Partagez | .
 

 Down to the Devil's show

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 718
Age IRL : 24

MessageSujet: Down to the Devil's show   Dim 16 Oct 2016 - 17:10


Fin Septembre 2016




    Une heure déjà que la nuit était tombée. Une heure et Carmen n'était toujours pas revenue. En nous séparant en début d'après midi nous avions établis que nous nous rejoindrions tous au ranch une fois notre expédition terminée, et Carmy avait décidé d'aller seule dans un coin qu'elle connaissait, parce-qu'elle serait plus rapide et discrète que si nous décidions d'y aller tous ensemble. Essayer de la faire changer d'avis n'aurait été qu'une perte de temps alors elle y était allée, et nous en deux petits groupes ; Nola, Shawna et Isha étaient restés au ranch. Nous avions pu trouver quelques provisions avant de rentrer, rien de bien extraordinaire mais c'était toujours mieux que ce qu'il nous restait. Mais est-ce que nos trouvailles valaient vraiment le coup comparé à la situation dans laquelle nous nous trouvions ?

    Faisant les cents pas sur le perron, je guettais le moindre bruit qui serait significatif de la moto de la Navajo, ne serait-ce qu'un petit vrombissement lointain, mais il n'y avait rien. Rien d'autre qu'un foutu silence. Cela faisait déjà plusieurs heures que nous étions revenus, qu'elle aurait dû revenir aussi... l'angoisse commençait peu à peu à s'immiscer en moi ; et s'il lui était arrivé quelque chose en ville ? Si elle n'avait pas juste été ''retardée'' ? Scrutant l'horizon, je soupirais bruyamment avant de rentrer pour rejoindre les autres dans la pièce principale suivis de près par Alsea ; elle aussi est nerveuse, aucun doute qu'elle ressent parfaitement nos tension et comprend que, son maître n'étant pas là, il y a un soucis quelque part.

« Elle avait parlé de fouiller des duplex, personne ne sait précisément vers où elle est allée ? »

    Peut-être la brune avait-elle fait par de ses plans à quelqu'un, Jasper peut-être lui qui savait tout. Laissant voguer mon regard de l'un à l'autre, je me passais une main nerveuse sur la nuque. J'avais toujours relativement mal géré le stress, l'angoisse de la perte, ça me mettait dans des états que je peinais à contrôler même si, pour l'instant, je faisais de mon mieux pour ne pas me laisser trop submerger ; essayer de ''garder espoir'', c'est ça qu'on dit non ? Essayer surtout de faire en sorte que tout ne parte pas en vrille ; si je me laissais emporter au lieu de garder mon sang froid, nul doute que ça ne serait que l'étincelle qui ferait imploser tout notre petit groupe. Et ça, si toutefois la Navajo l'apprenait un jour, elle ne le pardonnerait pas.

« On aurait jamais dû se séparer comme ça. »

    Mes mots n'avaient été qu'un murmure, plus une affirmation inutile qu'un réel reproche. Mais tout le monde avait l'air sur les nerfs, quoi de plus normal ? Nous n'avions aucun foutu moyen de savoir si elle allait bien, où elle était ou ce qu'elle faisait. Il n'y avait plus de possibilité de lui téléphoner ni quoi que ce soit, et le monde était clairement plus dangereux qu'auparavant alors comment ne pas penser au pire ? Soupirant une nouvelle fois, je secouais la tête.

« On va devoir attendre, partir maintenant serait bien trop risqué et on pourrait très bien la croiser sans la voir sur la route. »

    Sûr que mes mots ne mettraient pas tout le monde d'accord, je ne devais peut-être moi même pas avoir l'air très sûr de moi, mais y avait-il une meilleure décision ?





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Erik Ziegler
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 03/01/2016
Messages : 358
Age IRL : 31

MessageSujet: Re: Down to the Devil's show   Sam 22 Oct 2016 - 20:15

Ils étaient tous rentrés depuis un petit moment déjà. Tous ? Non. Car quelqu'un manquait à l'appel. Quelqu'un qu'ils attendaient dans l'incertitude, et dans une impatience de plus en plus palpable. Les questions se posaient et s'imposaient, et si au début elle se contentaient de simples " t'inquiète ", elles réclament désormais des réponses concrètes. Carmen n'était pas rentrée. Pas encore, ou pas du tout ? Les mines sévères se toisaient, dans un silence évocateur. Carmen était partie seule, et qui pouvait bien savoir dans quel but exactement ?
Happy, lui, n'en savait strictement rien. Il haussait les épaules en réponse à la question d'Axel, préférant garder le silence plutôt que d'annoncer clairement son ignorance. Un silence finalement rompu par un soupir. Inquiet ? Oh ça oui, il l'était. Car s'il se doutait que la dame n'aurait jamais joué sa vie à un jeu trop dangereux,dans un monde où le hasard fait si mal les choses.

L'idée de partir à sa recherche ne lui traversait pas seulement l'esprit, elle lui brûlait les entrailles. Il n'acceptait pas de rester immobile, incertain, indécis, souffrant de l'absence bien trop étrange de son amie. Il n'aspirait qu'à une chose : Démarrer la Dodge, et cramer jusqu'à la dernière goûte d'essence pour sillonner les environs, quadriller le périmètre, simplement chercher une aiguille dans toutes les meules de foin d'ici à Seattle. En quoi cela les aurait il aidé cependant ? Il était bien difficile de l'admettre, mais Axel avait raison. Ils n'auraient jamais dû se séparer, et ils ne devaient en aucun cas le refaire maintenant.

Partir en groupe alors ? Non. C'était la même chose. Axel avait raison encore. Elle pouvait tout aussi bien être sur le chemin du retour, et ils pouvaient tout aussi bien se manquer de peu. Qu'aurait elle fait alors ? Serait elle repartie ? Et puis, nul n'avait la moindre information concrète. Chercher l'inconnu dans la nuit noire, sans repère, n'était pas une idée envisageable. Pourtant Happy hésitait à hurler " J'y vais ". Cette envie le consumait. Il espérait sincèrement que rien de grave ne lui était arrivé. Et en espérant, il se rendait compte à quel point cette phrase était ridicule. Bateau. Facile à répondre. Facile à placer. Facile de se cacher derrière.

Happy ne l'était pas. Sa mine n'affichait pas l'ombre d'un sourire. Il était grave. Le regard noir. Il se sentait comme après avoir retrouvé la lettre de sa femme. Affreusement mal. Une poigne horrible saisissait son estomac, et une voix moqueuse lui murmurait qu'il l'avait abandonnée. Qu'il l'avait laissée à son triste sort et qu'il n'était qu'une pauvre merde.
Rage. Désespoir. Et tout ça tapait ferme dans son crâne. Il ne tenait pas en place, faisant les cents pas, les poings serrés.


" Je.. je n'y arrive pas. J'peux pas rester là à attendre.. Putain. Ca me rend fou. FOU ! Personne ne sait rien ? Vraiment ? Elle s'est barrée toute seule dans son coin comme ça, et on a tous dit oui ? J'arrive pas à y croire.. Putain..

Il tapa du pied contre le sol. Bien inutile de faire ça... Happy montrait un visage bien différent de l'habituel. Le bonhomme sympathique et souriant était en crise.

.. On a encore assez de lampes ? Juste au cas où.. "

Rester là, encore.. Oh l'idée de s'en aller devenait de plus en plus forte.


Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1912
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Down to the Devil's show   Mar 25 Oct 2016 - 15:14

« Non. C'est une blague. » Elle va revenir. Elle avait juste dû être retardé. Par quoi, par qui. Il en tremblait de ne rien savoir, il s'en bouffait les cuticules et se retrouvait avec les doigts légèrement rougis par la pointe de ses incisives. La douleur était invisible, transparente, il ne pensait qu'à une chose, regarder par la fenêtre, avec l'espérance de voir scintiller une lumière. Pas une seule fois il n'avait croisé le regard des autres, le poids de sa crainte était déjà suffisamment lourd pour qu'il n'essaie de choper rien qu'un bruit de pied qui martèle le sol ou un soupire.

À tenter de faire le vide, il n'arrivait plus à penser correctement. Rester là pour la nuit ? Ah. « On n'peut pas rester là. À attendre. Personne ne dormira sans savoir où elle est... »

Sans savoir quoi ? Ce qu'elle était devenue ? Toutes les villes étaient éteintes, aucune lueur ne leur permettrait de voir l'avancer des morts... Normalement, les zones qu'ils avaient ratissé le jour même, n'était pas infesté... Pas par des hordes d'une cinquantaine du moins. Il avait vérifié, quadrillé, il était sur qu'elle était quasi safe. Sûr... Comme s'il était vraiment possible de prévoir à la seconde près les mouvements de ces merdes dehors... Si ça se trouve, elle était déjà morte et eux étaient tous rentrés comme des cons ici, sans regarder en arrière. Chacun de son coté, chacun dans son coin.

« Bordel mais comment on a pu être aussi con... Jamais se séparer... Jamais... »

Jamais c'est ça. Mais elle avait eu une idée bien précise et elle avait voulu que tout le monde s'exécute. Elle savait ce qu'elle faisait Carmen. Son visage lui apparut une nouvelle fois, et il sentit ses yeux le piquer. Non pas parce qu'il pleurait, il évitait ce genre de chose en présence des autres, et surtout d'Axel, mais parce qu'il transpirait à grosse goutte. Ses vêtements lui collaient horriblement à la peau et il s'efforça de contenir son stress qui le faisait un peu vaciller. D'un coup d'épaule, il vint s'appuyer contre la vitre sans quitter l'extérieur des yeux. Axel avait voulu une réponse précise sur le lieu qu'elle avait visité, mais elle n'avait pas été précise.

« Elle m'a parlé de l'avenue Randolph. Si elle est en difficulté on doit y aller maintenant... Je n'peux pas attendre à rien faire si elle a une horde qui la talonne. De toute façon, personne ne va dormir. »

Catégorique. Pourtant, une part de lui savait que c'était totalement idiot de partir à l'aventure comme ça. Il ne pourrait pas attendre 8 heures ici. Il n'arriverait pas à fermer l'oeil même si on venait l'assommer... Ils étaient tous bien capable de comprendre ça non... ?


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Kaidan E. Hunter
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 299
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Down to the Devil's show   Ven 28 Oct 2016 - 13:05

Ne pas voir quelqu'un rentrer d'un ravitaillement était l'angoisse permanente des survivants. Pour le groupe qu'ils formaient, qui manquait de tout, partir chercher les denrées nécessaires à leur survie était primordiale. Les risques valaient la peine d'être pris. Cependant, alors que le soleil s'était couché et que la nuit régnait désormais sur le monde, il pouvait sembler pertinent de remettre ce fait en question. Carmen manquait à l'appel, et comme les autres, Kaidan était en train de scruter les alentours en espérant la voir apparaître. La tension montait au sein du groupe alors que les inquiétudes se faisaient palpables. C'était une situation inédite que de voir l'un des leurs ne pas rentrer, autant dire qu'ils avaient eu de la chance jusque là... L'archéologue garda le silence alors que les autres faisaient part de leurs angoisses et de leur point de vue. Des regrets, de l'énervement, le tout en tournant comme des lions en cage...
Et puis, il y eut la grande question. Que faire ? Devaient-ils rester là à attendre, ou plutôt partir à la recherche de leur leader malgré la nuit et tous les risques que cela représentait ? Malgré l'angoisse et l'impatience qui lui tordaient les tripes, le jeune homme tâcha d'essayer de réfléchir posément. Ce n'était pas évident. On disait souvent qu'en cas de drame, il fallait à tout prix éviter le sur-accident. Par exemple, lorsqu'on prenait des cours de secourisme, on apprenait qu'il fallait porter secours à quelqu'un en cas d'incendie uniquement dans le cas où cela ne mettrait pas sa propre vie en danger, car alors il y aurait deux victimes au lieu d'une... Un raisonnement difficile à accepter, mais qui était toutefois parfaitement logique. Cela s'appliquait dans le cas présent. S'ils se lançaient tête baissée au cœur de la nuit, sans même savoir précisément où chercher, ne risquaient-ils pas de faire plus de victimes encore ? Et si Carmen était bien vivante, ne leur en voudrait-elle pas s'ils faisaient des blessés en tentant de la retrouver ? Il tâcha de se demander ce qu'il voudrait à la place de la Navajo. Sans doute pas que tout le groupe se mette en danger pour lui...

Mais entre ce que dictait la raison et ce que voulait le cœur, il y avait un gouffre qu'on pouvait aisément franchir. S'il y avait bien une chose qui caractérisait les survivants, c'était bien cette humanité, cette capacité à ressentir de l'empathie et à se montrer solidaires. Du moins, pour ce qui était de leur groupe et de ceux qui leur ressemblaient, bien sûr...
Entre l'option proposée par Axel, à savoir attendre que l'aube se lève pour mener une recherche plus prudente et efficace, et celle de Jasper qui ressemblait plus à un joyeux fonçons dans le tas sans attendre... Kaidan ne savait trop que choisir. Le choix de la tête était clairement le premier. Celui du cœur le second. Néanmoins, même s'il était capable d'un grand discernement, il était loin d'être la référence en matière d'actions réfléchies. Il avait tendance à se montrer impulsif lorsqu'il suivait ses émotions. Et cette fois-ci ne ferait sans doute pas exception.

