Partagez | .
 

 Keep Calm and Carry On

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Auteur
Message
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 851
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Keep Calm and Carry On   Mar 27 Sep 2016 - 15:40

Ian continuait de l’écouter avec toute son attention. Il aimait entendre l’histoire des gens, il aimait vivre par leur intermédiaire des choses dont il avait rêvé sans jamais atteindre. Il était né Washingtonien et ne s’était jamais éloigné de l’endroit où il vivait. Il s’agissait sans doute de son plus grand malheur. Tout semblait différent de ce qu’il avait connu. Vivre dans une petite ville, il ne savait même pas ce que ça voulait dire. C’est le regard dans le vide qu’il essayait de s’imaginer ce que cela pouvait représenter. Il pouvait comprendre que Seattle était pratique comme ville. Il y avait tout, lui-même était content d’avoir fait ses études ici, à proximité de tout. Il ne fallait pas trop se creuser la tête pour y trouver des trucs intéressants.

- Dans ce cas, tu as bien fait de t’aventurer dans cette grande ville. J’en suis d’autant plus heureux aujourd’hui.

Si elle était restée auprès des siens, il n’aurait jamais eu l’occasion de la rencontrer. Il s’en voulait presque d’avoir cette pensée égoïste, alors qu’il ne profitait de la douceur de ses bras et de ses baisers que depuis quelques semaines. Pour lui, c’était l’amour fou comme jamais auparavant, il avait l’impression qu’il avait attendue toute sa vie pour finir avec une fille comme elle. Il avait besoin d’une femme qui savait ce qu’elle voulait pour pouvoir avancer à ses côtés et non pas l’inverse. Il avait besoin d’un guide et de point de repère. Elle était le centre de son monde, il ne lui dirait sans doute jamais parce qu’il aurait été incapable de lui déclarer son amour sans devenir beaucoup trop émotif. Son travail avait endurcie sa personnalité sur certain point et contre sa tolérance à l’horreur, mais il était toujours du genre à pleurer devant le Titanic, bien qu’il n’aimait pas particulièrement ce film. Peut-être parce qu’il était trop triste à son gout.

Les yeux de l’urgentiste ne purent s’empêcher de briller un peu plus quand elle lui annonça qu’elle avait voyagé aux quatre coins du monde. Il était pratiquement comme un enfant devant le père Noël. Il savait qu’il lui poserait tout un tas de questions sur ce qu’elle a vu, mais pas aujourd’hui, sans doute plus tard quand ils parleraient de voyage. C’était typiquement le genre de chose qui revenait souvent sur le tapis, beaucoup rêver de partir visiter les quatre coins du monde. Il ne saurait pas vraiment dire si c’était un truc qui le bottait vraiment. En tout cas si Thalia l’avait fait elle pourrait sans doute l’initier à la pratique. Un petit sourire gêné apparu sur son visage alors qu’elle lui demandait ce qu’il avait fait dans sa vie, elle allait sans doute être assez déçue de la réponse qu’il allait lui donner…

- J’aime beaucoup ma famille, mais je n’ai pas eu la chance de vivre dans une famille ou l’argent coulait à flots. Résultat, mon père et ma mère ont dû trimer dur pour pouvoir m’offrir des études et je n’ai jamais été en dehors de l’état. Je l’ai sans doute désiré quand j’étais enfant, mais quand je suis rentré en école supérieure c’était tout juste si j’avais le temps de dormir alors partir en vacances c’est un peu plus compliqué.

Sa vie était des plus ordinaire, il n’avait pas vraiment grand-chose à y raconter en dehors des exploits qu’il avait fait dans son bloc. Il y avait bien les petits moments qu’il avait partagés avec sa mère, mais il n’avait pas vraiment envie de les partager. Il s’agissait des petits moments de bonheur qu’il gardait pour lui. Il était fier d’avoir ses secrets avec elle. Ils en avaient passé bon moment à danser dans la cuisine de leur petite maison alors Rock and Roll Ruby de Johnny Cash passait sur le petit post de la maison. Je laissais toujours tout tombé pour profiter de cette chanson avec elle. C’était le genre de petit bonheur qu’il avait gardé pour lui. Même son père ne savait pas qu’il avait pris ce genre de folie. C’était des moments où il se sentait parfaitement normal. Il n’y avait plus ses études, plus rien, juste sa mère et lui dans un moment de partage sans pareil. Il comprenait parfaitement ce que voulait dire Thalia. Les gens ordinaires étaient souvent bien plus agréables à fréquenter que les doctorants avec qui il avait fait ses études.

- C’est une description qui correspond parfaitement à ma mère aussi.

Il aurait aimé lui dire au revoir, il aurait aimé lui dire quelques mots avant de la voir mourir. Il aimerait savoir ce qui lui était arrivé puisque son père refusait toujours d’en parler d’ailleurs. Il avait bien une petite idée de ce qui s’était passé et qui était sans doute très lié avec le silence de Nans. Enfin, il n’avait pas essayé de lui tirer les vers du nez, ce n’était pas du tout son genre et il ne voulait pas bouleverser son père plus que nécessaire. Heureusement le sujet repartit sur les réunions de famille. Il réalisait qu’il avait oublié de prendre en compte la distance qui séparer les deux villes entre elles.

- Dans le cas de ta famille ça aurait sans doute était différent puisque c’est à une sacrée distance d’ici. J’aurais du mal à rejoindre l’hôpital rapidement en cas d’urgence. Tu sais, c’est sans doute étrange, mais j’aime bien les pulls de Noël, ils sont peut-être un peu moches, mais souvent quelqu’un s’est donné la peine de les tricoter avec amour. C’est un cadeau qui représente beaucoup et que tu es bien content d’avoir quand il y a une coupure d’électricité en plein mois de janvier.

Il souriait rien qu’en y repensant à ses objets de torture, ils sont importables la plupart du temps, mais ils réchauffent toujours le cœur. Ian était fier d’avoir dû porter les siens. Il avait été la risée de ses collègues, mais il avait l’habitude de ce détail. Elle racontait son histoire avec une telle émotion que Ian avait du mal à garder son sang-froid. Il la trouvait tout simplement craquante. Il la prit dans ses bras alors qu’elle lui dit qu’un jour se serait sans doute possible. Ian n’était pas du genre à voir le côté positif de la vie, même depuis le retour de son père et il se contenta donc de lui répondre avec le plus de conviction possible.

- Je l’espère aussi…

Non pas que c’était un mensonge, il serait heureux de partager avec sa famille, mais plutôt qu’il ne voyait pas la fin de l’apocalypse arriver et par conséquent, il serait vraiment difficile de les revoir. La discussion s’était arrêtée comme ça. Alors qu’elle expliquait le surnom affectueux qu’elle lui avait donné. Il était tout ému et tâchait de ne pas laisser une des larmes qui menaçait de couler de son œil gauche. Il n’avait jamais trouvé d’explication rationnelle, mais il y était la larme facile et le bonheur qu’elle lui offrait chaque jour un peu plus n’était pas là pour l’aider. Il n’avait pas besoin qu’elle lui répète à quel point elle l’aimait. Il le savait au fond de lui. C’était un sentiment qui n’avait pas besoin d’être exprimé pour qu’il soit compris. Il souriait doucement alors qu’elle était blottie contre lui. Il n’avait pas besoin de plus pour le savoir.

- Trop longtemps je suppose puisque tu recommences. Moi aussi je t’aime, mon ange.

Il souriait tendrement après avoir prononcé ces quelques mots. Son amour pour elle était si fort qu’il avait l’impression qu’il surpassait tout ce qu’il avait éprouvé jusqu’à maintenant. Il dessinait distraitement les courbes de son corps de sa main libre alors qu’elle le taquinait avec les paroles que son père avait dites un peu plus tôt. Encore un truc qu’il allait sans doute payer.

- Je suis déjà un homme puisque je suis né comme ça… Après on peut dire qu’un garçon devient un homme à sa majorité, chose que j’ai déjà passée depuis longtemps. Enfin, lorsqu’on scelle une union en la consommant chose qu’on a déjà faite, il me semble. Alors tu sous-entends certainement que c’est ce que tu veux qu’on face, mais étant donné que ça n’a pas marché la première fois ni celle qui ont suivie, il n’y a pas de raison que ça marche plus maintenant.

Il avait un air sceptique sur son visage. Il ne comprenait pas pourquoi cette fois si marcherais plus que les autres. Il savait tout de même qu’elle essayerait quoi qu’il dise et au fond de lui, il n’allait pas vraiment s’en plaindre.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 374
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Keep Calm and Carry On   Mar 27 Sep 2016 - 23:19

Thalia ferma les yeux un instant, en se laissant bercer dans les bras de Ian. Ce n'était pas parce qu'elle lui avait lancé une petite pique qu'elle devait absolument abandonner la tendresse de cet instant. À vrai dire, c'était surtout parce que la remarque l'avait amusée qu'elle était revenue sur le sujet. Ils n'avaient pas vraiment attendu la permission de Nans pour apprendre à se connaître de façon... disons très intime. Malheureusement pour l'urgentiste, elle ne perdait jamais une occasion de le charrier. En revanche il prit une fois de plus la chose au premier degré, en commençant à justifier le pourquoi du comment il était devenu un homme, et à quel point cela faisait un petit moment qu'il l'était. Une moue amusée s'invita sur les lèvres de la zoologiste, qui rouvrit les yeux pour l'observer un moment.

« Hmm... A mon goût tu es déjà un homme plus que parfait, je n'ai pas à m'en plaindre. Si tu vois ce que je veux dire... à moins qu'il ne faille que j'entre dans les détails.

Sa mine se fit espiègle le temps de quelques instants, avant de s'attendrir à nouveau. Pour le coup, elle pensait bien qu'il avait compris l'allusion. Elle n'allait vraiment pas se plaindre de lui, sur aucun plan et encore moins sur celui qu'elle avait abordé à demi-mots. S'il y réfléchissait ne serait-ce qu'un instant, il comprendrait très vite qu'elle était une femme comblée. Passé un instant de silence durant lequel elle put constater que le lycée tombait peu à peu dans sa torpeur nocturne familière, elle changea peu à peu de sujet. Du bout des doigts, elle effleurait la gorge, le menton et les lèvres de Ian, pensive, avant d'aborder un événement de la journée. Et la jeune femme était prête à parier que son compagnon n'avait même rien remarqué.

- Tu as fait forte impression sur Evie cet après-midi. Tu sais, quand je suis passée rapidement avec elle à l'infirmerie te dire bonjour. Elle n'avait plus d'yeux que pour toi. Je crois que je peux déjà commencer à m'en faire, je vais avoir de la concurrence. Et déloyale en plus, parce que contre sa bouille je n'ai aucune chance.

En même temps, qui ne fondrait pas devant Evelynn ? Agréable, toujours souriante, craquante à souhait, un vrai petit rayon de soleil. Quand Thalia la voyait, elle avait l'impression d'observer une projection de Morgan. Il avait vraiment beaucoup transmis à leur fille, ce qui n'était pas une mauvaise chose. Et même si parfois cela lui procurait un pincement au cœur un brin douloureux, elle en était malgré tout heureuse.
Cet après-midi là, quand elle était passée à l'infirmerie, elle avait tout de suite remarqué le manège de sa fille. Cette manière de se mettre à gigoter et à gazouiller, à faire du charme... Typiquement le genre d'attitude qu'elle avait lorsqu'elle voyait quelqu'un qu'elle appréciait. En même temps, elle avait vu Ian depuis le jour de sa naissance, et sa réaction n'avait donc rien d'étonnant. Sans compter qu'elle avait cette manie de s'attacher aux gens facilement et de le leur montrer, avec ses mimiques de bébé. Difficile de croire qu'elle avait déjà sept mois, et qu'elle avait commencé à faire montre de toute une batterie de nouveautés dans son évolution... Le plus marquant pour la jeune mère, c'était sans doute de la voir commencer à se déplacer en rampant toute seule, ou encore prononcer des syllabes indistinctes. Grâce au ciel, la petite pouvait enfin manger de plus en plus de nourriture solide, et ça c'était un vrai bonus pour sa mère.


