Partagez | .
 

 Dead Men Don't Wear Plaid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 374
Age IRL : 25

MessageSujet: Dead Men Don't Wear Plaid   Mer 28 Sep 2016 - 21:30

Aussi improbable que cela pouvait sembler, Thalia avait la sensation de connaître une vie de famille normale, en pleine apocalypse. Maintenant que le vide laissé par Morgan était comblé, elle se rendait d'autant plus compte de la chance qu'elle avait d'être si bien entourée. Les survivants du camp étaient des gens géniaux, elle s'en rendait un peu plus compte chaque jour. Et malgré ces temps troublés, elle se prenait à espérer, à connaître le bonheur... à être heureuse. Alors qu'un an auparavant, elle n'aurait jamais cru ça possible, même dans ses rêves les plus fous. Et ce avant même la mort de son mari. À l'heure actuelle, elle vivait sur un petit nuage dont elle n'était pas près de redescendre. Sa relation amoureuse avec Ian était une idylle qu'elle pensait ne jamais connaître. Peut-être que la proximité de la mort exacerbait tout ce qu'ils ressentaient... Dans les faits, elle s'en fichait. Elle savait que ce qu'ils vivaient était réel, et elle n'avait pas besoin de plus.
Ce jour-là, en fin de matinée, elle avait accroché sa dernière trouvaille aux branches d'un arbre à l'extérieur du lycée. S'entendait, naturellement, dans l'enceinte du grillage. Il s'agissait d'une balançoire pour bébé, avec un siège en plastique bien haut. Si les beaux jours étaient derrière eux, ils avaient encore du temps avant l'arrivée de l'hiver. Et lorsque la pluie ne serait pas au rendez-vous, il serait possible qu'elle fasse profiter Evelynn de cette activité. La jeune femme avait déniché l'objet dans un jardin assez proche du lycée. Elle avait donc entrepris de détacher la balançoire puis de la nettoyer une fois de retour au camp. En fin de compte, elle était plutôt fière de sa trouvaille, et avait eu dans l'idée d'en faire profiter sa fille le jour même.

C'est pourquoi, en début d'après-midi, elle sortie en compagnie de la petite sous un soleil qui commençait à se faire timide. Par mesure de sécurité, elle avait préféré choisir une tenue qui leur tiendrait assez chaud à toutes les deux, sans pour autant les étouffer. Le petit vent automnal devait lui donner raison. Avant de sortir, elle avait tâché de savoir si Jessie voulait les accompagner, mais elle n'avait pas réussi à lui mettre la main dessus. À vrai dire, elle n'avait pas vraiment conscience que la petite bulle dans laquelle elle vivait avec Ian avait creusé une distance entre elles. Elle avait bien remarqué que la complicité n'était plus vraiment là... mais sans oser voir plus loin. Elle avait simplement pensé que la jeune fille avait besoin de voir un peu autre chose.
Du coup, elle était passée voir l'urgentiste à l'infirmerie avant de sortir, et il lui avait dit qu'il sortirait les rejoindre dès qu'il aurait terminé ce qu'il était en train de faire. Elle était alors sortie en simple compagnie d'Evelynn et de ses chiens. Elle savait que son amant ne serait pas forcément ravi de la présence de Nakoma et Amarok... mais bon. De toute façon, les deux animaux vaquaient à leur propres occupations en extérieur, s'éloignant un peu sans pour autant disparaître. Ils commencèrent bientôt à se battre jour jouer, en se disputant une branche morte de taille respectable.

Thalia installa la petite dans la balançoire toute neuve, ou presque, et commença à la pousser doucement. Cela suscita aussitôt des gazouillis ravis et autant d'éclats de rire. Rien que pour ça, ça valait largement le coup d'avoir fait autant d'efforts. La jeune femme resta ainsi un bon moment, Evelynn ne se lassant absolument pas. La petite observait les chiens qui jouaient, un ou deux insectes tardifs qui volaient encore... et sa mère rêvassait. Jusqu'au moment où elle entendit des pas qui se rapprochaient, et qu'en se retournant elle aperçut Ian, vêtu de son éternel trench-coat. Un sourire naquit sur les lèvres de la zoologiste, qui remarqua que sa fille avait également remarqué leur visiteur.


« Regarde un peu qui vient, Evie. Tu le connais non ?

Comme en réponse, l'intéressée se mit à gazouiller et à gesticuler de plus belle, battant des mains avec un grand sourire sur les lèvres. Au moins le doute n'était pas permis, elle avait reconnu l'urgentiste. Lorsque celui-ci arriva auprès d'elles, Thalia vint passer ses bras autour de son cou le temps de l'embrasser tendrement. Lorsqu'elle recula un tout petit peu, elle avait un sourire de pur bonheur sur les lèvres. Imperceptiblement, Amarok et Nakoma s'étaient rapprochés pour humer de plus près l'odeur du nouveau venu.

- Contente que tu sois là, mon amour. Tu fais deux heureuses... »


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 850
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Dead Men Don't Wear Plaid   Jeu 29 Sep 2016 - 0:06

Tous les moments qu’il passait avec Thalia étaient des moments de bonheur simple. Son aimée lui avait demandé d’être présent pour sa fille et il avait décidé de l’être. Il ne considérait pas Evelynn comme son enfant, mais il avait l’impression d’être prêt à faire figure paternelle. C’était ce qui avait découlé de la discussion qu’ils avaient eue ensemble, il y avait réfléchi, il avait pris le temps d’annualiser tout ce qu’il pouvait. Il avait décidé d’être présent, mais de là à devenir son père, c’était sans doute un peu trop pour lui. Du moins, ce n’était pas son optique lorsqu’il avait accepté de côtoyer un peu plus Evelynn autrement qu’en tant que simple médecin. Il y avait réfléchi un peu, sans doute même beaucoup, mais il était comme ça en même temps. Il n’était pas du genre à prendre une décision sur un coup de tête.

Il avait sans doute la tête ailleurs ses derniers temps à cause de cette histoire, il espérait qu’il pourrait remédier à cette situation rapidement parce que ça avait tout de même le don de l’énerver un peu. Il n’aimait pas quand il n’arrivait à rien. Il était bien content de voir arriver Thalia et sa petite pour lui proposer de les rejoindre dehors quand il aurait fini. Il s’était reconcentré sur ses stocks et le nettoyage des sols. Il ne savait peut-être pas faire à manger, mais la propreté c’était son truc. C’est même avec deux fois plus de motivation qu’il s’était mis au travail. Il avait hâte de finir pour pouvoir retrouver son aimé. Il s’était tout de même appliqué dans sa tâche. Lorsqu’on s’occupe d’une infirmerie, on ne rigole pas avec la propreté.

Il était passé rapidement dans sa chambre pour enfiler son trench-coat par-dessus sa chemise. Il faisait encore trop chaud pour mettre le manteau que Thalia lui avait apporté et il en était presque désolé. Il ne remplacerait sans doute jamais celui qu’il était en train de porter à ce moment-là puisqu’il s’agissait d’un cadeau de sa mère pour sa première année en tant que médecin titulaire. Enfin, il glissa distraitement les mains dans les poches du manteau avant de partir vers l’extérieur. Il n’eut pas eu beaucoup de mal à repérer Thalia en train de jouer avec sa fille. Ils les trouvaient simplement adorables, l’une comme l’autre. Il se rappelait de la naissance de Evie et comment les choses avaient été loin d’être aussi facile à ce moment-là…

S’il avait voulu faire une entrée discrète, c’était raté. Il ne fallut pas longtemps pour qu’il se fasse repérer par l’une ou par l’autre. Il avait le droit à deux magnifiques regards pleins d’amour. Il se demandait toujours comment il fait pour mérite ce genre de chose, mais il préférait ne rien dire parce qu’il savait très bien qu’il aurait droit à des gros yeux de la part de Thalia. Il souriait à son tour content d’avoir pu les rejoindre.

- J’avais dit que je viendrais, alors me voici.

C’était sans doute un peu pompeux comme arrivée, mais il était toujours fidèle à lui-même et à son côté terre à terre. Il n’eut pas le temps de venir faire un petit coucou à Evelynn que déjà Thalia était dans ses bras, un accueil si chaleur était des plus plaisants, il devait bien le reconnaitre. Rien que pour ça il était content d’être venu les voir. Il avait évidemment répondu au baiser de son ange et l’avait attrapé par la taille pour lui rendre son étreinte.

- Je n’allais pas manquer de passer un moment avec vous deux. Surtout qu’il ne se passe pas grand-chose à l’infirmerie.

Ian n’avait pas remarqué les chiens de Thalia et ce n’était pas plus mal, il s’approchait alors de la petite qui gigoter dans sa balançoire avec un sourire sur sa petite bouille. Ian se pencha alors pour se mettre à sa hauteur. Elle était radieuse et visiblement adorait la balançoire. Il lui caressa la joue d’une main tout en s’adressant à la petite.

- Alors comme ça, on fait de la balançoire avec sa maman ?

En guise de réponse, il n’eut le droit qu’à quelques gazouillis un peu plus bruyants que précédemment. Il souriait, tout semblait si normal ici. De l’extérieur n’importe qui aurait pu croire qu’ils étaient une famille tout ce qu’il y a de plus normal et il devait bien l’admettre, ça lui faisait peur. Il avait l’impression que c’était un trop tôt, tant qu’on ne lui demandait pas de mettre des mots sur ce qu’ils étaient et qu’il pouvait continuer de jouer l’autruche, il était content.

- C’est une superbe trouvaille la balançoire. Evie a l’air d’adorer en tout cas, je peux la pousser un peu ?

Il demandait la permission à la mère de la petite tout en sachant d’avance la réponse, mais il ne voulait pas outrepasser l’autorité qu’elle pouvait avoir sur la petite. Il ne voulait pas s’immiscer entre les deux à un endroit ou n’était pas sa place.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 374
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Dead Men Don't Wear Plaid   Ven 30 Sep 2016 - 10:56

Thalia posa doucement ses mains sur le torse de Ian lorsqu'il l'attrapa par la taille tout en répondant à son baiser. Cet instant avait un petit goût de paradis. Un petit frisson courut le long de son dos, et lorsque leurs lèvres se séparèrent, elle en profita pour déposer un nouveau baiser sous son menton. Pendant tout ce temps, Evelynn gazouillait et babillait, vocalisant diverses syllabes. Si ça continuait comme ça, elle allait expérimenter ses tout premiers mots d'ici quelques temps. Peut-être même avant l'âge d'un an...
La jeune femme relâcha son compagnon, qui alla près de la balançoire pour dire bonjour à la petite. Ce qui, naturellement, suscita l'enthousiasme de celle-ci. Depuis un certain temps, elle était rentrée dans sa période de peur des étrangers. Et en contrepartie, elle réagissait avec grand plaisir en voyant des visages familiers. C'était un processus normal dans sa croissance. Un sourire attendri s'invita sur les lèvres de la zoologiste en le voyant se pencher sur sa fille pour lui caresser la joue et lui parler. Mine de rien, il avait gagné en aisance depuis la toute première fois, quand elle était née. L'urgentiste lui demanda alors s'il pouvait pousser un peu la balançoire, et elle acquiesça avec un grand sourire.


« Vas-y, je t'en prie. Je crois qu'elle n'est pas près de se lasser.

Au même moment, Thalia vit que Nakoma et Amarok se tenaient juste derrière Ian, le museau levé et la truffe humant l'air. Le mâle finit même par contourner l'urgentiste et se placer devant lui, dans une sorte de tentative d'encerclement, lui révélant par là même leur présence. La jeune femme vit son compagnon se raidir, sachant qu'il n'était vraiment pas à l'aise avec les chiens. En réalité, les deux animaux ne voulaient que le renifler pour s'assurer que tout allait bien, et sa peur pouvait provoquer chez les chiens-loups une certaine nervosité. Doucement, elle prit la main de son amant, glissant ses doigts entre les siens en espérant lui communiquer sa tranquille assurance. Amarok était toujours planté là, entre Evie et Ian, tandis que sa sœur s'approchait par derrière pour le renifler, effleurant le trench-coat du bout de la truffe.

- N'aie pas peur. Ils veulent juste te sentir. Fais-moi confiance, tout va bien se passer.

La voix de la zoologiste dégageait un sentiment de sérénité, sans la moindre trace de peur. Tout doucement, elle entraîna la main de son compagnon vers le museau d'Amarok, s'arrêtant juste avant. Le chien-loup en profita pour tendre la truffe et renifler la main offerte. Oreilles pointées en avant, il se mit à remuer paresseusement la queue, qu'il tenait basse. Cela faisait longtemps que sa sœur et lui avaient imprimé le fait que Thalia était le chef de leur meute, et ils gardaient donc une position de dominés. Sûre d'elle grâce à cette réaction, la jeune femme posa finalement la main de Ian dans les poils doux et épais d'Amarok au niveau de l'épaule. Le chien ne broncha même pas, se contentant de tourner à peine la tête avec curiosité. Nakoma s'était déjà éloignée, partant renifler le sol un peu plus loin et gratter un peu la terre à la recherche de quelque chose.

- Là, tu vois. Il ne te veut aucun mal. Il sait que tu es un ami, et tu peux même le caresser. Tu sens comme son poil est doux ? Une vraie fourrure de loup, ou presque. Il a un sous-poil épais qui va bien lui servir cet hiver.

Amarok resta encore un instant sans broncher sous la main qui le touchait, puis il se retourna pour considérer Evelynn qui babillait près de lui en tendant les bras pour le toucher. Il avait le museau à la hauteur de la petite, mais bien loin de lui faire du mal, il se contenta de le poser sur le rebord de la balançoire, se laissant toucher et tapoter par la fillette, et même tirer les moustaches. Avant de partir vaquer à ses occupations, le chien-loup lui donna un petit coup de truffe puis un coup de langue qui la fit éclater de rire. Après quoi, il partit au petit trot rejoindre sa sœur.
Thalia considérait la scène avec un petit sourire. Même si elle sentait que Ian était toujours raidi jusqu'au bout des doigts, et pas forcément rassuré, au moins tout s'était-il bien passé. Elle ne désespérait pas qu'il finisse un jour par se sentir plus à l'aise en compagnie des animaux. C'était une part d'elle-même dont elle ne pourrait se défaire, mais elle s'adapterait en fonction pour ne pas imposer quelque chose d'impossible à l'homme qu'elle aimait. Câline, elle posa la tête sur l'épaule de son compagnon avant de lui faire un petit baiser dans le cou. Son bras passa autour de la taille de son amant, jusqu'à ce qu'elle le sente se détendre enfin.


- Je suis fière de toi, mon amour. »


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 850
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Dead Men Don't Wear Plaid   Ven 30 Sep 2016 - 18:52

Un sentiment était en train de le prendre aux tripes, il était heureux, sincèrement heureux. Encore plus que la première fois que Thalia l’avait embrassé, peut-être même plus que la fois où ils avaient passé une nuit ensemble.  Ian n’avait jamais eu l’impression d’avoir une famille à lui. Il était la famille de ses parents, mais il n’avait pas sa propre famille. Son aventure avec Rosaleen avait été longue, mais il la trouvait plate et monotone en comparaison. Il ne pouvait pas poser des mots sur ça, c’était absolument impossible, c’était bien trop compliqué. En tout cas, il n’aurait pas pu rêver d’une meilleure vie. Il était sur son petit nuage, il espérait que sa mère le voyait de là-haut et qu’elle puisse être fière de l’homme qu’il était devenu comme elle était fière d’avoir un fils médecin.

Enfin tout aurait pu bien se passer s’il n’avait pas un énorme chien loup devant lui. Il ne savait pas qu’elle les avait apportés, enfin il s’en était douté même s’il avait préféré croire que ce n’était pas le cas. Instinctivement, il était devenu tout raid, immobile, il avait peur. Ce n’était pas vraiment une peur rationnelle, il trouvait ses bêtes bien trop imposantes. Il faisait de son mieux pour essayer de les accepter, arrêter d’avoir peur à chaque fois qu’ils les voyaient, mais rien n’y faisait, il n’arrivait pas à se faire à la taille qu’ils avaient, à leurs yeux jaunes et tous ses petits détails qu’il les faisait beaucoup plus ressemblait à un loup qu’autre chose à ses yeux. Il avait senti que l’autre chien était dans son dos. Il n’aimait pas du tout la sensation qu’il avait actuellement. Être encerclé par des animaux en qui il n’avait pas confiance était loin d’être une bonne chose. Son cœur était lourd, il avait envie de partir en courant, mais c’est en partie pour Thalia qu’il n’avait pas bougé jusqu’à présent.

Il était content de sentir la main de la brune venir se glisser dans la sienne. Il était un peu rassuré. Il tourna le regard vers elle. On pouvait lire dans ses yeux une réelle détresse, il n’avait qu’une envie voire ses créatures disparaitre de sa zone de confort, mais ils n’avaient pas vraiment l’air décidé à bouger. Ne pas avoir peur c’était facile pour elle qui avait l’habitude de côtoyer des animaux, mais lui qui n’avait pas l’habitude d’en croiser s’était bien plus compliqué. Il savait parfaitement qu’il ne fallait pas qu’il fasse de geste brusque et se laissa faire tout simplement. C’est avec appréhension qu’il regardait la main ouverte que Thalia lui faisait tendre à son chien avant de lui faire caresser son poil. Il était bien trop stressé pour se rendre compte de la douceur.

- Oui…

Il était un peu évasif, son cerveau était encore concentré sur la tête de l’animal. Il avait envie de lui crier de s’éloigner de la gamine, c’était plus fort que lui de s’inquiéter, il avait beau se répété que l’animal était gentil et que Thalia avait une confiance aveugle en c’est chien, il se répétait intérieurement essayant de se convaincre par la même occasion. C’est avec un grand soulagement qu’il les vit s’éloigner de lui pour repartir vaquer à leurs occupations. Il put de nouveau respirer et se détendre légèrement.

- Je suis désolé, j’ai besoin de temps encore. Je suis sûre que je finirais par m’y habituer…

Il répétait une fois de plus la même phrase. Il avait envie d’y croire au plus profond de son être. Il savait que les animaux étaient importants pour Thalia qu’il lui avait permis de surmonter beaucoup d’épreuve, il connaissait aussi les vertus qu’ils pouvaient avoir sur le moral des êtres humains. Enfin, il commençait doucement à se détendre surtout maintenant que son aimée se collait de nouveau à lui. Il n’était pas courageux, mais il le ferait pour elle. Il était prêt à tout faire pour elle, même si ce n’était pas forcément évident.

- Je te promets même de te rendre encore plus fière mon ange… J’arriverais à m’habituer à eux, pour toi, pour nous…

Il avait alors un éclat de bâtant dans le regard, il voulait déplacer des montagnes devenir quelqu’un avec du cran. Il avait tout un chemin à parcourir, mais il voulait y croire. Il repoussa doucement Thalia pour pouvoir lui faire un bisou sur le front avant de l’attraper par l’épaule et de l’entrainer avec lui plus près d’Evie pour pouvoir la pousser comme il l’avait promis. Discrètement, il avait de nouveau glissé sa main dans celle de Thalia, il avait eu l’impression de sentir des ailes lui pousser lorsqu’elle l’avait fait pour lui redonner confiance. Ian voulait profiter un peu plus de la sensation, il était bien content de pouvoir garder une de ses mains dans celle de son ange alors que de l’autre il poussait doucement la nacelle de la petite.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 374
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Dead Men Don't Wear Plaid   Sam 1 Oct 2016 - 19:15

Thalia avait du mal à comprendre comment Ian pouvait avoir aussi peur des chiens. Mais après tout, une peur n'était pas quelque chose de rationnel ni de réfléchi. Elle aurait dû réfléchir à deux fois pour trouver quelque chose qui lui faisait vraiment peur, une espèce de phobie... C'était peut-être pour ça que Ian et elle formaient un si beau couple. Ils se complétaient à la perfection. C'est avec tendresse qu'elle l'encourageait, tâchant de lui faire remarquer qu'elle prenait en compte le moindre effort de sa part. Il était hors de question pour elle de le brusquer ou de le forcer, mais elle savait tout ce qu'il essayait de surmonter par amour. Mieux que tout le reste, elle prenait cela pour une preuve indiscutable de ses sentiments.
La jeune femme ferma doucement les yeux lorsque son amant déposa un baiser sur son front, et elle se laissa attirer contre lui sans opposer la moindre résistance. Un petit coup de vent se fit sentir, la faisant frissonner. À moins que cela ne soit dû à la sensation de bien-être qui l'envahit. L'urgentiste glissa doucement sa main dans la sienne, nouant ses doigts aux siens, et elle fit tout doucement pression dans un geste de pure tendresse. Lorsqu'il commença à pousser la balançoire pour le plus grand plaisir d'Evelynn, elle posa à nouveau sa tête contre son épaule.


« Je suis sûre que tu finiras par y arriver.

La zoologiste avait prononcé cette phrase dans un souffle. Ils étaient tous les trois dans une petite bulle, qu'elle ne voulait pour rien au monde faire éclater. Elle ne remarquait même pas les relents de viande avariée qui pouvaient parfois être charriés par le vent, en provenance du cœur de la ville. Cela ne l'atteignait pas. Rien ne pouvait l'atteindre quand elle était avec Ian, c'était tout du moins l'impression qu'elle avait. Elle se contenta de garder le silence, de profiter de ce moment de douceur et de regarder son compagnon pousser sa fille, ce qui faisait rire celle-ci aux éclats.
Au bout d'un moment, une curieuse sensation commença à la prendre, à lui nouer l'estomac. Elle mit un temps à comprendre de quoi il s'agissait. En voyant cette scène, elle s'était sentie terriblement bien, comblée, comme si tout avait été à sa juste place. Mais elle avait fini par se rappeler qu'Evelynn était privée de son père, et condamnée à grandir en s'en passant. Par sa faute. C'était un sujet qui la tourmentait encore maintenant, des mois après la mort de son mari, et alors qu'elle se reconstruisait une vie. Cette pensée avait alimenté sa dépression post-partum, et venait encore la hanter de temps à autres. Son sourire s'effaça de ses traits, alors que la culpabilité se chargeait de lui faire passer un léger vague à l'âme. Toutefois, elle se ressaisit en voyant arriver une nouvelle silhouette : Nans, qui était vraisemblablement sorti se dégourdir les jambes, et qui les avait aperçus. Elle se força à sourire et à oublier tout cela en le voyant arriver.


- Eh ben, vous avez l'air bien assortis tous les trois. Une vraie petite famille !


Presque aussitôt, Amarok et Nakoma revinrent près du groupe, alors qu'ils se trouvaient loin quelques instants auparavant. La femelle avait de la terre jusqu'aux yeux, occupée qu'elle était à enterrer un os sur lequel elle se faisait les dents. Un de ses grands travers... Les deux chiens-loups vinrent se presser autour du nouveau venu alors que leur maîtresse le saluait, le passant au détecteur tant ils le reniflaient avec attention. On aurait pu lire la suspicion dans leurs grands yeux jaunes, l'attitude étant incertaine. Mais Nans faisait preuve d'une décontraction à toute épreuve, allant même jusqu'à se faire renifler les mains puis leur caresser le dos. Cela sembla suffire aux deux animaux qui s'éloignèrent sans plus rien demander.
La réaction d'Evelynn fut d'une toute autre trempe. Lorsqu'elle vit le père de Ian, son expression changea du tout au tout. Elle passa par plusieurs stades, de la surprise à l'inquiétude, avant de se mettre à pleurer. Thalia eut une moue désolée, avant de prendre sa fille dans ses bras pour la calmer. Elle jeta un coup d'oeil navré à Nans, se sentant obligée d'expliquer la réaction de la petite pour qu'il n'y ait pas de malentendu.


- Désolée... Elle est dans sa phase où elle a peur des visages inconnus, alors forcément... Ca lui passera.

Doucement, la jeune femme berça sa fille contre son épaule, le temps que ses pleurs s'apaisent. La petite enfouit son visage dans son cou, comme pour se raccrocher à sa présence rassurante. C'était une phase parfaitement normale dans le développement d'un enfant, mais cela pouvait donner lieu à des situations gênantes. Par exemple, Evelynn avait parfaitement assimilé le visage des adultes qu'elle voyait le plus : sa mère, Ian, Maxine, Jessie, Emerson, Lysbeth, Lilas... Mais depuis un certain temps, c'était une toute autre histoire pour les nouvelles têtes ! Avec un petit soupir, la zoologiste tapota le dos de sa fille tout en lui parlant pour ramener le calme.

- Evie, c'est bon, tout va bien... C'est le papa de Ian, tu vois ? Il n'y a pas de raison de pleurer. »

Peu à peu, Evelynn se calmait, malgré son visage rouge et les grosses larmes qui avaient coulé. Elle se blottissait contre sa mère, regardant Ian alors qu'elle se calmait. Mais elle avait encore l'air de se méfier de Nans, qu'elle préférait ne pas voir, ou alors en affichant clairement un air angoissé. Thalia songea qu'il faudrait qu'elle passe un peu de temps avec le père de Ian avant de l'accepter comme étant quelqu'un de familier.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 850
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Dead Men Don't Wear Plaid   Dim 2 Oct 2016 - 1:08

Chacune des petites impulsions qu’il donnait dans la balancelle était comme une décharge de bonheur pour lui. Il y avait la petite qui gigoter toujours, Thalia blotti contre lui. Il n’avait rien à redire, rien à demander de plus. Il ne voulait pas du Paradis, il avait sa vie. C’était réel, tangible et sans doute parfait. Il y avait bien les chiens de Thalia qui gâchaient un peu le décor, mais est-ce que ce n’était pas justement ce qui rendait ce moment si parfait ? Il ne savait pas trop, mais en tout cas il était heureux, c’était une certitude et c’était surtout le principal. Il n’y avait pas vraiment de vraie ombre au tableau. Lorsque Thalia lui répondit, il se contentait de hocher la tête, il n’avait rien à redire de plus ou de moins. Il s’était assuré qu’elle sente le mouvement puisque sa tête était posée sur son épaule. Il aurait voulu que le moment ne s’arrête pas, mais c’était sans compter sur son père qui était en train d’arriver au loin.

Ian l’avait instantanément reconnue, en même temps, cette démarche chaloupée et l’ombre de la casquette ne le trompaient plus. Il avait eu du mal à s’y habituer à cette casquette, lui qui ne portait que le chapeau de cow-boy par le passé. Il avait bien changé son paternel, mais il était toujours fidèle à lui-même. L’urgentiste était partagé entre la joie de le voir et la peur de savoir ce qu’il allait encore lui réserver. Lorsqu’il était plus jeune, il ne le voyait que lorsqu’il avait une mauvaise nouvelle à lui annoncer alors il y avait de quoi être un petit peu anxieux. Lorsqu’il arriva à sa hauteur, Ian hocha la tête en signe de salut et s’apprêter à joindre la parole au geste, mais son père le prit de cours. Il ne s’attendait absolument pas ce genre de réflexion. Il resta bouche bée un instant, la bouche légèrement entre ouverte. Il devait sans doute avoir l’air d’un parfait abruti. Il n’était pas capable de réagir.

Il entendit vaguement la petite pleurer à côté de lui, il remarqua également les deux chiens renifler allégrement son père qui ne réagissait pas du tout de la même façon que lui. Ils devaient lui rappeler Rumsteak, le chien qu’il avait pris une fois qu’il était parti de la maison et qui était mort de vieillesse, il y a quelque temps déjà. Ian ne se rappelait pas vraiment de l’animal, mais il faut dire qu’il ne l’avait jamais vraiment porté dans son corps. Il regardait son père avec toujours le même regard de hareng, comme si son âme avait quitté son corps. Nans avait un sourire sur le visage devant Thalia qui s’excusait platement.

- Tu sais, ça remonte peut-être à loin, mais je sais comment fonctionnent les gosses. J’ai élevé cette énergumène… D’ailleurs quand il aura récupéré sa langue et ses moyens, il serait sans doute temps de revenir parmi les vivants.

Nans agitait sa main devant les yeux de Ian, comme si le mouvement allait lui faire réalisait qu’il serait tant de se reprendre en main. Son père venait de dire qu’il formait une jolie famille avec Thalia et Evie, il n’avait sans doute pas dit ça comme ça, mais il avait bien compris la traduction. Il finit par fermer la bouche et se tourner avec Thalia qui avait encore la petite qui pleurer dans les bras. Il avait l’impression d’être totalement inutile pour le coup. Il regardait son père avec un air un peu hébété avant de lui demander.

- À part venir mettre ton grain de sel, tu es venue pour quoi ?

Ian était un peu sec, il ne c’était pas remis de la blague de son père qui se voulait sans doute mignonne et tout à fait innocente, quoi qu’en connaissant le bonhomme sans doute pas tant que ça en réalité. Il ne s’attendait à ce que son fils face preuve de mordant, mais ce n’est pas pour autant qu’il se laissait abattre, oui il avait fait pleurer la gamine, mais ce n’était pas vraiment de sa faute, il n’avait sans doute pas une bouille des plus accueillante surtout pour une gamine de son âge.

- Je n’ai pas le droit de prendre des nouvelles de mon fils ? Je n’ai pas eu de nouvelle depuis la dernière fois.

Il marqua une pause histoire de prendre la température. Il ne savait pas vraiment comment prendre le regard de son fils. Est-ce qu’il avait vraiment dépassé les bornes ? Peut-être, mais il savait que la mauvaise humeur de son fils ne resterait pas indéfiniment et que tout irait mieux dans quelque temps.

- Fraser, je te connais, je sais pourquoi tu es dans cet état, il faut que je répète ?
- Non ça ira.

Ian fit alors mine de l’ignorer simplement et se tourna vers la petite qui avait arrêté de pleurer à chaude larme. Qu’importe ce que son père venait de dire, il s’intéressait vraiment à elle. Il savait que la mère avait géré la crise en deux temps trois mouvements.

- Bah alors, Evie, tu as peur de mon père ? Tu as sans doute un peu raison…
- Je suis là, Ian, je t’entends.

Son père ne l’appelait pratiquement jamais Ian sauf lorsqu’il y avait un problème et là y en avait un. Il abusait sans doute un peu de la gentillesse du père. Il essayait de noyer le poisson pour éviter que la question de la famille revienne sur le tapis. Il espérait avoir réussi, mais il ne partait pas gagnant.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 374
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Dead Men Don't Wear Plaid   Dim 2 Oct 2016 - 12:52

Décidément, Thalia ne comprenait pas vraiment la relation qu'entretenaient Ian et son père. Même si son amant lui avait donné quelques explications la première fois, elle continuait à se sentir un peu perdue. Surtout quand elle voyait l'air contrarié de sa moitié, lorsque Nans les avait rejoints. Pour sa part, elle aimait bien le vieil homme. Il était un peu bourru, mais du genre à se rendre appréciable. Le courant était bien passé entre eux, et ils avaient même eu l'occasion de partager une bière depuis leur première rencontre. Elle n'avait pas vraiment eu tort dans ses pronostics, il suffisait de dénicher quelques bouteilles pour toucher le cœur d'un homme. Du moins, de Nans. Pour Ian, elle savait qu'il en allait autrement.
La jeune femme fut soulagée de voir que Nans comprenait ce qui se passait avec Evelynn. Elle n'aurait pas voulu qu'il commence à croire que c'était de sa faute si la petite se mettait dans cet état... Tout en continuant à la bercer, la zoologiste déposa un ou deux baisers sur la joue et la tête de sa fille. Heureusement, elle commença à se calmer très vite, n'ayant bientôt plus que des sanglots angoissés qui se dissipaient peu à peu. Thalia suivait les échanges entre les deux hommes tout en apaisant la petite, son regard passant alternativement de l'un à l'autre.

L'urgentiste décida finalement de passer à autre chose en ignorant son père, se rapprochant plutôt d'Evelynn pour lui parler. Celle-ci avait finalement cessé de pleurer et observait Ian avec ses grands yeux bleus, comme fascinée. Apparemment, il avait vraiment réussi à avoir la mère et la fille en son pouvoir, et sans même le vouloir. La zoologiste leva les yeux au ciel avec un petit sourire en coin en remarquant le comportement d'Evie. Celle-ci se redressa un peu dans ses bras pour mieux observer Ian, puis elle profita de sa proximité pour lui attraper les cheveux dans ses petits poings. Et ce faisant, elle accompagna le geste de babillages joyeux et d'un éclat de rire sincère. À l'article « bipolaire » du dictionnaire, il fallait vraiment songer à mettre une photo d'enfant pour agrémenter la définition...


« Désolée Ian, je crois que tu viens de te faire capturer...

Thalia saisit doucement les mains d'Evelynn pour la faire lâcher sans qu'elle tire trop les cheveux de son compagnon. La petite résista un peu puis finit par lâcher prise, pour mieux se mettre à jouer avec le col du manteau de sa mère. Ce qui ne l'empêchait pas de continuer à observer Ian tout en lui faisant des mimiques adorables à faire fondre un glacier. Sa mère commença à songer qu'elle avait du souci à se faire, niveau charme. Il y avait de la concurrence déloyale dans l'air, et elle se faisait voler la vedette par sa propre fille. Elle sentit une bouffée d'affection submerger sa poitrine, et elle alla poser un doux baiser sur la joue d'Evelynn, qui en rit de plaisir. L'orage était passé, pour le moment. La jeune femme en profita donc pour s'intéresser à nouveau à Nans, puisque Ian n'était pas décidé à le faire.

- On était sortis pour profiter un peu du beau temps. J'ai déniché une balançoire pour Evie, et apparemment elle adore ça. Surtout quand Ian la pousse, elle est totalement sous son charme. Elle doit tenir ça de moi...

Avec un sourire, la zoologiste se blottit contre Ian et posa la tête sur son épaule avant de l'embrasser dans le cou. Devant son père, certes. Mais elle n'avait pas l'intention de se priver, et tant pis pour lui s'il se mettait à rougir. Après tout, il devrait bien finir par s'y habituer. Elle remit ensuite Evelynn dans la nacelle de la balançoire avant de la pousser très légèrement, d'une main, histoire de la calmer définitivement. Ce faisant, elle se cala à nouveau contre le corps de son amant, profitant de la délicieuse sensation que sa présence suscitait toujours en elle. Tout doucement, Thalia glissa sa main libre dans celle de Ian, son pouce venant caresser le dos de sa main avec une tendresse tangible. Elle échangea un regard avec lui, qui valait autant que toutes les phrases du monde, puis elle posa à nouveau son regard sur Nans, pour lui faire une proposition.

- Vous voulez rester un peu avec nous ? Evie va s'habituer si elle vous voit un peu, ça lui fera passer ses pleurs à l'avenir. Le temps qu'elle reconnaisse votre visage... »

Après tout, il avait peut-être envie de passer du temps avec eux. Paradoxalement, on pouvait se sentir très seul dans ce camp, si on ne connaissait personne. La zoologiste n'avait aucune idée de l'étendue des relations du père de Ian, et elle se sentait un peu coupable s'il était mis à l'écart. Cela ne lui posait aucun problème qu'il reste un peu avec eux. Elle n'était en revanche pas certaine qu'il en soit de même pour Ian, mais ce serait sans doute un effort appréciable de sa part que de passer outre.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Dead Men Don't Wear Plaid   Aujourd'hui à 17:34

Revenir en haut Aller en bas
 

Dead Men Don't Wear Plaid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Version N°15 : Bang bang you're dead !
» Red Dead Redemption
» Segment Triple H , Undertaker , Dead Game !
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-