Partagez | .
 

 Empty space

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 348
Age IRL : 23

MessageSujet: Empty space   Lun 10 Oct 2016 - 22:27

« Voilà, c'était là. » Souffla la petite brune en désignant l'endroit de la tête. Tous deux se tenaient sous la pluie devant un grand hangar, sur plusieurs étages apparemment, dont la porte était refermée. Cerné par des grilles, le bâtiment n'était pas spécialement bien foutu, et pas tout jeune non plus. Plusieurs cadavres de voitures et épaves le cernant, bref... Un vrai garage, quoi. Reese poussa un long soupir, s'approchant de la grille qu'elle fit rouler pour se créer une ouverture, et referma derrière elle. Fusil à pompe prêt à l'emploi, elle ne pouvait pas affirmer être totalement sereine. « Je sais plus trop ce qu'on espérait trouver à l'intérieur, déjà... » Commenta-t-elle d'une voix un peu froide. « De l'essence pour la caisse probablement, et des outils utiles. »

Trempée jusqu'aux os, la petite brune ne se laissa pas déconcentrer par la pluie battante. Ses mains étaient serrées autour de son arme, sa posture plutôt sèche pour l'occasion. Elle avait l'impression de sentir sa cicatrice au flan, comme durant les premiers temps de la cicatrisation après les bons soins de Daphne. Comme un rappel de son échec passé, et de ce qui l'avait conduit très loin de Jon. Avoir préféré se défenestrer pour atterrir dans une poubelle plutôt que de se faire bouffer le cul par une horde de morts... Elle roula des yeux en essayant de garder son calme, même si c'était plutôt difficile de rester impassible quand en un rien de temps, tout et n'importe quoi lui tombait sur le coin de la figure.

« Bon, je pense que la petite horde n'y est plus, on l'a probablement fait bouger, le garage doit être vide... » Fit-elle doucement en prenant une profonde inspiration, alors que les deux s'approchaient de la porte coulissante. Celle-ci était immense, de quoi faire passer un véhicule tel qu'un semi-remorque. En se plantant devant, elle plaqua son oreille contre la tôle pour percevoir s'il y avait du son à l'intérieur, comme des grognements, avant de saisir la poignée et tirer dessus un grand coup. Canon en avant, elle fut soulagée de voir qu'il n'y avait qu'un grand espace vide, de toute « vie ». Pas comme la dernière fois.

« En tout cas, c'est vachement plus grand quand y'a pas tout ce monde, c'est fou hein. » Déclara Reese en sentant la pression redescendre d'un cran. Il y avait devant eux tout ce qu'il fallait pour réparer une voiture, la surélever,... Mais pas une trace de Jon cependant. Une forte odeur de décomposition, et quelques cadavres qu'elle avait elle-même éliminer avant de s'engouffrer par les escaliers la dernière fois. Le sang tapissait certains murs, les corps n'avaient pas été bougé, et s'étaient flétri bien plus vite. « En gros, si on trouve pas de cadavre, ou de rôdeur dans le coin qui lui ressemble, ça voudra dire qu'il s'est pas fait avoir ici. »

Mais peut-être ailleurs. Même si la brune se refusait à le penser, encore plus à le dire à haute voix. Elle n'aimait pas avoir à l'envisager pour de vrai. Ça rendrait ça trop réel, et trop dur aussi. Elle n'avait pas les épaules taillées pour la survie toute seule, encore moins pour perdre un ami de longue date, sa seule vraie famille, même s'il ne s'agissait que d'une pièce rapportée avec qui ça avait toujours été un petit peu compliqué. « Toute façon, c'est pas son genre de se faire avoir. » Fit-elle avec un sourire au russe, avant de marcher à l'intérieur du bâtiment pour entamer d'en faire le tour.

Sauf qu'un tintement attira son attention, et la brune remonta l'arme qu'elle avait préalablement baissé, ne se sentant pas menacé. Le bruit eut comme un écho dans le garage vide, un écho qui faisait qu'on ne pouvait pas sérieusement savoir d'où il venait. Quoiqu'il en soit, Reese était sûre de ce qu'elle avait entendu, et ne manqua pas d'en aviser son coéquipier sans le regarder : « On est pas seuls. » Elle était par ailleurs certaine d'une autre chose : vu comment elle avait parlé à haute voix, s'il s'agissait d'un mort, il n'aurait pas manqué de venir les voir pour prendre des nouvelles. Le vent ? Peu probable. Il n'y avait pas de courant d'air ici. Alors dernière solution : un être humain, et bien vivant.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Fawn L. Müller
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/10/2016
Messages : 583
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Empty space   Mar 11 Oct 2016 - 13:30

Et si le hasard n'existait pas. Si tout était régit par une sorte de force que les hommes ont naturellement appelé « destin » ?

Parfois il est bon de se remettre en question. Pas seulement notre façon d'agir, d'être, mais aussi de voir les choses. Je n'ai jamais vraiment pris le temps de m'y arrêter dernièrement. J'ai surtout réfléchis à ce que nos actes pouvaient avoir comme conséquences. Je crois en Dieu donc en quelque sorte je crois en cette force. Mais  depuis l'épidémie, je n'ai pas vraiment pensé que le destin pouvait encore exister. Trop de morts, trop d'horreurs que l'homme a fait et fait encore. Cette catastrophe nous pousse au plus profond du trou et l'humain trouve encore matière à s'entre tuer. Je n'arrive pas à comprendre ce comportement, je n'ai pas cet état d'esprit me permettant de leur donner une seule raison valable. Ceux que je croise ont cette lueur dans le regard, celle qui prouve qu'il n'y a aucun réel argument derrière leurs actes. Juste cette envie primaire de faire du mal. Pourtant, malgré tout ça, j'arrive à croiser la route de bonnes personnes. En tout cas en grande partie.

Aujourd'hui je suis de nouveau dans le sud de Seattle. Je n'ai pas vraiment bougé depuis le mois qui vient de passer.  Ma rencontre avec Jonathan m'a fait rester dans ce quartier ses dernières semaines, mais depuis quelques jours je suis redevenue une solitaire arpentant les rues de Seattle à la recherche de mon frère. Je suis déjà venue par ici, mais je ne veux pas repartir dans le nord sans avoir fait de nouveau un peu le tour. Les hordes bougent, des endroits que je n'ai pas pu visiter se libèrent. Carte en main, je passe dans des artères de la ville qui étaient jusque là inaccessibles et alors que mon avancée se passe au mieux, le ciel décide de venir me mettre des bâtons dans les roues. Une averse me tombe en plein sur le nez sans que je n'ai le temps de me mettre à l'abri, alors c'est vers un garage non loin que je porte mon dévolu. Trempée, je me retrouve à l'intérieur du hangar et c'est assez surprise que j'y découvre un endroit sur plusieurs étages. Quelques cadavres arpentent les escaliers et le sol, signe que quelqu'un est passé par ici avant. Je me souviens des mots de Jonathan sur l'endroit qu'il avait fuit et je me dis que je l'ai peut-être trouvé. Ce serait une sacré coïncidence, mais possible en soit.

Enjambant un mort que je prend bien soin de ne pas regarder, je vais au premier. Cet endroit est un ancien garage, il y a beaucoup d'outils de réparation pour véhicules et au premier des bureaux sur le côté. Mes pas résonnent sur le métal des passerelles tandis que je m'avance vers la première porte que je vois. Le temps n'est pas très clément, je commence d'ailleurs à avoir froid, mais je serre les dents. Ce n'est pas le moment de faire la difficile. Peut-être que je pourrais m'allumer un feu ici sans avoir tout un tas de morts prêts à venir me faire un coucou. Dans une de ses pièces ça pourrait être efficace. Alors en entrant dans l'une d'elles, je regarde ce que j'y trouve. A croire que les mécaniciens emportaient leurs outils partout, je trouve des clés en tout genre un peu partout. Curieuse je lis même des passages de leurs livres de comptes, les noms cités... Comme si je pouvais tomber sur celui de mon frère...

Des voix à l'extérieur me font sortir de mes rêveries. Je sursaute quand j'entends la porte du garage s'ouvrir dans un long grincement. Immobile dans cette pièce, cachée de là où cette femme semble être, je tend l'oreille. Moi qui pensais me poser ici tranquillement, je crois que ça sera pour une autre fois. Impossible de tout comprendre, mais des « il » ressortent. Je ne sais pas si elle cherche quelqu'un ou si c'est juste une conversation banale entre deux personnes. En tout cas je n'en compte que deux. A voir s'ils ne sont pas plus... Je serais un peu plus dans la mouise.
Sentant mes muscles se raidir à force de rester immobile, je décide de tenter le coup et de me rapprocher un peu de la porte. Jeter un coup d’œil ou tout simplement mieux entendre ce qu'ils se disent, je me tourne et fais un pas. Seulement mon sac frôle le bureau et c'est un bruit métallique qui me fait tout à coup sursauter, manquant de provoquer une crise cardiaque. Un coup d’œil et je vois une de ses fichues clés au sol.

- Mer...

Je ravale mon insulte et je comprend vite qu'ils m'ont entendu. Un sourd aurait été alerté lui-même. N'ayant pas vraiment de choix autre que me montrer ou les laisser me trouver, je prend tout de même quelques secondes de réflexion. Ils peuvent me tirer dessus à la seconde où je rentrerais dans leur champ de vision. Ils pourraient être de la même trempe que ceux qui m'ont volée tous mes vivres. Mais ça pourrait aussi être des survivants comme moi. La méfiance est une attitude commune désormais. Tout le monde se méfie de tout le monde...  Après donc ce qui me paraît être de longues minutes, je fais taire les battements irréguliers de mon cœur et je m'avance sur la passerelle.

Doucement, je m'avance mais quand je vois les armes je m'accroupis d'un coup derrière la rambarde. Mains au-dessus de moi, je ferme un instant les yeux.

- Heu... J'ai pas d'armes là... Je... Vous pouvez ranger les vôtres ?

Difficilement j'avale ma salive. J'ai bien la hachette attachée à mon sac et le couteau à ma ceinture, mais je n'ose pas vraiment m'en débarrasser, surtout quand je n'ai aucune idée de leur état d'esprit.


Make the right choice
A few times in my life I’ve had moments of absolute clarity, when for a few brief seconds the silence drowns out the noise and I can feel rather than think. @marclévy ≈ › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Piotr Nikolaïevich
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/09/2016
Messages : 49
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Empty space   Mar 11 Oct 2016 - 20:49

Finalement elle avait finis par m'y amener, son garage. C'était donc pour que je l'accompagne la dedans qu'elle avait insisté. Finalement, je la comprenais, ça devait pas être agréable de devoir gérer tout les imprévus, et petite surprises que ce genre de lieu pouvait offrir. J'étais donc là, un peu solennellement, cheveux coupés, barbe taillée j'étais enfin reconnaissable, mais je ne me sentais toujours pas impliqué dans cette apocalypse. Je passe ma main contre mon visage, ne sentant plus ma barbe proéminente mais un contour fait relativement bien par la petite brune, je me sentais également moins lourd, et certainement, pourrais-je légèrement mieux me sociabiliser, enfin, si je le voulais évidemment, ce qui n'était pas mon but actuel. Actuellement je naviguais un peu sans but, j'avais décidé de l'accompagner car elle avait été plutôt bonne avec moi, m'épargnant des os brisés, et aussi une gueule hirsute, même si, à la base, j'étais pas super chaud, mais j'avais décidé de lui faire confiance, de lui donner ce qu'il me restait d'humanité pour l'instant, et je le regrettais pas. Du moins pas à l'heure actuelle.

« Voilà, c'était là. »

J'acquiesce, observant la mine déconfite de la petite brune. De mauvais souvenirs pour Reese. La pluie ruisselait sur mon visage, on était déjà bien trempés, nos fringues, nos gueules, et bientôt nos chaussures. Je décidais de ne rien dire pour ne pas la couper dans "son" moment. Un peu solennellement je la suivais, pointant mon pistolet vers les sorties du garage, je prenais une grande inspiration, relevant la tête pour sentir encore l'eau ruisseler sur mon visage, puis, je me remet à suivre la petite brune.

« Je sais plus trop ce qu'on espérait trouver à l'intérieur, déjà... De l'essence pour la caisse probablement, et des outils utiles. »

je décide d'avoir une sorte de sourire réconfortant pour Reese, lui tenant l'épaule fermement pour qu'elle sente que j'étais là. Je savais pertinemment qu'on était pas la pour ça, que ce n'était qu'une excuse, il fallait cependant que j'accepte une contrepartie, et de toute manière, autant chercher des choses qui pourraient nous servir en dehors de secourir son ami. Je guettais aux alentours si quelqu'un ne nous suivait pas, mais rien, on était bel et bien seuls. L'eau ruisselait sur nos guenilles, il faudrait nous changer une fois qu'on serait rentré, sauf que j'avais pas vraiment de fringues de rechange, génial. Je chercherais certainement le casier d'un mécanicien, ou un vieil uniforme histoire d'avoir une salopette et de ne pas m'exposer à poil dans l'appartement.

« Bon, je pense que la petite horde n'y est plus, on l'a probablement fait bouger, le garage doit être vide... »


On arrivait près de la porte coulissante du garage, on avait pas vraiment besoin de se parler pour savoir ce que l'autre ferait, c'est comme ça que j'ai rapidement compris qu'elle allait l'ouvrir d'un coup sec. Je lève donc mon bras droit vers la porte coulissante, tenant fermement mon couteau de cuisine dans l'eau main. D'un coup d'index j'enlève la sécurité de mon arme de poing. J'étais prêt au cas ou ces choses tenteraient de nous sauter à la gueule, et puis, c'était pas la première fois que ça m'arriverais, alors j'étais relativement préparé à ces choses là. La petite brune attrapa la languette et la tira vers le haut, je retins ma respiration jusqu'a ce que la porte arrive en haut. Rien, du vent. Je laissais mon souffle ressortir de mes poumons tandis que ma respiration prenait à nouveau un rythme normal.

« En tout cas, c'est vachement plus grand quand y'a pas tout ce monde, c'est fou hein. »

Je décide de répondre en acquiesçant, me contentant d'un "hmhm" sonore. Je commence à observer les alentours, il y avait quelques outils qui pourraient nous servir mais aucune trace d'essence, juste des torchons sales et des épaves de bagnoles. Des taches de sang horribles jonchaient les murs, témoignant d'un affrontement d'une rare violence. j'écarquillais les yeux en observant les restes qui trônaient au sol, me demandant comment la petite brune avait fait pour se sortir de ce merdier. Je cachais quelque peu mon admiration tandis que je commençait à fouiller à droite à gauche, espérant trouver des fringues de rechange.

« En gros, si on trouve pas de cadavre, ou de rôdeur dans le coin qui lui ressemble, ça voudra dire qu'il s'est pas fait avoir ici. »

"Compris."

Je me retourne pour observer la petite brune qui semblait être divisée entre le soulagement et l'anxiété, elle cherchait son ami ce qui était normal, mais visiblement soit il s'en était sortit soit il s'était fait mordre et avait suivis la horde, évidemment, dans mon esprit je ne souhaitais pas la deuxième possibilités, la vie était devenus un bien précieux qu'il fallait protéger. Je décide donc de remettre en place la sécurité de mon arme de poing et de replonger l'arme dans mon pantalon, n'en ayant apparement pas besoin ici.

« Toute façon, c'est pas son genre de se faire avoir. »

Je n'avais rien trouvé, du coup j'étais retourné vers Reese avec un sourire compatissant, je prends ses épaules entre mes mains en signe d'encouragement.

"S'il est aussi coriace que toi, je n'en doute pas."

Petit sourire de circonstance tandis que je lâchais ses épaules et me permettait un petit moment de répit sur un tabouret qui trainait au beau milieu du garage. Un bâillement vint déloger ma mâchoire tandis que j'observais les alentours, au dessus des étagère, les outils, j'allais devoir mettre tout ça dans mon sac à dos. Alors tout en soupirant j'ouvrait mon sac pour commencer à y ranger des outils. Un tintement vint glacer mon sang, tandis que j'écarquillais les yeux, je sortit lentement le pistolet de mon pantalon, ôtant la sécurité d'un geste vif et placé.

« On est pas seuls. »

D'un pas rapide mais néanmoins silencieux je viens plaquer ma main sur le visage de Reese, il ne fallait plus qu'elle parle, on savait pas combien ils pouvaient être, ni s'ils étaient hostiles ou pacifiques, alors dans le doute, autant agir comme si nous avions affaire à un groupe ou une personne hostile. Lentement, j'ôte ma main de la bouche de la brune et lui désigne une carcasse de bagnole à côté. Je l'y accompagne lentement tandis que je me met à couvert derrière une caisse en bois qui traînait non loin. J'ôte le chargeur pour vérifier qu'il était bien chargé, puis le braque vers l'endroit d'ou venait le bruit.

Une goutte d'eau vint perler sur mon front tandis que je restais clairement concentré. Je vis une jeune femme brune sortir d'une sorte de pièce que nous n'avions pas visité, elle se rabaissa derrière la rambarde, pour se mettre à couvert ? Pour se préparer à nous attaquer ? J'en sais rien. Mais dans le doute, j'allais certainement pas arrêter de la braquer.

- Heu... J'ai pas d'armes là... Je... Vous pouvez ranger les vôtres ?

Ton relativement saccadé à cause du stress sans doute, était-elle vraiment désarmée ? J'en étais pas convaincus, et puis la manipulation était monnaie courante maintenant. J'allais certainement pas me séparer de mon flingue, surtout pas maintenant.

"Descends."

Première sommation certainement envoyée dans le vent, mais soit, qui ne tente rien n'a rien, si elle voulait pas se prendre des balles il vaudrait certainement mieux qu'elle descende histoire de pas nous irriter. Après quelques secondes de flottement, je décidais de mettre un peu plus d'intensité dans ma voix, prenant un air plutôt menaçant.

"DESCENDS."




MOTHER RUSSIA'S GIFT
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 348
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Empty space   Mar 11 Oct 2016 - 22:32

Non mais c'était quoi ça ? Reese regarda Piotr avec de gros yeux fâchés ! Il avait fini de lui foutre ses grosses mains pleines de doigts sur le visage un peu ? Non mais on était où làààà ? Pas contente, l'avocate ! Il allait écoper d'une peine très lourde : une bouderie d'au moins trois minutes pour qu'il arrête un peu ses bêtises ! Elle respira profondément, et comprit le message. Elle savait que c'était pas le moment pour se mettre à chanter du Taylor Swift, elle était pas débile ! Mais non, fallait toujours qu'il joue les gros durs super malins, en la prenant elle, au passage, pour une abrutie.

Alors quand une petite brune annonça sa réponse brusquement, Reese manqua de sursauter ; ses cheveux dégoulinants dans son col, elle expira lentement pour garder son calme. La jeune femme disait ne pas avoir d'arme, leur demandant au passage de ranger celles qu'ils avaient. Bah bien sûr, elle pouvait compter là-dessus et boire de l'eau fraîche aussi. L'avocate lança un regard en coin à son voisin, qui lui ordonna de descendre. Son tenor ferme, qui ne souffrait d'aucun refus, tonna dans le garage.

« Je vais la chercher, surveille qu'elle bouge pas ses mains... » Souffla-t-elle. Sourire confiant, elle garda son fusil à pompe en main avant de se rendre jusqu'aux escaliers, qu'elle gravit quatre à quatre pour arriver jusqu'à la plateforme. Marquant une pause au sommet, elle regarda Piotr pour être sûr qu'il ne réagissait pas, histoire de savoir quand se jeter au sol si quelque chose se tramait. « On rangera les nôtres quand on sera sûrs que tu vas pas nous planter un couteau entre les deux omoplates quand on aura le dos tourné. » Avertit-elle l'inconnue.

S'approchant toujours, le canon prêt à cracher du feu au moindre faux mouvement, elle parvint rapidement jusqu'à la brune. Joli minois, joli sourire, pas l'air méchante pour deux sous, mais loin d'être en confiance, ce qui se comprenait. Personne n'était détendu avec un fusil à pompe qui tenait en joue, bizarrement. « Respire, je te ferais pas de mal si tu agis pas comme une idiote. » Murmura Reese à l'attention de la survivante avec un petit air qui se voulait rassurant. Elle la contourna, lui demanda de se remettre debout d'un geste de la main, et de tourner sur elle-même pour vérifier ses armes.

Et elle les vit. Une hachette, un couteau. Bien. « Tu as entendu le géant, princesse. Allez, hop hop hop ! Plus vite que ça, on descend ! » Fit-elle avec fermeté, les doigts toujours noués autour de son fusil à pompe en poussant la jeune femme à dévaler les escaliers et à rejoindre Piotr au quart de tour. Elles parvinrent toutes deux en bas, s'approchant du russe. Reese portait une petite mine satisfaite, avant de se saisir du couteau à sa ceinture à l'improviste, ainsi que du sac qu'elle fit glisser de ses épaules :

« Je mets tes armes dans ton sac. » Avertit-elle en s'exécutant, éloignant également le fourre-tout de quelques mètres. « Et ton sac, là. » Elle n'allait pas le récupérer, elle avait déjà le sien. Et Reese n'était absolument pas une voleuse. Juste une femme prévoyante. Et elle préférait se démerder toute seule plutôt que s'abaisser à dépouiller des gens qui avaient autre chose à foutre pour survivre que devoir repartir de zéro. Elle comprenait même pas pourquoi Grant et son groupe s'amusaient à faire ça. A part les faire passer pour de gros rats incapables, ça donnait pas une belle image de l'humanité qui leur restait :

« Tu es là depuis longtemps ? » Demanda-t-elle en douceur, remettant son fusil sur son épaule, en se passant la main sur le front pour éponger l'eau de pluie. Elle se tourna vers Piotr, qui lui n'avait pas bouger d'un pouce, et soupira : « Tu peux baisser ton arme, tu sais ? Tu fais trois têtes de plus qu'elle et au moins deux fois son poids, je pense que si elle te saute à la gorge, t'arriveras à lui retourner une. » Elle soupira un peu par dépit et rajouta : « Puis toute façon, regarde la ! Elle ressemble à une crevette. Les crevettes, c'est pas réputées pour leur agressivité et leur côté sanguinaire... »



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Fawn L. Müller
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/10/2016
Messages : 583
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Empty space   Mer 12 Oct 2016 - 8:54

Il y a bien deux personnes, une femme et un homme.

C'est d'ailleurs la voix de l'homme qui s'élève la première après mon intervention. Descendre ? Il blague j'espère. Non pas que j'en n'ai pas envie – quoi que si – mais ils sont deux, armés jusqu'aux dents et moi seule, sans armes réellement menaçantes comparées à eux. Alors quand sa voix se fait plus ferme, plus forte, je sursaute. C'est qu'il fout quand même le chocottes celui-là. Raison de plus pour ne pas être confiante. Mon cerveau tourne à mille à l'heure, mon cœur aussi. Je suis bien derrière cette rambarde, en fait là, j'ai pas du tout envie de la quitter. Fichu sac, fichue clé, fichus mécaniciens qui pouvaient pas ranger leurs affaires. Je me retrouve dans une situation que je n'aime pas, que personne n'aimerait. Mais moi encore moins. J'en ai ras-le-bol de me faire avoir parce que j'ai deux ou trois personnes en face. Alors plutôt que d'obéir... Je parle.

- Quoi ? Non, mais attendez, vous êtes deux et je suis seule. Vous avez des armes automatiques, je les ai vues et moi... Ben rien de tel ok ? Alors désolée mais c'est à moi d'être la plus méfiante ici... Je descen... drais... pas...

Tout en parlant, je tourne la tête et ma voix se fait plus petite quand je découvre la jeune femme qui s'approche de moi. Super... Bien entendu, son arme est pointée vers moi. Je garde donc les mains levées au-dessus de ma tête, ne pouvant m'empêcher de soupirer. Je déteste me sentir piégée. Ma fierté en prend un coup. Je ravale donc ce goût amer qui m'envahit la bouche. Ranger les leurs quand ils sauront que je ne pourrais pas leur planter un couteau dans le dos... que je me détende. De sacré comiques ses gens. Je pourrais même pas amener ma main à la ceinture que je suis certaine que j'aurais une de leurs balles entre les yeux. Et c'est de moi dont ils doivent avoir peur ? Pour autant, même si j'ai pas du tout envie d'obéir, je me redresse comme elle me le demande et sans un mot de plus, je descend. N'ayant plus envie de lever les bras inutilement, je les rabaisse, le visage fermé.

Quand la femme m'enlève mon couteau et mon sac, je ne résiste pas, mais j'ai comme une secousse liée à un rire nerveux.

- Non mais c'est une blague. Vous vous êtes vus avec vos armes ? Et c'est à moi de poser les miennes que je n'ai pas touché une seule fois ?... J'y crois pas.

Telle une enfant, je croise les bras et lève les yeux en l'air. Ce monde devient totalement fou, ceux qui ont le moins sont ceux qui doivent prouver aux autres qu'ils ne sont pas un danger. Mes yeux lorgnent les deux personnes face à moi. Je m'attarde un peu plus sur la jeune femme que sur l'homme qui a encore le don de mettre mal à l'aise et qui n'a toujours pas baissé son arme.  Je me sens très... très à l'aise. Et même si la dame tente de prendre un ton plus doux, ça ne marche en rien. Quand ça commence mal, ça commence mal et ils ne me donnent pas envie d'être souriante ou avenante.  Je garde donc les bras croisés.

- Hmm.

Aucune envie de répondre à sa question, pas dans une situation comme celle-là. Puis quand elle parle à son coéquipier, mari, ami, frère ou je ne sais quoi, ma mâchoire se contracte et mes mains se resserrent autour de mes bras. Qu'avaient-ils tous à parler de mon gabarit de la sorte ? Ses voleurs la dernières fois, puis eux... Susceptible, je le suis, alors je soupire et je recule d'un pas, agitant une main à mes mots.

- Écoutez, maintenant ça va, je ne suis plus armée, vous m'avez même enlevée mon sac ok ? Alors soit vous faites de même et dans ce cas je vous dirais ce que vous voulez savoir, soit on reste comme ça. Je commence à me geler, j'ai faim, j'ai beaucoup marché et autant dire que là, je suis dans une plus mauvaise position que vous deux... Toute façon j'allais rien vous faire.

Je me masse la tempe en sentant un mal de tête pointer le bout de son nez. Plus ça va, plus je me dis que je devrais peut-être me trouver quelqu'un pour bouger avec moi. Toute seule je ne fais clairement pas le poids dans ce genre de situation. Peut-être que ça aurait été plus ingénieux de rester avec Jonathan. Lui recherchant son amie et moi mon frère, on aurait pu faire d'une pierre deux coups. Mais non et maintenant voilà la situation dans laquelle je suis.


Make the right choice
A few times in my life I’ve had moments of absolute clarity, when for a few brief seconds the silence drowns out the noise and I can feel rather than think. @marclévy ≈ › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Piotr Nikolaïevich
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/09/2016
Messages : 49
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Empty space   Mer 12 Oct 2016 - 11:28

- Quoi ? Non, mais attendez, vous êtes deux et je suis seule. Vous avez des armes automatiques, je les ai vues et moi... Ben rien de tel ok ? Alors désolée mais c'est à moi d'être la plus méfiante ici... Je descen... drais... pas...

Un petit rictus vint s'installer sur mon visage. Ah ouai, tu descendrais pas ? Bah soit, je m'en vais te la faire descendre moi. Tout en gardant mon arme au poing je commence à réfléchir à un moyen de monter relativement rapidement la haut, sans être à découvert, ce qui bien évidemment n'était pas chose aisée étant donné qu'on était dans un garage et qu'il n'y avait pratiquement aucune couverture viable. Je soupire, mais alors que j'apprêtais à quitter ma planque voila que Reese réagis.

« Je vais la chercher, surveille qu'elle bouge pas ses mains... »

Mes sourcils se froncent, estimant que c'était une décision qu'elle n'avait pas à prendre, et que ça devait être moi qui monterait là haut, rien n'y fait cependant, j'ai même pas eut le temps de dire "ouf" qu'elle se pointant déjà en bas des escaliers. Soit. Mais ce genre d'initiative pourrais nous coûter la vie un jour. Je décidais donc de m'exécuter, pointant mon flingue en direction de l'inconnue qui n'avait pas l'air de broncher. Tant mieux, peut être n'était elle pas hostile au final. De toute manière, actuellement, elle n'avait pas de grandes chances de s'en tirer vivante si elle commençait les hostilités, nous étions en surnombre et apparement mieux armés. Je voyais la scène d'ou j'étais, tentant de déceler le moindre mouvement brusque de l'inconnue, qui apparemment se laissait faire par Reese, bon, déjà un bon point pour elle, car nous n'étions pas hostiles non plus, mais il fallait se méfier comme partout ou nous allions, si ça avait pas été elle, ça aurait été quelqu'un d'autre.

« Tu as entendu le géant, princesse. Allez, hop hop hop ! Plus vite que ça, on descend ! »

Un soupir de soulagement vint accompagner la descente des marches, je me redressais lentement de mon abri, gardant évidemment mon bras levé en direction de l'inconnue. Elle avait peut être des choses à cacher, ou bien n'était ce qu'un leurre au final ? Tellement de facteurs inconnus qui ne me permettaient pas d'établir une vraie stratégie. Merde.

« Je mets tes armes dans ton sac.  Et ton sac, là. »

Reese s'exécutait, rangeant relativement soigneusement les affaire de la brune face à nous. Visiblement agacée par la situation elle avait croisé les bras, s'attendant certainement à des excuses pour une tel barbarie, il était vrai que la gentillesse n'était plus vraiment monnaie courante en ce bas monde, et puis la méfiance était un facteur de survie important, elle devrait comprendre ça. Mais de son côté évidemment, on était là, menaçants avec nos gros flingues, au fond on était usés par cette vie.

« Tu es là depuis longtemps ? »

L'interrogatoire commençait. Je vais me poster aux côtés de Reese, pointant toujours mon arme vers notre rencontre du jour. Je ne souffrais d'aucune altération, il me faudrait pas plus d'une demie seconde pour lui envoyer une balle dans le crâne pour finir le travail, mais je n'en avais aucune envie. J'espérais simplement qu'elle ne me force pas à le faire. C'est vrai ça, j'avais encore tué personne, alors comment je pouvais être sûr de ne pas hésiter ? Foutue apocalypse.

- Hmm.

Le silence. C'est tout ce qu'elle avait à nous dire, lâcher un vent à Reese qui était, à l'évidence, bien plus douce que moi à l'instant. Soit, je ne pouvais pas juger, je me rangeais aussi assez facilement du côté du silence, valable dans toute les situations il permettait de ne rien dévoiler, d'exprimer son mécontentement ou de désamorcer des situations. Il n'était cependant pas très malin de refuser le dialogue alors que je pointais une arme dans sa direction. C'était son choix.

« Tu peux baisser ton arme, tu sais ? Tu fais trois têtes de plus qu'elle et au moins deux fois son poids, je pense que si elle te saute à la gorge, t'arriveras à lui retourner une. Puis toute façon, regarde la ! Elle ressemble à une crevette. Les crevettes, c'est pas réputées pour leur agressivité et leur côté sanguinaire... »

Un soupire plus tard, je cède devant la pression de Reese, c'était bien parce que je lui devais la vie que je l'autorisais à me donner des consignes de la sorte. La mâchoire serrée, je baisse mon bras tout en enclenchant la sécurité de mon arme de poing. Je décide de la ranger, puis croise les bras contre mon torse pour assister à l'interrogatoire. Visiblement Reese était à la recherche d'informations, alors j'allais certainement pas m'interposer, donc je décide de me murer dans le silence, observant comment les choses allaient évoluer.

- Écoutez, maintenant ça va, je ne suis plus armée, vous m'avez même enlevée mon sac ok ? Alors soit vous faites de même et dans ce cas je vous dirais ce que vous voulez savoir, soit on reste comme ça. Je commence à me geler, j'ai faim, j'ai beaucoup marché et autant dire que là, je suis dans une plus mauvaise position que vous deux... Toute façon j'allais rien vous faire.

Je souris doucement à sa remarque et lève mes mains qui étaient désormais vierges de toute armes. Il n'était pas très malin d'essayer ce genre de coups de poker, provoquer ses geôliers en attendant une quelconque bonne réaction de leur part. Bien sur, maintenant qu'on t'avais désarmé on allait te laisser te barrer, tu veux pas que je te tienne la porte aussi ? Je secouais la tête. Elle était visiblement frigorifiée et affamée. Un peu de gentillesse dans ce monde de brute tendrait peut être à radoucir le contact. Reese avait besoin d'information, et de toute manière c'était ma décision, peut être que la brune maigrichonne a.k.a la crevette, selon Reese, serait plus encline à parler si on subvenait à ses besoins, du moins, à une partie.

C'est pourquoi je décidais de me détourner en soupirant. Je tirais de mon barda une couverture que j'avais récupéré dans l'appartement que nous avions pris pour planque, ainsi qu'un sachet de biscuit que j'avais récupéré d'un magasin que j'avais pillé avant de rencontrer Reese. Je décide de m'approcher de l'inconnue, elle n'avait plus d'arme donc je ne risquais pas grand chose. Je lui tire le bras en avant, déposant la couverture sur celui-ci, avant de glisser le sachet de biscuit dans sa main, je pousse par la suite le petit tabouret dans sa direction. Sans expression, je retourne aux côtés de Reese. J'essayais d'être sympa à ma façon, d'autant plus qu'elle avait l'air aussi paumée que moi, avant.




MOTHER RUSSIA'S GIFT
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 348
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Empty space   Mer 12 Oct 2016 - 13:47

Elle n'était visiblement pas ravie de devoir descendre rejoindre Piotr, et Reese pouvait la comprendre. Quand on devait se coltiner le géant à la grosse voix, et qu'on était pas sûr qu'il soit de son côté, ça pouvait faire naître quelques réticences. Mais même si le russe ne disait mot, il n'y avait pas trop de doute à avoir sur le fait qu'il n'agirait pas bêtement, tant qu'en face, il en était autant. La brune le retrouva rapidement, et après une première question qui n'écopa que d'un silence, la brune roula des yeux.

Au moins, son coéquipier avait fait l'effort de se montrer aimable. Et après la réflexion de la survivante inconnue, Reese ne put s'empêcher de soupirer d'autant plus. Mais ce qu'elle pouvait se plaindre. Elle était pourtant pas en position de le faire. Fallait quoi ? Qu'elle lâche le méchant russe dessus pour la secouer un peu ? Elle n'était même pas persuadée que Piotr pourrait s'en prendre à une crevette comme elle, surtout après l'avoir vu prendre soin d'elle quelques jours plus tôt après l'accident.

Finalement, le russe était surtout un gars qui pouvait grogner et impressionner, mais qui mordait pas si régulièrement. En fait, sur terre, Reese pouvait être la seule à se vanter de le connaître, et pourtant, c'était que peu pour l'instant. Elle le regarda s'agiter, tirer de son barda une couverture et un paquet de gâteaux, pour le donner à la jeune femme, tout en lui poussant du pied un tabouret. Putain, il avait l'air d'un moine et elle d'un monstre sans cœur maintenant. Merci la réputation. Soupirant et gonflant les joues de frustration, elle fit mine de rien avant de faire glisser son sac sur ses épaules :

« T'es peut-être un chaton, hein, mais on est jamais trop prudent aujourd'hui. » Elle ouvrit le sac, tira sa bouteille d'eau, la débouchonna, en but une gorgée pour prouver à la brune qu'elle était pas empoisonnée (oui bah la paranoïa hein, ça aidait pas à créer des relations), avant de la lui tendre doucement en la poussant du regard à l'accepter, et à s'hydrater si besoin. « Et tous les chatons ont des griffes. » Termina-t-elle avec un regard entendu, retournant finalement à sa place.

Certes, ils avaient toujours leurs armes, mais ils n'étaient plus vraiment disposés à s'en servir. Ils s'étaient montrés sympas, avaient seulement pris des précautions pour ne pas se faire plomber trop vite et par mégarde, du coup, c'était peut-être le moment de passer à autre chose et de se détendre, non ? Tout du moins, elle, elle sentait que ça valait la peine de retenter : « C'est bon maintenant, tu veux bien répondre à mes questions ? » Parce que pour tout dire, elle en avait une tapée, de question. C'était pas un hasard si une inconnue se trouvait ici. Elle ne savait pas depuis combien de temps, mais ça valait la peine d'essayer :

« Donc qu'est-ce que tu fais ici ? » Demanda-t-elle en venant s'adosser à la carosserie d'une caisse crasseuse et poussiéreuse, sans quitter la brune des yeux. Reese croisa les bras sur sa poitrine, essayant de garder son calme pour ne pas l'assaillir de questions et la noyer sous. Même si elle était une crevette, et que la noyade ça la connaissait peut-être pas, fallait continuer à se montrer aimable, pour tirer le maximum de renseignement de tout ça. Puis même, l'avocate avait conscience que par son métier, hausser les tons et sortir les griffes, c'était pas la première étape idéale : « T'es toute seule ? » Renchérit-elle.

C'était le moment de s'en inquiéter. Si la jeune femme n'avait pas l'air vraiment menaçante, un peu sauvage, mais tout de même, il fallait se méfier ; si tout d'un coup une bande de gros bras armés déboulait du dehors pour leur prendre leurs biens, mieux valait être au courant. Et Reese ayant eu une formation pour détecter les conneries, elle savait qu'elle la verrait mentir, quoiqu'il arrive. Jusqu'ici, la crevette avait été « honnête » avec eux. Elle avait l'oeil pour les Pinocchio.

« Et t'as un nom ? Ça pourrait être plus sympa aussi. Moi, c'est Reese. Lui, c'est... Piotr. Il est pas bavard, mais il est pas méchant si on l'y oblige pas, quoi. Comme tout le monde. Comme tout le monde, vraiment ? Enfin.. Non, ça, ça dépend. Y'en a qui sont d'abord méchants, et ensuite détestables. Pensée pour Grant. Donc ? »



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Empty space   Aujourd'hui à 17:33

Revenir en haut Aller en bas
 

Empty space

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Nouveau FAQ de GW sur Space marine
» Space wolves VS tyranides
» Space Marines à vendre (pleins d'affaires)
» Chaos Space Marine Roster - Legion of the Damned
» Space Hulk et eldar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-