The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Un livre n'est pas qu'une histoire. -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1311
Age IRL : 25
MessageSujet: Un livre n'est pas qu'une histoire.   Jeu 15 Juin 2017 - 21:12

    Soupirant bruyamment, je fermais quelques secondes les yeux, essayant de faire fi du bruit environnant tout en resserrant mes doigts autour de ma tasse de café. La matinée était déjà bien avancée et pourtant il y avait encore bien trop de monde à l'intérieur du ranch ; plus dans la cuisine à dire vrai, certains avaient dû fuir en me voyant arriver, peu envieux d'écoper d'un regard noir et sachant pertinemment qu'ils n'auraient pas droit à une discussion. Il y avait encore cependant un bon petit groupe dans le salon juste à côté et autant dire que, m'étant levé trop peu de temps auparavant, je peinais réellement à supporter cela.

    Un peu plus d'une semaine maintenant qu'il avait été défini que les membres de ce groupe errant pourraient rester avec nous, que ce serait mieux que de les laisser repartir dans la nature alors qu'ils connaissaient notre position. Vrai, mais je n'étais absolument pas certain d'être prêt à payer la contrepartie à savoir : trop de monde, trop d'inconnus, trop de dangers. L'apocalypse n'avait en rien changé mon point de vue envers mes pairs, au contraire, je les évitais comme la peste et savais pertinemment que je n'hésiterais pas à tuer sans ressentir le moindre scrupule. Autant dire donc qu'avec tout ce monde d'un coup dans notre chez-nous, mon anxiété était revenue à la charge, me rendant probablement encore plus froid et inaccessible qu'auparavant. Inutile de dire que je ne m'en formalisais pas le moins du monde ; ces gens n'avaient en aucun cas ma confiance, je n'allais certainement pas dépenser d'énergie à faire des efforts et apprendre à les connaître. Tant pis s'ils ne s'y faisaient pas, une âme charitable telle qu'Isha ou Shawna suffisait déjà, il ne servait à rien que tout le monde en fasse de même et autant dire que ce n'était sans doute pas ce qui avait tenu notre groupe en l'état jusqu'alors.

    Déposant ma tasse vide dans l'évier, je quittais la cuisine, ne lançant qu'un rapide regard aux personnes présentes dans le salon, avant de prendre la direction de ma chambre. La coiffeuse était sortie avec Ashley et Hope pour une petite balade et c'est avec joie que je profitais quelques instants du calme de la pièce. Récupérant le livre que j'avais commencé quelques jours auparavant, j'observais quelques secondes l'extérieur. Ma logique aurait voulu que je reste là à éviter au maximum tous ces inconnus, mais il y avait cette autre partie de moi qui se refusait à changer ses habitudes pour ces individus ; et ce fut cette seconde part qui l'emporta.

    Plusieurs minutes après, j'étais sorti du ranch dans le but de rejoindre la balancelle sur la droite. Le soleil cognait bien trop fort mais le paravent me permettrait de ne pas écoper de mauvaises surprises. Quasiment arrivé cependant je remarquais que quelqu'un y était déjà. Et une nouvelle fois l'hésitation ; rentrer, rester... la seconde l'emporta à nouveau. J'étais chez moi ici, je n'allais pas changé mon mode de vie pour eux. M'installant sur la balancelle, Le portrait de Dorian Gray bien en main, je m'étais contenté de lancer un regard relativement fermé au rouquin assit à côté, ne prenant pas réellement soin de masquer ma mauvaise humeur.




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 633
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   Ven 16 Juin 2017 - 0:45
Reposé, il l'était. Un peu, disons. Il avait dormi vingt-quatre heures consécutifs une fois sûr qu'Evergreen était accepté ici, sans même s'en rendre compte, d'un sommeil de plomb, poings serrés en premier lieu, avant de lentement s'apaiser. Il avait émergé avec difficulté, avec la désagréable impression d'avoir fait une simple sieste d'une trentaine de minutes.

Les jours qui suivirent furent si calmes qu'il eut l'impression qu'un piège allait leur tomber dessus. Comme lorsqu'ils venaient d'arriver à Tacoma, il n'arrivait pas à se faire à cette nouvelle maison, à ces nouvelles têtes. À cette tranquillité qui paraissait venir de nul part. À tout moment, il s'attendait à un autre drame. Il n'osait plus parler, à peine s'ouvrir aux autres de crainte de créer des liens pour les voir ensuite briser par un incident mortel.

Plus d'Alan, plus de Christina. Ni d'Arthur et de sa famille. Sans compter les autres pertes lors de leur voyage jusqu'à Tacoma. Et Voltaire. Voltaire, ce pauvre animal qu'il ne reverra jamais et qu'il a envoyé à la mort.

La balancelle ondulait lentement d'avant en arrière, berçant les sombres pensées du libraire qui n'avait pas bougé de là depuis trente minutes. Une jambe repliée sous ses fesses et l'autre posée au sol et donnant doucement le rythme, Ludwig oscillait entre micro-siestes et contemplation hébétée du camp. Des occupations fortement intéressantes et ludiques, en soit.

Il apporta une vague attention à l'homme qui s'approchait. Alex. Ou Axel. Non, Axel. Axel, c'est ça, ou l'un des premiers contacts du libraire, avec Carmen et Isha. Un homme paraissant taciturne, pas vraiment souriant et relativement antipathique. Un petit style à la John, l'époux de Blake, dans sa façon d'être. C'était troublant, d'ailleurs, de voir que chaque personne ici avait un petit quelque chose d'un quelqu'un d'autre qu'il avait connu. Pour l'instant, et heureusement, il n'avait pas trouvé d'Alan et de Christina.

Axel s'installa de l'autre côté de la balancelle, perturbant ainsi le léger rythme que Ludwig s'appliquait à garder depuis le début. Le coup d'oeil qu'il lui lança était sans appel : le norvégien le dérangeait. Oui, il arrivait à déranger Axel alors qu'il se tenait assis-là depuis bien avant lui. De toute manière, c'était évident : Axel ne supportait pas de voir un autre groupe parmi eux. Partout où Ludwig, et les autres iraient, partout ils dérangeront cet homme.

Malgré cela, il ne bougea pas. D'ordinaire, il serait parti, soucieux de ne pas gêner. À présent, il n'en avait cure. Il était pourtant mal à l'aise à l'idée de se tenir assis à côté de cet inconnu : le semblant de sérénité dans lequel il était parvenu à s'envelopper s'était bien vite fait la malle, mais tant pis.

Les yeux clairs de Ludwig lorgnèrent plus que de raison le livre que son semblable tenait. Il avait l'impression de ne pas avoir mis le nez dans un bouquin depuis une éternité, et se rendait seulement maintenant compte que ça lui manquait.

- Bon bouquin, ne put-il s'empêcher de souffler.

Il s'éclaircit la gorge, fuit le regard d'Axel, mais ne put s'empêcher d'enchaîner, emballé par cette superbe œuvre.

- Publié la première fois en 1890. Incroyable de voir tous ces livres traverser ainsi les époques sans prendre une ride.

Il eut un vague sourire rêveur, déplia sa jambe pour se redresser légèrement. Il aurait pu continuer, mais voyait bien qu'Axel n'était guère d'humeur à bavasser. Il s'attendait à ce qu'il ne lui réponde pas. Son visage se détourna donc légèrement, et ses yeux retombèrent dans leur neutre contemplation.


Like a flower made of iron


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1311
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   Jeu 22 Juin 2017 - 14:36

    Sans me formaliser plus que cela de la présence de l'homme à l'autre bout de la balancelle, je m'étais mis à commencer un nouveau chapitre de mon livre, restant toutefois attentif aux mouvements de la balancelle. L'autre pouvait bien ce qu'il voulait, il n'avait aucune arme sur lui pour ne serait-ce que tenter de s'en prendre à moi et, même s'il essayait de s'y mettre au corps à corps, malgré sa taille plus conséquente que la mienne, j'avais le sentiment qu'il n'oserait rien. Mieux valait se méfier de l'eau qui dort cependant, comme se méfier des gens trop calmes dont je faisait sans doute partie ; seules certaines personnes m'avaient réellement poussé à bout et avait vu dans quel état colère je pouvais être dans l'anxiété prenait vraiment le dessus sur le reste.

    Si je m'étais attendu à ce que le roux s'en aille, il n'en fut néanmoins rien et je m'attelais à rester concentré sur ma lecture, peu envieux de mettre de côté ce petit rituel qui était peu à peu devenu le mien depuis notre arrivée au ranch. Bien sûr, il fallait sans doute laisser à tous ces gens une chance de prendre leurs marques, mais je n'avais clairement pas l'intention de m'effacer et me faire tout petit pour autant, ils ne devaient pas oublier qu'ils étaient ici chez-nous et que si la décision avait été prise de leur offrir un abri, ils restaient pour l'instant encore sur la sellette.

    Le silence était relativement pesant, sans doute plus pour Ludwig que pour moi. Mais l'homme ne tarda pas à le rompre, me parlant de ma lecture comme si de rien n'était. Fronçant les sourcils, je reportais mon attention sur lui avant de hocher la tête à ses mots, remarquant bien son air un peu fuyant. Si le fait qu'il se mette à se lancer dans une discussion accentua encore un peu agacement, je ne pu m'empêcher d'être étonné qu'il connaisse la date précise de parution de ce roman ; rares étaient ceux qui retenaient ce type de détails. Un nouveau coup d’œil à l'ouvrage et je plantais à mon tour mon regard sur la clairière plus en avant.

« Et malgré toutes les controverses qu'il a suscité, il est parfaitement représentatif de tous les vices des Hommes. »

    C'était assez comique en y pensant, de se rendre compte qu'en tout temps, qu'importait les années et les sociétés établies, les êtres humains avaient toujours été habités par les même aspirations. Elles avaient simplement pour certaines finies par passer plus inaperçues aux yeux des autres, presque ''normales''. Soupirant légèrement, je refermais l'ouvrage, m'adossant un peu plus convenablement contre le dossier en faisant légèrement tanguer la balancelle.

« Maintenant voilà où nous en sommes : la plupart des écrits servent à allumer des feux. »

    Constatation assez négative en somme mais pour le moins réelle. Si j'avais pu dégoter quelques ouvrages, il était évident que leur utilité initiale était désormais relativement moindre ; la survie avant tout, mais il n'empêchait que je me refusais à me débarrasser de tout ce que j'avais pu amener jusqu'ici et ceux que je trouverais encore. Reportant mon attention sur le rouquin, je fronçais à nouveau les sourcils.

« Comment se fait-il que tu saches cela ? »

    Cela, à savoir des information sur le livre, évidemment. Était-il simplement un passionné de littérature ? Ou n'avait-il juste pas trouvé d'autre moyen pour passer le temps ?




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 633
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   Lun 26 Juin 2017 - 1:20
Il eut un petit hochement de tête accompagné d'un léger sourire rêveur, sans pour autant regarder son interlocuteur. Il avait parfaitement senti, qu'il l'avait dérangé. À vrai dire, il avait regretté d'avoir parlé dès qu'il avait ouvert la bouche. Si Axel s'était installé-là, ce n'était sûrement pas pour faire causette avec lui, mais probablement car il avait l'habitude de s'asseoir ici et que Ludwig bousculait cette habitude. Qu'est-ce qu'il s'imaginait ? C'était-lui, le moustique qui gênait.

Son petit soupir avant de fermer son livre, d'ailleurs, ne lui échappa pas. Il eut l'impression d'être de trop, et aurait bien aimé pouvoir disparaître d'un seul coup pour ne plus importunait cet homme. À la place, il se contenta de déglutir.

- Les feux, oui, répéta-t-il du bout des lèvres. Ils sont, paradoxalement, le seul divertissement qu'il reste de l'ancien monde. Le reste est passé à la trappe.

Les jeux vidéos ? Difficile sans électricité. La télévision ? De même. Peut-être restait-il encore le dessin et l'écriture, mais il était plus simple, à présent de se plonger dans un bouquin pour oublier notre propre existence plutôt que de piocher dans une imagination complètement ravagée par les drames en série. Ludwig en faisait les frais depuis de longs mois maintenant : ses croquis n'étaient plus que des œuvres aux tracés nerveux et imprécis reflétant la tourmente et l'univers sombre dans lequel son esprit était plongé. Plus rien n'était comparable à ce qu'il faisait avant. Seul les livres arrivaient à le faire voyager. Quand il arrivait encore à lire.

La voix d'Axel le tira de ses songes éveillés. Il fut surpris de cette question, lui qui paraissait si agacé et ennuyé par sa présence. Était-ce une question à double-sens ? Est-ce qu'il la posait sans vraiment se soucier de la réponse ?
Un peu pris au dépourvu, le norvégien bafouilla :

- Oh, hm … Et bien, j'étais libraire, avant. J'ai toujours aimé lire, et connaître l'histoire qui accompagnait chaque oeuvre. Depuis tout petit.

C'était ridicule. Il était ridicule, c'était incroyable. Il avait envie de se mettre des claques. Quelle vie passionnante avait-il eut, le Gulbrandsen ! Il aurait pu juste s'arrêter à 'libraire' que le résultat aurait été plus satisfaisant. Et encore : quelles considérations pouvaient bien mériter un ancien rat de bibliothèque ?
Un petit rire teinté de nervosité lui échappa. Il fit mine de se mettre sur ses jambes avant de stabiliser la balancelle qui s'y donnait à cœur joie de ses mains.


Like a flower made of iron


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1311
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   Ven 30 Juin 2017 - 10:43

    A la réponse du rouquin, j'avais à nouveau hoché la tête, me rappelant ma vie d'avant. Il n'y avait en effet plus grand chose des divertissements qui animaient la société autrefois mais au fond ça n'avait pas une réelle importance, parce-que cette vie là était bien plus simple, plus besoin de s'inquiéter de quoi sera fait l'avenir, de se chercher pour se préparer un meilleur lendemain, enfin il est devenu possible de vivre au jour le jour. Inutile d'ailleurs de dire à l'homme sur ma droite que je n'avais que peu de divertissements avant l'apocalypse ; quoi que ma télévision était souvent allumée mais en dehors de cela et les livres, il n'y avait rien. Rien d'autre que les fois où Carmen me traînait de force dans un bar.

    Soupirant légèrement à toutes ces pensées, mon air avait dû paraître encore plus fermé l'espace d'un instant, et probablement que Ludwig le prendrait pour lui mais qu'importait, il semblait déjà au comble de la gêne.

    Suite à ma question, un petit silence de quelques secondes s'installa à nouveau. Peut-être réfléchissait-il au meilleur moyen de me mettre dans la tronche le fait qu'il n'était pas aussi idiot qu'il en avait l'air et que derrière son air réservé, il y avait beaucoup de choses. Je ne doutais pas de ce fait et pourtant j'avais demandé cela sans arrières pensées, simplement étonné qu'il en sache tant. La réponse tomba finalement, me faisant immédiatement tourner la tête vers lui d'un air à nouveau étonné. Un libraire, comme quoi, le monde était plus petit que je ne le pensais.

« Tu travaillais dans quel quartier ? J'étais libraire moi aussi. Enfin, employé polyvalent dans un café-librairie. »

    Précision qui avait son importance sans réellement l'avoir. Les cafés-librairies, s'ils ne couraient pas encore tous les coins de rues, n'étaient pas aussi rares que cela avant que le monde ne tombe, il y avait cependant de ces personnes qui n'y avaient jamais mis les pieds. Me replongeant une nouvelle fois dans mes souvenirs, je secouais la tête. S'il y avait bien une chose qui me manquait réellement c'était cela : écouter les clients parler entre eux de leurs dernières lectures tout en sirotant un mocaccino avec des cupcakes. J'avais mis un temps considérable à me faire à ce job, être entouré d'autant de monde et être en un sens à leur service, me forcer à discuter, à les écouter, ç'avait été réellement compliqué, mais la passion de la littérature que chacun portait avait grandement aidé à ce que je ne quitte pas l'endroit comme tous les autres auparavant.

    M'installant un peu plus confortablement dans la balancelle que l'autre maintenait tant bien que mal, je ne le quittais pas des yeux, attendant une quelconque réponse de la part du rouquin. Sans doute que l'agacement était désormais moins perceptible dans mon regard, ayant laissé place à une certaine curiosité.




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 633
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   Ven 7 Juil 2017 - 21:50
Pour la première fois depuis le début de leur étrange conversation, Axel manifesta réellement de la curiosité pour Ludwig. Enfin, toute son attitude le portait à croire. Il fixa avec une certaine intensité le libraire et la question qui franchit ses lèvres fut spontanée. Si bien que Ludwig peina pendant quelques secondes à se souvenir.

- Hum …

Il ferma les yeux et fronça les sourcils, avant de lever le nez et de chercher la réponse dans le ciel gonflé de nuage. Il se balançait d'une jambe à l'autre, plus ou moins face à Axel.

- A Pioneer Square. J'étais entre le restaurant italien Il Corvo et … hm … la galerie d'art James Harris Gallery. C'était une petite libraire indépendante et modeste. Je vivais juste au-dessus. J'avais juste à descendre un étage pour aller travailler. Je paierai cher pour y retourner. Je me souviens …

Il eut malgré lui un rire nerveux en se remémorant cette anecdote.

- Au début de l'épidémie, j'ai fermé la porte à double-tour. Et j'ai toujours les clefs. C'est idiot d'être persuadé que l'endroit doit être toujours intact, non ?

Nouveau rire. Il oubliait qu'il ne connaissait pas Axel, et qu'il devait très probablement le trouver plus que stupide et ennuyeux. Ce souvenir venait juste de lui revenir, et il trouvait cela atrocement ironique. D'ici, il devait se trouver à une petite heure en voiture de son ancien chez-lui.

- Et toi ? On s'est peut-être déjà croisé sans le savoir.


Like a flower made of iron


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1311
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   Ven 14 Juil 2017 - 16:54

    A ma question, le rouquin s'était mis à réfléchir, comme si tellement de temps avait passé qu'il ne se rappelait même plus où était sa librairie auparavant. Ce fait pouvait-il être blâmable ? Sans doute pas ; après plus d'un an et demi depuis le début de cette apocalypse, il était totalement normal de mettre de côté les vestiges de nos vies d'avant, ou du moins d'y porter moins d'attention. Rien ne changerait de toute façon, les choses n'iraient pas en s'arrangeant et aucun de nous ne pourrait retourner dans son chez-lui d'avant et reprendre sa petite vie où il l'avait laissé. Quoi que ça ne me chagrinait pas vraiment, bien sûr, comme tout le monde, j'avais perdu des êtres chers, mais cette vie là me convenait bien plus que la précédente ; faite d'un avenir tellement incertain qu'il n'y avait plus d'utilité de se creuser la tête à penser à ''demain''. Vivre au jour le jour, c'était ce que m'avait apporté l'apocalypse.

    Hochant la tête à sa réponse, je me mis à réfléchir, tentant de visualiser la librairie dont il parlait sans réellement m'en rappeler. J'étais sans doute passé devant à plusieurs reprises, peut-être même y étais-je déjà entré mais je n'étais pas du genre à enregistrer ce type de petits souvenirs. Reportant mon attention sur lui quand il reprit la parole, je haussais les épaules.

« Il y a encore des endroits intacts, mais plus beaucoup. »

    Notamment l'appartement de Carmen qui, à notre arrivée quelques mois plus tôt, avait semblé tel qu'elle l'avait laissé, et ce devait être le cas, mais ce n'était qu'un endroit parmi tant d'autres qui avaient été dévastés sans ménagement. Mon propre appartement ne devait plus être que l'ombre de ce qu'il était auparavant, rien qu'à voir la manière dont je l'avais fuis alors qu'il y avait déjà des macchabées dans l'immeuble, je n'avais pas de réel espoir à le retrouver ''comme avant''. Qu'importait de toute façon, le matériel ne comptait pas. À sa question, je repris.

« A Capitol Hill, pas loin du Miller Park. »

    Inutile de m'étendre plus sur l'emplacement, il ne devait de toute façon plus rien y avoir désormais et si nous nous étions rencontrés, sans doute qu'au moins l'un de nous deux s'en souviendrais. Ça ne changeait cependant rien au fait qu'après tout le temps qui était passé, tous les changements, même des connaissances étaient devenues des étranges imprévisibles. Suivant du regard une personne de ce groupe qui nous avait rejoint sortir du baraquement des employés, je ressentis à nouveau malgré moi cette sensation de ne plus réellement être chez-moi au milieu de tous ces étrangers.

« Vous êtes ensemble depuis longtemps ? »

    Une question lancée sur le ton de la discussion, conversation qui ne plairait peut-être pas à mon collègue libraire mais tant pis. Nous avions eu des éléments sur les raisons de leur errance jusqu'à ce que leur chemin croise le notre, mais nous ne savions pas grand chose d'eux au final et si la confiance devait se faire, autant en savoir le maximum ; tout comme il était fondamental de connaître ses ennemis.




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Un livre n'est pas qu'une histoire.   
Revenir en haut Aller en bas  
- Un livre n'est pas qu'une histoire. -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Île au crane + Maudit Graal
» [Livre] Histoire de la Magie, par Bathilda Tourdesac
» Avatar Livre IV : La Légende de Korra
» Histoire des Marcheurs D'ombres
» A chacun son histoire. [Pv: Matilda Grey]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: