Partagez | 
 

 Reunited

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Carmen L. Mendoza
leader | Issaquah Ranch
avatar
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 1096
Age IRL : 26
MessageSujet: Reunited   Sam 22 Avr 2017 - 12:00


Elle avait encore du mal à réaliser si elle était seulement en train de rêver, ou si la scène se déroulait vraiment sous ses yeux. Ashley avec Hope sur ses genoux, Shawna et Axel, Jasper qui avaient repris forme humaine depuis qu'ils avaient pu accéder au confort du ranch, tout comme elle. Pourtant, elle continuait d'observer la scène avec un air presque irréel, se pinçant par instant pour s'assurer qu'elle était bien en train de vivre le moment présent. En retrait, elle avait laissé les disparus reprendre un peu leur marque alors qu'ils étaient assaillis de questions par les autres, souriant parfois pour se joindre aux discussions enflammées.
Ils s'étaient donnés corps et âme pour les retrouver, quitte à manquer d'y laisser la vie par instant, mais ils étaient de nouveau ici, chez eux. Même Isha, qui pourtant lui avait dit clairement qu'ils devaient obligatoirement être mort après tout ce temps semblait plus capable de discuter qu'elle. Machinalement, la navajo était venue effleurer le bandage de son avant bras, ravie de voir que sa dernière plaie allait peut-être disparaître sans laisser de cicatrices cette fois ci.

Elle n'avait plus réellement la notion du temps, et ce fût un rapide coup d'oeil jeté à sa montre, suivi de la respiration lente et régulière d'Hope s'étant endormie sur les genoux de sa mère qui lui confirma qu'il était plus d'une heure du matin. Encore une fois, elle n'avait rien dit, se contentant de venir prendre discrètement la main de Jasper dans la sienne pour la serrer, s'assurant qu'il n'allait pas disparaître dans quelques secondes alors qu'elle serait amenée à se réveiller et relancer ses recherches dans Seattle.
Isha avait annoncé prendre le premier tour de garde, alors que petit à petit, chacun des membres était parti se coucher, sans doute pressé de rattraper toute ces heures de sommeil qu'ils avaient raté au cours des dernières semaines.

Elle avait fini par se retrouver seule avec Jasper le temps de finir sa cigarette, alors qu'elle prenait enfin la parole. Tu me suis ?

Ils n'avaient pas eu l'occasion de réellement discuter, elle encore bien trop sceptique à l'idée de sortir d'un rêve, et lui bien trop questionné par Erik ou Nola. Et si discussion ils devaient avoir, ce ne serait certainement pas dans le salon ou n'importe qui pouvait se pointer. Ils avaient grimpé les escaliers en silence alors qu'elle le laissait entrer le premier dans la chambre. Bienvenue chez toi. lâcha t-elle avec une esquisse de sourire, son regard se posant sur le collier en argent qu'elle avait récupérer lors de cet accident de voiture et qui lui avait rapidement fait imaginer le pire... Elle ne fit aucune remarque sur le sujet, préférant attendre d'avoir fermé la porte pour enfin serrer l'homme qu'elle aimait dans ses bras, enfouissant son visage dans son cou pour qu'il ne remarque pas toute cette douleur et cette détresse avec laquelle elle avait appris à vivre. Retrouver sa présence fit céder les barrières qu'elle s'était acharnée à créer, alors que la tension de ses épaules semblait prête à s'alléger un minimum.


the last of us.
• Walk in harmony with the navajo universe
While being aware of
What you are.
(.) navajo quotes.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
avatar
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 4283
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Reunited   Sam 27 Mai 2017 - 22:10

Jasper était encore dans ce moment hors du temps, peu encore sûr d'être réellement rentrer à la maison. Son regard avait parcouru les visages qu'il connaissait et il s'était attardé sur celui de Carmen. Ils avaient très peu eu le temps d'échanger sur le chemin du retour, les silences et les regards s'étaient prolongés. Lorsqu'il l'avait retrouvé, il l'avait serrer contre elle. L'étreinte avait été trop furtive à son goût et c'était peut être pour cette raison qu'il avait tant de mal à réaliser cette évidence. Ils étaient chez eux, il était chez lui, et tout le monde était sauf. Surtout elle, elle qui une fois de plus avait décidé d'agir plutôt que d'attendre. Sur le corps de la jeune femme il avait perçu les nouveaux stigmates que la vie dure de survivant lui avait fait subir. Il n'avait rien dit, il avait juste détaillé, observé, enregistré ces nouvelles coupures.

Ainsi, de multiples cicatrices s'étaient ajoutés au corps de la jeune femme qui n'avait pas hésité une seule seconde à quitter ce lieu sur pour les retrouver à l'extérieur. Le blond avait espéré que le stress cumulé ces dernières semaines s'estomperaient dès qu'il aurait franchi cette porte, mais une part de lui-même avait su qu'il en serait loin. Cette pression dans sa cage thoracique l'empêchait encore de respirer, et des milliers de sons diffus dans son esprit lui donnaient encore l'impression d'entendre le râle et les pas des rôdeurs dans l'avenue plus bas. Il ne s'en remettrait pas de si tôt, et les silences dans lesquels il s'était plongé des jours durant n'avait rien fait pour arranger son mutisme habituel.

En ressentirait-il vraiment le besoin d'en parler maintenant ? Cela viendrait dans les jours à venir, mais pour le moment il avait besoin de comprendre que ce toit au dessus de sa tête était bien réel. Il n'oubliait pas que l'appartement de Carmen, la dernière escale de leur aventure, lui avait permis de reprendre un peu pied. Que ces morceaux de vie de la jeune femme avait redonné un peu de couleur dans son regard et d'espoir de la retrouver.

Tout le monde dans la pièce avait fini par disparaitre pour elle retrouver la tranquillité d'un vrai matelas. Les rêves et cauchemars s'insuffleraient surement dans l'esprit des survivants et c'était pour cette raison sans doute que Jasper luttait contre la fatigue.

Les doigts de Carmen entrelacés entre les siens et son regard noir ne manquaient pas à son attention et il tentait de lui renvoyer tout ce qu'il pouvait ressentir en la sachant là bien présente. Ses doits pressaient les siens et un sourire en coin tentait de pointer sur le coin de ses lèvres. C'était peu réussi, et il n'arrivait décidément à laisser exploser une joie réelle.

Toujours cette impression de ne pas être là, d'être absent, d'être hors de son corps.C'est dans un mouvement silencieux qu'il acquiesça lorsqu'elle lui proposa de monter et de faire comme tout le monde. Se reposer. Ou alors, prendre un moment à deux pour se retrouver, loin des questionnements de chacun, de ces éclats de joie qui avaient pu baigner la pièce.
Après avoir monter ces marches qui lui avaient semblé interminables, ils s'étaient retrouvé seuls. Il l'avait regardé fermé la porte puis s'approcher de lui, l'encadrant dans ses bras, se noyant dans son cou. Quelques secondes lui suffirent avant qu'il ne serre ses bras autour de sa taille, plongeant son visage dans ses cheveux pour en inspiré le parfum. S'assurer que tout était réel, que le temps pouvait se figer dans ce moment. Jasper avait tellement espéré pouvoir atteindre cet instant à tel point qu'il avait fini par ne plus y croire plus leur périple les amenait loin du ranch. Carmen et son inquiétude, il la ressentait, son corps entre ses bras frissonnait un peu, comme si elle tremblait à cause d'une brise quelconque. Son vide intérieur se retrouva combler par son aura, parce qu'elle était en train de dégager, et il ne put s'empêcher de resserrer son étreint encore, sans pour autant la briser.

J'ai du mal à croire que ce soit possible. Toi, moi. Encore debout. Je ne pensais pas revenir. Si les deux autres du groupe avaient nourris des sentiments différents, il en doutait. La lueur jour après jour avait fini par s'éteindre, leurs joues s'étaient creusés, leurs larmes étaient devenus sombres mélangés à la crasse.

Merci d'être venu. De nous avoir retrouver. Si sa parole de sage d'un autre temps aurait plutôt émis quelques mots de colère face aux choix impétueux de sa compagne, cette fois ci il lui partageait tout la reconnaissance qu'il pouvait à travers cette étreinte. Il ne lâcherait pas. Si elle voulait respirer, elle attendrait. Mais Jasper avait la conviction qu'elle serait tentée elle aussi de rester accrocher ainsi pour de longue heure de réconfort. Il fallait noyer la détresse, l'étouffer, jusqu'à qu'il ressente plus fort sa présence près de lui. Parce qu'il avait encore le doute que ce rêve parfait était réel. Même si les détails de son esprit étaient si précis.


Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Issaquah Ranch
avatar
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 1096
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Reunited   Sam 27 Mai 2017 - 23:31


Sentir ses bras se resserrer contre sa taille lui arracha un soupir de soulagement. Elle ne rêvait pas, ils étaient bien ici, vivants. Le silence qui les entouraient était désormais moins pesant que celui dans les escaliers, alors qu'elle enfouissait un peu plus son visage dans son cou, fermant les yeux pour apprécier l'instant alors qu'il la serrait d'avantage. Qu'importait qu'il l'empêche de respirer à son aise, elle s'en moquait bien sur le coup.
Le visage toujours caché, elle avait écouté le son de sa voix, peinant aussi à réaliser qu'ils n'étaient pas en train de rêver. Et pourtant, combien de fois avait-elle vu ce moment dans ses rêves avant de se réveiller en sursaut au beau milieu de la nuit, le réveil la ramenant à cet instant précis ou son esprit quittait ses songes pour rouvrir cette absence béante au sein de sa poitrine.

Alors elle le laissa parler, son étreinte s'affirmant d'avantage contre son cou, s'accrochant à lui avec l'espoir de ne plus jamais avoir à en être séparée. Elle les avait retrouvé. C'était un bien grand mot, songea t-elle amèrement. Il avait fallût deux semaines avant qu'elle ne parvienne à retrouver un semblant de piste et quelques blessures qui sauraient certainement marbrer de nouvelles cicatrices sur sa peau.

Il fallait que tu reviennes. le murmure s'était échappé de ses lèvres sans qu'elle ne relève la tête, se rappelant ce qu'il lui avait dit un jour, réalisant à quel point la remarque était vrai. Sans lui, ce monde était impossible. A sa disparition, elle avait cru mourir, ne parvenant à se relever qu'avec l'infime espoir de connaître le fin mot de leur disparition. Sans toi, je...

Sa gorge s'était serrée, l'empêchant de continuer. Elle n'avait pas à s'apitoyer sur son sort elle préféra garder le reste pour elle, embrayant sur une autre discussion. J'aurai aimé être là plus tôt. Eviter que vous ne soyiez coupés du monde aussi longtemps. Elle n'avait pas pu s'empêcher de continuer les recherches, malgré les remarques fatalistes de certains. Elle ne sut combien de temps ils restèrent là, enlacés comme si leur vie en dépendait, mais cette présence apaisa ses craintes d'être plongée dans un nouveau rêve. Elle ne se détacha de lui que pour l'attirer vers le lit, le poussant avec délicatesse sur le matelas. Il faut que tu te repose un peu. dit-elle avec douceur avant de se saisir du collier en argent, venant prendre place à ses côtés pour lui glisser dans la paume de la main. Et tu as perdu ça en cours de route... lança t-elle avec une vaine tentative de sourire en se rappelant à quel point elle était restée pétrifiée devant l'épave de la voiture et ce fameux collier gisant sur le sol. Ces images sombres qui avaient envahi son esprit la laissant incapable de réagir alors que les wendigos étaient arrivés dans leur direction. Ses yeux se relevèrent enfin vers ceux du blond un court instant avant qu'elle ne vienne unir ses lèvres aux siennes, ses mains glissant contre sa nuque pour s'assurer une ultime fois que cette scène existait réellement. Son coeur sembla se ranimer alors qu'elle redécouvrait ces sensations qui lui avaient tant manqué, appréciant le goût de ce baiser volé avant de rajouter entre deux étreintes. Ne me refais plus ça. Plus jamais.

Elle n'y survivrait probablement pas de toute manière, vu comme ces deux dernières semaines avaient été éprouvantes pour elle. La navajo redoutait déjà l'instant ou les paumes de ses mains viendrait effleurer son ventre, et que Jasper comprendrait que ses côtes légèrement saillantes ou les nouvelles balafres contre sa peau n'étaient pas là par hasard. Mais au moins, il était de nouveau ici, chez lui.
Carmen n'osait pas poser les questions qui pourtant brûlaient ses lèvres pour avoir des réponses sur sa survie au cours des dernières semaines. Peut-être que le moment n'était pas le mieux choisi pour assombrir cette atmosphère qui s'adoucissait enfin, après des heures de discussions avec le reste du groupe quelques minutes plus tôt. Au fait, mon appartement était tel que tu te l'imaginais ?

Voilà qui était moins agressif. Peut-être quelque chose qui les porteraient à rire, comme lors de leur discussion dans ce bain un soir d'hiver.


the last of us.
• Walk in harmony with the navajo universe
While being aware of
What you are.
(.) navajo quotes.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
avatar
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 4283
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Reunited   Dim 28 Mai 2017 - 9:39

Si je n'étais pas revenu... Tu aurais dû avancer. Même si ça aurait été difficile. Je sais que tu l'aurais fait, pour ceux qui seraient restés. En était-il vraiment sûr ? Il ressentait la détresse de la jeune femme entre ses bras. Jasper avait parlé d'une voix basse mais qui se voulait assuré. Il appréciait chaque parcelle de ce moment bien à eux, un moment qu'il n'aurait pas cru possible avant aujourd'hui. Il l'avait tellement rêvé, de remettre un pied ici, de plonger son regard dans les yeux foncés de sa compagne. Ce n'est que lorsque vous êtes sur le point de perdre ces liens que vous vous rendez compte à quel point ils vous tiennent debout. C'est comme s'il sentait les fils qui le reliait aux autres en cet instant, et cette sensation était plus qu'étrange. Les lèvres plissées, il garda le corps de la jeune femme près de lui jusqu'à ce qu'elle murmure quelques mots et ne l'attire vers le lit.

Coupé du monde, loin de tout, perdu.

On était trois. C'était une bonne chose. Seul ça aurait été sûrement différent. Aurait-il était jusqu'au bout ? Aurait-il eu la force d'affronter tous ces dangers ? Se serait-il terrer à un endroit jusqu'à ce que la faim et la soif ait raison de lui ? Il plongea son regard dans celui de la brune, s'imprégnaient de chaque parcelle de sa peau. Il sentait encore sa peur et sa tristesse. Tu n'as plus aucune raison d'être triste maintenant.
C'est fini.
Et ils étaient rentrés tous ensemble. Les plaies physiques seraient anodines, elles disparaitraient avec le temps. Pour ce qui était des plaies internes, elles finiraient pas se résorber à force de pensée intérieur.

C'est alors qu'elle fit glisser entre le doigt une chaine fine en métal. Il vit briller à la lumière de la lune deux plumes argentés. Ses yeux s'écarquillèrent alors que le collier tombait délicatement dans le creux de sa main.

Je croyais l'avoir perdu. La seule chose qui le rattachait à elle, à ce souvenir pendant ces longues semaines, à ses émotions qu'il ressentait envers la brune. Silencieux, il contempla l'objet qu'il toucha avec ses doigts. Pendant une période, j'ai cru devenir fou. Je n'arrivais pas à savoir où je l'avais perdu. D'ailleurs il ne le savait toujours pas. Son regard posait la question, mais il joignit ses pensées de quelques mots : Où l'as-tu trouvé ? Si c'était anodin de le savoir, il le voulait. Il avait bien le couteau de chasseur que la femme lui avait offert, mais le symbole était tout à fait différent. D'ailleurs, si l'arme les avait bien aidé au début du cauchemar, il ne faisait aucun doute qu'il aurait préféré porter cet objet inutile pour la survie. Lui qui n'était pas matérialiste, il s'était rendu à l'évidence que la présence du collier aurait pu lui apporter l'espérance dont il aurait eu besoin.

Son coeur s'emballa lorsqu'elle lui vola un baiser et qu'il s'avança pour le prolongé. Ce nouveau contact lui transmit un peu de chaleur, détendit quelques uns de ses muscles encore tendus par tout ce qu'il avait pu vivre à l'extérieur. Il glissa ses doigts vers le visage de la brune, dessinant le contour de son visage sans un mot. Un seul nouveau baiser fut attribué à ses lèvres alors qu'elle murmurait quelques mots qu'il eut du mal à porter.

J'aurais aimé éviter tout ça. Je t'assure.

Une part de lui aurait aimé injecté dans ces mots une pointe d'ironie pour atténuer la lourdeur de ses pensées. Mais il n'arrivait tout simplement pas à retirer cette pesanteur dans sa voix. Mais Carmen sut réinjecter un peu relâchement à la situation. Il tenta d'esquisser un sourire, ce qui ne fut pas très réussi, mais passa sa main sur l'épaule de la jeune femme tout en essayant de transformer la chambre actuelle en ce qu'il avait pu voir chez la jeune femme lorsqu'ils y avaient été avec Axel et Ashley. L'endroit avait été leur ultime refuge, et sans doute le plus utile. Il inspira un moment, tentant de calmer l'impression d'être retourner là-bas, puis baissa les yeux vers Carmen en poursuivant :

J'y ai re'découvert une passionnée de vieilles musiques et de vieux bouquins, toute cette poussière m'a plu et... J'ai pu voir cette salle de bain mes propres yeux. En grandeur nature. J'admets aujourd'hui, que oui, ça devait être un vrai luxe. Je me suis allongé dedans avec quelques uns de tes livres. Il manquait l'eau, mais ça m'a permis de me mettre à ta place et de comprendre pourquoi t'aimer à ce point avoir de la place dans ta salle de bain. Inutile de dire qu'il avait aussi récupérer l'un des cds, le sac déposé dans la chambre recelait ce cadeau mais il préférait attendre avant de lui offrir. La brune écoutait un peu de tout, mais elle avait tellement parlé de Sinatra et de cette musique qui lui manquait qu'il avait jugé bon de lui apporter un morceau de son appartement. Il avait même récupéré quelques photos dont certaines lui avaient permis de tenir bon. L'appartement de Carmen avait été à la fois un véritable regain d'énergie et un nid à dépression. Inutile de lui préciser qu'il avait sûrement craquer plus d'une fois dans cette salle de bain qu'ailleurs. Ton appartement n'était pas tel que je l'avais imaginé, il était mieux. Il manquait peut être des grandes fenêtres, un très grand salon, plus de rangements. Mais avec ce qui restait en boîtes de conserve et en boisson, ça nous a bien aidé et je me suis assez désintéressé des défauts que pouvaient avoir ton appartement. Il avait surtout longuement repenser à ce qui avait pu être un appartement idéal pour eux deux, leurs longues discussions dans le bain qu'il avait organisé des mois plus tôt lui étaient revenus et l'avait encore davantage plongé dans ce cercle de mauvaises humeurs, de craintes et de mélancolie. Mais il n'en parlerait pour ne pas entacher ce moment.


Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Issaquah Ranch
avatar
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 1096
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Reunited   Dim 28 Mai 2017 - 19:39


Aurait-elle réussi à avancer sans lui ? Elle n'en savait trop rien. La seule chose qui l'avait poussé à avancer au cours de sa disparition avait été la volonté de trouver le fin mot de l'histoire, quitte à ce que la vérité ne lui soit aussi fatal qu'un coup de poignard. Elle s'était agrippé à cet infime espoir de les retrouver vivant, tout en retenant sa respiration quand elle croisait certains wendigo. Alors, de la à dire qu'elle aurait survécu au moins pour l'avenir du groupe... Elle l'ignorait. Probablement aurait-elle été encore en vie sur le papier, afin de distribuer des directives, attendre la naissance du bébé de Shawna mais... Elle n'était pas sûre qu'il s'agisse d'un terme adéquat pour parler d'avancer ou de vivre. Elle préféra rester silencieuse, ne voulant pas alourdir l'ambiance de la discussion.

Il venait de le dire elle n'avait plus aucune raison d'être au plus mal, le plus difficile était passé. Et pourtant, elle ressentait toujours cette pression au creux de son ventre, qui eut au moins le mérite de se calmer au moment ou ils s'embrassèrent enfin, après deux semaines de doutes et d'angoisse. La discussion prenait timidement son rythme, alors qu'elle lui remettait dans le creux de la main ce fameux pendentif d'argent qu'elle avait fini par lui offrir, s'amusant de sa surprise, et de cette volonté qu'il avait eu de vouloir le récupérer. Il était dans la jeep. Je pense que tu l'as perdu au moment de l'accident...

Personne n'avait rien dit quand à sa réaction quand elle avait découvert le bijou à l'abandon non loin de l'épave. Et mieux valait oublier cette période sombre, ou elle avait vu son monde s'effondrer sous ses pieds. Je ne pensais pas que tu aurai cherché à le retrouver autant. s'étonna t-elle tout de même avec un bref sourire, rajoutant. Mais au moins, regarde les choses du bon côté, il est de nouveau dans tes mains...

Tout comme cette montre à son poignet qui ne l'avait plus quitté depuis qu'il la lui avait offerte. Elle qui ne se disait pas matérialiste... Le sujet de son ancien appartement la fit sourire avec mélancolie, alors qu'il parlait de cette pile de cd improbable qu'elle avait, et de sa petite bibliothèque. L'entendre dire qu'il s'était même mis à sa place dans cette salle de bain qu'elle vénérait plus que tout dans son ancien lieu de vie lui arracha un rire. Je t'avais dit que tu finirai par changer d'avis concernant les baignoires... Un sourire tendre naquit sur ses lèvres, essayant tant bien que mal de se rappeler de cet appartement avant l'épidémie. Sans doute qu'il avait dû dégager plus de chaleur et de vie, à l'inverse de quand elle y était retournée pour la première fois. J'espère que tu n'as pas ouvert tous ces albums photos qu'Ana me donnait chaque année.

Ces fameux albums photos. En tenue traditionnelle, au lycée, à ses débuts dans le monde du travail... Il y avait au bas mot une centaine de clichés qui représentaient des parcelles de sa vie, entourée de cette famille qui n'était plus de ce monde. Par instant, elle ne pouvait s'empêcher d'avoir quelques flash de ce qu'aurait été la vie à deux dans cet appartement. Des discussions passées dans cette baignoire, des jours de repos ou elle serait restée collée à lui devant un de ces films qui passaient au cinéma... Mais si l'utopie était loin, le simple fait de l'avoir enfin en face d'elle cicatrisait doucement ces fêlures au fond de son être. Timidement, ce sourire que lui seul connaissait revenait délicatement sur ses lèvres en l'écoutant parler ainsi de cet appartement, alors qu'elle lui faisait remarquer avec une pointe d'humour. Donc tu aurai accepté de quitter ton grand salon et ta petite salle de bain pour chez moi ? J'admets que l'idée est très belle. Même si ce ne sont que des mots, je suis contente que tu ai pu y trouver un semblant de refuge... Dans un sens, tu as pu connaître un morceau de ma vie d'avant.

Et dieu seul savait à quel point cette épidémie l'avait endurcie, comparée à une autre époque. Les murs de photos et sa penderie suffisaient à dissocier ces deux parties de sa vie en y repensant. Si un jour, les choses s'amélioraient, tu viendra avec moi vivre là-bas. lâcha t-elle dans un murmure avant de l'embrasser à nouveau, les tensions de son corps s'apaisant à nouveau devant ce simple contact. S'amusant à prolonger le baiser avec douceur, suffisamment pour se rappeler que tout ceci n'était pas un rêve, jouant avec la chaîne de ce collier nouvellement récupérer avant de demander avec une pointe d'hésitations. Est-ce que tu veux me parler de ce qu'il s'est passé, la-bas ? Peut-être estimerait-il que c'était bien trop tôt pour expliquer ce fameux accident qui avait amené à ces deux semaines en enfer. La blessure sur son avant bras la lança légèrement, alors qu'elle se décalait à peine pour en retirer le bandage, s'assurant que la blessure ne s'était pas remise à saigner. Devant l'ait interrogateur de Jasper, elle croisa son regard un bref instant avant d'argumenter. Une mauvaise réception. Je suis tombée de l'échelle de secours d'un immeuble. Haussant les épaules, l'air de dire que ce n'était rien.


the last of us.
• Walk in harmony with the navajo universe
While being aware of
What you are.
(.) navajo quotes.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
avatar
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 4283
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Reunited   Ven 2 Juin 2017 - 15:41

Dans la Jeep. Le collier avait du se raccrocher dans quelque chose pendant l'incident. Il ne l'avait même pas senti partir. Là autour de son cou, lorsqu'il remit le collier lentement, il se rendit compte que ce poids léger lui avait manqué. Comment un si petit objet pouvait avoir autant d'impact sur son esprit ? Les plumes argentés glissèrent entre ses doigts alors qu'il adressait un regard teinté de reconnaissance à son interlocutrice. Il ne lui répondit pas lorsqu'elle évoqua le fait qu'elle ne penserait pas qu'il mettrait autant d'ouvrage à chercher le bijou. Il était inutile d'avouer qu'un coté matérialiste inexistant dans le passé commençait tout doucement à s'installer. Oh bien sur il n'aurait pas pleurer s'il ne l'avait pas retrouver, il n'était pas du genre à dévoiler ce genre d'émotion même pour cet objet de valeur. Seulement, il aurait ressassé milles et unes fois les endroits où il aurait pu le laisser tomber. Entrer dans la forêt pour inspecter les bouts de bois aurait pu être une de ses idées. Il savait retrouver vaguement les endroits qu'ils avaient traversé avec le duo... Quoique, son esprit lui traçait un chemin parfait, mais sur le lieu, il aurait sûrement été perdu. Merci. Murmura t-il à mi-voix. Il n'ajouta rien de plus pendant les secondes qui suivirent.

L'évocation du moment de la baignoire le plongea dans un court moment de joie. Il aurait pu sourire à l'évocation de ces souvenirs, appuyer les propos de la brune de quelques remarques chaleureuses, mais il resta là à la regarder lui exprimer le fait qu'elle était ravie de l'avoir convaincu. Enfin, il n'avait pas été conquis totalement non plus. Il avait aimé ces moments parce qu'il lui avait permis de se raccrocher aux souvenirs que lui évoquaient la brune, il avait aimé parce que la baignoire ne lui donnait pas l'impression d'être en train de mourir dehors, il avait aimé parce qu'il y était seul avec sa pensée, et... Il avait aimé pour une liste encore bien longue de choses qu'il jugeait bon de ne pas évoquer.

Je ne sais pas si j'aurais accepté de quitter mon appartement. Je t'aurais peut être plutôt proposé d'en trouver un autre ensemble, avec une grande baignoire et un grand salon, pour satisfaire tout le monde. Évoquer un futur factice, c'était bien une chose qu'il n'avait pas faites pour ce séjour en enfer. Il s'était refusé de s'imaginer la vie qu'il aurait pu avoir avec elle en voyant son ancien lieu de vie. Il avait juste laissé son esprit voguer sur les étagères, s'imprégnant du lieu, sans créer de souvenirs qui ne se réaliseraient pas. Mince. Je suis piégé... J'ai regardé tes albums, navré. On les a tous regardé. Et... Je me suis servi aussi. J'en ai profité pour en prendre quelques unes.
Celle que je préfère t'es au comptoir de ton bar, un sourire jusqu'aux oreilles.
Voir toutes ces photos les avait permis de tenir, de repenser à la perte d'Ana aussi... Mais cela avait bénéfique pour lui, de voir la vie de Carmen à travers des images et pas seulement à travers ses mots. Si cela avait été douloureux, il avait presque été prêt à dire qu'il n'aurait pas été triste de mourir. Quand on est au fond du gouffre, éreinté, fatigué, la moindre lumière peut vous faire percevoir la mort autrement. Puis après ces mots, il se tut, glissant parfois ses doigts sur les épaules de Carmen, acceptant ses baisers délicats, avant de retourner à la contemplation de cette porte close en face de lui. Elle ne l'obligeait pas à parler de ce qui s'était passé, mais dans sa voix, il sentait qu'elle avait envie de savoir, d'en connaître les détails, de le délaisser de ce poids. Il tourna la tête vers elle, lui adressant un regard triste qui voulait simplement dire pas aujourd'hui, pas maintenant. Peut être finalement s'ouvrirait-il à elle quelques heures plus tard s'il n'avait pas sombrer dans le sommeil, mais il n'était pas en état de prédire la volonté de son esprit. S'ouvrir ou rester fermé ? Puis alors qu'il se plongeait dans son regard, il coula son attention vers ses multiples cicatrices qui l'abîmaient.

Elle s'était blessée, elle s'était mise en danger pour les retrouver. Il la savait audacieuse, mais aussi dotée d'une colère démesurée lorsque la tristesse l'envahissait. Les yeux légèrement écarquillés, le blond regardait la blessure qui courait sur l'avant bras de la jeune femme. Elle avait été marqué par la vie en extérieur une fois de plus.

Quand tu es folle d'inquiétudes, tu fais moins attention. Il l'imaginait bien, chaque secondes, tenter l'impossible. Ensemble, à deux, elle avait déjà tenter des actions qu'il n'aurait jamais fait seul. Mais perdue avec elle même, Jasper savait qu'elle devenait un réel danger pour elle. Je suis content que cela ne se soit pas infecté... Cela aurait pu être grave... Cela aurait pu mais cela ne l'était pas.


Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Issaquah Ranch
avatar
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 1096
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Reunited   Ven 2 Juin 2017 - 16:19


Tu sais, tant que tu n'aurai pas essayé de me traîner dans une réserve Navajo, je t'aurai suivi ou tu voulais. dit-elle avec un léger sourire, baissant le regard après son aveu. Parfois, elle se plaisait à imaginer cet avenir qu'ils n'auraient pas. Devenir propriétaire, boire un café avec lui en rentrant du bar quand il irait lui même à son bureau. Ou même l'idée de devoir se faire livrer après qu'elle ait manqué de faire brûler la cuisine après avoir tenté de cuisiner quelque chose.
Néanmoins, elle n'avait pas pu s'empêcher de l'observer avec de grands yeux en apprenant qu'il s'était même permis de prendre quelques photos. Adieu mon image de femme mystérieuse au passé trouble alors... un léger rire la prit, n'imaginant même pas les dossiers qu'il avait pu découvrir. Ces vacances à la réserve, les tenues de cérémonie. Axel et elle à la fête foraine, lui pointant du doigt un grand chef indien en scultpure alors qu'elle tirait une tête de six pied de long. Tu as vu la photo de famille ? Celle-là elle était collector. Ana au milieu qui essayait de sourire à l'objectif, quand Alejandra et Carmen se fusillaient du regard à cause d'une dispute dont elle avait depuis longtemps oublié l'origine. Montre moi celles que tu as ramené. demanda t-elle avec douceur, amusée à l'idée de retrouver quelques bribes de son passé.

La photo du comptoir. De nouveau elle se surprit à rire. C'est Ana qui l'a prise. C'était le genre de personne à t'harceler de photos ou que tu ailles. Elle estimait que c'était important de montrer les souvenirs de jeunesse à ses futures enfants...
Mais malgré ces quelques éclats de rire, l'idée même de parler de ce qu'ils avaient vécu en extérieur était impossible à émettre pour le blond. Compréhensive, la navajo n'insista pas, se contentant de croiser son regard fixé sur la porte, ne s'en détachant que pour observer cette nouvelle cicatrice à son bras. La remarque concernant son caractère lui fit baisser le regard, alors qu'elle lâchait brièvement. Quand on pense ne plus rien avoir, on à rien à perdre.

Et cela avait bien été le cas pour elle. Les disputes avec Isha, la tension continue avec les autres membres du groupe, son besoin de solitude dans les ruines de Seattle, ce côté sombre qui avait émergé un temps quand elle pensait avoir tout perdu. Ces choses avaient disparus dès l'instant ou elle avait retrouvé Ashley, mais sur de long terme... Peut-être se serait - elle perdue elle même, que les fus dangereux qu'ils avaient parfois croisés étaient en réalité des hommes désespérés, et non agissant par le biais de quelque psychoses. De nouveau le regard de Jasper s'était fixé sur la porte. Arrêtes ça. Avec douceur, elle était venue prendre son visage entre ses mains, captant ses yeux clairs. C'est fini. Tu es rentré, et même si tu as la sensation de ne pas être ici, tu l'es. Pour l'inciter à cesser ce regard qui finissait par l'angoisser, elle posa ses mains à plat contre son torse, l'incitant à s'allonger. Repose toi quelques heures. Soufflant ses mots, elle était restée assise à ses côtés, récupérant une cigarette qu'elle alluma après avoir ouvert la fenêtre de leur chambre. Le détail de l'expédition en extérieur attendrait le temps qu'il fallait.


the last of us.
• Walk in harmony with the navajo universe
While being aware of
What you are.
(.) navajo quotes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Reunited   

Revenir en haut Aller en bas
 
Reunited
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Abandonnés-
Sauter vers: