Partagez | .
 

 It's The Moment To Fight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur
Message
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3306
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Jeu 6 Oct 2016 - 0:17

Perdre ses pouvoirs ? C’était un concept intéressant. Il ne savait pas vraiment pour qui elle le prenait, est-ce qu’il avait la gueule d’un Dieu nordique ? Peut-être un petit peu après tout c’était lui qui parlait souvent du Valhalla comme l’endroit où sa sœur l’attendait. Il y croyait dur comme fer en tout cas, bien que cela pouvait souvent ressemblait à des paroles en l’air plus qu’autre chose. Il s’imaginait alors comme Thor avec les cheveux dans le vent et un marteau à la main. Mine de rien, ça devait être cool comme arme ant-sjeler, il y penserait quand il en trouverait un. Il pourrait toujours essayer ça ne lui couterait rien. Sauf peut-être la vie ce qui serait dommage. C’est avec un grand sourire qu’il répondit à la question qui n’en était pas une.

- J’avais de superbes caleçons en soie c’était plus agréable… J’en avais des chers, d’autres moins. Enfin sans doute pas autant que la lingerie féminine. Quand tu vois deux cents boules pour un ensemble…

Il avait plus ou moins suivie certain de ses copines fairent les boutiques lorsqu’il était à la fac, il en avait aussi acheté à certaine autre pour faire genre qu’il n’était pas un goujat et qu’il pouvait faire les choses bien. L’argent de papa lui a ouvert bien des portes et bien des cuisses aussi, mais ça, ce n’est pas vraiment le même standing. Il ne regrettait rien et n’avait pas plus que ça l’impression d’être un connard. Il réalisait alors que Juliane ne le connaissait pratiquement pas. Il n’y avait rien de choquant à le voir habiller avec des fringues de luxe, il avait été habitué comme ça. On passerait sous silence ses costumes sur mesure qu’il n’avait mis que trois fois et qui devait sans doute se trouvait à Nothern Greek si on savait où chercher.

- Tu t’attendais à quoi ? Je viens d’une famille de bourge norvégienne qui a la maison dans laquelle on vit depuis quelques générations maintenant. J’étais ingénieur avant l’épidémie, il fallait bien que j’aie un minimum de standing. Tu veux qu’on en parle du prix de ma Baby ?

Il souriait en prononçant ses mots, évidemment, il parlait de sa voiture. Il réalisait qu’il ne se connaissait pas tant que ça au final, du moins il le remarquait une fois de plus. Il ne parlait pas tant que ça quand il était ensemble et n’en avait pas spécialement envie non plus. Il n’avait même pas fini de payer sa voiture avant le début de l’apocalypse, il avait pris un crédit dessus bien plus pour la garantie qu’autre chose. Il était fier de son achat et il l’avait chouchouté comme un fou, la preuve elle était toujours en parfait état de marche aussi neuve que le jour où il l’avait acheté cinq ans plus tôt. Enfin, il n’était plus question de penser à ça, mais plutôt de se concentrer sur ce qui allait arriver. C’est avec un regard malicieux et plein de sous-entendu qu’il répondit à la remarque de Juliane.

- Y a d’autres choses qui m’excitent et pas forcément de la même façon.

Il était à présent temps d’arrêter les conneries. Il avait retrouvé tout son sérieux alors qu’ils pénétraient dans le bâtiment. Il y faisait sombre, une odeur de pourriture s’en dégageait. Il devait y avoir des rodeurs dans le coin et les corps qu’il voyait sur le sol ne faisait que de le conforter dans cette idée. Il essayait de se repérer alors que ses yeux s’habituaient au changement de luminosité, passer d’une journée parfaitement ensoleillée à la lumière d’une lampe torche c’était un peu compliqué. Trouver un plan, Juliane avait raison, mais depuis quand il y avait des plans pour une grande surface. Après avoir trouvé une solution, il s’empressa de la partager avec son amie pour avoir son point de vue sur la question.

- Je suppose qu’il doit y avoir des plans d’évacuations sur les murs. On devra continuer dans cette direction jusqu’à en trouve un.

Il avançait discrètement regardant à tour de rôle devant lui et le mur sur le côté. Il avait l’impression de voir des ombres bouger par moment, il ne savait pas si c’était la réalité ou simplement son imagination débordante qu’il voyait des choses. Il serait un peu plus fort sa lampe torche alors qu’enfin il tomba sur ce qui devait ressembler à un plan. Il souleva le cadre du mur et le récupéra. Il était un peu poussiéreux, mais se ferait très bien l’affaire. Il l’étudiait quelques instants avant de parler.

- Bingo. Alors, on est là et on doit aller là-bas.  Tu crois qu’on devrait prendre un caddie pour pouvoir récupérer plus de choses ?

Il avait remarqué quelques caddies laissés à l’abandon au milieu du chemin à peu plus loin, ils pourraient peut-être se révéler utiles.



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 611
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Jeu 6 Oct 2016 - 12:34






It's the moment to fight

Ok pour les caleçons en soie Juliane eut un petit rire. En soie sérieux ? Comment il avait fait pour supporter ce genre de truc ? La soie et le satin c'était des matières trop étranges ! Tu portes une nuisette, tu te mets au lit et t'es capable de glisser jusqu'au fond sans l'avoir fait exprès ! Enfin chacun ses goûts bien entendu mais tout de même… Il venait de lui donner des images pour rire toute seule, et aussi fallait avouer que ça avait un peu casser l'image de badboy que Jill avait de lui.

« -j'sais pas trop... » souffla la jeune femme en regardant autour deux pour éviter de se faire surprendre par des rodeurs alors qu'ils tapaient la discute, ce qui donnait un petit côté j'm'en tape à la conversation. Non, c'est vrai qu'elle ne s'était jamais fait cette image là de Dwight. Mais c'était sans doute parce qu'ils ne se connaissaient pas vraiment. Est ce que c'était une connerie d'ailleurs de ne pas prendre le temps d'en savoir plus l'un sur l'autre ? Elle lui jeta un regard étrange, comme si ça la saoulait et qu'en même temps elle s'en tapait. Le prix de sa caisse… C'était pas ce genre de chose qui l'impressionnait, et de toute façon ça n'avait plus aucune importance aujourd'hui. Jill n'était pas quelqu'un de matérialiste, alors elle répondit : « -ba c'est juste un pick-up... »

Elle préféra rebondir sur le le mot exciter qu'il avait employé, et elle lui adressa un sourire en coin après sa seconde remarque. Voilà. Là c'était le thème sur lequel ils se complétaient bien. Pas besoin de se connaître sous toutes les facettes.

Le sérieux revint assez rapidement lorsqu'ils passèrent la porte de la grande galerie. L'odeur dénotait totalement de la boutique de savon, et Jill grimaça en avançant un peu plus. Elle savait que peu à peu, elle allait s'y faire. Elle avait déjà vécu ce genre de confinement, et à mesure que les minutes passaient, s'était comme si l'esprit obligeait le nez à s'habituer à cette puanteur. L'idée du plan semblait étonner Dwight. Mais dans ce genre d'immense bâtiments où il y avait trois tonnes de magasins, il y avait bien des plans pour indiquer où était quoi. Le plan d'évacuation était une bonne idée. Avec un hochement de tête positif, elle le suivit, baladant sa lame sur le côté gauche, et en derrière. Aller savoir pourquoi, elle trouvait ça trop calme…

Jill braqua sa lampe sur le plan que lui tendait Dwight, son épaule contre le sienne. Le bâtiment était immense… Lorsqu'ils étaient entrer, elle n'avait pas remarqué de grilles de protection et les portes n'avaient pas été verrouillées. Pff… Ils allaient trouver de tout et de rien ici… Des morts, des semi morts, des vivants peut-être aussi. Avec un peu de chance il y aurait encore des choses utiles dans ce qu'ils cherchaient… « -s'il fait pas de bruit et nous retarde pas, ouais pourquoi pas… » C'était certain qu'ils parviendraient pas à prendre tout ce qu'ils leurs fallait seulement dans leurs sacs.

Autrefois, elle serait sûrement montée dans le caddy, mais c'était pas vraiment le moment de rire, encore moins de faire plus de bruit. Bon, entre ici et les magasins qu'ils voulaient ça semblait pas super long comme parcours. Jill sourit en voyant Dwight pousser le caddy, on aurait dit deux colocs qui vont faire un réappro de masse pour une fête entre pote. Oui, pas un petit couple qui allait faire les courses de fin de semaine. Ce genre d'étiquette ne leur allait pas.

« -si on trouve des caleçons en soie tu les veux ? » souffla Jill avec un petit sourire en coin sans le regarder. Caleçon super apocalypse… Non, sérieux s'il portait ça la prochaine fois qu'elle allait dans sa chambre, elle prendrait un fou rire… Et c'était même pas la peine d'espérer pouvoir avoir un rapport. A nouveau, elle se dit qu'elle ignorait vraiment tout de lui, alors que son regard se détournait vers le grand blond. Un pincement de lèvres et elle reporta son regard un peu plus loin, n'ajoutant rien. S'ils se définissaient comme amis, ne devaient-ils pas en dévoiler un peu plus sur eux ?

Pour éviter de se poser trop de questions cons, Jill regarda à nouveau le plan. Normalement ils seraient bientôt dans la partie fringue. Levia était à peu près faite comme elle, alors ça devrait aller pour les tailles. Bon d'accord elle avait peut-être un peu plus de poitrine… Ce qui n'était pas difficile. « -on commence par les magasins masculin. Vous êtes en majorité à la maison. » Oui, pour une fois c'était elle qui décidait. Elle entra dans une des boutiques avec prudence. Les mannequins qui se trouvaient en vitrine et dans la boutique donnait des frissons. Sans compter les ombres qu'ils produisaient avec la lumière des lampes.



Vers l'infini et au delà!
(c) black.pineapple


Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3306
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Dim 9 Oct 2016 - 15:26

Le caddie c’était une idée qu’il trouvait bonne à condition d’en trouver un qui ne faisait pas de bruit. C’est vrai qu’avoir une roue qui grince ce n’était pas la meilleure façon d’être discret. Il déplaça le premier qu’il avait dans son champ de vision, mais ne le trouva pas à son gout. Il essaya donc le suivant qui faisait beaucoup moins de bruit et qui était presque inaudible. Les caddies c’était une invention qui lui avait toujours plus, c’était une mine à connerie. Les idées farfelues avec ce genre de chose avaient été nombreuses durant son adolescence et il aurait continué encore aujourd’hui, s’il avait eu ses amis ou même mieux, la disparition totale de la menace de se faire manger à chaque instant qui flottait au-dessus de leurs têtes. Dwight aurait aimé faire le con, mais il savait parfaitement que c’était bien trop risqué et qu’il ferait mieux de se tenir un peu à carreau. Ce qui ne l’empêcha pas pour autant à exprimer tout haut ce qu’il aurait aimé faire.

- Dans une autre époque, j’aurais surement été chercher deux balais et je t’aurais provoqué en joute. Enfin, il nous aurait fallu deux autres personnes pour pouvoir jouer, mais voilà.

Il souriait, sur son visage on pouvait lire qu’il était sérieux, mais qu’il se rendait bien compte que ce ne serait pas très réaliste dans la situation actuelle. Oui ce n’était pas vraiment très sérieux, mais c’était un grand enfant. Par moment, il se demandait encore comment il s’était retrouvé chef de faction. Il n’était clairement pas celui avec la tête sur les épaules quoiqu’il était sans doute assez autoritaire. Il remarquait alors le regard que Juliane portait sur lui alors qu’elle reparlait des caleçons, il y avait cru. Il avait parlé avec un peu d’ironie, mais c’était visiblement passé inaperçu. Il corrigea alors rapidement la réalité.

- Je n’étais pas sérieux. Par contre, mon père en portait vraiment et je lui en ai piqué un une fois, je ne retenterais jamais l’expérience.

L’homme se remémorait alors la journée ou il avait fait cette folie. Il ne savait plus vraiment pourquoi il avait fait ça, mais il en gardait tout de même de bons souvenirs. Enfin c’était un peu relatif, mais il devait bien avouer que s’il avait le choix, il recommencerait sans hésiter parce que c’était absolument génial. Il avait beaucoup rigolé avec ses potes de la fac. Son père était passé encore un peu plus pour un riche mec complètement con et irresponsable, mais cela n’avait sans doute jamais été différent. Il eut un petit pincement au cœur en repensant à sa sœur qui l’avait découvert alors qu’il portait cette connerie. Elle n’était plus là pour rire à ses bêtises et c’était sans doute pour ça qu’il n’en faisait plus autant qu’avant. Enfin, ils étaient devant le premier magasin, malgré l’air sérieux qu’il avait eu quelques seconds avants, il devait glisser une connerie.

- J’aime quand madame prend les choses en mains.

Le sous-entendu était aussi grand que lui et faut dire qu’avec Juliane, il n’y avait pas besoin de délicatesse, il n’avait pas l’impression de marcher sur des œufs comme avec les autres filles qu’il avait connues. Il disait les choses comme elle était sans mettre les formes ni se courber. C’était ça qui était absolument et qui lui faisait kiffer tout ce qui se passait. Il regardait les différents rayons qui s’étendaient devant lui. Il remarqua pour le moment surtout des vêtements d’été avec des t-shirts et des shorts. Ce n’était pas vraiment le genre de chose qu’il était venu chercher.

- Si on pouvait trouver des pulls, des manteaux et tout ce qui peut être utile pour combattre le froid, je ne suis pas contre, on n’était pas super équipé l’hiver dernier et ça caillait bien. Je n’ai pas envie de me geler le cul une année de plus.

Il avait connu les étés d’hivers absolument froids qu’il avait vécu en Norvège. Heureusement pour lui sa famille avait été préparée aux conditions climatiques sévères, ils savaient comment s’habiller pour ne pas trop en souffrir et comment gérer les températures à l’intérieur. Il avait ramené des astuces avec lui, mais c’était loin d’être vraiment suffisant. Il regardait autour de lui autant pour surveiller que pour chercher les vêtements. Il avait l’impression de voir quelques choses bouger au loin. Il braqua sa lampe dans la direction.

- Je ne sais pas si c’est mon imagination ou quoi, mais j’ai l’impression d’avoir vu des choses bouger dans l’ombre là-bas.

Il s’approcha doucement, lampe dans une main, lame dans l’autre. Il était prêt à sauter sur la menace si menace il y avait. Il n’avait pas vraiment peur, il se doutait que ce n’était pas un ordre qu’il avait à affronter. Il sera son point autour des objets qu’il tenait. Il avait l’impression de sentir l’odeur putride augmenter sans savoir si c’était un tour de son cerveau ou la réalité.



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 611
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Sam 15 Oct 2016 - 17:47






It's the moment to fight

« -et assurément je t'aurais battu ! » souffla Jill avec un sourire amusée. Quel dommage… Deux grands gamins coincés dans des corps d'adultes, eux même coincés dans un monde de zombie bouffeur de cervelles ! Elle comprenait parfaitement ce qu'il avait en tête et oui, bien sur qu'elle aurait participé sans la moindre retenu ! Ils auraient sans doute fait ensuite les courses avec elle dans le caddy, choppant tout et n'importe quoi dans les rayons bonbons, gâteaux, alcool… «-non mais tu sais, c'est pas grave si tu aimes ce genre de truc, chacun ses goûts hein ! C'est juste étrange selon moi. » ironisa Jill toujours pour cette histoire de caleçon.

Même si Dwight était l'alpha du groupe, Jill décida qu'ils commencerait par les vêtements masculins, et le sous entendu que fit le grand blond lui fit lever les yeux vers le plafond avec un sourire amusé. « -pense avec ton cerveau s'te plait. » lui lança la jeune femme en entrant dans le magasin. Elle n'aimait pas ces ambiances de film d'horreur. Le genre d'endroit où y'en avait forcement un qui allait se faire tuer. Avantage : elle était pas blonde, ne se baladait pas en talons hauts et n'allait pas demander d'une petite voix niaise s'il y avait quelqu'un dans le coin.

Jill avança avec lenteur, faisant courir le faisceau de sa lampe partout où elle le pouvait. Aller savoir si c'était les ombres de mannequins… Elle n'était pas claustrophobe, mais les magasins ça n'avait jamais été trop son truc. Encore moins maintenant que les lumières n'existaient plus, que la poussière était partout, et que les vendeurs étaient planqués en mode : j'attends la bouffe. Jill jeta un regard à Dwight : « -ok. » Elle n'avait pas fait attention à ce côté là du magasin, mais bon le norvégien savait ce qu'il faisait. De son côté, elle commença à faire le tour des rayons qui se trouvaient près d'elle, mais c'était surtout des chemises, et des t-shirts. Enfin les t-shirts c'était toujours utiles. Mais c'était surtout la partie collection hiver qu'elle voulait.

En faisant le tour, elle en vint à se demandé si il n'y avait pas encore que celle d'été dans les rayons. Où était les manteaux, les bonnets, les écharpes ? En baissant sa lampe, elle remarqua des traces de pas dans la poussière… Hum ça c'était jamais bon… Ils n'étaient visiblement pas seul ici. Vivant ou mort ? Il allait falloir trouver. Ils n'étaient pas les seuls vivants du monde, alors d'autres devaient vouloir des affaires pour l'hiver qui se pointait. Peu à peu les gens étaient obligés de revenir vers la grosse ville. Parce qu'ils avaient souvent déjà épuisé les petites et les villages.

Un bruit dans la galerie lui fit couper sa lampe, et se figer. Ils n'avaient même pas encore eu le temps de voir si il y avait une sortie de secours à l'arrière du magasin. « -tss ! Dwight ? » souffla la jeune femme en tournant la tête par où il était parti. Pas de réponse. Jill recula alors tendant l'oreille. Mais après quelques pas, elle voulu faire demi tour et glissa sur… Sur une marre de sang. Le cul en plein dedans, et bien entendu un petit cri étouffée tant bien que mal de surprise. Un merde une fois part terre, alors qu'elle réalisa dans quoi elle venait de tomber. Dégueulasse !

« -fait chier ! » souffla-t-elle dans ses dents avant d'écarquiller les yeux en voyant ce qu'elle avait juste à quelques mètres d'elle. La jeune femme avala sa salive avec grande difficulté en voyant un rodeur en train de manger les entrailles d'un mec qui devait être vivant quelques heures à peine avant. Bien entendu il l'avait vu, il avait tourné son visage en décomposition dans sa direction. Elle recula comme elle le pu, réalisant qu'elle avait perdu son couteau dans sa chute.



Vers l'infini et au delà!
(c) black.pineapple


Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3306
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Lun 17 Oct 2016 - 11:25

C’est sans vraiment s’en rendre compte que doucement il s’était éloigné de la brune. Il marchait devant lui à l’affut du moindre mouvement. Il sentait toujours cette menace oppressante dans le noir. Il n’y avait pour le moment aucun son en dehors de ses pas et de ceux de Juliane qu’il entendait un peu plus loin. Il stressait, il savait que quelque chose était tapi dans l’ombre même s’il ne savait pas quoi. Il dégaina son arme de poing et continua sa route toujours en se concentrant le plus possible sur ce qui pourrait arriver devant lui.

Il ne prêta donc pas attention quand seuls ses pas résonnaient encore dans le magasin. Il avait fini par arriver devant ce qu’il avait pris pour un rôdeur quelque instant avant, il s’était complètement foiré, il n’y avait qu’un mannequin en train de prendre la poussière qui avait été partiellement démantibulé. La scène n’avait rien de rassurant, mais il n’était pas non plus une menace. Il espérait que sa connerie ne les ait pas mis en danger outre mesure. Il s’en voulait d’avoir pris ça pour un sjel et se retrouvait maintenant seul. Il se retourna pour repérer où était Juliane, mais il n’y avait aucun signal lumineux derrière lui. Si sa connerie lui avait fait perdre Juliane pour de bon, il s’en voudrait pour le reste de sa vie. Déjà qu’il ne ce n’était pas remis de la disparition de sa sœur, il avait par moment vraiment l’impression d’attirer la merde.

- Juliane ?

Il l’appelait dans un souffle pas trop fort dans l’espoir de ne pas réveiller les morts autour d’eux. Cependant, il n’eut le droit que pour seule réponse le silence de la pièce environnante. Il se mordit alors l’intérieur de la joue. Il fallait qu’il rebrousse chemin pour essayer de la trouver. C’était lui la seule source de lumière dans le bâtiment et il avait beau balader son rayon partout, il se retrouver toujours à fixer une étagère de fringue. Il remarqua bien une trace de sang par terre, qui semblait plutôt frais. Il savait que ce n’était pas celui de Juliane simplement parce que s’il lui était arrivé un truc elle l’aurait sans doute prévenue et alertée. Il était prêt à affronter tous les sjeler du magasin s’il pouvait s’en sortir en vie. Le norvégien leva légèrement les yeux et remarqua un pied dépassé de l’allée suivante.

- Dritt…

Sa voix s’était fait un peu plus fort alors qu’au même moment il entendit un bruit de chute. Cela devait être Juliane, il devait la retrouver. Il se dirigea vers la source, elle lui avait dit de ne pas se séparer d’elle, qu’ils devaient rester ensemble pour des raisons de sécurité et voilà que trois secondes plus tard, il avait été séparer. Il devrait faire plus attention. Il marchait d’un pas décidé et à grande enjambée, lorsqu’il arriva au bout de la rangée, il remarqua que le pied au sol était celui d’un cadavre encore chaud. Il y avait les tripes à l’air et au-dessus de lui, le norvégien pouvait voir un sjel qui était en train de dévisager du regard quelques choses que lui ne pouvait pas voir.

Sans vraiment comprendre pourquoi ni comment il se pencha et tira sur le pied du mort. Il ne savait depuis combien de temps il avait été transformé ni si l’articulation allait supporter la pression qu’il était en train d’appliquer, mais il ne pouvait pas prendre le risque de laisser cette chose s’en prendre a qui que ce soit. Il était bien décidé à le planter avec son couteau dès que la tête serait plus proche. Il s’avança avec sa deuxième main en l’air prêt à fendre l’air et la planter dans la tempe de la chose devant lui. Il ne fallut pas longtemps pour faire taire la menace et lorsqu’il s’avança un peu plus, il remarqua Juliane le cul dans le sang, son visage se blêmit l’instant suivant lorsqu’il repéra un truc arriver dans son dos. Voyant qu’elle n’avait pas d’arme entre les mains, il lança son couteau dans sa direction avant de lui transmettre l’information.

- Attention derrière toi, il y en a un autre. Je crois qu’il veut faire de toi son goûter.



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 611
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Mer 19 Oct 2016 - 22:27






It's the moment to fight

On avait dit quoi au début ? Aimant à merde ? Ouais, voilà, Jill venait à nouveau de prouvé qu'elle était capable de se mettre dans des situations pas possible en l'espace de trois secondes. Et le pire c'était qu'elle ne cherchait même pas à faire son intéressante ! Non, sérieux comment elle avait fait son compte pour se retrouver sur le cul, en tête à tête avec un gros moche. Limite elle avait envie de lui dire qu'il pouvait poursuivre, de pas se déranger pour elle. Mais bon avec ce genre de personne, la discussion était impossible. Bon, d'accord là elle était plutôt en mode je balise à mort parce que j'ai perdu mon arme… Et que oui, forcement le rodeur avait décidé de délaisser sa bouffe. Ba oui pourquoi se contenté seulement de l'entrer !

« -tu va avoir mal au ventre je te le dis... » souffla Juliane alors qu'il se rapprochait d'elle. Elle le trouva plus que dégueulasse. C'était assez rare qu'elle prenne le temps de regarder leurs visages ainsi. Mais là, elle avait pas trop le choix, elle pouvait pas le lâcher des yeux, ça craignait trop pour elle sinon ! Alors à taton elle tenta de trouver son couteau. Il avait pas pu aller super loin quand même ? De loin elle cru entendre son prénom mais elle avait pas vraiment envie de crier là, parce que ça allait affoler son pote dégoulinant de sang. Et que si elle pouvait éviter de lui faire un câlin, ça lui allait parfaitement bien.

A nouveau elle recula comme elle le put, glissant dans la marre de sang tièdasse dans laquelle elle se trouvait. Son coeur battait plus vite que d'habitude. Oui, elle avait peur. Elle était pas non plus invulnérable ! Et elle savait très bien le risque que représentait ces trucs. Et elle avait pas envie de…  

A nouveau elle serra les dents, elle allait encore pourrir une paire de chaussure mais bon, elle avait pas le choix, ses pieds étaient le seul moyen de mettre un peu de distance entre elle et ce truc. Alors lorsqu'il fut trop près, elle balança sa jambe en avant, calant son pieds contre le torse mou du rodeur. Il se mit à grogner, battant des bras, cherchant à l'agripper en avant plutôt que de lui prendre la jambe. Ces trucs étaient vraiment débile… Et encore heureux d'ailleurs.

Mais soudainement, le rodeur sembla reculer. Jill écarquilla les yeux, alors que le poids contre sa jambe se faisait de moins en moins lourd. D'un geste rapide elle retira sa jambe, pour ne pas qu'il s'y agrippe, et ce fut là qu'elle entendu la voix de Dwight lui signaler qu'il y en avait un autre. Elle suivit l'arme qu'il venait de lui lancer du regard, et sans réfléchir plus elle se précipita pour la récupérer, se couchant un peu plus encore dans le sang. Le rodeur sembla s'écouler sur elle, et elle poussa un cri lorsqu'elle le reçu de tout son poids sur elle. La jeune femme avait brandit sa lame, et elle priait pour qu'elle ait atteint sa cible, sinon dans trois secondes elle pouvait dire adieu à la vie.

Jill avait fermé les yeux, tout comme la bouche après avoir hurlée. Le temps sembla s'arrêter. Le corps sous celui du rodeur, le souffle court, le coeur battant à tout rompre, elle sentait un liquide gluant imbiber son pull. Elle sentait également une douleur au poignet, là ou elle avait tendu le couteau de Dwight, qui s'était visiblement fiché juste où il fallait pour lui éviter de crever aujourd'hui. Aimant à merde mais grande chanceuse tout de même ! Ce connard était en train de l'écraser, et ne parvenait pas à s'en dégager.



Vers l'infini et au delà!
(c) black.pineapple


Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3306
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Sam 22 Oct 2016 - 11:15

Le danger était partout et par moment Dwight avait tendance à l’oublier un peu trop. Il aimait bien la merde, il aimait bien voir les morts et devoir en éliminer certains. Il ne pourrait pas expliquer ce sentiment sans passer pour un fou, mais c’était le cas. Il avait l’impression que ça lui faisait du bien de se dire que ça en ferait un de moins sur cette planète et que ce n’était pas lui qui lui servirait en pâture, même si un de moins parmi le nombre qu’il y avait ce n’était pas vraiment un changement très important.

Cependant, aujourd’hui c’était différent, il était question de Juliane et il tenait à elle. Elle était aussi importante que les autres membres de sa faction et c’est ce qu’il se répétait plus ou moins tous les jours, mais il se rendait bien compte que c’était un peu différent de la relation qu’il entretenait avec Nath. Peut-être parce qu’il aimait jouer de la testostérone avec elle. C’était un mâle et il voulait impressionner le sexe faible. Il ne dirait sans doute jamais un truc comme ça devant elle, mais l’idée était tout de même là. Tout ça pour dire qu’il avait agi sans réfléchir quand il l’avait vu en danger.

Il avait suivi la scène sans vraiment bouger, il ne savait pas vraiment quoi faire. Il savait que la brune savait se défendre seule, et que de toute façon avec le cadavre qu’il avait toujours dans les mains, il ne pourrait pas arriver à temps. Heureusement elle avait de jolis réflexes et elle planta le seconde sjeler qui s’écroula sur elle. L’ancien ingénieur fronça légèrement les sourcils, il avait quand même un doute, mais il voyait bien que le truc n’était pas en train de bouffer Juliane. Il s’approcha alors doucement pour lui filer un coup de main. Se dégager d’un corps puant n’était pas une tâche facile surtout quand il était lourd et qu’on appuyait à chaque fois sur des parties plus décomposées les unes que les autres.

Un petit sourire apparu sur le visage du blond alors qu’il commençait à faire rouler la créature et que son regard se posa sur la brune qui semblait en bon état malgré la mare de sang dans laquelle elle baignait. Visiblement, la situation était surtout merdique, mais tout s’était bien passé. C’était absolument hilarant de la voir comme ça après qu'il se soit sérieusement inquiété concernant son état. Ses vêtements étaient ruinés et elle aurait sans doute besoin d’une bonne douche après ça. Il lui tendit une main pour l’aider à se remettre sur ses pieds plus vite.

- Je reste persuadé que le savon et le shampoing sont vraiment indispensables pour cette survie, je refuse de te faire monter dans ma voiture pour que tu mettes du sang partout sur mes sièges.

Il lui fit un clin d’œil. Comme toujours, il trouverait une combine pour ne pas salir sa voiture et dans le pire des cas et bien il ferait avec. Si le danger était trop présent, il ne pouvait pas se permettre de chipoter. Dwight repris un air un peu plus sérieux, il ne fallait pas qu’il oublie qu’ils étaient actuellement en terrain hostile et que les trois cadavres qu’il avait au pied étaient là pour lui rappelait que non la vie n’est pas drôle en ce moment et que le seul endroit où il fait bon vivre c’est entre les murs de chez lui. Il récupéra son arme et récupéra sa lampe torche pour retrouver celle de Juliane qui ne devait pas être trop loin d’eux.

- Je crois que la prochaine fois que tu diras on ne se sépare pas, je ferais un peu plus attention à ne vraiment pas le faire. Cette histoire aurait pu mal finir.

Dwight marqua une pause, ce n’était pas une déclaration ou quoi, mais juste la réalité, il ne savait pas dans qu’elle états d’esprit elle était, mais il ne pouvait pas rester aussi longtemps debout et immobile, ils faisaient des cibles faciles immobiles. Il regarda à nouveau tout autour de lui pour s’assurer que pour le moment la voie était libre avant d’ajouter sur le même ton.

- On devrait reprendre nos recherches. Peut-être que par là on trouvera notre bonheur.

Il indiqua une zone devant eux avec le vaisseau de la lampe torche.



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: It's The Moment To Fight   Aujourd'hui à 17:34

Revenir en haut Aller en bas
 

It's The Moment To Fight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Jamaica struggles to fight crime
» Bite fight...
» Quel moment vous a le plus marque dans l'annee electorale USA?
» En ce moment à la télé...
» Un moment de déprime [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-