Partagez | .
 

 Family don't end with blood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 376
Age IRL : 25

MessageSujet: Family don't end with blood   Lun 31 Oct 2016 - 18:43

Avec l'arrivée du mois de novembre, le quotidien des survivants changeait peu à peu. Bien des choses évoluaient, à commencer par leur rythme de vie. Seattle était une zone humide, et ça ils l'avaient bien remarqué. En l'absence d'un système de chauffage, l'humidité était palpable même à l'intérieur des bâtiments. Et depuis peu, le froid commençait à s'inviter également. Rien d'insurmontable, mais le cocktail fraîcheur et humidité avait tendance à être assez désagréable. À cela, il fallait ajouter le fait que le soleil se couchait de plus en plus tôt et que la nuit tombait plus vite qu'avant. Cela avait naturellement impacté les sorties ravitaillement, qui devaient s'organiser pour partir et rentrer plus tôt, mais aussi un certain nombre de tâches du quotidien. C'était pour cela également que Thalia avait fixé de bonne heure sa séance d'entraînement au tir avec son compagnon. Il était hors de question d'abandonner une pratique régulière, aussi bien pour elle que pour lui. Apprendre était une chose, mais garder son niveau nécessitait de continuer à s'entraîner. Au mieux, cela leur permettrait à tous deux de s'améliorer encore. Il était absolument hors de question de faire preuve de négligence, et de prendre le risque de rouiller.
Ce jour-là, la zoologiste s'était montrée intransigeante, aussi bien avec Ian qu'avec elle-même. Elle avait fait preuve de beaucoup d'exigence dans les exercices, considérant chaque balle perdue loin de la cible comme quelque chose d'irremplaçable. Il ne fallait pas se voiler la face, leur camp regorgeait d'armes et de munitions, petit souvenir que les militaires leur avaient laissé bien malgré eux. Ce n'était pas pour autant qu'il fallait se permettre de gâcher du matériel. Toutefois, il fallait bien pouvoir s'entraîner... et avec de vraies armes de temps en temps. Trouver des pistolets à eau, à billes ou à fléchettes c'était très bien, mais cela ne suffisait pas indéfiniment. Néanmoins, lorsque la dernière balle fut tirée, la jeune femme se montra satisfaite. Elle s'approcha de l'urgentiste qui laissait retomber son bras le long de son corps, venant se couler doucement contre lui une fois qu'il eut remis en place la sécurité de son arme.

« C'était très bien, Ian. Je suis fière de toi... Mine de rien, tu as beaucoup progressé depuis qu'on a commencé tout ça à la fin de l'été.

La jeune femme attira son compagnon à elle le temps de l'embrasser, puis elle recula pour aller ramasser les cibles d'entraînement. Evidemment, cela n'avait rien d'un matériel de professionnel, mais cela faisait l'affaire. Des morceaux de carton sur lesquelles des cibles avaient été dessinées, ce qui était largement suffisant pour permettre de savoir où tirer. De temps à autres, ils utilisaient des bouteilles vides ou des cannettes en métal. Elle ramassa le carton sur lequel Ian venait de s'entraîner, jetant un œil à son résultat. Globalement, il mettait beaucoup moins de balles à côté et plus dans le mille. Alors oui, il y avait encore des trous dans les parties du carton qui ne faisaient pas partie de la cible, mais il était parvenu à toucher presque au centre, et il y avait quatre autres impacts à divers endroits dans la cible. Plutôt pas mal. La zoologiste sourit, sachant pertinemment qu'elle-même n'était pas une tireuse d'élite. Elle se débrouillait respectablement et savait défendre sa peau, rien de plus. Pour voir des pros à l'oeuvre, il fallait se tourner du côté des militaires, par exemple.
Après avoir ramassé le matériel, Thalia retourna rejoindre Ian, lui saisissant la main pour l'entraîner à sa suite. Au lieu de l'emmener là où d'ordinaire ils rangeaient les armes une fois qu'ils avaient terminé de s'en servir, elle récupéra au contraire quelques chiffons et de quoi entretenir celles qu'ils avaient emprunté. Histoire de répondre à sa question muette, elle lui adressa un sourire et s'expliqua.

- Bon, et maintenant je vais te montrer comment entretenir une arme. J'ai pris des leçons avec Clive pendant un certain temps, et maintenant que je sais m'y prendre sans me tromper, je peux m'improviser professeur !

Le caporal était du genre à toujours être disponible quand on lui demandait un coup de main. Du coup, elle ne se privait pas de le solliciter lorsque Jaden était occupé, pour pouvoir se perfectionner dans le tir. Elle avait notamment appris à utiliser plusieurs types d'armes avec lui, apprivoisant peu à peu des fusils, apprenant comment diverses armes fonctionnaient, comment compenser le recul... Pour l'heure, elle était bien plus à l'aise avec de modestes armes de poing de type 9mm. Mais elle voulait être prête pour tout utiliser en cas d'urgence. Par la même occasion, Clive lui avait enseigné comment procéder à l'entretien d'une arme. Parce que peut-être qu'un jour, elle se retrouverait bloquée quelque part sans possibilité de rentrer, et qu'elle devrait savoir le faire elle-même pour ne pas que son arme la lâche au pire moment.
La zoologiste s'installa avec son compagnon pour pouvoir lui montrer tout ce qu'elle avait retenu. Elle ne savait pas si elle était la meilleure des pédagogues, mais en tout cas elle était bonne élève et avait une sacrée mémoire. Sans même prendre de notes, elle avait enregistré ce que le caporal lui avait montré, en faisant très attention à observer ses gestes pour mieux les répéter ensuite. Elle prit son temps pour montrer à l'urgentiste comment faire, et lorsqu'ils eurent terminé et tout rangé, la nuit était déjà tombée. Ce n'était pourtant pas encore l'heure du repas, mais on s'affairait déjà en cuisine. Le couple alla retrouver Nans dans la salle commune où les membres du groupe pouvaient se retrouver pour passer du temps ensemble. Il avait gardé Evelynn avec laquelle il était encore en train de jouer. La petite était très occupée à lui enlever sa casquette pour la lui voler lorsque sa mère attira Ian avec elle sur les sièges face à Nans.

- On est de retour ! Ca a pris un peu de temps, il a fallu qu'on fasse un peu d'entretien... Evie a été sage ? »

Thalia eut un petit sourire amusé en regardant faire sa fille. On aurait pu croire que cela répondait déjà à la question. En la voyant, Evelynn se mit à babiller joyeusement. Elle avait plus de huit mois à présent, et ses premiers mots ne tarderaient plus. Cela faisait plusieurs mois qu'elle s'essayait aux syllabes sans que cela ait du sens. C'était impressionnant de la voir grandir si vite, mais savoir qu'elle s'en tirait bien malgré ce qui arrivait au monde était un vrai soulagement. La jeune femme prit la main de Ian entre les siennes, posant sa tête sur son épaule, savourant simplement le contact avec l'homme qu'elle aimait.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 855
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Family don't end with blood   Mar 1 Nov 2016 - 19:26

Il avait accueilli la leçon de tire avec plaisir, non pas qu’il aimait l’idée d’avoir à s’en servir, mais ce n’était plus une corvée comme ça l’était par le passé. Il savait qu’il devrait être capable de se défendre en cas de conflit. Il n’était plus question de simplement s’intéresser à sa peau, mais aussi à ses proches. Il savait que Jared était devenue bien meilleur que lui avec une arme entre les mains et ça lui faisait peur. Il aimait son fils comme un père en était capable et l’idée de le voir grandir aussi vite ne lui plaisait pas du tout. Oui, il était en âge de conduire maintenant et depuis presque un an maintenant, il serait aussi bientôt en âge d’être majeur, enfin tout ça pour dire que la vie avancer et qu’il n’était plus l’enfant d’une dizaine d’années qu’il avait eu à gérer lors de sa première rencontre avec lui.

L’épidémie forçait tout le monde à s’améliorer de toute façon, la politique de la maison c’était simplement marche ou crève. S’il voulait rester en vie, il avait eu deux possibilités, se débrouiller ou compter sur les autres. Jusqu’à maintenant, il s’était contenté de compter sur les autres pour le protéger, mais cela ne pouvait pas durer indéfiniment. Il restait celui qui était moins à l’aide lorsqu’il était question d’expédition en même temps, il était toujours préférable de savoir ou le trouver étant donné qu’il était médecin et qu’il devait gérer tout le monde.

En tout cas, il s’était appliqué durant tout la durée de l’entrainement, il voulait montrer à son ange qu’il était devenu un peu plus débrouillard en même temps, il savait qu’il devrait trouver quelque chose pour l’anniversaire de Thalia, c’était important pour lui. Il aimait respecter les traditions et celle-ci était vraiment importante à ses yeux. Il n’en avait pas parlé avec elle en même temps, il savait que bon nombre de personnes préférés dire qu’il n’aimait pas les cadeaux simplement pour ne pas donner des pistes. Alors il en avait vaguement parlé avec Nans et il avait dit que peut-être il l’aiderait.

- C’est grâce à toi si je suis devenu aussi doué. Tu m’en aurais appris des choses…

Il lui souriait amicalement. Avant de répondre au baiser qu’elle posait sur ses lèvres. La mauvaise passe qu’ils avaient traversée avait finalement totalement disparu et maintenant, ils avaient même emménagé dans la même chambre. Ian avait l’impression de vivre sur son petit nuage et que rien ne pouvait entacher la vie qu’il avait actuellement à l’intérieur du lycée. Il regardait Thalia en penchant légèrement la tête quand elle décida que l’entrainement n’était pas terminé et qu’elle voulait lui montrer comment entretenir une arme. Il ne comprenait pas vraiment à quoi ça pourrait lui être utile, mais il n’allait tout de même pas rechigner à la tâche.

- Tu ne m'avais pas dit que tu prenais des leçons avec lui, je pensais que c’était Jaden qui t’avait appris tout ça.

La jalousie n’était pas vraiment quelques choses qui le touchait en temps normal, mais le fait de ne pas l’avoir su plus tôt faisait naitre en lui un sentiment assez mitigé. Enfin, il avait confiance en la fidélité de Thalia et là n’était pas vraiment la question. Il avait rougi un peu en disant ça comme s’il avait honte de dire tout haut ce qu’il avait pensé à ce moment-là. Il était vite passé à autre chose s’intéressant un peu plus à ce que son ange était en train de lui apprendre, il ne voulait pas qu’elle fasse une remarque à ce qu’il avait dit parce qu’il n’assumerait sans doute pas. En attendant, il passait un agréable moment avec elle et il était bien content de pouvoir compter sur elle. Finalement, une fois terminé, il était temps de ranger les armes et de retourner trouver Nans dans la salle commune.

Il était facile de reconnaitre son père au milieu de toutes les têtes, c’était le seul qui avait toujours une casquette sur la tête. Il n’avait d’ailleurs pas quitté celle que Thalia lui avait offerte, l’urgentiste se demandait même s’il avait choisi de garder son ancienne ou s’il avait accepté de la jeter. Il souriait à cette idée, il ne dit rien alors qu’ils arrivèrent à la hauteur de son paternel, il laissait la brune prendre sa main dans la sienne absolument enchantée par le contact.

- Plutôt bien, j’adore cette petite, elle est absolument adorable et c’est bien plus reposant de s’occuper d’elle plutôt que d’aller dehors.

Ian sourit, il pouvait que comprendre ce que disait son père. Il pouvait bien passer quelques minutes à discuter avec lui. Il avait passé beaucoup de temps dehors ses derniers jours, il fallait préparer les provisions pour l’hiver tant qu’il était encore temps et avant que la neige tombe. Il entraina Thalia avec lui et l’invita à s’assoir sur ses genoux alors qu’il trouva une chaise libre juste à côté de son père.

- Tu n’as jamais été aussi gentil avec moi, c’est injuste.
- La vie est injuste, fils que veux-tu, de toute façon tu avais ta mère pour trop te gâter.

Ils n’avaient l’un comme l’autre pas évoqué Judy depuis longtemps et pour une fois ce n’était pas de la douleur qui venait en tête de l’urgentiste, mais plutôt des souvenirs agréables de son passé. En tout cas, il était content d’être ici. Il souriait alors qu’il serait un peu plus Thalia dans ses bras.

- Tu marques un point, mais ça fait plaisir de te voir comme ça, pour quelqu’un qui ne voulait pas d’enfant…

C’est sans doute une chose à ne pas dire à un enfant, mais Ian le savait depuis longtemps maintenant et ça ne l’avait pas empêché de grandir correctement pour autant. Il savait que sans lui, Nans ne serait pas là aujourd’hui et n’aurait pas non plus un bébé entre les mains.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 376
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Family don't end with blood   Jeu 3 Nov 2016 - 0:22

Pelotonnée contre Ian, Thalia gardait un œil sur ce que faisait sa fille. De toute évidence, Evelynn avait largement dompté Nans, puisqu'il la laissait grimper sur lui pour attraper sa casquette et tâcher de la voler. Elle obtint même gain de cause, puisque le vieil homme la lui mit sur la tête en soupirant, déclenchant son hilarité. On voyait péniblement le bas du visage de la petite apparaître de sous la casquette trop grande, mais elle semblait clairement enthousiaste. Quelques minutes passèrent avant que Nans ne récupère sa casquette pour la remettre sur sa tête, et Evelynn en profita pour tendre les bras et toucher de ses petites mains la barbe de l'homme. Un air concentré apparut sur son visage, comme si elle effectuait un quelconque travail de précision, alors qu'elle tirait tout doucement sur les poils rêches. Elle avait l'air plus fascinée qu'autre chose, et son geste n'était pas douloureux. Apparemment, la fillette débordait d'énergie, ce qui était compréhensible après une bonne sieste... Amusée, la zoologiste la reprit gentiment.

« Evie... Tiens-toi un peu tranquille.

La petite tourna la tête vers elle avant de lui adresser un sourire radieux, qui semblait l'expression même d'un pur bonheur. C'était quelque chose d'assez impressionnant de voir une telle innocence dans un monde marqué par la mort et la violence. Pour l'heure, Evelynn n'en portait aucune tache, elle n'avait pas été souillée. Cela viendrait bien assez tôt. Elle grandissait à vue d'oeil. D'ici quelques mois, elle ferait ses premiers pas. Alors qu'elle regardait sa mère, toujours juchée dans les bras de Nans, Evelynn répétait des « ma » joyeux tout en regardant sa mère. Pour le moment, elle n'avait encore rien dit de plus, pas de véritable maman ou quoi que ce soit... Mais cela viendrait.
Caressant doucement la main de Ian dans la sienne, la jeune femme leva les yeux vers lui pour déposer un baiser dans son cou et sous son menton. Il piquait très légèrement là où sa barbe commençait à repousser. Elle resta un instant à le regarder, caressant sa joue du bout des doigts, puis elle se blottit à nouveau contre lui, enfouissant son visage dans le creux de son cou quelques instants, fermant les yeux. Elle ne les rouvrit qu'en entendant sa fille gazouiller et rire un peu plus fort, alors que Nans la chatouillait. La zoologiste sourit.

- En tout cas, vous avez l'air de bien vous entendre tous les deux.

C'était le moins que l'on puisse dire, en tout cas. La discussion entre les adultes s'orienta peu à peu sur le récit de l'après-midi qu'ils avaient passée, échangeant diverses informations relatives au camp qu'ils avaient pu glaner au hasard. Il y avait aussi un léger problème d'infiltration d'eau dans une des salles utilisées comme chambres, et apparemment quelques bonnes âmes avaient décidé de coopérer le lendemain pour remettre les choses en état. Le plus important, dans les mois à venir, serait d'avoir un accès suffisant aux ressources en eau et en nourriture, sans oublier d'avoir un abri où se garder au chaud. Autant dire qu'il ne fallait pas remettre à plus tard une réparation, pour ne pas se laisser prendre au dépourvu...
Au bout d'un moment, Thalia alla récupérer Evelynn dans les bras de Nans, histoire qu'il puisse souffler un peu. Sa fille dans les bras, elle retourna s'asseoir sur les genoux de Ian, s'installant confortablement sans toutefois le gêner. La petite profita de cette position pour câliner un peu, se calmant temporairement en suçotant son pouce. Cela ne fut pas de très longue durée, car après quelques minutes, elle se redressa dans les bras de sa mère et riva son regard sur Ian. Sans cesser de l'observer, elle lui fit un grand sourire et tendit les bras vers lui.

- Papa !

A cette déclaration spontanée succéda un silence subit, à la fois étonné et perplexe. Thalia eut l'impression que son cœur faisait une brusque embardée dans sa poitrine. Elle jeta un petit coup d'oeil à son compagnon, avant d'écarter un peu sa fille de lui pour la mettre bien face à elle. Non pas pour tenter un vague éloignement, mais plutôt pour s'assurer que la petite n'avait pas simplement associé deux syllabes qu'elle connaissait sans y réfléchir. Mais la réaction de l'intéressée fut sans équivoque. Sourcils un peu froncés par la contrariété, elle gigota dans les bras de sa mère pour réussir à se tourner à nouveau vers l'urgentiste. Dès qu'elle l'eut bien dans son champ de vision, un nouveau sourire éclaira son petit visage, et elle se remit à scander d'un air sûr d'elle :

- Papa ! Papa !

C'était son premier mot, et le comble, c'est qu'il n'était même pas adressé à son vrai père. La zoologiste se demandait comment elle avait pu associer ce mot à Ian. Elle ne lui avait jamais parlé de lui en ces termes... D'un autre côté, elle avait pu entendre ce mot prononcé par d'autres dans son entourage, notamment de la bouche de Jared. Cela avait sans doute suffi. Pour couronner le tout, c'était bien plus simple à prononcer pour elle que le prénom de Ian. La jeune femme coula un regard interrogateur en direction de son compagnon, qui avait l'air de s'être fait foudroyer.
De son côté, son esprit fonctionnait à plein régime. Son cœur battait à un rythme affolé dans sa poitrine, et elle ne savait pas si elle devait mourir de honte ou au contraire être ravie de ce qui se passait. Elle ne s'était jamais posé la question du rôle que son compagnon allait remplir auprès d'Evelynn. Elle ne voulait rien lui imposer. D'un autre côté... elle avait toujours eu beaucoup de problèmes de conscience liés au fait que la petite allait grandir sans père, sans figure paternelle... Voilà qui semblait bien parti pour régler la question. Seulement, elle ne voulait pas que l'urgentiste se sente coincé ou contraint... d'où son silence, le temps de trouver les bons mots. Elle fut néanmoins interrompue dans sa réflexion par les pleurs soudains de sa fille. Elle mit un certain temps à comprendre ce qui n'allait pas, et cela constituait une sorte de diversion bienvenue.

- Mince, son doudou... Où est-il passé ? Si on l'a perdu, ça va être un problème... »

Nans ne put qu'afficher son ignorance sur la question. Mais le doudou perdu n'était pas en vue. Il y avait fort à parier qu'il avait été perdu plus tôt au cours d'un déplacement, ce qui voulait dire qu'il se trouvait quelque part dans le lycée. Thalia confia à nouveau la petite à Nans, tirant Ian par le bras pour qu'il l'accompagne et l'aide dans ses recherches. Il avait encore l'air tout hébété, mais au moins le fait de partir en mission sos doudou allait leur permettre de parler de ce qui venait de se produire...


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 855
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Family don't end with blood   Ven 4 Nov 2016 - 16:43

Tout semblait si bien aller aujourd’hui, assis dans ses fauteuils de la salle commune avec ses proches, il ne lui fallait rien de plus pour être heureux. Peut-être la présence de son fils qui manquait encore bien souvent à l’appel bien qu’il se soit tout de même considérablement rapproché en un an. Il était loin d’être les meilleurs amis du monde, mais au moins à l’heure actuelle c’était loin d’être des étrangers l’un pour l’autre. Ian observait la petite attraper la casquette de son père et il ne put que comprendre pourquoi il tenait à garder un truc sur sa tête lorsqu’il retira la casquette pour la mettre sur la tête de la petite. Son père avait de gros problèmes capillaires, qui pouvait se justifier par son âge et aussi le stress qu’il avait subi alors qu’il était dehors et puis simplement l’alimentation qui n’était plus aussi fournie qu’avant. Une chose est sûre, il était surpris de le voir aussi vieux. Il garda sa remarque pour lui-même évitant ainsi les problèmes. Il profita que Thalia parle de l’agitation de sa fille pour ajouter avec un sourire aux lèvres.

- C’est parce qu’elle vient de voir sa maman c’est pour ça qu’elle est intenable.

Il savait qu’il avait en partie raison étant donné qu’il avait lui-même assisté Nans quand il gardait la petite et que Thalia partait toute seule en expédition. Il avait eu plus d’une fois l’occasion de constater que c’était une enfant très sage en règle générale. Il trouvait son père tout simplement adorable avec la petite toujours aussi jaloux de voir qu’il était plus agréable avec elle en quelque minutes qu’il ne l’a été tout le long de sa vie, mais c’est la vie alors il ne dit rien de plus se contentant de serrer un peu plus Thalia contre lui.

Pour le moment, il s’agissait d’une journée ordinaire comme il en avait d’autres. Il relâcha son ange pour qu’elle récupère sa fille et l’invita à revenir s’installer sur ses genoux. Il n’était peut-être pas un homme très fort, mais il supportait sans problème le poids de son aimé qui n’était pas très lourde et c’est n’est pas en ajoutant les quelques kilos que devait pesait Evelynn que ça allait vraiment changer la donne, surtout qu’il avait par moment envie d’être l’homme fort de la situation. Chose qu’il n’était jamais étant donné que c’était Thalia la casse-cou des deux. Il souriait doucement à Evie qui était du coup beaucoup plus proche de lui et qui la regardait avec ses grands yeux bleus. Elle était vraiment mignonne, il appréciait vraiment cette petite bien qu’il ne savait pas toujours comment réagir en sa présence. Il avait toujours quelques soucis avec les enfants, qui finiraient sans doute par se régler au fur et à mesure à force de passer du temps avec elle.

Il ne s’attendait pas du tout à ce qui se passait par la suite, il entendit distinctement la petite l’appeler Papa. La conversation qu’il était en train de mener avec son père fut soudainement interrompue et le silence qui suivait laisser presque sous-entendre que quelque chose de terrible venait de se produire. Le regard de Ian était braqué sur Thalia, qui était en train de retenter l’expérience pour vérifier que c’était bien arrivé. Et lorsque la petite voix d’Evie s’éleva à nouveau pour l’appeler papa, son cœur cru lâcher. Pendant un instant, il redoutait même la réaction de Thalia, c’était elle la maman, il n’était rien pour elle à part l’homme qui partageait la vie de sa mère. Il avait dit qu’il était prêt à l’aider avec sa petite, mais il n’avait pas signé pour ça. Enfin pas dans son souvenir. Il n’était pas prêt, pas préparer. Il n’avait pas élevé Jared et ce n’était pas plus mal…

- Bon bah, tu as une fille maintenant. Félicitation fils ! La famille ne s’arrête pas au sang visiblement…

Nans avait dit ça avec un brin d’humour pour faire disparaitre le silence gênant qui venait de s’imposer sans que personne n’ait eu la force de faire quoi que ce soit. Ian était simplement incapable de parler. Il avait la bouche entre ouverte et il était en train de réfléchir, de toute façon il ne pourrait pas dire quoi que ce soit à Evie c’était une enfant, elle ne se rendait pas compte de ce genre de chose, elle n’avait jamais connu son père. Il était touché, mais en même temps, il n’était rien pour elle. Il n’entendit pas vraiment Thalia parler, ni son père lui dire que lui redonner la petite tout en s’excusant d’avoir perdu le doudou. La seule chose qui lui fit reprendre les pieds sur terre c’est Thalia qui le tirait par le bras à sa suite.

Il ne fallut pas longtemps au deux pour s’éloigner d’un Nans qui avait les regardait partir avec un sourire entendu. Ian lever alors les yeux vers son ange. Il s’en voulait terriblement, les premiers mots d’un enfant c’était censé être pour la mère pas pour lui. Son regard se posa sur sa douce un instant et ne trouva rien de mieux à faire que de s’excuser.

- Je suis désolé Thalia, je…

Que pouvait-il bien dire de plus ? Ce n’est pas comme s’il pouvait contrôler un enfant. Déjà qu’il n’arrivait pas gérer son propre fils. Il réalisait pendant un instant que si Thalia l’avait embarqué à l’écart c’était autant pour pouvoir retrouver le doudou égaré et peut être pouvoir en discuter à l’abri des oreilles indiscrètes enfin pour le coup ni devant Nans ni devant Evelynn. C’était une conversation qui devait avoir lieu en privé.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 376
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Family don't end with blood   Sam 5 Nov 2016 - 13:26

Thalia était confrontée pour la première fois à la perte d'un doudou, mais elle avait décidé d'agir de façon méthodique, en remontant la piste. Dans les grandes lignes, cela consistait à fouiller les endroits qui avaient été fréquentés par Evelynn durant la journée. Trop occupée à s'amuser avec Nans, la petite n'avait même pas remarqué cette perte... dans un premier temps du moins. Toutefois, sa mère n'avait pas que cela en tête. Même si elle essayait de son concentrer, elle était toute remuée par le premier mot de sa fille. Non pas parce qu'il ne lui était pas adressé... mais parce que cela mettait le doigt sur leur nouvelle situation de famille, et sur l'absence de père à laquelle elle devait faire face.
La zoologiste ne savait pas vraiment où elle en était. Mais ce n'était rien à côté de Ian. Comme d'habitude, il réagissait comme s'il avait pris un tronc en pleine figure, l'air confus, hébété, désolé. Elle ne lui avait pas lâché la main depuis qu'elle l'avait entraîné dans les couloirs, la tenant toujours fort dans la sienne sans vouloir la lâcher. Comme si elle voulait lui montrer la force de son amour et de sa tendresse sans arriver à les mettre en mots, pour cette fois. En tout cas, elle ne pourrait pas faire comme s'il ne s'était rien passé. Ils devaient en parler...

« Ne t'excuse pas... Tu n'as rien fait. C'est moi qui suis désolée... Je ne sais pas d'où ça lui vient, en tout cas je n'ai rien fait pour que ça arrive.

En réalité, la jeune femme avait sa petite idée sur la question. Ces derniers temps, Jared avait passé un peu plus de moments en leur compagnie, et il faisait l'effort d'appeler Ian « papa ». Si on couplait cela au fait que « pa » était une syllabe qu'Evelynn maîtrisait parfaitement, et qu'il lui suffisait de la répéter deux fois... Bref. Et de plus, la petite avait bien associé ce mot à l'urgentiste, elle ne désignait personne d'autre par ce mot, et elle l'avait spécifiquement prononcé pour attirer son attention. Pas de babillage de nourrisson dans ce cas précis... c'était bel et bien son premier mot.
Thalia attira son compagnon dans une pièce vide, qui servait de dépôt de matériel. Aucune chance de trouver le doudou ici, mais elle voulait plutôt qu'ils aient un instant en tête à tête sans personne pour les surprendre ou pour les interrompre. Le cœur battant avec une petite pointe d'appréhension, elle fit face à Ian, ne sachant pas trop comment aborder la question. Si cela n'avait tenu qu'à elle, elle aurait simplement applaudi et appuyé la décision de sa fille. Mais il était hors de question de mettre tout ça dans les pattes de son compagnon sans son aval. Leur vie de couple devait s'accommoder de leur passé respectif, bien sûr... mais jusqu'à un certain niveau.

- Ca va mettre un peu de temps jusqu'à ce que j'arrive à lui faire comprendre qu'elle ne doit pas t'appeler comme ça. Elle est encore trop petite... Et c'est plus facile à prononcer pour elle que ton prénom.

Ce n'était que la plus pure vérité. Bien entendu, Evelynn saurait un jour ce qui s'était passé avant sa naissance. Qui était Morgan, pourquoi il n'était plus là... ce genre de choses. Mais comment le faire comprendre à un enfant si jeune ? C'était impossible. Il faudrait au moins attendre qu'elle ait quatre ou cinq ans... et jusque là, elle n'aurait pas de père dans sa vie. Si pendant un temps, la zoologiste s'était dit que ce ne serait pas forcément un problème, tâchant de se rassurer pour pallier à cette angoisse importante que cette question représentait, elle n'en était désormais plus sûre. Durant sa dépression et même après, elle s'en était voulu mortellement d'avoir privé sa fille de son père. C'était toujours le cas. Puis, elle s'était plus ou moins convaincue qu'elle pourrait s'en passer, entourée d'amour et de la protection des membres du camp. Après tout, même par le passé, beaucoup d'enfants s'en étaient bien tirés en étant orphelins d'un de leurs deux parents... Seulement, c'était un mirage. Cela continuait à lui poser problème, et elle aurait adoré que Ian endosse le rôle. Il n'était pas forcément à l'aise, mais cela viendrait. Il avait une bonne relation avec Evelynn, et la jeune femme lui faisait entièrement confiance.
En tout cas, si elle devait vraiment faire comprendre les choses à la petite si l'urgentiste ne désirait pas devenir son père adoptif, cela mettrait un certain temps. Le simple fait de prononcer « Ian » allait être complexe, et lui faire désapprendre ce qu'elle avait spontanément assimilé serait un sacré défi.

- C'est toi qui décides, Ian. Evie n'a plus de papa pour prendre ce rôle et veiller sur elle. Mais je ne veux rien t'imposer, et c'est uniquement ton propre choix. Je l'accepterai, quel qu'il soit.

Thalia ouvrit la bouche, voulant ajouter son propre avis sur la question, mais elle se ravisa et la referma sans rien ajouter. Au fond d'elle, elle voulait qu'il accepte. Elle aurait été fière, honorée... heureuse. Elle savait ce qu'il pouvait apporter à Evelynn, et elle ne voyait pas comment la petite le verrait autrement que comme un père, peu importe le nom qu'elle était censée lui donner. Peut-être que Ian n'avait pas encore pleinement conscience d'à quel point la zoologiste le voulait dans sa vie. À quel point elle l'aimait, et comment tout cela était sérieux pour elle. Peut-être se sentait-il un peu noyé, et elle ne pouvait pas lui en vouloir. Il semblait que Nans avait glissé dans le moule avec bien plus de facilité, prenant naturellement, bien qu'officieusement, le rôle de grand-père.
La jeune femme se détourna finalement, relâchant doucement la main de son amant qu'elle tenait toujours dans la sienne. On voyait nettement sa gêne, elle qui d'ordinaire était maîtresse d'elle-même. Son cœur battait toujours un peu trop vite, et elle était tiraillée entre des émotions diverses. Pour masquer son trouble, elle toussota et prit une grande inspiration.

- Où a bien pu passer ce fichu doudou ? »

Plus pour la forme qu'autre chose, sachant pertinemment qu'elle ne le trouverait pas là, elle fit néanmoins le tour de la pièce, écartant les objets, se penchant pour regarder sous les étagères, histoire de donner l'illusion qu'elle était passée à autre chose. Mais pour le coup, même Ian ne serait pas dupe de son manège.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 855
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Family don't end with blood   Dim 6 Nov 2016 - 11:29

Oui, il y avait ce doudou à chercher, mais son esprit était simplement incapable de le faire. Il ne regardait pas où il se rendait, se contentant simplement de suivre le chemin que Thalia lui dictait par cette main qui serrait un peu plus la sienne. Il était content qu’elle le tienne si fermement, il n’avait alors pas besoin de se poser des questions concernant la marche à suivre. Il n’avait pas envie que son cerveau réfléchisse. Il avait simplement envie de sombrer dans le noir et l’absence de réflexion et pourtant, il était clairement en train de se prendre la tête avec lui-même concernant ce qui venait de se passer. Il se demandait même si vraiment Thalia allait lui en parler, elle ne semblait pas plus décidée que ça à le faire. Finalement après avoir entendu ses excuses, elle en fit de même ce qui était encore plus étonnant pour l’homme. Il la regarda avec son air de chien battu alors qu’elle se concentrait sur le sol et le doudou perdu.

- Le premier mot de ta petite aurait dû être maman. Je ne sais même pas d’où elle a entendu le mot papa. Enfin, tu m’appelles toujours Ian en sa présence.

Il avait besoin de se justifier, se dire que ce n’était la faute à personne, sauf peut-être à pas de chance. Il ne fallait pas être bête pour savoir que le seul qui l’appelait papa c’était Jared, lui-même n’utilisait pas ce terme pour parler à Nans ou pour l’évoquer. Il se contentait de son prénom ou de père. Il n’avait jamais aimé l’étiquette pour le plus grand plaisir de son fils qui ne jurait que par ça. Enfin, c’était le genre de conversation qu’il avait abandonné depuis longtemps et qui se terminait irrémédiablement en dispute. Alors Ian avait pris le parti de laisser tomber. Il ne le regrettait pas vraiment puisque les choses finissaient toujours comme ça. Nans avait raison c’était aussi simple que ça, il lui devait le respect et se contentait donc de se taire. Il se laissa entrainer dans une pièce vide où le doudou ne serait pas. Il releva la tête avec un air étonné alors que ses yeux se posaient sur Thalia. Il ne comprenait pas ce qu’ils faisaient ici avant qu’elle ne prenne la parole pour expliquer.

- Il va falloir un petit moment avant que tu lui expliques son histoire, mais c’est important en effet. Morgan ne doit pas sombrer dans l’oubli.

Son commentaire était autant pour elle que pour lui-même. Morgan avait existé, ce n’était pas vraiment un mythe. Il ne voulait pas non plus que ça devienne un fantôme qui les hanterait tout le temps bien qu’il était évident qu’Evie tenait bien des choses de son père à commencer par ses yeux bleus. Ian regardait alors Thalia d’un air perplexe, il pouvait comprendre qu’elle avait envie de bouger plutôt que de rester statique, mais faire semblant de chercher un doudou ne l’aiderait pas à avancer en réalité. Il était bien placé pour savoir que cacher un peu mieux les squelettes qu’on avait dans le placard ne changerait pas grand-chose. Il la regardait avec un air aimant, se rapprochant d’elle pour récupérer la main qu’il avait eue dans la sienne jusqu’à présent.

- Tu m’as entrainé ici pour qu’on parle de ce qui vient de se passer. Pas la peine d’être devin pour savoir que le doudou ne sera pas ici et que faire semblant de le chercher ne t’aidera pas vraiment à détourner la conversation.

Il se voulait rassurant et compréhensif, il comprenait parfaitement tout le poids qu’il aurait sur les épaules s’il acceptait la requête qu’elle venait de lui faire, mais il n’était simplement pas capable d’accepter. C’était beaucoup trop d’honneur pour lui. Il ne le méritait pas. Il n’était pas contre faire partie de la vie d’Evelynn, il lui avait dit dès le début. Il avait adopté Thalia et son ancienne vie. Passer du temps avec sa petite ne lui posait pas de problème, mais de là à devenir son père… Il y avait tout un monde, un monde qu’il n’avait pas l’impression d’être prêt à franchir. Pour lui, il n’était pas assez bien pour elle. Il se sentait presque obligé de refuser, un peu comme lorsqu’on vous offre un cadeau beaucoup trop cher pour vous.

- Je suis vraiment touché par la proposition, mais je ne peux pas décemment accepter. C’est beaucoup trop, je n’ai pas les épaules pour être le père de qui que ce soit. Regard Jared, je suis presque incapable de m’occuper de lui. Il passe son temps à faire tout et n’importe quoi. C’est tout juste s’il me parle.

La situation avec son propre fils était sans doute un mauvais exemple puisque ce n’était pas lui qui l’avait élevé, il ne se connaissait que depuis six ans et n’avait jamais été véritablement présent pour lui en dehors de cette première année de survie. Il était content de le savoir en sécurité entre les murs du camp et l’avait simplement laissé faire ce qu’il voulait. Le gamin qui était arrivé entre les grilles d’Emerald avait bien grandi depuis leur arrivée, il était fier de lui, mais n’était pas capable de lui dire, simplement parce qu’il ne se parlait pas. Ce qui laissait croire à l’urgentiste qu’il n’était pas capable de tisser un lien durable avec un enfant.

- Chaque jour, je remercie sa mère de ne pas me l’avoir présenté plus tôt, j’aurais été un père horrible et absent…

Il y avait aussi une part de ça dans son raisonnement, bien qu’il savait qu’il avait déjà était plus présent pour Evie que dans toute la vie de son propre fils. Si demain tout allait mieux, il devrait reprendre son travail et il ne serait de nouveau plus jamais disponible, sauf s’il raccrochait son tablier, il pourrait sans doute trouver un autre métier moins chronophage pour passer du temps avec sa famille. Il aurait tout le temps d’y réfléchir un jour. Il regardait toujours Thalia et il avait envie de la prendre dans ses bras, il était en train de refuser son offre plus par crainte de mal faire les choses que parce qu’il en avait vraiment envie. Dans un murmure, il s’excusa à nouveau, il avait la gorge serrée de devoir faire un tel choix.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 376
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Family don't end with blood   Dim 6 Nov 2016 - 22:32

Thalia était plus tiraillée que jamais. Elle s'était promis de ne pas influencer le choix de son compagnon, ne voulant pas qu'il se sente contraint, forcé d'accepter cette place importante et tout le travail qui allait avec. Pourtant... elle ressentait le besoin viscéral de dire tout ce qu'elle avait sur le cœur. De lui donner son point de vue sur la chose. Lorsqu'il reprit sa main dans la sienne en ramenant la conversation sur Evelynn, la jeune femme avait curieusement les yeux embués de larmes. Elle dut cligner deux ou trois fois des paupières, rapidement, pour les chasser. Elle ne savait pas vraiment pourquoi cela la mettait dans cet état, comme à fleur de peau. Elle se reprit, regardant Ian dans les yeux. Elle comprenait ses réticences, car elle commençait à le connaître par cœur. Il avait peur de mal faire, comme pour tant d'autres choses...
Il n'avait pas élevé d'enfant, tout d'abord. En soi... ils avaient cela en commun. Elle était totalement débutante dans le domaine, et elle n'avait plus sa famille pour la guider sur ce chemin. Bien sûr, il y avait ses proches et amis du camp qui se feraient un plaisir de la conseiller... mais elle devait tout de même prendre ses responsabilités, faire des choix. L'énormité de la tâche l'avait accablée lorsqu'elle était tombée en dépression, après son accouchement. Cette peur, elle pouvait la comprendre.

« Ian... Tu n'en as sans doute pas conscience, mais tu te comportes déjà comme un père pour elle. Tu as les épaules pour le faire. Je le pense vraiment.

La zoologiste caressa du pouce la main de son compagnon qu'elle tenait dans la sienne. Elle augmenta un tout petit peu la pression de son étreinte. La situation aurait presque pu porter à sourire si le moment n'avait pas été aussi grave. Cachés dans un débarras, au milieu d'objets divers et de produits d'entretien, cela ressemblait fort à un rendez-vous secret de collégiens. Et pourtant, on en était loin. La jeune femme tâchait de trouver les bons mots, de ne pas se jeter à corps perdu dans un argumentaire qu'elle se retenait de faire. La question de Jared revenait bien sûr sur le tapis. Même si des progrès étaient observables entre père et fils, cela restait tendu, distant. Tout dépendant des moments. Ian avait tellement la sensation de marcher sur des charbons ardents qu'il en devenait maladroit. Avec Evelynn, il se comportait de manière plus naturelle...

- Evie t'a connu depuis qu'elle est née, et maintenant qu'on est ensemble, elle te côtoie de plus en plus. Vous vous entendez super bien. Jared... Il a grandi loin de toi. Je ne crois pas qu'on puisse comparer ces deux situations.

Thalia se tut, réfléchissant. Elle n'osait toujours pas se lancer, mais le désir d'y succomber se faisait de plus en plus pressant. Il ne comprenait pas ce que tout cela représentait à ses yeux. De l'importance de cette question. De tout ce qu'il représentait pour elle. De ce qu'il représentait déjà pour sa fille, ce qui ne ferait que s'accentuer par la suite. Elle devait lui donner son point de vue, celui d'une compagne, d'une mère... Elle avait confiance en lui. Éperdument. Elle savait quel homme il était, ce qu'il valait. Il était celui avec qui elle voulait passer le temps qui lui restait. Celui qui donnerait les valeurs adéquates à Evelynn. Il avait énormément à lui apporter, elle le savait. Il fallait juste que lui-même s'en rende compte.

- Mon amour, je... Je serais comblée si tu acceptais d'être le père adoptif d'Evie. Je ne vois personne d'autre que toi pour remplir ce rôle. J'aimerais que ce soit toi. Je serais... fière, honorée, heureuse. Tu es capable de le faire, tu le fais déjà sans même te rendre compte. Elle a besoin de quelqu'un qui soit son père. Morgan n'est plus là pour le faire, mais je suis sûr qu'il approuverait. J'ai... Une des choses les plus horribles dans ce qui s'est passé, c'est que je me suis rendue compte que par ma faute, ma fille n'aurait jamais son père pour veiller sur elle.

La zoologiste se tut, le souffle presque court d'avoir lancé cette tirade. Elle se mordit la lèvre inférieure, se demandant si elle avait bien fait. D'un autre côté, cela la libérait d'un poids considérable. Elle se sentait un peu moins oppressée. Quoi que Ian décide, au moins il connaissait son avis sur la question. Elle lui faisait confiance pour devenir le père de sa fille. Et ce, pleinement et entièrement. Ce qui était d'ailleurs un point qu'elle souhaitait éclaircir et préciser. Elle inspira avant de reprendre.

- Si toutefois... si tu changes d'avis, sache qu'il n'y aura aucune différence entre la place que tu occuperas et celle que Morgan aurait eu pour Evie. Tu seras son père, sans restriction, et en tant que tel tu auras voix au chapitre dans tout ce qui la concerne.

Lorsqu'elle parlait de paternité, ce n'était pas à demi-mots. L'urgentiste n'était certes pas le géniteur d'Evelynn, mais là cesserait la différence avec Morgan. Pour le reste, il aurait le rôle plein et entier, avec tous les pouvoirs que cela incluait. Avec les responsabilités, également... et c'est là que le bât blessait. Intérieurement, une petite voix moqueuse souffla quelque chose dans l'esprit de Thalia. Il avait bien dit qu'il ne serait capable d'être le père de personne. Mais il y avait quelque chose à prendre en compte. Bien entendu, ce n'était ni envisagé ni désiré, mais... si un jour, elle finissait par tomber enceinte ? Ils avaient des relations sexuelles régulières, sans moyens de contraceptions... Le risque existait. Comment prendrait-il la chose si ce cas de figure se présentait ? Elle refoula ces questions, ne voulant même pas y songer pour le moment. Se perdre en spéculations vaines ne l'aiderait pas. Elle baissa finalement la tête pour observer leurs mains jointes.

- Je pensais que tu devais avoir toutes les cartes en main pour y réfléchir. Mais si jamais il m'arrive quelque chose... qui s'occupera d'elle ? Penses-y. »

Là, la zoologiste se doutait qu'elle avançait un argument qu'il ne voulait pas entendre. Mais plus que jamais, cette question devait être posée. C'était quelque chose qui devenait une réalité. Elle risquait sa vie tous les jours. C'était valable pour tout un chacun, mais pour ceux qui sortaient du lycée plus encore. Elle le faisait pour le groupe, pour ses proches, pour sa famille. Mais le danger était réel. S'il lui arrivait quelque chose, elle savait qu'il y aurait toujours quelqu'un pour s'occuper d'Evelynn, pour l'élever et la protéger. Toutefois, ne serait-ce pas plus simple et plus agréable pour elle que d'être prise en charge par ceux qu'elle considérait déjà comme sa famille ? Par celui qu'elle désignait elle-même comme son père, avec l'innocence et le hasard de ce premier mot ?


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Family don't end with blood   Aujourd'hui à 17:29

Revenir en haut Aller en bas
 

Family don't end with blood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Family don't end with blood [Dean & Sammy]
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» Tournoi de Blood-bowl de la Dague Sanglante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-