Partagez | 
 

 This Little Game, That Always Ends The Same.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3063
Age IRL : 23
MessageSujet: This Little Game, That Always Ends The Same.   Ven 4 Aoû 2017 - 16:43

Nous étions à l’heure d’aujourd’hui une grande famille tous ensemble, c’était beau. Les journées étaient chaudes, la vie était heureuse. Il ne manquait plus que les licornes qui chient des arcs-en-ciel et les éléphants roses ailés. Pour le coup, j’avais de mon côté sans doute certains trucs à faire oublier, mais bon, j’avais l’habitude des ragots et je savais très bien que les choses finiraient bien par se tasser à un moment donné. Sans doute pas aujourd’hui ni demain, mais peut-être qu’un jour je finirais par arrêter d’entendre parler de mon côté nudiste/exhibitionniste. Enfin, en attendant, je n’avais plus que mon mal en patience à prendre et aujourd’hui, j’avais décidé d’aller me promener un peu.

Juste comme ça, juste moi. J’avais besoin de tenter la vie, tenter le diable et me sentir vivante un peu. Faire n’importe quoi, c’était simple, faire les choses de façon plus sérieuse, ce n’était plus autant dans mes habitudes. Je souriais l’air de rien alors que ma décision était en train de se faire dans ma tête. Aujourd’hui, j’irais me promener un peu. Pas forcément très loin, sans doute relativement longtemps. Mais je ne resterais pas ici et puis si j’arrivais à trouver une guitare pour Plutarch ça pourrait être sympa… Ou un autre pingouin aussi ça serait drôle, parfaitement inutile, mais sans doute comique… Oui, je m’étais dit que je devrais être sérieuse aujourd’hui, j’étais mal partie…

Rassembler des affaires n’était pas bien compliqué. Des baskets, un short, pantalon fin, un t-shirt et un sac à dos. Bref le matériel de base. J’avais regardé mes autres armes avec un air dubitatif, hors de question de prendre une arme à feu, pas envie de prendre mon arc. C’était vraiment de l’inconscience de partir avec une dague, mais tant pis. J’ajustais mon sac sur le dos avant de faire un signe de la main à je ne sais pas trop qui en gueulant.

- Je serais là pour le repas de ce soir, ne vous inquiétez pas et fait passer le mot.

Quand il était question de bouffe, j’étais toujours présente et ce n’est pas aujourd’hui que les choses allaient changer. Pas question de se prendre la tête plus que ça. Je partais vers l’Ouest en direction de la ville, pourquoi par là ? Je ne savais pas trop sans doute parce que ça me paraissait les plus logiques. J’avais envie de passer par Tacoma retrouver le corps de Dante, mais je savais que ce n’était pas possible, je savais qu’il n’y aurait sans doute plus que des os. J’aimerais sans doute bien récupérer sa machette qu’il avait coincée derrière la porte… Enfin, on verrait bien où mes pas me mèneraient en tout cas tout d’abord, j’allais tout droit. J’avais l’impression d’être ce poisson dans Nemo qui chante :"nage droit devant toi."

Combien de temps j’avais marché ? Je n’en savais rien, en tout cas, j’avais fini par tomber sur une ville, sans doute pas Tacoma, c’était trop petit. J’avais bien l’impression qu’il y avait du mouvement autour de moi, mais rien de vraiment inquiétant après tout, les rodeurs, il y en a toujours partout. J’en tuais un ou deux avec ma dague reprenant ensuite ma route. Les mobs ne me faisaient pas peur, les vivants c’était une autre paire de manches. Je savais que certains pouvaient devenir violents et sanguinaires, surtout à l’idée de voir une femme seule. Je restais sur mes gardes alors que je marchais avec légèreté dans les rues délabrées ce qui offrait sans doute un gros décalage entre mon humeur et ce décor.


★ It Doesn't Matter What You Are, It Only Matters What You Do ★

Ma PlaylistJ'écris en #ccff99
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t10002-listing-des-comptes-v2#221
Dean L. Parker
avatar
Date d'inscription : 27/05/2017
Messages : 200
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: This Little Game, That Always Ends The Same.   Lun 21 Aoû 2017 - 13:26


THIS LITTLE GAME, THAT ALWAYS ENDS THE SAME


Ft Tam

L'été avait balayé les restes d'un printemps plus ou moins frais. Malgré tout, à son regard les saisons se ressemblaient toutes, du moins, même si les jours baissaient, si la grêle, la pluie et la neige tombaient, ou que le soleil brillait à vous en cramer l'épiderme, le temps passait toujours aussi vite. Chaque instant était plus dangereux que le précédent, forçant les survivants, qui en avaient la force, à subsister dans un monde qui ne leur ressemblait plus... Un univers aux griffes des Décharnés dont l'appétit n'avait aucune limite. Certains étaient seuls et erraient sans but, sans savoir de quoi serait fait leur avenir, d'autre, comme lui qui, en ce jour, continuait ses recherches dans un autre village des alentours, avaient la chance d'avoir quelqu'un, ou quelque chose sur qui compter pour ne pas devenir barge. En un sens, la terre était devenue cette île déserte d'un film où le héro parlait à un vulgaire ballon de volley, les morts en plus cela dit.... La vie s'était muée en ruines de pierres et de chair, les océans s'étaient rougis et, désormais, le silence n'était plus brisé par des éclats de voix enfantines mais plutôt par les râles morbides de ceux qui n'auraient jamais du quitter leurs tombes. On ne vivait ni n'existait plus, on survivait, nous n'étions plus que les pions de ce gigantesque plateau d'échec géré par la faucheuse elle même, et cette dernière décidait de votre sort en vous envoyant les soldats qu'elle avait libéré de l'enfer.

Dean persistait encore dans cette horreur, comme d'autres, il aurait pu baisser les bras, ce qui avait été le cas l'hiver précédent d'ailleurs, mais le souvenir précieux de son gosse le gardait droit sur ses jambes. L'espoir allait et venait parfois, par moment, il oubliait presque  la raison de sa persévérance et imaginait que celle ci n'était autre que la blondinette qui l'accompagnait depuis Mars, puis les souvenirs revenaient et le ramenaient à la dure réalité. Diego n'était ni près de lui, ni près de celle qu'il avait abandonné aux abords de San Francisco en se fichant bien de ce qu'elle pourrait devenir. Il était avec ce connard de beau père, ou peut-être seul dans ce monde délabré. Ces images fictives le poussait aux recherches lorsqu'il avait l'opportunité d'être seul, ne désirant simplement pas faire chier Gin avec quelque chose qu'elle trouverait vain et sans intérêt sinon celui de les foutre dans la merde jusqu'au cou.

Aujourd'hui, elle était restée à l'écart, comme lui elle avait besoin de repos, de manger et de boire, mais en ce qui le concernait, traîner trop longtemps quelque part n'était guère productif et lui faisait perdre un temps considérable. Aux yeux de la blonde, s'il ne désirait pas stagner, c'était simplement car il imaginait parfaitement que c'était dangereux mais, pour lui, c'était simplement car il était incapable de rester en place en pensant à son môme, quelque part, qui avait besoin de lui et de personne d'autre. Jedi l'accompagnait dans les ruelles en ruines en ce jour, les oreilles vibrantes dans tous les sens, l'esprit en alerte continuelle quant à ce qui pouvait surgir de n'importe quel carrefour. Il s'arrêtait quand son maître le faisait, l'observait pour connaître ses intentions, et suivait lorsque les pas de Parker les menaient ailleurs. Cette bête avait pris une grande part dans sa vie, il était aussi important qu'un être humain auquel il tenait, c'était con pour elle qui ne supportait pas le Beauceron mais pas pour lui qui, depuis que le monde était partit en couille, avait perdu l'entourage auquel il était attaché.

Sac sur l'épaule, le trentenaire observait les vestiges d'une ère révolu, les feux tricolores, les bâtisses où jadis les gens s'entassaient pour faire des achats tous plus stupides les uns que les autres, les épaves de bagnoles sans lesquelles on ne pouvait plus se rendre nul part, puis le ciel qui, lui, était la seule chose encore intacte et que les Décérébrés n'avaient pas ravagé. Au détour d'une rue, l'un d'eux se présenta d'ailleurs. Figé devant une vitrine, on aurait pu le prendre pour un humain, comme si cette saloperie prenait soudain conscience qu'autrefois elle observait les articles disposés derrière la vitre d'une boutique. Immédiatement, le chien gronda, le poil hérissé que de voir l'un des monstres capables de le zigouiller en un temps record. Quant à Dean, ses doigts agrippèrent le marteau à l'arrière de son jean et le serrèrent suffisamment. Suite à quoi, il ne laissa guère le temps à la créature de s'approcher lorsqu'elle le vit et lui asséna maints coups sur le crâne jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'une bouillie noirâtre à ses pieds. Satisfait de son geste, subitement une ombre attira son regard plus loin dans l'avenue déserte. C'était peut-être son imagination, peut-être oui, mais quand on avait la chance d'être accompagné d'un clebs il était rare qu'on se trompe quand, en posant les yeux sur celui-ci, on le voyait se tenir différemment qu'en temps normal. Il l'avait vu lui aussi, ils n'étaient pas seuls, quelqu'un, ou quelque chose, avaient vue sur eux et, s'ils restaient là, ils s'exposaient sans aucune chance de réchapper aux tirs qui pouvaient potentiellement fuser.

- Pas bouger Jed'... Susurra-t-il, entre ses dents, à l'animal dont le couinement l'invita à le fusiller du regard pour le voir s’asseoir. Puis, avec lenteur, Parker empoigna une canette vite dans son sac et la balança dans la direction de ce qu'il avait aperçu. S'il s'agissait d'un macchabée, alors il ne tarderait plus à le voir se pointer.
egotrip



Only survival matters
I’m gonna tell you something you don’t want to hear. I’m gonna show you where its dark... But have no fear. ♬♪♫

Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3063
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: This Little Game, That Always Ends The Same.   Lun 21 Aoû 2017 - 18:26

Tout se passait plutôt bien dans mon expédition. Jusqu’à présent, je n’avais pas rencontré trop de mobs. J’étais tombé sur un magasin de jeu vidéo et une partie de moi avait été obligée de faire du lèche-vitrine pendant quelques minutes. C’était ridicule, mais c’était ce genre de chose qui me rappelait qui j’étais avant avec un léger pincement au cœur. J’étais rentré dedans histoire de voir. Histoire sans doute de me faire un peu plus mal. Je me rappelais comme si c’était hier de moi derrière le comptoir et de voir tant de gens qui défilait les uns après les autres pour acheter le dernier Assassin’s Creed ou Call Of Duty. C’était loin tout ça, tellement. Je remarquais une boite en occasion du dernier Elder Scroll. Jamais je n’aurais la suite des aventures se déroulant en Tamriel. Enfin, c’était derrière moi tout ça, je devais apprendre à aller de l’avant. C’est avec un regard crispé et après être tombé sur quelque figurine qui atterrissait dans mon sac que je repartis de l’endroit. C’était inutile et sans aucun intérêt dans ma quête du jour, mais ça pourrait toujours décorer ma chambre dans un futur proche. J’avais également pris quelques tasses. Je soulerais tout le monde avec. Mon objectif dans ma vie était maintenant d’avoir une collection de tasses. Je passerais mon temps à boire dans ses dernières. Oui, j’étais stupide, mais c’était comme ça.

En sortant de là, je repris ma route, je me suis ensuite interdit de rentrer dans les vestiges d’un Sephora. J’avais mal de voir une enseigne de la sorte dans un état aussi pitoyable. J’avais envie d’un crayon et de fond de teint, mais c’était tout simplement stupide. C’était il y a si longtemps la dernière fois que je n’avais pas eu l’occasion de m’amuser avec ce genre de produit. Tout me semblait si loin à présent. Je finis par me détourner à contrecœur alors que je poursuivais ma route. J’avais de meilleures choses à trouver, j’en étais quasiment certaine et puis, tout le monde m’aimait sans maquillage alors je n’allais pas me plaindre. En reprenant ma route, j’arrivais à une intersection l’air de rien. J’avais commencé à m’engager dans cette dernière quand j’avais vu un homme tuer un autre homme ou un mob. J’ai pris peur d’un coup et j’avais donc décidé de battre en retraite. Je n’avais aucune arme, je n’avais aucune chance de survivre face à lui s’il était méchant.

Il ne me fallait pas longtemps pour analyser la situation, j’avais beaucoup de choses à gagner si je mourais, mais j’en avais tout autant à perdre. Je passais une main sur ma jambe avec une grimace. Ce souvenir, il me faisait peur, mais c’était aussi de lui que je puisais toute la force que j’avais encore. Il s’était passé tout un tas de choses, et le secret c’était de les accepter et de garder la tête droite. Je n’allais pas continuer de vivre caché. Alors que j’étais en pleine réflexion, j’entendais le bruit d’une cannette vide s’écraser en ma direction. Je pestais contre moi-même, il m’avait vu… Il fallait que je trouve une solution, si j’allais vers cette dernière, il était évident qu’il me prendrait pour un mob, si je n’y allais pas, il me prendrait pour un humain hostile. Hors de question de lui crier un truc il pourrait mal le prendre aussi.

Bon, j’ai définitivement beaucoup trop réfléchi à ça. Après tout, YOLO, c’était le mot qui représentait le plus ma vie jusqu’à présent alors autant continuer. Je finis par sortir de ma cachette où j’étais en pleine réflexion alors que je remarquais les vestiges d’une bouteille de coca à mes pieds. Un petit sourire apparut sur mon visage, je savais ce que j’allais faire. J’attrapais la bouteille avant de passer ma tête dans l’intersection. Je tournais ma tête à droite à gauche histoire de vérifier les alentours avant de jeter la bouteille dans sa direction. Elle ne ferait pas autant de bruit que sa cannette, mais au moins, il comprendrait que c’était une façon comme une autre d’ouvrir le dialogue enfin, j’espérais.

Je m’asseyais dos au mur de l’intersection pour pouvoir le voir en penchant légèrement la tête. J’étais totalement débile sur le coup et pour ne pas arranger le truc, j’étais en train de pouffer comme une adolescente en chaleur. J’espérais surtout qu’il ne soit pas menaçant, parce que j’étais en train de dévoiler ma position, c’était certain.


★ It Doesn't Matter What You Are, It Only Matters What You Do ★

Ma PlaylistJ'écris en #ccff99
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t10002-listing-des-comptes-v2#221
Dean L. Parker
avatar
Date d'inscription : 27/05/2017
Messages : 200
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: This Little Game, That Always Ends The Same.   Mar 22 Aoû 2017 - 13:46


THIS LITTLE GAME, THAT ALWAYS ENDS THE SAME


Ft Tam

Figé l'espace d'une poignée de secondes, durant lesquelles rien ne surgit, ni humain ni rôdeurs, Dean sourcilla. Il n'était pas dingue, Jedi non plus d'ailleurs mais, étrangement, en observant une dernière fois l'animal avant de prendre la décision d'avancer plus loin sans être inquiété d'être suivit, ou d'avoir à tomber sur un groupe de cinglés potentiellement dangereux, un rictus quitta ses lèvres. La queue du chien balayait le trottoir comme s'il était impatient de faire face à ce qui, hypothétiquement, se trouvait au prochain embranchement. C'était la première fois qu'il le voyait réagir ainsi, comme si rien n'était dangereux, que l'odeur que lui seul sentait n'avait rien d'hostile. Devait-il s'y fier ou en faire fie ? Jusqu'ici le trentenaire n'avait eu à se méfier d'aucune réaction de l'animal, il était fiable, peut-être bien plus qu'un humain. Après tout sa vision était bien meilleure, son odorat bien plus sensible que ceux des hommes, alors pourquoi aurait-il à douter cette fois ? Ce n'était peut-être rien d'autre qu'une autre bête, elle aussi errante comme il avait trouvé le Beauceron autrefois, allez savoir... S'il restait sur place de toute évidence la réponse ne lui tomberait pas tout cuit dans le bec.

Sans piper mot, ses doigts frôlèrent l'oreille de son compagnon, l'invitant ainsi à se remettre en marche pour aller à la recherche de cette « chose ». Chose oui, pour l'instant, et sans savoir à quoi il aurait affaire, Dean n'allait certainement pas faire des plans sur la comète. Un dernier soupir quitta sa gorge puis, en replaçant l'unique bandoulière du sac à dos contre son épaule, il avança prudemment sans cesser de serrer le marteau lui ayant servi plus tôt. Jusqu'ici rien, il avait bien eu le temps de faire dix mètres sans être inquiété quand, subitement, la pointe de sa boots heurta les restes d'une bouteille de coca vide qui venait de rouler dans sa direction. Nonchalamment, le jeune père stoppa son ascension et baissa les cils vers l'objet puis, rapidement, les redressa vers la rue voisine avant de laisser échapper un rictus amusé.

Il ne riait pas souvent, du moins ceux qui le connaissaient ne pouvaient pas se vanter de lui avoir arracher des larmes rieuses, mais ici, le comique de situation fut suffisant pour lui arracher quelques soubresauts qu'il tenta de stopper en se pinçant l'arrête du nez. Quelqu'un d'hostile n'aurait jamais répondu de la sorte, il en savait suffisamment pour avoir déjà fait face à des personnes aux intentions malsaines et jamais on n'avait imité son geste pour prévenir de sa présence... Non, là c'était simplement une manière de répondre, plus silencieuse et discrète qu'un éclat de voix, en espérant qu'on aurait pas idée de tirer quelques salves ou de se montrer brutal. Amusé malgré lui, Parker termina par pincer les lèvres après avoir ramassé la bouteille vide que Jedi ne tarda pas à flairer sous un sourire de sa part. Dans peu de temps, la boule de poils trouverait le propriétaire de cette canette, ça ne ferait pas un pli. Toujours en silence, il scruta l'attitude de son partenaire canin, celui-ci plus enjoué que d'accoutumé, rien d'alarmant donc il le laissa s'élancer tranquillement sur l'asphalte en restant à distance raisonnable. Durant l'investigation de la bête, Parker replaça le marteau à sa taille et glissa les doigts tout contre l'arme à feu qu'il possédait ainsi, si le danger se montrait, il ne serait guère prit au dépourvu et pourrait aisément les en dépêtrer. Jedi reniflait, couinait parfois puis battait de la queue de plus en plus et ce jusqu'à ce qu'il ne voit plus que son train arrière et ce plumeau de poils fouetter l'air derrière les restes d'une bennes à ordures.

Trouvé ! Néanmoins, lui ne voyait pas encore ce que foutait son pote à quatre pattes, visiblement il jappait doucement, joyeusement même et tentait de faire ami-ami avec ce qui ce trouvait derrière. Naturellement, Dean avança plus vite, l'arme dégainée cette fois malgré l'assurance que lui offrait le chien quant à la sérénité des lieux puis contourna la benne, à distance suffisante, pour enfin pointer le canon sur ce qui se trouvait planquer à côté. La scène était plutôt risible, le clebs léchait la poire d'une jeune femme, une brunette d'après les mèches de cheveux que le vent faisait virevolter. Tatouée qui plus était, après tout il voyait ses mains tenter de se défaire de l'affection de la bête qui l'avait prise en amour. Ce n'était pas dangereux, cette fille n'avait pas l'air d'une cinglée prête à crever le premier venu pour s'en sortir coûte que coûte, la preuve étant qu'elle n'avait guère l'air hostile envers le chien qui lui récurait joyeusement les joues. Aussi, et parce qu'il était pris d'un léger rire faisant soubresauter son thorax, Dean baissa son arme contre sa cuisse puis ouvrit enfin la bouche pour qu'elle constate que le chien était accompagné.

- Il te fera rien... Lâcha-t-il en réprimant un ultime rictus. C'est la première fois qu'il réagit comme ça, c'est la première fois aussi que j'communique au jet de canettes, c'est plutôt réussi. Conclut-il en claquant des doigts pour que le chien revienne à ses pieds et en brandissant, avec amusement, la bouteille qui appartenait à cette fille.

Jedi ne lâchait pas du regard sa trouvaille, ravi de lui avoir mis la patte et la langue dessus, il y avait une première à tout et, visiblement, cette fois il n'y aurait aucune animosité en jeu avant que Parker soit sûr qu'il n'y avait aucun danger pour lui.
egotrip



Only survival matters
I’m gonna tell you something you don’t want to hear. I’m gonna show you where its dark... But have no fear. ♬♪♫

Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3063
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: This Little Game, That Always Ends The Same.   Mer 23 Aoû 2017 - 8:54

Du coin de l’œil, j’avais plus ou moins surveillé l’arrivée de l’homme. J’avais penché la tête une première fois, puis une seconde et au final, je m’étais fait agro par un chien. J’avoue que je n’avais pas vraiment prévu ça. Je n’avais pas vraiment peur de ce genre d’animaux, mais autant dire que je n’en avais pas vu depuis de longs mois. Il y avait bien le chat d’Elena, mais ce n’était pas vraiment la même chose. Il y avait même eu le canard de Ludwig pendant un temps. Cependant, ce chien était plus massif. Heureusement pour moi, il ne me voulait pas grand-chose. Il se contentait de me donner de grand coup de langue sur le visage.

Seul problème, j’avais une tendance à rire beaucoup trop grande et je n’arrivais tout simplement plus à m’arrêter. J’avais était relativement sombre ses derniers temps, toujours dans la peur de voir mes amis mourir, toujours dans l’inquiétude de savoir ce qu’était devenue Kassandra. En tout cas, ce chien aura été ma goutte de bonheur aujourd’hui. Je ne l’avais pas vu venir et autant dire qu’il aura illuminé ma journée à coup de langue dans ma face et cette attaque était super efficace. Tout ça me rappelait avec une nostalgie certaine, les heures que j’avais passées à jouer à Pokemon. Ce jeu, il était tout simplement magique. Enfin, il fallait que je me calme parce que clairement tout ça allait attirer toute une horde de mobs et je n’avais pas spécialement envie de mourir maintenant en fait, j’étais trop jeune pour ça, j’avais encore toute la vie devant moi, enfin si on oublier que j’avais longtemps était persuadé que je passerais l’arme à gauche à vingt-cinq ans.

Finalement, une voix s’était élevée au-dessus de moi. J’avais été con de m’assoir par terre, il me dominait maintenant de toute sa haute et je ne pouvais même pas lui dire quoi que ce soit ni même me relever à cause de l’attaque-surprise de ce foutu chien. Son commentaire m’aurait encore fait rire si je n’étais pas à moitié en train de m’étouffer. Je réussis tout de même à prononcer entre deux coups de langue.

- Je crois que s’il avait voulu me croquer, ce serait déjà fait non ?

Il était certain que si l’animal était agressif, je serais déjà dévisagé. Je le laissais me lécher encore un peu le visage alors que mes mains passaient dans son coup et le haut de ses pattes avant. C’était une bonne bête, c’était certain. Je réussis tout de même à légèrement éloigner sa tête de moi avant de plaquer mon regard dans le sien. Je le regardais avec beaucoup de sérieux avant de lui parler comme j’aurais parlé à un homme tout à fait normal.

- Bon, très cher prince charmant, je t’aime bien, mais je suis vraiment désolé, j’en aime un autre alors, je vais être contraint de briser ton petit cœur.

Ce n’était pas vraiment vrai, enfin, je ne crois pas. Peut-être que si au final, ou peut-être pas… Enfin, je n’avais pas vraiment la réponse à cette question. Sauf si la réponse : "C’est le bordel" était acceptable, ce que je n’étais pas vraiment certaine en soit. Je finis par me relever pour faire face à l’homme que j’avais devant moi. Je me permettais même le luxe de le regarder pendant quelques minutes. Je l’aimais bien, il avait une bonne bouille, enfin même s’il était armé, il n’avait pas vraiment l’air plus méchant que d’autre que j’avais déjà rencontré par le passé. Toujours avec un sourire, j’ajoutais alors.

- On a inventé les SMS de la fin du monde. Je vais le noter dans un coin et déposer un brevet. Je pourrais peut-être être riche dans ce Nouveau Monde. J’accepte de partager le butin avec toi, puisqu’on était deux.

C’était sans doute un peu stupide de ma part de dédramatiser autant la situation avec un illustre inconnu, mais qu’importe. Je le détaillais un peu plus, c’était sans doute le moment où je devais me présenter, mais je n’avais pas la moindre idée de comment on faisait ça encore, je n’avais plus vraiment l’habitude de croiser des nouveaux. Cela faisait deux mois qu’on était dans la même maison, mais tout le monde savait à présent que je m’appelais Tamara, même si je l’avais longtemps caché. Cela n’avait plus vraiment d’importance au final. Je finis par tendre une main à mon interlocuteur.

- Je m’appelle Tam. Enfin, ce n’est pas vraiment mon prénom, mais tout le monde m’appelle comme ça, alors c’est tout aussi bien si tu fais pareil. Je ne sais pas vraiment si tu es du coin, mais j’étais à la recherche d’une amie.

Oui, j’avais bien l’intention de lui faire tout le baratin habituel. S’il voulait savoir ce que je foutais là et bien, j’allais lui dire, je n’allais pas dire quoi que ce soit sur mon groupe, parce que ce n’était pas cool, mais je pouvais bel et bien sympathiser avec lui, ça ne couter rien.


★ It Doesn't Matter What You Are, It Only Matters What You Do ★

Ma PlaylistJ'écris en #ccff99
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t10002-listing-des-comptes-v2#221
Guinevere Weaver
avatar
Date d'inscription : 27/05/2017
Messages : 58
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: This Little Game, That Always Ends The Same.   Jeu 24 Aoû 2017 - 11:54

Gin’ avait forcé l’arrêt. S’arrêter c’était crever hein ? Gin’ n’en avait strictement plus rien à faire et le lui avait fait clairement comprendre. Elle avait trouvé un hall de banque avec de lourdes portes sécurisées et avait invité Dean à s’arrêter avec elle, prendre le temps de s’assoir, de manger quelque chose et de dormir aussi, en passant. Elle avait réussi à l’arrêter quelques instants. L’appel du ventre, comme tous les hommes. Mais alors qu’elle l’avait un peu pousser à s’allonger avec elle pour une sieste – peut-être un peu câline ? Autant en profiter – il avait mis fin au jeu, l’embrassant sur le front pour lui dire de dormir un peu, qu’il allait faire un tour avec Jedi dans les environs. Elle avait un peu soufflé, mais sa sieste, elle y tenait. Elle avait embrassé Dean, espérant lui faire regretter son escapade, avec jeter un regard noir au chien qui lui jappa dessus, avant de les laisser partir. Elle ne détestait plus autant le chien qu’avant. Ils passaient plus de temps à se chamailler comme des gosses qu’à se détester. C’était bizarre d’autant humaniser un animal, pourtant c’était vraiment ça. Si Gin’ avait le malheur de lui tirer la langue, Jedi jappait dans sa direction ou lui sautait dessus pour lui lécher le visage – exactement ce qu’elle détestait le plus. De vrais gosses.

Elle n’avait pas dormi depuis quinze minutes qu’un coup sur la porte vitrée la réveilla en sursaut. Rien de grave, un cadavre avait cogné à la porte, l’odeur de leur passage devait l’avoir alerté. Il était seul. Gin’ cessa de bouger, restant parfaitement immobile au sol. La porte ne bougerait pas, ils y avaient veillé au moment où Dean était parti. Il n’y avait qu’à attendre. Quinze minutes lui avait suffi pour recharger ses batteries, les repos les plus courts étaient généralement les meilleurs. Elle tâchait de contrôler sa respiration pour diminuer les battements de son cœur qu’elle avait l’impression d’entendre trop fort dans ses oreilles. Le mort cogne plusieurs fois, encore alléché par l’odeur des vivants. Elle compte. C’est tout ce qu’elle peut faire. Et au bout de dix longues – trop longues – minutes, le mort laisse tomber. En fait, elle réalise que cela fait quelques temps déjà que les coups à la porte ont cessé. Elle se relève enfin, va coller son visage sur la porte vitrée. Le mort est loin. La voie est libre. Gin’ rassemble ses affaires et débloque la porte. Il est temps de retrouver Dean, il ne devait pas être très loin. Il ne partait jamais plus d’une heure, elle pouvait encore le retrouver.

Elle avançait depuis un moment quand elle entendit le chien japper et des … éclats de rires. Elle était presqu’arrivée à un coin de rue, ils ne devaient pas être loin. Mais par précaution, Gin’ avait resserré sa prise sur son couteau de pêche. Elle était au coin de la rue quand Jedi la repéra. Les jappements joyeux du chien se muèrent en un grondement caractéristique qui ne tromperait pas Dean. D’ailleurs le chien ne se fit pas prier pour débusquer la blonde et lui sauter dessus pour lui attraper la manche et la tirer à découvert.

« Jedi, putain ! »

Le chien la lâche et lui aboie dessus, une fois, avant de s’assoir et de la regarder la tête penchée sur le côté. Gin’ lui tira la langue. Il lui aboya dessus en réponse. Soupire. Elle se retourne et Dean est là, avec une femme qui a visiblement le sourire aux lèvres. Gin’, dans toute sa superbe, observe la brune tatouée avec méfiance et réserve. Elle voit Jedi se détourner d’elle pour venir tourner autour des jambes de la nouvelle venue. En plus ce con de chien l’apprécie. Par jalousie infantile, la blonde se referme un peu, serrant la main sur le manche de son couteau sagement laissé le long de sa cuisse. Elle la détaille sans pudeur aucune, avant de jeter un coup d’œil à Dean. Il est en vie, et presqu’hilare. Ça rend Guinevere bougonne. Jalouse.

« Il se passe quoi ? »

Parce que la situation, elle n’a pas l’air dangereuse. Que Dean semble passer un bon moment – sans elle. Que même le clebs a l’air de trouver l’inconnue à son goût. Que Gin’, elle se sent de trop et que sa peur de l’abandon revient au galop. C’est ridicule, ouais. Mais c’est comme ça.  
Revenir en haut Aller en bas
Dean L. Parker
avatar
Date d'inscription : 27/05/2017
Messages : 200
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: This Little Game, That Always Ends The Same.   Jeu 24 Aoû 2017 - 21:57


THIS LITTLE GAME, THAT ALWAYS ENDS THE SAME


Ft Tam & Gin

C'était risible, jamais il n'avait vu son fidèle compagnon agir de la sorte, lui certifiant, sans même qu'il soit doté de la parole, que cette fille ne représentait pas le moindre danger. D'ailleurs sa boutade concernant leur manière de communication lui arracha un sourire. On revenait au basique en un certain sens, comme lorsque des gens esseulés balançaient des bouteilles à la mer dans l'espoir qu'un jour quelqu'un la trouverait pour leur répondre ensuite. C'était très romanesque en y songeant, et peu crédible à la fois, après tout étant donné les courants, marées et autres précipitations, comment diable une bouteille pouvait-elle parvenir au même destinataire deux fois de suite ? Le voilà qui pensait à des conneries inutiles, tellement qu'il du secouer la tête pour revenir aux yeux bruns de son interlocutrice dont le sourire ne tarit pas même lorsqu'elle lui offrit son prénom en lui tendant une paume..

Habituellement sur la défensive, même peu enclin au contact et autres niaiseries du genre, le trentenaire lui serra la main tout en lui cédant son nom. Dean, rien de bien folichon, pas de surnom, pas de petit nom à rallonge pour l'appeler différemment et varier les styles, simplement Dean, chose qui lui convenait bien plus que les milliers de diminutifs que trouvaient les proches de personnes aux patronymes s'y prêtant. La demoiselle cherchait donc une amie, cette information le fit sourciller. C'était un peu comme si la fin du monde n'avait jamais eu lieu et qu'il était normal de se donner rendez vous à un coin de rue. Cette brunette était particulière, en témoignait la manière dont elle souriait, s'exprimait et agitait les mains, rien à voir avec la plupart des individus qu'il avait croisé jusqu'à présent. En général, les rencontres étaient plutôt froides et très vites expédiées, simplement car il n'avait besoin de personne pour l'épauler, personne hormis celle qui, à l'heure actuelle, devait certainement se lover dans les bras de Morphée. La confiance se méritait d'après lui, Parker ne l'offrait jamais à la légère, préférant observer, se taire et aviser ensuite mais là, les choses se déroulaient un peu comme lorsqu'il avait rencontré sa chieuse de blonde, aussi, il ne douta guère de ce qu'elle lui affirmait concernant sa présence dans le coin, et même s'il s'agissait d'une énorme connerie, qui était-il pour lui en tenir rigueur ? Le temps qu'elle ne lui tirait pas dessus tout allait bien.

- J'vais tout savoir en à peine dix secondes. Plaisanta-t-il en un demi sourire qui révélait l'une de ses fossettes. Jusqu'ici, Parker n'avait jamais entretenu de discutions légères avec quiconque, même avec Giny les choses étaient souvent tendus, qu'il s'agisse des mots ou d'un point de vue physique, en général il y avait toujours une tension palpable entre eux, comme si chacun était sur la défensive et se préservait de ce que l'autre était capable de dire ou faire. Ici, face à elle, on aurait pu qualifier ça de conversation banale, aussi banales que l'étaient les bavardages de bonne-femmes à la sortie du marché. J'suis pas flic, j'l'étais pas avant d'ailleurs, t'es libre de t'trouver là... J'suis juste surpris de tomber sur une fille seule dans un tel désert...

Prêt à en rajouter, le comportement de Jedi lui coupa l'herbe sous le pied quand, soudain, sans prévenir, il fila comme une flèche vers le bout de la rue. Immédiatement Parker enclencha le chien de son flingue. Il n'y avait certes pas énormément de rôdeurs dans l'coin mais un simple bruit, ne serait-ce que celui de la canette qu'il avait balancé plus tôt, pouvait en attirer un sacré tas. Méfiant, sur le qui vive, une sueur froide lui dévorant déjà l'échine, un rictus lui échappa lorsqu'il vit son clebs déloger Gin de sa cachette provisoire. Et étant donné la tronche qu'elle tirait, une fois n'était pas coutume, elle pestait sur l'animal qui lui rendait aisément la pareille. Après un échange de regards défiants, Jedi rebroussa chemin pour revenir se frotter le poil aux jambes de Tam. Dans le genre « J'te nargue », il se posait là, parfaitement synchrone avec le regard étrange que la blondinette lançait à la brunette avant d'interroger la seule personne qu'elle connaissait.

- Si j'avais envie d'te la faire à l'envers en t'disant que j'étais seul, c'est foutu. Lâcha-t-il à l'intention de sa première interlocutrice. Il s'passe qu'on discute. En captant le regard froid de la blonde, un sourire mesquin étira la commissure des lèvres de Parker. C'était la première fois qu'il la voyait « pester » de la sorte sans qu'une insulte passe ses jolies lèvres, serait-elle jalouse ? Tam passait dans l'coin, on s'est tombé dessus par hasard, rien d'plus. Joueur, amusé de la voir dans cet état particulier, révélant sans doute quelques facettes inhabituelles de son caractère de merde, Dean ne précisa guère qu'il ne la connaissait pas vraiment. Jedi l'a trouvé, elle cherche une amie et... comme on a rien d'autre à faire, pourquoi pas faire un bout de chemin ensemble ? Sans laisser le temps de réponse à sa chieuse fétiche, le trentenaire planta son regard dans les yeux sombres de Tam. Enfin si ça t'emmerdes pas que Gin et moi on s'joigne à tes recherches ?
egotrip



Only survival matters
I’m gonna tell you something you don’t want to hear. I’m gonna show you where its dark... But have no fear. ♬♪♫

Revenir en haut Aller en bas
 
This Little Game, That Always Ends The Same.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» Eyeshield 21 saison 2 Sur Game One en mai
» Game of Thrones
» Segment Triple H , Undertaker , Dead Game !
» All Star Game Lineup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: