Partagez | .
 

 It's been a long dream

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur
Message
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: It's been a long dream   Mar 22 Nov 2016 - 0:36


''It's been a long dream''
ft. Rowen





Aieutant un instant les nouveaux habits de son ami, la jeune femme ne pouvait nier qu'il avait perdu du poids depuis le début, déjà qu'il n'était pas bien en chair, il était encore plus maigre. Mais les habits qu'il avait maintenant lui allaient mieux que les guenilles qu'il portait en venant, ça plus sa nouvelle coupe de cheveux, il avait bien meilleure allure. Souriant un peu plus, ravie de retrouver en partie l'apparence bien plus familière de l'Américain, le sourire de Rosaleen s'élargit encore un peu plus quand Rowen accepta d'aller voir le potager.

Tous les deux se remirent donc en route vers la pièce qui leur avait été donnée. Elle était vide jusqu'alors, et la jeune femme ne s'était même pas rendue compte à quel point chacun avait peu à peu marqué son territoire, fait en sorte que chaque pièce soit propre à soi, comme pour se retrouver une identité, un chez-soi. Elle repensa un court instant à la pièce où elle était, elle aussi était vide, grise, quand elle était devenue du dehors, elle lui ressemblait maintenant bien, en tous cas la peinture du château de Caerphilly qu'avait fait Ayden lui correspondait et la rassurait. Elle s'y sentait bien désormais, un peu comme chez elle.

Perdue dans ses pensées, la rousse s'arrêta net à la question de Rowen. Inconsciemment, elle sera un peu plus fort contre elle les habits qu'elle avait emporté pour la quadragénaire et le regarda d'un air un peu interdit. Que pouvait-elle bien répondre à cela ? Est-ce qu'elle dormait seule ? Des fois oui, des fois non, elle ne savait même pas. Mais il ne servait à rien de lui mentir, autant lui dire la vérité, elle lui cachait déjà suffisamment de choses. Posant son regard dans celui du brun, elle tenta un petit sourire.

« Ça dépend. C'est... compliqué. »

D'un seul coup, la situation était devenue bizarre. Rosaleen était touchée que son meilleur ami s'inquiète ainsi de sa propre situation, même après tout ce qu'ils avaient traversé là-dehors, il pensait encore à elle avant tout. Mais d'un autre côté, elle se sentie à nouveau perdue dans sa propre histoire. Et si Rowen venait à lui demander si elle était en couple ? Que pourrait-elle bien répondre ? Elle ne le savait même pas réellement, ils n'en n'avaient encore pas parlé posément avec Ayden et tout était... trop compliqué. Soupirant doucement, elle donna un petit coup d'épaule à l'Américain, souriant pour masquer son trouble.

« Je suis contente que vous puissiez rester ensemble, et vous pourrez enfin dormir sur vos deux oreilles. »

Bon, peut-être pas ''comme avant'', parce-qu'ici il y avait pleins de gens qu'ils ne connaissaient pas, et que même si c'était plus sécurisé que dehors, ils ne pourraient sûrement pas de décharger en un instant de toute l'angoisse accumulée en une année. Mais ici, ce serait toujours mieux que dehors. Au fond, la jeune femme n'en savait pas grand chose, elle n'avait jamais eu à dormir vraiment dehors, les seuls jours qu'elle avait passé à l'extérieur avaient été dans une cave humide et sombre alors... elle peinait à se figurer comment c'était réellement, ne comprenant même pas au quart tous les dangers, mais elle n'était pas suffisamment idiote pour ne pas comprendre que, comparé au lycée, ce n'était en rien une partie de plaisir.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Rowen Defreine
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 17/11/2016
Messages : 56
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: It's been a long dream   Mar 22 Nov 2016 - 18:22

« Ça dépend » ? « Compliqué » ? Qu’est-ce que ça pouvait bien signifier ? Dans le code de leur monde d’avant, ça aurait voulu dire que la jeune femme voyait quelqu’un sans s’avoir s’ils étaient réellement ensemble, mais… Rosaleen n’avait jamais trop été le genre de fille aux conquêtes éphémères. Ou en tout cas, elle l’avait très bien caché à Rowen ! Il la voyait comme quelqu’un qui avait besoin d’être amoureuse, de partager des pensées, des rires, des silences ; pas du tout celle qui s’offrait sans certitude. Enfin… leur « fin du monde » avait changé bien des choses et bien des gens. L’illustrateur ne comptait pas la juger, bien au contraire. Il était son ami, il voulait surtout savoir et comprendre ; se mettre à jour en quelque sorte.

- Oui, ça c’est… super, oui. Ça va vraiment être nouveau, acquiesça-t-il avec un sourire troublé.

Ils arrivaient à hauteur de leur salle de classe, alors il avait relégué sa question. A l’intérieur, April somnolait sur le lit de camp, enroulée dans les couvertures, leur tournant le dos. Elle devait être exténuée, c’était compréhensible. Sans un bruit, le brun abandonnant ses fripes dans un coin près de la porte – à défaut de pouvoir les jeter tout de suite – et laissa la soigneuse déposer les vêtements sur l’une des tables encore là. Ils s’absentèrent alors sur la pointe des pieds, reprenant leur route vers le potager.

Cette fois, Rowen suivait complètement son amie, parce qu’il n’avait absolument aucune idée de la direction à prendre. Ils croisèrent deux ou trois couples de personnes auxquels il dit « bonsoir » poliment et timidement. Comment devaient-ils se comporter ici ? Est-ce qu’ils se connaissaient tous ? Est-ce qu’ils étaient comme les habitants d’un même immeuble dont certains ne se croisaient jamais ? Est-ce qu’il y avait des moments de vie commune ? Il n’en avait absolument aucune idée et craignait de ne pas être à la hauteur. Par extension, il ne voulait pas causer de soucis à Rosaleen. C’était elle qui l’avait ramenée, avec cette… Alex, un peu flippante sur les bords d’ailleurs.

- Alors… c’est « compliqué », c’est ça ? Tu ne veux pas m’en parler ?

Il avait osé remettre les pieds dans le plat mais lui offrait un grand sourire pour l’encourager. Il n’était pas jaloux, non. Avant toute chose, l’illustrateur souhaitait qu’elle soit heureuse et, en plus, il n’y avait aucun pacte d’exclusivité entre eux deux. Ils étaient amis, meilleurs amis, c’était tout. Même si son cœur battait un peu fort chaque fois qu’il croisait son regard, c’était un secret. Un secret qu’il chérissait comme un trésor. Voyant toutefois que la rouquine n’avait pas l’air enthousiasmée par le sujet, Rowen tenta de tempérer sa curiosité :

- Euh… tu n’es pas obligée tu sais ? Je veux dire, ça m’intéresse forcément ; si tu as un petit ami… ça me ferait plaisir de savoir que c’est le cas. Enfin je devine que tu faisais référence à un copain mais… hum… c’est pas ça ? C’est que… on n’a pas trop le temps pour ça dehors, alors si tu as pu avoir l’occasion de rencontrer quelqu’un c’est… euh…

Ses sourcils se froncèrent, il s’était finalement complètement embrouillé dans son discours. Après autant de temps à vivre comme un bête, difficile de retrouver les astuces de la vie en société, même avec quelqu’un de proche. Machinalement, il s’était mis à gratter l’arrière de son crâne et fixait le bout de ses pieds. D’ailleurs, ses chaussures aussi avaient du vécu, il aurait peut-être dû en prendre des nouvelles aussi. Ils avaient l’air d’atteindre la porte qui donnait sur l’extérieur : la fraîcheur du soir de novembre glaçait déjà le couloir, l’illustrateur se dit qu’il aurait aussi pu penser à un manteau. Frictionnant ses épaules, il essaya finalement de se rattraper :

- Laisse tomber, on n’est pas obligés d’en parler. Montre moi plutôt ton potager : ça fait un an que j’en ai pas vu, mais je suis sûr que ça reste le potager le plus réussi de Seattle.



   
Never let up my hold
I'm counting on heart like yours to keep me burning ; to keep me up 'til two in the morning. You be bright when I'm starting to rust ; you be why behind the what.
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: It's been a long dream   Mar 22 Nov 2016 - 23:13


''It's been a long dream''
ft. Rowen





La Galloise se rendit bien compte que Rowen n'était pas pleinement satisfait par sa répondre, rien qu'à voir son sourire un peu crispé et sa réponse peu assurée, mais elle ne releva pas, peu envieuse d'entrer dans des détails qui risquaient de la mettre dans une posture délicate. De toute façon, ils arrivaient à la chambre qui leur avait été donnée et April dormait alors... autant ne pas commencer à discuter ici. Après avoir déposé les habits sur une table, la rousse attarda un instant son regard sur le visage de la quarantenaire ; il était marqué, tiré de toutes ces épreuves qu'ils avaient eu à traverser et même là, dans un sommeil salvateur, son visage ne semblait pas aussi paisible qu'il aurait dû l'être. Elle ne pu s'empêcher de ressentir de la tristesse pour elle, pour eux, et pour tout ceux qui étaient encore dehors ; est-ce que tout cela allait seulement s'arranger un jour ?

Après être sortis de la pièce, la jeune femme se mit en direction du potager, avançant doucement dans les couloirs pour atteindre la porte la plus proche du jardin ; tout pour ne pas rester avoir à longer trop les grilles du lycée et risquer de croiser un nouveau malade. La question de son ami la fit à nouveau s'arrêter, à quelques centimètres de la porte menant à l'extérieur, plantant dans le sien son regard un peu vide.

« Je... ce n'est pas que je ne veux pas t'en parler mais... »

Elle ne sut pas quoi rajouter, se demandant si elle pouvait parler de sa relation avec Ayden sans avoir à aborder ce qui lui était arrivé. Y avait-il un moyen de contourner encore un peu cela ? La Galloise cherchait ses mots, réfléchissant à toute vitesse tout en sentant qu'elle perdait peu à peu pied dans les méandres de son esprit ; ce qu'il fallait faire, dire ou ne pas dire. Les mots de Rowen coupèrent court à ses réflexions et elle le regarda d'un air un peu interdit. Bien sûr, dehors ce n'était vraiment pas comme ici, les dangers étaient bien plus grands et au vu de leurs traits tirés ça ne devait définitivement pas être de tout repos. Automatiquement, la rousse fut à nouveau prise d'une certaine tristesse ; pendant qu'elle menait sa petite vie ici, lui il avait été dehors tout ce temps, dans une angoisse constante.

« Je... euh... »

Complètement désorientée, la jeune femme se remit à triturer le bas de son pull en regardant le sol. Elle ne savait pas quoi dire, pas comment expliquer la situation à son meilleur ami sans se mettre dans des états impossibles. Mais par dessus tout, elle ne voulait pas qu'il pense qu'elle avait décidé de le mettre à l'écart de sa vie, ce n'était absolument pas ça c'était... trop confus, trop compliqué, trop tout. Secouant la tête d'un air résigné, la jeune femme poussa la porte machinalement alors que le brun reprenait la parole, axant la conversation sur le potager. Une fois dehors, elle s'arrêta à nouveau, agrippant au passage la manche de l'Américain.

« Écoutes Row... Ca n'a vraiment rien contre toi, c'est juste que... »

Elle se tut, relevant son visage vers le sien en le regardant d'un air un peu désolé. Prenant une profonde inspiration, elle reprit en laissant retomber sa main.

« Je suis assez proche de quelqu'un mais... tu te souviens de Fawn ? Ils avaient une histoire avant tout ça, il l'a revue en vie il y a quelques temps alors... c'est un peu confus. »

Elle avait terminé sa phrase en haussant les épaules, comme si ça pouvait justifier de quoi que ce soit. Inutile de préciser qu'elle était tout autant confuse que le muet, que les séquelles de sa sortie début juillet étaient encore bien trop présentes. Elle ne se laissait approcher et ne tolérait les contacts que depuis peu de temps, et avec un nombre de personnes très restreint, alors elle n'était pas prête pour du ''plus''. Levant la tête pour zieuter le ciel déjà bien assombrit, elle soupira doucement, ravalant cette boule qui s'était formée dans sa gorge ; ne pas craquer, pas maintenant, ne pas lui montrer qui elle était devenue, ce qu'elle était devenue.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Rowen Defreine
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 17/11/2016
Messages : 56
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: It's been a long dream   Mer 23 Nov 2016 - 17:14

Effectivement, il faisait vraiment froid dehors. La nuit était déjà tombée, plutôt pressée de recouvrir le ciel froid de novembre à cette période de l’année. La pénombre les enveloppait, mais il distinguait le visage de son amie quand elle le leva vers lui, troublée, désorientée, désolée. Pourquoi ce vide dans ses si beaux yeux ? Pourquoi ce rayonnement si terne ? C’était dur, frustrant même, de se fier aux mots et à la patience. Il aurait voulu être là… il aurait « dû » être là pour elle. Au lieu de ça, il devait rafistoler les blancs avec des bribes, un puzzle qu’il devrait certainement reconstituer pièce par pièce. Ainsi, la soigneuse avait quelqu’un. L’illustrateur commençait déjà à sourire avant que la suite de son récit ne vienne tempérer son enthousiasme.

- Oh… Ooooh, fit-il avec l’air de quelqu’un qui comprend subitement, je vois, oui. Enfin, c’est bien pour toi si tu es proche de quelqu’un mais c’est euh… délicat, oui. Je suppose… mais alors… Fawn est vivante ? Pourquoi elle n’est pas ici ? demanda-t-il innocemment.

Après ce qu’il venait de vivre et la façon dont on l’avait accueilli au Lycée, Rowen ne comprenait pas que quelqu’un puisse avoir décemment choisi le monde extérieur. Surtout quelqu’un comme la jeune hamish. Il ne la connaissait que peu, mais n’avait pas la sensation qu’elle était une guerrière. Après tout, c’était un peu bête de penser ça. Il n’était pas un combattant, et pourtant, il respirait encore. April était une femme de la quarantaine tout à fait normale, et elle s’était métamorphosée en lionne. L’épidémie avait changé les gens. Les morts, mais surtout les vivants en fin de compte.  

Par mimétisme, il s’était lui aussi mis à zieuter le ciel, en communion avec Rosaleen. Quelques étoiles pointaient timidement le bout de leur nez et il se sentit subitement projeté en arrière. En fidèles admirateurs de la nature et des divinités omniprésentes, Rowen ne comptait plus le nombre de fois qu’ils étaient sortis à la nuit tombée. Parfois, Ewen les accompagnait. Que ce soit pour le plaisir, un sabbat, un esbat, une offrande, où l’un des rituels  de la jeune Defreine qui demandait un peu de soutien. Était-ce cet ensemble de souvenirs qui emplit soudainement l’illustrateur de sérénité ? Peut-être. Il aimait rendre les choses simples, défaire les nœuds de la vie qui font des nœuds au karma. Et puis, il voulait sincèrement aider la rouquine ; l’aider et la voir s'illuminer. Il ne pouvait imaginer ce qu’elle cachait, il ne pouvait que penser à une histoire de cœur complexe. Certes, c’était l’ancien petit-ami de sa meilleure amie, mais…

- Bon, on va aborder les choses simplement. Je t’avais déjà dit que je suis persuadé que beaucoup de nos problèmes peuvent être résolus par un peu de recul, non ? Il quitta des yeux le ciel pour revenir à Rosaleen, est-ce que tu es amoureuse de lui ?

C’était le genre de moment où il ne pensait même plus aux battements dans sa poitrine. C’était un vrai don, cette faculté à faire taire ses sentiments pour le bonheur de l’autre. Il lui souriait doucement, un peu malicieusement, avec cet éclat de complicité qu’ils avaient autrefois. Rowen ne voulait pas la brusquer ; juste l’emmener avec lui sur un sentier qui sortait de la confusion et des ténèbres. Pas à pas. Quand elle bloquerait, il ferait une pause. Quand elle trébuchera, il l’aidera à se relever. Quand elle fondra en larmes, il les lui séchera.

- Pas besoin de penser à avant, à ce qu’on va en dire, où à ce que les mœurs voudraient. Concentre-toi juste sur tes sentiments, ok ? Qu’est-ce qu’ils te disent ?

Il ne remarquait même pas qu’il s’était emballé, un peu comme un enfant. Ce genre d’exercice, ça lui rappelait sa vie d’avant, les bases de sa sensibilité – ou de l’extra-sensibilité – selon sa croyance. Libérer les sensations du joug de l’intellect. Du coup, l’illustrateur avait effacé le lycée, le camp, les possédés, la survie, la privation,… il ne restait que lui et Rosaleen, dans cette bulle qu’il essayait délicatement de retisser.



   
Never let up my hold
I'm counting on heart like yours to keep me burning ; to keep me up 'til two in the morning. You be bright when I'm starting to rust ; you be why behind the what.
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: It's been a long dream   Jeu 24 Nov 2016 - 12:03


''It's been a long dream''
ft. Rowen





Rosaleen était un peu nerveuse, parler de cela la mettait assez mal à l'aise et il fallait bien dire que Rowen était le premier qui lui demandait ; forcément, les autres voyaient ce qu'il se tramaient, ils n'avaient pas besoin d'en savoir d'avantage. Mais cette sensation de devoir rattraper le temps perdu avec son meilleur ami était franchement bizarre. Jamais ils n'avaient eu à faire cela depuis qu'ils se connaissaient, pour la simple et bonne raison que jamais ils n'avaient été séparés, jamais jusqu'à il y a un an... La rousse aurait donné tout ce qu'elle avait pu pour que ça ne se passe pas comme ça, pour qu'ils puissent rester ensemble. Encore une fois, la culpabilité de ne pas l'avoir attendu plus longtemps à la boutique pesait sur ses épaules déjà fragiles.

Elle repensa un court instant à ce qu'elle venait de lui dire, Ayden, petit-ami de Fawn avant tout cela... d'un point de vue extérieur ça sonnait tout comme si la Galloise avait piqué l'élu de sa meilleure amie. Qu'en penseraient les gens ? Elle passeraient assurément pour une mauvaise fille, celle qui n'a aucune morale. Soupirant doucement, elle fit une petite moue peu sûre d'elle, attendant la réponse de l'Américain. Quand elle arriva, la jeune femme hocha la tête.

« Fawn est en vie oui, mais je ne l'ai pas vue. Elle veut rester dehors, chercher son frère. »

Bien sûr, la rousse était réellement déçue de ne pas avoir revue sa meilleure amie, voir de ses propres yeux que oui, elle était en vie et pas à l'article de la morte. Mais elle ne pouvait pas lui en vouloir de rester dehors, si elle avait encore une chance de trouver un membre de sa famille, la Galloise ne pouvait pas se permettre de lui reprocher quoi que ce soit.

Le brun repris la parole, recentrant l'attention de la jeune femme sur lui. Elle l'observait attentivement, attendant de voir où il voulait en venir, et quand la question tomba, elle resta sans voix. Est-ce qu'elle était amoureuse du français ? Personne ne lui avait jamais posé la question, pas même le concerné, elle ne se l'était même pas posée elle-même alors... Y réfléchir la plongea dans un état de trouble parfaitement visible. Elle ouvrit la bouche plusieurs fois pour la refermer aussitôt, complètement perdue.

« Je... »

La jeune femme secoua la tête. Elle n'en savait rien au fond. Elle se rendait bien compte qu'elle appréciait le muet, elle aimait passer du temps avec lui et se sentait un peu mieux que lorsqu'elle était seule, mais pouvait-elle réellement parler d'amour ? A la nouvelle question de son meilleur ami, la rousse haussa les épaules.

« Je ne sais pas trop. Il m'a beaucoup aidé quand... ça n'allait pas, et je l'apprécie mais... je ne suis pas certaine de pouvoir déjà parler d'amour. »

La Galloise espérait que son meilleur ami ne relèverait pas ses mots concernant le fait qu'elle avait eu des coups durs, rien que penser à cette éventualité lui serra l'estomac, y ancrant un poids qu'elle n'en pouvait plus de porter. Soupirant, la rousse repassa son bras autour de celui de son meilleur ami et se remit à avancer en direction du potager. Elle n'ajouta rien, pas parce-qu'elle était blessée ni qu'elle ne voulait rien dire au brun, mais simplement parce-qu'elle avait déjà bien trop parlé ; le manque d'habitude lui faisait presque mal à la gorge, et repenser encore au pourquoi du comment lui serrait le cœur.

Arrivés devant le jardin, Rosaleen lâcha l'Américain et lui sourit. Un petit champ s'étendait devant eux, plus très vert au vu de la saison, et juste derrière une serre. Elle n'était pas énorme, mais dans ce nouveau monde, c'était indéniablement un luxe que tout le monde n'avait pas la chance d'avoir. Souriant doucement à Rowen, elle tenta de faire fi de ses angoisses, se centrant sur le bonheur que lui apportait le fait d'avoir son meilleur ami là, à côté d'elle, de pouvoir lui montrer ce qu'ils avaient fait.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Rowen Defreine
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 17/11/2016
Messages : 56
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: It's been a long dream   Jeu 24 Nov 2016 - 19:07

Attentif, Rowen hochait la tête en signe qu’il écoutait. Bon. Elle n’était pas amoureuse. Pas encore en tout cas. Il n'y avait pas que le discours, certains indices ne trompaient pas : par exemple, la rouquine ne l’avait pas encore nommé. Souvent, quand on avait des sentiments pour quelqu’un, à moins d’un contexte particuliers, on résistait difficilement à l’envie de révéler son nom. Parce que l’amour était dans les détails – comme le diable – et rien que prononcer le nom de quelqu’un dont on était amoureux donnait l’impression de faire une déclaration indirecte. L’illustrateur par exemple, ne se privait jamais de répéter « Rosaleen » quand il parlait d’elle à quelqu’un d’autre ; mais ça… c’était un autre sujet.

Il sourit, mais n’insista pas. Le premier pas sur leur chemin avait été fait, il n’entendait pas la faire avancer plus vite que nécessaire. Des zones d’ombres subsistaient, mais il s’y attaquerait plus tard. Le brun avait senti qu’elle ne voulait pas, ne « pouvait » pas aussi, et se contenta de son bras autour du sien. Déjà, il avait la sensation d’avoir fait le plus dur : renouer le dialogue, ne plus avoir l'impression de discuter avec une inconnue qui avait le visage de sa meilleure amie. C’était elle, c’était « sa » Rosaleen ; même un peu différente, même en noir et blanc.

Une fois devant le jardin, Rowen manqua les premiers éclats de la lune sur les champs cultivés par les survivants parce qu’il était trop occupé à admirer son sourire. C’était ça qu’il voulait voir ! Cette expression où transparaissait un peu son bonheur, et sa fierté. Quand il se tourna enfin vers l’œuvre des habitants, l’illustrateur resta bouche bée. Pas seulement pour le potager en lui-même, ou la serre qu’ils avaient pu construire ; c’était un ensemble. Il venait d’un univers où les nuits étaient longues, où l’angoisse rongeait littéralement les organes, où les rues étaient habitées par la mort, où la peur était une seconde peau, où la faim était un quotidien, où la violence était une habitude, …. Et ici, il y avait de la vie, de la bonté, des sourires, des cultures.

Il était émerveillé par ce travail, parce qu’il ne signifiait pas que quelques légumes à manger. Il symbolisait la résistance de l’Homme face au fléau, la persistance de la notion de communauté, la preuve que l’humanité n’était pas bonne à jeter en bloc. Et Rosaleen avait participé à ce symbole. Des millions de personnes vivaient à Seattle avant, d’autres millions étaient morts, des milliers voire des centaines se cachaient où se déchiraient, et la galloise, encore à l’enfance de sa vie américaine, faisait partie de « ça ». Ce noyau organisé et résistant.

- C’est géant d’avoir réussit à faire ça, commenta Rowen avec une moue approbative, vraiment. Je ne sais même pas si je peux te faire ressentir à quel point.

Précautionneusement, il s’approcha, fit le tour du champ, écarquilla encore plus les yeux, et revint vers son amie. Il avait hâte de raconter ça à April tient : les gens d’ici avaient des murs, des lits, des douches des protections, et des fermiers. De quoi nourrir l’illusion qu’ils pourraient attendre les secours – ou un antidote – jusqu’à la fin des temps. Oh cet engouement serait peut-être de courte durée, ce n’était peut-être qu’une satisfaction éphémère mais… ce serait pour cette soirée. Juste cette soirée.

- La prochaine fois que tu viens t’en occuper, je t’aide, ça marche ? Je serai honoré de manger des carottes labélisée « Rosaleen Automn Glanmor », mais qu’est-ce que tu dirais d’un label « Rowen & ‘Leen » ? Ou « R&R », je te laisserai choisir. On se reconvertira dans l’agriculture bio après tout ça.

Il essayait de la dérider, joignait à ses paroles un grand sourire pour augmenter ses chances de réussir son coup. Mais pourtant, sa gorge s’était nouée à la fin de sa tirade. Ils étaient ici, mais il restait ceux qui n’avaient pas eu la même chance, ceux qui étaient déjà trépassés, ceux à qui on laissait le bénéfice du doute. Sa mère. Sa sœur. Que devenaient-elles de l’autre côté de l’Atlantique ?



   
Never let up my hold
I'm counting on heart like yours to keep me burning ; to keep me up 'til two in the morning. You be bright when I'm starting to rust ; you be why behind the what.
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: It's been a long dream   Jeu 24 Nov 2016 - 23:18


''It's been a long dream''
ft. Rowen





Pour Rosaleen, ce potager était devenu une part entière de leurs vies ici, c'était devenu quelque chose de normal bien qu'elle ne pouvait s'empêcher de se sentir fier du petit groupe qui avait aidé à sa création. Elle ne s'était pas attendu à ce que son meilleur ami soit aussi enthousiaste, mais cette lueur de joie et de fierté qu'elle vit dans son regard était contagieuse et elle lui sourit un peu plus sincèrement, sans se forcer, sans penser à ce qui était arrivé. Le voir aussi émerveillé pour quelque chose qui était presque devenu ''normal'' pour elle lui fit chaud au cœur ; une fois de plus, elle se rendit compte à quel point ç'avait dû être difficile là-dehors, ou du moins elle essaya de l'envisager un peu.

Elle ne lui répondit pas, se contentant de sourire en l'observant faire le tour du potager. La jeune femme ne venait jamais seule ici, parce-qu'elle ne se sentait pas encore prête à affronter ce qu'elle pouvait voir de l'autre côté, alors la plupart du temps elle s'arrangeait pour y aller avec Lysbeth, Tom, ou d'autres. Cependant, là, elle ne ressentait aucune crainte, probablement qu'elles étaient toujours là quelque part au fond d'elle, mais la présence de son meilleur ami l'aidait à retrouver un peu celle qu'elle avait perdue plusieurs moi auparavant.

Quand il revint vers elle, affirmant que la prochaine fois il viendrait l'aider, la jeune femme hocha la tête, ravie, avant de rire à ses mots. Des carottes labellisées, il n'y avait que lui pour avoir ce genre d'idées. Faisant une moue amusée, elle s'approcha de lui et déposa ses main sur les épaules de l'Américain.

« On fera ça oui, répondit-elle avant de le prendre dans ses bras. Je suis contente que tu sois là Row. »

Peut-être n'y aurait-il pas d'après tout ça, peut-être n'y aurait-il même pas de ''semaine prochaine'', mais ça n'avait pas réellement d'importance. Chacun d'eux avaient perdu beaucoup, avaient enduré beaucoup, mais ils avaient tous les deux eu la chance aujourd'hui de se retrouver, de retrouver une part d'eux. Et ça n'avait pas de prix. Pour la vraie première fois depuis longtemps, la Galloise se senti bien, pas juste bien comme quand elle parvenait à faire abstraction de ce qui se jouait en elle, mais vraiment bien, elle se sentait elle, avait l'impression que maintenant qu'il était là, avancer chaque jour serait un peu moins difficile.

Bien sûr, elle avait encore tellement de choses à lui dire, et n'était toujours pas certaine de réellement y parvenir, mais il le faudrait bien. Au fond, elle savait pertinemment qu'elle ne pourrait pas affronter éternellement le regard de son meilleur ami sans jamais rien lui dire, mais affronter son regard quand il saurait serait probablement tout aussi insoutenable. Rowen la connaissait de toute façon bien trop pour qu'elle puisse lui cacher, il avait déjà dû se rendre compte que quelque chose avait changé. Se séparant de lui après avoir pris une profonde inspiration pour se redonner une certaine contenance, elle lui adressa un petit sourire.

« Tant qu'on est dehors, tu veux qu'on enterre ton Œil de Tigre ? »

Elle ne pratiquait plus depuis qu'elle était revenue du dehors, mais ça ne l'empêchait pas d'être à l'écoute des demandes du brun et il ne faisait aucun doute que cette pierre lui tenait à cœur alors elle pouvait bien mettre de côté ses propres ressentis pour lui. Commençant à se diriger vers un coin, elle s'accroupit et ôta de la terre avec ses mains ; ici, personne n'allait creuser et ils pourraient la retrouver facilement.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: It's been a long dream   Aujourd'hui à 17:32

Revenir en haut Aller en bas
 

It's been a long dream

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Dream of Ewilan
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» Sujet a long terme: ork sauvage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-