« Axel a sans doute raison. Si on fonce maintenant, on risque de faire plus de victimes encore, avec le noir et en avançant à tâtons... Attendre le jour serait sans doute la bonne chose à faire. D'un autre côté, je crois que je vais tourner ici et devenir dingue à attendre que ça se passe. Si ça se trouve, elle est vraiment en danger, et chaque minute qui passe réduit nos chances de la trouver sauve. Je crois... qu'on devrait y aller. Au moins certains d'entre nous, si on veut en garder d'autres pour une seconde recherche au matin... »

L'archéologue n'était pas sûr de ce qu'il avançait. Il tâchait de trouver un compromis raisonnable. Mais dans les faits, il était prêt à y aller même seul. Il sentait des fourmillements dans tout son corps, et l'attente devenait de plus en plus intenable.


Alea jacta est
On verra bientôt que d'oser vivre, ce n'est pas la fin du monde. Juste d'un monde.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Nola Hughes
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/07/2016
Messages : 51
Age IRL : 17

MessageSujet: Re: Down to the Devil's show   Dim 30 Oct 2016 - 2:11




Je suis assise dans la salle commune, d'une main, je considère une boîte de conserve qu'Axel, Erik, Jasper et Kaidan ont trouvé, de l'autre, je me masse la tempe, tentant en vain de calmer la migraine qui me tiraille depuis ce matin. C'est précisément à cause de ce fichu mal de tête que je n'ai pas pris part à l'expédition, sous prétexte de garder les lieux avec Shawna et Isha. Cette nuit, c'est la crise, la panique totale, et assez paradoxalement personne ne parle. Notre boss ne revient pas. Au début je ne me suis pas inquiétée, après tout, on parle bien de Carmen, qui est aussi douce et fragile qu'Alastor Maugrey, il faudrait plus que quelques monstres ou un pillard pour la faire trembler. Mais évidemment, plus le temps passe, plus on s'inquiète. A présent, chaque seconde est une torture, nous vivons une situation tragique plus on attend, plus les chances de la retrouver s'amenuisent, et d'un autre côté il faut être fou pour partir en ville en pleine nuit si peu préparé.

Ce calme, ce silence est horrible, une tension intenable pèse dans le salon, Axel qui tournait en rond sur le perron rentre à l'intérieur avec le chien, Happy porte ce visage sérieux qui lui est si inhabituel, et Jasper panique à l'idée de ne pas voir Carmen rentrer. On regarde par les fenêtres en attendant un retour miraculeux, une lumière, un bruit ... mais rien, toujours le même silence, parfois perturbé par les propositions des uns et des autres : partir, rester, pourquoi, comment cela est arrivé ? Mais ces questions n'ont aucun sens, elles ne nous font que perdre du temps.

" Mais bon sang, vous vous entendez ? Si on panique comme ça, qu'on s'énerve, qu'on s'apitoie sur son sort, qu'on n'arrive pas à prendre un peu de recul par rapport à cette situation, alors autant prendre des pelles et aller creuser sa tombe maintenant ! "

C'était dit, il fallait que ça sorte. Maintenant, il faut prendre une décision concrète et arrêter de tourner en rond, tout le monde le sait mais personne n'ose l'admettre, Carmen ne reviendra pas seule cette nuit, et plus personne ne croit aux miracles. On a une adresse de départ, un véhicule, et de quoi survivre une journée ou deux, c'est largement suffisant.
Je me lève enfin, mes affaires de sortie sont sur le canapé, ma hache et mon fusil d'assaut.
D'un hochement de tête, j'approuve les propositions de Jasper et Kaidan, mais Axel pense qu'il vaut mieux attendre, et il a raison on pourrait très bien la croiser, ou tout simplement nous foutre dans la même merde qu'elle. Mais attendre, ce n'est tout bonnement pas humain et si demain matin elle n'est toujours pas là, alors la situation aura encore empiré.

" En l'absence de Carmen, c'est toi le boss Axel, on doit t'écouter. Cependant, je compte pas attendre ici un miracle, et toi non plus je suppose. Alors je vais partir de ce raisonnement : qu'est-ce que ferait Mendoza à notre place ? Je regarde tout le monde et je prends ma hache ; On est d'accord sur ce point. "

Cependant l'erreur serait de foncer tête baissée en suivant son instinct et en se perdant plus qu'autre chose. Dans cette situation, le mieux est de mêler le plan d'Axel avec celui de Jasper et Kaidan, sortir maintenant pour ne pas perdre de temps, mais faire une recherche en suivant un plan raisonné et stricte : délimiter un périmètre de recherche, se donner des points de regroupement au cas où on est séparé, et surtout fixer une heure précise pour rentrer. Je regarde par la fenêtre, cette nuit est particulièrement sombre, nuageuse, on va devoir avancer au pas et faire attention au moindre mouvement, moindre bruit, le danger déjà omniprésent de jour est multiplié de nuit. Je suis inquiète, si ça se trouve on fait une grosse connerie, partir de nuit c'est se jeter dans la gueule du loup. Mais comme je l'ai dit, Mendoza ferait la même chose pour nous, et si on ne se précipite pas on a des chances de non seulement revenir vivant, mais aussi de ramener la boss avec nous.

" Le tout ... c'est de faire ça intelligemment, ne pas foncer la tête baissée. Si on s'en tient à un plan qui tient la route, alors y'a pas de raison que ... que ça tourne mal. "

Il y a un milliard de raison que ça tourne mal, mais de toute façon maintenant on est parti, on ne va pas se remettre autour de la table pour débattre. Rester pour attendre le retour de Mendoza qui devrait être là depuis des heures, ou partir et tenter le tout pour le tout ? 'Puis aujourd'hui, quand on sait à quoi tient la vie on se fait vite une raison. Comme on dit, le mal est fait.

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 847
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Down to the Devil's show   Mer 2 Nov 2016 - 10:22


Carmen n’était toujours pas rentrée. Restée au ranch avec Nola et Isha, elle avait attendu le retour des autres et n’avait pu qu’être impuissante face à l’absence de leur leader. D’après ce qu’elle avait pu comprendre, ils s’étaient séparés perdant la jeune femme de vue. Pourquoi ? Comment avaient-ils pu faire une telle chose ? La coiffeuse ne comprenait pas. Se séparer n’était jamais une bonne idée. Elle-même en était pleinement consciente, alors pourquoi ? Shawna aurait pu leur poser la question, leur faire comprendre qu’ils avaient stupides et inconscients. Mais cela ne servirait strictement à rien, à part créer des histoires et ce n’était pas du tout le moment. Alors elle était restée silencieuse, se contentant d’écouter les autres…

Adossée contre l’un des canapés, son regard allait et venait, scrutant le visage inquiet des autres. Puis lorsqu’Axel revint à l’intérieur, demandant aux autres s’ils en savaient plus, s’ils savaient où Carmen était partie. N’ayant pas participé à cette expédition, Shawna perdit rapidement le fil de la conversation, sentant une profonde inquiétude s’éprendre d’elle. Ils s’étaient séparés, et après ? Elle connaît suffisamment la brune pour savoir qu’elle était capable de se débrouiller, alors si elle n’était pas rentrée… C’était qu’il y avait forcément un problème, il s’était passé quelque chose… Dans la tête de la métisse, les pires des scénarios commençaient à la tourmenter. Elle secoua alors la tête, alors que les autres essayaient de se mettre d’accord sur ce qu’ils devaient faire.

Axel expliqua que c’était bien trop risqué de sortir maintenant, ils devaient attendre… Et bien sûr, cela n’était pas au goût de tout le monde. Happy semblait avoir du mal à y croire, laissant entendre une certaine rage dans sa voix. Jamais Shawna ne l’avait vu aussi énervé, lui si calme d’habitude. Jasper, également, semblait prêt à partir, tout comme Kaidan. Ils n’avaient apparemment pas envie d’attendre toute une nuit, ici, sans savoir où était Carmen. C’était compréhensible, mais c’était vraiment trop risqué. Trop risqué… La voix de Nola se fit alors entendre. Shawna releva les yeux vers la petite blonde et l’écouta avec attention. La coiffeuse fut d’ailleurs plutôt impressionnée par le discours de l’adolescente. Tout était dit. Elle avait raison. Ils devaient gérer ça sans précipitation, même si c’était affreusement compliqué. Ils devaient réfléchir à la meilleure façon de gérer cette crise, partir sur un coup de tête n’était pas la chose à faire.

Profitant d’un silence, Shawna s’éclaircit alors la voix. Consciente qu’elle ne pouvait pas faire grand-chose, elle pouvait tout de même donner son avis sur la question. Parce qu’évidemment, elle ne se sentait pas prête à sortir comme ça, en pleine nuit. Et même si elle le voulait, elle en était incapable… « Nola a raison… Vous ne pouvez pas vous précipiter dehors, sans savoir où aller et où chercher. » Sa voix tremblait légèrement. Reprenant une profonde inspiration, elle reprit, un peu plus sûre d’elle. « Mais je suis du même avis qu’Axel… Sortir en pleine nuit est sûrement bien trop dangereux. Je pense qu’attendre demain matin est ce qu’il y a de mieux à faire… » Voilà, c’était dit. Ils pouvaient l’écouter ou non, ça lui était complètement égal. Mais peut-être que Carmen avait simplement était surprise par la tombée de la nuit, et qu’elle avait décidé de trouver un abri… Oui, c’était sûrement ça… Shawna s’efforçait de croire à cette possibilité, même si en réalité… Elle savait que ce n’était pas vraiment le genre de son amie.






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 718
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Down to the Devil's show   Mer 2 Nov 2016 - 14:49


    Évidemment, à mes paroles, les voix de chacun n'avaient pas tardé à s'élever, probablement plus que de peur que de réelle colère, mais il n'empêchait que l'ambiance dans le salon était de plus en plus tendue. La dernière fois que ç'avait été animé de la sorte, ç'avait été lors de notre crémaillère, bien que ce ne soit absolument pas le même genre d'agitation.

    Me passant une main sur le front, je m'adossais contre le mur en écoutant les arguments de chacun, essayant au même temps de ne pas me laisser submerger par l'inquiétude qui risquait de me faire perdre tous mes moyens. Fuir avait toujours été mon truc, ça me permet d'éviter les crises d'angoisse ingérable, mais là... je ne pouvais pas fuir, je n'en n'avais pas le droit, et mieux valait éviter l'angoisse. Erik lança qu'il ne pouvait pas rester là à attendre, suivit de près par Jasper et Kaidan. Soupirant, je calais dans un coin de ma tête l'avenue dont avait parlé le psy ; ce serait un point de départ à nos recherches.

    Ouvrant la bouche pour répliquer, je la refermais en entendant Nola et Shawna prendre à leur tour la parole, appuyant le fait que partir maintenant serait pure folie ; Isha alla dans ce sens également. Bien. Trois pour trois, ç'allait être bien de prendre une décision... mais je n'avais pas l'intention de leur demander leurs avis au fond, avoir à prendre les rennes du groupe était déjà suffisamment stressant, je n'avais aucunement l'intention d'en laisser partir la moitié en pleine nuit.

« Bien sûr qu'on arrivera pas à dormir, mais ce n'est pas une raison pour partir maintenant. C'est quoi votre plan ? Y aller et vous faire tuer ? »

    Arquant un sourcil interrogateur, je laissais mon regard voguer de l'un à l'autre, n'attendant pas réellement de réponse positive.

« C'est hors de question qu'on y aille, ni tous ensemble, ni en petits groupes. On reste là, on attend demain, ce n'est pas négociable. »

    Mon ton était sec, sans appel, presque froid, mais il fallait bien cacher cette nervosité latente si je ne voulais me mettre à mon tour à ratisser la ville de long en large pour retrouver la Navajo.

« Comme l'a dit Nola, Carmen aurait certainement pris la même décision de rester ici. Alors oui, on ne va pas dormir, mais on ne va certainement y aller là. C'est le meilleur moyen pour aggraver la situation. »

    Je ne faisais pas cela par gaîté de cœur, au contraire. Ça me coûtait énormément de prendre cette décision, probablement que oui, Carmen était dans une situation des plus désagréables, peut-être même qu'il était question d'heures, de minutes, mais si nous perdions un membre du groupe ce ne serait pas pardonnable. Zieutant mes compagnons d'un air faussement impassible, j'attendais une quelconque réaction, m'attendant pertinemment à une engueulade en règle. Un court instant, je ne pu m'empêcher d'imaginer ce qui arriverait si les trois hommes se décidaient à partir sans demander leurs restes, je ne pourrais pas les retenir... Il fallait croiser les doigts pour qu'ils comprennent que leur décision n'était pas la meilleure. Y en avait-il seulement une ''meilleure'' ? Probablement pas, mais partir maintenant et risquer de nous faire tuer n'était clairement pas une option envisageable.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Down to the Devil's show   Aujourd'hui à 17:29

Revenir en haut Aller en bas
 

Down to the Devil's show

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» The Hillywood Show
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» Chris Sabin Vs Big Show

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-