Partagez | 
 

 Voodoo Doll

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Auteur
Message
Beatriz C. Guttierez
Administratrice
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 182
Age IRL : 26
MessageSujet: Voodoo Doll   Ven 16 Juin 2017 - 20:50


Abbi n'était toujours pas revenue. Ni même le reste de son équipe en fait. Ils devaient rentrer en fin d'après midi, et le soleil n'allait pourtant pas tarder à se coucher d'ici quelques heures. Siobhan lui avait dit de ne pas s'inquiéter, mais elle ne pouvait s'empêcher de se ronger les sang. Oui, sa soeur n'était pas une gamine et ce n'était pas la première civile à s'entraîner pour aller en extérieur mais... C'était sa petite soeur. C'était elle qui était sensée la protéger, pas l'inverse.
Elle se rappelait parfaitement de ce qu'avait dit Abbi. Un ravitaillement dans une zone pas trop loin, avec des militaires entraînés, et qu'elle serait là avant seize heures. Et si en soi,, deux heures dans une journée n'était pas énorme, dans ce monde c'était quelque chose d'insupportable.
Et personne ne pouvait répondre à ses questions, assurant que les retard étaient courants. Sauf que ça ne suffisait pas à calmer ses nerfs mis à rude épreuve.

Elle avait fait les cent pas un long moment, avant de se décider. Il ne lui fallût que quelques minutes pour enfiler un jean et une paire de botte de marche, troquant son chemisier parfaitement propre pour un simple t-shirt noir. La seconde d'après, elle avait traversé le camp en direction des baraquements, sachant pertinemment chez qui elle pourrait se calmer. Donovan n'était pas sorti ce jour là, de ce qu'il lui avait dit.
L'hispanique avait tambouriné à sa porte comme une démente jusqu'à ce qu'il ne se décide enfin à lui ouvrir. Abbi n'est pas revenue.
Elle savait qu'elle n'avait qu'à prononcer cette phrase pour qu'il comprenne l'étendue de son angoisse, alors que des larmes avaient déjà perlé à ses yeux en s'imaginant sa petite soeur dans les pires situations.

Elle n'aurait jamais dû sortir de là... serrant les mâchoires en y pensant, la brune cacha ses larmes de stress d'un revers de main, essayant de se calmer. Il faut que j'y aille...
Il ne fallait certainement pas lui demander de rester ici les bras croisés à attendre une quelconque réponse bonne ou mauvaise. Même pas en rêve. Rien à faire, de n'avoir aucune idée du danger extérieur. Si l'idée d'y poser un pied la terrorisait, elle ne pouvait pas attendre ici. Je veux que tu m'emmène à l'extérieur. précisa t-elle au militaire qui devait certainement se demander à quel moment sa petite amie était devenue aussi proche de l'hystérie.

Elle le voyait venir d'ici. A lui dire qu'il irait seul, que c'était hors de questions, qu'elle n'était pas formée pour ça. Mais elle ne lui laissa pas le temps de dire quoi que ce soit, ni même d'ouvrir la bouche. Prenant ses mains dans les siennes, elle ramena son regard vers lui en précisant avec le plus grand sérieux. Si tu sais ou elle est allée, dis-le moi. Je t'en supplie...



the maps thats lead to you
I like to think that we had it all
We drew a map to a better place
But on that road I took a fall
Oh baby why did you run away?. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Donovan C. Floyd
Leader | Remnants
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 387
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Voodoo Doll   Ven 16 Juin 2017 - 22:21

Seize heures. Le groupe qui était sorti en expédition n’était toujours pas revenu. Donovan le savait parce qu’il surveillait l’entrée du camp ce jour-là, et parce que dans ce groupe, il y avait Abbi. Leur groupe avait peut-être dû faire un détour, Donnie surveillait l’heure sans s’inquiéter vraiment à ce moment-là. C’était sans doute l’habitude qui l’aidait à relativiser même s’il se doutait bien que quelque part chez les Chambers, Beatriz devait être intenable. A dix-sept heures, le brun quitta son service qu’il assurait très tôt le matin – ou tard dans la nuit – et passa le relai à ses collègues. Il prit le chemin des baraquements et grilla une cigarette devant sa porte avant d’aller prendre une douche. Il finissait d’éteindre l’eau lorsqu’il entendit frapper à sa porte. Enroulant une serviette autour de sa taille, il approcha de la porte, une pointe d’inquiétude forcément présente, pour découvrir ce qu’il craignait. Beatriz paniquée, les larmes aux coins des yeux.

« Hey, hey Bea, calme-toi » lui souffla-t-il en l’attirant dans ses bras, écoutant ses paroles et sachant d’avance ce qu’elle allait dire. Elle voulait aller chercher Abbi elle-même, elle voulait qu’il l’amène à l’extérieur. Se reculant pour la fixer d’un air grave, Donnie serra les poings. La brune serait impossible à raisonner, d’ailleurs à bien la regarder, elle semblait résolue et prête à sortir. L’attirant à l’intérieur, Donovan referma la porte derrière eux et plongea son regard gris dans celui de la nounou.

« Ils ont encore le temps de rentrer avant qu’il fasse vraiment nuit, une expédition peut trainer, s’il y a quelque chose sur la route qui les a obligé à faire un détour, s’ils ont trouvé plus de trucs que nécessaires et qu’il faut planquer ça. Bea s’il te plait, calme-toi. » Entremêlant ses doigts à ceux de la brune, Donnie pressa doucement ses mains, le regard sérieux. Il ne lui dirait pas où était allé le groupe car s’il refusait de l’accompagner il était sûr qu’elle irait seule. D’un autre côté, c’était Abbi, c’était ses collègues, il pouvait pas les laisser dehors sans savoir ce qu’il se passait. Donnie n’était pas en poste ce soir-là, donc pas de brèche dans la sécurité s’il sortait.

L’attirant à nouveau à lui, Donovan glissa un bras autour de sa taille alors que sa main venait se poser sur sa nuque, la serrant dans ses bras pour éviter qu’elle ne parte d’un coup poussée par la panique. « Laisse-moi me préparer, prévenir quelqu’un. » Se reculant, il saisit son visage entre ses mains, l’air grave. « Bea, si on sort, tu me promets que tu écouteras à la lettre mes instructions, okay ? Il va faire nuit, on sera seuls, tu restes près de moi quoiqu’il arrive, tu m’écoutes et on revient tous ensemble. Okay ? » Putain, il se détestait. Le tatoué devrait lui dire non, la rassurer, l’enfermer ici et l’attacher si nécessaire, mais pas l’aider à quitter Fort Ward. S’il lui arrivait quelque chose les Chambers allaient le pendre haut et court. Déposant rapidement un baiser sur son front, le brun s’éclipsa dans sa piaule, enfilant son treillis, un tshirt et sa paire de rangers. Il récupéra son holster d’épaule, y glissa son Beretta. Fouillant dans sa table de chevet, il récupéra également son couteau qu’il mit dans sa botte avant de retourner son armoire pour en sortir un deuxième couteau et des munitions.

Revenant dans la pièce principale, Donovan tendit le couteau à Beatriz. « Avec un peu de chance, t’auras pas à t’en servir. Tu fais ce que je dis, tu me colles. » Son ton ne laissait pas penser qu’il y avait possibilité de négocier, si elle voulait le suivre dehors, c’était selon ses termes à lui. Donnie récupéra Serge qu’il accrocha à sa ceinture et prit la main de la brune pour quitter l’appartement. Avant de quitter le camp, le brun demanda à Beatriz de rester en retrait et alla trouver un de ses collègues, lui demandant de l’avertir par la radio si le groupe d’Abbi revenait. « On va pas passer par la grande porte, je doute que mon patron et ta patronne apprécient qu’on sorte comme ça. » Il l’entraina vers un chemin qui longeait le grillage autour du camp. Une courte échelle plus tard, ils étaient dehors. Donovan serra plus fort la main de Beatriz, l’expédition était partie en direction de Lynwood, ils avaient donc une grosse vingtaine de minutes de marche devant eux, en faisant gaffe à tous les dangers que ce monde comportait. « Rappelle-moi pourquoi je t’ai pas ligotée à une chaise chez moi plutôt … » souffla-t-il avec un sourire nerveux.


This is why I need you
Cause you make the darkness less dark, You make my crazy feel normal, every time, You are the who, love is the what, and this is the why. C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Beatriz C. Guttierez
Administratrice
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 182
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Voodoo Doll   Sam 17 Juin 2017 - 0:44


Elle s'était laissée dans les bras du brun, lui rendant son étreinte sans parvenir à calmer son angoisse. Et ce pauvre Donovan avait du mal à la calmer qui plus est. Elle commença à reprendre sa respiration quand il entremêla ses doigts aux siens, essayant de refouler les larmes qui perlaient au coin de ses yeux. Elle était pathétique, absolument pathétique et faible.
C'est pas normal. avait-elle articulé malgré la faible tentative du brun de la rassurer quand au fait d'un possible retard. C'est ma soeur.

Sa dernière famille vivante. Si elle avait su se relever à la mort de Joachin, c'était uniquement grâce à Abbi, et personne d'autre. Si elle venait à disparaître... Non, elle ne voulait même pas l'imaginer. Elle se le refusait.
Ce serait comme perdre une partie de son être, et se retrouver amputée.
Et pourtant, il avait changé d'avis, alors qu'une lueur d'espoir naissant dans son regard en l'écoutant parler. C'est promis. articula t-elle faiblement quand à la possibilité de sortir en sa compagnie à condition d'être son ombre. Des tas de civils de ce camp sortent pour vous aider, pourquoi pas moi ? Tu n'as qu'à prévenir tes supérieurs si ça te fait plaisir, mais moi j'y vais.

Un air de défi sur le visage, elle écouta néanmoins les recommandations du brun en lui murmurant un merci alors qu'il filait se changer. Ce n'était que maintenant qu'elle réalisait qu'elle avait dû le sortir de force de la douche, avant qu'il ne revienne en lui tendant un couteau dans les mains. Couteau dont elle observa la lame avec un hébétement certain, avant d'hocher la tête en l'écoutant parler. Oui... J'ai compris.
Enfin... Elle supposait avoir compris. A présent elle se sentait parfaitement stupide de le suivre. Si il avait déjà commencé à lui passer quelques cours de self defense, ce n'était pas pour autant une guerrière, loin de là. Mais elle l'avait suivie sans broncher, suivant ses directives en se retrouvant dehors, observant les alentours avec un oeil neuf.
Et effectivement, elle aussi se posait la question de pourquoi avait-elle décidé de venir ici. A croire que Fort Ward avait survécu à une guerre nucléaire, et qu'en dehors de leur confort, le reste de la planète avait été dévastée. A son tour, elle serra un peu plus la main du militaire dans la sienne, inspirant profondément dans l'espoir de se donner du courage. Je ne t'ai pas laissé le choix... souffla t-elle en réponse au brun, captant son regard gris pour s'y perdre dans l'espoir d'y trouver du courage. Si elle pensa à lui lancer en guise de réponse que c'était par amour, elle préféra s'en abstenir. Pas sûr qu'il ne prenne la chose à la légère au vu des circonstances.

J'aurai jamais pensé que ce serait si dévasté que ça... souffla t-elle tant pour elle même que lui, suivant ses pas. Ou est-ce qu'ils devraient se trouver normalement ? Abbi ne m'a rien dit...



the maps thats lead to you
I like to think that we had it all
We drew a map to a better place
But on that road I took a fall
Oh baby why did you run away?. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Donovan C. Floyd
Leader | Remnants
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 387
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Voodoo Doll   Sam 17 Juin 2017 - 9:36

Non c’était pas normal qu’ils soient pas revenus, il était dix-neuf heures, trois heures de retard ça pouvait être tout et n’importe quoi. Très certainement n’importe quoi et ils débarqueraient comme des fleurs au milieu de la nuit. Mais Donovan se découvrait bien trop de faiblesses face à la nounou attitrée des Chambers. Elle lui demandait d’arrêter de draguer les filles, il le faisait. Elle le suppliait de l’amener à l’extérieur, il le faisait. Les sentiments c’était compliqué, c’était chiant et pourtant il se sentit tellement con quand elle avait éclaté en sanglot sous la panique. Comment résister. « Des tas de civils qu’on a déjà jaugé, qu’on a entrainé » répondit-il durement, sachant que ces quelques cours de self defense qu’il avait pu lui donner ne seraient peut-être pas utile pour l’instant.

Ce n’était pas le Donovan blagueur, léger qu’elle avait en face d’elle. C’était le Donovan sérieux, conscient des enjeux, des risques. S’il avait été seul ou avec son équipe ça n’aurait pas posé de soucis, parce que chacun connait sa place, sa mission et qu’ils peuvent se permettre de lancer une vanne à l’un ou l’autre. Là, c’était carrément risqué. Une fois à l’extérieur, son walkie à la ceinture de l’autre côté de Serge, le tatoué se fit un peu plus sérieux, regrettant déjà d’avoir accepté d’amener Beatriz. « C’est Abbi » répondit-il finalement avec un sourire qui se voulait rassurant.

« Ca ressemble à une zone de guerre, quand ils ont été débordés, l’armée a tenté de détruire des quartiers entiers. J’me serai cru revenu au Moyen Orient pendant un moment à cette époque … » Son regard parcourait les alentours à mesure qu’ils progressaient sur la route menant vers Lynwood. De sa main libre, Donnie désigna le nord-ouest. « Lynwood Center, y’a pas mal de commerces là-bas, des bars, des restaurants, des trucs de bagnoles. On avait pas encore tout fouillé. »

Un bruissement de feuilles et de branches sèches se fit entendre sur la droite de la route. Donnie stoppa ses pas, ramenant Beatriz près de lui en scrutant dans la direction du bruit. C’était juste un écureuil. Le militaire reprit sa marche, profitant des derniers instants de lumière naturelle pour éviter de sortir sa lampe torche. « Et Abbi a très bien fait de rien te dire, sinon t’aurais tenté d’y aller seule. » Le regard qu’il posa sur elle était sérieux même s’il tentait de formuler ça avec le ton de la plaisanterie. « La nuit va bientôt tomber, on aura que la lampe torche pour y voir, tu restes bien près de moi. »

Ils avaient parcouru la moitié du chemin, sur la droite de la route il y avait quelques habitations éparses. Normalement chacune avait été scrupuleusement vérifiée, vidée, murée afin d’éviter à quiconque, mort ou vivant, de se trouver trop près de Fort Ward ou d’empêcher la circulation des véhicules. Mais il y avait toujours un risque. Posant à nouveau son regard sur la brune, Donovan reprit d’une voix un peu plus douce. « Désolée Bea, je sais que tu t’inquiètes pour Abbi, je m’inquiète aussi, mais là en plus je m’inquiète pour toi … » Il pressa un peu plus sa main dans la sienne alors que le nombre d’habitation augmentait. Ils se rapprochaient du centre de ce village côtier. Donovan inspira, se concentrant à nouveau complètement sur son environnement.


This is why I need you
Cause you make the darkness less dark, You make my crazy feel normal, every time, You are the who, love is the what, and this is the why. C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Beatriz C. Guttierez
Administratrice
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 182
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Voodoo Doll   Sam 17 Juin 2017 - 10:02


Peut-être que les autres civils avaient été jaugés et parfaitement entraînés pour l'extérieur, mais le coup elle s'en moquait royalement. Ce n'était pas son problème, et si elle devait passer la nuit dehors à chercher Abbi elle le ferait. Elle comprenait qu'il soit sec en lui répondant, imaginant bien que la situation devait être délicate pour lui. Mais qu'importait. Elle lui avait dit avoir confiance en lui il n'y avait pas si longtemps que ça. C'était toujours le cas à l'heure actuelle.
Lynwood Center. En silence, l'hispanique observait les environs n'imaginant même pas la scène de guerre qui avait dû se dérouler ici quelques semaines après le début de l'épidémie. Ecoutant ce que lui disait le militaire, ce parallèle avec les zones de guerre qu'il avait pu fréquenter...
Tu aurais pas fait la même chose pour un de tes proches ?

Evidemment qu'elle y serait allée seule si il avait refusé de la suivre, mais lui dans tout ça ? Il aurait été parfaitement capable d'aller y chercher quelqu'un à qui il tenait, elle en était persuadée. Le bruit que causa le petit animal la rassura en constatant qu'il ne s'agissait pas d'un muerto, mais la nouvelle remarque du brun la fit frissonner. La nuit ne tarderait pas à tomber. Hochant la tête pour lui promettre qu'elle ne bougerait pas d'un iota, ils avaient reprit la route en direction du village côtier. Je suis désolée de te faire subir ça. avec sincérité, elle lui offrit un sourire contrit, rajoutant. Mais...si Abbi ne revenait jamais, et que j'étais restée sagement assise à attendre...

Jamais elle ne se le pardonnerait, jamais. Les vingt minutes de marche les avaient finalement amenés en plein coeur du village dévasté, alors que la brune sentait un frisson désagréable courir le long de son échine en observant les rues jonchés de déchet et les rares véhicules abandonnés. Ce genre de sensation qui n'amenait jamais rien de bon, et qui lui donnait envie de faire demi-tour et aller se cacher dans le lit du brun. Sauf que ce n'était pas envisageable, et que chaque centimètre carré de ses muscles étaient tendus comme la corde d'un arc. Son regard fût attiré par une sorte de petit centre commercial abandonné, alors qu'elle captait le regard de Donovan avec un air interrogateur. Ils seraient là tu pense ?

Peut-être que cette zone n'avait pas été fouillée comme il l'avait dit plus tôt ? Elle mourrait d'envie de juste se poster au milieu de la place pour crier le nom de sa soeur dans l'espoir qu'elle lui réponde, mais elle se doutait bien que Donovan allait l'assommer si elle tentait une action de ce genre. Elle avait promis de le suivre comme son ombre en prime alors...
Et pourquoi aucun message ne passait dans cette foutue radio ? La brune commençait à passer du stade de l'inquiétude à celui de la colère. Abbi allait l'entendre en revenant. Parce qu'il fallait bien qu'elle revienne, il le fallait très clairement. Elle ne s'était détaché du brun que quelques secondes pour inspecter de plus près l'entrée du centre, fronçant les sourcils en ayant l'impression d'y avoir entendu quelque chose. Donovan... murmurant en se rappelant ce qu'il lui avait imposé, elle ne bougea pas avant de faire remarquer. J'ai entendu quelque chose. Mais... Je ne sais pas ce que c'est.

Peut-être Abbi qui s'était retrouvée seule ? L'infime bruissement qui avait résonné en écho à l'intérieur du centre pouvait-être la brune qui cherchait à se cacher de quelque chose après tout ?


the maps thats lead to you
I like to think that we had it all
We drew a map to a better place
But on that road I took a fall
Oh baby why did you run away?. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Donovan C. Floyd
Leader | Remnants
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 387
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Voodoo Doll   Sam 17 Juin 2017 - 10:34

Le brun souffla un instant. Est-ce qu’il aurait fait la même chose pour un de ses proches ? Ses proches à l’époque c’était Ella, et elle était en sécurité à Seattle pendant qu’il parcourait le monde. Ses proches c’était ses collègues militaires, et chacun savait qu’il ne fallait rien tenter de stupide. « La question se posait pas » souffla-t-il simplement. « Mais je suis là, non ? » ajouta-t-il avec un sourire. Il comptait quand même pas laisser Abbi là-dehors ou Beatriz la rejoindre seule. Sans compter qu’un groupe qui disparaissait ça pouvait créer des problèmes pour tout le camp, s’ils étaient tombés sur d’autres survivants notamment. Les règles étaient claires mais la situation pouvait vite déraper.

« T’excuse pas, je te l’ai dit, j’allais pas te laisser partir seule et bon, je m’inquiète quand même un peu pour la gamine aussi. Et on va les retrouver et les ramener » assura-t-il avec un sourire et un rapide baiser sur le front de la brune. Parce qu’il savait comment était devenu le monde Donovan n’était peut-être pas aussi confiant intérieurement mais il gardait son attitude sûr de lui pour aider Beatriz.

Lynwood était un petit bled, sans doute plus habité à la belle saison que le reste de l’année, le genre d’endroit où il y avait rien à faire en dehors de dévaliser le centre commercial. Ce centre commercial que Beatriz désigna. « C’était l’un des endroits à fouiller. » Récupérant son couteau à sa cheville, Donovan laissa la brune s’éloignait de quelques petits mètres, observant les alentours. Cet endroit était trop calme, à croire que quelqu’un l’avait savamment nettoyé de tous ses morts. Et des morts dans les villes et les villages, il y avait généralement une chiée. Il tourna la tête vers l’entrée du centre commercial avant de hocher la tête à la remarque de Beatriz. « J’ai entendu aussi. Tu gardes le couteau à portée de main, suis-moi. »

L’entrée avait été barricadée, de l’intérieur ce qui laissait supposer que quelqu’un s’était bien réfugié là-dedans, à un moment ou à un autre. Mais Donnie remarqua qu’une des sorties de secours avait été laissée ouverte à quelques mètres de l’entrée principale. Saisissant à nouveau la main de la brune, le militaire prit la direction de cette entrée qu’il prit soin de laisser ouverte car peu importe ce qu’il y avait à l’intérieur de ce centre commercial, il comptait pas rester enfermé avec. Allumant la lampe torche, il balaya le vaste hall d’entrée du faisceau lumineux, couvrant un instant son nez et sa bouche. Ca sentait littéralement la mort là-dedans. Mais ce n’était pas ce qui l’inquiétait, parce que ça c’était normal vu le nombre de rôdeurs morts étalés par terre. Ce qui l’inquiétait, c’était cette trace de sang qui semblait plutôt fraiche. Merde, pensa-t-il sans toutefois montrer ce surplus d’inquiétude.

Avançant silencieusement et prudemment, Donovan éteignit aussitôt la lampe lorsqu’il entendit des voix. Il y avait bien quelqu’un dans ce centre commercial, les voix semblaient venir d’un magasin de matériel de chasse et de pèche un peu plus loin. « On va aller vérifier par-là, reste silencieuse … » souffla-t-il à la mexicaine dans la pénombre. Approchant du magasin, le brun se stoppa net en entendant des râles morbides. Aucun mort n’approcha cependant. Ses yeux s’habituant au manque de lumière peu à peu, il discerna des cadavres, enchaînés à des petits bancs et diverses enseignes. « Merde, ils vont savoir qu’on approche, faut faire demi-tour et trouver un moyen d’approcher autrement » murmura-t-il à l’attention de la brune. S’il avait été seul, Donovan aurait planté ces morts et foncé dans le tas, mais avec Beatriz à protéger, il pouvait pas faire n’importe quoi.


This is why I need you
Cause you make the darkness less dark, You make my crazy feel normal, every time, You are the who, love is the what, and this is the why. C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Beatriz C. Guttierez
Administratrice
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 182
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Voodoo Doll   Sam 17 Juin 2017 - 11:01

Ce mauvais pressentiment ne cessait de grandir, bien que Donovan assure être là. Il n'y avait pas que pour sa propre vie qu'elle craignait. Lui s'était retrouvé un peu forcé de la suivre, et maintenant qu'elle se retrouvait en plein coeur de l'épidémie, la raison la ramenait doucement sur la voie de la panique à l'idée qu'il ne lui arrive quelque chose, tentant de se raisonner. Cet homme avait fait la guerre, et certainement survécu à bien pire avant d'en arriver là. Secouant doucement la tête pour chasser ses pensées négatives, elle resserra sa prise sur le couteau qu'il lui avait donné, l'écoutant avec attention. L'odeur de décomposition la prit à la gorge alors qu'elle tournait le visage vers l'extérieur dans l'espoir de trouver un semblant d'air frais. Tous ces corps à même le sol, et ces traînées de sang...
Mais qu'est-ce qui lui avait pris de venir ici bon dieu. Du sang partout, des morts, une ambiance digne d'un film d'horreur et même Donovan qui semblait commençait à sérieusement s'inquiéter malgré les airs qu'il se donnait. Son coeur fût tout de même soulagé en notant qu'aucun des cadavres au sol ne possédait les boucles brunes de sa petite soeur, alors que les voix résonnaient vers une des petites boutiques. Elle avait commencé à le suivre avant de comprendre que des muertos étaient réellement attachés à quelques enseignes.

Mais qui était assez fou pour faire ce genre de chose. La brune déglutit difficilement en s'en rendant compte, sentant ses mains trembler légèrement sous l'effet de la panique. Et ces râles... Se forçant à inspirer profondément pour ne pas céder à la panique, l'hispanique sentit ses jointures blanchirent tant elle resserrait ses doigts contre le poignard. Faire demi tour, faire demi tour. Elle devait se concentrer sur ce que lui disait le brun, et être une élève appliquée dans ce monde survivaliste.
Et pour le coup, ça avait plutôt bien fonctionné au début. Elle l'avait suivie telle une ombre, et elle avait sincèrement pensé qu'ils arriveraient à trouver une autre feinte pour pouvoir continuer d'avancer.
Mais, c'était sans compter sur le râle des morts qui se fit plus insistant au fur et à mesure qu'ils s'éloignaient, sans doute frustré de voir leur possible victime s'éloigner d'eux. Merde, qu'est-ce qu'on fait ...

Se forçant à murmurer pour ne pas attirer l'attention des inconnus dans la boutique, ces derniers furent pourtant dérangé dans leur besogne de ce qu'elle entendit, puisqu'une voix grave annonçait aller voir pourquoi il y avait un tel raffut à l'extérieur.
Super, et maintenant ? Courir allait certainement les faire repérer non ? Tirant sur le bras de Donovan pour l'inciter à se cacher à l'angle du mur qu'ils avaient dépassé quelques instant plus tôt,elle colla son corps à même la pierre froide, s'interdisant de respirer de peur que son air saccadé ne les fasse repérer. Au moins, elle avait eu un semblant de bonne idée, puisque l'un des types apparut quelques secondes après qu'ils aient passé l'angle, se dirigeant vers le cadavre ambulant. C'est pas un des nôtres... articula t-elle silencieusement à Donovan, tant intriguée qu'angoissée à l'idée de tomber sur d'autres pillards comme cette horrible journée quelques mois plus tôt. Et le fait d'entendre cet homme se moquer du rôdeur comme si il discutait avec un ami de longue date ne la rassura pas vraiment sur l'état psychologique de ce dernier...
Encore moins, quand elle entendit les pas de l'homme venir dans leur direction d'ailleurs.


the maps thats lead to you
I like to think that we had it all
We drew a map to a better place
But on that road I took a fall
Oh baby why did you run away?. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
 
Voodoo Doll
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Dedie a Joel/Voodoo music study makes Vatican Library
» i need a mannequin doll {16/05, 14:30}
» Camille ♣ A Little broken doll
» Cuba's SANTEROS. Vodouwizan Kiben.
» Burning Doll [Sylver & Tabata]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: