleurs et on ne cherche pas les problèmes. Mais quand les problèmes nous trouvent, on sait comment les régler.

Elle n’avait pas déballé son palmarès, c’était inutile : ces informations devaient suffire pour comprendre. Ils n’étaient ni dociles, ni passifs, ni inoffensifs. Selene essayait simplement de garder la part des choses, de ne pas avoir de contact avec l’extérieur, pour limiter les possibilités d’être pris pour cible.

- Et je ne me cache pas derrière les autres. Généralement, je suis plutôt la première au front.

Parce qu’ils ne devraient pas avoir à mourir pour elle, à se faire avoir, comme Breann, William, ou Abigail. Ils étaient tous sous sa responsabilité et même si ça faisait beaucoup pour ses épaules, elle était prête. Andrea lui avait demandé quel genre de femme elle voulait être sans Gabriel… la réponse était évidente. Celle qui allait survivre à cette épidémie, bien sûr. Son sourire indéchiffrable était revenu lorsqu’elle demanda :

- Tu es convaincu ? Tu penses pouvoir vivre dans un camp représenté par une gamine ?


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Lisandro Sedillo
Messiah
avatar
Date d'inscription : 06/04/2017
Messages : 296
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: It is nice meeting you ?   Mar 29 Aoû 2017 - 16:42

Il sentit qu’il avait dérangé quelque chose chez elle. Était-ce son ancien métier ? Son amour pour le travail de la faucheuse ? Il ne saurait le dire et ne saurait pas comment le demander. Son amour pour la Mort était une histoire de fascination et de respect pour ce qu’elle fait de la vie des Hommes. Il y avait tellement à apprendre de la mort, de la façon dont les Hommes, à travers les siècles, la respectait dans le but de s’en préserver. Tout le monde craint la Faucheuse. On s’en préserve comme on le peut. Certains lui vouent un culte, d’autres s’échinent à l’ignorer. Le plus grand affront que le monde avait fait à cette Dame Noire était l’apparition de ces cadavres ambulants. Une aberration. Il pourrait en débattre pendant longtemps, mais ce n’était pas le moment. Vraiment pas. En témoignait l’air suspicieux de la brune. Mais la question qu’il lui posa eu le mérite d’effacer la maladresse qu’il semblait avoir lâché précédemment. Un sourire satisfait apparaissait sur ses lèvres. Au tour du chilien de replacer son masque afin d’évaluer sa réponse satisfaisante… ou non.

Il n’était pas du genre à juger un leader sur son sexe. Mais elle était jeune, fort jeune. Son parcours l’intéressait vraiment. Pour le peu qu’il savait de ce groupe, il y avait quand même quelques personnes. S’ils la suivaient tous, c’était parce qu’elle savait prendre les bonnes décisions au bon moment. Il comprenait parfaitement son explication sur la famille. C’était important. Et il n’était pas sans oublier que sa famille n’était pas complète. Il y avait Eli, et Alma. Mais tous les autres étaient restés derrière. En vie, ou peut-être tous morts. Il ne le savait pas et ne le saurait probablement jamais. Il garda le silence alors qu’elle lui expliquait comment ils fonctionnaient, comme elle fonctionnait. Elle laissa les mots résonner chez lui, avant de conclure, de lui demander s’il pouvait la suivre, elle, la gosse qu’elle était. Il prit le temps pour lui répondre, pour peser ses mots. C’était important. Et ce n’était pas tous les jours que Lisandro prenait cet air aussi sérieux.

« Tu n’es pas une gamine. »

Il plongea son regard dans le sien puis tendit la main vers elle, comme un signe d’une poignée de main cordiale. Il attendit patiemment qu’elle réponde à son geste pour refermer sa main autour de la sienne. Il ne se fit pas brusque, mais de force égale à la sienne. Il n’était pas là pour jouer à qui pisserait le plus loin. Son autre main vient rejoindre l’autre et enfermer la main de Selene dans les siennes, l’empêchant de se retirer sans pour autant chercher à lui faire du mal. Il la retourne entre ses doigts, paume vers le ciel et ne la relâche pas. Quand il reprend la parole, il ne fait que regarder leurs mains jointes, avec un ton très solennel.

« La famille est un concept très important dans ma culture. Dans celle d’Alma et d’Eli aussi. Je te crois quand tu parles des tiens comme d’une famille. Cela dit, je n’oublierai pas non plus que notre ancien leadeur – à Eli et à moi – a abandonné le lycée au pire moment qu’il soit. Sa définition de famille était visiblement plus restreinte qu’on le croyait. »

Il prend le temps d’ancrer son regard dans le sien en prononçant ces mots. Il n’avait été au courant de l’abandon de Jaden qu’après coup. S’il comprenait ses raisons d’agir de la sorte, il n’en restait pas moins qu’il était parti, sans se retourner. Lisandro savait qu’il aurait fait la même chose à sa place, on s’attendrait à une réaction de ce genre de la part du Chilien – sauver sa peau avant celle des autres. Mais Jaden avait la responsabilité du groupe sur ses épaules. Lisandro ne l’oublierait pas. Le groupe compte tant que celui-ci est viable ? Selene serait mise à l’épreuve, autant que lui-même le serait pour elle. Il se fait un peu plus doux alors pour la suite de ces propos.

« Tu n’es pas une gamine, au même titre qu’Eli n’est pas un adolescent inconscient. Toi et lui, vous avez probablement vu plus de cette facette du monde que moi. Je n’ai pas d’enfants, mais Eli est … comme mon fils, je ne peux plus vraiment prétendre le contraire. Tu es importante pour lui, comme il est important pour toi. Et tu es la mère de son enfant. Tu fais partie de ma famille, Selene. Je souhaite faire partie de la tienne. »

Alors il amène sa main à ses lèvres pour poser un baiser au creux de sa paume avant d’ouvrir ses doigts pour la libérer. Ce n’était pas du léchage de botte, c’était sa façon de se comporter avec les gens autour de lui. La culture du chilien faisait partie de lui, la famille passait avant tout le reste. Il se reprend alors, reprenant un peu contenance. Alors seulement, il la met en garde, avec un sourire amusé.

« Si tu répètes à Eli ce que je t’ai dit sur lui, je nierai. »
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 4250
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: It is nice meeting you ?   Mar 29 Aoû 2017 - 18:27

Il avait plongé ses yeux dans les siens. Intenses. Sérieux. Selene avait eu la sensation que quelque chose de plus remarquables allait se passer avant même qu’une main ne lui soit tendue. Pour l’attraper, elle avait dû se lever et se rapprocher de cet homme dont elle connaissait encore trop peu de chose. Elle s’attendait à une poignée, une façon de nouer le deal qu’ils étaient en train de passer, mais Lisandro ne la relâcha pas. Gardant emprisonnés ses doigts, il les retourna paume vers le ciel et commença à parler d’une voix qui incita la jeune femme à l’écouter.

Elle soutint son regard quand il évoqua leur ancien leader qui les avait abandonnés en temps de crise, ressentit même un élan d’aversion pour un chef qu’elle n’avait pas connu. Dans ce cas de figure, la musicienne ne pouvait que comprendre la méfiance du chilienne au sujet de savoir s’il pouvait lui faire confiance – ou pas. Elle gardait le silence, les lèvres légèrement pincées, attendant que son aîné aille au bout de son discours. Des mots plus doux, plus sincères, plus fragiles. Une brève ouverture dans la carapace de celui qui souriait en se souvenant comme il avait découpé des morts. Instinctivement, Selene le crut ; il l’avait touchée en plein cœur.

- Oooh…, fit-elle un peu désemparée devant le baisemain, je ne lui dirai pas, elle sourit avec complicité, c’est promis.

Un ange passa. Elle avait la sensation de ne plus rien avoir à dire de si important, car Lisandro venait de lui faire une excellente démonstration. S’il voyait Eli comme son fils, alors les autres connexions se feraient d’elles-mêmes – du moins, elle l’espérait. Elle ne discuterait pas sa pudeur à l’avouer au concerné ; il devait avoir ses raisons et puisque ça ne nuisait à personne, elle ne le répèterait pas. C’était son truc de toute façon : garder des secrets. Comme par exemple : bien se garder de parler de la maladie contre laquelle elle luttait chaque jour. La musicienne reprit un peu ses distances, écartant une mèche de cheveux, et revint quand même sur quelque chose qui l’avait marqué :

- Votre ancien leader était un lâche, oui, elle jugeait sans le connaître et n’en avait pas honte, dans le meilleur des cas, précisa-t-elle. Parce qu’après ce qui leur était arrivé, il pouvait aussi être un traître, je te l’ai dit, je suis du genre à être toujours sur la première ligne. Même quand…, ses yeux s’abaissèrent brièvement sur son ventre et ses mains s’écartèrent pour souligner l’évidence, même quand j’ai mes propres préoccupations.

Ça sonnait sans doute un peu inconscient, mais c’était pourtant le cas. S’il arrivait quelque chose, si un autre groupe touchait à un cheveux de les des siens, elle sauterait dans une voiture avec un flingue chargé ; et enceinte ou pas, elle ferait ce qu’elle – malheureusement – savait désormais faire le mieux. Lorsqu’elle ancra ses yeux bleus glacier dans ceux de Lisandro, ils étaient moins froids, moins durs, comme s’il avait mérité de voir que derrière la cheftaine, il y avait une jeune femme encore humaine.

- Je serais ravie de te compter dans ma famille ; et… je ferai ce que je peux pour me montrer à la hauteur de la tienne, elle sourit, ses fossettes creusées dans ses joues d’ivoire, avant de questionner posément : est-ce qu’il y a une dernière chose que tu veux me demander avant de nous suivre ?


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: It is nice meeting you ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
It is nice meeting you ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Leurs chiens meurent pendant la traversée Nice-Calvi
» Scott 17 mois croisé teckel/papillon (06) Nice
» Meeting with the infinity [TERMINE]
» Bérénice - Faris
» Meeting with the infinity

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: