Partagez | 
 

 Voodoo Doll

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Auteur
Message
Donovan C. Floyd
Leader | Remnants
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 468
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Voodoo Doll   Dim 18 Juin 2017 - 21:25

Donovan accusa le coup, s’il s’attendait à ce que la brune n’aille pas bien, il ne s’était pas attendu à cette réponse si laconique. « Contre le miroir de la salle de bain » souffla-t-il en réponse à sa remarque concernant sa main. Et puis ce fut le déluge, il s’excusait mais visiblement c’était comme venir emmerder un ours endormi. Beatriz n’avait pas passé l’éponge, normal d’un autre côté, elle l’avait vu sous son pire jour, la pire facette de sa personnalité. Et le pire c’était qu’il ne regrettait pas ses gestes à proprement parlé, si c’était à refaire, il agirait de la même manière pour la protéger, pour la venger. Ses mots fusèrent, acérés, aussi blessants que les poings du militaire ce soir-là. La mexicaine tourna les talons, s’en allant sans même lui laisser le temps de dire quoique ce soit, à nouveau il pensa que c’était fini. Mais elle revint à la charge. Difficile de dire si c’était une bonne ou une mauvaise chose, le dialogue n’était pas rompu, il y avait encore matière à arranger les choses peut-être.

Il lui manquait. Donnie bloqua sur ces mots en particulier. Elle était en colère, elle pleurait, mais il lui manquait. Malgré toute la peine qu’il avait pu lui causer ce soir-là, malgré la peur. « Non » souffla-t-il lorsqu’elle suggéra que l’heure était venue de repartir. « Non » insista-t-il en secouant la tête, fixant le vide avant de reprendre ce geste qu’il avait stoppé plus tôt, posant sa main sur la joue de la brune. « Bea je … » commença-t-il, hésitant avant de l’attirer vers lui, la serrant dans ses bras, une main posée dans sa nuque, trouvant le réconfort dont il avait étonnamment besoin dans cette odeur familière. « Cette violence fait partie de moi, j’aimerais que ça soit pas le cas … » Il sentit sa gorge se serrer. « Tu me manques … » T’es un bonhomme Donovan, un bonhomme ça pleure pas. Un bonhomme ça encaisse. Il se répétait ces mots, pour s'en convaincre, parce que depuis toujours on l'avait élevé comme ça.

Se reculant en prenant son visage entre ses mains, ces foutues mains capables du meilleur comme du pire, Donnie plongea son regard gris étrangement brillant dans les yeux de la nounou. « Un jour, si t’as envie, si t’as pas décidé de fuir à l’autre bout du pays pour m’éviter, alors je te raconterai tout ça. En attendant, tout ce que je peux te dire c’est que je m’en veux, que je suis désolé de t’avoir fait peur, de t’avoir déçue … Tu me manques Bea, garde Serge avec toi, tous les deux, vous êtes le meilleur de moi-même. » Hochant la tête avec un sourire triste, le brun alla déposer un baiser sur le front de Beatriz. Elle n’avait peut-être pas envie de le voir davantage à ce moment-là, mais c’était bien elle la meilleure part de lui, même si c’était pour elle qu’il avait perdu les pédales. Foutus sentiments à la con.


This is why I need you
Cause you make the darkness less dark, You make my crazy feel normal, every time, You are the who, love is the what, and this is the why. C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Beatriz C. Guttierez
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 186
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Voodoo Doll   Lun 19 Juin 2017 - 0:59


Contre un miroir ? Elle l'avait observé un instant les yeux ronds, avant de craquer et tenter de faire demi tour.
Demi tour qu'elle ne termina jamais, en sentant sa main contre sa joue. Le geste sembla la figer dans le temps, avant qu'il ne la prenne dans ses bras et qu'elle ne se laisse faire. Si au départ elle n'osait pas bouger, sentir ses lèvres contre son front eu le don de l'achever alors que les larmes roulaient librement sur ses joues, venant enserrer sa taille de toute ses forces pour qu'il ne la lâche plus.
Son visage vint rapidement trouver sa place dans le creux de son cou, retrouvant petit ses marques qu'elle pensait avoir perdu depuis cette sortie en extérieur, restant silencieuse pour écouter tout ce qu'il avait à lui dire.
Etrangement, entendre qu'elle lui manquait la soulagea d'un poids, un faible sourire illuminant ses lèvres. Un jour, il lui raconterait tout. Elle hocha doucement la tête, réalisant qu'il était à deux doigts de s'en aller alors qu'ils commençaient tout juste à reprendre un semblant de dialogue après ces jours de silence radio.

Attends. Attrapant ses poignets avec douceur, elle le força à se rapprocher de lui, reprenant une mine sérieuse après avoir séché ses larmes. Si tu veux m'en parler, c'est maintenant.

Elle était particulièrement sérieuse, avant de réaliser l'ampleur des dégats sur ses mains abîmées. Sans doute qu'il n'avait même pas dû prendre la peine de les désinfecter. Et moi, je vais m'occuper de ça. dit-elle en indiquant les cicatrices, le tirant vers la direction du baraquement militaire. Le chemin se fit néanmoins en silence, n'osant dire mot avant de retrouver cet appartement ou elle avait appris à passer un peu plus de temps. En moins de cinq minute, elle était revenue avec la petite trousse de soin, lui intimant de s'asseoir sur une des chaises de la cuisine.

Si tu veux vraiment repartir sur de bonnes bases, c'est maintenant ou jamais. Peut-être était-elle un peu froide dans ses propos, alors qu'elle préparait le désinfectant qu'elle arrosa sans ménagement sur les plaies des phalanges, épongeant le surplus à l'aide de lingettes. Tu ne devrais pas laisser ce genre de blessure traîner, ça aurait pu s'infecter. elle ne pouvait s'empêcher de le sermonner, une ride soucieuse barrant son front en observant les blessures. Il à fait quoi ton miroir pour mériter un sort pareil ? Il s'est moqué de toi ?

Un sourire timide naquit sur ses lèvres. Avec un peu de chance, sa remarque détendrait un tant soit peu l'atmosphère...


the maps thats lead to you
I like to think that we had it all
We drew a map to a better place
But on that road I took a fall
Oh baby why did you run away?. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Donovan C. Floyd
Leader | Remnants
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 468
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Voodoo Doll   Lun 19 Juin 2017 - 8:18

Ses bras qui serraient sa taille, c’était tout con, c’était simple, mais c’était peut-être une preuve qu’il avait pas tout détruit. Donovan sentit son cœur se serrer un peu plus alors qu’il allait partir pour la laisser retrouver son calme, lui laisser le temps de réfléchir à tout cela, mais Beatriz le rattrapa. « T’en parler … maintenant … » Le brun déglutit, son regard passant sur chaque élément de ce décor presque paradisiaque, nerveux. Ses yeux gris se posèrent sur sa main blessée qu’elle désignait avant de l’entrainer pour reprendre le chemin des baraquements. Donovan se sentait très con, lui parler okay mais il était pas sûr de pouvoir le faire maintenant, de suite. Il resta silencieux sur tout le trajet, cherchant déjà comment il pourrait mettre des mots clairs sur la merde sans nom qu’était son enfance, le joyeux bordel de son adolescence, la déshumanisation de ses premières années dans l’armée, sa peur de devenir comme son père qui le suivait depuis trente-sept années.

De retour chez lui, Donnie ne lutta pas, il s’installa sur une chaise alors que la brune se ramenait avec la trousse de soin. « Aïeuh … » souffla-t-il à la manière d’un gamin avant de hocher la tête. Maintenant ou jamais, il avait pas vraiment le choix. « Ouais … » souffla-t-il lorsque Beatriz le sermonna sur ces plaies auxquelles il aurait dû faire attention. « J’ai connu pire alors … » Quelques plaies aux doigts c’était rien, quelques cicatrices de plus au pire. « Il m’a renvoyé ma propre image » répondit-il alors très sérieusement à sa plaisanterie sur le miroir.

Le tatoué avait l’impression d’être chez le psy, il y avait jamais été et peut-être il aurait dû d’ailleurs mais dans sa tête, ça ressemblait à ça une séance chez le psy. On attendait de vous que vous vous confiez alors que le problème même de votre vie, c’était ce manque de discussion sur les sujets qui fâchaient. Mais c’était pas un psy, c’était sa copine. « Mon vieux c’était … il était violent, accro aux jeux, d’aussi loin que je me rappelle … Il battait ma mère, et quand j’ai été assez grand pour pas y passer en une claque, il s’est mis à me battre moi aussi. » Donovan fixa le vide entre lui et Beatriz, y revoyant un instant les bleus, les plaies sur le visage ou le bras de sa mère. « Il s’est barré, un temps, on était bien puis il est revenu parce que fallait bien que quelqu’un l’aide à rembourser ses dettes. Et ma mère … » Il souffla doucement, un sourire triste sur le visage. « Elle l’a accueilli, bras et cuisses ouverts. Elle était dingue de lui, quoiqu’il fasse. Un jour ils m’ont dit que j’allais avoir une petite sœur, et un jour les médecins nous ont dit que finalement y’aurait pas de petite sœur, ça tu le sais déjà … » Sa gorge se noua et le brun se leva pour aller récupérer sa bouteille d’alcool et deux verres.

Déposant les deux verres, il s’en servit un et le brun d’un trait. Ca serait sans doute plus simple de parler comme ça. « Il l’avait frappée pour je sais pas quelle raison, elle est tombée dans l’escalier, elle a perdu le bébé … » Louisie, cette petite sœur qu’il avait tant aimée avant même qu’elle soit là et qu’on lui avait enlevée, avant même qu’elle soit là. « Alors je sais pas, je pense que je devais avoir trop de trucs à dire mais que j’ai jamais dit, j’ai commencé à me battre à l’école, au collège, au lycée, c’était de pire en pire. Et pour chaque coup que je donnais là-bas, mon père en donnait le double quand je rentrais. L’école s’est jamais inquiété, vu comment je me battais, ces bleus étaient normaux. » Donnie marqua une pause, cherchant le regard noisette de la mexicaine pour y plonger son regard, sa main allant chercher la sienne comme pour se donner le courage de continuer.

« Un jour, j’avais une quinzaine d’années, j’ai dit à ma mère qu’il fallait qu’on se barre de là, parce que j’en pouvais plus de tout ça. Mais … Elle a préféré rester avec lui, m’abandonner. Je me suis battu avec mon vieux, j’ai volé son jeton de casino et foutu le reste à la poubelle. J’ai vécu dans des foyers, puis l’armée. » L’armée, c’était une autre histoire, une autre violence, contrôlée, parfois nécessaire. « Je pensais que ça serait facile vu mon tempérament, ça payait pas trop mal en plus. Mais tu tombes toujours sur plus con que toi, et puis y’a les ordres. Se battre, pour se défouler, c’est une chose. Tuer parce qu’on t’ordonne de le faire, c’est … C’était une mission classique en Afghanistan, on devait « libérer » un village des intégristes, j’étais en poste au loin avec mon fusil de sniper. J’étais entrainé, je savais tirer sans souci, calculer la trajectoire de la balle avec le vent et tous les facteurs. Mais l’entrainement il te prépare à cette prise de conscience que t’as tué quelqu’un, froidement. Et petit à petit, cette prise de conscience, tu la fais plus ou moins, parce qu’il faut te protéger tu sais … » Donovan était capable à deux trois exceptions près de lui citer le nombre de victimes par mission, depuis le début de l’épidémie, c’était pas qu’il gardait une liste précise mais tous ces morts faisaient partie de lui aussi.

« Je dis pas que tout ça excuse mon comportement, mais ce type … ces types. C’était des petits tyrans à la con, tout ce que mon père était. Et même maintenant quand je vois ton visage comme ça … Et la violence, la mort, c’est … devenu normal. » Il serra son poing blessé, crispant les mâchoires, sans même avoir remarqué que depuis un petit moment, il s’était mis à pleurer. « Trente ans sans pleurer merde … » souffla-t-il en riant tristement avant de se resservir un verre d'alcool et d'allumer une cigarette pour inhaler une dose de nicotine.


This is why I need you
Cause you make the darkness less dark, You make my crazy feel normal, every time, You are the who, love is the what, and this is the why. C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Beatriz C. Guttierez
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 186
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Voodoo Doll   Lun 19 Juin 2017 - 10:17


Il s'en voulait alors, pour avoir explosé un miroir de la sorte ? Beatriz l'observa sans mot dire, continuant les premiers soins alors qu'il expliquait doucement l'histoire de sa vie, dont elle ne connaissait finalement que quelques bribes. Entendre la vérité d'une manière aussi dure lui déclencha un frisson le long de l'échine. Père violent, mère passive, problèmes à l'école... La perte de Louisie, alors qu'elle terminait de panser sa plaie, récupérant le verre d'alcool qu'il lui tendait pour en boire une petite gorgée alors que lui semblait en avoir besoin pour encaisser le fait de parler de son passé. En avait-il seulement parlé un jour à qui que ce soit, de tous ces démons qui le hantaient ? Elle commençait sérieusement à en douter, vu comme il peinait à en parler en fuyant son regard par moments, sa main venant chercher la sienne comme pour se donner du courage.

Avec douceur, elle serra ses doigts entre les siens, alors que la partie de l'armée prenait la suite, comprenant mieux ce problème de violence. Entre son passé trouble, et la loi de la jungle il avait effectivement de quoi exploser littéralement comme la dernière fois. Ce n'était peut-être pas un psychopathe comme elle y avait sérieusement songé les premiers temps, mais bien une victime de violence devenue à son tour bourreau malgré lui. Le regard triste, elle nota ses yeux brillants, n'osant bouger pour l'instant de peur de le brusquer. Ce ne fût que quand il reparla de ce groupe qu'il avait neutralisé qu'elle se figea doucement. Peut-être que c'était elle l'enfant à ne pas vouloir accepter toute cette violence dont tous les membres du groupe semblaient pourtant s'être habitué...

Elle se mordit la lèvre quand lui même prit conscience de son état, le laissant inhaler une bouffée de cigarette avant de la lui retirer des mains pour la poser dans le cendrier, venant prendre place sur ses genoux, l'enlaçant avec douceur contre elle.
Il n'y avait pas de grands discours à faire finalement, ni même de questions à poser. La lumière avait chassé les zones d'ombres, lui permettant de mieux comprendre le côté presque décalé qu'il possédait.

Je suis désolée. murmura t-elle en venant glisser sa main contre sa nuque pour rester contre lui. Pour tout ce qui à pu t'arriver.

Sauf que maintenant, il n'était plus seul. Si elle ne le dit pas à haute voix, son regard parla pour elle quand l'hispanique trouva ses yeux gris, effleurant sa joue du bout des doigts. Ce n'est pas normal, la violence et la mort. C'est ce dont tu t'es persuadé, et je peux le comprendre. Mais y'a pas que ça dans ta vie.

Avec douceur, elle posa ses lèvres contre les siennes, appréciant mille fois de retrouver ce geste d'affection entre eux. Glissant une main dans ses cheveux bruns, faisant remarquer dans l'espoir de le faire sourire un peu. Maintenant t'as Serge. Et moi, un peu.

Un peu, le mot était faible. Il l'avait entièrement, corps et âmes. Mais si la taquinerie pouvait le faire réagir, c'est que c'était plutôt bon signe, songea t-elle avec espoir. Dis... Je peux rester encore un peu ?

Peut-être était-ce enfin la fin de leur dispute. Peut-être.


the maps thats lead to you
I like to think that we had it all
We drew a map to a better place
But on that road I took a fall
Oh baby why did you run away?. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Donovan C. Floyd
Leader | Remnants
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 468
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Voodoo Doll   Lun 19 Juin 2017 - 20:58

Parler c’était facile quand il s’agissait de débiter des conneries, Donovan maîtrisait la palabre et l’apprécier quand elle n’était pas sérieuse, quand elle était là pour servir son intérêt auprès des nanas, se faire respecter auprès des collègues ou simplement faire chier le monde. Mais se confier comme ça, surtout auprès de Beatriz, c’était difficile. Enfin c’était difficile de se lancer, c’était difficile de supporter ce qu’il pouvait lui-même dire, mais au final les mots étaient sortis assez facilement. Sans doute parce qu’il y avait réfléchi, des heures et des heures durant ces jours passés. Et il s’attendait à ce qu’elle continue de lui en vouloir parce qu’après tout, son passé ne lui donnait pas le droit de devenir un vrai psychopathe une fois tous les deux mois. Mais cette épidémie, elle avait transformé des mecs décents en copie de son père, en connards violents.

Il regarda la cigarette finir dans le cendrier et la brune se lever pour venir se glisser sur ses genoux, l’enlaçant doucement. Son cœur se serra, une part de lui aurait peut-être préféré qu’elle lui en veuille, qu’elle éclate encore une fois de cette colère triste qu’elle avait eu l’autre soir, parce que de cette manière, il aurait plus pu la décevoir. Mais une part de lui ne résista pas longtemps avant d’enrouler ses bras autour de sa taille, la serrant contre lui et soupirant d’aise dans ce contact qui lui avait manqué. Donnie écouta ses paroles, silencieux, il se laissait bercer. Il était blessé, certains auraient dit détruit même, et Beatriz était ce remède qui pouvait l’aider à aller mieux, cet antidouleur pour supporter les moments les plus difficiles.

Un baiser, quel baiser. Celui-là, il l’avait peut-être plus attendu encore que le premier parce que le premier, il savait pas à quoi s’attendre et il avait été agréablement surpris. Celui-là, c’était ce baiser qu’il avait pensé plus jamais avoir, c’était la retrouver. Donovan éclata d’un rire léger à sa remarque. « Juste un peu ? » demanda-t-il lorsqu’elle évoqua qu’il avait sa fidèle peluche et elle-même pour le soutenir. « Juste un peu ? » demanda-t-il à nouveau à sa dernière question, lui souriant en remontant sa main sur sa joue, effleurant du bout des doigts cette marque qu’elle portait encore.

Le regard du tatoué se fit plus sombre un instant, avant qu’il ne revienne l’embrasser, chassant les souvenirs de cette soirée de son esprit au moins pour un instant. Rompant finalement leur baiser, le brun posa à nouveau son regard gris sur la mexicaine. « Reste aussi longtemps que tu veux, tu m’as trop manqué pour que je te foute à la porte … En plus, honnêtement, j’serai plus moi-même si j’foutais une beauté pareille dehors non ? » Donnie lui adressa un sourire plus doux, cachant cette peur qu’il avait toujours de la décevoir, de la blesser. Comment lui dire que si la situation se représentait, si elle était en danger, blessée, alors il agirait de la même manière, parce que c’était plus fort que lui.

Donovan replaça délicatement une mèche de cheveux derrière l’oreille de la brune, son regard ne la lâchant plus. « Je suppose qu’Abbi va s’inquiéter si tu rentres pas mais … reste cette nuit. » C’était égoïste, purement égoïste mais Donovan n’avait pas envie qu’elle rentre. Il avait besoin d’elle. « J’ai besoin de toi … » souffla-t-il à voix basse avant de reprendre avec le sourire. « Mon miroir est pété et je peux plus me raser … » C'était plus simple de dire des conneries, plutôt que de la remercier simplement et directement d'être là pour lui.


This is why I need you
Cause you make the darkness less dark, You make my crazy feel normal, every time, You are the who, love is the what, and this is the why. C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Beatriz C. Guttierez
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 186
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Voodoo Doll   Lun 19 Juin 2017 - 22:08


Retrouver ce geste entre eux sembla lui rendre une partie d'elle, alors qu'elle resserrait un peu plus son étreinte, embrassant son cou avec douceur en l'écoutant répéter ce qu'elle venait de dire. Peut-être que tu ne m'as pas qu'un peu... admit-elle avec un sourire attendri, effleurant à nouveau ses lèvres alors qu'il demandait à ce qu'elle tant qu'elle le voudrait. C'est ce que j'espérai entendre. admit-elle en riant enfin pour la première fois depuis des jours, reconnaissant un peu de cet homme qu'elle fréquentait désormais depuis un petit moment. Tant que tu me mets pas dehors pour une autre... fit-elle tout de même remarquer en haussant un sourcil. Ils ne s'étaient pas vu pendant deux semaines, et il elle avait une confiance totale en lui, peut-être avait-il tenté sous un trop plein d'alcool ? Elle préférait ne pas savoir, venant à nouveau prolonger ce baiser qu'il lui donnait, s'installant plus confortablement sur lui.

Rester cette nuit ? Elle fût quelque peu étonnée qu'il lui demande cela aussi vite, mais après deux semaines de disparition... Et cette remarque stupide pour l'inciter à rester. Secouant légèrement ses cheveux pour montrer son semblant d'exaspération, l'hispanique se contenta de venir mordre sa lèvre en guise de représaille. C'est juste pour une histoire de rasage que tu veux que je reste, sérieusement ? Mais elle devait bien admettre que sa réaction la fit rire. Je vais leur laisser un mot alors, et chercher un vrai miroir. dit-elle avec douceur, effleurant sa joue du bout des doigts en se décalant légèrement. Comme convenu, elle avait fait un rapide aller retour, en profitant pour enfiler quelque chose de plus décontracté. Quartier libre pour la soirée, avait accepté Siobhan, Darrell souhaitant passer un peu de temps avec sa petite fille sans l'avoir dans les pattes. Elle avait troqué son uniforme de nounou pour un jean noir et un débardeur, se sentant immédiatement plus à l'aise. Comme promis, elle avait emporté le miroir de poche qu'elle possédait, et cette cassette que lui avait donné Abbi le soir de cette fameuse mission suicide, un paquet de cigarette, et moins de vingt minute après elle était de retour au baraquement, offrant un sourire timide au militaire. Elle connaissait bien l'endroit et pourtant, elle avait maintenant l'impression que c'était la première fois qu'elle y venait après ce qu'il s'était passé entre eux.

Tiens. tendant la cassette et le paquet de clope, elle ramena une mèche de cheveux derrière son oreille. J'avais demandé à Abbi de me les ramener si elle en trouvait. Je crois que c'est du rock pour la cassette.

Et, le sourire aux lèvres elle tendit le petit miroir avec un air taquin. Comme ça, tu n'as pas besoin que je reste toute la nuit tu pourra te raser. dit-elle avec cet air parfaitement naïf au brun, revenant tout de même l'embrasser pour qu'il ne la prenne pas au mot.


the maps thats lead to you
I like to think that we had it all
We drew a map to a better place
But on that road I took a fall
Oh baby why did you run away?. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Donovan C. Floyd
Leader | Remnants
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 468
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Voodoo Doll   Mar 20 Juin 2017 - 8:04

Pas qu’un peu, ça lui plaisait davantage ça. Cette proximité retrouvée entre eux lui faisait du bien. Les jours passés avaient été douloureux pour Donovan, il avait eu cette foutue impression d’avoir eu raison, en temps normal avoir raison ça l’arrangeait. Mais quand il avait raison sur le fait de blesser la personne qui comptait le plus pour lui, là ça le dérangeait. Le brun fronça les sourcils à sa remarque, prenant son menton entre son pouce et son index alors que son regard gris plongeait dans celui de la brune. « T’en auras marre de me supporter avant que ça arrive et … je t’ai promis. » Pas d’autre fille, aussi mal qu’il soit, aussi difficile que ça soit parfois de rester dans son coin avec toutes les nanas qui passaient sous son nez, pas d’autre fille.

« Hey le rasage c’est important, avoir ce charme et ce visage, ça demande du boulot … » répondit-il avec un sourire en coin avant qu’elle n’accepte de rester. « T’as intérêt à revenir Guttierez, je sais où t’habite » lança-t-il avec son regard sûr de lui. Le brun s’éclipsa quelques minutes, Donnie en profita pour ranger le bordel qu’il avait accumulé ces derniers jours, faire la vaisselle et fouillant dans ses placards pour en sortir de fruits au sirop, des biscuits et une bouteille de vin. Pour un peu, Donovan aurait rajouté des bougies, mais il faisait encore un peu jour et Beatriz allait prendre peur.

La nounou revint finalement, et lui tendit une nouvelle cassette. « Un cadeau ? Du rock ? Ca va me permettre de varier entre la country et la musique latino. » Il récupéra ensuite le miroir, s’apprêtant à lui répondre mais la brune le prit de court, revenant l’embrasser. Donnie l’enveloppa de ses bras, la serrant contre lui, la cassette dans une main et le miroir dans l’autre. « Merci » souffla-t-il entre deux baisers avant de se reculer, légèrement, déposant tout sur la table pour lui montrer la bouteille de vin. « Ca a plus de classe que la tequila, et … j’ai trop parlé aujourd’hui, je suppose que ça se fête. » Evidemment, juste le vin, ça avait plutôt l’air con avec les deux crackers qui se battaient en duel et la conserve de fruits, mais il avait fait au plus simple.

Donnie plongea sa main dans sa poche pour récupérer le baladeur et les écouteurs, sortant la cassette déjà à l’intérieur pour y mettre celle que Beatriz venait de lui amener. Avec un sourire, il tendit un écouteur à la brune avant de lancer la lecture. « Ah ! » s’écria-t-il en entendant la première chanson, se mettant à se déhancher en prenant sa main pour l’entrainer avec lui. « J’adore cette chanson … Ma mère … elle m’avait raconté que je dansais dessus quand j’étais tout gosse. » Un des rares souvenirs avec sa famille qui ne soit pas douloureux. La gardant contre lui dans des pas de danse brouillons et sûrement ridicules, Donovan revint l’embrasser, soufflant un nouveau merci contre ses lèvres.  

S’éloignant un instant, le militaire ouvrit la bouteille de vin et servit les deux verres avant d’en tendre un à Beatriz, lui souriant. « J’étais sérieux Bea, j’ai besoin de toi » ajouta-t-il en plongeant son regard gris dans les iris noisette de la brune, un air sérieux sur le visage. « Mais pour aujourd’hui, pour ce soir … On fait ce que tu veux, Princesa, parce que tu as déjà fait beaucoup pour moi ... » Il lui devait bien ça après tout, et après ces dix derniers jours à penser qu'il l'avait perdue, Donnie avait juste envie de profiter de sa compagnie.


This is why I need you
Cause you make the darkness less dark, You make my crazy feel normal, every time, You are the who, love is the what, and this is the why. C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Voodoo Doll   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voodoo Doll
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Voodoo Doll
» Dedie a Joel/Voodoo music study makes Vatican Library
» i need a mannequin doll {16/05, 14:30}
» Camille ♣ A Little broken doll
» Cuba's SANTEROS. Vodouwizan Kiben.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: