The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Un livre n'est pas qu'une histoire. -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1311
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   Ven 15 Sep 2017 - 1:09

    La quasi non réaction de mon partenaire du jour m'agaça autant qu'elle m'avait convenu. D'un côté j'avais ce sentiment d'avoir parlé dans le vent, et de l'autre j'étais soulagé qu'il n'en demande pas plus ou ne se mette pas à juger mes paroles. Comment aurais-je seulement pu m'étendre sur ce problème de relationnel alors que je n'en savais même pas moi-même l'origine ? Et surtout avec un inconnu. Certains disaient qu'il était plus simple de parler à quelqu'un qu'on ne connaissait pas vraiment, qu'un avis extérieur était toujours appréciable, et j'avais pu le constater lors de mon boulot, avant l'apocalypse, quand les clients n'avaient de cesse de déblatérer leurs petits problèmes. Mais ç'avait toujours été un concept que j'avais du mal à appliquer sur ma propre personne. À quoi bon de toute façon ? Personne n'avait su m'aider à en trouver la cause ni la solution jusque là, et pourtant il y en avait eu des personnes, des psy et autres joyeusetés, ce n'était certainement pas maintenant que ça allait changer.

    Suite à mes mots, le silence s'était invité, un silence qui, pour ma part, n'avait rien de pesant. Il était au contraire appréciable et le rouquin avait bien dû comprendre que je n'étais pas du genre à parler pour ne rien dire et au vu de ses regards fuyants, il n'oserait sans doute pas lancer une quelconque discussion. En un sens j'étais ravi de faire cette sortie avec lui plutôt qu'un autre membre de son groupe ; sûr que si ç'avait été Tamara, elle n'aurait eu de cesse de parler encore et encore. Oh bien sûr elle en avait le droit, je ne pouvais lui intimer de se taire éternellement, mais sa joie de vivre n'avait rien de communicative pour moi, au contraire. J'aurai pu être pareil pourtant, me sentant bien mieux dans ce monde que dans l'ancien, mais il fallait croire que l'apocalypse ne m'avait pas doté de cette capacité d'expression.

    Après une bonne demie-heure de marche, nous étions arrivés dans des herbes tellement hautes que je ne pu retenir un soupire agacé. Outre la gêne qu'elles amenaient, elles ne permettaient pas une visibilité correcte. À la question de mon aîné, je reportais enfin mon attention sur lui.

« C'est cette route oui. On en prendra une autre en rentrant, tant pis pour le détour. »

    Quoi que la végétation nous ralentissait déjà suffisamment pour nous permettre un détour de plus. M'apprêtant à reprendre la route, je senti une main se refermer sur ma cheville, me reculant immédiatement pour que son propriétaire me lâche sans retenir un juron. Mais il tint bon. D'un coup de machette bien placé, il s'était retrouvé hors d'état de nuire. Essoufflé autant par la chaleur que par la vague de panique qui avait pris possession de moi l'espace d'un instant, je secouais la tête.

« On va devoir être prudents, il doit y en avoir d'autres cachés dans les herbes. »

    A moins d'en sortir immédiatement mais au fond ça reviendrait au même, il y en aurait d'autres par le chemin que nous emprunterions pour nous dégager de la broussaille. Mieux valait sans doute les éliminer plutôt que de simplement les éviter, ils pourraient tout aussi bien venir jusqu'au ranch et cette possibilité n'était pas acceptable. Me remettant en marche, je repris.

« On ne devrait plus en avoir pour long avant d'arriver sur un chemin plus correct. »




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 636
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   Sam 23 Sep 2017 - 20:45
Il but une longue gorgée de sa gourde avant de la glisser à sa ceinture en balayant le lieu du regard. Axel affirma qu'ils étaient bien sur la bonne route, même si cela avait l'air de particulièrement le contrarier. Ces hautes herbes avaient beau être dangereuses au possible, elles avaient au moins le mérite de fausser les idées : personne ne pouvait se douter qu'un ancien ranch avait été rénové et était à présent habité. Ça permettait la sécurité, au détriment des goules, serpents et autres rongeurs qui devaient se cacher sous cette végétation.

Le cœur de Ludwig manqua un battement lorsqu'Axel recula vivement, surpris. À son tour, il fit un pas en arrière, les sens en alerte, prêt à partir en courant s'il le fallait. D'un coup d'oeil vers les pieds de son coéquipier, il constata de lui-même la raison de cette réaction inédite, et le temps qu'il récupère son arme, Axel avait déjà réglé le problème.
Alors, il se sentit un peu stupide, le libraire, avec son couteau serré entre ses doigts, le souffle court. Stupide, et bien inutile. Pour un peu, il se serait excusé.

Mais Axel ne lui en laissa pas temps, et bien qu'il sembla un peu retourné par cette brusque montée d'adrénaline, il n'en laissa rien paraître et se reprit bien vite. Ludwig, lui, ne put que opiner du chef avec avidité lorsqu'il suggéra d'être prudent. Ses prunelles glissèrent sur ces hautes herbes, et l'espace d'une seconde, il s'imagina tout faire flamber. Beaucoup plus rapide et efficace, mais aussi bien plus dévastateur. Il le savait. Depuis Tacoma, il avait une frousse monstre du feu, ce n'était pas pour risquer un incendie incontrôlable ici.

- On va devoir être prudents, il doit y en avoir d'autres cachés dans les herbes.

Ludwig fronça le nez dans une moue hésitante. Le regard qu'il porta à son coéquipier fut paradoxalement sceptique.

- Woh … C'est tout ce que ça te fait ?

Il déglutit, avança prudemment dans ce champs de mine, nez au sol, et se justifia.

- Tu viens de te faire attaquer, t'aurais pu te faire mordre, on a rien vu venir … Et ta réaction, c'est 'il faut être prudent' ?

Il n'en revenait pas, à vrai dire. Lui, avançait avec la lenteur d'une tortue tellement il craignait de se faire avoir, et Axel vagabondait joyeusement dans les hautes herbes, sans plus faire attention que cela. Pour le coup, il était parvenu à sortir Ludwig de son silence de plomb.
Applaudissant les herbes du mieux qu'il le pouvait avec ses mains en évoluant avec une certaine maladresse, il secoua la tête :

- Ca te fait pas peur ? C'est … c'est si simple de mourir, aujourd'hui. Et ça n'a pas l'air de plus t'effrayer que cela. Comment …

Sa main glissa sur son front pour en essuyer la sueur. Il repoussa les cheveux qui s'y étaient collés en arrière et prit une grande inspiration, anticipant la longue traversée qu'ils devaient encore faire.

- Comment tu fais ?

Car, oui, Ludwig était impressionné. Il aimerait posséder ce détachement qui paraissait être si reposant. À moins qu'Axel ne cache son jeu, ce qui n'était pas non plus impossible. Le libraire donnerait beaucoup pour posséder un peu de cette nonchalance.


Like a flower made of iron


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1311
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   Lun 9 Oct 2017 - 23:17

    Ayant repris mon avancée un peu plus prudente dans les hautes herbes, je tâchais de bien m'assurer sur je posais mes pieds au sol directement et non trop près d'un potentiel cadavre qui traînerait pas là. Les mots du rouquin me tirèrent cependant de ma concentration, me faisant froncer les sourcils et lui jeter un œil un peu sceptique. Comment ça, ''tout ce que ça me fait'' ? Qu'est-ce qu'il sous-entendait par là ? Que j'aurai dû verser une larme pour ce pauvre cadavre ? Faire une prière ou tout autre rituel de ce goût là ? Non vraiment, je ne parvenais pas à comprendre ce qu'aurait réellement dû me faire cet acte. Ludwig ne tarda cependant pas à justifier sa question, me faisant ainsi mieux comprendre son étonnement. Recentrant mon attention sur l'avant, j'inspirais légèrement.

« C'est en se mettant à paniquer que nos vies sont mises en péril. »

    Mon ton avait été assez morne et peut-être que la réponse ne conviendrait pas à mon aîné mais je n'avais fait qu'énoncer une vérité qui ne devait pas concerner que moi. Certes, il m'arrivait de me laisser submerger par la panique, mais pas face à quelques macchabées isolés ; les humains étaient bien pires, même un seul. Mon camarade du jour avait peut-être déjà pu voir cette nervosité dans mon regard, s'il avait bien fait attention, le jour où nous les avions tous trouvé et ceux qui avaient suivis, mais il n'était pas encore au courant des extrêmes auxquelles je pouvais aller dans ces cas là et mieux valait qu'il ne le soit pas.

    Avançant donc prudemment mais sûrement dans les herbes hautes, je dégageais le chemin pour que mon aîné puisse suivre plus convenablement parce-qu'autant dire que si nous suivions son rythme à lui, nous allions y passer la journée. Et sa voix s'éleva à nouveau. Pour la discrétion il faudrait repasser. Qu'y avait-il à répondre à cela d'ailleurs ? Comment je faisais ? Je m'en fichais, simplement. Un peu moins maintenant que Shawna était enceinte qu'auparavant mais je profitais pleinement de ce fait de vivre au jour le jour. Apercevant une silhouette chancelante un peu plus loin, je ne pris pas la peine de dévier de mon chemin, reprenant une nouvelle inspiration.

« Il a toujours été simple de mourir, même avant. »

    Ça aussi, c'était un fait avéré, et pourtant ma réponse n'était pas totalement acceptable. Le rouquin attendait des explications ? Je n'en n'avais pas réellement, j'étais simplement ainsi, et à part lui dire la manière dont je survivais auparavant, je ne voyais rien d'autre. Arrivant vers le cadavre, je lui assenais un coup de machette qui le rendit sans vie pour finalement le laisser choir au sol. Une minute après, nous étions enfin sortis des hautes herbes, accédant à un chemin de terre bien plus agréable. Ralentissant le pas afin de me positionner à côté de lui, je levais quelques secondes mon regard vers le sien.

« Je ne sais pas vraiment comment je fais en réalité. Disons simplement que j'ai passé la plus grande partie de ma vie à attendre la mort sans être capable de m'en charger moi-même alors... je n'attends pas grand chose de demain. »

    Pourquoi lui disais-je tout cela ? Je n'en savais trop rien, peut-être parce-que j'avais appris à prendre du recul par rapport à celui que j'étais auparavant. Du recul oui, sans doute, sans pour autant avoir été capable de régler ni même de comprendre ce qui me tirait sans cesse vers le fond. Soupirant légèrement, je passais une main sur mon front où perlaient toujours quelques gouttes de sueur dues à la chaleur.

« Bien sûr, les choses sont un peu différentes maintenant que Shawna porte notre enfant mais ce n'est pas pour ma vie à proprement parler que j'ai peur. »




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 636
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   Mar 7 Nov 2017 - 21:27
- Hm …

Il n'avait pas tort, Axel. L'angoisse appelait l'angoisse, et c'était dans ces moments-là que l'on perdait nos moyens et notre sens de la réflexion. C'était un mode de vie que Ludwig essayait de suivre, avec beaucoup de peine. Il avait conscience de ses faiblesses, et elles étaient nombreuses. Il se disait qu'en avoir conscience était déjà un grand pas en avant, pour se rassurer.

Axel aida finalement le libraire à avancer, un air vaguement agacé sur le visage. Le Norvégien, de son côté, eut une moue gênée et s'efforça de hâter le pas malgré son appréhension. Plus vite ils sortaient de ce coin à mines, plus vite ils pourraient retourner en sécurité, au ranch.
Les deux hommes remarquèrent en même temps le rôdeur qui déambulait sans but, face à eux. Alors que Ludwig eut un léger arrêt, Axel continua sa route, même pas surpris, rien du tout. Soit il n'avait aucune émotion, soit il les cachait monstrueusement bien.

- C'était moins simple, avant, le contra-t-il à sa remarque. Enfin, il suffit de voir maintenant la population, aujourd'hui, et celle d'avant. Et à plus petite échelle, nous. Nous tous, au sein du ranch, avons perdu quelqu'un à cause de l'épidémie. Au moins une personne, lorsque l'on avait un peu de chance.

Le grand rouquin détourna brièvement le regard lorsque la goule fut abattue. Oh, il était habitué, à présent. Mais il avait toujours eu du mal. Rien qu'à voir les visages déformés de ces créatures qui furent jadis humaines. Et s'il avait dû, lui aussi, en abattre à la pelle, il essayait de garder en tête que sa famille faisait à présent partie de cette masse grouillante. Il n'aimait pas ça. Tuer un rôdeur, c'était presque comme tuer l'un des leurs.
Il eut, malgré tout, un vague regard pour la carcasse, avant d'oublier.

Les deux coéquipiers finirent par arriver sur un sentier plus fiable. Ludwig écouta avec attention, yeux projetés vers l'avant. Il voyait le ranch non loin de là. Leur ronde touchait bientôt à leur fin.

- Oh …

C'était dur, les mots qu'il lui disait. Alors, Axel souffrait. Axel ressentait bien les choses. S'il n'avait pas peur des rôdeurs, c'était bien parce qu'il ne craignait pas la mort.

- Je … je comprends.

Il avait, lui aussi, traversé une période difficile. D'abord, il avait tenté de se donner la mort, sans même y parvenir. Par la suite, sa seule consolation était de risquer sa vie sans en avoir l'air. De prendre des risques, de se mettre au cœur du danger en espérant, inconsciemment, ne pas en échapper. Mais Ludwig avait beau être faible physiquement et mentalement, il devait se rendre à l'évidence : son heure n'était pas encore venue.

- Tu as un but, maintenant, souffla-t-il avec un petit hochement de tête.

Il osa même un sourire timide.

- Si tu ne vis pas pour toi, tu pourras le faire pour Shawna. Et pour votre enfant. C'est peut-être ça, ta vie. Ton vrai but.

Il était persuadé que certaines personnes étaient sur terre pour d'autres et non pour eux-même. Dans son esprit poétique, certains hommes et certaines femmes étaient des anges gardiens. À la recherche de cette âme à abriter sous leurs aîles. Alors, Axel n'en avait peut-être pas l'air, mais, par ses mots, il lui faisait penser à l'une de ces créatures ailées. C'était peut-être juste ça, sa destinée.

- Tu seras un père idéale, c'est certain.

Ces mots n'étaient pas là pour faire plaisir. Ce n'était pas juste des paroles en l'air. Ludwig le pensait vraiment. Il avait opiné du chef en pinçant ses lèvres, sûr de lui. C'était un fait : Shawna et son bébé n'auront rien à craindre avec Axel. Et, au fond de lui, le libraire avait hâte de voir ce petit bout pointer le bout de son nez.


Like a flower made of iron


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1311
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   Mer 15 Nov 2017 - 10:46

    Le rouquin ne semblait apparemment pas du même avis que moi quand au fait de pouvoir mourir aussi facilement qu'auparavant. Certes, les populations du monde entier avaient littéralement été décimées, et rapidement qui plus est, mais les choses en général étaient simplement différentes. Nous pensions la mort plus loin de nous parce-que nous faisions partis d'une société qui nous en préservait, contrairement à certaines parties du monde qui étaient déjà plongées dans l'obscurité depuis bien longtemps. Alors oui, ce n'était pas aussi ''simple'' de mourir avant, pour nous, pas pour tout le monde. Mais je ne pouvais nier qu'en un sens Ludwig n'avait pas tort : nous avions tous perdu au moins une personne depuis le début de l'Apocalypse.

    Alors que nous approchions du ranch, sa silhouette imposante se dessinant déjà à l'horizon, l'ambiance avait semblé devenir encore un peu plus tendue, presque gênante, notamment de par mes mots qui étaient sans doute bien trop franc pour que mon aîné puisse les digérer. Je n'avais cependant pas dit cela pour obtenir une quelconque compassion ni quoi que ce soit dans ce goût là, simplement pour qu'il comprenne un peu mieux mon point de vue, ma manière de fonctionner, mes motivations aussi.

    À ses nouveaux mots, parlant du fait que j'avais un but désormais, j'avais tourné mon attention vers lui, pinçant les lèvres en hochant la tête. Était-ce réellement cela ma vie ? Mon but ? Être là pour les miens ? Peut-être, et sans doute que sans eux je serai déjà mort depuis longtemps ; pas volontairement, mais il était évident qu'évoluer totalement seul dans ce monde n'amenait rien de bon et sans doute que le fait que je sois désormais plus entouré que dans ma vie d'avant prouvait bien que ce qui était arrivé était le renouveau dont j'avais besoin. Souriant légèrement à sa nouvelle phrase, j'avais soufflé d'un air amusé, haussant les épaules en tentant de faire fi de mes propres doutes.

« On ne le saura que lorsque le moment sera venu. »

    Inutile de préciser à mon collègue libraire que l'optique de devenir père m'angoissait plus que de raison. L'image paternelle que j'avais pu avoir n'avait eu aucune faille, là n'était pas le problème, mais je ne pouvais m'empêcher de craindre le fait de transmettre à mon enfant mon propre mal, de ne pouvoir le sortir de tout cela. Comment élever un enfant dans une ambiance saine quand j'étais moi-même encore tiraillé par de vieux démons que je ne pouvais même pas expliquer ni même appréhender ? Ç'allait être compliqué, mais je le ferai, pour Shawna.

    Poursuivant notre avancée jusqu'au ranch, chemin dénué de rôdeurs pour le moment grâce aux nombreuses gardes effectuées, j'avais glissé ma machette dans son étui, tournant à nouveau mon regard vers mon partenaire du jour.

« Essaye de prendre un peu de distance par rapport à tout cela, si tu parviens à le faire, tu auras moins peur. »

    Mon ton avait été calme, presque rassurant. Pourquoi avais-je décidé de lui donner un conseil ? Peut-être parce-qu'en un sens, cette sortie m'avait permis de voir que le rouquin en avait vraiment besoin, d'un peu de soutien dans ce monde en ruine. Il en ferait bien ce qu'il voulait et pouvait tout aussi bien ne pas essayer d'arranger sa situation, mais une chose était certaine : tant qu'il ne parviendrait pas à prendre ce recul, à prendre sur lui, il risquait fort d'être un danger autour pour sa propre personne que pour les autres alors oui, s'il ne voulait pas avoir à essuyer plus de pertes, il devrait se renforcer à un moment ou à un autre.




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 636
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   Mer 6 Déc 2017 - 23:02
À présent qu'ils se rapprochaient du ranch, cocon sécurisé et tout confort, Ludwig se sentit mieux. Ses épaules se détendirent, il s'autorisa à diminuer son attention autour de lui. Il était content de rentrer. Finalement, ça n'avait pas été si terrible, et il se surprit même à apprécier la présence d'Axel. De ce qu'il constatait, le futur papa était loin d'être aussi affreux et renfrogné que ce qu'on racontait. Alors, certes, il souriait peu, ses mots étaient tranchants et il donnait l'impression d'être toujours dérangé, mais Ludwig voyait, au fond de ses yeux, quelque chose d'autre, de bienveillant, d'humain. Peut-être que c'était lui, encore une fois, qui voyait le bien partout. Peut-être qu'Axel était tel qu'on le décrivait : égoïste, fermé et taciturne. Mais le libraire voyait autre chose, et aimait à voir autre chose.

- On ne le saura que lorsque le moment sera venu.

Il eut un bref sourire, hocha la tête. Et le silence revint, moins pesant qu'au début.
Ce ne fut que lorsque les deux hommes arrivèrent proche du ranch qu'Axel ouvrit la bouche. Un conseil fusa d'entre ses lèvres et laissa un instant Ludwig silencieux. Pensif. De nouveau, il eut un mouvement de tête approbatif. Ça semblait si simple, comme ça. La peur, elle lui collait à la peau depuis le début. Elle l'accompagnait chacune minute de chaque journée et de chaque nuit. Il ne s'en détachait pas. Jamais.

- C'est la peur qui m'a fait survivre jusqu'à aujourd'hui, souffla-t-il après quelques secondes. Je crois que … sans elle, je ne serais plus là depuis longtemps. Elle me préserve, j'ai l'impression.

Il eut une moue dubitative. Sourcils un peu froncés, il détailla du coin de l'oeil son camarade. Lui, survivait car il n'avait pas peur, ou du moins, car il la gardait cacher, tout au fond de lui. Ludwig, au contraire, survivait grâce à elle. Car elle l'empêchait d'agir stupidement. Certes, elle était opposée à sa maladresse et à son oisiveté, et cela créé un équilibre.

Les bruits quotidiens du ranch leur parvinrent. Sans s'en rendre compte, le norvégien avait pressé le pas. Néanmoins, il souhaita rebondir sur ses paroles. Axel l'avait fait réfléchir.

- J'ai pas la force physique ou mental pour m'en sortir. Si je n'avais pas peur, je n'aurais aucune défense.

Il accompagna cette remarque d'un petit sourire qui ressemblait presque à un sourire d'excuse. Et oui, Ludwig était et restera toujours Ludwig. Libraire, ancien sdf, fils de médecins, et survivant.


Like a flower made of iron


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1311
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   Dim 17 Déc 2017 - 18:29

    Faire ce tour de garde avec Ludwig m'avait permis de le connaître un peu mieux et de le cerner d'avantage. Si je ne préférais pas m'avancer encore trop sur lui, j'avais le sentiment qu'il n'était pas réellement à craindre. Pas qu'il était ''faible'' ou n'oserait pas faire quoi que ce soit, mais il dégageait quelque chose de positif qui me donnait l'impression que je n'avais pas besoin de me méfier inutilement de lui. Il avait aussi un côté un peu plus fragile qui pouvait le rendre, à mes yeux, relativement imprévisible. Cette crainte qu'il disait ressentir vis à vis des macchabées, de ce monde... serait-il réellement fiable si un jour un problème survenait ? Peut-être, peut-être pas, il était impossible de le dire mais ce n'était pas une raison pour le blâmer, tout le monde ne réagissait pas de la même manière et ne s'adaptait pas aussi facilement ; probablement y parviendrait-il un jour, avec le temps.

    De retour devant le ranch, j'avais donc lancé ce conseil qui semblait franchement simple sur le papier mais qui, je n'en doutais pas, était bien plus difficile à appliquer. Le rouquin justifia d'ailleurs ce fait, affirmant en un certain sens qu'il se complaisait dans cette peur, qu'elle l'avait maintenue en vie jusqu'à présent. Hochant la tête à mon tour, je comprenais parfaitement que certains s'en sortaient bien mieux dans des situations d'urgence ; une réflexion plus rapide, un certain sang-froid qui leur permettait de se sortir du pétrin. C'était tout à son honneur et je n'allais évidemment pas lui avouer qu'il valait mieux pour moi comme pour les autres que je ne me laisse pas prendre par la peur. Parce-que la peur amenait cette angoisse que je peinais à contrôler, celle qui me faisait perdre des moyens et commettre des actes peu recommandables. Entre colère et panique, je me rappelais aisément de cette fois où j'avais tué ce type à la station service. Non, ce n'était pas réellement de la ''perte de moyen'', elle se faisait bien rapidement balayer par une indifférence totale, des émotions coupées, jusqu'à ce que le calme ne revienne. Alors oui, mieux valait que j'évite au maximum de me laisser porter par une quelconque peur.

    Méditant quelques secondes sur ses paroles, je hochais une nouvelle fois la tête avant de détourner mon attention du ranch et planter mon regard sombre dans le sien, captant ainsi son faible sourire. Sourire que je lui rendis, sans réelle joie, mais plutôt pour simplement lui montrer que je l'entendais et le comprenait, d'une certaine manière.

« Je comprends. Cette peur te permets de rester prudent constamment, c'est tout à ton honneur. Mais ne te rends pas malade pour autant, tu as le droit de souffler aussi parfois. »

    Peut-être que mes paroles rentreraient par une oreille et ressortiraient par l'autre. Et sans doute aussi que ces mots étaient une nouvelle fois plus simples à dire qu'à appliquer, mais il n'empêchait que vivre constamment dans la peur ne menait à rien de bon. Que ce n'était justement pas vivre. Et je pouvais l'affirmer pour la simple raison que je savais pertinemment ce que c'était de survivre dans une anxiété destructrice, parce-que c'était précisément celle qui me rongeait dans ma vie d'avant. Certes, ce n'était pas le même type de crainte, mais il n'empêchait que cette fameuse boule au ventre était similaire. Après un léger soupir, j'avais à nouveau poser mon regard sur le bâtiment en face, les gens dehors, les barrières. Le risque n'était jamais égal à zéro, c'était un fait, et avec tout ce qu'avait vécu mon collègue libraire, il était normal qu'il ne puisse pas reprendre une vie ''normale'' aussi simplement. Laissant passer quelques secondes, j'avais repris mon avancée vers le ranch, reprenant également la parole.

« Prends-toi ce temps, vraiment, faire le vide pendant quelques minutes en appréciant la sécurité que nous confère cet endroit pour l'instant. »

    Mes deux derniers mots ne passeraient peut-être pas, ne le rassureraient peut-être pas, mais je ne pouvais m'empêcher d'être ce type fataliste, encore et encore. Fataliste ou réaliste, qu'importait. Avant quelques pas et proche du perron, j'avais adressé un dernier regard à Ludwig, lui signifiant que me devais désormais d'aller trouver Shawna mais que je passerai sans doute rapidement afin d'espérer trouver dans ses affaires une lecture intéressante, le tout agrémenté d'un regard un peu moins fermé et méfiant qu'auparavant. Faire des efforts pour que tout se passe au mieux, un premier pas afin que l'hostilité s'estompe et qu'il parvienne, tout comme moi, à se sentir mieux ici.






-FIN-




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   
Revenir en haut Aller en bas  
- Un livre n'est pas qu'une histoire. -
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Île au crane + Maudit Graal
» [Livre] Histoire de la Magie, par Bathilda Tourdesac
» Avatar Livre IV : La Légende de Korra
» Histoire des Marcheurs D'ombres
» A chacun son histoire. [Pv: Matilda Grey]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: