The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Is our deal still valid ? -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2185
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Is our deal still valid ?   Jeu 12 Oct 2017 - 17:24
Le garçon réajusta son gilet par balle et donna un léger coup de coude à son copain quand Lawrence apparut dans son champ de vision. C’était idiot, ce type n’était rien, pourtant il dégageait ce truc qui rendait les gens mal à l’aise en sa présence. Eddie, avec sa timidité légendaire, se crispa d’ailleurs. Un peu comme à l’arrivée d’un prof ou d’un patron. Stan dut se rappeler que ce n’était qu’un genre qu’il se donnait.

- Salut, répondit-il sur un ton tout aussi mécanique que celui du scientifique et Eddie se contenta d’un simple mouvement de tête. En piste alors, ajouta-t-il tout en échangeant un regard avec son compagnon. Et ils grimpèrent à leur tour dans le bateau.

Alors que le trentenaire s’activait à actionner le moteur, le plus jeune posa son regard acier sur Davis. La veille, il lui avait demandé de venir « équipé ». Il ne lui avait pas fait l’affront de préciser ce que ça voulait dire. Leur échange avait même été particulièrement minimaliste. Juste l’essentiel. Parce qu’il avait senti que l’autre n’avait pas beaucoup de temps à lui accorder. Mais même ici, alors que le zodiac sur lequel ils avaient pris place commençait à fendre des flots tranquilles, et qu’ils n’avaient clairement rien à faire, Lawrence donnait cette impression. Il restait peu avenant. Distant.

- On en a pour une quinzaine de minutes, commenta le jeune homme pour combler le silence. Il ne fallait pas compter sur Eddie pour lancer les conversations, il ne le connaissait que trop bien ! Tu es sorti combien de fois, depuis le début de tout ça ? Demanda-t-il ensuite de but en blanc au chercheur. Le vouvoiement n’existait pas dans la langue anglaise, mais si ça avait été le cas, nul doute que Stanley ne se serait pas embarrassé avec ça. Quelles armes tu as avec toi ?

Il voulait savoir à quel point le quadragénaire serait un boulet. Est-ce qu’ils devraient le chaperonner comme un bébé incapable, ou bien il serait réellement autonome ? L’homme avait participé à l’attaque au lycée en centre-ville, un gros mois plus tôt, mais cela n’en faisait pas un guerrier. Il faisait d’ailleurs partie des gens dont notre militaire n’avait pas compris la présence sur ce champ de bataille. Il ne demandait toutefois qu’à être agréablement surpris de ces capacités. C’était ce gage-là qui comptait, pour un gamin comme lui. Et encore plus dans ce nouveau monde : le physique avant tout.

Quelques minutes plus tard, ils coupaient le moteur et sortait les rames. Pour une approche stratégique et silencieuse. Ils accostèrent ainsi tout près de l’endroit où ils avaient abandonné les voitures quatre mois auparavant.

- On trouve une bagnole en état, commanda le garçon aux deux autres, tout en déchargeant une partie des affaires. Il fit un signe en direction de la rue. Ils n’avaient généralement pas besoin de beaucoup s’éloigner. D’un signe de la tête, il s’entendit avec Eddie pour que ce dernier se charge de camoufler un peu leur rafiot entre temps.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lawrence G. Davis
Leader | Remnants
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Rieeen
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 2390
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Is our deal still valid ?   Lun 16 Oct 2017 - 15:11

Laissant le soin aux autres de démarrer le moteur pour les mener jusqu'à l'autre rive, Davis observait le bras de mer juste devant, partagé entre l'envie d'en voir de ses propres yeux, et la fatigue à l'idée de toute l'énergie qu'il aurait à fournir. Il se rappela un court instant de ses derniers mois avant que cette épidémie ne se déclare, lorsqu'il était parti en Afrique afin d'être directement sur le terrain pour en apprendre au maximum sur l'Ebola qui faisait rage à ce moment là. Et dire qu'ils avaient tous pensé que la fièvre était pire que tout ce qui était survenu jusqu'alors, ils avaient été à mille lieues de s'imaginer qu'un fléau pire encore s'abattrait sur l'humanité. Et oui, une fois encore, le virologue était aux premières loges, bien décidé à avancer dans ses recherches. Le fait qu'il tire souvent la gueule et ait l'air trop nonchalant ne voulait pas dire qu'il n'appréciait pas son boulot, au contraire, il était une partie intégrante de sa vie et les cernes qui cerclaient ses yeux prouvaient bien qu'il avait d'autres priorités que le sommeil.

Perdu dans ses pensées, il tourna néanmoins la tête vers Stanley lorsque celui-ci lui annonça le temps de trajet, se contentant de hocher la tête en guise réponse. Si le quarantenaire s'était rendu compte que le militaire s'était fait plus familier dans les termes qu'il employait il ne s'en formalisa cependant pas, se fichant bien du choix des mots tant qu'il n'en venait pas à lui manquer de respect. Fronçant les sourcils à ses questions, il mit quelques secondes à répondre, cherchant dans ses souvenirs pour être au plus proche de la réalité. « Au delà du mur plusieurs fois. En dehors de l'île, deux. » Le premier point était assez flou mais il n'en s'en rappelait plus exactement, ne s'étant de toute façon jamais réellement éloigné des barricades qu'ils avaient monté au Nord du camp. Sans doute que ça ne rassurerait pas tant ses cadets mais qu'importait, ce n'était de toute façon pas à lui de faire le sale boulot, même si faire cela ne le répugnait pas le moins du monde chacun avait ses attributions. « J'ai emporté un couteau de chasse » avait-il également ajouté en désignant l'arme accrochée à sa ceinture ; ce serait suffisant et, de toute façon, il avait encore du boulot avant de savoir se servir réellement d'une arme à feu sans risquer de manquer sa cible. Alors autant prendre une arme avec laquelle il se sentait plus à l'aise.

Enfin ils arrivèrent à nouveau sur la terre, laissant sortir du bateau un Lawrence soulagé mais un peu plus pâle qu'à l'accoutumée ; les vagues qui agitaient l'embarcation avaient toujours eu le don de le rendre nauséeux sans toutefois lui faire régurgiter tous ses repas. Il soupira d'aise une fois les deux pieds au sol, réajustant son sac en bandoulière sur son épaule avant de jeter un coup d’œil à ce qui les entourait. Le contraste entre leurs bâtiments encore pleins de vie sur l'île et la désolation qui régnait en dehors était toujours assez surprenant, presque fascinant aux yeux du brun. Aux propos de Maverick, il reporta à nouveau son attention sur lui et hocha la tête. Il le suivrait de toute façon, n'étant jamais venu de ce côté-ci, le militaire devait bien mieux savoir où pourrait se trouver un véhicule.

Tandis qu'Eddie se chargeait de cacher un peu leurs bateau, les deux hommes s'étaient mis en route vers l'endroit où avaient été laissées des voitures apparemment en état de marche ; un hangar dont l'une des portes massives était fermée et dont le militaire semblait détenir la clé. Parfait, au moins ils n'auraient pas à chercher trop longtemps. Mais alors qu'ils attendaient qu'Eddie arrive à son tour, il ne fut pas seul à apparaître dans leur champ de vision, un petit groupe de quatre infectés se pointant également. « Ça commence bien » avait marmonné Davis, soupirant légèrement en restant à côté du hangar. Il n'avait pas l'intention de bouger, pas tant que la situation n'était pas critique ou qu'il ne serait pas directement en danger ; après tout, les deux militaires étaient suffisamment formés pour se débarrasser d'un nombre aussi bas de gêneurs.


xxx
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2185
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Is our deal still valid ?   Jeu 19 Oct 2017 - 14:56
Les réponses de Lawrence sur son équipement et ses expériences donnèrent quelques indices aux deux autres sur les habitudes du scientifique au dehors. Elles étaient maigres, même s’il savait toutefois exactement à quoi ils s’exposaient tous les trois en allant rejoindre le ranch dans les montagnes. Puis il semblait assez serein. Ils n’avaient maintenant qu’à espérer que tout ne se barrerait pas en cacahouète. Auquel cas, Davis ne serait vraisemblablement pas d’un grand soutien.

Une fois à terre, Stan entraina celui-ci vers un hangar où ils laissaient des voitures. Les portes grincèrent, et trois véhicules massifs s’offrirent à leurs vues. Le garçon se dirigea vers une jeep blanche et il se baissa pour récupérer la clé sous le pneu avant.

- On va remettre un peu d’essence, dit-il tout en ouvrant la jauge. Il s’apprêtait à le faire quand Eddie réapparut plus loin, ainsi que quatre macchabées, attirés par l’agitation. Il fit un signe de la main en direction du bidon, à l’attention de Lawrence. Tu peux en mettre la moitié ? Lui dit-il, en arquant un sourcil. On s’occupe d’eux.

Du sale boulot, en rapport direct avec les morts ou non, il y en avait à la pelle ! Sans réellement attendre de réponse de la part du scientifique, il sortit du hangar en dégainant son couteau Commando de son étui. Son copain lui indiqua dans un geste qu’ils contourneraient les morts ambulants chacun de leur côté. Des signaux qu’ils échangeaient maintenant depuis longtemps, qu’ils en étaient devenus des automatismes. Stanley fit un hochement de tête et s’approcha du groupe de rôdeurs par la gauche, tandis qu’Eddie passait par la droite. Cela les sépara, et ils purent régler leur compte sans aucune difficulté. Le jeune homme attrapa le premier mordeur par l’épaule, comme il le faisait souvent et enfonça sa lame dans sa tempe dans un bruit juteux. Le second s’était déjà approché et lui bondit quasiment dessus quand le corps de l’autre s’effondra au sol. Le militaire se débattit trois secondes, mais parvint finalement à enfoncer de nouveau son couteau dans le crâne de la créature. Ses yeux se posèrent sur son pote qui avait géré sa part du boulot de son côté.

- Viens, on s’grouille, restons pas là ! Plus vite ils prendraient la route, moins ils attireraient du monde ici. Et c’était tout à leur intérêt car ils avaient bien l’intention de reprendre leur bateau sur cette berge !

Trois minutes plus tard, le véhicule sortait du hangar, Stan au volant, et Eddie refermait les portes derrière eux. Davis était assis à l’arrière. Ils prirent le chemin qu’ils avaient emprunté quatre mois plus tôt, lorsqu’ils avaient rencontré les survivants des Lost Angels. Ils en auraient cette fois pour une bonne heure certainement. Au moins. Encore une fois, le plus jeune lança la conversation, en jetant un coup d’œil vers le quadragénaire dans son rétroviseur.

- Alors explique nous… Quelles recherches exactes vous faites en ce moment ? Y a des avancées ? Le boulot était le seul sujet qu’il imaginait pouvoir intéresser son interlocuteur. Sachant qu’il était lui-même un peu curieux de savoir ce que toute cette équipe de scientifique trafiquait ! La fin du monde avait certainement détruit aussi le principe de « secret défense » et il ne voyait pas ce qui empêcherait Davis de leur parler de son travail… Il dit tout de même pour la forme : si c’est pas secret, hein… Les… spécimens qu’on va essayer de trouver, ils serviront à quoi ?
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lawrence G. Davis
Leader | Remnants
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Rieeen
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 2390
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Is our deal still valid ?   Lun 6 Nov 2017 - 17:54

L'expression du virologue ne changea en rien lorsqu'il aperçut les trois véhicules dans le hangar, ni surprise, ni soulagement, rien d'autre que son expression habituelle. Il se doutait bien de toute façon qu'ils avaient de quoi se déplacer sur terre et qu'ils ne faisaient pas leurs sorties à l'aveuglette ; si tel avait été le cas, il n'aurait de toute façon sans doute pas pris le risque de sortir. Zieutant le hangar et ce qui s'y trouvait, le brun haussa un sourcil à la question du militaire avant de hocher la tête et prendre le bidon d'essence. Il allait le faire, pour qu'ils se débarrassent des infectés qui arrivaient, peu envieux cependant de mettre la main à la pâte, notamment pour une tâche qui n'était pas censée être la sienne, mais il le ferait et ainsi ils pourraient avancer avant d'en attirer d'autres. Lorsqu'il eut terminé cette tâche, le quarantenaire avait reporté son attention sur les deux militaires qui l'accompagnaient pour cette sortie, n'affichant pas la moindre émotion à les voir se débarrasser de ces infectés ni même à risquer leurs vies. C'était leur boulot. Tout comme ç'avait toujours été son boulot de travailler sur des souches virales qui étaient toutes aussi dangereuses pour sa vie que ces infectés qu'affrontaient les corps armés.

Lorsque les deux revinrent vers le hangar, le virologue s'était placé à l'arrière du véhicule. Il n'allait pas prendre le volant, ni la place du mort. Et au moins ça lui éviterait d'avoir à taper une quelconque discussion qui viendrait sans doute bien plus vite s'il était assis devant. Pas qu'il n'avait pas spécialement envie de parler, simplement qu'il n'avait pas grand chose à dire ni à l'un ni à l'autre. Et le véhicule avait quitté le hangar relativement rapidement, conduit pas Stanley qui semblait être habitué à évoluer dans ce coin hostile. S'il y avait bien une chose qui ne pouvait leur être reprochée était bien cette adaptation qu'ils avaient sur le terrain. Laissez Davis une journée complète seul en pleine ville et il n'était pas vraiment certain de s'en sortir indemne mais, encore une fois, ce n'était pas son job de gérer les infectés. Lui devait comprendre, travailler sur ces cas, les éliminer n'était pas dans le contrat.

S'étant remis à observer le paysage qui défilait en extérieur, Lawrence gardait un air relativement indifférent, pas vraiment perturbé par l'état des habitations ni par cette nature qui reprenait ses droits. C'était totalement naturel au vu des circonstances alors non, il n'allait pas observer le tout avec de grands yeux écarquillés. Il serait faux de dire que plus rien ne le surprenait, mais le panorama chaotique qui les entouraient n'en faisait pas partie. Quand le militaire reprit la parole, arrachant le quarantenaire à sa contemplation, il avait haussé un sourcil, croisant le regard dans son cadet dans le rétroviseur. Pour le silence, il faudrait repasser. Quelles recherches faisaient-ils ? Si ce n'était pas secret ? Trop de curiosité, mais le brun pouvait comprendre ; ses deux cadets prenaient des risques en l'accompagnant ainsi, il pouvait bien justifier un minimum les raisons de ses besoins. « Nous essayons de jauger la résistance des hôtes à la souche virale en fonction de leur composition. Établir une sorte de moyenne concernant le temps d'infection par type d'hôte, entre autres » avait-il répondu sur un ton un peu plus sérieux que la normale, signifiant bien l'importance qu'avait tout ceci à ses yeux. Il en avait, d'après lui, dit suffisamment. Les deux militaires n'avaient pas besoin de connaître tous les détails et tant pis s'ils ne percevaient pas l'utilité de l'entreprise ; ce n'était pas leur domaine, Davis n'allait pas leur jeter la pierre pour cela.

Après une bonne heure de route, quelques infectés contournés, des détours et un silence rompu simplement par quelques commentaires sans réel fond les trois hommes arrivèrent près de l'endroit suggéré par Maverick. Les restes de la bâtisse calcinée qu'un groupe des leurs avait laissé quelques mois plus tôt donnaient au lieu une ambiance relativement glauque qui, une fois encore, ne perturba pas Davis le moins du monde. Il avait lui-même mis le feu au lycée en ville durant l'été, ne se formalisant pas des potentiels vivants encore à l'intérieur alors non, il n'allait certainement pas s'offusquer pour ce qu'il avait devant les yeux. Laissant traîner son regard sur la forêt environnante l'aîné avait hoché la tête d'un air satisfait. « On devrait pouvoir trouver ce qu'il faut. » Il l'espérait du moins, mais une nouvelle fois, il ne serait peut-être pas d'une grande aide. Reportant son attention sur ses deux accompagnants il haussa à nouveau un sourcil. « J'espère que vous vous y connaissez en matière d'appâts à gibier » avait-il ajouté sur un ton assez neutre, n'ayant pas franchement envie de passer des heures à marcher dans la forêt pour espérer tomber sur quelque chose.


xxx
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2185
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Is our deal still valid ?   Mer 8 Nov 2017 - 18:18
Stan était concentré sur la route, quand Lawrence répondit à sa question. Notamment parce qu’il devait slalomer entre plusieurs carcasses d’anciennes voitures. Pas le choix, il dut rouler sur des débris qui gisaient sur son passage et ralentir encore davantage. L’un d’eux levait encore une main décharnée vers le ciel, après que la voiture l’ait pourtant écrasé. Le jeune homme échangea ainsi un regard complice avec son voisin, à la réponse du scientifique. Il n’avait rien compris ! Pas assez de concentration. Trop de mots compliqués. Hélas, l’homme n’était pas le style à qui on demandait de répéter. Stanley fit un hochement de tête entendu et sérieux, en mode « tout à fait, bien sûr ». Alors qu’il n’en était rien. Il se garda bien de poser d’autres questions. Fin de la discussion.

Ils se garèrent finalement près du ranch où ils étaient venus plusieurs mois plus tôt. Le militaire mit un instant à sortir, saisi par les souvenirs qui affluaient à son cerveau. Il revoyait encore le grand barbu lui tirer dessus, avant de tomber sous les coups de feu ennemis. La brulure de sa blessure. Le corps de la gamine squelettique aussi. Il devinait ses restes d’ailleurs en périphérie de la bâtisse. Il pinça les lèvres, chassant ces images déplaisantes de sa tête puis sortit rejoindre les deux autres. Ses yeux s’en allèrent vers la forêt, et il émit un léger rire à la dernière remarque de Davis. Eddie tenta de retenir un sourire aussi.

- On n’est pas des chasseurs, non, avoua le plus jeune, pour expliquer sa réaction au quadragénaire. Au risque de le contrarier. Ils avaient bien des aptitudes, mais ça ne faisait pas partie de leur formation ! Sorry man ! Mais puisque c’était lui le mec qui avait le plus de jugeote de cette expédition, il trouverait bien une solution, non ? Stanley lui jeta un regard en coin. On va commencer par nos boutures, déclara-t-il, histoire au moins de remplir cette partie de l’expédition. Rien à battre si ça ne plaisait pas à leur chercheur. Y avait des vergers par là. Il montra une direction, derrière les cendres de l’ancienne habitation. Peut-être qu’on trouvera la trace d’animaux par là-bas… on pourra essayer de les pister de là.

Ils récupérèrent une partie du matériel dont ils avaient besoin et prirent la direction désirée. Ils évoluèrent ainsi quelques minutes dans la nature autour de la propriété. Ils traversèrent deux prairies d’herbes hautes, avant de déboucher sur les arbres fruitiers. Il y avait des pommiers, des poiriers et des cerisiers. Ces derniers étaient toujours en lisière de forêt. Les hommes firent leurs business et récoltèrent ce dont ils avaient besoin pour espérer replanter ces arbres sur leur sol, sur Brainbridge Island. Pendant ce temps, Lawrence avait eu tout le temps d’échafauder un plan d’attaque pour le second aspect de leur mission. Non ?

- Tu as trouvé quelque chose ? Lui demanda ainsi Stan. Il mentionnait des traces ou des empreintes.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lawrence G. Davis
Leader | Remnants
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Rieeen
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 2390
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Is our deal still valid ?   Ven 17 Nov 2017 - 14:42

À la réponse de Stanley qui avait ri légèrement à sa question, Davis avait coulé un regard assez indifférent vers lui, penchant la tête sur le côté dans l'attente d'une réponse plus sérieuse qu'un simple écho amusé. Ils n'étaient pas chasseurs, certes, mais depuis le temps qu'ils traînaient dehors et cherchaient des ressources pour le camp, ils avaient quand même dû apprendre quelques techniques ; à moins qu'ils soient juste complètement cons et qu'ils n'aient que misé sur une quelconque chance qui avait fait mouche la plupart du temps ? Le virologue en doutait franchement mais préféra ne pas relever, lançant un simple « évidemment » assez détaché.

Hissant un peu mieux son sac sur le dos, le brun avait glissé les mains dans ses poches, hochant la tête aux mots du militaire avant de se mettre à leur suite. Ils ne savaient de toute façon pas par où partir pour trouver ces gibier alors autant commencer par quelque chose de sûr et, même si l'environnement semblait pour l'instant calme, plus qu'en bas de la montagne en tous cas, rien ne garantissait que ce serait le cas longtemps et qu'ils pourraient prendre le temps par la suite de chercher ces boutures. Ils s'engagèrent donc dans la direction désignée par Maverick, le virologue soupirant légèrement à quelques reprises lors de leur passage dans les herbes hautes ; pas que ça le gênait tant que cela, il avait déjà vu pire, mais il y avait de ces jours où il n'avait juste pas envie et ronchonner ne coûtait rien alors pourquoi s'en priver ?

Lorsqu'enfin ils arrivèrent au verger, le quarantenaire laissa le soin à ses deux accompagnants de s'occuper de cette partie, traînant pour sa part dans les alentours. Il laissa voguer une nouvelle fois son regard sur le paysage autour, n'affichant pas la moindre émotion. Ça changeait nettement de leur lieu de vie, même si en un sens, ici aussi ils pourraient croire que rien n'était arrivé, comme s'ils étaient en vacances, mais c'était loin d'être le cas. Fronçant les sourcils, il avait reporté son attention sur le sol en se remettant à marcher. Chercher un signe de vie, du passage de sujets qui pourraient l'intéresser. Replongeant dans une réflexion, il chercha dans ses souvenirs ses maigres connaissances sur le sujet. Entre les cours de biologie animale qu'il avait suivi il y a de nombreuses années et qui, pour le coup, ne serait pas vraiment utiles, et les soirs où il rentrait complètement défoncé et s'affalait sur son canapé en regardant des reportages animaliers... non, rien de tout cela ne l'aiderait.

Quelques minutes plus tard, il trouva quelque chose : des empreintes au sol, relativement fraîches, qui avaient tout l'air d'appartenir à un animal assez conséquent. Pas un ours, c'était certain ; un fin sourire étira ses lèvres à cette pensées, imaginant déjà la galère que ce serait de le rentrer dans le véhicule. S'accroupissant juste à côté, il les toisa de plus près. Sanglier ? Peut-être. À la voix de Maverick derrière lui, Lawrence ne prit pas la peine de relever la tête immédiatement, désignant simplement les traces du doigt. « Un animal est passé par là récemment, en suivant ces traces jusqu'à la forêt, on aura sans doute plus de chance » avait-il lancé avant d'enfin se relever et planter son regard dans celui de son vis-à-vis. Il se rappelait avoir vu dans un documentaire que les sangliers étaient attirés par le goudron mais d'un : il ne s'agissait peut-être pas de cet animal. De deux : ils n'avaient pas le temps de trouver cela et attendre bêtement que quelque chose se pointe.


xxx
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2185
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Is our deal still valid ?   Lun 20 Nov 2017 - 17:35
Lawrence avait parcouru les environs en regardant le sol et Stanley espérait bien qu’il avait déniché une piste quelconque. Leur plan se basait effectivement pas mal sur la chance ! Mais c’était la requête du scientifique qui l’obligeait. Pour tout dire, le jeune homme se fichait pas mal de mener à bien cette partie de la mission. Sans doute était-ce important pour l’avenir de l’humanité. Hum mais sans doute cela ne faisait surtout aucune espèce de différence !

Il planta ses yeux dans ceux du chercheur et opina, avant de baisser les yeux. Les deux militaires se penchèrent à leur tour sur les empreintes, les étudiant accroupis. Le sabot était assez distinctif, si bien que sans grandes connaissances animales, les copains arrivèrent à la même conclusion que Davis : un sanglier. Ils se redressèrent et le quadragénaire leur indiqua la direction vers laquelle les traces partaient. Ils acquiescèrent. Ils pouvaient tenter leur chance, ça ne coutait pas grand-chose.

- On regarde autour de nous, indiqua le plus jeune. Évitons de nous perdre…

Ce n’était pas le tout d’évoluer les yeux rivés au sol, encore fallait-il être capable de retrouver leur chemin par la suite. Stan n’avait aucune intention de rester errer dans cette forêt pendant des lustres. Un sentiment vraisemblablement partagé par ses compères du jour… Le trio se mit donc en route. Rapidement les traces de l’animal ne furent plus visibles. Hey ! Ce serait trop facile sinon ! Ils suivirent tantôt leur instinct, se dispersèrent aussi quelques fois, pour augmenter de retrouver les traces de la créature. Et le temps coulait…

- Ici ! S’exclama Stan, en se tenant au pied d’un gros châtaigner. Il était évident que la terre y avait été retournée récemment. Concentré, il analysait le sol et la nature comme il ne l’avait jamais fait.

Ils s’enfoncèrent ainsi dans la forêt. Ils croisèrent un putride, pendu à un arbre, qui agitait les bras dans leur direction. Stan eut un minime mouvement de recul en apercevant le monstre, mais n’y prêta guère d’attention. Il passa devant sans l’achever, certainement un peu blasé. Eddie prit quant à lui le temps de faire taire le rôdeur d’un coup de lame précis dans sa boite crânienne. Le silence revint autour d’eux et le bruit des feuilles agitées par le vent put reprendre sa mélodie.

Ils tournaient depuis près de trois heures, lorsqu’Eddie leva la main en l’air, obligeant les deux autres à se figer à ses côtés. Dans un geste ralenti, il pointa une direction. Stanley se retint un instant de respirer et plissa les yeux. Sous le feuillage épais de la forêt, la visibilité n’était pas optimale. Il vit alors une masse sombre s’agiter. Ils venaient de trouver leur sanglier !


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Is our deal still valid ?   
Revenir en haut Aller en bas  
- Is our deal still valid ? -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Recherche au Deal
» PACKAGE DEAL parfait pour les series
» Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid']
» Neness (comment réduire à neant tout le serieux d'une fiche)
» PREVAL POCKETS $10,000,000 IN TELECO DEAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: