The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Reach the eye of the storm -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3491
Age IRL : 25
MessageSujet: Reach the eye of the storm   Jeu 6 Juil 2017 - 16:57

Mardi, 21 Octobre 2014




Zieutant l'écran de son ordinateur, l'homme d'affaires se pinça l'arête du nez entre le pouce et l'index, ne retenant pas un soupire bruyant. La semaine ne faisait que commencer et déjà il en avait marre, se sentait à bout et sur les nerfs. Vivement que cette journée se termine et qu'il puisse rentrer chez lui à ne simplement rien faire ; oh bien sûr il aurait pu demander à Stew s'il était disponible, mais depuis l'incident survenu un peu plus d'un mois plus tôt, il faisait de son mieux pour instaurer une certaine distance entre lui et le gamin. Distance qui, il ne savait, ne serait que factice mais Dieu savait à quel point Atkins détestait cette optique de s'attacher, encore plus quand il avait été déçu par la personne en question ou qu'il avait vu sa confiance bafouée. Et c'était précisément ce qui était arrivé. Certains diraient sans doute qu'il exagérait, qu'il faisait une montagne de rien du tout, et ils n'auraient sans doute pas tord, mais le blond était comme ça : il accordait difficilement sa confiance, mais lorsqu'elle était effritée, il était encore plus difficile de la regagner. Alors oui, il s'était pitoyablement rendu compte qu'il lui était presque plus simple de mettre de côté son amertume envers le brun et de continuer à le fréquenter que de simplement tirer un trait sur lui. Ridicule. Mais il avait fini par accepter d'écouter ses explications et par leur laisser la chance, au gamin comme à lui-même, de passer outre cet inconvénient.

L'homme d'affaires n'avait cependant pas revu Morgan depuis ce jour, ou plutôt : il l'avait évité, autant elle physiquement que ses nombreux appels, n'ayant aucune envie de s'entretenir avec elle et faire un quelconque effort. Sans doute qu'une part de lui était parfaitement consciente que la rouquine n'avait rien à se reprocher, que Stew était le seul à pouvoir être blâmé -Stew et lui-même, probablement-, il était cependant bien plus simple de ne pas prêter attention à cette part et ne pas avoir à se confondre en excuse. Faire l'autruche pour ne pas avoir à mettre sa fierté de côté et affronter à nouveau la jeune femme qui avait vu cette part de lui qu'il ne tolérait absolument pas à savoir cette jalousie maladive qu'il ressentait dès qu'une personne prenait de l'importance à ses yeux. En somme, une faiblesse que le trentenaire préférait éviter au maximum. S'il avait donc été plus simple de fermer les yeux sur l'attitude de Stew que de tirer un trait sur lui, il avait été plus simple également d'oublier la barmaid que d'avoir à affronter son regard et les reproches qui tomberaient sans doute. Quoi qu'il en soi, qu'importait au fond que la rousse ait quelque chose à se reprocher ou non, Atkins n'avait simplement aucune envie de la revoir, replonger dans tout cela ; y penser suffisait à nourrir à nouveau sa colère, inutile d'attiser le feu.

Se laissant tomber contre le dossier de son fauteuil, Zack fit la moue en regardant un mail d'un de ses clients ; ôter une grosse somme de son investissement, sans doute sa donzelle qui voulait un nouveau yacht ou Dieu savait quelle autre connerie. Soit, qu'il fasse, le trentenaire se ferait toujours suffisamment de fric dans l'histoire. Relevant le nez de son écran quand on toqua à la porte, le blond avait froncé les sourcils, se détendant à peine en voyant Mona passer la tête dans l'entrebâillement. « Monsieur Atkins, je vais rentrer. Et vous avez eu un nouvel appel de Madame Cole. » Si la cinquantenaire était habituée à voir son patron de mauvaise humeur, elle n'avait pas souvenir d'avoir déjà vu une telle ombre dans son regard depuis des années, l'idée cependant de lui demander des comptes était loin d'être présente, sachant pertinemment qu'il ne lui dirait rien si les révélations ne venaient pas de sa propre initiative. Soupirant, il hocha la tête, tentant d'adresser à sa secrétaire un regard un peu moins assassin. « Je m'en occuperai. Bonne soirée, Mona. » Il faudrait bien qu'il s'en occupe un jour en effet, ne serait-ce que pour lui dire d'arrêter d'essayer de le contacter, lui dire qu'il ne voulait rien entendre et qu'aucune justification ne pourrait lui permettre de passer outre le fait que son compagnon s'était intéressé à elle. Son compagnon ? Petit-ami ? Partenaire ? Qu'importait, il était à lui, point.

Quand l'homme d'affaires quitta son bureau une heure plus tard, le soleil avait déjà disparu derrière les immeubles et l'obscurité ne tarderait pas à prendre peu à peu sa place dans les rues de Seattle. Au volant de sa Camaro, un fond de classique qui l'agaçait passablement, trop calme pour son état bien trop tendu, Zack se demanda un court instant s'il ne valait pas mieux qu'il se rende immédiatement au Reign' pour mettre les choses au clair avec la rouquine. Il hésita avant de juger que non, il ne se donnerait pas cette peine, pas ce soir, peut-être même jamais ; elle finirait par se lasser d'elle-même. En vingt minutes, pestant contre la circulation ralentie, il était enfin rentré chez lui, ayant l'impression que l'ascenseur ne le porterait jamais suffisamment rapidement jusqu'à son étage et animé par la seule envie de se laisser choir sur la terrasse, une clope dans une main, un cognac dans l'autre, et de la musique nettement moins calme que ce qu'il avait eu tout au long du trajet.

Et c'est ce qu'il fit. À peine Zack eut-il passé la porte de son duplex qu'il avait ôté ses chaussures et sa veste pour aller se préparer un verre d'alcool ambré, glisser une cigarette entre ses lèvres, allumer la chaîne hifi qui diffusait maintenant un électro industriel bien abrutissant et enfin aller s'échouer sur une des chaises longues de la terrasse, ne se formalisant pas des soirées déjà bien plus froides de cette fin de mois d'octobre. Allumant sa barrette de nicotine, il tira longuement sur la première bouffée avant de jeter un coup d’œil à son téléphone. Un message du gamin qui l'informait qu'il avait un match le lendemain, lui proposant de venir et de sortir avec lui après. Répondant d'un simple ''ok'' en lui demandant tout de même l'heure, le blond laissa sa tête tomber contre le dossier de la chaise longue, observant le ciel qui s'assombrissait en soupirant légèrement.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
bras droit | American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Browning 9mm - Glock 17 Gen4. - Des fléchettes pro en métal
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 8083
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Reach the eye of the storm   Ven 7 Juil 2017 - 0:30
Sans le savoir et en le découvrant de façon étonnante, Morgan avait eu l'impression d'avoir brisé quelque chose de fragile : un couple et une amitié. Elle avait découvert que l'homme avec qui elle avait osé un flirt était en réalité le compagnon de vie du blond. Elle avait aussi découvert le fait que Zack soit encore plus jaloux et possessif qu'elle ne l'avait supposé et qu'il pouvait aussi très facilement se refermer sur lui-même.
Morgan avait donc décidé de demander des explications au brun afin de mieux comprendre la situation qu'elle avait, sans le vouloir envenimé et dont elle se sentait coupable.

Un long moment passa, un peu plus d'un mois pour être précis. Morgan avait laissé Zack durant une semaine, sans lui donner de nouvelles, sans tenter de le joindre, sans le voir au Reign', ni même aller chez lui. Tout deux ayant sûrement ce besoin de mettre de la distance avec cette relation qui, mine de rien, était envahissante pour l'un comme pour l'autre. Mais la barmaid était une personne têtue, fière, droite dans ses bottes et surtout elle désespérait de ne plus avoir de nouvel de l'aîné. Elle s'était confiée à Enzo sur ce cas là et ce dernier avait tenté en vain de lui faire oublier la prestance de l'homme d'affaire. Et pourtant, pourtant chaque vendredi soir, elle voyait le tabouret de bar où s'installait auparavant l'homme toujours vide. Comme si les clients bien habitués des lieux avaient parfaitement compris que cette place là en particulier était destinée à une autre personne. Morgan avait aussi causé un peu à son amie Roza qui l'avait faite sortir un peu.

Mais la rousse après une semaine à essayer de comprendre le fait de mettre de la distance avait craqué. Un soir elle avait saisit son téléphone et avait appelé directement sur le portable de Zack, en vain. Il avait sonné dans le vide. Mais la demoiselle retenta encore et encore, laissant des messages, envoyant des SMS. Elle en était même venue à appeler sa secrétaire, Mona. Une femme qui lui semblait bien sympathique. Morgan s'excusait auprès d'elle à chaque fois qu'elle appelait, la rassurant sur le fait qu'elle avait juste besoin de parler à Zack, que ce n'était pas grave mais juste à caractère important. Et pourtant jamais le blond ne la rappelait, ni même ne décrochait et encore moins daignait ne lui répondre.
C'était fortement agaçant. Et ça contrariait la gérante du Reign' de plus en plus, de jour en jour.

Et ce jour là en particulier la jeune femme, avait appelé tous ses employés prétendant qu'elle était malade, une grosse sinusite et qu'elle ne pourrait ouvrir le bar. Même si Enzo avait proposé de la remplacer et elle lui faisait confiance, elle savait que le Reign' serait entre de bonnes mains. Mais non. Pour une fois et de façon exceptionnelle il serait clos. Elle avait prévu après un énième appel de se rendre chez Zack, mais la demoiselle bien fatiguée par son rythme de vie avait dormi bien longtemps le matin et l'après-midi elle avait du faire de la paperasse. Elle avait aussi tenter de joindre l'aîné, tombant une nouvelle fois sur Mona. Elle s'excusa pour la millième fois auprès de cette femme adorable et lui demanda de dire à Monsieur Atkins qu'elle désirait qu'il la rappelle. Mais Morgan savait dans un coin de sa tête qu'il l'évitait carrément, qu'il avait coupé les ponts. Et pour la cadette c'était peu pensable. Il ne pouvait pas se comporter comme ça, sans avoir eu au moins une explication et si ce qu'il se disait ne convenait i à l'un ni à l'autre, alors d'accord. Ils couperaient les ponts comme des adultes civilisés.

Quittant le Reign elle avait au préalable appelé un taxi pour se rendre chez l'homme d'affaire. S'il ne voulait pas lui répondre, alors soit, elle l'obligerait à la voir. Et elle camperait devant son boulot et s'il fallait devant chez lui. C'est donc en premier lieu qu'elle se rendit dans le quartier des affaires et descendit du taxi en ayant payé le trajet. Elle se dirigea vers l'entrée et fut rapidement stoppé par le gardien qui la jaugea de la tête aux pieds. Certes avec ce T-shirt, son jean noir et ses doc, elle avait peu de chance de passer la sécurité et en premier lieu le gardien. Pourtant elle se montra polie et respectueuse et eut la réponse à sa question, non Zack n'était plus dans le bâtiment, il était rentré. Et merde ! Elle l'avait manqué de peu et ça la foutait légèrement en rogne. A croire qu'il avait senti qu'elle viendrait là. Mais non, Morgan n'allait pas repartir chez elle, elle irait se pointer chez lui. Et c'est ce qu'elle fit en attendant un taxi qu'elle héla d'un signe de la main avant de grimper dedans et donner l'adresse du directeur de placement financiers. Elle regarda son téléphone et fit une légère moue, Zack n'avait pas répondu, à aucuns de ses messages, ni de ses appels. Stew avait répondu un peu, elle avait tenté de savoir pourquoi l'aîné se refusait à lui parler et le brun l'avait rassuré au mieux. Mais la demoiselle n'était pas dupe, elle savait bien que le jeune homme faisait au mieux pour lui cacher le fait que le grand blond lui faisait la gueule et voulait couper les ponts avec elle. Mais têtue comme une mule elle ne couperait les ponts qu'après une discussion si c'était bien ce qu'il souhaitait.

Le trajet dura une bonne vingtaine de minutes et Morgan eut largement le temps de se faire bons nombre de films dans sa tête. Lorsqu'elle arriva devant la bâtisse elle paya la course et descendit de voiture pour aller vers l'entrée et appuyer sur le nom de famille de celui qu'elle venait voir. Certes c'était du harcèlement, mais c'était aussi du Morgan tout craché. Elle ne lâchait pas prise et quand elle avait quelque chose en tête elle ne l'avait pas ailleurs ça c'était sûr.
Attendant qu'on daigne répondre à l'interphone elle regarda autour d'elle, levant le nez vers les bâtiments avant d'entendre la voix du propriétaire de l'appartement. Elle sursauta en entendant son ton légèrement hautain. Pour ne pas changer.  Elle inspira alors et parla :

"Monsieur Zack Marlone Atkins, cesses de faire l'enfant et ouvres moi. Faut qu'on parle."

Elle était sérieuse et elle ne bougerait pas tant qu'il ne lui aurait pas donné accès à son domicile. Elle tiendrait le pied de grue encore et encore, toute la nuit, ou même le jour s'il le fallait. Elle resterait là. S'il jouait à faire l'enfant qui boude, alors elle serait la sale gosse qui s'accroche encore et encore à en être chiante.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3491
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Reach the eye of the storm   Dim 9 Juil 2017 - 15:30

Bien installé dans sa chaise longue, le trentenaire parvenait presque à se détendre. Il lui faudrait sans doute encore un petit temps avant de réellement vider sa tête mais il comptait bien sur un bon repas et un film pas trop bidon pour l'aider. Commençant à tapoter des doigts sur l'accoudoir au rythme de la musique, il fut tiré de ses réflexions par le tintement de la sonnette. Fronçant les sourcils en se demandant qui cela pouvait-il bien être, il se leva et avança d'un pas un peu trop nerveux jusqu'à la porte. À peine eut-il parlé dans l'interphone que le visage de la rouquine se planta devant la caméra et qu'elle se mit à le sermonner. Et revint avec elle cet agacement qu'il avait un peu oublié. Ne retenant pas un soupire tellement bruyant qu'il s'entendit sans doute à travers l'interphone, il activa la porte sécurisée du l'entrée et déverrouilla sa propre porte d'entrée qu'il entrouvrit légèrement afin de rejoindre le salon, attendant que la jeune femme monte. Elle voulait qu'ils parlent ? Soit. Il en avait ras le bol de ce harcèlement quasi constant, et maintenant qu'elle était venue sonner chez lui, sûr qu'il ne pourrait pas l'éviter indéfiniment. Alors oui, il allait lui accorder ce temps de parole, et après ils reprendraient chacun le cours de leurs vies.

Percevant le bruit de l’ascenseur qui s'ouvrait, le blond se redirigea vers sa porte, adressant à sa cadette un regard franchement blasé et légèrement coléreux. Était-il agacé qu'elle se permette de venir l'importuné jusqu'à chez lui ? Assurément. Qu'est-ce qu'elle n'avait pas compris dans son silence au juste ? Ne prenant pas la peine de la saluer, il referma la porte derrière elle, veillant à ce qu'elle ait au moins la décence d'ôter ses chaussures. Se tournant pour chercher à nouveau son regard, il se contenta de hausser un sourcil en voyant son tee-shirt avant d'entendre la sonnerie de son portable. Un nouveau soupire qui ne s'arrêta pas lorsqu'il vit sur son écran le nom de son revendeur. « Attends-là » avait-il lancé à la barmaid tout en s'éloignant vers son bureau, refermant rapidement la porte derrière lui, ou enfin il décrocha. « Quoi ?Tu te fous de moi ?écoute moi bien petit con, que tu consommes la moitié ou pas je n'en ai strictement rien à foutre tant que tu allonges le fric.Stop. Tu te démerdes. Je te laisse deux jours, sinon je viendrais moi-même m'occuper de ton cas et crois-moi, l'optique de crever d'une overdose sera bien plus douce à côté. » Sur ses mots il avait raccroché et était à nouveau retourné dans le salon, le regard empreint d'une rage qu'il ne fit rien pour dissimuler. Sans doute que le ton était un peu monté sur la fin et que Morgan avait perçu quelques paroles mais au fond il s'en fichait bien, il voulait régler cela au plus vite et retrouver la tranquillité de son chez-lui.

Régler cela. Bien sûr que ça allait être plus qu'agaçant, qu'il allait être en colère, probablement même encore plus peiné. Mais la rage était un moyen comme un autre de masquer ses faiblesses et il était déjà suffisamment sur les nerfs pour ne pas avoir besoin de beaucoup pour exploser. Il lui accorderait néanmoins cette discussion parce-qu'il n'y avait apparemment pas d'autre solution et qu'elle ne lâcherait pas l'affaire avant. Retournant sur son balcon pour récupérer son précieux verre de cognac vide, il alla au meuble pour le remplir avant de lever la tête vers la jeune femme. « Libre à toi de te servir quelque chose à boire, tu connais la maison. Sinon, je t'écoute. » Et sur ses mots, il s'était adossé contre le meuble, prenant une gorgée de son liquide ambré sans quitter sa cadette des yeux. Sans doute que seule la colère était perceptible au fond de ses deux orbes claires mais qu'importait, il n'allait certainement pas lui sauter dans les bras en lui disant qu'il était désolé, et tant pis si elle jugeait qu'il ''faisait l'enfant''. Vexé, blessé : en colère. Voilà dans quel état se retrouvait Atkins depuis maintenant plus d'un mois. Et revoir Morgan avait à nouveau ramené à lui tous ces souvenirs, la peur, la jalousie, l'angoisse de perdre celui qui avait peu à peu pris une place bien plus importante que prévu dans sa vie. Bien sûr, il n'était pas idiot et se doutait bien que pour le harceler ainsi, la jeune femme devait elle aussi en souffrir, mais sa propre peine était bien trop grande pour qu'il ne s'encombre de la sienne pour l'instant.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
bras droit | American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Browning 9mm - Glock 17 Gen4. - Des fléchettes pro en métal
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 8083
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Reach the eye of the storm   Dim 9 Juil 2017 - 17:17
A quoi pouvait-elle bien s'attendre ? A tout et n'importe quoi, surtout à tout. Et surtout venant de Zack. Elle le connaissait mais peut-être pas aussi suffisamment que ça. Il l'avait surprise avec sa réaction excessive par rapport à son erreur avec Stew, la faisant se sentir coupable. Il l'avait blessé en jouant au jeu du silence radio. Elle l'avait certes harcelé et le faisait encore mais il devait savoir la vérité, et elle voulait lui faire comprendre qu'elle n'avait pas fait exprès de s'octroyer ce flirt. Quand bien même que, peut-être dans cette histoire c'était celle qui était le moins à blâme. Mais encore fallait-il que le grand blond daigne écouter ses propos et surtout les entendre.
L'entendant soupirer la demoiselle sentie le stress monter d'un cran. Elle allait devoir faire face à Zack, à son côté hautain, et à son regard noir. Elle avait déjà eu affaire à ce regard une fois, et elle avait eu l'impression qu'il la flinguait sur place. Par chance ces yeux n'étaient pas des fusils. Entendant le son de la porte qui se déverrouille elle prit tout de même la peine de le remercier et entra dans le bâtiment de verre et d'acier. Dans l'ascenseur elle prenait sur elle pour ne pas appuyer sur le rez-de-chaussée. Prenant sur elle pour tenir ses positions, elle inspira à fond au moment de sortir de l'ascenseur et se dirigea vers l'appartement. La porte légèrement ouverte, elle toqua pour s'annoncer avant d'entrer. Tout en passant la porte de cet appartement stérile, elle écopa d'un regard qui en disait long sur ce que l'homme pouvait penser d'elle, et un frisson d’inquiétude traversa son échine. Elle entra et se déchaussa rapidement plaçant ses chaussures dans un coin.

La tension était présente, elle sentait l'aîné la surplomber de sa taille et imposer le fait que peu importe ce qu'elle pourra lui dire il aura toujours le dessus sur sa petite personne. Pour se donner du courage et ne pas perdre de vue son idée, elle inspira et longea le couloir tout en mettant ses mains dans les poches de son jean. Entrant dans le salon tout aussi blanc et stérile que le reste de l'appartement, elle vit Zack e retourner tout en décrochant son téléphone. Il lui ordonna de patienter là, soit. Elle n'allait pas se barrer en courant maintenant qu'elle avait traversé la moitié de la ville pour avoir une discussion avec lui.
Le laissant aller répondre elle regarda autour d'elle avançant vers la partie salon, en silence. Intérieurement la jeune femme répétait son texte, ce qu'elle allait bien pouvoir lui dire. Essayant de contrôler son humeur. Mais elle fut rapidement déconcentrée par des brides de conversations. Intriguée, elle écouta tout en faisant comme si de rien était et pourtant. Pourtant des mots et un ton qui pouvait en dire long sur ce qu'elle pouvait s'imaginer fusaient. Mais Morgan resterait muette à ce sujet, elle n'avait guère envie d'envenimer encore plus rapidement une situation déjà fortement complexe. Mais la conversation avait tout de même piqué sa curiosité. Ça parlait "d'allonger le fric" et les derniers mots qu'elle pu percevoir lui firent froncer les sourcils "crever d'overdose". Elle déglutit et prit une profonde respiration avant d'expirer calmement par le nez et se reprendre.

Quand elle vit le plus âgé réapparaître son air froid et en colère l'agaça autant qu'il lui glaça le sang. Elle le savait ça n'allait pas être une discussion posée et tranquille. Elle sortie les mains de ses poches en le voyant revenir alors qu'il lui causait rapidement. Non elle n'avait pas soif, et oui il allait l'écouter et d'ailleurs il en avait plus qu'intérêt. Tout en prenant son courage à deux mains et continuant de porter son costume de Reine des têtes de mules elle avança d'un pas vers lui et leva son regard vers le sien pour l'y ancrer.

"Ecouter ne signifie pas que tu vas entendre ce que j'ai à te dire, mais soit. Et je te conseille de poser ton fessier dans ton canapé, ça risque d'être un peu long."

Son ton était calme, posé, mais sec. Elle ne démordrait pas du fait qu'elle n'appréciait pas son comportement, qu'il se conduise comme un sale môme boudeur. Elle vint se placer face à lui et croisa les bras avant de se remettre à parler.

"J'ai bien compris que tu veuilles mettre de la distance, ne plus me parler. Mais ce que j'ai vraiment du mal à tolérer c'est le fait que tu ne m'es même pas laissé le temps de t'expliquer, de te donner ma version des faits. Non, au lieu de ça, tu m'évites et tu attends peut-être que je me lasse. Mais non. Non Zack, je suis pas le genre de nana qui lâche l'affaire. T'as encore bien des choses à savoir sur moi tout comme j'en ai appris sur toi et ta jalousie maladive qui te rend con."

Les termes utilisés étaient fort, mais la rouquine désirait lui faire comprendre qu'elle aussi pouvait être en colère et qu'elle avait sûrement bien plus de raison que lui. Elle marqua une pose guettant les réactions de l'homme d'affaires. Elle avait conscience qu'il allait s'énerver mais elle avait besoin de crever cet abcès, de lui donner sa version, de lui dire qu'il était tout aussi coupable qu'eux. Car oui, en lui omettant le fait de lui dire ce jour là qu'ils allaient voir son homme, peut-être que Morgan aurait tenue sa langue, peut-être qu'elle n'aurait rien dit au lieux de tout découvrir comme ça sur le tas après avoir lâché le fait que Stewart, le mec de Zack, ait été son flirt d'un soir. Ça aurait évité un mois et demi de harcèlement téléphonique...


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3491
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Reach the eye of the storm   Mer 12 Juil 2017 - 16:06

Adossé contre le buffet qui contenait ses précieuses bouteilles, le blond attendait, un sourcil haussé d'un air impatient, que sa cadette prenne la parole. Si l'atmosphère était plus que tendue, il savait pertinemment à quoi s'attendre : elle allait sans doute lui vider son sac, lui foutre dans la tronche tous les reproches quant à son attitude, tout ce qu'elle n'avait pas pu lui dire depuis cette simple affaire qui avait pris des proportions bien trop exagérées. Il s'y attendait, mais était suffisamment sur les nerfs pour ne pas être certain de pouvoir garder son calme bien longtemps ; quoi que jouer l'impassibilité était une option bien plus acceptable que la rage mais il s'était bien rendu compte que le mutisme n'était pas une situation qui convenait à la rouquine. Quand elle s'approcha de lui, relevant son nez pour planter son regard dans le sien, il fronça les sourcils, ne bougeant toutefois pas d'un millimètre. À ses mots, l'homme d'affaires avait levé les yeux au ciel avant de se détourner d'elle, la contournant pour rejoindre son canapé en cuir blanc où il s'assit, adossé nonchalamment contre le dossier. Qu'est-ce que ça pouvait bien foutre qu'il ne l'entende pas ? Elle voulait lui parler depuis plus d'un mois, il lui accordait ce temps de parole, mieux valait ne pas en demander trop et se contenter de cela.

Reprenant une gorgée de son cognac pour finalement garder le verre encore à moitié plein dans les mains, il avait replanté son regard clair dans le sien. Un regard où se mêlaient l'agacement, l'impatience, et la rage ; sentiments qui avaient vite fait de balayer la potentielle pointe de peine et d'angoisse qui aurait pu être visible au fond de ses deux orbes. Et en effet, il l'écoutait sans l'entendre. Il n'avait pas besoin de l'entendre lui reprocher son silence, il savait pertinemment ce qu'il avait fait et les implications que cela avait eu, inutile de lui rabâcher ce fait. Quant au fait qu'elle se lasse, ça aussi, il avait bien compris que ça n'arriverait pas -ou du moins pas avant qu'il n'en n'ait ras le bol lui-même de son harcèlement constant-. Sans doute que s'il avait su au départ que la jeune femme avait le caractère d'une tique qui s'accroche corps et âme à ses proies, il n'aurait pas pris la peine d'essayer de la connaître mieux. Ça leur aurait évité beaucoup de problèmes à tous les deux et, surtout, le blond n'aurait pas été tiraillé entre sa rage et l'affection qu'il portait à sa cadette. Affection qui ne devait absolument pas se voir, que lui-même devait avoir mis de côté pour éviter de se torturer encore et encore l'esprit, mais il était ainsi : limiter les faiblesses pour ne pas se faire écraser. Les sentiments bien trop importants qu'il portait au gamin étaient déjà suffisamment pesants pour qu'il n'ait pas à s'encombrer d'autres faiblesses.

La dernière phrase qu'elle prononça lui fit serrer les dents et plisser le nez d'un air mauvais, sa profonde inspiration exprimant bien le fait que sa remarque ne passait pas. Qui était-elle pour se permettre de lui parler de la sorte ? Que savait-elle de sa soi-disant jalousie ? Rien du tout. Pas la moindre foutue petite chose. Déposant un peu trop bruyamment son verre sur la table basse, Zack se leva et pris la direction de la terrasse, lançant à sa cadette un « tu en sais beaucoup moins que tu ne le penses » des plus agressifs. Une fois dehors, il récupéra sur la tablette en bois ses cigarettes et son briquet et revint à l'intérieur, s'affalant à nouveau sur son canapé. Ne pas fumer à l'intérieur, un principe qu'il s'était établi il y avait déjà de longues années mais il y avait de ces exceptions qui confirmait la règle et celle-ci en faisait partie. Tenter au mieux d'orienter son esprit sur autre chose que sur la colère grandissante qui était de plus en plus perceptible dans son regard, et tous les moyens étaient bons pour y parvenir. Ayant allumé sa cigarette et repris son verre dans sa main droite, il releva la tête vers elle. « Quand tu auras fini de m'insulter, tu pourras peut-être en venir aux faits ? » Une manière de mettre le point sur son impatience et sur la potentielle futilité de tout ce qu'elle venait de lui dire ; qu'importait si elle le prenait mal, il n'avait pas de temps à perdre avec des reproches mal placés.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
bras droit | American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Browning 9mm - Glock 17 Gen4. - Des fléchettes pro en métal
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 8083
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Reach the eye of the storm   Mer 12 Juil 2017 - 19:15
L'impression de respirer sans que l'air ne parvienne dans les poumons était quelque chose de fortement désagréable. La sensation que du regard il pouvait la tuer lui donnait des frissons dans le dos. Mais la plus jeune restait campée sur ses positions, elle tiendrait tête, elle soutiendrait ce regard noir qui lui donnait envie de détourner les yeux. Intérieurement elle tremblait comme une feuille, c'était pitoyable. Mais elle avait rarement vu l'homme dans un état pareil et c'était carrément flippant. Et il devait le savoir vu q'il continuait de la fixer avec colère et comme si elle était juste là pour l'emmerder, elle la petite barmaid. Elle avait l'impression de n'être qu'une moins que rien. Et pour l'esprit de Zack elle devait l'être en cet instant.

Quand il prit parole, elle eut envie de reculer d'un pas mais ne fit rien, elle se sermonnait intérieurement, s'encourageant pour ne pas déguerpir. Ils avaient besoin de mettre les choses au clair et tant pis si ça ne lui plaisait pas. D'ailleurs certains jours elle doutait fortement sur ce qui pouvait plaire au blond mis à part son boulot et désormais Stew. Parfois elle ne se voyait que comme un pantin, un petit pantin utilisé comme passe temps par ce PDG à la con. Elle était en colère contre lui, elle n'en démordrait pas, il avait beau se montrer condescendant envers sa misérable personne elle ne baisserait les yeux. Morgan lui tiendrait tête que ça lui plaise ou non et certes il pouvait avoir des mimiques, une démarche qui en imposait qui lui faisait bien comprendre qu'il était supérieur à elle. Mais la rouquine avait elle aussi un sacrément tempérament et elle ne supportait pas les injustice et cet instant même elle en vivait une. Lorsqu'il lui demanda d'en venir au fait elle fronça les sourcils et durcit un peu plus son regard. Ok elle l'avait insulté, ok elle ne le connaissait pas si bien que ça, mais au moins, elle était sûre d'une chose il était une vraie tête à claque et malgré toute l'affection qu'elle ressent à son égard, là elle envie de lui balancer son poing en pleine figure et lui hurler qu'il était un gros con, un imbécile égoïste. Mais aucun cris ne sortait, aucune violence, elle respirait calmement prenant sur elle pour se remettre à parler.

"Bien. J'estime ne pas être totalement en tort. Mais toi oui, tu as ta part de responsabilité, comme Stew. Si tu m'avais fait confiance en me disant que tu étais en couple avec un homme que tu t'étais disputé avec j'aurai compris. Si Stew me l'avait dit je ne me serai jamais laissé aller à son charme et encore moins quand il m'a dragué et proposé un rendez-vous. J'estime que vous êtes tous les deux en tort et que comme il faut bien quelqu'un sur qui rejeter la faute, la seule personne que toi, tu as trouvé c'est moi ! Ok, je suis désolée d'avoir embrassé ton mec, de l'avoir aussi un peu dragué, d'avoir flirté avec. Mais putain ! La communication ça existe bordel à queue ! Et oui je suis vulgaire, ne viens pas me faire la leçon, je suis assez grande pour savoir ce que je dis."

Le ton était monté sans qu'elle ne puisse s'en apercevoir réellement et au moment où elle comprit qu'elle commençait à crier sa colère, le fait qu'elle se soit sentie en tort pour tout ça, elle se tut un instant afin de reprendre son calme en inspirant à fond.

"Laisse-moi terminer avant de parler."

Lorsque Morgan était en colère elle avait la fâcheuse manie de parler avec les mains et c'est exactement ce qu'elle faisait en les agitant tout en parlant.

"J'ai tout pris sur moi, j'ai cru pendant longtemps que tout était de ma faute et non, tout n'est pas de MA faute ! Alors crois le ou non, mais je suis désolée d'avoir embrassé ton mec, mais ton comportement de gamin me met vraiment en colère. Et oui je connais pas grand chose sur toi au final et je ne sais pas quoi en penser. J'estimais pouvoir te faire confiance mais je ne sais plus, j'en doute et pourtant j'aimerai te connaître un peu plus."

Elle se stoppa de nouveau et observa l'homme, vers la fin de sa tirade sa voix avait commencé à trembler, comme si toutes ses défenses tombaient une par une. Morgan n'avait pas beaucoup d'amis, elle en était parfaitement consciente, elle ne quittait que rarement le Reign', alors perdre quelqu'un qu'elle considérait comme un être proche était douloureux. Mais elle espérait au moins qu'il puisse entendre ce qu'elle avait eu à lui dire, pour la demoiselle c'était important. Elle répétait suffisamment à ses employés de communiquer quand il y avait un soucis, mais si elle n'en était pas capable dans sa vie privée, alors en vie professionnelle ça ne devait pas être glorieux. Désappointée elle lâcha un soupire qui signifiait beaucoup, comme si elle venait d'ôter un poids sur ses frêle épaules, son regard n'avait quitté celui glacial de l'homme et maintenant elle attendait sa sentence. Il allait sûrement la dégager de chez lui sans un mot...


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3491
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Reach the eye of the storm   Ven 21 Juil 2017 - 15:13

Tirant sur sa cigarette, le trentenaire ne retint pas un soupire bruyant en se rendant compte qu'il avait complètement oublié d'amener le cendrier à l'intérieur ; un signe pour ne pas fumer ? Trop tard. Se levant, il récupéra rapidement un cendrier en verre plus décoratif qu'utilisé qui était déposé sur le meuble d'alcools avant de retourner sur le canapé, déposant l'objet sur l'accoudoir de cuir blanc. Relevant son pied gauche pour le caler sur son genoux droit, le blond s'adossa confortablement contre le dossier, haussant un sourcil en attendant la suite des accusations de la rouquine. Sans doute qu'elles seraient légitimes, il le savait, mais il n'avait aucune envie d'en découdre avec elle et d'entendre ses plaintes de femme blessée ; elle s'était simplement retrouvée au mauvais endroit au mauvais moment, avait eu le béguin pour la mauvaise personne. Zack pouvait-il la blâmer pour cela ? Sans doute que ce n'était absolument pas légitime, mais il se le permettait, parce-qu'il avait été blessé dans sa fierté et que c'était la seule chose qui comptait. Blessé dans sa fierté mais aussi blessé tout court, et c'était bel et bien cette faiblesse qui était la plus difficile à encaisser mais il n'allait pas lui offrir cette excuse sur un plateau d'argent, ça ne la concernait en rien ; peut-être aussi sans doute parce-qu'il n'acceptait toujours pas la faiblesse que représentait les sentiments qu'il portait au gamin.

Quand elle reprit la parole, il plissa le nez d'un air mauvais, secouant la tête. S'il lui avait dit qu'il s'était disputé avec son mec ? Pourquoi au juste aurait-il dû lui balancer cela alors que, dans les faits, il n'y avait pas eu de dispute ? Il avait certes senti une légère distance mais tous deux ne s'étaient jamais proclamés en couple alors à quoi bon faire toute une histoire d'une petite distance ? Tout comme il était probablement ridicule de faire toute une montagne d'un simple flirt alors que justement, le terme de ''couple'' ne le correspondait pas réellement mais cela, le trentenaire n'avait aucunement l'intention de l'entendre. Ouvrant la bouche pour s'apprêter à lui dire clairement qu'elle n'était en aucun cas concernée par sa relation avec le brun, il soupira une nouvelle fois quand Morgan lui intima de l'écouter encore. Quand allait-elle finir ? Il l'avait compris qu'elle ne digérait pas sa réaction, depuis la seconde même où elle avait essayé de l'appeler après qu'il avait découvert leur petite histoire. Elle voulait parler ? Bien, qu'elle fasse, elle ne lâcherait de toute façon pas l'affaire tant qu'elle n'aurait pas dit tout ce qu'elle avait sur le cœur.

Fixant quelques secondes les mains trop nerveuses de la jeune femme, l'homme d'affaires replanta son regard froid dans le sien après avoir repris une gorgée de cognac. Ce qu'elle pouvait être agaçante quand elle était en colère, et surtout : ce qu'il avait en horreur qu'on vienne lui faire un quelconque reproche. Au fond il s'en fichait, la plupart du temps, mais il n'empêchait qu'il avait appris à connaître et apprécier sa cadette avant tout cela et que oui, la voir autant en colère et blessée ne le laissait pas insensible mais une fois encore, sa propre peine  et déception lui étaient plus importantes, lui voilant totalement la face sur le reste. Écoutant ses paroles d'un air las, il soupira à nouveau à la fin, laissant retomber sa tête contre le dossier du canapé. Le connaître un peu plus ? Elle en voyait quasiment les pires parties alors à quoi bon tenter le diable ? Bornée, voilà un terme qui semblait avoir été créé pour elle. Malgré sa propre colère, Zack percevait clairement que la barmaid était à bout, en témoignait sa voix légèrement tremblante sur ses derniers mots mais qu'attendait-elle de lui ? Qu'il s'excuse ? Qu'il lui dise qu'il agissait comme un con ? Sans doute. Mais ce serait reconnaître ses faiblesses et c'était hors de question.

Relevant la tête pour écraser sa cigarette dans le cendrier, il cala à nouveau son regard dans celui de sa cadette, inspirant légèrement. « Je sais que tu n'es pas en faute, Morgan. Que Stew est bien plus à blâmer que toi, et moi aussi, probablement. Tu as juste de la chance que j'ai appris à t'apprécier avant cela. » Des paroles lancées sans la moindre émotion, d'un calme presque inquiétant. Sous-entendait-il qu'elle s'en serait nettement moins bien tirée ? Peut-être mais qu'importait, elle n'avait qu'à comprendre ce qu'elle voulait. Terminant son verre, il s'avança pour le déposer sur le canapé et se relever, prenant au passage le cendrier afin d'aller immédiatement jeter son mégot dans la poubelle et effacer toute trace de l'illégalité à sa propre règle.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Reach the eye of the storm   
Revenir en haut Aller en bas  
- Reach the eye of the storm -
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.
» Question sur le Nouveau Halo Reach
» James Storm Vs Brock Lesnar
» Modif. de Assaut sur Black Reach !
» [UPTOBOX] Final Storm [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: