Partagez | 
 

 Hannibal | Hurra, diese Welt geht unter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
MessageSujet: Hannibal | Hurra, diese Welt geht unter   Jeu 24 Nov 2016 - 23:40


Hannibal Koenig
33 années • Germano-Américain • Agent d'entretien • American Dream

i've got a war in my mind


Hannibal a toujours été le genre de type qu’on ne veut pas trop approcher. Pas qu’il ait l’air menaçant, la faute revient plus à son caractère renfermé qui le fait paraître froid et aigri. A vrai dire, au fil du temps, ce qui n’était qu’une façade est devenu réalité. Dans un cadre neutre, dans lequel aucun mort ne viendrait troubler la discussion, c’est tout au plus quelques réponses brèves qui seront récoltées. Cependant, ceux qui parviendront à établir une conversation avec le blond pourront découvrir une nature calme et sérieuse. Peut-être parfois trop, le qualifier de rabat-joie ne serait là qu’une réalité qu’il ne fera que nier, révélant alors son côté borné qu’on aurait presque pu assimiler à de l’insolence. Au détour d’une conversation particulièrement houleuse, c’est une forte tendance à jurer, que ce soit en anglais ou en allemand, qui en ressortira.

Solitaire, il a prit l’habitude de se débrouiller seul, avec les moyens du bord et de ne dépendre de personne, d’autant plus à l’heure de l’apocalypse où éviter les vivants comme il le faisait avec les morts était devenu une priorité pour l’homme alors qu’une certaine méfiance s’était emparée de l’allemand.

Et alors qu’au début de l’apocalypse Hannibal ne se souciait pas réellement du danger, frôlant l’inconscience, ne semblant alors pas craindre ce qui l’entourait, une rencontre le fit radicalement changer. Comme si une raison de rester en vie l’animait désormais, Hannibal était redevenu l’homme protecteur et attentionné qu’il avait été il y a de cela une dizaine d’années, changeant radicalement sa manière d’évoluer parmi les morts.

Tandis que finalement les plus téméraires auront percé sa carapace, c’est presque une nouvelle personne qu’ils découvriront une tout autre personne, parfois jovial et souriant, légèrement moqueur même.


and blood on my hands


Si Hannibal disposait d’un air aigri, son physique semblait n’aider en rien à radoucir son image. De sa mâchoire carrée à ses yeux d’un bleu sombre, rien ne semble vous inciter à l’aborder. Bien trop souvent, une grimace perplexe sera collée sur ses traits durs, laissant deviner, selon le contexte, ennui ou réticence. Sa peau claire, peu marquée par le soleil ainsi que la blondeur de ses cheveux trahissent sans grand mal ses origines. Outre son visage, et en plus de son mètre quatre-vingt, sa carrure trapue ne fait qu’accentuer ce côté ‘vieil ours’ qui semble si bien le caractériser. Son physique sec reste éloigné de l’éphèbe finement sculpté, ne laissant à l’homme qu’une musculature peu marquée mais néanmoins présente, entretenue par ses années au sein de l’armée.

Loin de prendre soin de son style vestimentaire, Hannibal est toujours resté simple. Pas d’extravagances si ce n’est son bleu de travail qu’il portait dans l’établissement scolaire où il œuvrait. De vieux jeans ainsi que des gros pulls ou de banals t-shirt selon le climat. Le tout parfois agrémenté d’une veste en cuir, seul détail qu’il semblait réellement apprécier et auquel il se tenait. Finalement, des chausses en cuir quelque peu usées mais toujours aussi résistantes venait compléter sa tenue qui restait généralement dans des tons sobres bien que majoritairement foncés.


Du peu de biens dont il disposait avant le début de l’épidémie, il ne lui reste presque rien. Ses dogtags, souvenir de son passif militaire reposent presque fièrement à son cou tandis qu’il ne s’en séparerait pour rien au monde. Soigneusement rangé dans son sac, un vieux paquet de clopes de piètre qualité attend d’être vidé ou remplit par les survivantes d’un autre paquet resté à l’abandon, à cet attirail vient donc se rajouter un simple briquet BIC qui ne survivra pas beaucoup plus longtemps. Aussi, et depuis sa rencontre avec Berekia, un paquet de mentos patiente dans l’une des poche arrière d’Hannibal, car si il voulait avoir une chance d’approcher le brun, une haleine convenable était requise.  

Pour finir, son armement demeurait simple, n’entravant en rien ses déplacements. Un Glock 25 qu’il avait embarqué avec lui tandis qu’il quittait son premier refuge avait désormais sa place contre sa cuisse, glissé dans un holster, ne le quittant pas souvent, car devenu trop bruyant ; le sommeil des morts était léger, risquer de les réveiller n’avait jamais été une bonne idée. Un second chargeur uniquement rempli de deux balles, sinistrement symboliques, relevant une crainte à chaque fois qu’il mettait accidentellement la main dessus. Pour pallier au bruit de l’arme à feu, un simple couteau cranté avait gagné sa place dans un fourreau à sa ceinture, le nombre de rôdeurs tués à l’aide de ce dernier n’était plus vraiment compté.


a storm is coming


Berlin Est, 1983 à 1990. C’est dans une Allemagne déchirée en deux que Hannibal est né. D’une famille des plus modeste contrairement à ce que son nom aurait pu laisser entendre. Dans ce contexte particulier que fut la Guerre Froide, les restrictions imposées rendaient la vie encore plus difficile. Le déclin progressif que connaissaient les administrations du Parti n’était en rien d’une grande aide dans une période où l’espionnage et la délation dominaient. Des personnes disparaissaient parfois sans laisser de trace. Sortir de Berlin Est nécessitait des visas trop rarement délivrés pour que ces disparus aient simplement quitté la ville. On savait ce qu’il se passait, mais on préférait taire les évènements, par peur de la répression, par peur de perdre ce qu’il restait encore. Alors on courbait l’échine et on pleurait en silence et on essayait de passer à autre chose, espérant qu’un jour BRD et DDR ne formeraient à nouveau qu’une seule et unique Allemagne. Hannibal n’avait que six mois alors que son père fut arraché du foyer familial. La famille n’était pas impliquée dans une quelconque rébellion et avait toujours été discrète. La veuve fit de son mieux pour élever son fils, vivant dans la crainte d’être la suivante. Le tout dura pendant encore six années, jusqu’à ce que le Mur finisse par tomber durant la nuit du 9 novembre 1989. Rien que le jeune garçon ne puisse réellement comprendre.

Alors que Hohenschönhausen, la prison de la Stasi, s’était vidée de ses occupants, l’espoir de retrouver des proches brutalement enlevé était né dans les cœurs des Berlinois de l’Est. Espoir que la femme n’avait partagé que durant un court moment. Survivre six longues années dans ce genre d’établissement relevait du miracle et l’homme n’avait pas eu cette chance.
Après des mois de deuil et à l’aube du septième anniversaire de son fils, la pauvre mère finit par prendre la décision d’émigrer aux Etats-Unis.  


C’est dans les quartiers difficiles de Boston que Hannibal avait grandit. Bien que discret, le jeune garçon semblait avoir un don pour s’attirer des ennuis, peu aidé par sa difficulté à s’exprimer en anglais et les préjugés tournants autour des allemands, qui plus est des allemands de l’Est. La fin de la Guerre Froide n’avait pas retiré toute la rancœur dans les esprits des américains et les avis désobligeants des parents devenaient celui de leurs enfants. Devenant peu à peu bagarreur, répondant alors que des insultes dissimulées derrière un commentaire provoquant était formulé. L’école ne l’intéressait pas. Il était médiocre, au grand désarroi de sa mère qui voulait seulement faire de lui quelqu’un de bien, quelqu’un qui pourrait s’en sortir dans la vie. Être heureux. Des choses qu’elle n’avait pas pu obtenir avec la séparation du pays. Quoi qu’il en soit, Hannibal n’était jamais parvenu à aller loin dans ses études. Les échecs, il connaissait, peut-être même trop bien.

C'est en 2001, alors qu'il aurait dû redoubler pour la seconde fois que le blond prit la décision de tout arrêter. Uniquement poussé par sa mère qui désespérait de le voir perdre son temps et ne s'attirer que des ennuis qu'Hannibal s'engagea dans l'armée américaine. Simple soldat sans la moindre importance, notre homme semblait avoir des difficultés à entrer dans le rang. Cependant, et dans une volonté de ne pas décevoir une énième fois sa génitrice, le jeune homme fit nombre d'efforts, animé par la volonté de ne pas connaître une nouvelle fois l'échec. Laissant son ego de côté, usant de sa fougue pour se faire bien voir de ses supérieurs, il s'était adapté à la vie militaire. Quatre années s'étaient écoulées et lors de sa deuxième mission en Irak, Hannibal y avait rencontré Jeremiah, l'un de ses supérieurs, chargé du commandement de la troupe du blondin.

La relation entre les deux hommes avait d'abord était tendue, le courant ne passant pas, alors qu'Hannibal faisait preuve d'insubordination à l'égard de son supérieur. Peut-être était-ce dû au fait que ce dernier venait remplacer le précédent Caporal avec qui le blond avait développé une forte amitié. Quoi qu'il en soit, ce n'est qu'à leur retour au pays et durant la période de décompression qu'ils finirent pas commencer à s'apprécier. Quelques verres d'alcool détenaient cette rare qualité de pouvoir faire tomber tous les murs. Ou du moins, les moins épais. Il en avait fallu un peu plus pour que, 2 années plus tard, les dernières barrières s'effondrent, tandis qu'ils commençaient à se fréquenter de manière plus intime. Deux nouvelles années s'étaient écoulées. Les deux effectuaient des missions au Moyen Orient. Parfois ensemble, d'autres fois en décalé. Une relation bancale qui avait cependant permis à Hannibal de garder la tête hors de l'eau alors que sa mère avait rejoint son père. Elle était morte durant la nuit. Aucune douleur selon les médecins. Avec cela, le blond prit sur lui, délaissant Boston et ses mauvais souvenirs pour Seattle et l'appartement rassurant de son amant.

On dit que les bonnes choses ne durent qu'un temps. Hannibal ne dérogeait visiblement pas à cet adage. Ils avaient eu la chance d'être envoyé en mission sur la même base d'opération. Sur les six mois qu'ils devaient y passer, il n'en restait plus qu'un. Le passage à l'année 2009 avait été célébré dignement quelques jours auparavant. Le sentiment oppressant d'être constamment en danger avait presque été effacé des cœurs des soldats tandis que tout était calme depuis de longues semaines. Peut-être était-ce là la raison pour laquelle le groupe mené par Jeremiah était tombé dans une embuscade. Peut-être étaient-ils juste au mauvais endroit au mauvais moment. Quoi qu'il en soit, trois jours plus tard, c'est avec le corps sans vie de son compagnon qu'Hannibal se voyait rapatrié. Durant de nombreux jours, le désormais ancien militaire tournait en rond dans cet appartement trop grand pour lui tout seul, trop vide aussi. Lentement, il s'enfonçait dans sa solitude, se renfermant de nouveau, laissant la dépression s'emparer de lui. L'alcool aidait. Lui permettant durant quelques heures d'oublier. Plus personne n'était là pour le relever de toute manière. Les ivrognes, on les ignore.

Ne prêtant plus aucune attention au monde qui l'entourait, il avait prit le volant après avoir bu les verres de trop. Pour aller où, dans quel but, personne n'aurait jamais la réponse. La course s'était terminée contre un arbre et Hannibal était resté dans le coma quelques jours. Il aurait dû y passer. Peut-être même qu'il l'avait à un moment souhaité. Voir des psychologues à répétition l'avait poussé à cesser d'avoir l'air d'un cadavre. Non pas qu'il allait réellement mieux, mais il désirait seulement rentrer chez lui. Doucement, la vie reprenait son rythme alors que les visites chez sa psychologue s’espaçaient de plus en plus. Avec quelques fonds qui lui restaient, Hannibal s'était permis d'acheter une vieille cabane de chasseur. Éloignée de la ville, il s'y rendait alors que son moral rechutait. Se contentant parfois de simplement se ressourcer, œuvrant pour la remettre en état le reste du temps. S'activer lui permettait, tout comme l'alcool quelques mois auparavant, de penser à autre chose. Finalement, le blond était parvenu à trouver un emploi dans un lycée. Rien de fameux, puisqu'il occupait une place d'agent d'entretien. Cependant, cela lui permettait de rester en activité. De ne pas continuer à se morfondre dans sa cabane perdue dans les bois.

on the highway to hell


C’était un jour banal. Identique à ceux qui l’avait précédé et probablement identique à ceux qui viendraient. Il se levait pour se lever, allait gagner sa croûte, rentrait fatigué et toujours un peu plus las. Il commençait à connaître les moindres recoins de ce campus qu’il arpentait depuis près de 4 ans, en cette mi-octobre, les cours avaient normalement repris et il n’était à nouveau qu’une ombre dans les couloirs. Le sale temps et l’arrivée de l’automne ne constituaient en rien une partie de plaisir pour l’agent d’entretien. La cloche venait de sonner il y a de cela quelques minutes et les couloirs retrouvaient peu à peu le calme que notre homme savait apprécier. L’heure était venue pour lui de s’afférer à ses tâches qu’il effectuait d’une manière mécanique sans vraiment prêter la moindre attention à ses gestes. C’est un cri strident, presque effrayant, qui le fit réagir tandis qu’il était jusqu’alors insensible aux éléments qui l’entouraient. Passant la tête hors de la salle qu’il s’appliquait à nettoyer de manière méthodique, Hannibal avait alors fait face à une véritable scène d’horreur. Un étudiant qu’il ne reconnaissait pas réellement venait de planter ses dents dans l’épaule de ce qu’il reconnaissait comme une enseignante, de quelle matière ? Hannibal n’en avait cure à vrai dire, probablement l’une de ces matières à l’énoncé faramineux et vendeur qui faisait miroiter une discipline fort intéressante. Le blond avait alors croisé son regard. Entre la douleur et le sang ayant éclaboussé son visage, il avait aperçu la terreur dans ce regard implorant. Il aurait pu aider, faire lâcher prise à l’élève. Mais à quoi bon ? Des histoires circulaient dans le pays. Des cas étranges. Des hommes qui s’en prenaient aux personnes venues les secourir. Des hommes qui ne tombaient pas sous les balles des policiers tentant de les arrêter. Mais Hannibal n’était pas un héros. Il ne l’avait jamais été. Et il ne le serait probablement jamais. Alors il avait juste fuit.

Son premier mort, Hannibal l’avait achevé tandis qu’il rejoignait sa voiture à l’aide du balai qu’il avait oublié de reposer. Ça n’avait pas été de sa propre volonté. Uniquement de la légitime défense alors que la créature s’était dirigée vers lui, la gorge ouverte en une plaie béante, sanguinolente, telle que personne n’aurait pu s’en relever et continuer de déambuler ainsi. Le coup avait envoyé le mort-vivant déjà claudiquant au sol alors qu’il parvenait, non sans mal, à atteindre le cerveau de la chose dans un craquement sinistre.
Comment comprendre ce qu’il se passait ? L’armée allait bien intervenir. Faire cesser cette folie. Et comme tout humain, le premier réflexe d’Hannibal une fois rentré chez lui fut d’allumer la télévision. Prendre connaissance de ce qu’il se passait. Des mesures qui allaient être prises. En début de soirée, la fermeture des établissements scolaires était proclamée et ce, jusqu’à nouvel ordre. Plus les heures passaient, plus les événements semblaient se précipiter. On parlait de journalistes attaqués en pleine rue alors qu’ils cherchaient à témoigner pour leurs chaines. Le lendemain, on commençait à parler d’émeutes dans quelques grandes villes. En une journée, une part d’humanité semblait avoir été retirée chez chaque personne peuplant les Etats-Unis. Alors qu’on demandait aux populations de se barricader, Hannibal choisit de quitter Seattle. Il se contenta de prendre de quoi tenir quelques jours, le temps que ça se tasse. Et tandis que les émeutes naissaient aux quatre coins de la cité, le blond quittait la ville. En quête de calme, il ne voulait pas les morts à sa porte ni les émeutes sous sa fenêtre. Dans les jours qui avaient suivit, la plupart des médias n’étaient plus. Seuls des messages tournant en boucle demeuraient sur les chaines et quelques fréquences tenues par ce qui semblait être des militaires continuaient d’émettre de manière discontinue. On parlait de camps de réfugiés, de zones de quarantaine.

Peu à peu, le monde semblait s'effondrer.

Solitaire qu’il était, Hannibal prit la décision d’évoluer sans personne d’autre. Alors que certains œuvraient pour protéger leurs familles brisées ou même de simples inconnus qui auraient eu besoin de plus de temps pour s’adapter et faire face aux ravages de l’apocalypse, d’autres saisissaient l’opportunité offerte par le soulèvement des morts, tentant de s’emparer d’un pouvoir qu’ils n’avaient auparavant jamais pu obtenir. Sortant de leurs vies miteuses et sans intérêt, trouvant dans quelques groupes l’attention d’autres, peut-être trop faibles pour gouverner, seulement taillés pour obéir. Peur de prendre des responsabilités ou peur de se soumettre, allez savoir. Il n’était pas non plus un meneur dans l’âme ou bien un suiveur. Etre soldat pendant dix années lui avait suffit.  Hannibal, de son côté avait donc choisit de se réfugier dans une cabane de chasseur. Non qu’il chassait ou avait déjà chassé mais ce lieu, il l’avait acheté auprès d’un garde forestier alors qu’il sortait de sa dépression. Un lieu à lui où il avait pour habitude de se réfugier quand il sentait la rechute proche. Un lieu isolé parfait pour se barricader.

Durant un peu plus de deux semaines, il était parvenu à survivre dans la cabane, non pas qu’une telle catastrophe ait été prévue, ou du moins, pas de ce genre. Puis il avait fallu bouger. Les rues avaient été désertée de toute présence vivante, à l’instar des rôdeurs, il avait commencé à errer aux alentours de Seattle, ne restant jamais loin dans le cas où la situation finissait par s’arranger, répondant désormais à ses besoins grâce du pillage des maisons abandonnées par leurs propriétaires. A ses débuts, il n’avait pas osé. Passant dans les boutiques et laissant même parfois une somme d’argent sur le comptoir, dans un faux espoir qu’un jour tout redeviendrait normal, et que les tenants regagneraient leur boutique.

C’est lors d’une de ses visite dans un quartier de la banlieue de Seattle qu’il tomba sur Berekia. Ou du moins que Berekia lui tomba dessus. Personnage étrange qui avait jusque là réussi à survivre Dieu seul sait comment. Il avait été le premier humain qu’il croisait depuis près de trois mois. Après l’avoir débarrassé du vorace qui le pourchassait, Hannibal en apprit un peu plus sur l’homme. Lui aussi errait sans but depuis le début. Pourtant, faire la route en compagnie d’un autre n’avait pas enchanté l’allemand au premier abord. Il avait même tenté de s’en séparer, à chaque fois d’une manière plus ou moins subtile qui lui avait été propre. Une méfiance était née ; et quand bien même aurait-il eu confiance, la charge d’une personne à protéger demeurait trop lourde aux yeux de l’ancien militaire. On était alors en novembre, mais Hannibal avait cessé de compter les jours. Plus de batterie sur son portable, laissé à l’abandon dans une maison qu’il avait visité, pas l’envie de tenir un calendrier pour se repérer.

Et finalement, Berekia s’était avéré plein de ressources. Car si Hannibal avait apprit à y faire face aux rôdeurs, les humains n’étaient en rien son fort. Et tandis qu’un groupe hostile était venu chercher la confrontation avec les deux compagnons de route, ce dernier était entré dans le jeu du groupe. Mis à mal, blessé et incapable de reprendre immédiatement la route ou même de se mouvoir tel qu’il l’aurait fait au meilleur de sa forme, l’écossais avait été forcé de prendre le relai, effaçant la méfiance qui avait vu le jour quelques semaines auparavant et forçant le belligérant à admettre qu’il avait besoin de quelqu’un. Et si la bonne humeur parfois affligeante de son nouveau camarade semblait le consterner dans les moments les plus critiques, l’un de ces sourire bienveillant pouvait de plus en plus souvent être aperçu, pointant discrètement sur les lèvres d’Hannibal.

Un rapprochement plus que certain s’était opéré après de longs jours de vie sur les routes. La décision de désormais éviter de rejoindre un quelconque groupe avait été commune. Ce rapprochement n’avait jusque là été que platonique. Du moins, pendant un temps. Les fêtes avaient une place dans le cœur de Berekia ; que ce soit Thanksgiving, Noël ou même le Nouvel An, il y tenait. Incapable d’argumenter contre si ce n’est en arguant qu’ils ne connaissaient même pas la date, Hannibal avait cédé, osant retrouver durant un instant la normalité de l’ancien monde. Et bien que l’heure soit aux réjouissances, il avait prit la responsabilité de rester sobre, dans le cas où ils se retrouveraient face à une nouvelle situation, laissant à son camarade les joies de l’alcool. La fatigue commençait à se faire ressentir, assez pour qu’il aille se coucher, non loin du feu, mais pas assez pour qu’il s’endorme. A la place, la blond se contentait de fixer l’autre homme, repensant à ce qu’il s’était passé depuis le début de l’épidémie.

La voix de Berekia brisa le silence, alors qu’il se rapprochait lentement du somnolant. Plissant le regard, demeurant immobile alors que leurs lèvres se frôlaient de manière chaste. Les mots avaient été prononcés. De manière presque innocente. Il n’avait rien attendu de plus avant de s’étendre à ses côtés. Face à sa propre incapacité à réagir, Hannibal avait seulement porté son pouce à ces propres lèvres, effleurant le point de contact. Etait-ce l’alcool qui agissait et parlait à la place de Berekia ? Peut-être aurait-il tout oublié le lendemain. Son entêtement à toujours chercher réponse à tout était loin de l’aider sur ce coup là. Ainsi préféra-t-il tout faire reposer sur la boisson et sombra à son tour dans les bras de Morphée.

Pour une fois, l’allemand s’était levé le premier, chose rare à vrai dire. Son compagnon d’infortune reposait à ses côtés, sans autre protection contre le froid que ses habits. Effaçant les événements de la veille, il plaça sa propre couverture sur le dos de l’endormi, s’en allant ouvrir les dernières conserves de fruits qu’il restait. Rien de bien fameux. Il avait tâché de ne pas faire de bruit, respectueux du sommeil de son acolyte. C’est pourtant un Berekia bien éveillé qui accueillit son retour. Et tandis que l’un croyait les péripéties de la veille oubliées, l’autre avait saisit l’opportunité offerte lors du service du petit déjeuner, scellant leurs lèvres de manière bien moins chaste que la veille. Le blond s’en était détaché, toujours aussi incertain et le brun l’avait fixé jusqu’à finalement le convaincre.

Alors que les mois passaient et qu’une routine s’était installée, Hannibal veillait désormais sur son compagnon, ayant trouvé une raison de rester en vie. Dans les jours les plus calmes, où les maisons visitées offraient de quoi tenir plus longtemps qu’à l’accoutumée, le blond tentait d’apprendre à Berekia comment se défendre face aux morts. En attendant, c’est recouverts du sang des morts qu’ils voyageaient, circulant avec plus de facilité entre les cadavres, ne serait-ce que pour retarder le moment tant redouté où il n’y aurait plus d’échappatoire. Alors que le temps passait, les rations venaient à manquer. Trouver de quoi se nourrir nécessitait de plus grands déplacements, les risques à prendre étaient plus grands. Chaque jour, la faim se faisait de plus en plus sentir, Hannibal tentant parfois en vain de laisser sa part à Berekia. Des disputes éclataient même par moment, plus souvent qu'avant en tout cas. C'est uniquement désireux de conserver les liens qu'il partageait avec le brun qu'Hannibal cédait, faisant de son mieux pour ne pas perdre le peu de contrôle qu'il avait déjà sur la situation.

Lors de l'une de ces sortie qui n'apporterait sûrement qu'une maigre récompense, recouverts de sang de vorace et dégageant une odeur des plus morbide, les deux progressaient au mieux. Ils ne tarderaient pas à se trouver dans une situation critique si rien n'était fait. Les deux compagnons avaient croisé la route de Zack. Hannibal avait voulu l'éviter, le laisser se débrouiller ; ils avaient d'autres problèmes, bien plus importants à ses yeux. Seule leur propre survie comptait à présent. Il avait bien entendu fallu que Berekia lui force la main, ne laissant aucun choix que de le suivre dans l'attroupement de morts. Plus tard, à l'abri des cadavres, la proposition de rejoindre un groupe avait été énoncée. Et tandis que sans concertation autre qu'un échange de regards intenses, la proposition était acceptée par le brun. Sans manquer de montrer sa réticence il avait finalement suivi, le pas traînant alors que des jurons franchissaient ses lèvres.


time to meet the devil

• pseudo › Nat'.
• âge › 21 ans.

• comment as-tu découvert le forum ? › Berekia.
• et tu le trouves comment ? › J'aime. Je veux planter ma tente juste ici, au fond du jardin, ça dérange pas ?
• présence › Variable. Disons 5/7.

• code du règlement › Ok - Jay
• crédit › de la bannière et du gif, écrire ici
passeport :
 

fiche (c) elephant song.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Hannibal | Hurra, diese Welt geht unter   Jeu 24 Nov 2016 - 23:41

Bienvenue !!

J'aime beaucoup le choix d'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Maxine Preston
Fondatrice
avatar
Date d'inscription : 10/11/2013
Messages : 6880
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Hannibal | Hurra, diese Welt geht unter   Jeu 24 Nov 2016 - 23:42

Bienvenue Hannibal :099:


What if I wanted to fight ?
I tried to be someone else, but nothing seemed to change. I know now, this is who I really am inside. Finally found myself, fighting for a chance. I know now, this is who I really am...©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
avatar
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 2055
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Hannibal | Hurra, diese Welt geht unter   Jeu 24 Nov 2016 - 23:45

Aaaaaaaaaaaa !!
Vive sense8 !!!!! Very Happy (ahah)

Bienvenue Smile


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 2070
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Hannibal | Hurra, diese Welt geht unter   Jeu 24 Nov 2016 - 23:49

Et bienvenue à toi aussi ! :MisterGreen:
Je plussoie l'avatar également, pour Die Welle


Got no regrets, can't get knocked down, you'll remember my name, and that makes me dangerous. MAIZ.
Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3683
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: Hannibal | Hurra, diese Welt geht unter   Ven 25 Nov 2016 - 0:29

Bienvenue chez nous Very Happy
Si tu veux j'ai un grand jardin dans ma faction et y a largement de la place pour ta tente. What a Face


₪ You Don't Stop Being A Soldier Because You Got Wonded In Battle ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #66cccc

Absent du 29/03 au 07/04
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Hannibal | Hurra, diese Welt geht unter   Ven 25 Nov 2016 - 10:09

Bienvenue parmi nous! :MisterGreen: J'espère que tu te plairas par ici!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Hannibal | Hurra, diese Welt geht unter   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hannibal | Hurra, diese Welt geht unter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Hannibal saison 2
» Avez vous déjà vu ? Pennywise, the Butcher et Hannibal Lecter en viré.
» Edward Hannibal " Blackbeard " Teach - Carnet de bord ♥ !
» Hannibal RPG
» Hannibal RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives Fiches :: Fiches Abandonnées / Refusées-
Sauter vers: