Partagez | .
 

 First things first... What are you wearing ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 374
Age IRL : 25

MessageSujet: First things first... What are you wearing ?   Ven 21 Oct 2016 - 23:39

Le mois d'octobre approchait doucement de sa fin, et la pluie était redevenue la compagne privilégiée des survivants. Evelynn s'était très bien remise de sa maladie, et était redevenue la petite fille pleine de vie qu'elle était d'ordinaire. Ce qui changeait, c'est qu'elle passait maintenant du temps avec Nans quand il fallait lui trouver une nounou, ce qui élargissait encore le champ des volontaires pour ce rôle. Apparemment, tous les deux s'entendaient très bien, et le père de Ian faisait plus ou moins office de papy pour la petite, ne perdant pas une occasion de la gâter. Apparemment, cela leur faisait du bien à tous les deux...
Thalia était rentrée tard de ravitaillement, ce soir-là. Il faisait presque nuit lorsque l'équipe passa les grilles du lycée, sous une pluie diluvienne, bien chargés. La plupart alla immédiatement se décharger du butin puis manger quelque chose. La zoologiste, elle, alla plutôt s'occuper de sa fille et de ses chiens, en profitant pour manger un peu plus tard. Evelynn était gardée par Lilas, puisque Nans faisait partie d'une autre sortie ravitaillement, qui avait notamment prévu de partir plus loin en ville et peut-être de passer la nuit dans une zone sécurisée. La jeune femme passa un bon moment avec sa fille, s'occupant d'elle jusqu'à ce qu'elle soit prête à être couchée, après un long moment passé à câliner. De même, elle s'occupa de Nakoma et Amarok, les sortant brièvement sous la pluie pour qu'ils soient prêts à passer la nuit. Ce ne fut qu'une fois tout cela fait qu'elle confia à nouveau la petite à Lilas, avant d'aller jusqu'à la porte de la chambre de Ian, un gros sac sous le bras.

Lorsque l'urgentiste vint ouvrir, Thalia vit clairement le soulagement se peindre sur ses traits. Depuis qu'elle avait été blessée, même superficiellement, au cours de leur sortie commune au début du mois, elle savait qu'il craignait qu'il ne lui arrive quelque chose lorsqu'elle sortait. En guise de salut et pour le rassurer, la jeune femme lui offrit un sourire et se glissa à l'intérieur en l'embrassant sur les lèvres au passage. Elle avait très bien récupéré de cet accident remontant à quelques semaines, et ce n'était déjà plus qu'un souvenir pour elle. Son compagnon avait eu plus de mal à récupérer, psychologiquement.

« Avant que tu ne demandes, tout va très bien. Ca s'est bien passé, on n'a eu aucune perte, aucun problème particulier. C'était un peu tendu par moments, mais tout le monde est là. Et je t'ai ramené quelque chose.

La zoologiste aurait clairement pu mettre sa phrase au pluriel. Lors de ce ravitaillement, elle avait rapporté pas mal de vêtements chauds en prévision de la mauvaise saison qui s'installait déjà. Elle avait laissés ceux qu'elle avait prévus pour Evelynn et elle-même dans sa chambre, et n'avait ramenés que ceux qui étaient pour Ian. Parmi ses trouvailles, il y avait des caleçons et boxers, des chaussettes et des chemises épaisses ainsi qu'une ou deux vestes. L'avantage, c'était qu'elle connaissait exactement la taille qu'il faisait pour chacun de ses vêtements, ce qui lui permettait de choisir sans trop de mal. Par ailleurs, l'épidémie avait frappé durant la période automnale, ce qui signifiait qu'il était toujours possible de récupérer des vêtements de la collection automne-hiver dans les boutiques et les entrepôts. Trouver des tenues estivales, en revanche, nécessitait de se rendre dans des propriétés privées et des habitations pour les fouiller.
La jeune femme ouvrit le sac qu'elle avait apporté, étalant devant elle sur la table ce qu'il contenait pour que Ian puisse mieux voir. Elle avait longuement hésité à lui choisir un manteau chaud, mais elle avait préféré renoncer, pour le moment. Déjà, parce qu'elle le trouvait irrésistible dans son trench-coat, ensuite parce qu'elle ressortirait tôt ou tard et qu'elle en profiterait pour lui demander ce qu'il voulait qu'elle lui trouve. Après avoir tout étalé, elle leva les yeux vers lui.

- Ca devrait t'aller, je connais bien ta taille... Mieux vaut être équipés avant que les températures plus froides n'arrivent. Déjà qu'on est assaillis par l'humidité... J'espère que ça te plaît. Regarde, j'ai même trouvé une nouvelle casquette pour ton père.

Tout en disant cela, Thalia récupéra une casquette de baseball noire et blanche estampillée d'une écriture orange des Beavers de l'université de l'état de l'Oregon, qu'elle avait encore dans le sac. Elle y avait pensé pour remercier Nans pour tout ce qu'il avait fait pour elle, notamment depuis qu'Evelynn était tombée malade au début du mois. Puisqu'il était toujours avec son éternelle casquette vissée sur la tête, et que celle-ci commençait à sérieusement accuser le coup de l'usure... Enfin bref, la jeune femme avait pensé à ça pour lui faire plaisir. Elle regarda ensuite Ian en lui montrant l'objet.

- Pendant la prochaine sortie, j'aimerai te trouver un manteau plus chaud que ton trench-coat. Il est hors de question que tu prennes froid cet hiver. Qu'est-ce qui te plairait ? Niveau modèle ou couleur ? »

Ce disant, elle en profita pour se blottir contre son compagnon, passant les bras autour de sa taille et posant sa joue contre son torse. Avant de venir, elle avait pris la peine de faire une toilette complète, mais tout comme la pluie qui l'avait trempée jusqu'aux os, l'eau pour se laver était à peine tiède, voire froide. Autant dire que blottie contre Ian, elle pouvait profiter de sa plaisante chaleur. Et puis, de toute façon, le problème serait vite réglé une fois qu'ils seraient au lit...


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 850
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: First things first... What are you wearing ?   Sam 22 Oct 2016 - 18:25

La journée avait été longue pour l’urgentiste, il n’avait pas eu grand-chose à faire et son esprit était occupé ailleurs. La plupart du temps, il s’occupait à l’infirmerie, mais il n’y avait pas eu grand-chose à faire ce qui ne le rendait que plus heureux. Pas de boulot équivaut à pas de blessé et c’était parfait comme ça. Il aurait pu faire un petit tableau comme dans les vieux films qui parle des conditions de travail à la chaine. Mais bon, il n’assumerait pas ce genre de chose, d’autant plus quand il devrait ensuite expliquer la présence de ce bout de papier, alors il comptait les jours dans sa tête, c’était largement suffisant. Il aurait pu aller passer un peu de temps avec son fils qui devait errer dans un coin du lycée, mais il devait être occupé à faire des trucs d’adulte. Il souriait en pensant à son fils, ça allait un peu mieux entre eux. Ce n’était pas parfait, mais il avait parcouru du chemin en un an de survie, il devait bien l’admettre. Lui-même avait beaucoup changé et il était fier de lui, enfin le peu que lui permettait son ego inexistant.

La soirée avait fini par tomber et la nuit pointait le bout de son nez. Plus le temps passait plus l’inquiétude le rongeait. Thalia était partie en ravitaillement et son père aussi. Il avait l’impression d’être la femme au foyer qui laissait impuissante son mari et son fils ainé partir à la guerre sans pouvoir ne rien dire parce que c’était la vie et qu’elle n’avait pas le choix. L’analogies était vraiment bonne sauf qu’en théorie ça aurait dû être lui l’homme fort de la situation et non la femme qu’il aime et son père qui commence à se faire un peu vieux et qui a le dos en compote contrairement à ce qu’il veut bien dire. C’était à cause de son moment qu’il se refusait à avoir un égo surdimensionné. Oui, il était capable de sauver des gens, mais c’était bien tout ce qu’il était capable de faire, sortir dehors pour se battre n’était pas pour lui et il savait que tout le monde préférait le savoir à l’intérieur au cas où.

D’ailleurs repensait à son père le laissait un peu étrange, il avait remarqué que le bougre était un peu différent ses derniers jours. Sans doute les ans d’apocalypse lui rappelaient des choses, il savait que dangereusement on se rapprochait de la date de la mort de sa mère, il ne savait toujours pas ce qu’il s’était passé, jusqu’à maintenant, ils n’en avaient pas parlé. Ian ne voulait pas le forcer à dire quoi que ce soit en même temps, il le connaissait et savait que ça ne contribuerait qu’à le braquer un peu plus. Un jour, il saurait ce qui s’était passé, il fallait juste laisser le temps au temps comme on dit. Son père lui faisait vraiment de la peine, il avait pris l’habitude de le voir comme ça, mais ce n’était plus l’homme qu’il était avant. Il n’avait plus l’aura qu’il avait alors qu’il était derrière son bar. Il avait tout de même un peu de bonne humeur surtout quand il gardait la petite de Thalia. Evie avait des vertus thérapeutiques sur son père. Il ne savait pas vraiment ce qu’elle pouvait représenter pour lui, mais il c’était bien rendu compte que ça changer beaucoup de chose. Il savait que c’était sa mère qui aurait voulu avoir une grande famille, mais elle n’était plus là pour en profiter. Enfin, Ian pensait à tout ça pour ne pas avoir à réfléchir concernant le fait qu’il était encore dehors et que Thalia n’était toujours pas revenue.

Il fut tiré de ses pensées par quelqu’un qui toqua à la porte. Il se leva rapidement l’ouvrit ensuite, c’est avec un profond soulagement qu’il vu son ange apparaitre devant lui. Son père avait dit qu’il ne rentrerait certainement pas et qu’il ne devait pas s’inquiétait, même s’il n’arrivait pas à se soulager pour autant, revoir le doux visage de Thalia le rassurait beaucoup. Elle était rentrée tard, il avait dû avoir des imprévues alors qu’il allait lui posait toutes les questions qu’il pouvait, il fut coupé dans son élan par la brune qui lui assurait que tout allait bien.

- Décidément, tu me connais beaucoup trop bien. Je suis peux quand même être content de te retrouver saine et sauve ?

Il avait compris que ce n’était pas la peine de faire une plaidoirie de ce qui venait de se passer. Il la laissa entrée avec plaisir. Elle lui avait ramené tout un tas de choses qui seraient sans doute bien utiles dans les prochains jours. C’était vraiment adorable de sa part. Il examinait les affaires, il n’avait jamais été très intéressé par les vêtements et le style, il se rappelait que sa mère trouvait toujours un truc à redire sur les tenues qu’il portait lorsqu’il allait la voir et il avait fini par porter des choses plutôt impersonnelles, chemises blanches, costumes noirs, chaussures assorties et cravates bleues parce qu’un jour une vendeuse lui avait dit que ça allait bien avec ses yeux.

- Merci, ça me touche vraiment que tu penses à moi. J’aime beaucoup en tout cas. Je n’ai jamais trop fait attention à ce que je portais, ça va me changer. Ce n’est pas des vêtements que je mettais avant, mais j’aime en tout cas.

Il affichait un petit sourire alors qu’elle sortait une casquette. Il serait sans doute content de pouvoir la porter. C’est vrai qu’il avait la même depuis qu’il était arrivé ici, il était content qu’il porte un truc moins encombrant que son ancien chapeau de cow-boy et il avait donc laissait coulé, il avait même fini par s’y habituer.

- J’avoue que je n’ai pas vraiment de préférence. Je n’ai jamais porté de gros manteau d’hiver avant, je veux juste pas de truc trop volumineux, ce ne sera pas pratique pour bouger… Si tu veux, on pourra s’organiser ça ensemble.

Il n’aimait pas trop l’idée de sortir dehors, mais il ne serait pas seul et il n’était pas retourné dehors depuis qu’Evie était malade, il pouvait prendre quelques risques de temps en temps. Il n’aimait pas non plus laisser Thalia partir seule, mais par moment, il n’avait pas vraiment le choix. Il sera Thalia dans ses bras et lui déposa un bisou sur le front. Il se sentait apaisé de toute l’inquiétude qu’il avait eue un peu avant.

- Mon ange ? Tu sais que je t’aime ?

La question n’attendait évidemment pas de réponse, mais il avait besoin de le dire une fois de plus.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 374
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: First things first... What are you wearing ?   Sam 22 Oct 2016 - 21:17

Thalia fut contente de l'entendre dire que ce qu'elle lui avait ramené lui plaisait. Mais elle était trop bien, blottie dans ses bras, pour s'en échapper et se mettre à tout ranger dans son armoire. Cela pourrait attendre. Au lieu de ça, elle savoura plutôt le fait de sentir les bras de Ian se serrer autour d'elle. Voilà qui commençait à régler le problème de léger froid qu'elle ressentait un peu avant. Un petit soupir d'aise s'échappa de ses lèvres, et elle ferma brièvement les yeux. C'était dans ce genre de moments qu'elle se sentait prête à tout oublier, et que son compagnon devenait son seul univers. C'était bon de pouvoir tout oublier et de profiter simplement de la compagnie de l'être aimé. Ses mains remontèrent doucement pour aller jouer avec le col de sa chemise, alors qu'il lui proposait de l'accompagner lors de la dernière sortie. Cela tira un léger sourire à la jeune femme. Il n'en avait peut-être pas conscience, mais il faisait vraiment des progrès... Il y a quelques mois, il n'aurait pas été volontaire pour sortir aussi facilement... Mais ce n'était pas le seul point sur lequel il avait déjà évolué. Ne serait-ce que le simple fait de supporter sans rougir des démonstrations d'affection, notamment en public, était un grand pas en avant.

« Si tu te sens d'attaque pour m'accompagner, ça me va. On partira sur quelque chose de chaud en priorité, mais qui ne soit pas encombrant, alors. Peut-être quelque chose de noir... Je pourrais déjà avoir une idée.

La zoologiste avait repéré quelques manteaux potentiels lors de sa sortie du jour, mais elle était déjà bien chargée et pas certaine de ce que son amant voulait. Comme d'habitude, il n'avait pas de hautes exigences, ce qui la confortait dans ses prévisions. En sortant avec lui en ravitaillement, elle privilégierait des itinéraires plus courts et des destinations moins dangereuses. De toute façon, elle aimait autant ne pas flirter inutilement avec la mort... et le reste. Alors que l'urgentiste resserrait son étreinte sur elle et l'embrassait sur le front, elle passa ses bras autour de son cou, enfouissant ses doigts dans ses cheveux courts. Un sourire de pure tendresse s'invita sur ses lèvres lorsqu'elle l'entendit lui demander si elle savait qu'il l'aimait. Rien qu'à ces mots, son cœur battit un peu plus vite, et cette sensation de chaleur délicieuse lui envahit la poitrine.

- Je ne me lasserai jamais de te l'entendre dire.

Thalia attira doucement son visage à elle avant de poser ses lèvres sur les siennes et de l'embrasser longuement. Cela valait toutes les déclarations du monde. Et puis, de toute façon, elle passait tellement de temps à lui répéter les sentiments qu'elle avait pour lui qu'il n'avait vraiment pas de quoi en douter. Lorsqu'elle rompit leur baiser, elle se perdit un instant dans son regard, celui qui la faisait littéralement fondre et contre lequel elle n'avait pas la moindre arme. La seule chose qu'elle voulait, maintenant, c'était profiter de la présence de l'homme qu'elle aimait. Après un ravitaillement long et fatiguant, c'était tout le réconfort dont elle avait besoin... Songeuse, elle joua de nouveau avec le col de sa chemise, avant de parler d'une voix douce et faussement innocente.

- J'ai laissé Evie chez Lilas pour la nuit... Autrement dit, on a tout le temps qu'il nous faut pour nous, jusqu'à demain matin.

La zoologiste se mordilla la lèvre avant de le tirer doucement vers elle tout en reculant vers le lit. Là, elle s'y laissa tomber en l'entraînant dans sa chute. Tout à fait satisfaite, elle sourit alors que leurs visages n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Elle en profita pour l'embrasser à nouveau, les mains posées sur son torse. Et lorsqu'elle s'arrêta, elle avait le souffle un peu plus court et le cœur qui battait plus vite. La manière qu'il avait de la regarder lui donnait la sensation d'être... unique. Et importante. Ca avait quelque chose de grisant. Cette conscience d'être l'univers de quelqu'un, et que cette personne soit également le vôtre. Elle avait envie de lui dire qu'elle l'aimait jusqu'à en perdre le souffle, jusqu'à ce que sa voix ne puisse plus lui répondre. Elle vint caresser d'une main la joue de Ian, l'embrassant à nouveau brièvement, puis elle alla innocemment ouvrir un bouton du haut de sa chemise. Elle s'interrompit juste après, ses mains caressant doucement son torse en le parcourant d'un toucher léger.

- Tu sais, mine de rien je trouve qu'il fait un peu froid... »

Bon, l'urgentiste n'était peut-être pas le plus doué du monde avec le second degré. Malgré tout, elle savait qu'il comprendrait l'allusion. Et même s'il ne disait rien, elle commençait à le connaître par cœur. Il y avait des choses qui ne savaient pas mentir. Thalia passa à nouveau les bras autour du cou de Ian, remontant les doigts le long de sa nuque jusqu'à ses cheveux.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 850
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: First things first... What are you wearing ?   Lun 24 Oct 2016 - 23:04

Le sourire de Ian s’élargit légèrement alors qu’elle lui affirmer avoir déjà quelques idées. C’était tout de même superbe d’avoir quelqu’un sur qui compter et qui comprenait ses besoins. Pour certaines choses, il avait toujours été un assister et sa garde-robe en faisait étrangement partie. Thalia était vraiment un ange avec lui, il avait l’impression qu’elle était tombée sur lui comme une comète alors qu’il allait mal et qu’il avait besoin de remonter la pente. Il avait l’impression de rayonner et de revivre à chaque fois que son regard croisait le sien. Il sentait que des ailes lui poussaient et qu’il était prêt à faire l’impossible pour son bonheur, parce que tant qu’elle était heureuse tout irait bien pour lui. Lui répondre qu’il était prêt à le faire été un mensonge, en réalité, il n’en avait pas envie et à choisir, il préférait ne pas y aller, mais il savait que ça lui ferait plaisir et au moins, il serait un peu plus rassuré. Depuis la sortie qu’ils avaient fait ensemble, il s’inquiétait, il faisait de son mieux pour, ne pas trop ennuyer Thalia avec ses états d’âme même s’il se doutait qu’elle avait compris.

- Tu me montreras alors. Je me doutais que tu avais déjà fait des repérages.

Souvent qu’elle partait en sortit et qu’elle trouvait des choses qui pourrait être intéressante, elle en parlait à Ian avant de lui rapporter la sortie suivante. C’était une sorte de petit rituel qui c’était mis en place depuis déjà quelque temps, même avant qu’ils forment un couple. Thalia l’avait déjà dépanné avec de trois trucs un peu moins personnel, mais tout aussi important comme des médicaments précis ou des livres pour Jessie. Aujourd’hui la situation était différente, elle lui avait même acheté ses caleçons. Il trouvait la situation un peu cocasse, mais n’avait même pas rougi, il faut croire qu’il finissait par s’habituer à ce genre de chose. En tout cas, il pourrait sans doute s’habituer sans trop de problèmes à l’amour qu’elle lui portait. Il en était certain.

Il aimerait que la vie reste toujours ainsi, il avait trouvé une famille et l’amour. Il ne pouvait pas rêver de plus. Son cœur était un peu plus léger à chaque fois que son regard se plantait dans celui de Thalia, c’est comme si tous ses problèmes disparaissaient à chaque fois qu’elle était dans les parages. Cette sensation, il avait l’impression de ne l’avoir jamais ressenti avant. Alors qu’elle l’embrassait, toute l’inquiétude qu’il avait amassée durant la journée finit par totalement disparaitre. Il n’y avait plus qu’eux deux dans cette chambre. Lorsque Thalia ajoutait qu’ils avaient la nuit pour eux deux, il souriait tendrement. Il savait parfaitement où elle voulait en venir, ce n’était pas très compliqué de comprendre ce qu’elle attendait de lui.

- C’est une bonne nouvelle ça alors. On va pouvoir s’oublier dans les bras l’un de l’autre.

Il y avait surtout une chose qu’il voulait oublier à ce moment près, le fait que son père était dehors quelque part et qu’il était peut-être déjà mort. Il n’aimait pas être dans l’inconnue, il n’aimait pas les surprises et encore moins ce qu’il ne pouvait pas prévoir. Il savait qu’il devait se déstresser sur le sujet et c’est peut-être parce qu’elle avait vu stresser qu’elle l’avait attiré à elle. Il s’était laissé faire parce qu’après tout, ce serait mentir que de dire qu’il ne désirait pas ce qui était en train de se passer. Il la regardait de ses grands yeux bleus parce qu’il voulait imprimer son visage dans sa mémoire, il la trouvait si belle. Tant qu’il pourrait voir les traits fins de son visage, il serait heureux. Par moment, il regrettait même l’absence d’appareille photo, il aurait aimé pouvoir recouvrir les murs de sa chambre de son tout visage.

- Il va falloir que je me serve de mon corps pour te réchauffer alors.

Dans la bouche de quelqu’un d’autre, cela aurait sans doute un double sens caché, mais pour le coup Ian ne pensait pas du tout à mal. Il embrassa Thalia avec un peu plus de passion avant de la laisser seule dans son lit un instant, il retira du lit les vêtements pour les poser sur le bureau et retira les chaussures de son ange avant d’en faire de même avec les siennes. Il souleva la couverture du lit avant de se coller contre son aimée et de les recouvrir tous les deux. Il l’embrassa à nouveau alors que ses mains passaient discrètement sous son t-shirt. Il devait bien l’avoue qu’il avait une folle envie de la déshabiller et c’était justement ce qu’il était en train de faire alors que ses lèvres commençaient doucement à se diriger dans son cou. Une fois leurs hauts retirés, il étreignit doucement son aimée pour coller encore plus son corps contre le sien. Sa peau était si douce qu’il avait envie d’y gouter la moindre parcelle.

- Et maintenant ça va un peu mieux ou suis-je encore trop habillé ?

Il avait légèrement redressé la tête pour pouvoir voire la réaction de Thalia, il lui avait même fait un clin d’œil complice l’air de dire, je sais très bien ou tu veux en venir, mais je fais genre que je ne sais pas. Il n’avait pas forcement le besoin d’aller plus loin, forcement qu’il en avait envie, mais il était déjà heureux d’avoir la femme qu’il aimait dans son lit.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 374
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: First things first... What are you wearing ?   Mer 26 Oct 2016 - 0:46

Thalia se laissa faire lorsque Ian prit les choses en main. Elle s'abandonna d'abord à son baiser, le laissant ensuite faire place nette sur le lit pour mieux ouvrir les draps où elle put se glisser dès qu'il lui eut retiré ses chaussures. Elle sourit lorsqu'il se colla tout contre elle avant d'étendre draps et couvertures sur eux. Il aurait sans doute pu s'arrêter là... mais elle avait appris pas mal de choses sur son compte, et elle savait décrypter son regard. Ce qu'elle y lisait actuellement lui plaisait beaucoup. Un sourire s'invita sur ses lèvres juste avant qu'il n'en reprenne possession. La jeune femme frissonna en sentant les mains de l'urgentiste qui s'aventuraient sous son t-shirt, rencontrant sa peau un peu fraîche. Elle n'avait pas menti, elle avait un peu froid. La sortie pluvieuse et la douche à l'eau à peine tiède s'en étaient chargé. Une chair de poule persistante s'était invitée sur sa peau délicate, mais la fraîcheur n'en était pas la seule cause... La proximité de l'homme qu'elle aimait y était vraiment pour beaucoup.
Alors qu'elle le sentait commencer à retirer son haut, il prit également son cou d'assaut à grands renforts de baisers pleins de tendresse. Elle frissonna une fois de plus avant de défaire lentement les boutons de la chemise de son compagnon tout en glissant les mains le long de son torse. Le dernier bouton ouvert, elle descendit encore un peu jusqu'à attraper le bas de sa chemise pour commencer à la lui retirer. Quelques instants plus tard, ils se retrouvaient l'un contre l'autre, à moitié nus. La zoologiste se laissa couler dans les bras de Ian alors qu'il la serrait doucement contre lui. La tête enfouie dans le creux de son cou, elle ferma les yeux et s'enivra de son odeur qu'elle connaissait déjà par cœur. Et lorsqu'il lui demanda s'il était encore trop habillé, elle redressa la tête pour le regarder dans les yeux, sourit et lui caressa tendrement la joue.

« Hmm... Je crois que tu peux faire encore mieux, mon amour.


Elle l'embrassa doucement, faisant durer l'instant, se serrant un peu plus contre lui en profitant de l'agréable chaleur qu'il diffusait. C'était pour ce genre de moments qu'elle vivait. C'était dans ces instants qu'elle se sentait pleine et entière, vivante... C'était pour ça qu'elle se battait chaque nouveau jour. Thalia mit un certain temps avant d'interrompre ses baisers, les bras passés autour du cou de Ian. Lorsqu'elle s'arrêta, elle sourit à nouveau, mordilla doucement ses lèvres avant de glisser les mains le long de son dos jusqu'à la limite de son pantalon. Elle passa alors le long du vêtement jusqu'à l'avant de son corps, où elle trouva facilement les boutons de fermeture. Dans le même temps, elle embrassait son compagnon dans le cou, sur l'épaule, le torse...
Réussir à lui retirer son pantalon demanda quelques tortillements et autres contorsions, mais la zoologiste vint au bout de la tâche. Dans le même temps, Ian procédait de même, et bientôt il ne restait plus qu'une dernière couche de vêtements à retirer. Et celle-ci, par ailleurs, ne fit pas long feu... Culotte et caleçon rejoignirent les vêtements jetés pêle-mêle dans la chambre, laissant le couple profiter d'un moment d'intimité bien mérité. Mais avant toute chose, la jeune femme prit doucement le visage de son amant entre ses mains.

- Je t'aime, Ian. »

Avec un sourire de pure sincérité, elle l'embrassa une fois de plus, ne se lassant pas du goût de ses lèvres. Après cela, elle s'abandonna totalement aux douces attentions de Ian, corps et âme. Comme d'habitude, son univers se rétrécit à lui seul, à eux, à leur union et aux sentiments qu'ils partageaient. Thalia s'abandonna toute entière, parcourant des lèvres et des doigts les reliefs d'un corps qu'elle connaissait déjà par cœur, goûtant encore et encore la saveur de sa peau, de ses lèvres... Son cœur battait follement, la température montait à des niveaux qui rivalisaient avec le froid qu'elle avait ressenti un peu plus tôt... Et puis il y avait le plaisir, qui se faisait de plus en plus intense, de plus en plus présent... Entre soupirs et gémissements, la zoologiste articulait le nom de son amant ou de douces paroles, ne pouvant envisager de lui transmettre tout ce qu'elle ressentait...
Les yeux clos, accrochée à son amant comme s'il était la seule chose qui pouvait la sauver de la perdition, la jeune femme goûtait l'euphorie du moment, s'approchant peu à peu du gouffre, prête à basculer... Mais cette fois, il semblait que quelque chose allait venir perturber la perfection de ce moment. Des coups retentirent à la porte une première fois, puis une seconde, insistante. Thalia croisa le regard de Ian, intimement persuadée que l'importun finirait par se lasser. Par ailleurs, il pourrait bien aller au diable, ce moment-là n'était qu'à eux et il était hors de question de se le faire gâcher. D'autant qu'ils n'allaient pas s'arrêter maintenant... Pas au point où ils en étaient... Et elle espérait vivement que l'urgentiste n'envisageait pas de tout plaquer alors qu'elle n'était qu'à un cheveu du point de non-retour.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 850
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: First things first... What are you wearing ?   Jeu 27 Oct 2016 - 1:48

Les retrouvailles étaient simplement parfaites. Ian c’était inquiété de beaucoup de choses durant la journée, et il était temps pour lui de se détendre et quoi de mieux pour ça que d’être dans les bras de celle qu’il aime. Il se détendait progressivement goutant chaque parcelle de son corps. Par moment, son regard se plantait dans celui de Thalia, il n’y avait pas de mot pour décrire son amour pour elle et il espérait pouvoir lui faire comprendre de la sorte. Il n’avait jamais été le meilleur des amants, mais il apprenait avec elle. Tout comme il apprenait à accepter les bisous en public, ou même à recevoir des compliments. Par moment, il était vraiment comparable à un adolescent coincé dans un corps d’adulte si on prenait en compte les choses de la vie qu’il ne connaissait pas.

Il ne fallut pas longtemps pour que les vêtements finissent par terre. Ian était bien content de pouvoir sentir le corps de Thalia contre le sien. Elle avait toujours la chair de poule, mais ce n’était pas pour les mêmes raisons. Le désir les avait tous deux attrapés et embarqués dans un terrain qu’ils connaissaient que trop bien pour l’avoir empreinte de bon nombre de fois. Une fois de plus, il avait l’impression que tout ce qui se passait autour n’avait plus d’importance. Il avait à ce moment précis complètement oublié que son père n’était pas en sécurité, qu’il y avait des malades dehors. Il n’y avait plus qu’elle et lui. Enfin c’était sans compter sur quelqu’un qui frappa à la porte à ce moment précis.

Le cerveau de Ian se mit alors à tourner à plein régime, la situation était on ne peut plus un ingérable pour l’urgentiste qui ne savait vraiment pas quoi faire. D’un côté, il passait un moment vraiment génialement apaisant avec son ange, mais de l’autre quelqu’un avait frappé à la porte. Il ne savait pas vraiment comment réagir. Le regard qu’elle lui lança à ce moment-là aurait sans doute dû le mettre sur la voie concernant la bonne conduite à adopter, mais de l’autre, quelqu’un avait sans doute besoin de lui. Il n’avait pour le moment rien dit, laissant encore planer le doute sur le fait qu’il était présent dans sa chambre ou non. La personne toqua cependant une fois de plus à la porte. C’en était trop pour Ian qui se rendait à l’évidence qu’il devait bien se passer quelques choses dehors pour qu’on le dérange à cette heure-là. L’homme derrière la porte s’impatienter sérieusement et commença même à jurer à voix haute.

- Il est ou se maudit médecin quand on a un blessé…

Ian se mordit la langue, il savait que ça ne plairait pas à Thalia. Il lui fit son plus beau regard désolé avant de prendre une inspiration et répondre à l’intéressé. Il fit de son mieux pour avoir une voix la plus neutre possible, malgré le plaisir, le souffle court et toutes les choses contradictoires qui étaient en train de se passer dans sa tête.

- Qu’est-ce qui se passe ?
- C’est la patrouille de Rich, il y a eu un problème, ils sont revenus en urgence. Ton père a réclamé ta présence.

Dans l’esprit de Ian tout était alors en train de se bousculer, son père, dehors, blessé, présence… IL y avait trop d’information pour lui et la conclusion était parfaitement évidente. Nans avait un problème, il était en train de mourir, il devait y aller. Il devait sauver son père. Il espérait que Thalia comprendrait, mais il sentait bien que ça n’allait pas être le cas. Son métier avait toujours passé avec le reste et aujourd’hui ne dérogerait pas à la règle malheureusement. Il avait presque envie de se taper pour ce qu’il allait faire, mais sa décision avait été prise au moment où il avait ouvert la bouche.

Il sauta du lit pratiquement instantanément, trouva difficilement son pantalon à tâtons dans la peine ombre. Il finit par mettre la main dessus et l’enfila rapidement. Il lui fallut s’y reprendre à deux fois pour réussir à le fermer correctement, il attrapa au vol sa chemise avant de se ruer à la porte. Il était d’un naturel timide, mais quand il y avait une urgence sortir à moitié habiller les cheveux en vrac ne lui posait pas vraiment de problème. Il suivit l’homme a pas de course alors qu’il boutonnait sa chemise n’importe comment. Il sentait que la vengeance de Thalia serait terrible, c’était une sorte de pressentiment. Le regard qu’elle lui avait lancé voulait absolument tout dire.

- Je dérange, tu n’étais pas seul ?
- Je ne suis pas censé en parler.

Tout le monde savait que Ian était en couple et il avait bien compris que la question était ambiguë, mais il n’avait pas du tout envie de répondre à la question alors il avait choisi de faire la sourde oreille.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 374
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: First things first... What are you wearing ?   Jeu 27 Oct 2016 - 13:07

Thalia n'était pas en train de rêver. Ian lui faisait vraiment ce coup-là. Après avoir entendu l'homme derrière la porte grommeler et jurer, l'urgentiste n'avait pas pu s'empêcher de demander ce qu'il se passait. Et les choses avaient été pires ensuite. La jeune femme avait senti que la situation lui échappait, mais elle en eut la confirmation quand il fut annoncé qu'une patrouille avait eu un souci. La patrouille dans laquelle Nans se trouvait. La zoologiste comprit bien ce qui se passait dans l'esprit de son amant, mais ce qu'elle savait aussi, c'est que les choses se seraient déroulées autrement si Nans avait été concerné, ou en danger. On aurait insisté d'autant plus, il y aurait eu de l'urgence nette dans la voix de l'homme... Bref, ce n'était pas le cas ici. Mais elle avait déjà compris que son compagnon avait autre chose à l'esprit. Avec la nette impression d'être passée d'une chevauchée parfaite à une folle cavalcade sur un animal devenu fou, ou alors d'être au volant d'un véhicule qui ne répondait plus, elle lui jeta un nouveau regard.

« Ian, non...

Sa voix était pleine de sous-entendus, et pas des plus agréables... ce qui n'empêcha pas l'urgentiste de s'échapper, coupant net ce qu'ils étaient en train de faire, et par là même faisant monter une vague de frustration inimaginable dans l'esprit de Thalia. Elle en aurait hurlé, alors qu'il sautait du lit en ramassant ses vêtements à la hâte. D'ailleurs, il n'était pas exclu qu'elle le fasse. Peinant presque à y croire, elle se redressa dans le lit en se tenant sur ses bras tendus derrière elle, ne perdant pas son amant de vue.
À peine avait-elle eu le droit à un regard désolé, même pas un mot quelconque, avant qu'il n'ouvre la porte et ne suive le trouble-fête. Scandalisée autant que furieuse, la zoologiste se mit à pester et à jurer tout en se levant à son tour. Il ne l'emporterait pas au paradis, ça elle pouvait le jurer. Tout en continuant à maugréer, elle arracha le drap du lit pour s'en envelopper sommairement. Assez pour pallier au manque de vêtements. Elle ne prêta pas attention à la soudaine sensation de froid qui venait piquer sa peau moite, préférant se baisser pour ramasser les chaussures que Ian avait laissées à terre. Puis, elle fit une fois de plus la démonstration de ses incroyables capacités vocales.

- IAN FRASER LENNON !

En général, se faire appeler par son nom complet était synonyme d'ennuis imminents. Dans le cas présent, il fallait signaler que Thalia ne l'avait jamais appelé comme cela. Fulminante, elle le suivit à grands pas dans le couloir, sans même savoir qu'elle répondait à la question que son amant avait voulu éluder. Mais elle s'en moquait éperdument. La terre entière pouvait bien savoir qu'il l'avait plantée là en pleine partie de jambes en l'air. Ce n'était pas elle qui allait piquer un fard. Et ce même si elle se retrouvait dans le couloir en pleine nuit, drapée seulement d'un linge de lit, pieds nus sur le sol froid, avec des chaussures à la main qu'elle avait bien l'intention d'utiliser.

- IAN FRASER LENNON, REVIENS ICI TOUT DE SUITE !

Alors qu'elle aurait pu facilement le rattraper, la jeune femme préféra rester à un certaine distance derrière lui, son regard assassin vrillé sur le dos de l'urgentiste. Celui-ci ne lui adressa pas un regard, ne s'arrêtant pas et ne ralentissant pas davantage. Peut-être qu'il craignait de lui faire face, ce qui était bien possible en y repensant. Fronçant les sourcils avec une expression féroce sur le visage, la zoologiste arma son bras droit en arrière, de la même façon qu'on aurait pu le faire avec une catapulte... puis elle lui balança une de ses chaussures en visant en plein dans les omoplates. Et elle ne le rata que de peu.

- Tu es le pire des... espèce de crétin !

Et puisqu'il n'était pas question de s'arrêter en si bon chemin, elle le suivit, ramassant au passage la chaussure tombée à terre pour mieux la lui lancer à nouveau, et ainsi de suite plusieurs fois. Elle parvint même à toucher son amant à l'épaule, et cela aurait pu être pire si elle avait visé la tête. Bien entendu, il ne tenta pas une fois de faire face, et être dans sa tête à ce moment-là aurait pu valoir le coup... Thalia ne se posait pas toutes ces questions, elle avait simplement compris que la situation n'était pas bien grave rien qu'au ton employé par le trouble-fête de service, et qu'ils auraient bien pu consacrer cinq petites minutes à finir. Ils arrivèrent finalement à l'infirmerie, la zoologiste s'arrêtant dans l'encadrement de la porte alors que les deux autres entraient. À l'intérieur, il y avait un homme allongé sur un des lits qui avait l'air amoché mais sans que sa vie semble menacée, ainsi qu'un Nans qui se portait comme un charme, mais qui semblait chercher à comprendre ce qui se passait. Toujours aussi furieuse, si ce n'est plus en constatant que son intuition avait été la bonne, le souffle rendu court par la rage, elle leur adressa un sourire venimeux tout en désignant son amant.

- Pour la petite info... il n'a pas de caleçon sous son pantalon. Ah, et il a galéré pour refermer sa braguette. Bonne nuit surtout. »

Sur ces mots, Thalia se drapa dans sa dignité froissée autant que dans le drap qui recouvrait son corps, puis elle tourna les talons en refermant derrière elle, se retenant à grand-peine de claquer la porte. Juste par égard pour les autres survivants qui pouvaient dormir dans le coin. Au moins, sa dernière pique pourrait clarifier la situation à tout le monde. Déjà, l'urgentiste qui se pointait avec les cheveux en bataille, en sueur, la chemise sommairement et mal boutonnée, le pantalon de travers et les pieds nus... cela pouvait être assez évocateur. En rajoutant à cela la colère de la jeune femme et sa dernière pique avant de partir... Le doute n'était plus permis.
Sans attendre, la zoologiste alla récupérer ses affaires dans la chambre de Ian. Elle rejeta le drap sur le lit, enfila quelque chose histoire de ne pas se promener nue dans les couloirs, puis elle plia bagages et alla terminer sa nuit dans sa propre chambre, en ruminant encore sa frustration qui n'allait pas en s'apaisant. Son état de colère alarma Amarok et Nakoma à son arrivée, et ils se mirent à lui tourner autour avec des mines inquiètes, sensibles qu'ils étaient à son trouble. Elle eut bien besoin de passer un long moment à les caresser pour se calmer suffisamment pour trouver le sommeil.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: First things first... What are you wearing ?   Aujourd'hui à 17:35

Revenir en haut Aller en bas
 

First things first... What are you wearing ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Isn't it strange, the way things can change...{ABANDONNE}
» 03. All the things she said
» eurydice&basile ❝ all these little things ❞
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-