Partagez | 
 

 Something In The Way/!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
MessageSujet: Something In The Way/!   Mar 21 Mar 2017 - 12:05


Nohan Newman
21 ans Canadien Sans Traveller
i've got a war in my mind

Explique ici le caractère actuel de ton personnage.

Le monde d’aujourd’hui n’est plus ce qu’il était, et ce que nous étions n’est plus non plus.

Nous ne sommes que la maïeutique de l’apocalypse, accouchés par les morts qui rodent et le danger, et la peur, nous sommes l’évolution que ce que nous étions. La survie est la seule chose qui compte. Alors au diable les altruistes, les samaritains, au diable les romantiques, les poètes et les babtous fragils.
Aujourd’hui il faut être fort, aujourd’hui, il faut être dur, savoir renaître de ce que nous fûmes et devenir des survivalistes, devenir ceux qui resterons jusqu’à ce que le monde tourne à nouveau pour les Hommes. Mais moi j’ai pas réussi, moi je survivote dans l’écrin de mon passé, gardant chaud contre moi mon humanité, celle-là meme qui me rends assez con pour risquer ma vie pour des conneries.
Astucieux, débrouillard et intélligent J’ai pourtant  les bases pour survivre, réfléchir, penser une situation et en trouver la solution. La vie que j’ai vécu avant tous ca m’avait déjà bien forgé a la survie précaire, a la débrouille, à la demerde.
Autonome depuis très jeune, je sais m’en sortir seul, avancer seul, vivre, seul. Parce que la solitude c’est couchée dans mon lit d’enfant, et, jalouse matrone, elle n’a jamais supporté une autre personne vers moi, me gardant au froid dans ses bras.
Courageux, certains diront, complètement cons, d’autre assurerons. Toujours est-il que je ne suis pas de ceux qui baissent leur froque et qui se pissent dessus, j’suis pas d’ceux qui vivaient dans la peur et qui maintenant se noient dans la terreur. J’ai peur, oui j’ai peur, mais je m’en nourris, de cette peur ; et je me bats pour que ma survie soit belle, pour pouvoir bouffer le peu de vie qui nous reste dans ce monde en agonie. Je le ne laisse pas la peur et ses instincts me détruire, je veux rester homme, naturel, fidèle à ce que je suis, ce que j’étais et ce que je vaux. C’est peut-être mon plus grand défaut ce courage et cette envie de rester naturel, de ne pas me déshumanisé, de garder en étentard mes valeurs. De garder ce qui fait qu’il m’a aimé.  C’est surement cette sensibilité a fleur de peau qui craquelaient ma carapace avant et qui maintenant la faite disparaitre. Je ne suis pas fort, je suis fragile, j’suis du genre a chialer devant une poussette quand j’vois qu’y’a plus de bébé dedans, et que du sang, j’suis du genre qui sait plus cacher ses émotions. J’suis d’ces hommes qui ressentent aussi fort qu’ils vivent dans une monde ou on devrait s’efforcer de ne plus rien ressentir, d’être hermétique. J’arrivrais jamais a ne plus pleurer.
La mort, la peur, la perte, l’horreur, l’apocalypse, m’ont rendu agressif, sur la veine, lunatique et excessif, mes accès de violence sont à l’aune de ma tristesse, mon deuil que je porte comme un seconde peau, dans le noir de ma solitude, mon monde est flamme et je refuse la compagnie, je refuse l’autre puisqu’Il n’est plus là, qu’il est surement mort et que si j’le retrouve, il voudra surement m’bouffer, alors je reste seul et j’accueille les êtres en vie, humain, avec la même violence que les rôdeur. Je n’ai pas de cas de conscience sur le moment, je tue parce qu’il faut tué, parce qu’il faut survivre point, et puis je m’assure qu’il ne se réveillerons jamais, eux. Ils trouveront la paix dans la vrai mort. Je suis le loup solitaire qui sautera a ta gorge si tu l’approche trop, prends garde, l’ermitage et la douleurs m’ont rendu homme-bête toute griffe dehors. Mais si tu creuses un peu, tout trouvera l’essence de mon être décomposé. Triste comme le monde, seul et abattu dans mon cynisme. Je n’ai plus d’espoir, ou alors très peu, je sais que je crèverais seul, j’ai toujours vécu seul de toute façon


-->



Explique ici les caractéristiques physiques de ton personnage..


