Partagez | .
 

 Out of the dark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Out of the dark   Dim 9 Oct 2016 - 15:31

J’ignorais sciemment l’air coupable que je pouvais lire dans ses yeux, bien consciente que je n’avais pas en face de moi un mignon petit enfant de chœur. Qu’il assume ses actes ou non, ce n’est pas mon problème, je ne le connais pas assez pour avoir à me préoccuper de sa croix. J’ai déjà bien trop à faire avec les membres de mon groupe… C’est que c’est difficile d’essayer d’entretenir une flamme de convivialité et de civisme dans ce genre d’époque ! On aurait trop tendance à se refermer sur soi en se laissant manger de l’intérieur par nos problèmes qui tournent en boucle dans notre esprit… J’en avais la preuve vivante avec Abi, Selene et Gabriel. Trois pour le prix d’un, youhou.

Hernando réitéra ses excuses et fut bien content de me voir changer de sujet. Son ami Mike (dont je m’étonnais de la présence, bien qu’elle me soulage, persuadée que j’étais qu’ils avaient agi en requins et que l’un des deux avait essayé de dévorer l’autre) était toujours de la partie. J’acquiesçais à sa proposition de lui faire quitter sa planque, curieuse de le voir. Il sortit de sa cachette lentement et se rapprocha de nous, l’air tout aussi embarrassé que son ami. Ça en serait presque touchant, s’il n’avait pas été celui qui avait gardé à l’esprit tout le long de notre rencontre leur objectif véritable. Je pinçais les lèvres, le dévisageant durement. « La flatterie ne te mènera nulle part mon petit père. Heureusement que je vais bien, maintenant. »

La méchanceté gratuite n’étant pas dans ma nature, je n’insistais pas sur ses mauvaises actions, même si je tenais à lui faire comprendre que je ne pardonnais pas tout. Hernando était un cas particulier. Oui, je fais du favoritisme, c’est moche, mais c’est comme ça. Il resta un très court moment, ne souhaitant probablement pas gâcher la tentative de son ami pour m’amadouer un peu plus. Ah, si seulement je savais résister correctement aux charmes déployés par les hommes intéressés… Trop gentille, trop coquette et trop bête pour ça. Ça m’a trop manqué pour que je puisse m’en passer volontairement, même observée et en présence d’un voleur sans foi ni loi.

J’abandonnais ma main à Hernando, intriguée par ce qui le motivait à vouloir à ce point se racheter dans mon estime. Il s’était déjà excusé après tout, pourquoi aurait-il eu besoin de me promettre de changer en bien ? Bien sûr, cela me fit plaisir, j’osais espérer qu’il ne prononçait pas ces paroles en l’air, on avait vraiment besoin de gens biens maintenant. C’était trop facile de tourner mauvais, de tout faire pour sa propre survie en piétinant les autres, d’être tout simplement affreusement égoïste. J’étais persuadée que si plus de gens s’étaient entraidés au moment où ça importait, les choses n’auraient pas dégénérées à ce point. Si tout le monde avait respecté les consignes, si on nous avait prévenus à temps sans chercher à tout dissimuler, si nous nous étions forcés à prendre les choses calmement… Enfin… Bien sûr, avec des si, nous referions le monde.

Plutôt que de continuer sur ces pensées, je préférais me focaliser sur le sourire étincelant que m’offrait le latino, notant combien cela le rajeunissait. Adorable. Je ne pus réprimer le mien, surtout en entendant le reste de ses paroles. « Que veux-tu, j’ai une chance de cocu, je risque de rester encore longtemps dans le paysage… » Je serrai sa main, touchée de le voir aussi heureux. « Je suis contente de te revoir aussi, et que tu ais été assez dingue pour me laisser un mot ! » Vraiment, il n’avait pas eu froid aux yeux en agissant ainsi, ou alors il avait agi en parfait inconscient ! Je n’en revenais toujours pas que Mike l’ait laissé agir de la sorte. Si mon groupe avait été moins pacifique, ils auraient vraiment pu passer un mauvais quart d’heure ! « Vraiment, prendre ce risque juste pour moi… Tu es complètement fou, mon petit monsieur. Qu’est-ce que Mike va bien pouvoir faire de toi, hein ? » lui demandais-je, plaisantant à moitié. «D'ailleurs, qu'est-ce que vous comptez faire maintenant ? Vous comptez rester par ici ou repartir en ville ? Que je sache si je peux d'ores et déjà vous considérer comme des voisins chez qui venir emprunter des œufs. »




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 485
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Out of the dark   Mar 11 Oct 2016 - 0:04

Il ne releva pas oralement le pique lancé par Breann, mais en fut légèrement touché. Oui il la flattait, mais de façon sincère et non pour lui jouer un mauvais tour. Il comprenait tout à fait qu'elle puisse penser le contraire, ce n'était pas en affirmant simplement qu'il avait changé qu'elle le croirait. Comme il lui avait dit, il lui prouverait, et avec le temps elle verrait d'elle-même qu'il disait vrai, s'ils avaient la chance de passer de nouveau du temps ensemble. Ce qui n'était pas garanti.

Hernando ne lâchait pas la main de la jeune femme de peur de ne plus avoir l'occasion de sentir sa peau contre la sienne. Ce simple contact lui avait manqué, la brune lui avait tout simplement manqué, il s'en rendait encore plus compte maintenant qu'elle était en face de lui. Alors, lorsque Breann serra sa main, le jeune homme sourit en se disant qu'à elle aussi ça lui avait peut-être manqué. « Mais y a intérêt qu'tu restes longtemps, sinon je te ressuscite pour te donner un coup de pied au cul ! » commença-t-il à répondre en étant presque sérieux. Car derrière la plaisanterie maladroite et un poil vulgaire, il disait la vérité. Il n'avait pas envie de la retrouver transformée ou de tomber sur son cadavre, surtout pas après l'avoir retrouvé.

Puis, il sentit une vague de chaleur l'envahir. Se grattant frénétiquement l'arrière du crâne avec sa main libre, il se sentait gêné par les réponses auxquelles il pensait. Certaines le feraient passer pour un inconscient, d'autres pour un fou ou bien pour un stalker. Alors, pour une fois, il essaya de formuler les choses dans sa tête en sélectionnant les meilleurs éléments de ces différentes possibilités. « Hm... Comment dire... Quand j't'ai vu, un tas de bons souvenirs sont revenus, comme la culpabilité. J'avais vraiment envie de te revoir, de te reparler, qu'on puisse s'expliquer même si tu m'aurais envoyé chier ou tiré d'sus, tant pis, mais j'aurais eu l'opportunité de passer de nouveau un peu de temps avec toi. C'était le plus important. » confessa-t-il en baissant la tête.

Il n'avait pas réfléchi, pas un seul instant au fait qu'un des amis de Breann aurait pu lui tirer dessus ou l'abattre directement en voyant un individu courir vers leur porte, ils aurait très bien pu aussi tomber dans un énorme trou qu'ils auraient creusé pour se prémunir des rôdeurs en le recouvrant de branches et de feuilles comme dans les films. Tout ce qui traversait son esprit à ce moment-là était de laisser ce fichu mot. Mais son inconscience portait finalement ses fruits puisqu'elle avait accepté de le revoir.

« Ah non, désolé.. – dit-il en grimaçant afin de taquiner un peu la jolie brune – Tu vas pas te débarrasser de nous comme ça ! » précisa-t-il avant de rire. Elle aimait son humour non ? Là-dessus, il n'avait pas changé. « On s'est installé il y a deux ou trois jours vers Port G..C'est quoi l'nom d'ce foutu bled ?! Gramble, Glamble.. Gamble ? Bref, d'l'autre côté du pont là-bas, c'est pas très loin, alors tu pourras v'nir emprunter tout ce que tu veux, la porte te serra toujours grande ouverte ! » finit-il par dire avec un large sourire.

Si Hernando faisait déjà confiance à Breann, il n'était pas sûr en revanche que ses amis la laisserait partir comme ça, et puis, il se méfiait un peu plus qu'avant des autres. Certes, la jeune femme n'était pas du genre à braquer des gens, pas comme l'afro-américain et l'hispanique avant, mais peut-être que le reste de son groupe était moins souriant et sympathique qu'elle, alors il préféra ne pas en dire plus pour l'instant sur l'emplacement exact de la maison occupée.

La caressant du regard, il décida d'expliquer les raisons qui amenèrent les deux amis si loin de Seattle. « En fait, si on est arrivé dans l'coin c'était pour tenter de r'trouver mon petit-frère comme ça donnait rien à l'Est. Mike venait souvent par ici étant petit, alors on a décidé d'y poser nos valises et le destin a fait le reste. » Le latino tenait toujours avec délicatesse la main de la jeune femme et ce ne serait pas lui qui romprait ce contact si cela devait se produire.

« Et toi, comment t'as atterri ici ? Ça fait une sacrée trotte par rapport à l'endroit où on s'est vu la première fois ! » lui demanda-t-il. Étant curieux de nature, Hernando ne pouvait se résoudre à ne pas formuler cette question présente dans son esprit depuis qu'il l'avait aperçu la veille à travers les jumelles. Il était réellement intéressé de connaître son parcours et d'en apprendre un peu plus sur la manière dont elle avait rencontré le reste de son groupe.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Out of the dark   Ven 14 Oct 2016 - 22:43

Je me sentis rosir de plaisir en constatant que je lui avais laissé une impression aussi marquante, même si nos attitudes étaient chacune biaisée pour atteindre un même objectif: notre survie respective. Je repoussais une mèche de cheveux derrière mon oreille, me mordillant pensivement la lèvre inférieure en observant les gestes d’Hernando trahissant sa nervosité. J’avais lu quelque part que lorsqu’une personne gesticulait en racontant une histoire, c’est qu’elle était sincère, les acteurs s’inspiraient souvent de ce fait pour rendre leur jeu plus plausible. Etait-il aussi au courant de cette particularité humaine ou jouait-il la comédie ? Après tout, il m’avait déjà eue une fois… Certes, mais il aurait été parfaitement idiot de s’approcher autant du phare juste pour me refaire du charme et voler mon groupe, et je n’aimais pas me l’imaginer sournois à ce point. Tout ce qu’il me disait semblait venir du coeur, et j’espérais être encore assez bonne juge de la nature humaine pour savoir différencier le vrai du faux.

Je souris distraitement à sa plaisanterie, encore et toujours inquiète et méfiante, tout en étant heureuse de le retrouver. Je ne parvenais pas à me défaire de cette méfiance, finalement acquise à force d’avoir été confrontée aux gens ayant survécus à l’épidémie. Pourtant, j’avais envie de lui accorder ma confiance, surtout lorsqu’il affichait son sourire bravache et rayonnant. Il y avait quelque chose de facile avec lui, je ne le connaissais pas, et malgré ça, j’étais prête à mettre ma vie entre ses mains en étant certaine de m’en tirer. Son assurance à toute épreuve jouait beaucoup en sa faveur pour faire pencher la balance… Je décidais de faire une sorte de saut de la foi. De toute manière, je n’avais pas le coeur à le renvoyer sèchement, j’étais trop contente de retrouver quelqu’un de vivant et sympathique en dehors de mon groupe pour lui ordonner de disparaître. Surtout maintenant que j’avais pris la peine de répondre à son message.

« Je vois où c’est, je passerai pour votre pendaison de crémaillère, pensez à m’inviter ! » répondis-je d’une voix enjouée, entremêlant mes doigts avec les siens, appréciant la chaleur de sa main. Comment fait-il pour toujours les avoir chaudes d’ailleurs ? Est-ce un trait propre à tous les Latins ou est-ce juste sa capacité spéciale ? On dit bien qu’ils sont tous caliente alors… Ah, moi et mes théories, heureusement que tout n’a pas le temps d’atteindre ma bouche pour s’envoler ! Arrête de réfléchir et écoute, me grondais-je, manifestant ensuite ma compassion lorsqu’il mentionna la disparition de son petit frère. Ah, les membres de famille ne répondant pas à l’appel, une autre tragédie de cette période… J’étais sincèrement désolée que ses recherches n’aient pas abouties, mais peut-être que cela ne voulait pas dire que son petit frère était définitivement perdu ? Avec le nombre de personnes ayant fuit la ville, il y encore une chance. Je gardais néanmoins cette idée pour moi, ne souhaitant pas retourner le couteau dans la plaie s’il m’épargnait les véritables résultats de ses recherches par pudeur.

