Partagez | .
 

 Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir   Ven 28 Oct 2016 - 20:11


CORALIE JOËLLE ARMSWORTH
24 • CANADIENNE • ENSEIGNANTE PRIMAIRE • TRAVELERS

i've got a war in my mind

Le courage n’est pas l’absence de peur, mais bien au contraire la capacité d’un individu à les affronter. Continuer d’avancer alors que la moindre fibre de son être lui hurle de prendre la fuite. C.J. ne s’était jamais considérée comme une femme courageuse, mais son opinion changea radicalement lorsque la vie telle qu’elle l’avait toujours connue fut noyée dans le sang. Avant de connaître l’enfer, jamais elle ne se serait crue capable de planter une arme de toutes ses forces dans le corps d’un autre être humain. Pourtant, quand sa réalité se transforma du tout au tout, jamais l’idée de faire machine arrière ne lui passa par la tête.

Alors que son univers tombait en morceaux et qu’elle se découvrait de nouvelles capacités, elle n’espérait pourtant qu’une chose : Rester elle-même. Chaque nuit, elle priait pour ne pas perdre son humanité, le plaisir qu’elle prenait à aider autrui de même que la douceur dont elle se savait capable.

Malheureusement, cet enfer ne pouvait pas seulement faire ressortir le meilleur chez elle. L’être humain ne montre jamais que le meilleur de lui-même lorsqu’il est face à une catastrophe. Plus d’une fois elle s’était montrée irréfléchie et avait dû se sortir du pétrin uniquement à la force de ses jambes. Plus nombreuses étaient les fois où elle avait mis sa vie en danger parce qu’elle avait refusé d’abandonner  ou d’arrêter à temps ce qu’elle avait entrepris.

La venue des rôdeurs lui avait également fait prendre conscience que le sang-froid dont elle se croyait pourvu n’était qu’une façade. Une bombe à retardement. Ses émotions n’étaient en réalité que repoussées, piégées dans un coin, prêts à la faire craquer au premier instant de répit. Cette faiblesse devint rapidement une obsession, cette sensibilité incontrôlée était un poison et C.J. appris à ses dépens qu’elle s’accompagnait d’une rancœur venimeuse.  

Toute la violence dont elle fut témoin depuis le début de l’infection vint ternir son âme chaleureuse. Pour survivre, il lui fallut oublier ce qu’elle savait de la confiance et toujours remettre en question la moindre sécurité apparente. Si bien qu’au bout d’un moment, elle perdit espoir. Avant d’avoir pu s’en rendre compte, elle avait cessé de croire. Elle se contentait de survivre, se raccrochant au moindre souvenir de sa vie passée en oubliant d’espérer et de croire en son retour possible.



and blood on my hands

Cheveux : Longs, raides, châtains
Yeux : Marrons
Taille : 1m65
Corpulence : Un peu moins de 50kg, elle s’amaigrit car elle est dans un état de malnutrition.
Signe distinctif : Aucun
Style vestimentaire : C.J. ramasse tout ce qu’elle trouve, privilégiant les vêtements chaud et de couleur sombre. Elle évite ce qui pourrait la limiter dans ses mouvements et ce qui attirerait l’attention de loin.  Elle porte une paire de botte de randonnée, mais  garde une paire d’espadrille pour les expéditions qui nécessite de la vitesse.
Équipement :
Sac à dos gris
Un vieux sac de couchage
Quelques vêtements de rechange
Un reste de trousse de premier soin
Une bâche blanche usée
14 mètres de corde
Un zippo
Trois bouteilles en aluminium
Un couteau suisse
Un gros couteau de cuisine
Une batte de baseball

a storm is coming

Coupe de vin blanc à la main, confortablement installée sur la véranda du petit chalet qu’elle avait loué pour le weekend, une jeune enseignante profitait des derniers rayons de soleil qui se reflétaient sur le lac pour passer en revue les devoirs que lui avaient rendus ses élèves. Chaque fois que ses yeux parcouraient une nouvelle feuille, un sourire illuminait son visage.  Ce n’était pas ce qu’elle préférait de son métier, mais de voir ces lettres tracées par de petites mains malhabiles arrivait inévitablement à l’émouvoir. Il s’agissait d’un devoir tout bête, lui servant simplement à voir l’évolution de leur calligraphie, mais c’était justement leur progression qui éveillait tant d’émotions chez elle.

Soudain, alors qu’elle s’apprêtait à ranger toutes ces feuilles dans une pochette plastifiée, une alarme programmée sur son téléphone vint briser le silence paisible dont elle avait profité.  Satisfaite de voir qu’elle avait pu terminer à temps, elle ramassa ses affaires et s’empressa de rejoindre l’ordinateur laissé dans la cuisine pour son rendez-vous quotidien.  Le temps de laisser l’appareil s’ouvrir, elle se resservit quelques gorgées de vin. Quelques instants plus tard, elle accepta l’appel vidéo et pu voir le visage joyeux de son père.

«Alors, qui t’as aidé cette fois? C’est encore le petit nouveau?» Se moqua gentiment la jeune femme, sachant à quel point son géniteur avait du mal avec la technologie. Elle savait aussi que tous les jours, depuis qu’elle avait quitté le domicile familial, il ravalait sa fierté et demandait de l’aide à un gars du poste afin qu’ils puissent se voir.

«Moi aussi je suis content de te voir C.J… Alors, il est comment ce chalet?»

«Parfait! Je t’y amènerai quand tu viendras me voir cet été, on dit que la pêche est bonne  et le lac n’est qu’à quelques minutes en voiture.»

Ils se parlèrent de leur journée, du progrès de ses élèves et de tout le bonheur qu’elle tirait de la compagnie de toutes ces petites éponges. Car c’était bien ainsi qu’elle appelait les enfants dont elle s’occupait. Ils apprenaient tellement vite!  Puis ils se parlèrent de leurs projets pour les prochains jours, de leur vie amoureuse respective qui étonnement s’avéraient aussi inexistante l’une que l’autre.

Ayant été élevée par un père monoparentale, même lorsqu’elle avait quitté le nid familial, jamais il ne lui était venu à l’esprit de couper les ponts avec son géniteur. À dire vrai, elle avait même toujours fait de son mieux pour entretenir leur merveilleuse relation malgré la distance. Car pour ce qui était de quitter le nid familial, elle n’y était pas allée de main morte. Elle ne s’était pas contentée de changer de ville, elle avait littéralement changé de pays.

Après plus de 5 ans de séparation, de déménagements, de mutation… Ils n’avaient jamais été aussi proches et la jeune femme se plaisait à croire qu’ils le devaient à leur assiduité en ce qui concernait leurs appels vidéo.

on the highway to hell

Quand est-ce que tout a vraiment basculé pour elle? Depuis de si nombreux mois en cavale et de longues nuits d’insomnie, C.J. en était venu à une réponse. Plus que tout ce qu’elle avait pu vivre depuis sa première rencontre avec un infecté, sa véritable chute au enfer avait commencée le 9 octobre 2015…

Il était un peu plus de midi lorsque la sonnerie de son téléphone se fit entendre. Il s’agissait d’un numéro masqué, mais puisqu’elle n’était pas occupée elle accepta l’appel. La voix familière du partenaire de son père la fit sourire jusqu’à ce qu’elle perçoive un sanglot. Cet homme faisait partie de sa famille depuis sept ans, c’est-à-dire depuis le premier jour de patrouille qu’il avait vécu avec son père. Il avait été ainsi depuis sa plus tendre enfance, puisque c’était ainsi que ça fonctionnait dans le corps policier. Alors de l’entendre dans tous ses états à l’autre bout du fil avait réussi à dérégler la cadence de son cœur.

«Je suis désolé, C.J. »

Ces simples mots lui suffirent, il ne lui en fallut pas davantage pour comprendre que l’officier Stephan Armsworth avait perdu la vie. Oubliant tout, de son âge jusqu’à l’endroit où elle pouvait se trouver, la jeune femme poussa un cri du cœur avant de s’effondrer en larmes.

36 heures plus tard, son avion atterrissait à Ellensburg. Elle n’avait pas pu faire plus rapidement et elle se croyait encore bien loin d’être prête à affronter le moindre regard compatissant… Mais on ne lui avait pas laissé le choix. Son père était décédé dans l’exercice de ses fonctions et les funérailles officielles avaient déjà été planifiées.  Ce fut le partenaire de son père, vêtu de son bel uniforme cérémoniel,  qui vint la chercher à l’aéroport et il lui fallut user de toutes ses forces pour ne pas s’effondrer une seconde fois.

Chaque fois qu’elle y repensait, C.J. se disait que de tout ce qu’elle avait pu affronter depuis l’épidémie, rien ne lui semblait plus insurmontable que cette belle journée ensoleillée que fut le 11 octobre. Assise sur une chaise pliante, les doigts serrés si forts que ses jointures en étaient douloureuses, elle avait écouté les amis et collègues de son père lui rendre hommage. Toute la force et le courage qui lui avait permis de contenir ses larmes cédèrent au premier coup de fusil.   Jamais de sa vie, elle pouvait le parier, elle n’avait pleuré si fort que lorsqu’on lui avait remis ce drapeau américain si parfaitement plié.

Les jours qui suivirent ne furent guère plus facile. Elle était restée aux États-Unis et occupait la petite maison de son père, le temps de tout mettre en ordre. Il avait peu de bien matériel, il n’avait jamais été un ramasseur, mais emballer le moindre objet ou remplir le moindre document était trop difficile pour qu’elle vienne à bout de cela seule.

Chaque jour, un policier différent venait la voir pour offrir son aide. Son âge importait peu, quand ils lui rendaient visite ils avaient tous l’impression de se trouver face à une enfant.  Jusqu'à ce que l’une de ses visites prit une tout autre tournure.

Trop occupée par les affaires de son père et sa peine, elle n’avait rien vu venir.  Hébétée, elle écouta le partenaire de son père lui dépeindre une situation inimaginable. C.J. se souviendrait toujours du choc qu’elle avait ressentie quand il l’avait assise devant la télé pour lui faire défiler les différentes chaînes d’informations. Il avait commenté chaque image, lui parlant de ce que lui avait pu voir.

En plein cauchemar, avant même de pouvoir réaliser qu’elle ne pourrait pas retourner au Canada, elle s’était laissée convaincre de rejoindre un camp pour les civils. Un endroit sécurisé où elle pourrait attendre que les autorités reprennent le contrôle de la situation… Ce qui n’arrivera jamais.  

Complètement seule, livrée à elle-même, elle fit de son mieux pour s’adapter à sa condition de réfugiée, mais une horde de rôdeurs vint tout détruire. En une nuit, elle fut témoin de plus de morts que sa conscience pouvait supporter. Refusant d’être l’une des victimes et grâce à d’autres survivant, elle parvint à échapper au massacre.

Neuf. Elle et huit autres réfugiés étaient parvenus à s’enfuir, c’était si peu. Ils restèrent ensemble un long moment, empruntant la vie de fugitif pour essayer de survivre à cette épidémie.  Ils ne restaient jamais au même endroit plus de trois jours et c’est ce qui finit par avoir raison du groupe.

D’abord il y eut une dispute qui scinda le groupe en deux, puis il y eut ceux qui abandonnèrent la vie en cavale pour choisir un refuge… Et finalement, il y eut des morts.  Peu de temps après le retour du printemps, C.J. se retrouva seule, complètement perdue.  

Depuis lors, elle cherche un signe de vie humaine.  Elle en était  même venue à se dire qu’elle vendrait son âme pour trouver à nouveau quelqu’un qui lui permette d’exister. Car qui savait? Qui savait qu’elle était en vie? Qu’elle résistait aux infectés? Chaque jour devenait plus dur que le précédent et elle sentait que si elle ne croisait pas bientôt un autre regard conscient, elle sombrerait dans la folie.  

time to meet the devil

• pseudo › error 404 not found.
• âge › 23 ans

• comment as-tu découvert le forum ? › Google
• et tu le trouves comment ? › Laissez-moi une chance, on ne juge pas un livre sur sa couverture... Ni sur le prologue!
• présence › 8/10 ( efficience? ça dépend de la santé et l'inspiration!)

• code du règlement › Ok | Lex
• crédit › Obsession27 & Tumblr
passeport :
 

fiche (c) elephant song.
Revenir en haut Aller en bas
Fawn L. Müller
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/10/2016
Messages : 583
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir   Ven 28 Oct 2016 - 20:14

Rouuuuuuh Emma Watson ! ♥

Bienvenue !


Make the right choice
A few times in my life I’ve had moments of absolute clarity, when for a few brief seconds the silence drowns out the noise and I can feel rather than think. @marclévy ≈ › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 350
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir   Ven 28 Oct 2016 - 20:31

Bienvenuuuuuuuuuuue !



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1309
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir   Ven 28 Oct 2016 - 20:39

Bienvenue Smile et joyeux halloween ! :p


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Jonathan Good
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 08/10/2016
Messages : 78
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir   Ven 28 Oct 2016 - 21:03

Bienvenue et bon courage pour la suite de ta fiche o/




#408080
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1306
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir   Ven 28 Oct 2016 - 21:15

Bienvenue par ici et bonne rédaction ! :MisterGreen:



Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1912
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir   Ven 28 Oct 2016 - 21:32

Rrrrr Emma est fabuleuse et j'aime les défauts que tu lui as donné dans le caractère Smile
Bienvenue parmi nous, bonne rédaction !


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir   Aujourd'hui à 17:31

Revenir en haut Aller en bas
 

Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Toi qui entre ici, abandonne tout espoir... [Libre]
» Ludmilla ♣ Vous n’êtes, après tout, qu’un minuscule individu dans le vaste monde...
» DAE ▬ j’avais trouvé la liberté. perdre tout espoir, c’était ça la liberté.
» N’oubliez pas que vous êtes unique…comme tout le monde…. (Zoey)
» A tout les Murloc: exprimé vous!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives Fiches :: Fiches Abandonnées / Refusées-