Partagez | .
 

 Out of the dark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 495
Age IRL : 29

MessageSujet: Out of the dark   Mar 27 Sep 2016 - 21:54

Depuis maintenant de nombreuses semaines, les deux amis projetaient de quitter l’endroit où ils étaient leur ayant permis de sillonner une bonne partie de des villes présentes à l’est de Seattle. Les recherches pour retrouver Rafael, le petit frère de Hernando, furent infructueuses, même dans la grande ville. Le latino doutait de plus en plus de sa présence de ce côté de l’Etat. A force de discuter avec Mike, d’étudier la question, de trouver un nouveau point de chute, ils s’étaient enfin décidés à faire un très long trajet vers le nord-ouest pour se rendre dans les environs de Port Gamble.

S’ils avaient opté pour ce choix, c’était pour le positionnement des lieux ; ni trop éloigné, ni trop proche de villes plus importantes. Mike possédait quelques connaissances sur l’endroit, des membres de sa famille y avaient vécu durant près de dix ans, il eut donc le loisir de s’y rendre de nombreuses fois. L’eau présente était également un argument non-négligeable car elle représentait une zone de danger en moins. Ils avaient d’ailleurs une idée derrière la tête ; tenter de trouver une barque, même un pédalo, peu importait, mais ils voulaient tenter de faire une traversée vers Seattle par ce type de moyens. Certes, il serait bien compliqué pour eux de ramener un tas de vivres ou de matériaux dont ils auraient besoin lors de cette hypothétique et folle sortie, mais il s’agissait d’un moyen de transport ne nécessitant pas de carburant, et ça, ça pouvait être un sacré atout. De toute manière, ils détestaient l’un comme l’autre se rendre dans la ville, bien trop dangereuse à leur goût malgré un butin plus important.

Une fois le départ acté, Mike et Hernando durent rassembler toutes leurs affaires et tout ce qui pouvait être utile à leur voyage et leur future installation. Outre la nourriture, il leur fallait du carburant. S’il y avait bien un avantage à se trouver près de Upper Preston, c’était d’avoir une grande route à proximité où des voitures étaient laissées plus ou moins à l’abandon. Certaines étaient encore occupées par leurs anciens propriétaires tournés. Avec le temps, les réservoirs se vidaient, ce qui n’était pas uniquement de leur fait, mais ils réussissaient toujours par remplir leur jerrican. Si bien qu’au moment de quitter la maison, le véhicule avait le plein d’essence, le jerrican rempli ainsi que deux bouteilles.

Ils prirent la route dès le lever du soleil, car même si avant tout ce merdier il suffisait de deux heures pour arriver à destination, les choses avaient bien changées. Très tôt, la route principale fut inutilisable, bien trop de véhicules bloquaient leur chemin. Les routes secondaires, moins encombrées, furent davantage salvatrices, mais le temps de trajet augmentait sans cesse. Ils ne s'arrêtèrent qu'à une seule et unique reprise pour récupérer un sac de vêtements présent dans une voiture sur laquelle ils étaient tombés en pleine campagne. Ils avaient beau être courageux, ils n'étaient pour autant pas suicidaires, alors au moindre danger, ils faisaient marche arrière ou accélérés pour écarter toute menace.

Les deux amis finirent par arriver en milieu d'après-midi à bon port. Pourtant véhiculés, ils se sentaient épuisés par le temps passé à être à ce point vigilent pour tout. Il n'y avait pas que les rôdeurs ou les humains pouvant être dangereux, la précipitation l'était tout autant, comme le fait de crever un pneu, ils n'en avaient pas de secours. Et rester coincer au milieu de nul part ne les enchantaient guère. Ils empruntèrent des chemins en terre afin de trouver une maison un peu reculée. Cela avait fonctionné jusqu'à présent, donc tout naturellement ils utilisaient les même recettes.

Trouvant la maison espérée, ils décidèrent enfin du véhicule. Une éternité s'était écoulée depuis la dernière fois où les deux hommes avaient dû rester aussi longtemps assis. S'étirant rapidement pour retrouver toutes sensations dans les muscles, ils avancèrent en silence. Le véhicule était stationné à quelques mètres de l'entrée. S'ils aimaient cette habitation, c'était parce qu'elle possédait une vue plus dégagée que les autres, tout en étant masquée par la nature, mais surtout, elle était surélevée et le dernier étage semblait offrir un bon point d'observation.

Ils commencèrent par faire le tour de l'habitation et aucun danger dans l'immédiat n'apparut. Une fenêtre de cassée, des volets d'ouverts, aucun bruit, à première vue, ils étaient chanceux. Mais tant qu'ils n'avaient pas fouiller de fond en comble la maison, ils resteraient vigilants à l'environnement. Ils pénétrèrent dans la maison en se suivant de près, tout en laissant quelques pas les séparer afin de réduire le risque de se faire surprendre par l'arrière. Aucun danger au rez-de-chaussée, mais des bruits de pas et des râles se firent entendre à l'étage. Etant toujours difficile d'évaluer le nombre, Mike et Hernando redoublèrent de vigilance. Le danger semblait provenir d'une seule pièce, l'afro-américain se posta à côté, tandis que le latino se chargeait d'ouvrir les trois autres, prêt à frapper.

Rien à signaler, ce qui fut un soulagement. Restait maintenant à gérer le cas de ceux présents dans la dernière pièce. Par de simples gestes, et sans prononcer un seul mot, ils prirent leur décision ; ouvrir la porte, pour voir combien s'y trouvaient, la refermer rapidement. Si les apestosos étaient au maximum deux, ils pourraient les laisser sortir tranquillement en en prenant un chacun, c'était tout à fait gérable. Mais plus, le danger serait plus grand. Alors lorsque le plan fut appliqué, de larges sourires s'affichèrent sur les visages des deux hommes.

Les deux amis passèrent le reste de leur journée à s'installer, faire le tour du quartier comme avant où les voisins accueillaient les nouveaux venus, sauf que là, les rôles s'inversèrent. Ils discutèrent un long moment dans la soirée préparant une première sortie. Mike se souvenait de s'être rendu adolescent au niveau d'un phare blanc et rouge aux toits, mais ce n'était pas une sorte de grande tour dont on avait l'habitude de voir des images, là, il était vraiment différent. Une sorte de maison, sur différents étages, surplombée par une petite tourelle, faisant office de phare. Il avait envie de faire découvrir ça à Hernando, qui n'était pas très chaud à l'idée de partir sans sécuriser cet endroit. L'afro-américain rassura le latino, il y avait une petite dizaine de minutes de trajet en voiture, pas besoin de passer par une grande ville ou quoi que ce soit.


______________________________________


Le lendemain, ils partirent à pied vers cet endroit en s'équipant d'armes, de quoi manger un bout et d'eau, le tout avec un sac à dos. La traversée du pont pour rejoindre l'autre rive paraissait surréaliste. Deux véhicules se battant en duel, aucun rôdeurs et un silence absolu. Ils avaient appris de leurs erreurs et de leur stupidité. Leurs déplacements se voulaient les plus silencieux possibles, les chuchotements remplacèrent les rires et l'excès de confiance dont ils faisaient preuve s'estompait un peu. Une dizaine de jours plus tôt, de parfaits inconnus étaient venus au secours d'un Hernando tombait dans un ravin. Ces personnes n'avaient pas hésité à se mettre en danger, alors que dans la situation inverse, les deux amis en auraient certainement profité de cette faiblesse pour les voler. Le latino prit une claque au sens propre comme au figuré. Il n'avait pas oublié Sarah et cette rencontre lui rappela les mots de la jeune femme lui disant qu'il ne pouvait pas être éducateur. Ce poste représentait tellement aux yeux du jeune homme, pas uniquement pour le poste ou le travail qu'il aimait ; aider les autres. C'était le but de son frère frère de décrocher ce diplôme pour exercer cette profession, mais celui-ci n'eut jamais l'occasion d'y parvenir, il mourut avant. Et c'était pour cette raison que Hernando lui embraya le pas. Alors que ce soit avec Sarah ou Carmen et Kaidan, il avait pris conscience de certaines choses, que la cruauté était nécessaire, mais dans certaines conditions, que s'il était possible d'aider son prochain, alors il fallait le faire.

Tout en observant les alentours durant leur expédition, il ne cessait de repenser à tout cela, se demandant ce que Sarah devenait. Avait-elle réussi à survivre ? A retrouver son ''groupe'' ou un nouveau ? Des questions qui resteraient à jamais sans réponses sans un coup du pouce du destin. Et celui-ci était peut-être pour aujourd'hui. Mike fit signe à son ami de se coucher, il avait entendu des voix d'Hommes, impossible de définir combien. Les deux hommes se laissaient guider par le son de ces voix. L'afro-américain sortit une paire de jumelle pour observer ces personnes et lâcha un discret « Putain ! ». Il tendit l'objet à Hernando en faisant les gros yeux en souriant. Le latino ne comprit pas vraiment pourquoi son ami avait cette réaction et se contenta de regarder à travers. Il ne voyait rien, enfin, la vision était étrange, comme lointaine. Petit coup de coude de son ami. « Oh... » Oui, ''oh'', il les mettait à l'envers. Le tatoué resta bouche-bée à s'en décrocher la mâchoire devant ce qu'il voyait ; Sarah, en chère et en os.

Quelques échanges de mots plus tard, il finit par convaincre l'afro-américain de suivre le petit groupe de la brune pour voir où ils habitaient. Il ne leur voulait aucun mal, il avait changé après tout, mais sa curiosité était plus forte que le reste. Face à eux, le phare dont Mike avait parlé la veille. Tous les deux pensèrent faire un simple et doux rêve car tout se goupillait étrangement bien. Ils restèrent en retrait, observant les allées et venues de ce groupe, plus nombreux qu'à l'endroit où Sarah avait été vue.

La nuit tombait, le calme était toujours présent, Hernando voulait faire un truc stupide, mais son ami préférait rester à ses côtés, juste au cas-où. Déchirant le bas de son tee-shirt, il commença à écrire sur le bout récupéré. Heureusement pour lui que Mike avait une passion folle pour l'écriture, sinon ils auraient du retourner sur leurs pas pour récupérer un stylo. Réfléchissant à chaque mot, le latino mit bien cinq minutes pour finalement écrire quelque chose qui aurait pu être fait en quelques secondes. Il patienta ensuite encore pour s'assurer que personne ne sorte de l'habitation, mais plus ils attendraient, et plus le risque de voir quelqu'un débarquer augmentait.

Prenant son courage à deux mains, il se lança et fonça tête baisée sans regarder où il marchait pour attendre la porte et y accrocher ce mot. Ceci fait, il fit se précipita en sens inverse pour rejoindre Mike et les deux hommes finirent par partir à toutes enjambées.

Spoiler:
 



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Out of the dark   Mer 28 Sep 2016 - 10:02

« Heu... Breann ? Peux-tu venir s'il te plaît ? » m'appela Aori d'une voix légèrement inquiète. Seules avec Arun dans la maison à ne pas avoir de choses particulières à faire, nous vaquions toutes les deux à nos occupations, moi entraînant Arun à la lecture. Sans compagnon de jeu, le pauvre s'ennuyait comme un rat mort... On avait bien confectionné quelques jouets avec les moyens du bord, mais sans personne avec qui les partager... Je m'inquiétais de le voir se terrer de plus en plus dans son mutisme et de son attitude extrêmement farouche. Il n'était plus aussi craintif qu'avant, mais il considérait tout avec une extrême méfiance, déplacée chez un enfant aussi jeune. Nous allions voir avec lui ce que ça donnait que d'être élevé entouré d'une menace omniprésente contre laquelle les adultes ne peuvent pas grand chose... On allait en faire un sauvage si nous n'y prenions pas garde.

Je me levais, prenant Arun avec moi, et partis rejoindre Aori. Elle tenait entre les mains un bout de tissus et semblait lire quelque chose dessus. « Qu'est-ce qu'il y a ? Un problème ? » « Oh... Je ne sais pas vraiment, mais... Quelqu'un à déposé ça devant notre porte et... C'est à l'adresse d'une Sarah et comme tu m'avais parlé de ton aventure dans les bois, je me demande si... » « Attends, quoi ?! C'est signé ? » «  Oui, et par un Enrique qui dit s'appeler Hernando en vérité. » « Montre-moi, montre-moi ! » m'exclamais-je, incrédule, en tendant une main vers le tissus. « Tiens Arun, tiens moi l'autre bout s'il te plait... Alors... » Poussé par le zèle, Arun se mit à déchiffrer l'écriture serrée avec moi, mais articulant le tout à haute voix. Lu par sa voix enfantine, les mots eurent une tout autre portée et m'empêchèrent de jeter le message en boule contre le mur.

Alors comme ça, monsieur s'en voulait. Il pouvait ! Sans l'intervention inespérée de Justin, je serais sûrement morte à l'heure qui l'est à cause de ses bêtises ! Je pinçais les lèvres, relisant le message plusieurs fois pour y essayer d'y trouver un autre sens caché, une indication qu'il se fichait de moi encore une fois. Et comment m'avait-il retrouvée d'ailleurs ?! Quand est-ce qu'il m'avait vu ici ? Est-ce que ça signifiait que notre groupe était de nouveau en danger ? Et s'il s'était trouvé plus de petits copains mercenaires et qu'ils planifiaient une attaque contre le phare ? Je perdis toutes mes couleurs, ce qui n'échappa pas à notre médecin. «  Je n'ai pas osé lire plus que ça, est-ce porteur de mauvaises nouvelles ? » « Je... Je ne sais pas, honnêtement. Un conseil à me donner ? » «  Tu l'aimais bien ? » « Non, ce con m'a laissée en plein hiver avec à peine de quoi survivre ! Mais... » «  Mais tu te demandes quand même ce qu'il est devenu. » Elle réfléchit un court moment en me regardant, puis déclara d'une voix assurée : «  Il faut que tu le revoies. On a perdu trop de gens, profite que cette personne soit encore là pour lui poser les questions que tu souhaites. Fais lui signe. » « Ah, bien sûr, et je vais suspendre un soutien-gorge pour lui donner le bon message ! Non mais tu es folle Aori ? Et si c'était une ruse ? » «  Aurait-il vraiment pris la peine de te prévenir de sa présence alors ? Ce serait complètement stupide de sa part, tu ne crois pas ? Je pense qu'il veut vraiment te revoir. »

Je ne répondis pas, déchiffrant encore une fois le message. Aori était souvent la sagesse même, mais était-elle infaillible ? Je me donnais une heure pour prendre ma décision, comptant sur ma propre intuition pour me guider. Je retournais m'installer avec Arun, jouant cette fois avec ses poupées faites maison, et patientais, attendant l'illumination. Qui sait, s'il était effectivement animé par de bonnes intentions...

Et une heure plus tard, un de mes T-shirts s'agitait au vent, une feuille accrochée à l'aide d'une épingle à nourrice dessus où j'avais écrit en majuscules : « Cabròn ! ». Espérons qu'il appréciera ce bel effort pour parler sa langue. J'attendais la suite, faisant attention à ne pas me faire trop d'idées. Hors de question de me faire ravoir comme une idiote comme l'autre fois ! Je ne me laisserai pas duper par des belles paroles cette fois-ci, et maintenant, je savais parfaitement me servir d'un fusil.




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 495
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Out of the dark   Mer 28 Sep 2016 - 22:00

Hernando n'arrêtait pas de demander à son ami, si d'après lui, Sarah laisserait un message à son intention le soir, Mike en avait plus que marre de l'entendre en parler depuis leur départ du phare la veille « Mec, stop. Qu'est-c'que j'en sais, j'suis pas devin. Sérieux, arrête-toi un peu et aide moi à finir de décharger la bagnole, parce qu'on a pas qu'ça à faire tu vois. On s'croirait en primaire là. » finit-il par lui dire, agacé par le questionnement incessant du latino. « Ouais, désolé, mais c'est aussi parc'que j'me demande si elle va pas prévenir ses amis et nous tendre un piège... C'qui serait pas illogique hein, mais quand même. » C'était bien beau d'avoir envie de revoir la jeune femme, mais au regard de la manière dont cela s'était terminé, ils avaient de quoi s'inquiéter.

Ils passèrent la journée à sécuriser l'endroit en condamnant par exemple les fenêtres à l'aide des planches de bois qu'ils avaient récupérées de leur ancienne habitation, il n'y avait pas de petites économies, tout pouvait être réutilisé, même en détournant l'objet de son utilité première. Une simple cagette traversée par quatre bouts de bois auxquels étaient mis des pinces à linge, sans oublier un bout de papier en boule, et cela permettait de créer un mini baby-foot. D'accord, ce n'était pas quelque chose d'essentiel pour la survie, mais il fallait savoir se distraire aussi.

Arrivant en fin de journée, les deux amis commencèrent à préparer leurs affaires afin de retourner au niveau du phare. Sur le trajet, Hernando repensa une énième fois au déroulement de la rencontre et il ne put s'empêcher de faire le rapprochement avec celle vécue avec Reese. Les choses étaient tout de même différentes, encore plus compliquées et longues avec l'avocate, mais un point essentiel en sortait ; le latino n'était pas doué et faisait tout foirer. Il était bien loin de pouvoir parler d'amour ou même d'amitié avec Sarah, même sans la fin étrange de la journée passée l'hiver dernier, mais cela prouvait tout de même qu'il n'arrivait pas à gérer les choses comme il le fallait.

Se rapprochant des lieux, Mike laissa son ami s'avancer seul, pendant ce temps, il le suivrait un peu à l'écart pour le couvrir, juste au cas-où. Ils se montraient bien plus prudents, préférant perdre peut-être du temps à l'aller, comme au retour, plutôt que de trop se précipiter et se faire avoir. Si le groupe de Sarah vivait encore, ce n'était certainement pas par chance, ils savaient se défendre et éventuellement attaquer. Même si les deux amis tenaient plus souvent le rôle de chasseur que de proie, cela ne les empêchait pas de se méfier.

Sortant les jumelles de son sac, le latino commença à regarder les alentours du phare et resta figé un instant au niveau d'une fenêtre où un tee-shirt était suspendu. Hernando aurait pu se dire qu'il ne s'agissait que d'un hasard, mais vu le petit mot doux affiché en grand dessus, il n'y avait aucun doute possible, Sarah avait accepté qu'ils se voient, même si la rencontre promettait d'être tendue vu le cabrón d'écrit. Il retourna rapidement vers son ami pour lui laisser son sac en lui indiquant qu'il allait se rendre au phare. Il garda simplement sur lui son couteau, ne prenant donc pas d'arme à feu ou sa batte chérie, mais il n'avait pas l'intention de se servir de la lame, sauf en cas d'extrême nécessité si un rôdeur passait par là. Et si ce vêtement d'accroché était un piège, il n'aurait de toute manière aucune chance de s'en sortir.

Il marcha de plus en plus lentement jusqu'à être bien visible. Bon, et maint'nant, j'fais quoi ? J'vais sonner à l'ancienne ? L'hispanique regarda au niveau des fenêtres et de la tour en se penchant dans tous les sens, et puis, Sarah finit par sortir. Un large sourire se dessina sur le visage du jeune homme, mais plus la brune se rapprochait, et plus celui-ci s'estompait jusqu'à disparaître. « S.. Salut. » dit-il presque intimidé alors que quelques mètres les séparaient à présent.

Une gifle, une droite, un coup de coude ou un coup de pied ? Un coup de boule pourquoi pas... J'sais pas, mais dans tous les cas, je vais l'sentir passer c'est sûr. Ils se faisaient maintenant face, Hernando grimaça se préparant à recevoir une de ces offrandes de la part de la jeune femme, il en était convaincu, en même temps, elle n'avait encore prononcé aucun mot, pas un seul, même pas un salut ou un connard, non, rien du tout, le silence absolu. Sauf au niveau du regard où il se faisait mitrailler. Le latino continuait de la fixer et attendait que la sentence finisse par tomber.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Out of the dark   Jeu 29 Sep 2016 - 22:15

Et après avoir suspendu mon signe, il fallut attendre. Attendre quoi exactement ? Un nouveau mot, une attaque, un jeu de piste, une silhouette en bas de ma fenêtre ? Je ne savais pas, Aori non plus. J'hésitais longuement avant de prévenir les autres de mon initiative ridicule et dégoulinante de sentimentalisme, ayant peur de leurs critiques, mais je finis par m'y résigner. J'aurais l'air trop bête si je nous créais une brèche de cette manière. Après tout, il suffisait qu'il me poignarde en silence pour qu'il puisse rentrer dans le phare et s'en prendre aux autres, sûrement suivi de ses hommes de main. Curieusement, je me le représentais davantage comme un bras droit que comme un chef. Kanye- Non, Mike, avait eu l'air de savoir à qui il avait à faire et comment le faire obéir la dernière fois que nous nous étions vus. Hernando allait très sûrement mener l'attaque, mais ce serait Mike qui aurait tout orchestré.

D'ailleurs, en parlant de véritables noms, je n'arrivais définitivement pas à me faire aux leurs. C'était trop tard pour changer, et ils n'avaient pas la tête correspondant à ces prénoms. Mike ? Hernando ? Ça sonnait étrangement dans ma tête, ces noms n'allaient pas. Ça leur donnait une trop grande banalité : d'un seul coup, ça leur apportait un passé, ça les rendait plus humains et normaux. Enrique et Kanye étaient deux entités un peu maléfiques, sur lesquelles le temps n'avait pas d'emprise, mais Hernando et Mike... ça pouvaient être les prénoms de simples voisins. De personnes qu'on croisait tous les jours sans s'en rendre compte.

Je passais une mauvaise nuit, le sommeil me fuyant. J'angoissais. J'avais peur d'avoir attirer la malchance sur notre nouvelle demeure, alors que nous n'avions franchement pas besoin d'une nouvelle situation de guerre. Pourvu que je ne me sois pas trompée encore une fois sur son compte...

La journée me cueillit de très mauvaise humeur, ce qui m'arrivait assez rarement pour que les gens ne tentent rien pour m'approcher. Vous savez ce qu'on dit, on doit prendre à garde à ne pas réveiller l'eau qui dort. Je passais le temps seule, errant de pièce en pièce sans véritable but, attendant simplement l'heure du rendez-vous en me rongeant les ongles. J'avais retrouvé cette habitude après la capture de Selene, et j'avais beau essayé de la perdre encore une fois, rien n'y faisait. Mes ongles ne ressemblaient plus à rien et je trouvais ça insupportable. Même la méditation ne m'apporta aucun réconfort, les heures passèrent sans jamais me trouver apaisée. Pauvre Hernando. S'il pensait retrouver la même fille que celle de l'hiver, il se trompait lourdement : il allait avoir droit à une furie.

La fin de journée arriva enfin. Je rongeais mon frein tant bien que mal, les mains crispées sur un couteau de cuisine que je faisais tourner et retourner. Mon Dieu, allais-je vraiment sortir avec une arme blanche à la main ? Contre lui ? Un homme entraîné et plus grand que moi ? Ce serait suicidaire ! Je m'obligeais donc lentement à desserer ma prise autour du manche de ce couteau, le rangeant ensuite avec les autres. Il fallait que je reste calme et que je me souvienne des raisons qui me poussaient à vouloir le revoir. Il m'avait laissé partir. Il avait survécu jusqu'à aujourd'hui. Je voulais savoir par quoi il était passé, pour me faire une idée sur ce que d'autres survivants avaient expérimenté lors de cette fin du monde, et le remercier, même s'il ne le méritait pas vraiment. Rien de plus. Absolument rien de plus.

Absorbée par ma tentative pour me convaincre moi-même, j'aurais pu complètement oublier de surveiller l'extérieur correctement si Aori ne m'avait pas soudainement tapé sur l'épaule, me prenant de court. « Il est là. » « Oh... Alors ça y est... » « Et oui. Ne t'inquiètes pas, on couvre tes arrières. » m'assura-t-elle en m'accompagnant jusqu'à l'entrée. Elle me sourit, ajoutant d'un ton taquin : « J'ai l'impression d'être une mère guettant le cavalier de sa fille avec qui elle doit aller au bal de promotion ! » Je levais les yeux au ciel pour masquer mon amusement, puis après avoir pris une brève inspiration, ouvrit la porte et sortit. Tant pis pour les armes.

Je marquais une pause en le voyant juste là, devant le phare. Il avait l'air en bonne santé. Sa carrure m'impressionna une nouvelle fois, réussissant à me faire regretter ma décision de non-violence. Et si brusquement, il me chargeait ? Avec appréhension, je m'approchais lentement, ne le quittant pas des yeux. Son sourire se fana lentement lorsqu'il comprit que non, je n'étais pas dans les meilleures dispositions possibles à son égard. J'en tirais de l'orgueil et mon regard dût s'en faire d'autant plus incendiaire. Sa nervosité était presque palpable maintenant que je n'étais plus qu'à un petit mètre de lui. Je fis volontairement durer le silence, ignorant son salut timide, continuant mon observation méthodique. Non, il n'avait pas changé physiquement, il s'en était bien tiré. Combien de gens avait-il volé pour réussir à se préserver ainsi ? Je pinçais mes lèvres, plantant mes yeux dans les siens. Les yeux ne mentaient jamais.

Son trac, ses cernes, ses traits tirés et son air de repentir firent beaucoup pour faire balancer mon jugement en sa faveur.

Je n'ai jamais su résister correctement aux airs de chien battu qu'étaient capables de faire les hommes. Je levais encore une fois les yeux au ciel, puis comblais la distance qui nous séparait, l'enlaçant amicalement un bref moment avant de m'éloigner de nouveau pour lui décocher une taloche sur l'épaule en le sermonnant : « Tu vas penser que je me répète, mais tant pis : tu es un connard, j'espère que tu le sais ! J'aurais vraiment pu mourir dans les bois ! J'ai eu une chance folle ! » Je lui serrais l'épaule, le regardant droit dans les yeux en continuant : « Tu es un abruti fini. J'espère que tu pensais sincèrement ce que tu as écris, monsieur Hernando, et que tu ne me prends pas pour une conne cette fois-ci aussi. » Je baissais les yeux, les sentant humides. « Parce que moi, malgré ce que tu as fait... Je suis quand même heureuse que tu sois toujours là. »




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 495
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Out of the dark   Ven 30 Sep 2016 - 18:20

Il s’était préparé à se prendre un coup, mais il n’en fut rien. C’était même l’inverse d’un quelconque geste de violence qui se produisit puisque Sarah l’enlaça, au plus grand étonnement de l’hispanique qui ne savait plus quoi penser. Pourtant, le regard de la jeune femme laissait présager le pire. Il lâcha un « Hein ?! » de surprise et, au moment où il allait passer ses bras autour d’elle, il se prît un coup sur l’épaule, ce qui le fit sourire. T’as mis toutes tes forces là ? Ravalant ce sourire avant qu’elle ne l’aperçoive, il finit par se dire que ses deux gestes reflétaient à merveille l’état d’esprit dans lequel elle était, et les mots qui suivirent le confirmèrent. Elle était à la fois heureuse de le revoir tout en ne se gênant pas pour l’insulter, à juste titre, de connard.

« J’suis content de t’voir aussi, et d’voir que tu te portes bien – commença-t-il à lui répondre d’une voix calme – Et je vois que t’as pu r’joindre tes amis ou t’en faire d’autres. » Hernando espérait qu’elle réponde la première possibilité, sinon cela montrerait une fois encore, à quel point il mettait toujours les pieds dans le plat. Puis, il en profita pour jeter de rapides coups d’œil vers ces personnes observant la scène. Ils paraissaient être bien plus méfiants et sur la défensive que Sarah. Leur avait-elle raconté cette… Mésaventure en précisant que c’était le même coño qui avait laissé un mot sur leur porte ? Si tel était le cas, le latino pouvait rapidement se retrouver dans la merde. Il entendait déjà Mike ronchonner dans son coin en maudissant son ami, en l’accusant de tous les noms d’être responsable de tous leurs malheurs. Nan, ça va l’faire ! ... J’crois… J’espère parc’que j’ai pas envie de clamser bordel !

Et en voyant le regard de la brune s’embuer, il ne pût s’empêcher de la prendre dans ses bras tout en se méfiant. Pas que prise d’un coup de folie elle en profite pour le planter avec une lame. Ce serait petit, vraiment petit. « Je sais qu’j’ai été un gros con, j’crois que ça doit être une seconde nature chez moi de mal faire les choses avec les jolies filles, j’m’en excuse. » lui dit-il d’une faible voix. Le latino était sincère, il l’avait d’ailleurs été pour presque tout lorsqu’ils s’étaient tombés dessus la première fois. En tout cas, les mots la concernant et son attitude l’étaient entièrement, et même si la fin fut étrange, cette rencontre avait bien plus de points positifs que négatifs.

Relâchant son étreinte amicale, Hernando se recula d’un pas afin de la regarder. Il lui offrit un sourire mélangeant excuses, compassion et joie de la voir. Levant les yeux au ciel, il commença à faire des moues plus étranges les unes que les autres dans le but de la faire sourire, puis, comme pour écrire un nouveau tome pouvant s’intituler ‘’éducateur ayant du mal à comprendre comment se comporter lors d’une situation gênante avec une femme, volume trente-six’’  il revint sur les propos de la jeune femme de façon maladroite « Par contre, t’abuses un peu d’insinuer qu’à cause de nous t’as failli crever, t’étais déjà seule quand on s’est rencontré et, pour rappel, j’t’ai quand même détaché et tout rendu, enfin, j’crois. – songeait-t-il en levant les yeux sans vraiment parvenir à se remémorer d’avoir gardé ou non un objet en réalité, mais il supposait sur l’instant lui avoir tout restitué – Et j’t’ai donné d’bons conseils aussi nan ? » termina-t-il en appuyant cette question d’un regard interrogateur.

Hernando merder ? Non, ce n’était pas du tout dans ses habitudes, c’était même tout à fait inhabituel ! A deux ou trois exceptions près, d’accord, ou légèrement plus, mais pas trop non plus. Ca arrivait à tout le monde, personne ne pouvait prétendre être parfait, surtout pas lui. Et puis, l’erreur est humaine, et lui, il était extrêmement humain, un peu trop. « Nan, enfin, c’est pas c’que j’voulais dire même si y a du vrai, mais comme ça quoi. » Ah, non, il était vraiment con en fait.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Out of the dark   Lun 3 Oct 2016 - 15:44

Je répondis d’un simple hochement de tête à sa première question, même si cela ne répondait en vérité à rien. Oui, j’avais retrouvé mon groupe ou oui, j’en avais trouvé un nouveau ? A lui de se débrouiller pour deviner, moi, j’étais bien trop occupée à essuyer farouchement les premières larmes. Mon Dieu, pourquoi donc suis-je si émotive ? Oui, certes, retrouver quelqu’un, même s’il s’est mal comporté, dans cette période, c’est suffisamment rare pour être fêté dignement, mais de là à pleurer pour ça ! Ouh, je m’énerve à être une telle madeleine… Finalement, pour une possible reconversion, je devrais peut-être me tourner vers le boulot de pleureuse, le remettre au goût du jour. Je n’irai pas jusqu’à m’arracher les cheveux, parce que ça fait mal d’une part et que j’y tiens trop pour m’en enlever par poignées, même bien payée, mais mes employeurs en auraient pour leur argent.

Je reniflais misérablement alors qu’Enrique, nouvellement Hernando, m’attirait dans ses bras gentiment. Pouh, pourquoi est-ce qu’il doit être aussi gentil maintenant ? Alors que j’essaye d’être toujours en colère contre lui pour lui faire regretter son attitude de voyou de l’hiver dernier, hein ? Je me laissais faire, lui rendant son étreinte, ignorant sciemment la présence d’yeux curieux que je pouvais sentir dans mon dos. Pour une fois qu’il se passe quelque chose de relativement joyeux impliquant une personne extérieure à notre petit groupe… Je ne pourrais pas leur reprocher leur curiosité. J’aurais été la première à avoir le nez collé contre une vitre pour ne rien perdre du spectacle, et à prendre des notes ! Quoi, ç’aurait été pour mon livre sur le comportement des survivants en période de tels troubles, ç’aurait été utilisé à des fins purement ethnologiques. J’espère ne pas être l’objet de trop de moqueries lorsque je retournerai à l’intérieur… Ils seraient bien capables de me charrier pendant longtemps !

Hernando me fit des excuses que je décidais de considérer comme sincères, d’autant qu’il en profitait pour passer un coup de pommade sur mon ego. Avec les jolies filles, hein… Cette précision me fit sourire, ce beau parleur ne perdait pas le Nord ! Ce que je regrette mon maquillage et ma penderie brusquement… Là, il en aurait eu pour ses compliments, le jeune homme. Je me pinçais les lèvres pour réprimer ce petit sourire alors qu’il s’éloignait un peu de moi pour me faire des grimaces. Je dus me mordre les lèvres pour retenir mes commentaires et ne pas lui couper la parole alors qu’il reprenait, soudainement moins mignon. Oh, vraiment ? Monsieur n’aurait donc rien à se reprocher selon-lui ? Mais bien sûr… Tout ce qui peut l’aider à dormir la nuit.

J’haussais un sourcil, lui offrant ma bitchface favorite dans une sorte de tentative pour l’avertir de ne surtout pas continuer sur cette pente ô combien glissante. Malheureusement pour lui, il ignora cet avertissement. Je repoussais mes cheveux vers l’arrière dans un geste princier avant de lui répondre sarcastiquement : « Oh bien sûr, ça m’a tellement aidé ! Et le meilleur, c’est que j’ai pu les mettre en application quasiment tout de suite après votre départ. Quoi de mieux que l’application, n’est-ce pas ? Nous avons été si discrets en plus, j’ai eu droit à quoi… oh, juste quinze ou vingt monstres traînant dans les environs. Et puis bon, lorsque tu as lancé mon sac, la gourde s’est ouverte, à trempé mes affaires… Mais ça ajoute du défi, non ? Et bien sûr, dans tes explications, je suis certaine que tu pensais d’abord à des personnes courageuses et dégourdies, pas à celles qui s’évanouissent à la vue d’entrailles putréfiées et de cervelle à moitié éclatée. J’ai passé de merveilleuses nuits dans les arbres, bercées par leurs mélodieux grognements. Il faudra remettre ça tous les deux tiens !  Mais c’est vrai, en me détachant, j’avoue que tu m’as bien aidée, merci. J’aurais été moins jolie à moitié dévorée. Un peu trop pâlichonne, sûrement un œil arraché, un ou deux membres en moins... Belle gosse. La sortie cinéma aurait toujours tenue, je suis sûre. »

Je levais les yeux au ciel, secouant la tête, n’arrivant pas à croire qu’il ait pu s’enfoncer de lui-même de la sorte. Il était bien parti pourtant ! Je me dégageais de ses bras, posais une main sur une hanche et repris sans lui laisser le temps de se défendre : « Enfin bon, c’est vrai, je m’en suis sortie. Et quelques-unes de tes astuces m’ont été utiles, c’est vrai aussi. J’accepte donc gracieusement de passer l’éponge sur vos agissements. J’espère que vos autres victimes seront aussi peu rancunières que moi, car j’imagine que je n’ai pas été la seule… Et je ne veux rien savoir à ce sujet-là, merci, j’ai ma propre croix à porter. En parlant de ça… Il est encore là, Kanye ? Heu, Mike ?»




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 495
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Out of the dark   Mar 4 Oct 2016 - 13:42

J'ai merdé... fut la première pensée traversant l'esprit du latino en entendant Sarah rebondir sur les propos qu'il venait de tenir. Il était là pour s'excuser, lui parler et prendre de ses nouvelles, mais au lieu de ça, il se montrait une fois encore maladroit quant aux choix de mots à utiliser. Plus d'une fois on le lui avait reproché par le passé, Hernando parlait sans réfléchir à l'impact provoqué par ses propos, optant pour des tournures de phrases dépassant ses pensées et lorsqu'il essayait de reformuler les choses en développant, c'était encore pire, il se tirait une balle dans le pied.

Malgré le fait que la réponse de la jeune femme n'était pas des plus plaisantes à entendre, elle permettait au latino de se rendre compte à quel point elle avait dû faire face à des dangers en étant seule. Il s'en doutait et avait conscience que de parcourir les routes ou forêts sans être accompagné n'était pas la meilleure des choses, mais l'entendre rendait cela bien plus réaliste. A chaque fois qu'elle parlait, Hernando imaginait les scènes et un pincement au cœur se faisait ressentir.

« Désolé... C'est pas c'que j'voulais dire. » se contenta-t-il de répondre en la regardant. Il aurait aimé s'expliquer davantage et rectifier le tir, mais il opta pour le silence. Une prochaine fois, peut-être, et en ayant bien réfléchi à quoi dire auparavant, quitte à l'écrire. De toute manière, Sarah mit fin à tout questionnement en lui indiquant passer l'éponge, pour son plus grand bonheur, alors autant éviter de ramener le sujet comme un cheveu sur la soupe, car pour le coup, cela n'aurait pas été une maladresse, mais plutôt un suicide.

Bien que la jeune femme ait stipulée ne pas en connaître plus sur les potentielles victimes, Hernando ne put s’empêcher d’avoir l’envie de la rassurer, de lui dire qu’il n’y en eut pas tant que ça… Et après ? Aurait-elle demandé des précisions ? Et auquel cas, comment le latino pourrait réussir à lui mentir en la regardant dans le blanc des yeux, sans qu’elle n’y décèle ce mensonge ? Il pensait à la pire chose qu’un homme puisse faire subir à une femme, il avait commis cet acte irréversible en détruisant certainement de cette personne. S’éclaircissant la voix en éprouvant de grandes difficultés pour avaler sa salive, il tentait de faire bonne figure, et heureusement pour lui, Sarah demandait où était passé Mike.

« Oui, évidemment ! Il est par là-bas. » répondit-il en indiquant à l’aide de sa main un coin de forêt derrière lui, sans se retourner. Il en aurait presque oublié le fait que son ami les scrute depuis tout à l’heure. « Tu veux que j’lui demande de nous r’joindre ? » demanda-t-il en espérant que non, mais ce fut un échec, car la jolie brune souhaitait le voir aussi. Hernando se retourna et fit signe à l’afro-américain de venir. Mike sortit quelques secondes plus tard, arme rangée en faisait un salut au loin.

La distance séparant ce dernier des deux autres lui donnait l’impression de marcher de très longues minutes en étant observé de toute part. Regardant tantôt vers le phare, tantôt sur les côtés ou derrière lui, il finit par les rejoindre. « J’m’excuse vraiment Sarah, t’es une fille cool en plus tu vois. » anticipa-t-il avant même de dire bonjour, ce qu’il finit par dire. L’afro-américain était encore plus gêné de se retrouver là que son ami, se sentant presque de trop. « Tu vas bien ? » demanda-t-il en fixant la jeune femme. Il resta un petit instant avant de s’écarter de quelques mètres pour les laisser discuter, tout en gardant un oeil sur les nouveaux amis de la jeune femme.

Hernando en profita pour attraper la main de la brune avant de plonger son regard dans le sien. « J’me rattraperai et te prouverai qu’j’ai changé, qu’on a changé – lui affirma-t-il avec un sourire en coin – J’suis vraiment content qu’t’ailles bien et qu’tu sois pas seule. C’est Mike qui t’a vu en premier, et franchement, quand à mon tour j’t’ai vu… J’y croyais pas, j’pensais que j’hallucinais, mais non, c’était bien toi ! » Son sourire n’était plus timide, il grandissait au fur et à mesure reflétant à merveille le bonheur éprouvé de se retrouver face à elle. Ils s’étaient côtoyés une journée, pourtant, le latino avait le sentiment d’avoir la chance de retrouver une amie perdue depuis de longs mois.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Out of the dark   Aujourd'hui à 17:32

Revenir en haut Aller en bas
 

Out of the dark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-