« C’est fou le hasard tout de même, avec la taille que fait Seattle, on aurait très bien pu ne jamais se retrouver ! A croire que quelqu’un là-haut tienne à ce qu’on ne se perde pas de vue… Serait-ce un signe ? » Je trouverai ça plutôt amusant, croyant fortement à ce genre de choses. Oui, l’astrologie, les signes, les boules de cristal et les marcs de café… Tout cela, j’y crois, je suis persuadée que des forces surnaturelles régissent nos existences. Madame Breann, à votre service. Il faudra que je me dégoute un grand foulard à notre prochaine sortie, et que je propose mes services. « J’ai eu de la chance, les gens que j’ai croisé ont tous été d’une grande aide. Un garçon, Justin, m’a ramenée en ville sur sa moto et je me suis refait une santé chez lui. Un jour, il a disparu, et j’ai fini par quitter sa maison… J’ai erré sans but dans la ville, rencontré d’autres personnes… puis je suis tombée sur un géant, Robert, et ensemble, on échappé à une bibliothèque en flammes, puis on s’est éloignés de la ville dans sa voiture. Ensuite, j’ai rencontré toujours plus de monde, on a formé un groupe… On a eu des pertes bien sûr, et on traversé de sacrés coups durs mais… c’est ce qui nous soude maintenant. En fait, on n’a pas arrêté de bouger, c’est la première fois qu’on reste aussi longtemps quelque part.» Je tirais légèrement sur sa main pour le rapprocher, lui proposant avec des yeux brillants de venir rencontrer mes compagnons. Je le laissais bien en vue, puis fis signe aux autres de quitter leur cachette et d’ouvrir les fenêtres. Apercevant les différentes têtes méfiantes, peureuses ou carrément hostiles qui en sortaient, je donnais les noms rapidement : « L’asiatique, c’est Aori, le couple brun en haut, Selene et Gabriel, la blonde Abiguail, le beau black, Harold, et tu ne peux pas les voir, mais on a aussi un enfant, Arun, et un chien. Tout une petite famille, dont je me considère comme la tante. Tu sais, celle un peu excentrique qui vit avec six chats mais qui est sympa. Je suis sûre que tu en as une comme ça, avoue ! Donc voilà, ça fait du beau monde… Et j’espère que ça le restera le plus longtemps possible. Ah, écoutes ça, et je veux que les licornes existent aussi… Toujours aussi idéaliste, je n’ai pas changé.»




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 485
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Out of the dark   Dim 16 Oct 2016 - 17:11

« T'en fais pas, t'aurais été la première personne à recevoir cette invitation ! » répondit-il amusé. Et à bien y réfléchir, Breann serait en réalité la seule personne à être invitée à cette crémaillère imaginaire, les deux amis voyageaient seuls et, malgré quelques rencontres sympathiques, cela restait à l'état de simple rencontre. Il n'avait pas passé des jours et des jours avec d'autres survivants, quelques heures tout au plus. Le monde avait changé, rester en contact était quasiment impossible vu le danger présent maintenant. Aucune certitude n'était possible sur le fait de revoir telle ou telle personne. Hernando pensa alors à son frère Rafael et leur mère Maria, à son ex petite-amie Reese, à ses meilleurs amis Esteban et Luis, puis aux rencontres faites ces derniers mois, notamment Rosaleen et Fawn.

Vu le caractère du latino, il préférait les penser en vie et en sécurité surtout pour les personnes connues avant tout ce merdier. Si demain il apprenait la mort de l'un de ces cinq là, il en serait plus qu'étonné. Raf ferait tout pour prendre soin de leur madre et ne ferait rien d'inconscient la mettant en danger, même chose pour Reese elle était maligne et intelligente en plus. Quant aux deux autres hispaniques, ils savaient manier les armes à feu, mais ils pouvaient par moment faire de mauvais choix dans leurs choix de relations, ce qui, potentiellement, était leur plus grande faiblesse.

Hernando s'amusait d'un possible coup de pouce reçu pour qu'ils puissent se retrouver, il trouvait cette idée plutôt mignonne et un brin agréable. Il n'était pas croyant et n'était pas de ceux à croire au fait que chacun avait un destin tout tracé, pour lui, toute personne faisait ses choix, bons ou mauvais, et ce n'était que la conséquence de ces décisions qui influaient sur leurs vies. Comme pour Breann et lui. Certes, comme elle l'avait si bien dit, le hasard faisait bien les choses, mais il aurait pu décider de ne pas déposer ce petit mot, de rester loin d'elle et de son groupe. S'il avait fait ce choix de façon plutôt irréfléchie, c'était avant tout par envie et d'une certaine façon, par égoïsme. La jolie brune vivait très bien avec ses amis et continuerait ainsi avec ou sans lui. Pour autant, il alla dans son sens, après tout, le hasard leur avait souri « On va pas s'plaindre d'avoir eu cette chance, c'est sûr ! » répondit-il en resserrant un peu plus ses doigts entremêles dans ceux de la jeune femme.

Puis, il écouta avec attention le parcours qu'elle vécut depuis leur première rencontre. Au final, la pire, en tout cas concernant la fin, restait celle faite avec Mike et Hernando, ce qui rassura un minimum ce dernier. Il craignit qu'elle ait dû faire face à d'autres personnes mal-intentionnées profitant d'elle. « Vous avez finalement trouvé un bel endroit ! Mike avait raison, c'phare est vraiment unique ! » dit-il en levant la tête pour mieux l'admirer. Le bâtiment donnait l'impression qu'à l'origine la maison fut d'abord construire et puis, quelques temps plus tard, ils eurent l'idée d'en faire un phare, tant il ne ressemblait pas à ceux que Hernando pouvait se représenter.

Se sentant tiré vers Breann, il fut sortit de ses pensées et replongea son regard dans le sien avant que des présentations lointaines soient engagées. Trop de prénoms et trop d'informations en une fois furent transmises pour qu'il ne puisse en retenir plus que deux. La première et la dernière ; asiatique et chien. Hm... Une chinoise qui bouffe un iench ! songea-t-il en riant intérieurement. Arrêtant leur petite avancée, Hernando tira à son tour sur sa main et enlaça la jeune femme. « Pour la licorne, promis, si j'en trouve une, j'te la ramène. Mais, pour rencontrer tes amis... On va p'tet un peu attendre, juste le temps que tu leur parles de nous et qu'ils s'fassent un avis plutôt que d'nous imposer comme ça. J'voudrais pas créer un malaise. » lui répondit-il en toute sincérité avant de se détacher suffisamment d'elle pour lui déposer un baiser sur le coin des lèvres.

Tout en continuant à l'enlacer, il regarda une nouvelle fois avec tendresse Breann. « Va pas croire que j'vais fuir, j'reviendrai demain même si t'as envie ou si tu vas pas faire les soldes. – commença-t-il à dire avec un sourire – C'est juste que j'ai pas envie d'précipiter les choses. T'imagines pas à quel point je suis heureux de te revoir, de pouvoir passer de nouveau du temps avec toi, beaucoup de temps même j'espère, mais j'me dis qu'il faut peut-être pas trop brusquer les choses. Pas qu'j'en ai pas envie hein, c'est juste par rapport à tes amis. J'pense que t'as bien du leur parler de Mike et moi et de c'qui s'est passé, c'est normal, mais du coup, en plus de te prouver qu'on a vraiment changer, faut aussi qu'on leur prouve à eux. J'me vois mal entrer chez vous tout de suite, j'me sentirai vraiment mal. J'doute pas qu'ils sont supers, mais prenons notre temps. » lui expliqua-t-il sans la quitter du regard.

Il se montrait sincère en lui faisant part de ces envies et inquiétudes. Si Breann vivait avec une seule personne les choses auraient pu être différentes, mais ils étaient nombreux alors réussir à les convaincre tous que Mike et lui n'étaient plus des ordures n'allaient pas se faire avec une simple conversation, encore moins si elle se déroulait lors des retrouvailles avec la jeune femme. Hernando espérait que la jeune femme ne prenne pas mal ses paroles ou qu'elle s'imagine que ce soit une façon d'esquiver la chose car ce n'était vraiment pas le cas.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Out of the dark   Dim 23 Oct 2016 - 22:43

Je me retins de lui pincer la joue en l'entendant me promettre de me ramener une licorne, amusée et attendrie de le voir entrer dans mon jeu. Ce qu'il dit ensuite me stoppa heureusement dans mon geste, qui l'aurait sans doute gêné. Après tout, lorsqu'on essaye d'être un homme viril et imposant devant des inconnus, c'est d'un assez mauvais effet, et je m'en voudrais d'écorcher sa future réputation devant mes amis. Ses arguments étaient logiques, je ne pouvais que m'incliner. Après tout, pourquoi brusquer les choses ? Bon, j'avais moi-même tout un tas de raisons pour soutenir le contraire, mais je les gardais pour moi. Je ne tenais pas à avoir l'air déjà trop envahissante... Je le laissais m'enlacer, profitant de sa chaleur et de sa présence sans honte, trop heureuse de ces contacts physiques.

Mais ma déception de le voir se défiler dû se voir, car il se pencha vers moi pour déposer un baiser près de mes lèvres, me faisant perdre un instant le fil de mes pensées. C'est que ça fait longtemps, excusez-moi ! Un an à sourire du bonheur des autres en les voyant se bécoter pendant qu'on repense à son ex qui soudainement nous manque un peu, ça vous rend un peu plus réceptive à ce genre de marques d'attention. J'aurais pu demander plus par simple réflexe, mais il s'éloigna de moi rapidement pour reprendre la liste des raisons qui l'empêchaient de rester avec mon groupe pour le moment. Toutes de très bonnes raisons bien sûr, mais qui ne rivalisaient pas avec celles que j'égrenais dans ma tête. Voir les gens partir pour ne jamais revenir commençait à réellement m'user, surtout après la frayeur que nous avait faite Selene... Je fis la moue, consciente que je ferai mieux de garder ça pour moi plutôt que de lui partager ma peur.

« Puisqu'il le faut... » finis-je par soupirer, m'écartant à regret de l'homme. Prenons notre temps, n'est-ce pas... Sauf qu'il s'avère être une valeur des plus incertaines désormais. Je serrais mes bras autour de mon buste, lui adressant un petit sourire pour cacher mon inquiètude. « Toi et Mike serez les bienvenus en tout cas, j'éclaircirai les choses avec mes compagnons ce soir pour que vous ne serviez pas de cibles, je le promets. » Je fis quelques pas en arrière, me rapprochant du phare et de sa porte d'entrée, brusquement impatiente de retrouver ma chambre pour pouvoir réfléchir posément à ce qui venait de se passer et à relativiser. Je ne pouvais pas me permettre de subitement trop espèrer, j'avais trop peur de la déception. Continuant à sourire, j'ajoutais soudainement un détail qui me parut important : « Oh ! Et avant que tu ne t'en ailles ! Je sais que tu aimes le prénom Sarah, mais tu vas devoir en faire le deuil... Je m'appelle Breann. Moins connu, mais bon, il faut aller se plaindre auprès de mes parents... Allez, sur cette parenthèse: bon courage pour votre installation ! »

Je me retournais, fis quelques pas, puis m'arrêtais. Oh, et puis zut, j'en avais assez de me montrer raisonnable, c'était la fin du monde, tout le monde tombait commme des mouches autours de moi, hors de question de mourir moi aussi avec des regrets. J'en avais déjà assez comme ça ! Je tournais résolument les talons, ignorant les regards surpris de mes compagnons et marchais droit vers Hernando pour planter un baiser décidé sur ses lèvres. Tant pis, prendre les choses lentement était un luxe qui ne nous était plus permis. Appréciant le contact à sa juste valeur, j'en profitais quelques secondes avant de me reculer à contre-coeur, ne souhaitant pas non plus me donner trop longtemps en spectacle. Les joues rosies autant par le froid que par un soupçon de gêne, je lui offrais un sourire radieux avant de les chasser lui et son ami d'un geste de la main. « Allez, ouste ! C'était juste pour qu'Hernando te casse assez les pieds pour que tu sois aussi contraint de revenir, Mike ! Allez vous occuper de votre campement ! »




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 485
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Out of the dark   Dim 6 Nov 2016 - 15:22

« Haha oui ce serait bien, j'ai pas envie qu'on s'retrouve criblé de balles en fait ! » s'amusa-t-il en se montrant parfaitement conscient que cette possibilité était bien réelle. Les autres membres du groupe de la brune ne les connaissaient pas, en tout cas pas ceux qu'ils étaient devenus, ils savaient la manière dont s'était déroulée la rencontre, et du coup la fin, mais rien ne leur permettait de croire que Hernando et Mike avaient changé. Les deux amis restaient des étrangers ayant abandonnés l'une de leurs amies à leurs yeux très certainement, rien d'autre.

La jeune femme finit par indiquer son véritable prénom et effectivement, Breann était moins connu. « J'essayerai d'm'y faire alors, mais Sarah t'allait bien quand même ! » répondit-il en la regardant. Elle finit par se retourner pour retrouver les siens. Hernando garda un instant ses yeux rivés sur elle avec un sourire toujours affiché sur son visage. Les retrouvailles s'étaient bien déroulées, bien mieux que ce à quoi il s'attendait ou redoutait car elle aurait très bien pu l'envoyer bouler, et il ne l'aurait pas mal pris, il aurait même respecter cette décision, mais il aurait tout de même tenté de la convaincre de lui donner une seconde chance. Ce qu'elle fit.

Mike se dirigea vers son ami en voyant la brune s'éloigner. Il était à présent temps de rentrer, du moins, c'était ce que les deux hommes pensaient car Breann en avait décidé autrement. Elle s'arrêta un instant avant de rebrousser chemin et de se précipiter vers le latino. Ce dernier eut un léger mouvement de recul avec son visage, se demandant bien ce qu'elle allait faire. Lui coller finalement une énorme gifle dont il garderait une marque pendant de longues heures ? Lui offrir un dernier geste tendre ? Tomber dans ses bras ? Rien de ça, elle vint coller ses lèvres à celle de l'hispanique qui écarquilla les yeux de surprise avant de les fermer pour profiter de cet échange en entourant la jeune femme de ses bras.

Les deux jeunes gens finirent par se détacher l'un de l'autre, Hernando répondit également par un sourire à celui qui lui était offert. Il fut très agréablement surpris par ce geste, il l'espérait en quelque sorte, en tout cas, l'idée de l'embrasser lui avait traversé l'esprit plus d'une fois, mais comme il lui avait dit quelques instants plus tôt, il ne souhaitait pas précipiter les choses. Et même si elle l'avait pardonné, il préférait leur laisser du temps afin que Breann ne puisse imaginer qu'il soit faux en voulant jouer avec. Alors le fait qu'elle prenne les devants lui convenait très bien et ça lui montrait également qu'elle avait bel et bien mis de côté la fin de leur première rencontre, retenant tout le reste qui était bien plus positif et agréable.

« A très vite alors ! » indiqua Mike en tirant par le bras son ami immobilisé par la chose qui fixait la brune avec un sourire un peu niais. « Allez mec, on décolle – puis chuchotant il lança d'un ton taquin – et t'inquiètes, tu vas la r'voir ta chérie. » mais aucune réaction ne lui parvint. Hernando finit par tourner la tête et le corps pour partir et suivre les pas de l'afro-américain, mais de façon régulière, il jetait un coup d’œil en arrière dans une sorte d'espoir de voir encore et encore Breann. « Oh, au fait acho, j't'emmerde ! » répondit-il enfin au petit pique lancé un peu plus tôt par Mike.

Son sourire toujours affiché, à croire qu'il s'agissait d'un faciès continuellement et naturellement présent, Hernando et son ami finirent par quitter le champ de vision du phare et des ses habitants. Ils discutèrent durant tout le trajet sur la manière de concilier leur nouvelle vie à Port-Gamble et l'envie présente de manière permanente chez le latino de rendre visite à Breann. Avant, la petite distance n'aurait pas posé de problème, il suffisait de prendre la voiture et en cinq minutes c'était bon, mais maintenant, il était impossible de couvrir ces kilomètres avec un véhicule de façon régulière. En dehors du carburant, qui restait un souci quotidien, mais surtout à cause du risque d'attirer des rôdeurs ou des humains.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Out of the dark   Aujourd'hui à 23:18

Revenir en haut Aller en bas
 

Out of the dark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-