Nohan est grand, tirant vers le 1m90, svelte et fin, le corps sec ou  toute graisse a disparue, ne laissant que la tension des muscles roulants sous sa peau très pâle.
Il a les cheveux bruns avec de légers reflets roux au soleil. Les traits de son visage sont dur, vif et droit, la machoire carrée et les arcades droites. Il a depuis toujours de grosses cernes sous les yeux, rendant son regard gris plus profond, plus mélancolique. Il a les lèvres fines, presque toujours triste sinon boudeuse, mais quand elle s’illumine d’un sourire on croirais voir un ange sous ses airs de lascars. Il a toujours eu cette tête de petit con, de mauvais garçon. Il l’a longtemps été. Son visage est sémé de petite taches de rousseurs, lui donnant l’air d’un eternel ado alors que son regard semble sans age. C’est ce contraste qui fait son mystère.

Il vivait en camtar, même avant ces conneries de rôdeurs, il sillonnait les routes en nouveau bohéme, en p’tit rimbaud moderne.  Alors niveau autonomie, il a pas eu a faire grand-chose. Panneau solaire et mini éolienne sur le toits pour l’éléctricité, un générateur en cas de besoin, un système de filtration d’huile pour économiser le carburant était déjà en place. Il c’est installé un systéme de récupération d’eau de pluie et c’est bricolé un poele a bois. L’équipement basique d’un camping car. Il avait même un petit gun mais a réussi a se procurer un pompe et une mitraillette ainsi qu’un arsenal d’arme blanche : poignards, couteau à lancé, serpe etc.
Il posséde un stock de drogue assez impressionnant, surement les dernières qui circulent encore dans la fin du monde. LSD, Shit, Weed, Champi, Un peu de Coke quand faut courir vite, quelque amphets, une bonne dose de taz, un grosse reserve de Ké ainsi que plein de médic’ qu’il a pillé dans diverses pharmacies.
Il c’est aussi fait une collection de disques qu’il se passe a fond dans son baladeur a pile ou ses caissons quand y a pas de risque.
Il posséde un ordinateur qu’il charge une fois par jour dans lequel il écrit une sorte de journal, ainsi que 3 disques dur d’un To chacun ou il stock tous les documents de medecine, survie, bricolage etc qu’il aura plus glaner avant que les réseaux tombe, plus une collection impressionnante de films –dont certains pour adulte-. Il a aussi une bibliothèque bien garnie et c’est a peu près tout. Rajoutez la bouffe.

Et puis il y a kurt, son clebs, un loup tchéque de 2 ans. La robe louvé, le poil épais, le regard bleu vif et intéligent. Il le meilleur -seul- amis de Lohan. Et son gardien. Lohan a vit compris que les rodeurs n’avait pas de diversité gastronomique et que seule la viande humaine faisaient mouillé leur papille désechée. Alors Kurt est son chien de garde, son alarme, son protecteur, son éclaireur.



Important. Nous n'acceptons plus les armes suivantes :

→ Katanas et autres sabres en tout genre.
→ Arcs, arcs à poulies, arbalètes.
the last of us

Explique ici l'histoire de ton personnage avant l'épidémie.

Tu sais, y a des gens qu’ont déjà d’la chance quand ils naissent, ils ont des bonnes fées penchées sur eux qui leurs sussurent des bonnes augures, un bons futurs. J’étais pas d’ces gens là, ma fée à moi, c’était le regard décharné, le regard vide de ma mère qui me serrait pour la première et dernière fois dans ses bras troués comme une dentelle. Elle a du être triste peut-être, j’sais pas, j’connais pas son histoire.
J’suis un gamin d’la DDAS, un d’ces gamins paumés du monde. J’suis d’ceux dont on a pas voullu, d’ceux dont on c’est débarassé. J’suis d’ceux qui grandissent sans amour, qui grandissent seuls. J’me suis trompé quand j’ai dit qu’y avait pas d’fée a mon berceau, ma fée a moi, c’est Solitude.

J’suis d’ces gamins dont on a pas voulu a l’adoption, comme ces chiots, tu sais, que les futurs maîtres bienveillants regardent en s’disant « tiens il a l’air mignon lui » mais y en a des plus mignons a coté, alors c’est pas moi qu’on choisi. J’suis l’chiot battard dans son chenil, pourtant j’aboie pas, j’étais un bébé silencieux m’a-t-on dit, un bébé qui pleurait peu, qui f’sait pas grand-chose en fait. J’ai commencé a parler tard et j’avais pas d’amis, quand j’étais môme, j’étais toujours pieds et poings liés  avec ma solitude. Sombre, renforgné. J’me foutait de ces couples qui v’nait m’voir pour m’adopter. Moi j’leur parlait pas. J’ai grandit seul j’voullais plus personne, j’voullais juste qu’on m’laisse tranquil. Tranquil.

Puis y a eu Lui.
J’avais toujours eu cte chatte d’être pénard tout seul dans ma piaule, mais a mes 12 ans, on m’a collé un autre gosse avec moi. C’était un p’tit blond au regard toujours triste, il parlait pas beaucoup. On a passé pas mal de temps dans cette piaule a s’matter en chien d’faillance, en silence. Et y a une nuit, j’lai entendu chialé, et j’sais pas c’qui m’a pris, mais j’me suis levé et j’me suis couché dans son lit, sans un mot, j’l’ai pris dans mes bras et il a arrêté de pleurer, et là, c’est moi qui m’suis mis a chialer. J’venais d’peter mon écrin d’solitude, j’vennait d’foutre en l’air ma vie d’ermite associal pour je ne sais quelle raison.
On est d’vennu amis, on parlait a personne sinon a nous. Et un jour, vers 14 piges on c’est tirés, parce qu’on en avait marre on voullait vivre a deux, vivre ensemble parce qu’il y a que tout les deux qu’on se sentait être. Une amitié comme y en a peu. On avait formenté c’projet d’puis un moment, on s’les joué Hobbo et squattant un vieux train qui filait vers le sud en chantant sur sa vielle cheminée l’ode de notre nouvelle liberté. On a pas regarder en arrière. On volait pour bouffer, pour fumer, puis un peu plus tard pour se geler le crâne. On est tomber par hasard sur un convoie de travaller qui  vivait dans ce monde nouveau caché au fond des caissons planqués au fond des champs. Et c’est là qu’on a éclos. De festoche en festoche affalé a l’arrière du camtar d’un vieux hippie, Freddie, il s’appellait. Ca a été notre grand frère, il nous a appris a conduire,  a vivre sans le sous, il nous a montrer la vie bohéme. Pis un jour il est mort, une piquouze de trop ou j’sais pas. On l’a retrouver sous son camion le matin, les yeux vides. Finit.
On a pas pleurer, il nous avait toujours dit que sa mort le délivrerait de la vie, que la vraie liberté, c’est de kané en paix. Alors on a pas pleurer et on a pris son camion pour notre route dans les states. J’me rappelle pas d’tout, j’me rappelle juste qu’on était heureux, avec l’horizon pour maison. On était heureux et on filait notre route en dealant de-ci de là. Deux pauvres gosses qui bouffaient leur american dream. Le notre c’était pas macdo, c’était le grand canyon et longue plaine d’arizona. C’était le vent d’l’Ioha et le blues de la nouvelle orléan, c’est le jazz de new york, c’est le desert de californie. C’est le LSD  de Vegas, la Mesca de San Diego. C’est la vie sans attache. C’est surement ca qui nous a sauvé quand ca a commencé, de ne pas avoir d’attaches sinon nous.
.

Explique ici l'histoire de ton personnage depuis l'épidémie.

→ Les faits doivent commencer dès les premiers temps de l'épidémie, merci de vous référer à la Chronologie

Septembre 2015 :

On avait passé l’été a écumer les festivals, les veine pleines d’acide et les yeux noyé dans les couleurs en mirage, dans les sons déformés, dans les martellements des basses et de nos pieds qui tapaient la terre dans ces dances tribales au cœur des caissons, quand la raison s’étiole et que ne reste que le son et nos corps désarticulés.
C’était l’dernier festoche de la saison, Hardcore a l’honneur pour finir en beauté. Si j’avais su j’aurais profiter encore plus. Comme ca me manque aujourd’hui, de pouvoir fermer les yeux et me laisser happer par le rythme, de me laisser drainer par les baffles qui craches leurs sample saturés, aux limites de l’écoutable. Y a quelque chose de magique qui s’passe d’vant l’mur, quand t’es dans cette foule, quand on est tous a l’unisson, quand on est tous déshinibé, en perte totale de notre égo, on est plus qu’un ensemble de vibrations au meme tempo, un ensemble de corps qui bougent sans raisons, pantins du DJ et des explosions de lumières, paumés dans le marasme de nos sens saturés. La comprehension, de soi, de l’autre, tout ca, c’est plus rien quand t’es dans la trance, quand t’es dans l’trip, quand t’es dans l’son. Le monde pourrait pourrait s’écrouler autour de toi tu t’en fout’rais tant que les basses vibreraient contre toi.

On avait prévu d’aller passer l’hiver au Texas, de fuir les rigeur du froid. On aura pas pu y aller.

Jour 1 :
On retournait écumé notre redescente au camtar quand on en a vu un pour la première fois. On a juste cru qu’c’était qu’un paumé qui f’sait un bad, il avancait le pas lourd, un pansement barrait son avant bras gauche. Sa démarche ivre était risible. Et puis, il a sauté sur une nenette qui faisait des bollas vers lui. On a vu ses dents penetrer la chair tendre de la fille, les ouvrir et puis, le sang coula, teintant le sable blanc de carmins, elle hurlait. Des festivaliers les séparérent et passérent la brute a tabac. On est rentré au camion, on pouvait pas prendre le risque de se faire arrêter avec tout c’qu’on avait, dans les veines, dans les poches, dans l’camtar. On était chargé comme des mules, une 10aine de fiole de LSD (de quoi défoncé pendant plusieurs semaines une centaine de mec) des Kilos de weed planqué dans l’faux plafond, des litre de Ké dans des bouteilles d’eau et plein d’autre truc. Si on s’faisait serrer, c’était la taule direct. On était pas dealer ni voleur tu sais, on était tout ca a la fois. C’était l’stock de Freddie, c’était lui l’dealos et on a pas vraiement repris son Buisness, en vrais, on gardait ça en conso ad vitam et on en revendait un peu quand y avait b’soin. On c’est donc tiré pour s’garer à l’orée d’une forêt aux alentours de Seatle.

Sans télé, ni téléphone, ni internet on était ermite de tous ce qui allait se passé.

Jour 2 à 5
On a aucune idée de ce qu’il se passe, on est toujours dans cette forêt, on s’remet de l’été, d’la défonce et on se repose sans savoir que la fin du monde prends forme a quelque kilometre de nous.
Jour 6 à 10
On allait retourner en ville pour faire les course, comme d’hab, on évite de garrer le camion à l’interieur, parce que c’est galère. On s’pause en périphérie et on continue a pieds. On croise des militaires partout, on comprends pas tout, on sait juste que c’est grave. Y a vieux clodos dans la ville qui hurle que c’est la fin du monde, moi j’ris comme a chaque fois que j’entends ces conneries. J’aurais su j’aurais ris aussi, mais jaune, jaune comme la pisse d’un alcollo.
On est obligé de rester en ville, les barrages militaires nous empêchent de rejoindre le camtar. Heureusement on avait pris l’chien avec nous, sinon il serait mort de faim.
Jour 11 a 16
On était dans un hotel quand on a vu le premier groupe d’infecté. Il était décharné, certains avaient perdu des bouts d’visage, on aurait dit qu’ils étaient morts, on les a vu se ruer sur un groupe de militaire, la plus part furent tué, mais quelques un avaient choppé un soldat et s’étaient mis a le bouffer. C’est là qu’on a compris qu’il fallait se tiré, mais vite. On a foncé a la première superette qu’on croisait, des pillard s’ébattait déjà a la devasté. On a chopper tout c’qu’on pouvait et on s’est tiré jusqu’au camion, tentant de comprends ce qui s’passait. Pour un des première fois depuis qu’on avait pris la route sans Freddie, on avait décidé d’allumer sa télé. C’est la qu’on a compris l’ampleur de la situation, des messages officiels, uniquement. « restez chez vous, barriquadez vous, eloignez vous des infectés quels qu’ils soient ».


Jour 17 a 19

time to meet the devil
≡ pseudo › sur internet, écrire ici
≡ âge › écrire ici

≡ comment as-tu découvert le forum ? › écrire ici
≡ et tu le trouves comment ? › écrire ici
≡ présence › écrire ici  

≡ code du règlement › écrire ici
≡ crédit › de la bannière et du gif, écrire ici
fiche (c) blue walrus.
passeport :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sarah Miller
Messiah
avatar
Date d'inscription : 03/11/2016
Messages : 1614
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Something In The Way/!\   Mar 21 Mar 2017 - 12:11

Bienvenue à toi et bonne rédaction ! Wink


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Something In The Way/!\   Mar 21 Mar 2017 - 13:03

merci Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Eli Delgado
Messiah
avatar
Date d'inscription : 23/01/2017
Messages : 1173
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Something In The Way/!\   Mar 21 Mar 2017 - 13:24

OMG Cook !  :MisterGreen:
Spoiler:
 

Bienvenue



Tomorrow is another day. And you won't have to hide away. You'll be a man, boy !
But for now it's time to run, it's time to run !
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
avatar
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 2956
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Something In The Way/!\   Mar 21 Mar 2017 - 13:27

Aaaaah le trio est réuni Very Happy saluuuuut!

Spoiler:
 


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Something In The Way/!\   Mar 21 Mar 2017 - 13:48



bienvenue sur le forum !

Te voilà fraîchement inscrit sur The Walking Dead RPG ! Après avoir lu consciencieusement le règlement du forum, voilà quelques petites choses à retenir pour tes débuts parmi nous :

1 – Le délai pour finir ta fiche est de 10 jours. Un délai supplémentaire peut être accordé par un Administrateur.

2 – Si tu as oublié de le faire avant de t'inscrire, jette un petit coup d’œil aux bottins des noms, des prénoms, des métiers et des avatars.

3 – Lors du choix de ton avatar, il est important de bien respecter ces deux points du règlement : Les images choisies doivent être cohérentes avec le contexte, et l'âge de ton personnage avec l'aspect physique de ta célébrité.

4 – Afin d'éviter les RP répétitifs d'intégration dans un camp, nous te conseillons d'intégrer ton personnage à un groupe dès son histoire !  Si tu choisis d'intégrer le groupe des solitaires, il te faudra conserver ce statut durant 1 mois minimum avant de pouvoir t'installer dans l'un des groupes sédentaires.

5 – Si ton histoire comporte des personnages que tu souhaiterais proposer en Scénario, sache qu'il faudra également patienter 1 mois et être actif en zone RP.

6 – Une fois ta fiche terminée, signale le dans ce sujet AVERTIR ▬ FICHE TERMINÉE.

Bonne rédaction !


Bienvenue ^^

Par contre avant que tu n'ailles plus loin, il faudra malheureusement trouver un autre prénom pour ton personnage. Nous avons déjà une Morgan et comme expliqué dans le règlement, nous n'acceptons ni les doublons ni les variations d'orthographe pour un prénom déjà utilisé. Quant tu auras fait ton choix, signale-le à la suite ou modifie directement l'entête de ta fiche, on te le changera Smile

Si tu as des questions, hésite pas :MisterGreen:
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 2648
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Something In The Way/!\   Mar 21 Mar 2017 - 14:09

Bienvenue par ici et bonne rédaction !


Thought we had the time, had our lives, now you'll never get older. Didn't say goodbye, now I'm frozen in time getting colder. MAIZ.
Revenir en haut Aller en bas
 
Something In The Way/!\
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives Fiches :: Fiches Abandonnées / Refusées-
Sauter vers: