Partagez | .
 

 Family don't end with blood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Auteur
Message
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 376
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Family don't end with blood   Dim 13 Nov 2016 - 15:42

Thalia songea que mine de rien, Ian avait des traits communs avec son père. Niveau partage de son ressenti ou de ses émotions, ils avaient un peu le même genre de réserve. Encore que, ce que l'urgentiste ne pouvait faire passer avec des mots, il le faisait avec des gestes, en ce qui la concernait en tout cas. Il n'y avait qu'à voir le baiser qu'ils venaient d'échanger. Et puis... il avait tout de même bien progressé depuis qu'ils se connaissaient. Il était capable de lui dire qu'il l'aimait sans finir rouge comme une pivoine.
Elle ne l'interrompit pas lorsqu'il parla de Jared. Elle savait que c'était pour lui un sujet épineux et douloureux, et elle le comprenait. Il faisait de son mieux, et pourtant il n'avait pas droit à un juste retour des choses de la part de son fils. Celui-ci avait toujours des réticences à l'accepter pleinement comme père, même si les choses allaient mieux entre eux grâce au temps passé à cohabiter dans le lycée. D'un autre côté, ils ne se voyaient pas si souvent que ça, le garçon préférant vaquer à ses occupations, une liberté que son père lui laissait. En regardant son compagnon alors qu'il parlait, la zoologiste lisait ses émotions jusque dans son regard. Cela le travaillait et lui faisait un peu mal. Câline, elle passa doucement une main caressante sur son visage.

« Je crois que le plus important, c'est que Jared sache que tu l'aimes et que tu seras là pour lui. Du reste... Je pense qu'il n'a pas totalement digéré tout ce bouleversement dans sa vie, même si ça date de plusieurs années. Et puis, il est grand maintenant... il s'y fera. Laisse faire le temps. Avec tout ce qui s'est passé depuis l'année dernière, il n'a peut-être pas eu la tête à réfléchir à tout ça. Et puis, ça va déjà un peu mieux entre vous, non ?

Objectivement, personne ne pouvait forcer Jared à se comporter comme un fils normal le ferait avec son père. Il était bien assez grand pour prendre ses décisions tout seul. Lorsqu'il aurait la maturité suffisante, il se rendrait peut-être compte que son géniteur était tout autant victime que lui de ce qui s'était produit. La fautive, dans l'affaire, c'était sa mère... Mais là aussi, le bât blessait. Elle était portée disparue depuis le début de l'épidémie, ce qui n'avait probablement pas aidé l'adolescent à se sentir mieux et à se construire un avenir aussi équilibré que possible par les temps qui couraient. Dans un sens, c'était encore pire pour un jeune comme Jared qui n'avait que sa mère comme repère fixe, et qui s'en était trouvé brutalement privé.
Thalia passa doucement la main entre la nuque de Ian et le matelas, lui massant doucement la nuque du bout des doigts, en petits cercles concentriques. S'il avait été en son pouvoir de tranquilliser son compagnon en gommant d'un seul coup tous ses soucis, elle l'aurait fait sans hésiter un seul instant. S'il passait moins de temps à ressasser tout ce qui pouvait l'angoisser ou lui causer du souci, sa vie serait sans doute d'autant plus simple.

- Le plus important, c'est que vous n'ayez pas de regrets. Il faut trouver un équilibre dans cette relation, ce qui vous conviendra à tous les deux.

La zoologiste ne pouvait pas faire grand chose de plus que de rassurer l'urgentiste sur le chapitre de Jared. Ce n'était pas à elle de prendre des initiatives ou des décisions en la matière. Elle n'avait pas spécialement de problèmes dans sa relation avec l'adolescent, à qui elle avait appris à se servir d'une arme à feu. Il était en âge légal de conduire, et même s'il aurait dû attendre encore pour le port d'armes... eh bien, les lois ne s'appliquaient plus vraiment non ? Toujours est-il qu'elle n'avait pas pris une quelconque place de belle-mère ou quoi que ce soit auprès de lui. Ils n'avaient pas une si grande différence d'âge, et cela se serait plus apparenté à un écart digne d'un frère et d'une sœur qu'autre chose. Quoi qu'il en soit, elle tâchait de ne pas se mêler des affaires père-fils qu'ils pouvaient avoir.
De son côté, Ian mit en doute sa capacité à être un père capable de faire preuve d'autorité. Encore une fois, elle songea qu'il se basait sans doute sur son expérience avec son fils. Pour impressionner une petite d'un an, ce ne serait pas très compliqué, même lui devrait y arriver s'il faisait preuve d'un tant soi peu de fermeté et de volonté. Mais la jeune femme savait aussi qu'il avait un trop bon fond et trop de gentillesse en lui pour être quelqu'un qui s'imposait par l'autorité pure. Elle se contenta de lui sourire et de lui répondre simplement.

- Tu n'as pas besoin d'être un père autoritaire... Du moment que tu es toi-même. N'essaie pas d'être quelqu'un d'autre. Je suis sûre que tu trouveras tes marques, avec un peu de pratique, et que ça ira tout seul. Mais parfois, il faudra qu'on prenne tous les deux des décisions qui ne seront pas forcément agréables. Pour l'instant ça ira... mais on devra bientôt faire face aux caprices. Tu te sens d'attaque ?

Pour l'heure, heureusement, Evelynn n'était qu'un bambin, et ce n'était donc pas très compliqué de la gérer. D'autant plus qu'elle n'avait pas un caractère contraignant ou compliqué... Mais comme tous les enfants, elle allait passer par des phases de crise, et les caprices seraient les premiers à apparaître chez elle. Thalia ne se sentait pas inquiète par rapport à tout ça. En restant ferme, c'était le genre de moment pénible qui passait tout seul. Pour Ian, ce serait peut-être un peu plus inédit. Quoique, si on pouvait prendre en compte les crises qu'il y avait pu y avoir avec Jared... Ce genre de situation ferait office de parcours de santé en comparaison. La zoologiste se pencha sur son compagnon le temps de lui dérober un nouveau baiser, rebondissant sur l'histoire des conseils de paternité.

- Dans ce cas, on repassera pour les conseils. Essaie avec Daniel, peut-être. En tout cas, je pense que ça fait du bien à ton père d'avoir quelqu'un dont s'occuper. Attends une fois qu'Evie va commencer à cavaler partout quand elle apprendra à marcher... Je sens que ça va être amusant. Si ton père n'en profite pas pour lui faire découvrir des tas de nouvelles choses... »


Peut-être que l'urgentiste avait besoin de tout cela pour être rassuré. Lire de la théorie, entendre des conseils, comme il l'avait sans doute fait durant sa formation de médecin. La jeune femme, elle restait persuadé que le processus se mettrait en place de lui-même, sans qu'il y ait besoin de forcer. Elle avait vu Ian agir avec Evelynn, et elle savait qu'il avait l'instinct paternel en lui, même s'il n'avait jamais eu l'occasion de le laisser pleinement s'exprimer, et donc de s'en rendre compte de ses propres yeux.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 855
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Family don't end with blood   Dim 13 Nov 2016 - 19:47

Le regard de Ian était planté dans Thalia. Il l’écoutait parler à son tour. L’échange était des plus agréable. Il avait besoin de ça. Il fallait qu’il extériorise un peu tout ce qu’il avait accumulé. En vérité, il n’avait jamais vraiment parlé de tout ce qui lui était arrivé jusqu’à maintenant. Il s’était contenté de faire l’autruche espérant ainsi éviter bon nombre de problèmes. Cependant comme il s’en doutait cela n’avait pas suffi. Il avait commencé à ouvrir la valve de ses sentiments et il avait continué de parler. De chose qui n’avait pas forcément de rapport, mais qui pour lui était importante à exprimer. Il était vraiment reconnaissant de la présence de Thalia à ses côtés, elle avait une influence si bénéfique sur lui.

- Je ne sais pas comment tu fais, mais tu as toujours les mots pour me rassurer et me calmer.

Il affichait alors un petit sourire aimant, il se sentait si bien avec elle. Elle savait trouver les mots pour le rassurer. Évidemment cela n’effacer pas tout et il était toujours un peu stressé au fond de lui, mais si ce n’était pas le cas, c’était uniquement parce qu’il s’agissait d’une pâle copie de lui-même. Il se collait un peu plus à Thalia alors qu’elle lui massait la nuque avec amour. Il la prenait dans ses bras comme un enfant serre une peluche. Ce n’était sans doute pas très valorisant, mais il avait besoin de la câliner. Chose qu’il n’aurait sans doute pas faite instinctivement, il y a quelques mois de cela.

- J’aurais du mal à être quelqu’un d’autre en même temps. Merci de me rassurer et de dire tout ça. J’ai envie de croire en tout ce que tu dis. Je pense que tout a été dit. Tu peux compter sur moi et tu le sais. Je ne serais sans doute pas le meilleur, mais tu peux compter sur moi pour le faire le plus sérieusement possible.

Ne pas céder au caprice serait sans doute bien difficile pour l’urgentiste qui avait absolument toujours tout donné à tout le monde dans la mesure du possible, mais il apprendrait du moins, il essayerait parce que qui ne tente rien n’a rien et qu’il ne peut pas savoir s’il était prêt à faire quelques choses ou non. Il finit par relâcher doucement Thalia et la regarder à nouveau droit dans les yeux. L’évocation de Nans était des plus adorable. Il se rendait bien compte qu’elle s’inquiétait également de son avenir et de son ressenti ce qu’il trouvait tout simplement adorable. Son père n’avait pas besoin de ça et savait parfaitement se gérer tout seul, mais c’était assez important pour être souligné.

- Mon père a toujours été du genre à prendre soin des autres malgré son apparence de vieil ours mal léché. Je me rappelle de l’époque où je l’aidais au bar. Il était toujours en train de crier sur ses clients, mais ses derniers revenaient toujours parce que s’il le faisait c’était pour leurs biens. S’il avait plus d’argent, il aurait aimé nous faire avoir une maison plus grande et une meilleure vie. Il a tout de même tout donné pour ma mère et moi. Le connaissant, il est prêt à faire exactement pareil avec Evelynn.

Il ne regrettait ni son enfance ni sa vie. Aujourd’hui, il était comme il était grâce à tout ça. La vie était un tout et il en était plutôt heureux. Il n’était pas question de se plaindre de la vie qu’il était en train de mener. Il souriait doucement passant amoureusement une de ses mains dans les cheveux de son aimée. Il la regardait avec un regard plein d’amour et de tendresse. Il ne se lasserait jamais de l’avoir dans ses bras. Il n’était pas question d’avoir l’air un peu nier ou quoi, mais il fallait bien qu’il se rende à l’évidence qu’il l’aimât et qu’elle était son univers.

- Je serais toi, je me méfierais, tu peux compter sur lui pour lui apprendre comme faire des bêtises.

Nans était parfaitement de faire ce genre de chose. Juste pour le faire enrager lui, Thalia serait alors qu’une sort de dommage collatéral. Il souriait bêtement en pensant à ce qu’il pourrait bien lui faire faire. Il savait que son père redoublerait d’ingéniosité à cette question. Il resta un instant à regarder son ange. Il était en train de lui confier tout un tas de choses, il pouvait bien continuer, il ne serait plus à une chose près. Il inspira un grand coup avant de reprendre la parole.

- Tu sais, c’est sans doute débile, mais je voulais te remercier de m’avoir apporté tant de choses. Je suis vraiment attristée de tout ce qui entoure notre histoire, mais vous m’apportez tellement de chose ta fille et toi. Je ne vois pas comment je pourrais être plus heureux.

Il s’était alors mis à rougir une nouvelle fois de façon encore moins contrôler. Dire ce qu’on avait sur le cœur n’était pas une chose facile surtout quand on était aussi émotif qu’il l’était. Il savait que Thalia ne se moquerait pas de lui du moins pas d’une façon méchante. Son cœur s’était mis à battre légèrement plus vite sous la pression qu’il venait de se mettre.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 376
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Family don't end with blood   Dim 13 Nov 2016 - 23:15

Thalia était heureuse de voir Ian se calmer et se détendre progressivement. Elle le voyait à son expression, à son regard, le sentait contre son corps, dans ses caresses ou son étreinte. Plus cela allait, et plus elle se sentait encline à s'abandonner dans le confort protecteur de ses bras, qu'il avait passés autour d'elle pour mieux la serrer contre lui. La jeune femme laissa échapper un petit soupir de bien-être, sentant la chaleur du corps de l'urgentiste se diffuser au sien, lentement mais sûrement. C'était encore meilleur que de s'installer au coin du feu. Encore que, avec l'hiver qui approchait et les fêtes de fin d'année qui auraient dû avoir lieu... S'imaginer pelotonnée dans les bras de son compagnon au coin d'une cheminée près d'un sapin décoré... Oui, c'était une belle vision. Un jour peut-être, quand tout serait rentré dans l'ordre...
Elle se retint de protester en sentant l'étreinte de Ian se desserrer autour d'elle. Elle ne dit toutefois rien, se reconcentrant sur tout ce qui était dit, sans laisser ses pensées divaguer plus avant. Machinalement, son index reprit ses arabesques sur le torse de son compagnon, dessinant à nouveau les petits cœurs qu'elle faisait précédemment. Elle avait bien remarqué que Nans était quelqu'un de protecteur. C'était quelque chose qu'elle avait rapidement senti, et c'était sans doute pour raison qu'elle avait vite accepté de lui confier sa fille sans hésiter et sans se faire de soucis.

« Je dois donc m'attendre à ce que ma fille soit pourrie gâtée... Dans ce monde, c'est sans doute un moindre mal.

Un petit sourire étira les lèvres de la zoologiste. Du moment que cela ne contrariait en rien l'éducation qu'elle comptait donner à Evelynn, elle voulait bien que la petite ait droit à un concentré de bonheur comme si tout pouvait s'écrouler l'instant d'après. Car après tout, c'était le cas... le risque existait. Mais ce n'était pas la question. Le plus important, c'était que sa fille grandisse autant que possible en étant heureuse, et en devenant quelqu'un d'équilibré et de capable de survivre. Elle pensait bien qu'il serait possible de trouver un équilibre dans tout cela, et elle y mettrait bon ordre quoi qu'il advienne.
En entendant l'urgentiste inspirer profondément, la jeune femme sentit venir quelque chose d'important. Une sorte de révélation, comme s'il rassemblait son courage. Elle le regarda sans rien dire, alors qu'il lui révélait simplement ce qu'il avait sur le cœur. À quel point il trouvait son bonheur dans le couple qu'ils formaient, et même plus, dans la petite famille qu'ils étaient en incluant Evelynn. Un sourire tendre s'épanouit sur ses traits alors qu'elle le voyait déjà rougir de sa déclaration.

- Ce n'est pas débile du tout. Si je peux te rendre heureux comme tu me rends heureuse, alors...

Ce qu'il venait de lui dire était en quelque sorte le reflet de son propre ressenti. Sans ce qu'ils étaient l'un pour l'autre, ce qu'ils vivaient... se lever chaque matin aurait été bien plus difficile. Le fait d'avoir des êtres à qui tenir autant donnait une raison de se battre, d'avancer, de toujours continuer sans jamais perdre espoir. Tant qu'il serait là, elle savait qu'il serait son phare dans les ténèbres, et elle en avait besoin. Avant de poursuivre, elle l'embrassa à nouveau, longuement, tendrement, langoureusement. Lorsqu'elle recula, elle avait le souffle court et la sensation que la tête allait se mettre à lui tourner.

- Je t'aime, Ian.

Sans ambages, sans fioritures, en toute simplicité. Thalia se blottit un peu plus contre Ian, sentant un frisson parcourir son dos, cheminant le long de sa colonne vertébrale. D'une main, elle attrapa la couette qu'elle rabattit sur eux. Les draps étaient froids pour le moment, mais leur chaleur corporelle ne tarderait pas à les réchauffer. Déposant une myriade de petits baisers dans le cou de son compagnon, la jeune femme resta longuement à câliner, alors que dans sa tête, une idée faisait son chemin.

- Dis... J'ai une question qui me trotte en tête. Si ton père risque d'apprendre à Evie à faire des bêtises, ça veut sans doute dire que tu en as fait quand tu étais petit, toi aussi...

Son regard sombre chercha celui, clair et captivant, de l'urgentiste. Lorsqu'elle le capta, elle lui fit un des petits sourires enjôleurs dont elle avait le secret, ceux auxquels il n'était pas capable de résister. Bon, pour être honnête, il fallait avouer qu'il ne résistait à aucun de ses sourires... mais ceux-là en particulier savaient le faire fondre. Elle était curieuse, et quelque part, c'était bien naturel. Son esprit avait fait un lien entre les dires de son compagnon et l'éducation qu'il avait pu avoir. Aussi pleine de principes qu'elle ait été, et aussi sage et adorable qu'ait pu être Ian... il avait été un enfant, et il avait donc dû agir comme tous les petits de son âge. Une main accrochée à celle de son compagnon, elle insista gentiment.

- Allez, raconte-moi. Tu as bien quelques bêtises d'enfance dont tu te souviens. »

Thalia avait vraiment envie de connaître quelques anecdotes. Chacune d'entre elles était précieuse, et constituait un nouvel apport à leur relation. Elle voulait continuer d'apprendre des choses de Ian et de lui en dire elle aussi. Le connaître par cœur. Mais ce n'était pas toujours facile, car il ne se livrait pas volontiers. Le regard de la jeune femme pétillait de curiosité tandis qu'elle attendait.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 855
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Family don't end with blood   Lun 14 Nov 2016 - 13:23

Il avait eu peur de la réaction de Thalia bien qu’il n’avait absolument aucune raison de l’être. Il n’avait jamais été sûr de lui et cela n’avait pas changé concernant les fondamentaux de sa vie. Il savait très bien qu’elle serait flattée, mais au fond de lui, il sentait toujours cette peur pointer le bout de son nez. Il était content d’avoir en réponse un langoureux baiser celle qu’il aimait jusqu’à la déraison. Il resserra un peu l’étreinte profitant de ce moment de pur bonheur. Il était même content de ne pas être debout à ce moment-là parce qu’il aurait eu peur de sentir ses jambes flancher à cause de son poids sous l’effet de l’émotion.

- Je t’aime aussi mon ange.

Il avait répondu le plus simplement du monde, ce qui la première fois avait été compliqué à sortir était devenu bien plus naturel. Il était content de pouvoir mettre des mots sur ce que tout son être ressentait. Thalia les avait couverts, cependant le lit était encore froid alors il se blottit un peu plus sur son aimée. Il n’était pas question qu’elle attrape froid. La discussion sérieuse était ainsi finie. Ian était content d’avoir parlé de tout ça, mais il était aussi soulagé de savoir que c’était une page de tournée et que maintenant, il n’était plus question de revenir sur sa décision. Quand il faisait un choix, il aimait que celui-ci soit immuable. Il ne pensait pas que ses paroles étaient en train de travailler dans l’esprit de Thalia.

- Pas uniquement quand j’étais petit malheureusement…

Il frottait doucement le dos et la nuque de Thalia alors qu’il réfléchissait à ce qu’il pourrait bien lui raconter. Oui, comme tout le monde, il avait fait quelques bêtises, malheureusement, il ne se rappelait pas de grand-chose. Il ne savait pas vraiment non plus quoi lui dire qui serait à la fois acceptable et mignon. Il sentait qu’elle était curieuse sur la question et qu’elle ne le lâcherait pas tant qu’elle n’aurait pas eu ce qu’elle voulait et que dans le pire des cas, elle irait demander des informations à Nans qui se donneraient sans doute un malin plaisir à lui casser du sucre sur le dos.

- J’ai toujours était un enfant très maladroit alors, j’ai cassé beaucoup de choses durant mon enfance, allant du simple verre au miroir de la salle de bain en passant par la vaisselle en porcelaine qui datait du mariage de mes parents.

Il ne se rappelait pas de tout ce qu’il avait cassé, mais il savait qu’il y avait tout un tas de trucs qu’il avait brisé. C’était sans doute le plus mémorable parce qu’au final on lui avait toujours dit que ce n’était pas grave, mais il voyait bien qu’à l’allure fermée de son père et la tristesse sur le visage de sa mère pendant qu’elle réparait ses bêtises qu’il avait détruites un souvenir de plus. Par moment, c’était des objets sans valeur émotionnelle, mais pour d’autres, c’était tout autre chose. Certain objet, il n’avait appris que des années plus tard ce qu’il signifiait comme par exemple une bouteille en verre qu’il avait cassée alors qu’il apprenait à peine à marcher qui avait appartenue à son arrière-grand-père paternel.

- Sinon, si je dois parler de bêtise que j’ai faite de façon volontaire, je dirais écrire sur les murs de ma chambre. J’y notais tout ce que je devais retenir pour les cours. Au début ce n’était que sur mon bureau et après autour de ce dernier. J’ai même fini par écrire sur mon plafond. Un jour mon père en a eu marre. Il a retiré tous les meubles de ma chambre et m’a enfermé dedans avec deux pots de peinture.

C’était un de ses souvenirs les plus mémorables. Il était déjà adolescent à l’époque. Il ne savait pas vraiment s’il avait déjà l’âge de Jared, mais il se rappelait nettement, l’air satisfait de son père lorsqu’il avait fini par claquer la porte de son fils avant de l’enfermé. Au début, il n’avait rien voulu toucher et puis finalement, il avait commencé à peindre après cette assurée que son fils avait retenu la leçon et qu’il avait commencé à peindre, il était revenu avec un escabeau en lui proposant de l’aide, mais Ian avait décidé de finir ce qu’il avait commencé seul. Son père lui avait donné quelques conseils avant de partir, un sourire fier sur le visage et c’est pour cette raison que Ian n’oublierait sans doute jamais ce moment.

- Sinon, ma maman me répétait souvent qu’enfant je passais mon temps à lui cacher ses clés de voiture. Parce que je ne voulais pas qu’elle parte de la maison pour aller travailler.

Il devait sans doute y avoir d’autre chose dans son passé, mais il n’arrivait pas à se rappeler du reste, c’était déjà pas mal comme ça. Thalia allait être satisfaite et allait pouvoir se moquer de lui.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 376
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Family don't end with blood   Lun 14 Nov 2016 - 23:36

Thalia était consciente que sa question allait demander réflexion à Ian, et elle lui laissa le temps de répondre. Elle ferma les yeux pour mieux goûter les caresses qu'il lui prodiguait, ses mains qui parcouraient avec douceur son dos et sa nuque. Cela créait de temps à autres un petit frisson de bien-être. Au bout d'un moment, l'urgentiste finit par trouver quelque chose, puisqu'il parla de ce qu'il avait pu casser à cause de sa maladresse d'enfant. La jeune femme lui fit un léger sourire, amusé et taquin.

« Disons que, question maladresse, je crois que tu as gardé ton âme d'enfant mon amour...

Elle ne put retenir un léger rire, avant de se faire pardonner avec un baiser. Après, elle allait encore être accusée de se moquer de lui... La zoologiste se retint de faire une remarque sur les années de malheur qui accompagnaient le bris d'un miroir. Une de ces vieilles superstitions idiotes. Encore que, si on s'y fiait, quelqu'un avait dû vraiment en vouloir aux miroirs pour déclencher tout ce qu'ils vivaient aujourd'hui.
Le récit de son compagnon marqua son visage d'un air surpris. Elle s'était toujours trouvée face à un Ian respectueux, méticuleux et soigneux, et elle avait donc un peu de mal à le visualiser en train de gribouiller sur les murs de sa chambre. Encore que... cela pouvait correspondre au personnage. À la mention du plafond, elle haussa légèrement les sourcils avant de lâcher un commentaire.

- Sur le plafond ? J'espère qu'il n'était pas trop haut, il a dû te falloir une sacrée volonté pour aller y écrire sinon...

Thalia avait parfois l'art et la manière de relever de petits détails et de leur donner de l'importance. Comme la fois, lointaine déjà, où on lui avait montré un film d'animation japonaise... Mon voisin Totoro, quelque chose comme ça. Bref, dans ce dessin animé, il y avait une scène où une petite fille attendait le bus en compagnie d'un gros animal poilu, et puisque cela se déroulait sous la pluie, la fillette prêtait un parapluie à la créature. Après quoi, un chat-bus aux pattes multiples et aux yeux lumineux apparut et prit l'animal en stop... sans que celui-ci rende son parapluie à la petite fille. Curieusement, bien plus que le chat-bus et tout le reste, c'était la disparition du parapluie, cet oubli purement anecdotique, qui avait marqué la zoologiste et qui lui avait fait lâcher un commentaire. Parfois, il lui arrivait aussi d'être en net décalage avec les préoccupations d'une personne lambda...
Elle espérait en tout cas que la punition n'avait pas été trop dure pour lui. Déjà qu'il n'avait pas l'air d'être le genre à créer des problèmes, même si on pensait à une version plus petite de lui... Alors si en plus chaque bêtise avait été durement sanctionnée... La jeune femme cala un peu mieux sa tête contre l'épaule de Ian, le front dans le creux de son cou. Un grand sourire attendri apparut sur ses traits lorsqu'il lui parla de l'histoire des clés.

- C'est trop mignon... Je suppose qu'elle n'avait pas le cœur à te gronder avec ça.

Elle-même aurait purement et simplement fondu devant une telle scène. Elle s'imaginait sans trop de mal une version plus âgée d'Evelynn en train de commettre ce genre de bêtise... qui était en fait une manifestation maladroite d'un attachement enfantin et innocent. Thalia accompagna ses dires d'un baiser déposé sur le menton de son compagnon. Et histoire de lui renvoyer la pareille, alors qu'elle croisait son regard, elle chercha une anecdote à lui servir en retour. Elle ne mit pas bien longtemps à en trouver une.

- J'en ai fait aussi, des bêtises... Des trucs d'enfants, des disputes, des choses cassées... Le pire, c'est sans doute quand j'ai volé le chat des voisins. J'avais trois ans, c'était l'hiver. Je l'avait rentré à l'intérieur chez nous parce qu'il traînait dehors et que j'avais peur qu'il ait froid. Résultat, mes parents n'ont rien remarqué avant le lendemain... Le chat était parti se cacher sous un meuble. On avait des chiens, à la maison...

Même si ces souvenirs de cette époque restaient brumeux, et qu'ils étaient sans doute en grande partie constitués d'images plaquées par son cerveau sur les événements en réponse à ce qui lui avait été raconté... la zoologiste se souvenait encore du chat qui était resté prostré des heures, jusqu'au lendemain, sans se faire remarquer. Des chiens un peu trop excités qu'il avait fallu calmer. De l'extraction du petit félin qui avait doublé de volume en hérissant le poil, et de l'hilarité du voisin lorsque sa mère lui avait tout raconté.
Alors que la jeune femme se retournait légèrement sans pour autant déranger les couches de draps et de couvertures qui les recouvraient, elle observa un instant le berceau silencieux. Evelynn était endormie depuis un moment déjà, vaincue par le sommeil et le manque de sieste. Ce serait quelque chose à pallier... Nans devrait veiller à ce qu'elle puisse dormir durant l'après-midi, pour avoir un rythme de vie normal. Nul doute qu'il avait pu malencontreusement oublier pour cette fois. C'étaient des choses qui arrivaient.

- D'ici quelques temps, on va se retrouver à discuter des bêtises d'Evie... Dès qu'elle aura un peu grandi et qu'elle commencera à en faire. »

Pour le moment, ils étaient encore tranquilles de ce côté-là. Mais quand elle commencerait à explorer le monde, cela ne ferait que créer des occasions de se lancer dans des bêtises. Avec de la chance, elle continuerait à être aussi adorable qu'elle l'était depuis sa naissance. Si elle avait hérité des traits de caractère de Morgan, ils devraient être tranquilles... même si quelques innocentes bêtises, si elles n'étaient pas graves, pouvaient être un sujet de discussion très divertissant.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 855
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Family don't end with blood   Mar 15 Nov 2016 - 10:29

Les détails ne semblaient pas aussi importants à Thalia que pour lui. Elle lui demanda comme il avait fait pour écrire sur le plafond. Ce dernier n’était dans son souvenir pas très haut puisqu’il s’agissait d’une vieille maison ou certaine partie du mur était mansardé, mais il avait également écrit dans la partie haute. Quand c’est pour faire des bêtises, un enfant ne manque jamais de ressource. Il précisa alors comme il avait fait son compte avec un petit sourire malicieux.

- En grimpa sur mon bureau ce n’était pas vraiment un problème, le but c’était de pouvoir voire mes cours en me réveillant.

Quand on y réfléchissait, le but de la manœuvre était presque louable. C’était une façon comme une autre de retenir ce qu’il avait à apprendre, c’était même comme ça qu’il avait développé sa mémoire eidétique. Il savait que Thalia trouverait mignon sa réaction vis-à-vis de sa mère, en même temps cette dernière avait tout simplement trouvé adorable ce genre de réaction et à chaque fois elle finissait simplement par lui faire dire où il l’avait caché, c’était presque devenu une sorte de jeu entre eux. La complicité qu’il avait eue avec sa mère n’était pas nez de rien, c’était tout un tas de petit détail, dont celui-ci qui avait créé cette relation absolument adorable et magique.

C’est avec un petit sourire sur le visage qu’il écoutait Thalia recompter une anecdote sur son passé, tous les enfants avaient déjà fait des bêtises, certaine avait sans doute meilleur fond que d’autre, mais celle de Thalia était simplement adorable. Il continuait tendrement de lui caresser le dos. Elle avait toujours aimé les animaux, ça expliquait facilement comment et pourquoi elle avait choisi ce métier.

- C’est absolument adorable d’avoir sauvé le chat du voisin des griffes de la nuit hivernale. J’espère qu’il n’a pas était trop bouleversé de passer la nuit dans une maison inconnue et remplie de chien.

Si la petite tenait de la maman, ils ne devraient sans doute pas s’inquiéter du genre de bêtise qu’elle ferait. Il ne connaissait pratiquement pas Morgan et il ne pourrait donc pas juger du comportement que la petite aurait vis-à-vis du monde, peut-être même qu’elle n’avait pas du tout son caractère, il n’en savait rien, ce serait à Thalia de juger et d’agir en conséquence. C’est vrai que Nans s’amuserait sans doute derrière la petite, mais s’il va trop loin, il faudrait lui dire d’arrêter. Il savait qu’il serait incapable de s’opposer à lui et que cela créerait sans doute quelques problèmes.

- Oui, ce qui sera sans doute absolument adorable. Il faudra sans doute lui courir après pour s’assurer qu’elle n’embête pas trop de monde quand elle sera capable de marcher toute seule.

Ian avait toujours été un enfant craintif, même aujourd’hui ne dérogeait pas à la règle, mais Thalia semblait si sûre d’elle qu’il ne serait pas étonné que sa petite et la même assurance que sa maman. Il souriait alors serrant un peu plus son ange contre lui. Il conversation venait sans doute de se terminer là-dessus, il ne saurait pas dire depuis combien de temps ils avaient discuté ensemble, mais il était sans doute temps de fermer les yeux et de ses laissé emporter dans les bras de Morphée. Il souriait légèrement et embrassa le front de son aimé.

- Bonne nuit mon ange.

Il l’avait prononcé dans un soupir comme si tout son être était déjà en train de sombrer dans un profond état de demi-sommeil. Il n’avait pas toujours été du genre à s’endormir vite, mais lorsqu’il avait la femme qu’il aimait dans les bras et qu’il était confortablement installé cela aidait beaucoup les choses.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Family don't end with blood   Aujourd'hui à 17:30

Revenir en haut Aller en bas
 

Family don't end with blood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Family don't end with blood [Dean & Sammy]
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» Tournoi de Blood-bowl de la Dague Sanglante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-