Partagez | 
 

 There's no time for us

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
MessageSujet: There's no time for us   Mar 27 Déc 2016 - 12:01

    Cinq mois que le calvaire avait commencé. Cinq mois qu'elle subissait tour à tout les nausées, les douleurs ligamentaires, un peu de rétention d'eau – pour le peu qu'ils buvaient -. Et maintenant, de pire en pire, son ventre grossissait comme un ballon branché sur une pompe à hélium, et l'alien qui l'habitait s'amusait à lui filer des coups de pied, ou de main, ou de tête, elle n'en savait rien et elle s'en foutait. Shannon était au petits soins pour elle, une vraie petite maman – elles qui n'en avaient pas eu – ce qui avait le don d'énerver Jenna. Elle n'était pas en sucre loin de là, et cherchait constamment à le faire comprendre à sa meilleure amie.

    Leroy, lui, restait dans le déni de la situation, refusant en bloc toute existence de ce petit être, allant jusqu'à continuer de nier sa paternité. Et ça aussi, ça soulait la rouquine, parce que ça sous entendait clairement qu'elle ai pu aller voir ailleurs, ce qui n'était absolument pas le cas. Jenna savait parfaitement qui était le père de ce bébé, et c'était toujours la même réponse depuis le premier jour.

    Et en plus, on lui réduisait ses expéditions. Sous couvert du « Mais tu portes un bébé » ou « Tu va nous ralentir ». Et elle n'en pouvait plus. Elle avait besoin de sortir, elle avait besoin de partir explorer, de voir autre chose que l'intérieur de la planque dans laquelle elle tournait en rond toute la journée. Et c'est pour ça qu'elle s'était eclipsée, tôt un matin, alors que les rayons du soleil chatouillaient à peine les gratte ciel. Armée comme elle le pouvait, un 9mm et un couteau, elle était allée un peu vers le cœur de la ville. Pas trop non plus, parce qu'elle se méfiait des hordes, mais savait que certaines avait bougé vers d'autres points, ils les avaient surveillés.

    Et c'est là, à l'angle d'une rue, que la première douleur transperça son ventre rond.

    Une sensation forte, lourde, et terriblement douloureuse. Comme une ceinture dont on entourerai son ventre, et qu'on serrerait jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus respirer. Quelques secondes à peine, mais qui lui donnaient l'impression que la fin du monde se déroulait au creux de ses entrailles. Ses mains se posèrent sur sa peau, et elle souffla, à moitié haletante, alors que la sensation diminuait aussi vite que ce qu'elle était arrivée. Est ce que c'était un coup de pied plus fort que les autres ? Haussant les épaules, elle repris sa route.

    Ce ne fut qu'une dizaine de minutes plus tard que la douleur revint. Et dix minutes plus tard aussi. Et dix minutes après. Plus fort, plus violent. A lui couper le souffle. Elle comprit finalement que ce qu'elle ressentait n'était pas des douleurs normales non. C'était des contractions. Et à 5 mois de grossesse, ce n'était pas le genre de chose qu'on devait ressentir aussi fort, pas vrai ? Appuyée contre un mur, elle balaya la rue du regard. Face à elle, une petite maison de ville semblait acceuillante, mais elle se méfiat. Par contre, la porte de son garage, entrouverte... Elle s'en approcha et s'y engouffra, vérifiant que c'était vide. Elle resterait là le temps que tout ça passe.
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
avatar
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 560
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: There's no time for us   Mar 27 Déc 2016 - 13:54

Reese avait déniché un vieux MP3 à pile, déjà fournis d'une playllist un peu nulle mais qui faisait l'affaire pour passer le temps. Dans leur abri, elle l'avait caché aux autres, pour que ça soit sa petite bulle à elle, son petit objet, son moment de temps en temps qu'elle ne voulait partager avec personne. Elle avait passé sa soirée sur un matelas, à simplement fixer le plafond, en écoutant une vieille musique d'Oasis en boucle. Sa préférée sur le lot de musique qu'il y avait dans l'appareil. Et depuis, elle l'avait dans la tête, la chanter quasiment tout le temps, et embêter ses collègues avec ça quand l'occasion tombait. C'était toujours chouette, de les embêter.

Et pour la sortie ravitaillement du jour, elle avait pris aussi son petit MP3, qu'elle avait glissé dans sa poche. Quand elle fut enfin seule, au milieu d'une rue totalement déserte, la brune glissa une oreillette au bon endroit, et lança à nouveau la musique. Et cette dernière l'accompagna tout le long de son trajet, jusqu'à un quartier qu'elle devait explorer un peu toute seule, en silence de préférence. Ce qu'elle faisait avec la musique était à l'évidence très risquée, mais Reese s'en moquait. Au milieu de la rue, une rue vraiment vide de toute vie, où il n'y avait qu'elle, elle avait l'impression d'être la reine du monde.

Et dansant seule, pour se donner du courage, elle avait commencé son exploration. Elle se retenait simplement de chanter, se contenter de murmurer les paroles en se déhanchant comme jamais, heureuse pour le coup. Simplement heureuse. Ça faisait des années qu'elle n'avait pas été ainsi. Et oui, ça lui avait manqué. Depuis Hernando en fait, et sa fausse couche, et leurs séparations, tout ça en même temps. Elle ne s'était plus permise d'être elle, d'être heureuse pour elle et pas pour les autres. Là, devoir gérer un groupe, c'était pas une activité qui lui permettait non plus de sauter de joie régulièrement. Alors de tout ça, elle en avait besoin.

Jusqu'à ce qu'elle se fige soudainement, et bondisse derrière un mur à peine dépassé. Reese venait de capter une silhouette, pour le moins humaine, se rendant jusqu'à une petite maison pour se glisser sous l'ouverture du garage. Juste une tignasse incroyablement rousse, une petite forme ronde fuyant comme elle le pouvait pour se cacher. Reese hésita un moment à simplement la suivre. Elle le pourrait. Mais était-ce seulement une bonne idée ? Elle s'y rendit après s'être convaincue elle même de n'avoir aucune envie de se faire prendre à revers. Si elle annonçait sa présence, alors elle serait à peu près tranquille. Elle avait déjà prévu son discours.

« Coucou c'est moi, je compte explorer l'endroit alors on ne se marche pas dessus, ok. Toi tu prends ce côté de la rue, moi l'autre, et tout se passera à merveilles. Et puis, tu sais quoi ? Si tu as un truc qui m'intéresse, et moi un qui t'intéresse, on aura qu'à l'échanger et repartir de notre côté après ça ! » Devant le porche, se mettant à genoux pour crocheter la serrure à l'aide d'une lime et d'une barette à cheveux, la brune se félicita silencieusement. Et il ne fallut que quelques secondes pour que la porte ne s'ouvre dans un petit grincement, dévoilant une Reese en position d'inferiorité caractérisé.

Heureusement, personne dans le hall pour la voir sur le moment. Elle rentra, laissant la porte ouverte au cas où elle devrait repartir aussitôt. Mais annonça sa présence ! « Salut ! » Lança-t-elle avec une pointe d'assurance dans la voix, nature peinture qu'elle était. « Je t'ai vu rentrer ici, il y a même pas dix secondes ! » Fit l'avocate en venant observer les photos sur les murs, cherchant le moindre bruit. « Bon écoute, j'ai pas l'intention de t'emmerder. Je venais juste te proposer de prendre un côté de la rue, et moi l'autre, et on se marchait pas sur les pieds comme ça. » Silence. « Bon, c'est tout. Je te laisse hein, bisous bisous ! »



Livin' on the edge
There's something wrong with the world today, I don't know what it is. Something's wrong with our eyes... ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: There's no time for us   Jeu 29 Déc 2016 - 21:23

    Le garage, puis la maison. Tout était vide, et ce n'était pas pour déplaire à Jenna, parce que ces douleurs – qu'elle refusait d'appeler des contractions – s'étaient rapprochées à 7/8 minutes maintenant. La rouquine s'était réfugiée au salon, adossée à un mur, les mains crispées sur son ventre à chaque fois que celui-ci se serrait à nouveau. Ses sens étaient en ébullition, aussi entendit-elle avec beaucoup de précision la porte grinçer, et des pas légers s'engager dans le hall.

    La rouquine tentait de camoufler sa respiration lourde et douloureuse, mais elle peinait énormément. Elle se tut au maximum alors que la nouvelle arrivante se lançait dans son petit speech, tentant de lui faire comprendre qu'elle ne voulait pas l'embêter, et qu'elle lui proposait de prendre chacune un côté de la rue. Et elle s'en allait... Elle s'en allait, au moment où une nouvelle contraction la pliait en deux.

    - Nooooooon... hurla-t-elle à moitié.

    Jenna n'était pas vraiment du style à compter sur les autres. Elle était débrouillarde, indépendante. Mais là, tout de suite, elle savait qu'elle n'arriverait pas à gérer ça seule. Elle ne savait pas vraiment ce qui se passait, ni combien de temps à allait durer, ou même si ça allait se terminer. Et encore moins COMMENT ça allait se terminer. Et pour une des rares fois de sa vie, elle mourrait de trouille. Alors il était hors de question de laisser cette fille là filer. Elle avait besoin qu'on l'aide. Tout de suite.

    - Ne pars pas.. Je...

    Se traînant comme elle le pouvait, elle traversa le salon, pour s'engager dans le couloir, devant la jeune femme. Chacun de ses mouvements était une torture, et voilà que les contractions se rapprochaient encore, lui faisant serrer les dents un peu plus. Si bien que lorsqu'elle se retrouva face à Reese, son visage devait être crispé par la douleur.

    - Je crois que j'ai un problème... Avec mon bébé.

    C'est à ce moment précis qu'elle sentit un liquide chaud couler sur ses jambes. Ses yeux s'écarquillèrent, et elle sentit les larmes envahir ses prunelles. Ce n'était pas le moment. Ce n'était absolument pas le moment. Une nouvelle vague incontrolable augmenta le débit du liquide, tandis que sa respiration se coupait à nouveau, remplacée par un long cri mêlant douleur et desespoir. Elle baissa les yeux vers le sol, et sur le carrelage blanc de l'entrée, le liquide était clairement teinté de rouge.

    - Je viens de perdre les eaux hein ? Mais... Je suis à cinq mois. Ce n'est pas possible !
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
avatar
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 560
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: There's no time for us   Ven 30 Déc 2016 - 14:26

Reese se figea à peine avait-elle passer la porte dans l'autre sens pour s'en aller et laisser la survivante ici tranquille. Le non qui retentit entre les deux femmes était poignant. Glaçant. Teinté d'une douleur puissante qui fit que l'avocate fut incapable de s'enfuir en courant. Elle craignait de savoir sur quoi elle tomberait présentement, mais elle était sûre qu'une personne ici avait vraiment besoin d'aide. Refermant la porte lentement derrière elle, l'avocate serra un peu plus les mains autour de son arme, et s'attendit à recevoir un peu tout et n'importe quoi.

Tout ça pour tomber sur une petite femme, les cheveux d'un roux visible à des kilomètres à la ronde, se tordant de douleur. Elle la suppliait de ne pas partir, elle avait un problème. Reese resta un long moment incapable de dire un mot, de seulement comprendre. Jusqu'à voir la longue tâche d'humidité s'écouler et imbiber le pantalon de cette femme, puis finalement se teinter d'un rouge aussi visible que ses cheveux. Il y avait un problème en effet, avec un bébé... Et la maman.

Durant cet instant, les deux femmes comprirent ce qui était en train de se dérouler entre elles. La rousse eut toutes les peines du monde à énoncer l'évidence qui se tramait. Elle avait perdu les eaux, en effet. A cinq mois de grossesse. Et Reese venait de mettre les deux pieds dans le plat, arrivant sur cet entrefait, incapable maintenant de dire « oui en effet, tu viens de perdre les eaux mais c'est pas ma spécialité donc je vais te laisser là et partir, hein. M'en veux pas trop. » Non. Pas son genre de renoncer.

Même si elle ne pouvait pas dire qu'elle avait peur. « OK. » Fit Reese avant de se passer une main froide sur le frond. Puis sur les joues, pour se donner du courage, se remettre le pied à l'étrier ! Elle devait agir, MAINTENANT. S'approchant de la rousse, elle se plaça à sa gauche et passa son bras autour de son épaule. Elles faisaient à peu près la même taille, mais l'avocate constata que le moindre mouvement avait l'air de la faire souffrir le martyr. Sauf que ça, elle ne pouvait rien y faire.

« Toujours quand Fawn est pas là que ça m'arrive ce genre de trucs hein... » Marmonna la brune avec une pointe d'amertume dans la voix. Elle vint placer la rousse au sol, retirant les coussins du canapé pour venir les mettre sous sa tête et rehausser légèrement son dos. « Je te préviens, ça va pas être une partie de plaisir. » De toute façon, le jeu avait apparemment déjà commencé sans leurs consentements mutuels, elles étaient plus du tout à ça près.

« Cinq mois, c'est trop tôt, ton bébé survivra pas. » Annonça froidement Reese, sans doute pour réussir à évacuer l'angoisse qui montait progressivement dans son buste et qui étreignait son cœur. « Mais tu as pas le choix, ma grande, va falloir l'évacuer et souffrir EN SILENCE. » Appuya-t-elle d'un regard très lourd, parce qu'elle ne pouvait pas gérer un accouchement et cinquante rôdeurs, et que si cinquante rôdeurs arrivaient là, maintenant, tout de suite, y'avait pas moyen qu'elle colle la rouquine sur son dos et qu'elle se mette à courir.

« Laisse-toi faire. » Ordonna-t-elle finalement en venant lui retirer ses chaussures qu'elle lança dans un coin de la pièce. Ça aurait pu être un corps à corps très sexy entre elles, surtout si elles commençaient à se déshabiller de la sorte, si la rouquine n'avait pas été en train de faire une fausse couche au milieu du salon ! Elle lui retira ensuite son pantalon, le lançant au même endroit que ses bottes, et termina de se délester de son sac. Tirant le jeté de canapé, elle le donna à la jeune femme pour qu'elle puisse s'en couvrir... Il faisait pas très chaud. Mais elles ne savaient pas non plus combien de temps ça allait durer...



Livin' on the edge
There's something wrong with the world today, I don't know what it is. Something's wrong with our eyes... ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: There's no time for us   Lun 2 Jan 2017 - 22:29

    Elle n'était pas repartie. Elle ne l'avait pas abandonnée. Et, tandis que sa mâchoire se crispait en une énième grimace de douleur, elle était excessivement reconnaissante à la jeune femme de rester à ses côtés. Enfin, elle n'était pas sûre que ça ravisse son interlocutrice, mais en tout cas, elle ne partait pas. Au contraire, elle enroula son bras autour de ses épaules, et ce contact apparut à Jenna comme un oreiller confortable sur lequel ça faisait du bien de s'appuyer. Placée au sol, calée dans les coussins, sa sage-femme de fortune lui annonça que ça n'allait pas être une partie de plaisir.

    Oh, ça elle s'en doutait. Et elle s'en rendait compte même, vu la violence des douleurs qui agitaient son corps à intervalles réguliers. Puis elle entendit d'une oreille distraite que c'était trop tôt, et que le bébé ne survivrai pas. Et étrangement, Jenna eu l'impression intime et profonde de ne pas savoir comment réagir. Après tout, elle n'en voulait pas de ce bébé. Et Leroy non plus. Du coup, c'était plutôt bien qu'il ne vienne pas les encombrer ? Et en même temps, son bébé allait mourir, elle allait perdre son enfant avant même de l'avoir connu. La rouquine ne savait pas. Elle sentait qu'elle devrait pleurer, mais n'y arrivait pas. Est ce que c'était la douleur qui bloquait les vannes de ses canaux lacrymaux ? Ou juste parce qu'elle ne ressentait pas grand chose pour ce petit être qui la squattait ?

    Par contre, souffrir en silence... Jenna envoya à la nouvelle arrivante un regard entre l'enervement et la supplique. Comment se taire ? Comment faire le silence alors qu'on lui déchirait les entrailles de l'interieur pour se frayer un passage à travers son bassin.

    - Je vais faire de mon mieux d'acc... HMMMMMMMMM !

    Elle avait serré les dents de toutes ses forces, pour retenir au maximum le hurlement que lui inspirait la contraction qui venait de la saisir au vol. Elle detestait cet enfant. Elle detestait Leroy. Elle detestait le monde entier. Elle ne faisait même pas attention à Reese qui lui retirait ses chaussures, puis son pantalon. Luke aurait pu faire tellement de remarques graveleuse au sujet des deux femmes, que si elle ne pleurait pas à l'instant présent, elle pourrait en pleurer.

    Intérieurement, Jenna priait. Elle n'était pas croyante. Elle n'avait jamais cru en quoi que ce soit. Ou alors, c'est que, quelle que soit la personne qui était là-haut, à les observer, à les diriger, avait décidé que mademoiselle Jenna Heartfield avait le droit à une des vies les plus pourries qui soient. Et pourtant, là, elle priait. Pour que tout s'arrête, que tout se termine vite. Qu'elle puisse oublier ça, rentrer chez eux, retrouver Shannon, et Leroy, leur annoncer la nouvelles, certes, mais être avec eux...

    Elle ferma les yeux, tentant de s'assoupir. Malgré le rythme des contractions, les minutes étaient longues, et bientôt quelques heures s'étaient déjà écoulées. Le regard de la rouquine se planta subitement dans celui de Reese. Elle paniquait, elle ne savait plus respirer, les hurlements se noyaient dans sa gorge tant elle essayait de les réfrener.

    - Ca ne va pas, pas du tout !
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
avatar
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 560
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: There's no time for us   Sam 7 Jan 2017 - 13:41

Elle regrettait tellement. Mais tellement. Elle avait envie de se coller des giffles depuis plusieurs heures déjà, de s'envoyer la tête contre les murs en s'insultant. Pourquoi n'était-elle pas partie en courant ? Pourquoi ? Elle aurait tellement du ! Se barrer, sans rien ajouter, en laissant cette jeune femme dans son bordel ! Si elle avait un bébé qui voulait pas vivre, c'était pas son problème finalement ! Elle avait qu'à laisser son vagin dans sa culotte, et y'aurait pas eu de soucis finalement ! C'était ça, quand on se laissait aller, ouais. Reese se jura intérieurement de ne pas se faire avoir par toutes ces conneries, elle était au-dessus de ça, elle avait pas besoin de s'envoyer en l'air pour vivre, aller bien, survivre, ne pas être une connasse enragée prête à mordre pour rien.

Cette promesse faite, la brune se reconcentra sur la jeune femme qui avait plus que besoin d'elle. Mais une évidence lui creva les yeux : il n'y avait rien qu'elle pouvait faire. En fait.. Elle n'y connaissait rien, rien du tout ! C'était affreux à dire parce que tout ça n'avait aucun sens pour elle. La douleur était-elle normale ? Et le temps que tout ça prenait ? Et pourquoi se mettait-elle à accoucher si tôt ? Qu'est-ce qu'elle allait devenir ? Devait-elle l'aider, appuyer sur son ventre ? Ou mettre ses mains... La dedans ? Reese n'y comprenait rien, mais tout ce qu'elle savait, là, maintenant, tout de suite, c'était que quelque chose n'allait pas. Mais alors... Pas du tout.

Soudainement, les contractions étaient devenues plus violentes, plus douloureuses, et la brune n'avait rien trouvé d'autres à faire que de prendre la main de la rouquine pour la soutenir. Elle s'en était retrouvée avec les doigts broyés par les bons soins de l'autre femme, sans que ça ne la soulage en rien. Au contraire, puisque Reese avait l'impression que tous les os de sa main s'étaient soudainement liquéfiés sur place. Elle avait tenté de garder bonne figure, comme pour se dire que ça allait le faire. C'était qu'un dur moment à passer. Et en fait... Pas du tout. Parce que le tapis sur lequel était allongé la rouquine s'était alors teinté de rouge.

Et Reese avait libéré sa main meurtrie pour revenir se mettre entre les jambes. Un peu bêtement, elle avait épongé l'hémoglobine avec ce qu'elle trouvait, un coussin, une couverture, un autre coussin. Mais rien à faire... Plus elle épongeait, plus il y en avait, et ses genoux avaient commencé à se colorer eux aussi. Et Reese était comme prise dans un cercle vicieux, figée par l'horreur, mais obligée de s'activer pour faire quelque chose, pour aider, limiter les dégats. Mais non... « Il y a beaucoup de sang... » souffla-t-elle d'une voix blanche. Elle mentait. Il n'y avait pas beaucoup de sang. Il y avait beaucoup TROP de sang.

Il fallait se rendre à l'évidence, elle n'avait aucune foutue idée de quoi faire. La douleur ne se calmait pas, et à chaque fois qu'elle clignait des yeux, tout allait de mal en pie. Qu'était-elle censée faire maintenant ? « Je... Je sais pas... » Répondit-elle à haute voix, à une question qui lui tournait en tête depuis quelques heures maintenant. Mais tout lui échappait, là. Absolument tout. Elle avait envie de hurler à travers la rue pour attirer Fawn à elle, mais ça n'aurait servi à rien vu que la jeune femme était à des kilomètres. Elle n'aurait fait que s'époumoner. Pour rien...

« Peut-être que ça va s'arrêter tout seul, je... » Souffla la jeune femme avant de s'interrompre. Et si ça ne s'arrêtait pas tout seul ? « J'en sais rien... » Pourquoi avait-elle fait froid et pas médecine déjà ? Pourquoi Rose n'était elle pas avec elle, présentement ? Pourquoi elle ne pouvait pas l'appeler, là, et lui demander des conseils en la matière ? Elle avait envie de se tirer une balle, avant de se rendre compte qu'à ce rythme, ça n'était pas elle qu'il faudrait flinguer. C'était cette rouquine qui souffrait le martyr, et qui allait y passer si elle ne trouvait pas le moyen de devenir chirurgien gynécologue pédiatre dans la seconde.



Livin' on the edge
There's something wrong with the world today, I don't know what it is. Something's wrong with our eyes... ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: There's no time for us   Sam 7 Jan 2017 - 22:01

    Evidemment qu'il y avait beaucoup de sang. Elle le savait elle le sentait. Déjà parce qu'elle sentait qu'elle baignait dans un liquide chaud, qui ne pouvait clairement pas être du liquide amniotique étant donné qu'elle avait déjà perdu les eaux plusieurs heures auparavant. Mais en plus, elle sentait sa tête tourner légèrement, et sa vue se brouiller. C'était un cauchemard, et elle ne demandait qu'à se réveiller. Et puis la fille en face d'elle n'avait clairement aucune envie d'être là, et elle-meme se demandait pourquoi elle était restée l'aider. La rouquine aurait abandonné, en sentant que c'était un cas perdu.

    Et puis l'impuissance de Reese la plongea dans le desespoir. Mettre un bébé au monde, c'était pas censé être si compliqué si ? Enfin... Des générations de femmes avaient fait ça avant elle, dans des conditions parfois pire qu'elle, ou même seule. Alors pourquoi elle souffrait autant, pourquoi tout ce sang, pourquoi cette impression que tout allait terriblement mal finir ?

    Ses mains se mirent à trembler, juste avant qu'elle ne saisisse ses cuisses pour les ramener vers elle avec force, dans un long hurlement qu'elle tenta d'étouffer au maximum. Son corps venait de lui envoyer un signal, une sorte d'instinct primal qui lui ordonnait de pousser. Un besoin, au plus profond d'elle, comme si c'était chose qui comptait le plus au monde. Elle devait pousser. Ce besoin viscéral transforma sa voix en un râle, presque animal. L'accouchement peut revêtir de nombreux aspects. Pour certaines, il se fait dans le silence, dans la concentration, parfois même dans la zénitude la plus profonde, tellement que leurs traits détendus ne laissent même pas penser qu'elles sont en plein travail. Pour d'autres, c'est le pire moment de leur vie, elles hurlent et pleurent de ne plus jamais recommencer tant l'instant est intenses et les nerfs à fleur de peau.

    Dans le cas de Jenna, et d'autres, le travail fait remonter toute l'animalité qui dort en nous. La femme si gracieuse se recroqueville, comme une bête blessée, et ses grognements ne donneraient en rien l'envie de s'en approcher. Elle poussait. A intervalle réguliers, sur les contractions. C'est formidable de voir ce dont est capable la nature, parce qu'elle n'avait fait ça qu'une seule fois, finalement, avant, mais ça revenait instinctivement.

    Enfin, elle sentit cette sensation si particulière. Une boule qui glissa hors d'elle. Loin de la taille qu'avait pu avoir son premier enfant. Elle savait que ce bébé là serait petit. Bien trop petit, bien trop fragile. Elle ne s'attendait pas à l'entendre pleurer, ou même à entendre Reese s'extasier sur une respiration spontanée.

    Il serait mort en naissant, restait à savoir ce qui allait advenir d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: There's no time for us   

Revenir en haut Aller en bas
 
There's no time for us
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» Choucroute time !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: