Partagez | .
 

 It's The Moment To Fight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur
Message
Juliane Lyndey
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 614
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Dim 23 Oct 2016 - 9:56






It's the moment to fight

Ça n'était pas la première fois que ça lui arrivait… A croire que les cadavres ambulant aimaient venir lui faire des câlins ! Allongée de tout son long dans la marre de sang, Jill tentait de retrouver un peu de souffle, et un rythme cardiaque qui n'allait pas faire exploser son coeur. Elle tenta de virer le tas de chaires en décomposition qui l'écrasait de son poids, mais pour le coup elle n'en trouvait plus la force. Même si elle gérait dans la plus part des situations, sérieusement là elle avait bien cru que ça allait être la fin. Si Dwight n'avait pas été pour la dégager du premier rodeur et pour lui balancer une arme pour le second, c'était fait pour elle.

L'air entra à nouveau dans ses poumons lorsque Dwight poussa le cadavre, l'aidant ainsi à éviter de suffoquer. Non parce que le poids, l'odeur, le sang… Dans le genre bien dégueu… Bien merdique… Pourtant, malgré cette odeur abominable, Juliane prit une grande bouffée d'air. Peut-être plus pour évacuer la peur et la pression qu'elle avait ressentit que pour vraiment respirer. Son regard se posa enfin sur le grand blond. Ce petit con souriait, clairement amusé de la voir allongée là comme une conne. Étrangement, ce simple sourire la fit sourire à son tour avant même qu'elle ne lâche une rire. C'était du soulagement, c'était certain. Mais ça faisait du bien. Elle saisit la main qu'il lui tendait et se redressa évitant de se coller à lui. « - trouve moi une douche et je m'y précipite ! » répondit la jeune femme les deux bras écartés, le regard baisser sur son corps.

Elle sourit à son clin d'oeil, avant de défaire la fermeture de sa veste et de la virer. De toute façon, elle n'allait pas la garder. Jill choppa une chemise en coton dans le rayon et elle essuya tant bien que mal le plus gros des dégâts. Elle se défit de sa chemise ensuite, parce que de toute façon elle était totalement ruinée, se retrouvant en débardeur à peu près potable. Bon pour le pantalon, il fallait qu'elle en trouve un autre avant de pouvoir en changer.

« -c'est moi la quiche qui fera plus attention la prochaine fois... » souffla Juliane en enjambant l'un des cadavres. Oui, c'était sa faute, c'était elle qui s'était laissée avoir si facilement. Il avait raison, et elle en avait pleinement conscience. « -désolée… et heu... » Elle fixa son regard sur le norvégien, avant de souffler en tournant le dos pour récupérer son propre couteau au sol : « -merci... » Sans lui, elle ne serait plus là, alors c'était la moindre des choses. C'était pas trop son genre de partir dans des effusion de sentiments mielleux, et elle ne voulait pas lui montrer que ça l'avait un peu secoué quand même tout ça. Ils n'avaient pas de temps à perdre, alors elle prendrait soin de ses sensations, flippes et chialerait sans doute un bon coup lorsqu'ils seraient rentré, lorsqu'elle serait seule. « -j'te ferais bien à câlin mais bon... » Un sourire en coin pour dédramatiser le truc, un peu d'humour pour cacher les autres ressentit, et ils étaient repartit à la recherche de ses fringues d'hiver dont ils avaient tant besoin.

Juliane laissa Dwight passer devant, inspirant un bon coup pour détendre son corps, ses épaules, son dos, afin de faire retomber la tension. Il fallait qu'elle soit plus vigilante, même si c'était certainement la faute à pas de chance. Un dernier regard aux trois cadavres qu'ils laissaient derrière eux, puis elle tourna le faisceau de sa lampe torche devant elle, allongeant la pas pour rejoindre Dwight.

Ils poussèrent la porte sur laquelle était écrit : interdit client, la porte qui donnait sur les zones de réserves. Les endroits secrets où jamais personne n'allait mise à part les vendeurs. La porte grinça bien entendu, sinon c'était pas drôle, et Jill tendit l'oreille. La pièce de taille correcte était plongée dans le silence… Un regard pour Dwight, un léger pincement de lèvres avant qu'elle ne s'avance vers les premières piles de cartons. La jeune femme saisit un bon de commande encore dessus et elle examina la liste des articles à la lumière de sa lampe. Pas la peine d'ouvrir tous si il n'y avait rien d’intéressant dedans. Genre le stock de cravate, ils s'en tapaient ! « -dans ceux là normalement c'est des pulls… J'vais regarder. » Elle coinça sa lampe dans sa nuque penchant légèrement la tête, avant d'ouvrir le premier carton d'un coup de couteau. « -pas mal. » souffla la jeune femme, heureuse d'enfin trouvé quelque chose qui leurs serait utile. « -on prends quoi comme taille ? » demanda-t-elle en levant les yeux vers Dwight. Vu ses épaules, il devait pas tailler petit. Nath et Noah non plus. Les jumeaux un peu moins. Il y avait là autant des pulls en laine épaisses que des sweats à capuche.



Vers l'infini et au delà!
(c) black.pineapple


Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3310
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Mar 25 Oct 2016 - 0:33

Le cœur du norvégien avait failli lâcher lorsqu’il avait vu le corps de Juliane être recouvert par le rodeur. Il avait fait genre, il voulait rester un homme fort en toute circonstance, mais il devait bien admettre qu’il avait été viscéralement inquiet. Cependant son attitude laissait entendre tout le contraire, il faut dire aussi qu’il n’avait pas envie de laisser croire une telle chose. Il avait préféré sourire et se moquait d’elle plutôt que lui demandait si tout allait bien. C’était une façon pour lui de noyer le poisson et de ne pas voir la réalité. Il se cachait de lui-même en réalité puisqu’il ne le cachait à Juliane. Son sourire s’élargit quand elle le remercia de lui avait sauver la peau. Dwight fut alors catapulté des mois en arrière. Il se rappelait douloureusement de sa blessure à l’épaule.

- Oui c’est ça… Je t’en devais une, je te rappelle…

Est-ce qu’on pouvait conclure qu’ils étaient quittes maintenant ? Il savait que ce serait sans doute plus simple à accepter comme ça. Tu me sauves la vie, je fais la même chose, maintenant on a plus qu’à faire respectivement gaffe à nos culs. En tout cas, lui ça lui allait parfaitement. S’il pouvait oublier ce poids qu’il avait sur la conscience depuis le jour où elle l’avait ramené chez lui et celui où elle lui avait ensuite donné son sang se serait sans doute parfait. Il irait courir à poil dans les champs, enfin pas vraiment parce qu’il avait plus important à faire. La proposition de câlin ne fit qu’agrandir son sourire, évidemment il n’allait pas accepter ça comme ça.

- Tu trouveras bien une occasion de te rattraper plus tard va, ne t’en fais pas.

Elle avait intérêt à en trouver une et le plus tôt possible, c’était aussi ça le sous texte de l’histoire. Il savait très bien qu’il ne pouvait rien d’exiger d’elle et il n’avait pas envie de le faire. Cependant, il ne serait pas contre recevoir une récompense pour lui avoir sauvé la vie. Enfin, pas question de s’éterniser sur le sujet, il y avait plu important à faire comme partir à la conquête de vêtement. Il ouvrait la marche menant à la réserve. Il y aurait sans doute les vêtements qu’il cherchait. La porte grinçait, mais après quelques instants à vérifier que personne n’arrivait en leurs directions, ils pouvaient explorer les lieux en paix. Il y avait des cartons un peu partout. Il était certain qu’il faudrait faire des choses concernant les vêtements présents dans la pièce. C’est Juliane qui ouvrit le premier carton.

- Pour les t-shirts, je m’habille principalement en L. Je pense que tu peux taper dans le XL pour les pulls si je veux être à laisse avec les trucs que je mettrais en dessous, ça me parait bien. Je pense que Nath et Noah doivent porter la même chose ou un peu plus petit. Pour les jumeaux, je dirais du M.

Il attrapait un carton et le vidé consciencieusement de tout ce qu’il y avait dedans. Il s’agissait de pantalons neufs. Il laissa ceux susceptibles d’aller à quelqu’un du groupe à l’intérieur. Il serait plus facile de les déplacer ainsi que de devoir les avoir dans les mains. Il pourrait ensuite mettre les affaires dans le caddie qu’il avait laissé à l’entrée du magasin. Il n’irait pas le chercher, il n’avait pas envie de laisser Juliane seule un autre moment, elle pourrait attirer la horde la plus proche et se faire manger. Évidemment, il exagérait un peu, il savait que lui aussi attirait la poisse et qu’avec un peu de malchance, ce serait lui le prochain de cette histoire.

- Une fois qu’on a fini ici, on va chercher des fringues pour femme, tu pourras te changer et après on avisera à ce moment-là pour savoir si on rentre ou si on continue les explorations. Je n’ai pas envie de te faire subir un calvaire olfactif trop longtemps.

Il n’avait pas envie de la voir puer plus longtemps que prévu, au moins l’avantage c’est que si elle marchait comme un sjeler, elle pourrait sans doute se fondre dans la masse sans trop de problèmes. Dwight préféra garder la réplique pour lui-même alors qu’il était en train de trouver des bonnets et des écharpes dans un coin de la remise. Ce serait encore une découverte utile dans quelques mois. Il en attrapa alors pour les mettre dans le carton qu’il avait commencé à remplir. Il ne devrait pas trop se charger puisqu’il devrait en prendre d’autre par la suite.



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Juliane Lyndey
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 614
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Mar 25 Oct 2016 - 13:21






It's the moment to fight

Jill rentra le menton dans son cou, comme surprise parce qu'il venait de lui dire. Ouais, il avait raison, de soin point de vu il lui en devait une. Ça faisait bien longtemps que Juliane avait oublié cette sorte de dette de vie. Lorsqu'elle l'avait trouvé dans les bois en train de se vider de son sang, elle n'avait pas réfléchit. C'était la vie d'un homme qu'elle avait entre les mains, alors elle avait fait tout ce qui était en son pouvoir pour éviter d'en voir mourir un de plus. Même si elle ne connaissait rien de lui, qu'il aurait très bien pu être un connard… « -ouais ok... » souffla Jill alors qu'elle retirait une partie de ses fringues, d'une voix qui laissait pensé qu'elle en avait rien à foutre. Si Dwight soulageait sa conscience ainsi, pas de souci. Au moins y'avait plus de compte dans la tête du grand blond. Est ce que ça changerait quelque chose à son attitude… C'était une bonne question, l'avenir le lui dirait.

Ils avaient vraiment une relation particulière… Jill avait fixé Dwight et son sourire à la con pendant quelques secondes. Elle n'avait pas envie de devenir comme cette nana dont il lui avait parlé. Le plan cul ou la nana qu'il s'envoyait lorsque ça lui chantait. Même si ça glissait tout de même vers cela. Ça ne lui plaisait pas plus que ça au fur et à mesure que le temps passait. Elle tenait à ce type, sans s'expliquer pourquoi. Est ce qu'elle souhaitait en apprendre plus sur lui ? Que les choses deviennent plus profondes entre eux ? Jill chassa cette pensée absurde de son esprit, parce que s'attacher à quelqu'un c'était se créer des faiblesses… Et parce qu'elle savait très bien que Dwight de son côté s'en tapait. Ils s'envoyaient en l'air de temps à autre, s'envoyaient quelques vannes comme des potes. Ça suffisait certainement au bonheur du norvégien.

Les premiers pulls entre les mains, elle regarda Dwight lui expliquer quelles tailles de fringues elle devait prendre et pour qui. Jill passa le dos de sa main sous son nez, et elle ne su pas dire si c'était son sang ou si c'était là avant… Quoi qu'il en soit elle effaça d'un revers de main cela. Lorsqu'elle était tombée, sa tête avait tapé contre le sol… Elle saignait peut-être un peu du nez. Rien de bien grave. Pas la peine d'en faire une affaire. Alors elle se concentra sur les pulls et en sélectionna quelques uns, qu'ils soient en laine ou bien de type sweat à capuche. Elle ne choisit même un pour elle. Parce que y'avait rien de mieux qu'un sweat de mec bien large pour traîner… D'ailleurs elle se tourna, retira son débardeur tâché de sang, et enfila sa trouvaille, remontant la fermeture éclair pour cacher son soutien gorge. Remontant les manches pour se sentir plus à l'aise, elle savait qu'elle devait tout de même trouver des fringues féminines. De nouveaux pantalons n'étaient pas à exclure.

Juliane sans même regarder Dwight, déposa dans le carton ce qu'elle avait trouvé. « -j'ai aussi mis quelques t-shirts. » ajouta-t-elle en lui jetant un coup d'oeil. Elle faisait de son mieux pour faire comme si rien ne venait de se passer, comme si elle n'était pas écœurée par l'odeur qu'elle trimbalait sur elle. Elle serra donc le dent et dit : « -on perds trop de temps  à rester à deux. » Oui, d'accord c'était elle qui voulait pas qu'ils s'éloignent au début, mais là elle avait juste envie d'être un peu seule. Et l’argument qu'elle avançait n'était pas faux. Pour choisir des fringues de nanas, elle n'avait pas besoin de lui. Autant qu'il reste ici, à trouver ce dont les mecs avaient besoin. Elle se débrouillerait pour Levia et elle.

Jill remit son sac sur ses épaules, dégagea la capuche de son nouveau pull et tourna le dos à Dwight. Elle allait repasser par le magasin et si elle s'était pas trompée, elle avait vu une boutique pour nana un peu plus loin. « -rejoins moi quand t'as fini ici. » ajouta la jeune femme en serra son couteau entre ses doigts, avant de prendre le chemin inverse pour rejoindre le magasin, il ne la retiendrait pas de toute façon. Il l'avait dit, la dette était payée, ils n'avaient plus besoin de veiller l'un sur l'autre. Et elle savait qu'elle se débrouillait bien mieux toute seule.




Vers l'infini et au delà!
(c) black.pineapple


Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3310
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Jeu 27 Oct 2016 - 0:43

Fureter dans le moindre recoin prenait du temps, mais au moins ils étaient en sécurité et ça lui permettait de souffler, autant il lui arrivait fréquemment de faire le coin dans les sorties qu’il faisait avec Nathaniel. Autant aujourd’hui, il était inquiet, même s’il essayait de le cacher et paraissait sans doute un peu plus con. Il n’était pas question d’en parler, ni même de l’évoquer ne serait-ce que quelques secondes. Alors il restait là à trier les fringues plongeant ses pensées dans le tri des fringues qu’il avait sous le nez. C’était bien plus agréable que de devoir se triturer le cerveau. Il était actuellement à la recherche de sous-vêtements, parce qu’avoir des chaussettes et des caleçons neufs ne serait pas du tout de refus. Il se doutait bien qu’avec ce que Juliane avait ajouté le carton devait déjà être presque plein. Il se tourna vers la brune et il la trouva particulièrement belle avec ce sweet trop grand. Il secoua la tête de droit à gauche comme pour remettre ses idées en place avant de répondre d’un ton un peu monocorde.

- C’est super, on va être refait pour l’hiver et on va pouvoir largement voir venir.

Il essayait de jouer le mec parfaitement cool et décontracté, mais visiblement, il n’y arrivait pas. Il avait en plus fini par mettre la main dans ce qu’il cherchait depuis cinq minutes. Il ne s’attendait cependant pas à entendre ce qui avait suivie. Oui, ils mettaient plus de temps, mais Dwight ne se montrerait pas inutile quand il serait question de chercher des vêtements pour filles, il avait des capacités aussi dans le domaine, il ne fallait pas non plus le négliger. C’était un mec, mais il avait du gout, du moins c’était ce qu’il essayait fréquemment de se convaincre. Il avait été à la dure, mais il était tout de même de la haute. Il lâcha les chaussettes qu’il avait dans les mains pour se précipiter vers la brune qui était déjà en train de tourner les talons pour partir de la pièce. Il fit de son mieux pour l’attraper fermement au bras sans pour autant la maintenir prisonnière. Il voulait que ce soit juste suffisant pour l’empêcher d’aller plus loin avant qu’il n’ait eu le temps de parler.

- Putain, mais tu es con ! On a dit qu’on ne se séparait pas là. Je sais bien que je suis un mec, mais je m’y connais assez pour en fringue après avoir supporté les soirées pyjama de ma sœur parce que je devais la surveiller.

Il planta son regard dans celui de Julian qu’il avait plus ou moins forcé à se retourner. Il ne savait pas vraiment ce qu’il était en train de faire. Il ne savait pas pourquoi il ressentait ce besoin de ne pas la laisser partir. Les fringues pourraient sans doute attendre un peu, elles n’allaient pas se volatiliser avant qu’ils n’arrivent. Il s’inquiétait vraiment, pour chaque membre de la faction, mais avec Juliane, il y avait un truc en plus. Il l’avait attrapé juste avant qu’elle n’ouvre la porte du coup, ils étaient encore en sécurité et ce n’était pas plus mal. Il n’avait pas besoin de s’inquiéter du monde extérieur.

- Je n’ai pas envie de rentrer seul chez moi surtout en me disant que je n’étais pas là pour t’aider. On a déjà perdu assez de monde dans la faction, je ne suis pas sûre qu’ils supporteraient une autre perte.

Oui, il préférait parler des autres, c’était plus simple de dire qu’après la mort d’Ann personne n’était prêt à ne pas revoir Juliane. Elle n’était pas là depuis longtemps, c’était un peu le sang neuf de la maison et justement c’était pour ça qu’elle était porteuse d’espoir. Il était lui-même parti à plusieurs reprises de la maison sans vraiment donner de nouvelle parce que la période n’était pas synonyme de bonne nouvelle pour lui et il avait été victime d’engueulade de la part de Nath, mais si c’était Juliane qui disparaissait ? Il ne savait pas s’il s’en remettrait. Il avait déjà trop perdu depuis le début de l’épidémie, c’était sa vie entière qui partait en lambeau morceau par morceau. Avant tout ça, il était bien. Il jouait avec la vie et avec le monde. Il avait son style de vie en mode racaille profitant de tout et tous le monde, mais maintenant ça ne le mener plus à rien de vivre ainsi. C’était son existence entière qui avait été remise en question.

- Je ne le supporterais pas non plus… L’épidémie m’a déjà pris trop de proches…



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Juliane Lyndey
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 614
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Jeu 27 Oct 2016 - 22:56






It's the moment to fight


Pour les vêtements hommes c'était presque finit. Manquait juste une ou deux vestes bien chaudes et le tout serait complet. Dwight pouvait trouver ça tout seul comme un grand. Et Juliane avait besoin d'air, ou plutôt de s'éloigner. Prendre sur elle, à force elle savait faire, et elle était passé maître en l'art de faire comme rien n'était. Enfin presque… Sans donner plus d'explication qu'une simple histoire de perte de temps, elle s'était préparée à faire la route inverse afin de trouver un magasin de fringues féminine, et elle était bien décidée à y aller sans le grand blond. Parce qu'elle ressentait le besoin de s'éloigner, d'être seule quelques instants. C'était trop demander bordel ?

Visiblement oui puisqu'elle sentit presque aussi tôt avoir tourner les talons, la main de Dwight venir emprisonner son bras. Jill se figea en serrant les dents, fermant les paupières en se pinçant les lèvres entre elle. Elle avala avec difficulté sa salive lorsqu'elle l'entendit parler. Merci pour le petit compliment, ça faisait toujours plaisir… Mais de quoi est ce qu'il parlait ? Elle se retourna le regard sombre, les sourcils froncés, avec néanmoins une lueur de blessure dans les yeux. « -de quoi tu parles putain? » Lâcha la jeune femme. Soit il était vraiment con et ne comprenait vraiment rien à la jeune femme, elle qui pensait qu'il y parvenait pourtant assez bien. Soit il faisait comme s'il ne comprenait pas. Elle ne savait pas ce qui lui faisait le plus mal sur le coup.

Elle avait beau être sur d'elle, têtue comme pas possible, affichant une image de femme forte, il y avait des moments où un peu de tendresse et de compassion ne faisait pas de mal. Mais visiblement Dwight n'était pas celui qu'il fallait pour ce genre de chose. C'était sans doute sa faute à elle. Elle l'avait habitué à la voir forte, à faire comme si il n'y avait rien de bien particulier entre eux. Mais c'était hors de question qu'elle lui dise qu'elle avait besoin de lui là, de lui autrement que physiquement. Elle avait eut peur. Oui, voila c'était bien ça le souci. Et cela l'avait ébranlé plus qu'elle ne voulait. Ça l'énervait d'ailleurs de se sentir ainsi, de sentir ce poids sur sa cage thoracique, cette boule dans sa gorge…

Coincé entre Dwight et la porte, Jill fit un mouvement d'épaule afin de libéré son bras de l'emprise qu'exerçait la main du grand blond. Son regard se détourna du sien et elle répliqua sans doute un peu trop sèchement : « -t'as été là, c'est bon ta conscience peut-être tranquille. » Sa main libre se posa sur la poignée de la porte. « -c'est pas parce que j'ai merdé y'a trois minutes que je vais y passé si je m'éloigne de toi. » répliqua Jill avec morgue lançant un regard toujours aussi sombre à Dwight. Elle était au courant qu'elle était merdée, c'est bon elle avait capté l'info !

Il lui parlait du reste du groupe. Qu'est ce que ça pouvait bien leur foutre qu'elle soit là ou pas de toute façon ? Ça faisait quoi, trois mois qu'elle faisait partie des meubles. Il y avait des pertes partout, tout le temps, c'était la putain de vie. Jill actionna la poignée pour sortir, mais Dwight posa les mots suivant et elle suspendit son geste, se figeant à nouveau. A nouveau elle lui tournait le dos et c'était pas plus mal. Elle serra les dents à s'en faire mal à la mâchoire, mai sa main glissa de la pognée, laissant la porte close.

Qu'est ce qui lui prenait ? Elle savait bien que Dwight n'était pas un mec qui éprouvait des sentiments. Elle non plus d'ailleurs ! Alors pourquoi elle avait envie qu'il la prenne dans ses bras ? C'était quoi tout ça ? Sa main libre vint glisser sur son visage, et elle chercha un peu d'air, sa gorge soudainement un peu plus serrée encore. « -dis pas n'importe quoi s'te plait... » souffla-t-elle d'une voix un peu brisée. Pourquoi toujours cette distance qu'elle voulait mettre entre elle et les gens ? Parce qu'elle avait toujours cette peur de l'attachement, cette peur de souffrir à la sortir. Aujourd'hui encore plus qu'hier.

Chassant les quelques larmes qui lui montaient aux yeux, elle renifla avant de lever le visage vers le plafond. Puis elle afficha une sorte de petit sourire mit amusé, mi gênée et elle souffla en se tournant à nouveau vers lui « -pardon, j'suis désolée... » Elle ne voulait pas qu'il la voit comme ça. « -ça va passer. J'ai... » Elle se passa la langue sur les lèvres et sans le regarder elle souffla enfin la suite de sa phrase : « -j'ai juste eut peur… ça… ça faisait longtemps que ça m'était pas arrivée... » Peur comme ça, ouais, ça faisait un baye qu'elle n'avait pas éprouvé ça. « -désolée, j'suis pitoyable… ça va passer, laisse moi trois secondes... »Après avoir souffler ses mots, elle prit une grande inspiration, en baissant le menton. Quel spectacle pourri elle était en train de lui offrir…



Vers l'infini et au delà!
(c) black.pineapple


Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3310
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Ven 28 Oct 2016 - 12:18

La réaction de Juliane était froide et blessante, mais curieusement Dwight s’y attendait. Il savait que la jeune femme ne se laisserait pas amadouer si facilement, en même temps, elle avait un caractère fort et entier. C’était ce qu’il aimait chez elle, mais à quel point l’aimait-il ? Il n’en savait rien, ou plutôt il n’avait pas vraiment envie de le savoir. Se dire qu’il l’aimait plus qu’il ne le devrait lui trotta dans la tête un instant. Lui aussi avait sans doute besoin de temps et de réflexion. Il comprenait la négativité de Juliane quant à ses paroles. Elle n’avait pas signé pour ça, lui non plus d’ailleurs. Il était parti du postulat qu’ils passeraient du bon temps en semble et que ça s’arrêterait là. Si aujourd’hui tout était chamboulé est-ce qu’ils pourraient le faire ensemble ? Il n’en savait rien. Il laissa Juliane se dégager et n’essaya pas de l’attraper à nouveau, elle voulait partir et bien qu’elle le fasse, il ne lui courait pas après. Il avait trop de dignité pour ça. Il se contenta d’ouvrir la bouche pour lui dire, mettre des mots sur ce qui se passait dans sa tête n’était pas facile alors il se contenta de faire simple.

Parlé des pertes qu’il avait supportées et qu’il l’avait simplement bouleversé. Il n’en pouvait plus de perdre les siens que ce soit simplement des amis ou plus. C’était simple et surtout ambiguë, il aurait très bien pu dire la même chose à Nath ou même à un des jumeaux. Il n’en était pas encore de même avec Levia et Noah qui n’était pas là depuis aussi longtemps et qu’il connaissait beaucoup moins. Il avait envie de se laisser la possibilité de faire marche arrière de pouvoir laisser entendre que ce n’était pas ce qu’il voulait dire à ce moment-là. Il sentit le moment d’arrêt chez Juliane et il entendit sa voix cassée quand elle lui répondit. Son cœur se serra un peu sans qu’il ne comprenne pourquoi. Depuis quand ressentait-il la peine pour quelqu’un d’autre que lui-même ?

- Il me semble que ce n’est pas vraiment n’importe quoi pourtant…

Sa voix semblée un petit peu vexé, il venait d’être froissé dans son égo d’homme. Il venait de dévoiler un truc comme une bombe et pourtant la réaction n’était pas vraiment celle qu’il attendait. En réalité, il ne savait même pas vraiment ce qu’il attendait, il n’était pas dans un film, mais bel et bien la réalité. Il ne savait pas dans quelle dangereuse impasse il était en train de s’engouffrer. Il n’avait jamais connu ce genre de chose, il n’avait jamais dit un truc pareil à une fille par le passé. Sauf peut-être sa sœur, mais il n’y avait pas la même connotation dans ce cas-là. La brune s’excusa alors, alors qu’il sentait que quelque chose clochait. Sa fierté le poussa à refuser les excuses. Il leva un peu la voix pour se montrer autoritaire. Il ne savait pas du tout comment réagir. Il n'avait même pas un embryon d'idée et ça le tuait.

- D’où tu t’excuses, tu n’as rien à te faire pardonner.

Faire semblant que tout allait bien, essayait de garder son air de coq alors que son être tout entier était en train de paniquer. Il avait envie de s’insulter lui-même pour son ignorance. Il n’était plus question de remettre en doute son attachement pour elle parce qu’il était certain, mais plutôt de l’acceptation de ce dernier. Il devait se rendre à l’évidence qu’il y avait un truc qu’il n’arrivait pas à s’expliquer et qui était présent, maintenant, il pouvait toujours essayait de lui foutre des coups de pied pour le faire disparaitre, mais il savait que ce ne serait pas possible. Elle lui annonça qu’elle avait paniqué à cause de la peur. Lui aussi avait eu peur et il pouvait parfaitement comprendre ce qui s’était passé à ce moment-là. Il avait vu son monde s’arrêter lorsqu’elle s’était fait attaquer, il avait voulu mourir l’espace d’un instant pour ne pas avoir à support ça. Il n’aurait peut-être pas dû faire ça, mais sans vraiment comprendre l’envie qui était en train de le pousser, il s’avança d’un pas en direction de Juliane et la prit dans ses bras.

- C’est normal d’avoir peur, on est humain et c’est l’instinct de survie qui parle. Celui qui n’a pas peur alors que des machins essayent de nous bouffer n’est qu’un fou.

Il faisait souvent croire qu’il n’avait pas peur des sjeler, mais c’était principalement des mensonges. Lui aussi était terrorisé, mais jusqu’à présent, il montrer l’exemple en restant fort. Il était persuadé qu’il n’avait rien à perdre. Enfin, ce n’était plus vraiment le cas maintenant. Il lui avait parlé d’une voix douce que personne n’avait eu la chance de le connaitre comme ça à Northern Creek. Enfin, personne en dehors de sa chère sœur. Il était vraiment protecteur quand il s’y mettait, mais la plupart du temps il cachait ses sentiments derrière une muraille d’humour et d’ironie. Aujourd’hui n’allait pas vraiment changer puisque pour dédramatiser la situation, il décida d'ajouter avec un petit sourire.

- Voilà, tu as gagné, on va finir par être deux à sentir la charogne.



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Juliane Lyndey
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 614
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Sam 29 Oct 2016 - 9:17






It's the moment to fight

Les quelques mots que Dwight lui avait renvoyé la troublèrent. C'était quoi ce chemin qu'ils étaient en train d'emprunter ? Il lui faisait quoi là ? Il tentait de la retenir près de lui en lui laissant croire qu'elle comptait pour lui ? Jill avait un peu du mal à y croire. Ou ne voulait pas y croire. Avec le norvégien, le courant était tout de suite bien passé. Il y avait un truc en plus, quelque chose qu'elle n'avait jamais trouvé chez un autre mec. Étrangement, Juliane était incapable de dire ce que c'était mais… Mais ça se décrivait par des différentes façons. Comme ces nombreuses fois où elle avait pensé à lui, se demandant ce qu'il devenait, cette sensation de pure joie lorsque sa route avait recroisé la sienne par le plus grande des hasards. Ces seulement trois secondes d'hésitation lorsqu'il lui avait demandé de rejoindre son groupe. Cette confiance mutuelle qu'ils avaient l'un en l'autre sans se l'être accordé plus que ça.

Pourquoi est ce qu'elle était en train de flipper alors ? Parce qu'il lui avait à son tour sauvé la vie, que la dette était payée ? Une vie pour une vie… Pourtant elle savait au fond d'elle même que Dwight n'était pas proche d'elle simplement parce qu'elle l'avait empêcher de crever, un jour… Voilà qu'il la grondait presque de lui présenter des excuses. Monsieur le chef était de retour… Jill le regarda un instant. Normalement elle se serait foutue de sa gueule, aurait répondu un truc en souriant. Là elle se sentait juste mal, super nulle en plus de puer le mort.

La peur, cette salle connasse qui vous paralysait, vous empêchait de réfléchir comme il le fallait au moment où il le fallait. Jill la connaissait pourtant depuis bien longtemps. Mais elle avait apprit au fils des mots à ne pas l'écouter, à faire comme si elle n'était pas là. Et aller savoir pourquoi, aujourd'hui elle l'avait laissé prendre possession de son âme, la réduisant à ressentir toutes ses émotions contradictoire. A quoi est ce que ça pouvait servir de jouer la fière, autant tout lâcher et avouer. C'était ce qu'elle venait de faire, se trouvait bien pitoyable, évitant d'imaginer ce que Dwight pouvait penser d'elle.

Sans comprendre ce qui lui arrivait, Jill sentit les bras de Dwight entourer son corps et venir la coller contre son torse. Sur le coup, elle resta un peu figée parce qu'elle était surprise de ce geste venant du norvégien fière et fort, mais elle se laissa vite aller contre lui, puissant un peu de force dans les battements de son coeur qu'elle percevait. Ce coeur qui battait parce qu'elle avait déboulé dans sa vie. La voix de Dwight était douce, totalement différente. Étrangement, elle eut un effet apaisant sur la jeune femme qui ferma les yeux quelques secondes.

Toujours dans les bras de Dwight, Jill releva la tête pour le regarder, un petit sourire léger sur les lèvres à cause des mots qu'il venait de prononcer. Elle lui souffla alors comme une confidence : « - ce qui faut pas faire pour un câlin... » C'était de l'humour, rien n'avait été faux dans son comportement. Elle n'avait pas jouer avec lui, juste pour se retrouver dans ses bras. Jouer les demoiselles en détresse c'était pas trop son genre. Jill se pinça les lèvres et en regardant Dwight avec un peu plus de douceur elle ajouta sérieusement cette fois-ci : « -merci... » Que dire de plus à part qu'elle avait une envie folle de l'embrasser? L'expression des émotions c'était toujours une truc compliqué pour elle. Et elle ne voulait pas que Dwight se fasse de films. Juliane avait bien comprit qu'il n'était pas le genre de mec à tomber love de quelqu'un. Enfin même si c'était pas son cas non plus, elle était pas love de lui. Non…

Dans son pull trop grand, elle lui adressa un petit sourire presque un peu gênée, se détachant lentement de lui avant de dire : « -ça va aller… C'est passé. On peut s'y remettre... » Oui, ça allait mieux, et c'était grâce à lui. C'était tout de même une sensation étrange… Et c'était surtout la première fois qu'il était là pour elle. Qu'il prenait soin d'elle. A l'inverse, Jill avait été présente lorsqu'ils s'étaient revu, qu'ils avaient parlé du décès de sa sœur… La jeune femme ne s'était pas imaginée qu'un jour elle aurait elle aussi besoin de ce genre de soutien. Et le fait qu'il vienne de Dwight la troublait un peu plus… Mais ce n'était pas le moment de penser à tout ça, s'ils restaient plus longtemps ici, ils couraient le risque d'être repéré, que des rodeurs se soient agglutiné dans la boutique…
Jill fit alors demi tour pour venir aider Dwight à trouver les deux ou trois trucs qui manquait, lui jetant des regards de temps à autre. Fallait qu'elle passe par dessus tout ce qui se bousculait dans sa tête parce que sérieux c'était pas le moment. « -fais voir le plan... » demanda-t-elle alors avec une idée en tête.

Lorsqu'elle eut le dessin du bâtiment devant les yeux, elle l'étudia quelques secondes avant de dire en faisant glisser son doigt pour tracer un chemin imaginaire sur le papier : « -nous on est là t'es d'accord. Il doit y avoir un couloir derrière cette porte là, c'est par ici que les livraisons devait arriver. On peut peut-être rejoindre les autres boutiques sans avoir à passer par l'aller centrale. T'en pense quoi ? » Oui, elle se relançait dans leur quête pour éviter de trop penser.



Vers l'infini et au delà!
(c) black.pineapple


Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Aujourd'hui à 17:31

Revenir en haut Aller en bas
 

It's The Moment To Fight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Jamaica struggles to fight crime
» Bite fight...
» Quel moment vous a le plus marque dans l'annee electorale USA?
» En ce moment à la télé...
» Un moment de déprime [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-