Partagez | 
 

 Kira Koudriavtseva

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
MessageSujet: Kira Koudriavtseva   Ven 24 Fév 2017 - 23:45


KIRA KOUDRIAVTSEVA
25    RUSSE    ÉDITRICE    Emerald Freedom  
i've got a war in my mind

Observatrice est probablement l’un des mots le plus souvent entendu de la rouquine. Observer, détailler, analyser est l’un de ses passe-temps favoris, ses prunelles d’ange cherchant sans relâche le détail, l’émotion ou même la faille de ce qui se présente devant elle; aucune distinction entre le genre humain ou le genre... Bâtiment. Cette capacité d’analyse particulièrement développée va toutefois de pair à un sarcasme tranchant. Évidemment, observer avec autant d’attention la stupidité humaine ne peut que faire en sorte de la commenter à nos heures perdues; la petiote ne se gênera aucunement pour lancer une petite pointe par-ci par-là, feignant par moment la naïveté – chose aisée, vous avez vu sa gueule ? – et, par d’autres, assumant simplement ce que d’autres pourraient considérer comme un manque de tact.

Dans cet ordre d’idée, Kira reste une petite humaine maladroite; restez sur vos gardes. Que cela soit un verre, un bol, voir même un petit cordon qui pend, ‘sisi’, juste là, un peu trop… Elle vous l’explosera. Vous l’arrachera. Vous le détruira. Trait de caractère la faisant davantage rougir que les seconds, elle le camouflera derrière une diplomatie à toute épreuve. C’était le verre de votre grand-mère ? Non, tout va bien, calmons-nous et respirons un bon coup par le nez. Oui, par le nez que vous ne me casserez pas. S’il-vous-plaît.

Usant des mots à son avantage, la rouquine n’hésitera pas une seule seconde à lever les armes s’il le faut; déterminée et avenante, un s’il-vous-plaît suffira à la convaincre pour vous porter secours. Toujours disposée à proposer une seconde paire de mains, il ne faudrait toutefois par confondre avec cette naïveté qu’elle sait si bien feindre; elle pensera d’abord au bien-être collectif, même si votre gueule ne lui revient pas. Restant malgré tout une femme relativement têtue, elle ne se gênera pas de vous dire que vous vous mettez les pieds dans les plats. Ou alors qu’elle avait raison et que son idée est meilleure que la vôtre, même si elle sait, pertinemment, que ce n’est pas le cas.

La demoiselle étant donc têtue, cela ne l’empêchera pas d’être proportionnellement émotive. Sensible aux mots durs, aux regards de travers et aux actes brutaux interhumain, elle ne pipera mot devant vous. Pourtant, n’en doutez pas, le soir venu, elle donnera une bonne leçon à son oreiller, ou encore le trempera de larmes chaudes. Discrète, elle préférera vivre ce trop plein d’émotions en tête à tête avec son lit. Le lendemain, elle vous enverra peut-être paître avec de jolis mots.

Malgré cela, la petite en demeure d’une jovialité contagieuse. Généralement de bonne humeur, ses rires et échos vous parviendront sans aucun doute. Et si vous êtes son pote ? Bien, elle sera peut-être un peu jalouse de vous voir discuter avec d’autres lorsque vous l’ignorez depuis quelques jours.




Rousse.
Très rousse.
Ce sera probablement la première chose dont vous penserez de la petiote. Sa tignasse de flammes surplombe un petit minois aux traits fins et délicats, des mirettes variant entre le bleu et le gris toutefois soulignées de légers cernes violacés. Du haut de son mètre 56, la demoiselle vous offrira des lèvres pâles sur lesquelles, constamment, s’esquisse un sourire.  

Sans un seul bourlet, Kira présente un physique finement sculpté : délicate, féline et féminine. Une poitrine moyenne, rondement développée malgré un bonnet B, souligne la menue plastique de la dame. Sans prétention aucune, la rouquine semble malgré tout connaître ses charmes et, sans les exploiter, les assume entièrement.

Percée, tatouée ? Rien de très apparent pour le moment, et il y a de quoi, puisqu’elle n’arbore, même sous ce t-shirt trop ample et ce jeans ajusté, aucun tatouage. Mais si, lorsqu’elle articule, vous portez attention à ses lèvres, vous pourrez sans aucun doute noter la perle noire décorant le centre de sa langue. Et si jamais vous l’apercevez nue au détour d’une séance de décrassage, ses mamelons fièrement traversés de barres argentées et horizontales vous feront certainement de l’œil.

Est-ce ses seuls charmes ? Bien sûr que non ! Son accent Russe, à couper au couteau, vous arrachera probablement l’un de ces petits sourires amusés.

INVENTAIRE :
- Sac en bandoulière qu'elle porte depuis son départ de chez Nancy
- Minimum en soins : petit flacon d’alcool à friction, une aiguille, du vieux fil et bandages
- Une gourde
- Hamac de type « filet »
- Un vieux zippo avec un fond de gaz
- Un sac de couchage
- Lampe torche et quelques batteries correspondantes

- Tuque grise
- Manteau en cuirette – qualité moindre, doublage fin
- Veste de laine – bonne qualité, épaisse
- Débardeur noir, tâché de peinture
- T-shirt homme, gris – très ample, lui arrivant mi-cuisse
- Jean style « skinny » - qualité moyenne, troué aux genoux
- Bottes courtes en cuir style « motard » - excellente qualité

- Armes : une batte de baseball amochée, une pelle dont elle aiguise les bords.
the last of us

Originaire de Russie, Moscou, Kira évolua au sein d’une famille dysfonctionnelle; parents absents, cris et coups lorsqu’ils l’étaient. Enfant modèle, elle passa son enfance à répondre aux critères les plus élevés, que cela soit au niveau académique que ce qu’elle s’était elle-même imposée comme standards de gamine parfaite : se taire, respecter l’autorité parentale et ne jamais contester les décisions prises pour son bien-être. Et puis, elle avait l’habitude. Ils lui avaient tout de même donné un nom de garçon; le petit homme qu’ils désiraient tant s’étant présenté sous des traits féminins.

Ce fût vers les quatorze ans que la rébellion commença, rébellion douce, cela dit, puisque cela consistait majoritairement à quelques sorties nocturnes, filant en douce; elle savait être invisible, elle l’était toujours.  

C’était dans les rues froides de Moscou, loin de ses parents mais, comme toujours, près de son bâtiment favori, qu’elle appréciait le plus ces balades; grand, immense, beaucoup moins froid que la plupart des autres établissements l’entourant. L’école. Peut-être était-ce l’âme de ces jeunes à l’aube de leur futur, insouciants, encore heureux, qui semblait éclairer plus fort que la lune les briques inertes dudit bâtiment. Une bouteille brassée, bruits de petits sprays la tira de ses réflexions; un garçon. Non, une femme aux cheveux courts. Cette dernière s’exprimait à l’aide de peinture, rougissant un mur non loin : un crâne.
Un joli, crâne. Kira s’avanca, observa et détailla et apprécia, même. Mais il s’agissait de Kira.

- … Mais c’est illégal … ?

Gamine de quatorze ans faisant l’adulte en pleine nuit. À une inconnue. Inconnue qui la fixa, la jauga, la juga de ses quelques centimètres de plus.

- C’est ta couleur de cheveux qui devrait être illégale.

Un rire gras marqua ainsi une amitié naissante, des plus originales. Elles ne vivaient plus l’une sans l’autre, de vrais chiens de poche; elles puisaient leur force de leur opposition. [!! Joueuse Roza Votiakov !!]

Au fil des années, la rouquine développa une passion pour la lecture et l’écriture. Moyen d’évasion de sa vie morne, cela lui fit d’ailleurs découvrir le métier d’éditeur, s’empressant de postuler dans l’une petite maison d’édition russe, un peu à côté de la plaque : elle passa de traductrice à éditrice en quelques années. Il faut dire qu’avec le départ de Roza en Amérique, elle performait en écriture, lui écrivant tous les jours pendant neuf ans, discutant de tout et de rien : tatouages, piercings, amourettes, couchettes... et homosexualité.

Leurs discussions sur ce dernier thème se faisaient plus fréquentes, la rousse ne sachant comment annoncer son attirance envers les femmes à ses parents. Il faut dire qu’elle habitait en Russie, que le « concept » était mal maîtrisé, mais plus encore, non toléré. C’est au bout de sa 23ème année de vie qu’elle plongea, fit la terrible nouvelle : la fin du monde, de son monde. Ses parents refusèrent de poursuivre la cohabitation à ses côtés. Elle se retrouva à vivre chez une collègue de travail.

Mais elle avait prévu le coup, la gamine. Depuis déjà quelques semaines, elle avait questionné Roza sur l’emplacement exact de son salon de tatouage, la ville, etc. Elle avait économisé, la petite, et en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « pouf », elle était confortablement installée dans une de ces machines volantes pour  les Amériques : Allé simple, billet daté du 4 octobre 2015. Lors de son arrivée sur le sol Américain, Kira ne contacta pas de suite son amie; elle voulait d’abord s’établir un minimum et, surtout, trouver un petit boulot, ses économies n’étant pas éternelles bien que conséquentes. Son plan était simple : hôtel, boulot, et dans environ deux semaines, elle ferait la surprise à Roza, allant la rejoindre directement sur son lieu de travail. Elle continua de lui écrire lors de ces semaines, sans jamais lui mentionner son nouvel emplacement.
we are the walking dead

9 octobre 2015

Cela ne faisait que quatre jours depuis l’arrivée de la rouquine à Seattle qu’elle entendait déjà parler de cas de violences dites « peu communes ». Peut-être que ses parents avaient raison, au final, et que ces Américains étaient tous fous ? Quoi qu’il en soit, elle avait réussi à trouver une chambre, ou plutôt un sous-sol en rénovation. Elle ne se plaignait toutefois pas; elle avait accès à l’ordinateur de la maison, à une salle de bain adjacente et à un petit réfrigérateur qu’elle garnissait elle-même, le tout pour la rondelette somme de 450$; elle ne savait pas si c’était cher, ni si elle se faisait arnaquer, mais elle savait qu’elle pourrait tenir le coup un moment.

14 octobre 2015

Internet s’affolant déjà depuis quelques jours, la rousse ne prend plus vraiment le temps de suivre les médias. Ce jour-là, toutefois, la propriétaire de son petit nid lui suggéra de visionner le discours du Président.

- Ça n’peut faire qu’du bien à une ‘tite Russe comme toi, hein !

Bon. Elle n’avait pas commenté, se contentant d’hocher et d’allumer le téléviseur. C’est avec étonnement qu’elle prit connaissance des fuites ayant eu lieu l’avant-veille concernant des morts revenant à la vie, ainsi que du nouveau virus circulant en ville. Maîtrisé, hein ? C’est ce qu’ils disaient. Mais Kira était du genre suspicieuse, ayant grandi sous un gouvernement qu’elle considérait comme corrompu, elle ne faisait plus confiance aux politiciens, aussi Président soient-ils.

Les discours émeutiers eurent raison de son courage. Elle prit la décision de reporter sa recherche d’emploi à plus tard, passant ses journées à discuter avec Roza de la situation actuelle. Bien sûr, elle ne lui avait toujours pas dit qu’elle se trouvait en sol Américan, ne voulant pas l’inquiéter pour sa propre sécurité aux vues des récents événements.

19 octobre 2015

Roza coupe subitement les communications avec Kira, cette dernière l’informant simplement qu’elle « se bouge » dans un endroit un peu plus sécuritaire pour le moment, auquel elle n’aura pas nécessairement accès à Internet. Elle veut attendre que ça se calme, et la rouquine l’a comprend; elle-même a verrouillé la porte du sous-sol et évite de monter à l’étage, Nancy, la proprio’, étant prise de quintes de toux. La femme était déjà malade à son arrivée, mais une légère paranoïa gagne la jeune femme qui décide de ne plus passer ses soirées en sa compagnie.

20 octobre 2015 – 27 octobre 2015

Elle n’a plus accès à la télévision, se contentant de la petite radio abandonnée sur une étagère poussiéreuse; coup de chance, elle fonctionne. C’est ainsi qu’elle apprend, au fil des jours, que des camps de réfugiés sont montés ici et là au travers Seattle. Elle inspire, expire. Elle n’entend plus Nancy faire les cents pas, cela l’inquiète; paranoïa exige, Kira l’aura empêché de venir au sous-sol avec elle. Elle sait que c’est mal, que ce n’est pas sa maison, mais elle a peur. Et puis elle toussait tellement, cette dame… Pourquoi est-ce si silencieux ?

3 novembre 2015

Le petit réfrigérateur est vide, il ne lui reste plus que quelques boîtes de conserve qu’elle garde précieusement ainsi que l’eau du robinet de la salle de bain. Cette dernière commence à avoir une drôle de couleur, elle sait qu’elle devra bientôt quitter son cocon de refuge, mais la peur la tient au ventre; le silence du rez-de-chaussée s’est mué en gémissements, en bruits de déplacements humides. Elle n’a pas tenté d’interpeller Nancy, craignant le pire. Elle décide alors de préparer son départ, fouillant dans les babioles du sous-sol. Une pelle, un peu rouillée, mais solide, lui fera office d’arme. Elle se crée un petit baluchon, contenant quelques rares denrées qu’elle aura économisées ainsi que ce qu’elle aura pu récupérer dans la salle de bain.

4 novembre 2015

Kira entrouvre la porte du sous-sol.
La première chose qu’elle constate est l’odeur. Une odeur inconnue, nauséabonde. Une odeur éveillant ses vieux réflexes instinctifs, de ceux qui font glisser le sang dans les jambes et blêmir le visage. Cette date fût marquée de sa première rencontre avec un rôdeur : Nancy, ou ce qu’il en restait. Elle réussit à l’immobiliser d’un coup de pelle contre la tête, puis d’un plus violent « dedans". Le bruit ayant attiré ce qui pouvait se trouver à proximité, elle fuit par la porte arrière, courant pendant ce qui lui semblera une éternité.  

Mois de novembre 2015

En larmes, en sueur et, surtout, en panique, Kira évolue au sein d’ombres avides de chairs et de tripes. Elle ne pense pas à manger, seulement à courir, survivre. Elle s’établit dans un petit marché habité des propriétaires, ces derniers l’accueillant parmi le groupe qu’ils ont rescapé. Elle vivra parmi eux la majorité du mois de novembre, jusqu’à ce que Gaspard, un grand gaillard, revienne de sa ronde avec une morsure. Kira ne pris aucune chance, abandonnant le petit groupe en embarquant avec elle quelques denrées.

Mois de décembre 2015

La petiote survit comme elle le peut, l’hiver réduisant ses déplacements. C’est ainsi qu’au début décembre, une unité armée la découvre : endormie sur la banquette arrière d’une voiture abandonnée dans un garage miteux. Les militaires la conduisirent rapidement, accompagnée de seconds survivants, au camp de l’opération « Emerald Freedom ». Dès son arrivée, elle s’implique comme elle le peut; rondes, décompte de denrées, inventaire. Elle apprend, sommairement, à se servir d’une arme, refusant toutefois d’en posséder une : sa pelle la suivant partout où elle va, accrochée dans son dos par un ingénieux système de sangles improvisées.

Mois de janvier 2016

Son enthousiasme s’essouffle progressivement, les murs lui soufflant des rumeurs sur des actes sordides commis par des militaires sur des civils, au sein même de l’enceinte du Lycée. De nature curieuse, Kira se renseigne davantage; menaces, coups, viols, tout semble passer sous le nez de Moore, qu’elle-même appréciait pour son caractère solide. Doucement, elle se renferme sur elle-même et n’accorde plus aucune crédibilité aux militaires croisant sa route, n’assistant plus aux rondes organisées, se contentant d’activités en présence d’autres réfugiés.  C’est d’ailleurs parmi ces derniers qu’elle eut vent de rassemblements visant la préparation d’un soulèvement contre Moore et ses sbires.

Mois de février 2016

Ayant connaissance de la mutinerie se préparant depuis un moment, la jeune femme prend la décision de se terrer dans les locaux du Lycée. Comme toujours discrète, c'est dans la nuit qu'elle parvient à rejoindre ce qui semble être un bureau, probablement celui de la conciergerie vue l'étroitesse de ce dernier. Quelques jours à peine après avoir discrètement aménagée ses quartiers, planquée au sol derrière le meuble principal, des coups de feu, des cris l’éveil de sa sieste. Effrayée, elle décide de s’enfermer dans le placard en embarquant ses effets avec elle; il faut dire qu’il n’y avait là qu’un sac de couchage et quelques livres, sa pelle. Elle ne sait pas exactement combien de temps elle reste là, cachée, mais suffisamment pour que, lorsqu’elle en sorte, les Militaires aient quittés les lieux et que Moore ne soit plus.

Sous le commandement de Jaden Preston, la petite reprend sa participation au sein du groupe. Elle s’installe dans l’une des salles de classe, la solitude du bureau commençant à l’inquiéter. C’est ainsi qu’elle se retrouve nez à nez avec Roza. Roza, qu’elle n’espérait plus retrouver. Elles passèrent de longues heures à se raconter leur périple respectif. Kira lui avouant être venue à Seattle pour la rejoindre; après neuf ans d’absence physique et quatre mois sans nouvelles l’une de l’autre, elles étaient de nouveau ce duo inséparable.
time to meet the devil
≡ pseudo › Plume
≡ âge › 19 ans

≡ comment as-tu découvert le forum ? › Via la joueuse de Roza Votiakova !
≡ et tu le trouves comment ? › Franchement, trop super !
≡ présence ›  Majoritairement l’après-midi/soir/nuit. Je suis HYPER motivée.

≡ code du règlement › Ok - Jay
≡ crédit › Lindsey Stirling : Artiste performeuse/Violonniste/Compositrice
fiche (c) blue walrus.
passeport :
 
Revenir en haut Aller en bas
Rowen Defreine
Modérateur
avatar
Date d'inscription : 17/11/2016
Messages : 219
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Kira Koudriavtseva   Sam 25 Fév 2017 - 0:18

Bienvenue à toi Smile



   
Never let up my hold
I'm counting on heart like yours to keep me burning ; to keep me up 'til two in the morning. You be bright when I'm starting to rust ; you be why behind the what.
Revenir en haut Aller en bas
Lawrence G. Davis
Leader | Remnants
Administratrice
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 2030
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Kira Koudriavtseva   Sam 25 Fév 2017 - 0:34

Bienvenuue et j'aime ton choix d'avat


xxx
Revenir en haut Aller en bas
Hannah McMurray
avatar
Date d'inscription : 22/02/2017
Messages : 247
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Kira Koudriavtseva   Sam 25 Fév 2017 - 0:38

Han Lindsey Stirling Je t'aime déjà Kira !

Bienvenue parmi nous !



#ACAAD5
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
avatar
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 590
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Kira Koudriavtseva   Sam 25 Fév 2017 - 0:51

Bienvenuuuuue !



In your eyes
love I get so lost, sometimes, days pass and this emptiness fills my heart. When I want to run away, I drive off in my car but whichever way I go, I come back to the place you are... ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Rafael Álvarez
American Dream
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 28/01/2017
Messages : 1674
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Kira Koudriavtseva   Sam 25 Fév 2017 - 7:09

Bienvenue sur WD ! On va appeler Emerald la revanche des rousses.
Joli choix de groupe et de visage ! Lindsey est jolie !


“Don’t regret the past, just learn from it.” | Ben Ipock
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Kira Koudriavtseva   Sam 25 Fév 2017 - 7:58

Merci merci à tous !
J'ai bien hâte de me lancer officiellement dans l'affaire @_@ !!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Kira Koudriavtseva   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kira Koudriavtseva
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Demande De Kira Hachi :)
» Kira Nakamura [Pouffy]
» Le Grand Enfant : Otsumi Kira
» Hope is Dead : Kira Takumi & Trouble VS Mina Luvia
» Oh un démon!(pv kira)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives Fiches :: Fiches Abandonnées / Refusées-
Sauter vers: