The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Easier to run -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1276
Age IRL : 25
MessageSujet: Easier to run   Dim 23 Juil 2017 - 11:24
Duncan et Sarah n'étaient pas encore rentrés, et Andrea ne les attendait plus. Pas après tout ce qu'il s'était passé pour eux. Les deux mains sur le volant du véhicule, elle ralentit doucement la cadence pour venir s'arrêter à l'entrée du ville. Là, elle pressa légèrement l'accélérateur pour venir se mettre entre deux voitures abandonnées, et laisser croire que la sienne l'était aussi. Certes, la poussière dessus n'aiderait pas à le faire croire trop longtemps, mais elle ferait illusion assez pour pouvoir la récupérer ensuite. La gorge nouée, elle sortit de l'habitacle en prenant soin de ne pas faire trop de bruit.

Elle était seule. Seule, parce que la plupart des siens était morts ou en sursis, et parce qu'elle faisait parti des derniers encore vaillants à pouvoir prêter main forte en extérieur. La colère l'animait depuis la mort de William et Breann. Elle s'était accentuée au départ de Sarah et Duncan, qui jouaient les Bonny and Clide, au pire moment pour le groupe. Pestant contre cette égoïsme crasse, l'afro-américaine décida de chasser sa rancoeur en rassemblant sa concentration et son sérieux. Se faire avoir lâchement tout ça parce qu'elle en voulait aux deux crétins qu'elle avait poussé dans les bras l'un de l'autre, ça serait un comble.

Et Andrea se refusait à leur faire se plaisir. Les mains nouées autour de sa hache, elle porta à sa ceinture l'une des armes de Selene, la coinçant à l'arrière de son pantalon. Là, elle fit en sorte de la cacher, en rabattant par-dessus son haut. Si elle n'était pas la plus douée pour s'en servir, elle pouvait toujours profiter de l'effet de surprise. S'avançant à pas de chat, elle remonta une longue avenue en faisant attention de ne pas se faire avoir à une jonction. La ville de Des Moines ne réservait peut-être pas beaucoup de surprises pour des survivants, mais Andrea n'avait pas le choix que d'y faire un tour.

Elle pouvait sentir la pression de ce silence pesant sur ses épaules, la moiteur ambiante, l'incertitude qui régnait autour d'elle. Si Des Moines n'avaient pas été visité par les siens, la métisse allait avoir l'occasion d'en faire le tour complet toute seule. Et si la ville était à sa merci, elle n'en serait que plus reconnaissante. Pour autant, elle sentait que tout ne serait pas si simple. Même si elle voulait y croire, Andrea n'était pas dupe : elle avait trop de fois eu à faire à ce monde, et si elle n'avait jamais été une personne naïve, elle avait perdu ce qui lui restait de cette innocence lorsque l'épidémie s'était déchaînée sur le pays.

Depuis, tout était devenu un mécanisme bien huilé, pour survivre : rester sur ses gardes, ne jamais perdre sa méfiance, peaufiner ses réflexes, réagir efficacement et rapidement. La dernière fois qu'elle était sortie vraiment seule, c'était pour sauver la vie de sa sœur. Elle avait passé des jours entier dehors, pour trouver de quoi rétablir la santé de son aînée. En vain. Cette fois, alors qu'elle avisait une pharmacie de l'oeil, elle espérait que ça ne serait pas pour le même résultat. Andrea s'approcha, fixa d'un œil sombre le rideau de fer qui fermait l'accès. Glissant le tranchant de sa lame, elle s'en servit comme levier pour lui faire quitter le sol.

Et là, alors qu'une maigre opportunité s'offrait à elle, elle glissa ses doigts et leva l'accès du mieux qu'elle le put. Elle parvint faiblement à soulever soixante centimètres. De quoi s'y glisser en prenant son temps. Elle poussa un petit soupir : le mécanisme était bloqué autrement, et à part en démontant le rideau complet, elle ne parviendrait à rien de plus. Tant pis. L'afro-américaine se coucha au sol, et rentra à l'intérieur sans se faire prier. Là, elle se redressa, poussa la porte doucement, et pénétra dans un endroit si sombre qu'elle ne voyait pas à trois pas devant elle. Ça allait être encore une partie de plaisir...




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Kerwan Day
Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Hache et fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 17/01/2016
Messages : 463
Age IRL : 21
MessageSujet: Re: Easier to run   Lun 7 Aoû 2017 - 12:32
Easier to run × ft. Andrea & Kerwan
Et voila. Il s'était séparé de cette gamine après quelques jours, sans doute une semaine. Elle disait vouloir à tout prix retrouver son frère sans aide du grand brun. Il l'avait déjà aidé durant quelques jours, l'avait nourrie et protégée des rôdeurs; elle qui était si affaiblie. Mais il la laissa partir, car il savait qu'elle finirait par le retrouver, son grand frère. Et au fond, il l'enviait un peu, cette gamine. Elle avait encore un petit bout de famille, elle.
Il reprit donc chemin pour sortir de Seattle, voulant s'éloigner de toute cette foule et profiter un peu d'être au calme, même si cela s'avérait compliqué à cause de tous ces rôdeurs qui déboulaient de nulle part. Et avec une voiture comme seul moyen de locomotion, il était évident qu'il allait, lui aussi, attirer d'autres rôdeurs.

L'été et la chaleur étaient arrivés, sauf qu'avec eux de nouveaux problèmes s'annonçaient, comme trouver davantage d'eau potable, mais aussi les moustiques et autres petites bêtes porteuses de diverses maladies. Et Kerwan avait peur qu'à cause de ces petites bestioles il ne devienne l'un d'entre eux, comme à chaque été. Alors il était très vigilant, et sortait dehors habillé avec une fine couche de vêtement qui le recouvrait entièrement, sauf la tête, le cou et les mains.
Et depuis quelques jours, il devait affronter un autre problème. Il avait mangé et bu quelque chose de pas très net, et maintenant il était malade; à en avoir des crampes n'importe quand, même quand il était en train d'affronter des rôdeurs. Vu qu'un homme était bien plus sensible à la douleur qu'une femme, c'était comme l'enfer pour lui. Une vraie petite nature, je vous jure. Il fallait qu'il trouve une pharmacie, et au plus vite; en espérant y trouver encore des cachetons pour essayer de se soigner.

Il roula, roula encore et encore. Il finit par arriver dans un village qu'il ne connaissait pas, se nommant apparemment Des Moines. Plutôt étrange comme nom. Et, alors qu'il allait traverser cette ville, il tomba par hasard sur une pharmacie. Il s'empressa vite d'aller se garer un peu plus loin, de récupérer ses affaires et de sortir du véhicule. Tant que les crampes ne revenaient pas, il fallait faire vite. Et, au moment de passer sous la porte métallique, il fut à nouveau pris de crampes. Se tenant contre celle-ci avec une main sur le ventre, il grimaçait fortement sous la douleur. Il regarda autour de lui, afin de voir si personne n'était là, et une énorme flatulence se fit entendre tout autour. Son teint était tellement pâle qu'on l'aurait presque confondu avec des infectés, d'ailleurs. Enfin, il réussi tant bien que mal à se glisser sous la porte métallique, armé de sa lampe frontale. Il espérait vraiment y trouver des cachets contre la chiasse.  
code by lizzou × gifs by tumblr




 
 


   
••• ••• ••• ••• ••• •••
   • Look. Do you see in front of you ?
There are the Hell's door. Good luck my friend ! •
© Mzlle Alice.

   

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1276
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Easier to run   Jeu 10 Aoû 2017 - 12:19
Pour l’instant, tout se passait bien. Ça faisait longtemps qu’elle n’avait pas fait route seule. La dernière fois, ça remontait au moins à avant de rejoindre la prison. Ça remontait à la pneumonie qui avait emporté sa sœur aînée, en la laissant en tête à tête avec son neveu. Un pincement au cœur plus tard, l’afro-américaine tenta de chasser ces pensées déprimantes, en inspirant profondément. Puis, elle se figea :

« C’est quoi ça ? » Murmura-t-elle en entendant du bruit.

Elle n’osa pas sortir de son étagère, jetant qu’un bref coup d’œil sur le côté pour essayer de comprendre. Un mort ? L’avait-on vu rentrer ? Elle n’était pas là depuis très longtemps, ça ne serait pas si étonnant. Avec soin, elle fourra dans son sac le sachet d’aspirine qu’elle venait de trouver dans la poche de son jean, avant de saisir silencieusement sa hache, qu’elle serra de toutes ses forces pour se préparer au pire. Mais elle ne pouvait pas s’avancer au devant du danger sans savoir à quoi elle avait à faire. Combien étaient-ils ? Elle prêta l’oreille, pour essayer d’entendre les râles, les gestes maladroits, tout ce qui allait avec le bagage du cadavre ambulant.

Rien. Juste… Un pet.
Andrea écarquilla les yeux de stupeurs, avant de comprendre à quoi elle avait à faire :

« Sérieusement ?! » Lança-t-elle de sa position avant de pester d’avantage.

Elle tombait sur un gros crado qui pétait à tout va à l’endroit où elle était ? Non mais c’était un comble ! Toujours à l’abri, elle jeta un coup d’œil pour apercevoir la silhouette d’un homme. Lui-même s’était retranché près de l’entrée et essayer de percevoir où elle se trouvait. Elle put le voir crisper, se tenant le ventre d’une main, un visage figeait par la douleur. Qu’est-ce que c’était que ce bordel ? Un soupir lui échappa, et elle sortit de sa planque avec précaution, sans s’avancer plus en avant. Si l’homme avait une arme à distance, elle ne tenait pas à se prendre une balle.

Sans lever les mains pour avertir qu’elle ne ferait rien, la brune lui montra bien qu’elle avait une hache, et qu’elle n’hésiterait pas à s’en servir s’il se montrait trop dégoûtant. Mais vu l’état du type, il était sûr qu’il ne tenterait pas grand-chose, et qu’il avait déjà honte de son état pour l’instant. Un soupir supplémentaire, elle regarda le type un long moment avant de lui demander de but en blanc :

« Qu’est-ce que tu as attrapé ? » C’était important de le savoir. Si c’était contagieux, elle ne tenait pas à rentrer au campement et à transmettre ça à Selene, ou aux enfants. Une épidémie n’était pas jouable en ce moment. « Ne. T’approche. Pas. » Le prévint-elle d’un index décidé.

S’il osait faire un pas vers elle, elle reculerait. Et s’il fallait creuser un trou dans le mur plus loin pour lui échapper et ne pas prendre le risque d’attraper ça. Il y avait de surcroit plus glamour que la courante.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Kerwan Day
Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Hache et fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 17/01/2016
Messages : 463
Age IRL : 21
MessageSujet: Re: Easier to run   Mer 16 Aoû 2017 - 22:50
Easier to run × ft. Andrea & Kerwan
Il avait vraiment de trouver des cachets pour se soigner. L'automédication n'était pas la meilleure chose à faire lorsque nous sommes malade, mais en temps d'apocalypse, le mot médecin n'était plus à l'ordre du jour. Et dans sa boîte à pharmacie qu'il avait gardé d'une autre voiture, il n'y avait pas de cachet pour stopper son problème actuel. Il était vrai qu'il n'avait pas pensé à vérifier tout ce qu'elle contenait et à tout réapprovisionner au bon moment, car en temps normal Kerwan résistait plutôt bien aux intoxications alimentaires. Mais là, c'était différent.
Alors, avant de pénétrer dans la pharmacie, il lâcha une flatulence digne d'un gag, ces genres de sons utilisés à tout va lorsqu'il fallait faire un canular dans la rue. Il se tint le ventre en grimaçant fortement, et put humer une odeur peu agréable. Alors il ne tarda pas à se baisser pour pénétrer dans la pharmacie. Sa lampe frontale enfin allumée, il aperçut une silhouette non trop loin de lui, et il sursauta, fort surpris de voir quelqu'un ici. Sauf qu'il n'eut pas le courage de lever sa hache, bien trop mal en poing. Il était toujours courbé, la main sur son ventre qui faisait divers bruits très gênants.

Il regardait cette silhouette qui semblait être aussi armée d'une hache, Kerwan resserra la prise sur le manche en bois de sa hache; lui aussi était armé et l'utiliserait si besoin, même si cela allait sans doute être plus difficile que prévu pour lui. Cet être qui, d'habitude, se battait et agissait sans aucune difficulté, se retrouva dans une mauvaise posture. Le jour où il était malade, il fut contraint d'être face à un autre être humain, armé comme lui. Alors il ne bougea pas, essayant de savoir qu'il devait dire ou faire, ou encore voir si la silhouette allait se manifester. Et, en effet, un son s'éleva dans les airs, un son provenant d'une femme, et très certainement de cette silhouette. Elle le questionna, et il lâcha avec un peu de difficulté, mais aussi avec beaucoup de honte. Son visage se retrouva tout rouge de gêne; car il savait qu'elle l'avait entendu lâcher un pet juste avant d'entrer.

- Je... C'est juste que... J'ai bouffé un truc périmé et plus frais et maintenant... J'ai la chiasse...

Il ne comptait pas bouger, de toute façon. Il soupira alors un instant, portant sa main à son front qui suait; il avait un peu de fièvre. Alors, pour essayer d'arrêter cette torture, il décida de directement expliquer à la jeune le pourquoi de sa venue, en espérant qu'elle le laisse passer.

- Ecoute. Je... J'ai juste besoin de cachets. J'ai super mal au ventre et je suis en train de décéder sur place. Alors je veux juste que tu me laisses passer pour que j'aille voir là bas, de l'autre côté. Promis, je partirai ensuite.

Plus il parlait et plus il sentait son ventre se tordre dans tous les sens. Il se sentait vraiment très mal, et il n'avait pas le choix que de devoir tout fouiller pour trouver son Graal. Partir et aller fouiller une autre pharmacie allait être impossible pour lui. Quelle pauvre petite nature...    
code by lizzou × gifs by tumblr




 
 


   
••• ••• ••• ••• ••• •••
   • Look. Do you see in front of you ?
There are the Hell's door. Good luck my friend ! •
© Mzlle Alice.

   

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1276
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Easier to run   Sam 19 Aoû 2017 - 12:33
C’était une blague, forcément. Andrea eut envie de se cogner la tête contre un mur en comprenant de quoi il en retournait. Elle poussa un long soupir désapprobateur, comme si ça avait pu changer quelque chose à leur situation. Les explications de l’homme tombèrent soudainement, et la métisse eut très envie de disparaitre soudainement. Elle croyait rêver… Comme si elle avait besoin de ça au milieu de tous les restes : tomber sur un inconnu avec la courante, qui n’avait pas l’air méchant mais qui se retrouvait dans une situation… Compliquée.

Avec les derniers événements au sein même du campement, le départ de Duncan et Sarah, sa dernière envie était de jouer les infirmières pour un pauvre gars avec une diarrhée carabinée. Pourquoi est-ce que le sort s’acharnait ? Qu’est-ce qu’elle avait bien pu faire pour que ça lui arrive ? Andrea respirait le désespoir sur le moment, incapable de voir qu’il y avait peut-être du positif dans cette rencontre. Au moins, il y avait peu de risque qu’il vienne s’en prendre à elle sur le moment, vu son état.

« Pourquoi il faut toujours que ça tombe sur moi ? » Souffla-t-elle pour elle-même alors qu’il disait déjà ce qu’il faisait là.

Elle secoua la tête en se présentant à lui. Il n’allait pas envahir son espace ! A partir de maintenant, la pharmacie était divisée en deux parties : la sienne qui avait un air sein et respirable, et celle de ce pauvre type malade ou il y avait une aération pour gérer le problème. Elle lui fit un signe pour lui demander de ne pas bouger : elle trouverait bien toute seule comme une grande ce qu’il lui fallait pour survivre à cette courante.

« Non, tu bouges pas. J’m’en charge. » Lui ordonna-t-elle.

Il ne contaminerait pas tout l’espace, il n’en était pas question. Pinçant les lèvres, l’afro-américaine se rendit au fond du magasin et tomba sur un tas de tiroirs retournés. Trouver quelque chose là-dedans allait être une vraie partie de plaisir… Elle s’avança comme elle le put en essayant de se rappeler des noms de médicaments qu’elle connaissait. Si elle trouva quelques boites au sol, aucune ne semblait correspondre à ce qu’elle cherchait. S’il y avait eu une épidémie quelque part et que les stocks avaient été ruiné, le pauvre allait devoir souffrir encore un moment.

Elle dénicha bien une boite qu’elle ouvrit pour voir la notice. Ça correspondait à ce qu’elle cherchait, mais la date semblait être dépassé. Au pire, ça ne ferait rien, les médicaments n’étaient pas fait pour agir en soi passé un certain temps. Revenant sur ses pas, elle se rapprocha avant de s’arrêter à quelques pas de lui. Lui balançant ce qu’elle avait entre les mains, elle lui souffla :

« Regarde si ça colle. » Lui fit-elle. « Et c’est bon, assis-toi, t’as suffisamment l’air de souffrir comme ça. » Abdiqua-t-elle en secouant la tête, loin d’être ravi pourtant de ce qu’il se passait. « Tu as pu boire un peu ? Il faut, dans ton cas. » Car oui, le plus grand problème des diarrhées, en plus de l’odeur dérangeante, c’était la déshydratation.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Kerwan Day
Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Hache et fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 17/01/2016
Messages : 463
Age IRL : 21
MessageSujet: Re: Easier to run   Ven 25 Aoû 2017 - 11:43
Easier to run × ft. Andrea & Kerwan
Se retrouver devant cette jeune femme était quand même quelque chose d'extrêmement gênant. Ses joues étaient si rouges tant il avait honte; surtout d'être dans cet état là. Il arrivait à peine à tenir debout, mais ses jambes tremblaient par moment, lui faisant ainsi défaut. Il finit par lâcher un soupir, ne sachant trop que faire ni que dire. Il n'était pas en position de force, et la jeune femme ne l'approcherait sans doute pas au vu de ce qu'il avait, et de l'odeur point très virile qu'il devait dégager; odeur mêlée à de la transpiration.
Il restait à se tenir là, immobile, respiration assez fortement. Il fallait rester calme et détendu, par peur que ses crampes à l'estomac ne reviennent aussitôt. L'ancien agent immobilier la vit faire un signe de rester là où il se trouvait, et elle lui annonça qu'elle partait voir ce qu'elle pourrait trouver pour lui. Au fond, c'était plutôt une bonne chose, car Kerwan n'avait pas forcément la force de la faire; même s'il en avait la volonté. Alors il attendit là, écoutant les bruits qui provenaient du fond de la pharmacie, et cette jeune femme qui devait fouiller sans doute partout. Puis, plus rien.

Il restait tout de même assez attentif et alerte, afin de voir s'il n'y avait pas un éventuel rôdeur qui traînait non loin de là. Mais rien, juste un long silence comme il n'y en avait plus beaucoup, par ici. Enfin, la jeune femme réapparue, lui balançant ensuite un boîte de médicaments. Il la manqua et celle-ci tomba au sol, alors il se baissa avec difficulté et l'attrapa, avant de s'asseoir comme elle le lui avait conseillé.

- Merci...

Alors il prit sa lampe torche qu'il dirigea vers la boîte de médicaments, au nom inconnu. Il tourna la boîte pour y lire les informations dont il avait besoin. Il était concentré, et vu qu'il n'y avait pas grand chose d'intéressant au dos de cette boîte, il l'ouvrit et prit la petite notice dedans, qu'il éclairait de sa lampe torche. Il était silencieux, lisant les grandes lignes de cette notice. Enfin, il reprit ensuite la parole, attrapant une petite bouteille qui contenait un fond d'eau.

- Ca semble être bon pour les médocs. Et j'arrête pas de boire, j'ai tellement soif à cause de cette chaleur. Mais comme j'ai pas masse d'eau, faut que j'économise, plus ou moins. Donc je bois en très petite quantité.

Il sortit un comprimé de son emballage, le mis en bouche et but le reste d'eau qu'il restait de sa bouteille avant qu'elle ne soit entièrement vide. Il fourra ensuite la boîte de cachets dans son sac et se posa contre le mur, regarda la silhouette de la jeune femme, toujours au loin. Maintenant, il fallait attendre que ses maudites crampes et sa chiasse ne passe, ou du moins s'atténue.

- Et toi, tu fous quoi ici ? Quelqu'un que tu connais est malade ?    
code by lizzou × gifs by tumblr




 
 


   
••• ••• ••• ••• ••• •••
   • Look. Do you see in front of you ?
There are the Hell's door. Good luck my friend ! •
© Mzlle Alice.

   

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1276
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Easier to run   Ven 25 Aoû 2017 - 19:29
« Tiens, prend ça… » Fit-elle en s’approchant.

A la lumière du jour, sortant de cette pénombre envahissante, Andrea s’était avancée jusqu’à l’homme pour lui tendre sa bouteille. L’odeur n’était pas des plus agréable, mais avec l’air qui parvenait à circuler encore, elle arrivait encore à respirer. Sa bouteille d’eau était remplie quasiment jusqu’au bout, elle ne l’avait pas touché. Et en plus, elle était à température ambiante : ça ne lui retournerait pas l’estomac. La prison n’avait pas trop de problème pour récolter de l’eau, c’était un avantage. A côté de ça, la métisse ne savait pas pour combien de temps elle allait partir, alors… elle avait pris tout ce qu’il fallait pour au moins quelques jours. Sacrifier une bouteille ne lui faisait pas peur… aussi le précisa-t-elle à son vis-à-vis.

« J’ai une autre bouteille dans ma voiture. » Elle força un sourire, mais il put voir que ça n’était pas son fort d’être aimable. « Tu en as plus besoin que moi. » Ajouta-t-elle.

Il était seul, il galérait, et en plus, il était littéralement dans la merde. Andrea avait encore un cœur, et de la pitié, elle n’allait pas le laisser dans cet état sans au moins lui tendre la main. En lui dénichant ce médoc, elle en avait fait pas mal, mais elle ne pouvait pas se limiter à ça, en tant qu’être humain. L’homme s’assit, et elle en fit autant en se laissant glisser contre une étagère. Une question tomba, et elle esquissa une petite moue.

« On peut dire ça comme ça… » Fit-elle en haussant les épaules.

Devait-elle en dire plus ? Il était peu probable que les deux se revoient lorsqu’ils se quitteraient. Si elle n’avait pas l’intention de le laisser dans l’immédiat, qu’elle vérifierait au moins que les médicaments faisaient effet avant de repartir, elle ne savait pas trop jusqu’où elle pouvait aller.

« Une de mes amies est enceinte. » Admit-elle après un moment de silence entre eux. Elle ne craignait pas grand-chose, surtout qu’elle n’était pas spécialement précise sur le lieu où elle vivait, et qui était cette amie en question. « C’est encore tout frais, mais elle veut garder ce bébé donc… »

Ça n’était pas comme si elle avait le choix de toute façon. Andrea se voyait mal avorter Selene avec un cintre si elle changeait soudainement d’avis.

« Il faut trouver tout ce qu’il faut pour lui, tu vois ? » Ajouta-t-elle en levant le regard vers lui, finalement.

Peut-être qu’il ne comprenait pas ce que ça voulait dire. Peut-être qu’il n’avait jamais eu d’enfant, qu’il ne fréquentait même pas les femmes, ou qu’il s’en foutait complètement. Mais vu le temps qu’ils allaient passer ensemble (ou tout du moins qu’elle avait décidé, vu qu’elle était clairement en position de force ici), autant établir une conversation cordiale :

« Comment est-ce que tu t’appelles, au fait ? » Demanda-t-elle. « J’veux dire… Maintenant qu’on a partagé cette expérience extraordinaire, on est quasiment des amis toi et moi… » Elle n’osa pas tendre la main vers lui, pour le saluer officiellement, mais elle ajouta : « J’m’appelle Andrea. Mais tu peux m’appeler Andy. »




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Easier to run   
Revenir en haut Aller en bas  
- Easier to run -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» ( 88, Brooklyn) It's easier with you Alex. ►Alexandre et Anaya.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: