Partagez | .
 

 Le renouveau du lèche-vitrine ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Daphne C. Page
médic | Seven Sins
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 20/06/2016
Messages : 105
Age IRL : 26

MessageSujet: Le renouveau du lèche-vitrine ?    Mer 5 Oct 2016 - 18:50

L’automne, déjà. Daphne se souvenait encore de l’année précédente comme si c’était hier. Les premières morsures, les défunts qui se réveillent dans sa chambre mortuaire, les policiers obligés d’abattre d’anciens patients à même les couloirs de l’hôpital. Et puis la boule de neige : la panique, les services d’urgence saturés, les militaires qui réquisitionnent son aide. Sa participation pour un camp autour d’une église, tombé pendant l’hiver. Un camp comme celui qui s’était tenu ici quelques semaines, le centre commercial Northgate Mall. A la lumière timide du soleil matinal, le médecin observait la silhouette de l’entrée du complexe. Auparavant si lumineuse, imposante et grandiose. Elle était désormais une carcasse sinistre, des déchets volant au vent, de vieilles publicités pendant lamentablement des panneaux, les lumières brisées.

Pendant longtemps, il avait été raisonnable d’éviter cet endroit, parce que les rôdeurs avaient été attirés par le camp, et les nombreux nomades qui voulaient se ravitailler, comme des fourmis sur un morceau de sucre. Mais désormais que les hordes s’étaient mises à bouger, migrer même, et que les survivants intra-muros se faisaient plus rare, la trentenaire avait voulu jeter un coup d’œil. Juste faire du repérage, pour savoir si ça valait le coup qu’ils organisent une expédition dans le coin. Elle n’avait pas grand espoir pour l’alimentaire, mais pour tout ce qui était vêtements, hygiène, outils, voire même pharmaceutique, il pouvait rester de belles trouvailles à faire. L’hiver revenait, lui et sa rudesse nord-américaine, il fallait s’y préparer correctement.

Honnêtement, Daphne cherchait aussi sans doute à s’aérer la tête. La petite de Nans pleurait encore de temps en temps la mort de son père. Elle ne revenait pas sur son choix de s’en occuper, parce qu’elle voyait clairement ce que cette gamine pouvait devenir, mais la phase de larme lui tapait sur le système. Pour le coup, elle n’avait pas eu envie d’inviter Grant ou Michaela non plus. Les habitudes avaient la peau dure : l’urgentiste était tellement d’un naturel à voyager continuellement avant qu’à défaut de mieux, elle s’offrait une virée en ville. Une ville morte.

Machette militaire à la main, elle s’avançait vers les portes au verre éclaté depuis belle lurette, tournant lentement sur elle-même pour ne pas se faire surprendre. Dans son sac de camping quasi-vide, elle avait emporté sa lampe-torche et une bouteille d’eau. Sur sa cuisse, le holster dont elle ne se séparait jamais gardait son Beretta, chargé à bloc. Elle enjamba un cadavre pour pouvoir pousser l’un des battants qui s’ouvrit en grinçant. Sous ses pieds, les éclats de verre craquaient.

A l’intérieur, bien que les vitrines du plafond n’aient pas été lavées depuis un an, le jour pouvait encore filtrer, rompant timidement les ténèbres. Un premier rôdeur avait repéré l’arrivée d’un casse-croute, avançant vers Daphne en traînant la patte, la casquette qu’il portait de son vivant encore vissée sur son crâne. Sans hésiter, la trentenaire faucha sa boite crânienne ramollie avant même d’être à portée de ses doigts putréfiés. Le corps tomba lourdement, et elle poursuivit sa route, non sans égoutter distraitement son arme.

Elle s’arrêta au petit carrefour, avec le grand Macy’s sur sa gauche. Là, c’étaient trois charognes qui l’attendaient, zonant mollement avant de tourner vers elle leurs faces décomposées. L’urgentiste aurait largement pu faire demi-tour, mais ça l’agacerait d’avoir fait le chemin pour rien. Avisant le mort qui était déjà le plus écarté de ses compères, elle le chargea pour l’éloigner encore plus. Il s’agissait d’une adolescente, alors elle n’eut qu’à forcer un peu, avant-bras sous la gorge, pour la faire reculer jusqu’à la plaquer contre une vitrine poussiéreuse. Là, elle lâcha sa prise, juste le temps de prendre son élan pour rabattre la machette sur son crâne.

Elle l'avait à peine extirpée de l’os qu’un second mordeur était trop près. Celui-ci, Daphne put lui bousiller la cervelle d’un mouvement circulaire en se retournant, mais impossible de riposter au troisième. Il l’attrapa par les épaules et l’entraîna au sol en cherchant à mordre la chair de son visage. Ses yeux plantés dans les pupilles mortes, l’haleine fétide du cadavre juste au-dessus de son nez, la trentenaire luttait sauvagement. La pression des doigts squelettiques lui faisait mal, comme le genou osseux qui s’enfonçait dans sa cuisse, mais dans un rugissement de fauve, elle réussit à repousser le rôdeur sur le côté. Se laissant à peine le temps de reprendre son souffle, le médecin bondit sur le dos du mort-vivant pour l’immobiliser. Ignorant ses ongles sales qui crissaient sur le carrelage pour essayer de se relever, elle attrapa une poignée de cheveux couverts de graisse post-mortem et frappa rageusement le front de sa victime sur le sol. Une fois. Deux fois. Trois fois. Quatre fois. Jusqu’à ce que les chairs se fendent, que les os se brisent, et qu’un liquide nauséabond s’écoule par les failles.

Elle avait réussi. Une contre trois, les mordeurs étaient inertes. Mais en levant les yeux, Daphne réalisa qu’elle n’était plus seule.


Piti plan:
 



   
My veins are made of ice
Where worlds collide, blood divides. When darkness falls, fate calls. This winter breath, taste of death... Where iron meets flesh : we'll take it all.
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Mitchell
American Dream
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/09/2016
Messages : 30
Age IRL : 16

MessageSujet: Re: Le renouveau du lèche-vitrine ?    Jeu 6 Oct 2016 - 20:32

Il enroula sa couverture, la rangeant ensuite dans son sac à dos, ce sac qui l'avait accompagné depuis belle lurette. Cela faisait neuf fois peut-être qu'il l'avait. Le temps passait beaucoup trop vite à son goût. Il ouvrit donc prudemment la porte de la maison dans laquelle il avait passé la nuit. Le soleil brillait et l'éblouissait même. Il avait fermé les rideaux avant de dormir alors il fallait que ses yeux s'habituent. Il poussa un soupire. Mine de rien, il commençait à faire plutôt frai en cette période de l'année. Il inspecta donc une dernière fois la maison qu'il avait squatté cette nuit pour s'assurer de n'avoir rien oublié, enfila son bonnet de laine et sortit définitivement de cet endroit.

Ce quartier était plutôt agréable. Cela faisait un moment qu'il était revenu vers Seattle, cherchant vainement des traces de sa famille. Mais même s'il n'avait rien trouvé, il ne voulait pas abandonner. En traversant la périphérie de la ville il n'avait cependant croisé aucun survivant. Il commençait vraiment à se demander s'il n'était pas seul dans ce monde. Bien sûr qu'il n'était pas seul, il y avait les rôdeurs. Eux étaient là tous les jours, bien qu'il se fasse un peu plus rare maintenant d'en croiser à chaque coin de rue. "Ils ont dû s'éparpiller dans le pays" se disait Kyle. En bref, il avait atterri dans le quartier nord de Seattle sans vraiment le vouloir.  Il avait d'ailleurs rarement été ici avant l'épidémie, même s'il se souvenait d'avoir visité plusieurs fois The Northgate Mall, ce centre commercial autrefois sur fréquenté. Et c'était d'ailleurs l'endroit qu'il avait choisi de visiter en cette matinée. Il commençait sérieusement à manquer de vivres et quoi de mieux qu'un centre commercial pour se ravitailler ?

Il prit donc la route, traversant diverses rues, essayant de se repérer par rapport à ses lointains souvenirs. Il avait tout de même vécu à Seattle depuis son enfance, il y avait de rare chance pour qu'il se perde.
Il ne savait pas pourquoi, mais l'automne avait toujours été une de ses saisons préféré. Les arbres prenant une teinte orangée avant que les feuilles ne tombent. Le soleil se reflétant sur les dernières feuilles. Mais cette saison faisait aussi remonté de douloureux souvenirs, ceux de l'épidémie. Un an et il était toujours là. Lui-même ne l'aurait pas cru si on lui aurait dit.

Il arrivait enfin devant le centre commercial. Il croisait véritablement les doigts pour que personne ne soit passé là, ou du moins qu'ils aient oublié certaines choses. The Northgate Mall était grand, il avait toutes ses chances. D'un pas décidé et son couteau suisse déployé à la main, il s'aventura à l'intérieur, enjambant alors un cadavre qui gardait l'entrée. Le fait que les vitres des portes soient brisées ne l'étonnait pas, les gens étaient des sauvages avant même que les rôdeurs ne fassent leur apparition. Il avançait prudemment, regardant de tous les côtés, à l'affut du moindre bruit, du moindre mort. Tout était calme, c'était plus ou moins reposant. Il ferma quelques secondes les yeux, inspirant profondément, sans raison particulière. Il aimait faire ça parfois, ça lui permettait de se concentrer.

Il marchait lentement, regardant les vitrines des magasins qui étaient toutes éclatées en mille morceaux. Quand il s'approchait, il faisait attention à ne faire aucun bruit pour ne pas réveiller un rôdeur environnant. Sur le chemin, il croisa un cadavre sur le sol. Ce dernier avait le crâne fendu. Il n'avait pas l'air d'être ici depuis très longtemps. Cela éveilla les soupçons de Kyle. Quelqu'un serait-il ici ? Son exploration le conduisit jusqu'à un carrefour. Et alors qu'il allait continuer à avancer, un rugissement parvint à ses oreilles. Son visage se tourna directement vers la gauche, la direction d'où venait ce son.

"Ce n'était pas un rugissement de morts" se dit-il automatiquement. Sans réfléchir une seule seconde et même si cela l'effrayait, il fonça vers le cri. Il se fichait de savoir si un mort l'avait vu dans sa cavale, il pensait avant tout à ce qu'il avait entendu. Cela faisait plus d'un mois qu'il n'avait plus vu personne vivante. Il se persuadait que c'était un cri de détresse. Peut-être pourrait-il aider cette personne ? Il voulait juste voir quelqu'un de vivant comme lui.

Il passa l'entrée du magasin Macy's. L'espoir était vraiment né dans la tête de Kyle, il n'était pas seul. Et cette hypothèse fut bien vite confirmée quand il découvrit devant lui une femme, sa main agrippant la tête d'un rôdeur. Elle écraser violemment son visage contre le sol. Autour d'elle, deux autres cadavres. Il sentit son cœur raté un battement quand celle-ci releva le visage et qu'ils se fixèrent, les yeux dans les yeux.

-Vous allez bien ? demanda-t-il gentiment.

Oui, elle avait éclaté ce crâne avec une rage certaine, cependant elle avait l'air bien équipée et c'était une survivante comme lui. Une femme qui avait survécu un an tout comme lui. Il s'approchait, impatient d'avoir enfin une véritable personne avec qui il pourrait peut-être un peu de conversation. Peut-être était-il naïf et complètement stupide, mais il était prêt à prendre le risque.
Revenir en haut Aller en bas
Daphne C. Page
médic | Seven Sins
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 20/06/2016
Messages : 105
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Le renouveau du lèche-vitrine ?    Ven 7 Oct 2016 - 1:02

Daphne s’était redressée, toujours appuyée sur le dos du cadavre. Sa tête se pencha sur le côté alors que l’un de ses sourcils se soulevait légèrement, l’air de dire « on se connait ? ». Ses yeux glacés dévisageaient l’inconnu alors qu’il s’approchait. Elle avait beau avoir été mouchetée par le sang coagulé des morts qu’elle avait achevé, il avait bien plus la tête du mec qui survivait dans la nature. Seul ? Pour l‘instant en tout cas. Poussant un soupir en voyant qu’il n’avait pas l’air de vouloir passer son chemin, la trentenaire se releva en rétorquant sèchement :

- Ça va.

Elle secoua plusieurs fois sa main droite et fit travailler l’ouverture/fermeture de son poing, cherchant à dissiper la sensation de douleur qui s’était installée dans ses muscles et ses os. Lentement, elle alla récupérer sa machette, surveillant du même coup qu’aucun autre mordeur ne pointait le bout de ce qui restait de son nez. Son exclamation avait été assez forte mine de rien et dans le centre commercial désert, elle pouvait résonner bien plus loin que nécessaire. Silence. Pour l’instant. Tout en faisant tourner l’articulation de son épaule pour essayer de la détendre, Daphne recommença à épier le jeune homme de la tête au pied. Il avait l’air gentil le pire. Le genre qui ne l’avait jamais attirée ; ni avant, ni après.

- Je n’ai pas besoin d’aide, si c’est pour ça que tu restes planté là.

La raréfaction de l’humain ne la rendait pas plus aimable, loin de là. Son regard impassible, ses lèvres restèrent un instant figées dans une expression presque dédaigneuse, avant de se rendre compte qu’elle pouvait faire mieux que ça. Plutôt que de le faire fuir, l’amadouer, l’appâter même. Elle aurait toujours besoin d’une autre paires d’yeux quand il faudrait veiller à ce que les putréfiés ne les surprennent pas ; et d’une autre paire de bras quand il faudrait leur éclater la cervelle. Si ça tournait mal, il ferait même une excellente diversion ! Et si par chance l’urgentiste ne le poussait pas entre des crocs des rôdeurs, elle n’aurait qu’à le tuer elle-même avant de rentrer. Baissant la tête en soufflant par le nez, le médecin sourit légèrement. Le masque était en place.

- Désolée. A trop fréquenter ces trucs, j’en deviens un peu… bref. Venu faire un peu de lèche-vitrine aussi ? Elle leva légèrement les bras en pivotant sur elle-même, on a le choix.

Est-ce qu’elle voulait commencer par les fringues ? Non… ce n’était pas le plus important, mais c’était ce qui prendrait le plus de place dans son sac si elle commençait à se servir. Il ne fallait pas oublier qu’elle était là principalement pour repérer : si besoin, elle reviendra faire les soldes avec Michaela. Désignant le couteau-suisse de l’inconnu d’un signe de tête, elle reprit immédiatement avec un calme absolu ; comme si elle ne venait absolument pas de fendre violemment le crâne d’un cadavre sur le carrelage :

- Tu as autre chose avec toi ? On peut visiter faire les boutiques ensemble, mais ce serait idéal que tu couvres mes arrières avec quelque chose d’un peu plus… létal.

En vérité, ça lui était égal. S’il mourrait rapidement, tant mieux. Et moins il était armé, moins il risquait de riposter quand elle le dépouillerait. Tout en écoutant son acolyte du jour, Daphne s’appliquait à essuyer la lame de sa machette militaire sur les vêtements écharpés de sa dernière victime. Prête à repartir ! Elle avait les entrailles d’un centre commercial à visiter, avec ou sans accompagnateur.



   
My veins are made of ice
Where worlds collide, blood divides. When darkness falls, fate calls. This winter breath, taste of death... Where iron meets flesh : we'll take it all.
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Mitchell
American Dream
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/09/2016
Messages : 30
Age IRL : 16

MessageSujet: Re: Le renouveau du lèche-vitrine ?    Sam 8 Oct 2016 - 9:39

Il fixait la femme. Cette dernière avait quand même eu l'air d'être dans le pétrin pendant un instant, quand bien même elle disait que tout aller bien, Kyle n'en était pas persuadé. Il revoyait encore les images. Cette rage avec laquelle elle avait explosé le crâne de ce mort. Jamais encore il n'avait vu pareille violence. Quand il tuait un rôdeur, il le faisait tout en finesse. Ces gens avaient quand même été en vie pendant un moment, comme il l'était en ce moment et comme cette femme l'était également. Elle était froide et avait clairement l'air méfiante envers lui, du moins c'est ce qu'il comprenait en voyant son regard, ce regard glacial.

Elle avait l'air d'être plus qu'autoritaire. Son couteau en main, il restait malgré tout vigilant quant aux probables morts qui pouvaient traîner dans le coin. Elle en avait tout de même abattu trois, elle pouvait se révéler utile mais un mort arrivé par surprise pouvait être fatal. Il y pensait maintenant mais peut-être avait-elle même un groupe de survivants avec elle, peut-être allait-il pouvoir trouver d'autres gens comme lui, déboussolés, encore perdus après malgré tout un an. Il espérait juste, animé par la vue de cette survivante.
En attendant, il se sentait terriblement stupide, là, planté comme un abruti, étonnement, elle reprit la parole.

-Désolée. À trop fréquenter ces trucs, j’en deviens un peu… bref. Venu faire un peu de lèche-vitrine aussi ? Elle leva légèrement les bras en pivotant sur elle-même, on a le choix.

Venait-elle de lui proposer de s'entre aider ? Peut-être était-ce trop tôt pour le dire, mais Kyle était pris dans l'excitation du moment. Il n'allait sûrement pas rejeter l'aide d'une alliée voir même d'une amie potentielle.

-On peut dire ça, répondit-il en haussant les épaules, un peu gêné. Disons que je manque de vivres, je passais juste dans le coin, comme ça...

Elle semblait tout de même bien équipée. L'arme accrochée à sa jambe et une machette dans sa main, elle avait clairement réussi à survivre beaucoup mieux que lui. Rien que ses vêtements en disaient long. Lui était sale, dépareillé.
Il commençait donc à regarder les alentours, ne s'éloignant tout de même pas de cette femme. Tenant toujours son couteau suisse bien en main, il se mit à sourire, discrètement bien sûr.

-Tu as autre chose avec toi ? On peut visiter faire les boutiques ensemble, mais ce serait idéal que tu couvres mes arrières avec quelque chose d’un peu plus… létal,  questionna la femme.

Il se retourna directement vers elle, sortant son 9mm qu'il avait rangé dans son pantalon. Il le présenta presque à la femme avec un air confiant qu'il n'avait pas l'habitude de prendre. Peut-être était-ce pour l'impressionner ? Elle aurait pu être son type de femme s'il n'avait pas aimé les hommes.

-J'ai ça, mais j'essaye d'économiser les balles. Les munitions se font rares, répondit-il doucement avant de finalement ranger son arme.

Il allait maintenant s'engager dans l'exploration de cet endroit et il comptait bien le faire avec cette femme. Il prit d'ailleurs les devants, il espérait juste qu'elle le suive. S'engouffrant donc dans le premier rayon qui lui semblait approprié.

-Au fait, je m'appelle Kyle. Et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Daphne C. Page
médic | Seven Sins
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 20/06/2016
Messages : 105
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Le renouveau du lèche-vitrine ?    Sam 8 Oct 2016 - 11:56

- Viens par là plutôt, décida-t-elle en le voyant s’enfoncer dans les rayons du Macy’s, … et je m’appelle Cassandre.

Encore une fois, elle ne donnait pas vraiment son prénom. Une manière de démarquer ses alliés de ceux qu’elle comptait voler tôt ou tard. Un échange d'identité, c'était comme un premier pas. L’urgentiste n’aimait pas se sentir proche des autres, parce qu’elle n’avait jamais été émotionnellement intime avec qui que ce soit. Avant l’épidémie, la plupart de ses interlocuteurs, patients comme collègues, l’appelaient « docteur Page » et c’était parfait comme ça. Aujourd’hui, c’était un peu différent, il fallait s’adapter.

Il avait aussi un flingue. C’était mieux que rien. Le laissant lui emboîter le pas, Daphne traversa le petit carrefour, sans un regard de plus aux corps qu’elle laissait derrière elle. La première chose qui attira son attention fut le Northgate fire station, sur la gauche, juste après l’intersection circulaire. Il s’agissait en vérité plutôt d’un poste de sécurité, dont l’accès était réservé au personnel du centre commercial. La porte était fermée. Peut-être trouveraient-ils quelque chose d’intéressant là-dedans ? Talkie-walkie, arme de dissuasion, extincteur, kit de survie… c’était surtout cette dernière chose qui l’intéressait. Le reste, ils avaient ce qu’il leur fallait au commissariat : ce n’était pas deux ou trois apports de plus qui feraient une différence.  

- Couvre-moi.

A peine avait-elle fait sa demande qu’elle abaissa la poignée et essaya de forcer le battant. La porte avait beau être vitrée, la pénombre qui régnait à l’intérieur empêchait de voir l'intérieur. Le médecin s’écharna un moment avant de déclarer forfait : tant pis. Ils la casseraient en revenant en groupe. Pour l’instant, mieux valait éviter de causer un vacarme qui attirerait tout ce qui somnolait encore entre ces murs. Très peu après, sur la même façade, il y avait le Regis salon. La grille métallique n’était qu’à moitié baissée, sans doute avait-elle était forcée par les survivants qui avaient squatté les lieux des mois auparavant. Un coiffeur, ça signifiait shampoing, savon, ciseaux, peigne, tondeuse, … de quoi conserver un peu d’hygiène et de dignité humaine, à défaut de se nourrir.

Sans consulter Kyle, Daphne s’arrêta pour prendre sa lampe torche dans son sac et s’accroupit pour pouvoir projeter le rayon à l’intérieur. Il survola le comptoir de l’accueil, les ombres des fauteuils, la silhouette des machines, les étagères presque intégralement dépossédée de leur contenu. Rien qui bougeait. A première vue en tout cas. C’était sans doute le moment où elle profitait de son accompagnateur ? Arborant l’un de ces sourires charmeurs fabriqué de toute pièce, l’urgentiste dit au jeune homme :

- Ça fait partie des choses qui manquent pas vrai ? Une bonne coupe, avoir des cheveux qui ressemblent à quelque chose, elle rejeta d’ailleurs les siens en arrière avant de demander, tu as une lampe ? Si tu m’ouvres la marche, je peux assurer tes arrières, affirma-t-elle.

La vraie raison aurait été « si tu passes devant, tu me serviras de bouclier humain au cas où un mort jaillit de nulle part » mais il n’aurait pas été très productif de le présenter comme ça. Dans tous les cas, résisterait-il à l’appel naturel de protection propre au sexe mâle ? Il avait plutôt l’air d’un « bon » gars. Ceux qui étaient toujours volontaires pour aider un ami ou une femme seule. Ceux qui se faisaient avoir en bout de course...



   
My veins are made of ice
Where worlds collide, blood divides. When darkness falls, fate calls. This winter breath, taste of death... Where iron meets flesh : we'll take it all.
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Mitchell
American Dream
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/09/2016
Messages : 30
Age IRL : 16

MessageSujet: Re: Le renouveau du lèche-vitrine ?    Sam 8 Oct 2016 - 15:25

Cassandre, c'était un joli prénom. Il avait connu une Cassandre quand il était plus jeune, une amie à lui. Elle était sûrement morte à l'heure actuelle mais au moins il avait trouvé quelqu'un qui ne l'était pas. Suivant la directive de sa nouvelle accompagnatrice, Kyle gardé son couteau en main tout en vérifiant à ce qu'un mort n'arrive pas. Il laissait faire Cassandre qui avait l'air bien sûre d'elle. Du moment qu'ils trouvaient des vivres, lui la suivrait.

-Pas de soucis, répondit-il en jetant un regard circulaire.

Il n'y avait rien à signaler. C'était étonnant pour un centre commercial. C'était là qu'il avait perdu son petit ami, il s'en souvenait comme si c'était hier. Il détestait vraiment les centres commerciaux maintenant, mais au final il avait probablement eu raison de venir ici. Tout en observant Cassandre essayait d'ouvrir la porte du "poste de sécurité", Kyle essayait de repérer les commerces alentour qu'ils pourraient visiter par la suite. Il y avait probablement de quoi se refaire un bon stock de vivres ici. Il prendrait son temps plus tard pour bien tout fouiller, ça avait l'air d'être une véritable mine d'or quand bien même des survivants auraient déjà tout pillé, il essayait de rester positif, lui qui était pessimiste à souhait.

Il suivit Cassandre qui s'était accroupi pour observer l'intérieur du Régis salon. Quand elle se retourna vers lui pour afficher son sourire, il lui sourit en retour.

-C'est vrai que ça manque, mais ce n'est pas ça que je voudrais le plus retrouvé. Je m'en sors très bien avec mes cheveux en ce moment même si j'aurais bien besoin d'une coupe.

Comme pour répondre à la demande de Cassandre, Kyle s'agenouilla à son tour et jeta un vif coup d'œil à l'intérieur du salon.

-Je n'ai pas de lampe mais je veux bien prendre les devants. En plus d'assurer mes arrières tu peux m'éclairer.

Et sans écouter la réponse de la brune, il s'engouffra dans le salon. Il ne savait pas vraiment ce qu'il allait y trouver, mais il était vrai qu'un rasoir ou des ciseaux pourrait être utile. Sa pilosité faciale commençait à se faire un peu trop conséquente. Il n'avait jamais pensé à visiter un salon de coiffure pendant ces longs mois de survie. Il avait pris l'habitude de tailler sa barbe comme il pouvait avec son couteau et ses cheveux n'étaient pas ceux qui poussaient les plus vite au monde.
Il se releva une fois qu'il eut passé la grille métallique. Il passa derrière le comptoir et fut surpris lorsqu'il découvrit un mort sur le sol, gémissant. Dès qu'il vit Kyle, il tendit ses bras vers lui, ouvrant sa bouche pour le dévorer mais le pauvre n'avait plus de jambes. Kyle s'accroupit, fixant le mort-vivant qui n'avait qu'un objectif en tête, faire de Kyle son prochain repas. Il fixa un long moment le mort avant de planter violemment son couteau suisse dans le crâne de celui-ci.

-Désolé, souffla-t-il à l'attention du cadavre.

Il poussa le corps et découvrit plusieurs soins pour les cheveux. Il prit deux bouteilles et se releva.

-J'ai trouvé ça. Il y en a d'autres si tu veux.

Puis il se dirigea vers les fauteuils. Il restait quelques vieux magazines, les miroirs étaient pour la plupart brisés. Il fut content lorsqu'il trouva une lame de rasoir, ceux que les barbiers utilisaient, elle n'était même pas rouillée. Cela pouvait même lui servir d'arme si un jour il perdait son fidèle couteau suisse.
Tout à coup, il se stoppa. Il avait levé la tête et était tombé sur un miroir plus ou moins propre. Il se voyait presque clairement. Son visage avait tant changé. Alors il restait planté là, à se regarder...
Revenir en haut Aller en bas
Daphne C. Page
médic | Seven Sins
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 20/06/2016
Messages : 105
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Le renouveau du lèche-vitrine ?    Sam 8 Oct 2016 - 16:20

Elle allait lui proposer de prendre sa torche, mais Kyle s’engouffrait déjà sous la grille, affrontant l’obscurité. Daphne haussa les épaules et le suivit, éclairant ses pas avec la lampe. Ça puait la mort ici, comme un peu partout ceci étant dit. Offrant de sa lumière au jeune homme, le duo découvrit la charogne gisant derrière le comptoir, tendant pitoyablement ses mains vers un repas qu’elle n’aurait jamais. Enfin… peut-être ? Les doigts cadavériques s’étaient presque refermés sur les chaussures du cadet quand il se décida à l’achever. Et de quoi s’excusait-il : de son hésitation ou de l’avoir « tué » ?

Pendant que Kyle déplaça le corps, il ne vit pas son aînée secouer négativement la tête. Un sentimental. A ses yeux, il était inutile de perdre une seconde devant ces choses : elles étaient mortes. L’urgentiste était bien placée pour le savoir, il s’agissait de l’essentiel de son travail quand elle était chez les militaires : ces pantins ambulants avaient-ils une chance de revenir à ce qu’ils étaient ? La réponse était non. Cliniquement, définitivement, les victimes étaient décédées. Alors hésiter à s’en débarrasser, c’était un faux cas de conscience.

- Hum ?

Elle s’approcha des étagères, autrefois croulant sous les produits capillaires divers et variés. Il en restait assez cependant. Daphne n’avait pas l’intention de faire des coquetteries, mais quoiqu’on en pensait, on n’était jamais trop équipé en produit d’hygiène. Et puis, c’était ce qui les différenciait des animaux – ou des sauvages. Très peu pour elle l’éternelle apparence hirsute et l’odeur de putréfactions collée à la peau. Michaela devait être d’accord sur ce point, alors elle se sentait soutenue. La trentenaire embarqua une grande bouteille de shampoing, la seule qui n’était pas un soin farfelu en fait, et se retourna vers Kyle, occupé à se dévisager dans le miroir.

- Tu penses à comment tu vas te raser j’espère ? Elle leva le faisceau de sa lampe pour l’éclairer lui et son reflet, je veux dire… cette lame de ne servira pas à autre chose. Tu la casserais dans le premier crâne que tu réussirais à percer avec.

Cet homme paraissait complètement perdu. Est-ce qu’il lui serait réellement d’une grande aide en cas de problème ? Peut-être qu’il serait préférable de le braquer maintenant. Quoique… non, ça n’en valait pas la peine. Il n’avait qu’un couteau suisse, un flingue 9mm et sans doute deux-trois trucs dans son sac. Rien de folichon. Autant rester sur l’idée de snack-diversion. Il n’y avait rien d’autre d’intéressant dans le salon finalement : Daphne dénicha bien une paire de ciseaux, mais ils étaient tordus et ensanglantés. Sans doute avaient-ils servi contre un rôdeur avant d’être abandonnés ici.

De retour dans l’allée, elle conserva sa torche. Juste après le salon s’étirait un grand panneau, annonçant l’ouverture prochaine de nouvelles boutiques. Des magasins qui n’avaient jamais vu le jour, mais à en juger par ce qu’on pouvait entrevoir par les portes ouvertes, ces endroits en chantier avaient servi aux réfugiés après l’explosion de l’épidémie. Des sacs de couchages et des paquets de vêtements jonchaient encore le sol, une odeur condensée de crasse et de décomposition s’échappait par l’ouverture. On entendait même encore des mouches voler, signe que des corps devaient toujours se trouver là-dedans.

- Tu ne devrais pas hésiter à tuer les rôdeurs, conseilla subitement l’urgentiste en passant froidement son chemin, ils sont morts. Crois-moi, j’ai étudié le sujet, ce sont juste… des carcasses vides. Alors tu devrais te débarrasser de tes bons sentiments pour eux,, elle le regarda avant de continuer, sinon, un jour, pendant que tu seras occupé à t’appesantir sur la tristesse de la situation d’un rôdeur, lui, il n’attendra pas pour te mordre.

C’était plus fort qu’elle. Même si elle avait conscience qu’en fin de parcours, elle pillerait Kyle, voire pire, il la renvoyait à son ancienne vie. Quand elle était un médecin respectée et que les internes, d’à peu près son âge, se pressaient pour l’assister et glaner ses conseils. Le jeune homme lui rappelaient un peu ces étudiants qui intégraient le Kindred Hospital en n'attendant que ses recommandations ; quelques bases et pourtant, encore tellement à apprendre…



   
My veins are made of ice
Where worlds collide, blood divides. When darkness falls, fate calls. This winter breath, taste of death... Where iron meets flesh : we'll take it all.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Le renouveau du lèche-vitrine ?    Aujourd'hui à 3:00

Revenir en haut Aller en bas
 

Le renouveau du lèche-vitrine ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Lèche vitrine ... Ou pas !
» Lèche-vitrine
» intrigue 2 + du lèche vitrine ?
» Lèche la vitrine [PV September]
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-