Partagez | .
 

 From our blood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Isabel G. McLeod
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 199
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: From our blood   Dim 6 Nov 2016 - 23:10


Isabel avait frappé la créature de toutes ses forces. Jamais elle n’avait ressenti autant de rage, autant de colère. La peur de perdre Arthur lui avait donner la force de se battre, de ne pas laisser ces monstres lui prendre son mari. Elle avait eu si peur en le voyant lutter sans pouvoir trouver un moyen d’échapper à l’emprise de ces mains putrides et de cette mâchoire sanguinolente. Alors, lorsqu’Arthur avait finalement repoussé le corps inerte pour se relever, la jeune femme s’était sentie revivre. Elle aurait voulu lui demander s’il n’était pas blessé, mais elle n’avait pas eu le temps. Des rôdeurs, partout. Des rôdeurs qui commençaient à s’approcher dangereusement d’eux. Avait-il été mordu ? Avait-il réussi à échapper à cette mâchoire qui avait été proche ? Isabel voulait se rassurer, l’entendre dire que tout allait bien mais ils n’avaient pas le temps.

Se mettant à courir, Isabel regarda les deux monstres tomber sous les balles de son mari avant de se laisser emporter jusqu’à la voiture. Jamais elle n’avait couru aussi vite, se laissant presque porter par la course folle de son époux. Sans se retourner elle ouvrit la porte de la voiture avant de se hisser à l’intérieur, le souffle court. Refermant la portière, Izzy se sentit comme plaquer contre son siège lorsque la voiture démarra en trombe. Tentant de calmer sa respiration, elle releva les yeux en entendant la voix s’Arthur résonner dans l’habitacle. L’homme se tourna vers elle, et le cœur de la blonde se serra brusquement. Les yeux rougis, le regard de son mari commençaient à se remplir de larmes. Elle était incapable de dire quoi que ce soit, alors lorsqu’il demanda si elle allait bien, elle se contenta d’un signe de tête. Non, elle n’avait pas été mordue, elle n’était pas blessée mais… Elle se sentait horriblement mal, la peur la rongeait toujours de l’intérieur et elle n’arrivait pas à calmer cette respiration bien trop rapide. Elle allait étouffer. Sa tête commençait à tourner.

Le fait de l’entendre dire qu’il n’avait rien non plus eut le don de la calmer, légèrement. Puis les paroles qui suivirent la frappèrent encore une fois, des paroles accompagnées de larmes, déchirantes. Attrapant la main d’Arthur, elle tenta de la serrer de toutes ses forces mais elle n’y parvint pas. Elle se sentait faible d’un coup, complètement vidée par l’effort qu’elle venait de faire. Mais elle ne pouvait pas laisser son mari dans cet état, elle devait lui répondre. « Arthur… J’ai… J’ai eu tellement peur pour toi... »  Sa voix se fut fragile, elle était complètement pâle… Et malgré son état, elle reprit, faisant tout son possible pour parler suffisamment fort. « Je… Je ne pouvais pas le laisser te faire du mal… Je… Qu’est-ce que j’aurais fait sans toi, mon amour… Qu’aurions-nous fait sans toi… » Elle devait lui dire, trouver la force de lui annoncer, maintenant. « Je… Je suis… » Mais elle n’arriva pas à terminer sa phrase. Ses paupières se fermèrent. Elles papillonnèrent quelques secondes, la jeune femme luttant pour ne pas se laisser emporter par la fatigue, l’effort qu’elle venait de produire. Elle parvint pourtant à les rouvrir et elle essaya de produire un son… Mais elle finit par s’évanouir, refermant les yeux. Sa main glissa à son tour, quittant celle d’Arthur…






Revenir en haut Aller en bas
Arthur E. McLeod
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 570
Age IRL : 31

MessageSujet: Re: From our blood   Lun 7 Nov 2016 - 0:01

Mes mains se relâchent lentement. Nous sommes loin d'eux maintenant. Nous sommes en sécurité ici. Bien plus de peur que de mal. Peut être simplement une overdose d'émotions fortes. Je m'en serais bien passé, vraiment. J'aurais simplement préféré profiter de cette belle journée pour partager quelques instants privilégié avec celle que j'aime toujours autant. J'aurais aimé revenir avec de bonnes nouvelles au camp. Une autre fois, peut être.

Isabel va bien, et je sens la tension s'évaporer. La peur s'en est allée, ne restent que quelques frissons, pour nous rappeler son mauvais souvenir. Je la sens tout de même fébrile. Sa main posée sur la mienne, ses grands yeux qui vacillent.. peut être a t elle été trop forte pour une seule journée. Quand elle s'adresse enfin à moi, la faiblesse de sa voix me tord le coeur. Je la regarde, plissant doucement les yeux et les lèvres. Je ralentis, bien que cela ne serve à rien. Ce qu'elle me dit me touche, au plus profond. Elle tient à moi, ça je le sais depuis toujours, mais peut être que le fait de me le dire maintenant, alors que toutes mes émotions et mes sentiments entrent en fusion, me semble encore plus merveilleux.

Pourtant, je retiens quelque chose d'étrange dans ses paroles. Ce nous dont elle parle, j'imagine qu'il s'agit du groupe entier. C'est vrai, à force de zèle et de dévotion, je suis devenu l'ange protecteur d'Evergreen Ridge, plaçant les survivant derrière mon égide. Mais je ne suis pas seul, car seul, jamais je n'aurais eu la force ni le courage d'être celui que je suis. Sans des types comme Ethan, Gary, Buzz et tant d'autres.. Sans leur rage de survivre, jamais je n'aurais été un héros. Que pourraient ils faire sans moi ? Continuer à survivre, tout simplement.


" Izzy.. Si jamais.. quelque chose m'arrive.. promet moi de ne pas laisser notre.. notre famille s'effondrer. Si jamais je.. ..promet moi de rester avec eux. Ils te protégeront. Peut être même mieux que moi.. Et je..

Quelque chose d'étrange oui. Car dans son regard, je sens qu'il s'agit d'autre chose. Je ne comprends pas. Non, je n'arrive pas à comprendre. Je la regarde fixement, faisant fi de la route pendant quelques secondes. Elle me murmure quelque chose. " Je suis ".. et s'effondre.

Izzy ! Reste avec moi ! Izzy !! Et merde.. ! "

Un grand coup de freins, les pneus crissent, la voiture chasse légèrement et s'arrête. Je descend, et la chaleur me frappe comme un coup de poing. Le soleil m'éblouis..
Une fois encore, mon coeur bat si fort qu'il pourrait exploser. J'ouvre la porte de la voiture et traîne Isabel avec moi, l'allongeant sur le côté de la route, à l'ombre de quelques arbres.


" Bouge pas..

Je cours jusqu'à l'arrière du véhicule, où il me reste une demi bouteille d'eau. Tiède maintenant, malheureusement. Je fouille, parmi le bordel qui y règne, cherchant quelque chose, n'importe quoi pour remettre ma femme sur pieds. Tout ce que je trouve, c'est un paquet de vieux bonbons presque vide. De vieux nounours en gomme, dont aucun n'est rouge. Soufflant comme une bête à l'agonie, éreinté par la fatigue, le stress, la chaleur, la soif et la faim, je cours tout de même pour rejoindre mon épouse, allongée dans l'herbe. Je lui verse un peu d'eau sur le visage.

Réveille toi.. M'laisse pas là comme ça.. pas maintenant.. j't'en prie.. ! Allez.. je sais que tu es assez forte pour te relever.. M'laisse pas seul.. J'veux.. j'veux pas être seul.

Au bord des larmes encore, j'essuie son front, puis je la serre contre moi. En vérité.. je n'ai aucune idée de ce que je fais. Aucune idée de ce que je dois faire, d'ailleurs. Je devrais peut être rentrer au camp le plus vite possible mais.. mes idées ne sont plus très claires. Je m'embrouille. Je regarde vers le ciel et le soleil est impitoyable. Il brille si fort, même à travers les feuilles, qu'il me brûle les yeux. Je les ferme d'ailleurs, car je n'en peux plus, je n'arrive pas à soutenir son regard. J'appuie la tête d'Isabel contre mon torse, peut être pourra t elle entendre les battements violents de mon coeur.

.. J'ai besoin de toi.. J't'en prie.. je..

Ma gorge se serre bien trop maintenant pour que je puisse encore parler. Seuls quelques sons aigus et étouffés parviennent à sortir de ma bouche. J'amène la bouteille à ses lèvres, essayant de lui dire de boire. Mais ce n'est.. pas facile.
En vérité, je sens que mon corps n'a qu'une envie, s'échouer là et s'endormir. Pour je ne sais combien de temps. Nous laissant vulnérables aux prédateurs et aux chasseurs. Au soleil. Finalement à la mort. Je ne dois pas dormir, pourtant mes paupières se ferment.
Je chuchote, alors que je résiste.


Izzy.. j'suis fatigué.. Dis quelque chose.. j't'en prie.. "



Revenir en haut Aller en bas
Isabel G. McLeod
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 199
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: From our blood   Mar 15 Nov 2016 - 23:51


Isabel avait passé tant d’heures à penser à cet instant, à imaginer ce moment qui aurait dû être l’un des plus beaux jours de leur vie. Fonder une famille, avoir des enfants, ils en avaient toujours rêvé. Cette annonce aurait dû être merveilleuse, inoubliable pour tous les deux. Elle avait attendu, des semaines presque, essayant de trouver le bon moment. Elle avait pensé que cette sortie aurait pu être une bonne occasion de tout lui avouer, ils auraient pu profiter de ce moment rien qu’à eux, de cette sortie pour partager ça, ensemble. Mais, malheureusement, le chaos qu’était devenu ce monde les avait rattrapés et rien ne s’était passé comme Isabel l’aurait voulu. Plus rien, désormais, ne se passait comme on pouvait l’imaginer. Cette expédition avait été une très mauvaise idée, finalement. Parce qu’en plus d’avoir failli y passer tous les deux, Isabel avait été incapable de dire à Arthur, ce qu’il devait savoir. Elle avait sombré après une lutte acharnée pour tout lui dire, mais elle n’avait pas réussi…

Inconsciente, Isabel ne put voir cette inquiétude dans les yeux de son époux, terrifié de la voir inanimée à côté d’elle. Elle ne put entendre ses mots, cette détresse dans sa voix. Elle ne discerna pas non plus ses larmes revenant inonder le regard de l’homme qu’elle aimait, amoureusement, passionnément… Qu’avait-elle fait ? Le pauvre faisait tout son possible pour la ramener, pour la réveiller. Et elle n’entendait rien, elle ne voyait rien. Elle s’en voudrait, c’était évident.

Les minutes défilèrent et elle ne bougeait pas. Là, dans les bras d’Arthur, Isabel resta inconsciente durant un long moment. L’homme ne la lâcha pas, ne cessant de lui murmurer de se réveiller, d’écouter sa voix. Et à force d’acharnement, la blonde finit par entendre cet appel. Se croyant d’abord dans un rêve, elle se laissa bercer par cette voix qui lui demandait de revenir à elle, de ne pas le laisser seul. Un appel empli de désespoir, qui l’aurait sûrement fait fondre en larmes si elle avait pu l’entendre. Puis, il essaya de la faire boire une énième fois. Et cette fois, Izzy parvint à avaler un peu d’eau, finissant par tousser après avoir pu de travers. Elle toussota encore, venant alors porter sa main sur son visage. Elle tenta alors de lui parler, mais elle ne parvint pas à produire un seul son. Prenant une profonde inspiration, elle finit par prononcer difficilement son prénom « Arthur… » Dit-elle, les paupières toujours closes.

Se serrant contre Arthur, Isabel finit par ouvrir les yeux péniblement. La lumière du soleil l’éblouit et elle referma les paupières à plusieurs reprises avant de pouvoir croiser le regard de son mari. Elle découvrit alors une infinie tristesse dans les yeux d’Arthur, un regard plein de larmes, complètement apeuré par ce qu’il venait de se passer. Se redressant légèrement, la jeune femme vint poser sa main sur la joue de son époux. « Arthur… » La chaleur était étouffante et Izzy peinait à parler. Se demandant un instant où elle était, elle se souvint alors de cette horde qui les avait entourés, des coups de feu, des hurlements d’Arthur, tout comme des siens… Puis cette fuite jusqu’à la voiture, ces quelques mots échangés avec son mari, et finalement, le noir complet. « Ecoute moi… Je… Je vais bien… Il ne faut pas t’inquiéter… C’est juste que… » Elle devait trouver les mots pour le rassurer, pour lui faire comprendre que ce n’était qu’un malaise à cause du trop-plein d’émotion et d’énergie qu’elle avait dû dépenser, sans compter la chaleur. « C’était une mauvaise idée… J’aurais… J’aurais jamais dû accepter de sortir… Oh Arthur… J’aurais dû te le dire depuis longtemps… Je… » Elle ferma les yeux un instant, sentant sa tête tourner encore un peu. Le souffle court après avoir autant parlé, elle capta le regard émeraude d’Arthur, sa deuxième main allant attraper l’une des siennes. Elle la serra, très fort. Puis elle reprit « Je suis enceinte… » Rattrapée par la fatigue, ses émotions et la culpabilité d’avoir couru des risques inutiles, Izzy pinça ses lèvres avant de déglutir difficilement. Entre deux sanglots, elle réussit à continuer, tellement coupable « Je… Je suis désolée… Je… Je voulais te le dire depuis un moment mais… Mais je n’arrivais pas… Et… » Des larmes coulèrent alors le long de ses joues, traçant des sillons humide sur sa peau légèrement rougie par le soleil et les efforts qu’elle avait dû faire…






Revenir en haut Aller en bas
Arthur E. McLeod
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 570
Age IRL : 31

MessageSujet: Re: From our blood   Mer 16 Nov 2016 - 1:31

Arthur était à bout de force. Ni ses muscles, ni son esprit ne pouvaient en supporter d'avantage. Il tutoyait la mort quelques minutes plus tôt. Elle était venue tenir sa promesse, celle qu'elle lui fît par deux fois alors qu'il combattait dans la poussière de l'Afghanistan. Le soldat avait toujours réussi à déjouer les plans de la faucheuse, et s'ils étaient encore là, c'était en partie grâce à sa hargne, et sa volonté de vivre. Mais devant le sommeil silencieux d'Isabel, Arthur était faible. Comme si la flamme qui l'animait vacillait sous le souffle ardent de l'enfer qui l'attendait. Il murmurait doucement, répétait les mêmes gestes pour tenter de la ramener, mais il n'arrivait plus à se battre. Lui qui était si fort se retrouvait faible, pour peut être l'unique fois de sa vie.

Et enfin, Isabel ouvrit les yeux. elle parla, d'une voix si faible qu'il put à peine reconnaître son prénom dans le souffle de son épouse. Il bascula pour tenter de se redresser, laissant sa main soutenir la tête de la belle. Il la regardait droit dans les yeux, essoufflé, éreinté, anéanti par la chaleur. Mais il parvint à sourire, car elle était là. Elle lui était revenue. Sa voix l'avait elle guidée jusqu'au réveil ? Avait elle senti la force s'échapper de lui ? Peu lui importait. Elle était là et toute cette histoire n'était déjà plus qu'un mauvais souvenir.

Arthur la serra de nouveau contre lui. Il se mît à genoux pour mieux l'étreindre, et il enfouit son visage contre sa nuque, la couvrant de baisers. Plus rien en cet instant n'existait, sauf eux. Il aurait voulu que cet instant dure à jamais, qu'il soit son enfer ou son paradis s'il venait de mourir. Car jamais il ne trouva de meilleur endroit pour se reposer que là, si proche de sa femme. Il l'écoutait lui dire qu'elle allait bien, que sa chute n'était rien, juste un moment de faiblesse. L'inévitable faux pas dans un monde impitoyable. Tout était normal et Arthur ne devait plus s'inquiéter. D'ailleurs il ne s'inquiétait plus. Au contraire, il se sentait revivre.

Elle parlait toujours, jurant que cette sortie était une mauvaise idée. Qu'elle aurait du rester à l'abri chez eux. Arthur sourit, serrant avec douceur ses bras et soupirant son bonheur de l'avoir avec elle, quoi qu'il soit arrivé. Ensuite elle lui annonça qu'elle aurait du lui dire quelque chose depuis longtemps déjà. Quittant péniblement l'épaule sur laquelle il avait posé la tête, il vint cependant mêler son regard au sien. Ses yeux brillaient d'amour, comme le jour où il la vit la première fois, ou ce jour où il la vit arriver dans sa magnifique robe de mariée.

" Tout va bien mon amour.. tout va bien. Dis le moi, je t'écoute. "

Il lui avait offert le sourire le plus rassurant du monde. Quoi qu'elle aurait pu lui dire, rien n'aurait pu entamer son bonheur. Isabel lui prononça trois mots. Trois, juste trois. Pas un de plus. Elle n'avait pas besoin d'en dire plus. Les yeux d'Arthur devinrent deux phares. Sa peau fût parcourue de milliers de frissons, qui hérissèrent chacun de ses poils. Son souffle en fût coupé, si bien qu'il fût incapable de laisser s'échapper quelque chose de compréhensible. Oh pourtant, mille et une réponses fusaient dans son esprit. Toutes auraient tenté d'exprimer sa joie, mais il y a des émotions que les mots n'arrivent pas à traduire. Il aurait aimé que sa voix soit un piano, pour lui répondre simplement une mélodie que nul compositeur n'aurait encore osé écrire.

Il volait à des lieues au dessus de la scène, mais c'est l'état d'Isabel qui le fît enfin descendre sur terre. Il n'avait pas encore répondu la moindre chose, exprimé la moindre parole depuis l'annonce de son épouse, mais elle avait pu lire l'immensité du bonheur dans ses yeux. Il secoua la tête, posant ses deux mains sur les épaules de la belle.

" Izzy !! Tu.. tu vas bien ? Tu.. ?

Elle le coupa, lui disant à quel point elle était désolée de ne pas lui avoir dit plus tôt. Elle n'y arrivait pas. Avait elle peur ? Oh sans doutes. Le monde dans lequel ils vivaient n'était pas fait pour accueillir un enfant. Arthur comprenait maintenant l'étrange comportement de sa femme, et son coeur fût pincé quand il réalisa qu'elle eût à porter seule ce lourd fardeau. Comme il aurait aimé l'aider, la supporter, et surtout la rassurer, en lui disant ce qu'il réussit enfin à répondre..

... Je.. c'est merveilleux.. je.. oh mon dieu.. c'est.. merveilleux.. merveilleux !!

Il la serra de nouveau contre lui, se mordant les lèvres et plissant les yeux de toutes ses forces. Il reprit sa place sur son épaule, comme s'il eût été un jeune chiot cherchant l'amour de sa maîtresse. Arthur se laissa couler en sanglot, mais de bonheur. Il avait besoin de laisser s'échapper toute cette émotion, car c'était bien trop pour un seul homme.

.. Il faut qu'on rentre.. Tu dois.. te reposer !! Est ce que tu as parlé à Rose ? Ou.. je sais pas.. Mon dieu.. Tu as toujours le numéro du médecin ?

Il cligna deux fois des yeux. Bien évidemment, il plaisantait. Il avait besoin de rire et de l'entendre rire, car aujourd'hui était une nouvelle fois le plus beau jour de sa vie. Peu importaient le soleil et les rôdeurs, Arthur était de nouveau fort et intouchable. Il se sentait presque capable de déplacer les montagnes autours d'eux. Mais il ne fit que soulever la belle, pour l'emmener à la voiture. Il monta ensuite et fit gronder le moteur. Il ne se souciait plus de la mission. Il rentrait avec elle.

Je vais prendre soin de toi.. de vous.. de nous. Je suis là mon amour. Je serais toujours là.. "

L'avenir lui semblait un peu plus radieux, tant il avait des étoiles dans les yeux. Il était l'homme le plus heureux à avoir un jour posé le pied sur terre, et il se jura de couvrir Isabel d'amour, encore plus que jamais, si cela était encore possible.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: From our blood   Aujourd'hui à 17:35

Revenir en haut Aller en bas
 

From our blood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» Tournoi de Blood-bowl de la Dague Sanglante
» Blood Angels VS Chaos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-