- Entre nous, je crois qu'elle t'a toujours beaucoup aimé. Y a qu'à voir comment elle se comporte quand tu t'occupes d'elle. Et maintenant qu'en plus elle commence à vraiment explorer son monde... Si tu as le temps et l'envie, on pourrait passer un peu de temps ensemble en journée, quand elle est là. Ça lui ferait sans doute plaisir, et ça la changerait plutôt que de te voir toujours quand tu lui fais des examens.

Thalia n'avait pas pour projet d'imposer quoi que ce soit à Ian concernant sa fille. Mais le fait était que le courant passait bien entre eux, et que cela aurait été dommage de passer à côté. Quoi qu'il en soit, elle le laissait comme seul décideur. Elle se plierait à ce qu'il déciderait. Son petit cœur transi aurait simplement fondu sur place en les voyant un peu tous les deux. Parce qu'il fallait être réaliste, mais c'était déjà sacrément attendrissant lorsque l'urgentiste s'occupait simplement des bilans médicaux d'Evelynn. Et puisqu'elle en était à faire des propositions...

- Tiens, j'allais oublier, champion. Avec tout ce qui nous arrive, il ne faut pas pour autant qu'on néglige ton entraînement. J'ai bien l'intention de continuer à te former. Sans doute même encore plus qu'avant !

Et ce pour plusieurs raisons. Non seulement parce qu'elle souhaitait plus que jamais qu'il soit capable de se défendre et plus encore, mais aussi parce qu'elle comptait bien sur sa présence lors de quelques autres sorties. Ils s'étaient bien débrouillés, en équipe, et elle était persuadée qu'il saurait se montrer utile. Cela lui permettrait peut-être de gagner de la confiance en lui. De son côté, elle lui faisait parfaitement confiance.
Au bout d'un moment, la jeune femme se redressa pour observer son compagnon avec une mine indéchiffrable. Elle s'extirpa difficilement de son étreinte pour s'asseoir, laissant courir ses doigts sur son torse. Un petit sourire presque innocent vint s'inviter sur ses lèvres, alors que ses doigts accrochaient le premier bouton de sa chemise.


- Alors mon amour... Tu as des projets pour ce soir ? »

La zoologiste avait prononcé sa phrase l'air de rien, ou presque. Lentement, un bouton après l'autre, elle ouvrit la chemise que Ian portait. Lorsque le dernier bouton y passa, elle écarta les pans du vêtement pour mieux pouvoir parcourir de ses doigts le torse de son amant. Même si cela ne faisait pas si longtemps, elle connaissait déjà les reliefs de son corps, ses détails... ce qui ne l'empêchait pas de vouloir encore les redécouvrir. Elle posa ses lèvres sur son ventre, déposant un léger baiser sur sa peau, avant de remonter lentement jusqu'à son torse, sa gorge, sa mâchoire, son menton et enfin ses lèvres, où elle acheva son parcours sur un langoureux baiser.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 851
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Keep Calm and Carry On   Mer 28 Sep 2016 - 14:46

Lorsqu’il avait Thalia dans ses bras, il avait l’impression que tout dans cet univers était parfait. Il n’y avait plus rien dans son esprit. Seul comptait le temps qu’il passait avec elle. Il l’aimait sincèrement de toute son âme. Il était prêt à faire tout pour elle. Il voulait la chérir et la rendre heureuse. Il n’était ensemble que depuis deux semaines et pourtant ça avait été les deux semaines les plus intenses de sa vie. Elle avait fait une très bonne impression à son père, même plus que Rosaleen, et c’était encore un point de plus pour lui. Même s’il n’avait rien dit, il devait bien le reconnaitre que ça importait pour lui. Il voulait toujours rendre son père fier de lui bien qu’il avait déjà réussi en lui sauvant la vie.

- Je… Je comprends très bien… Peut-être même trop bien…

Le sous-entendu qu’elle avait utilisé était flagrant, il aurait fallu qu’il soit le dernier des imbéciles pour ne pas comprendre ce qui se passait. Ses joues avaient pris une teinte un peu plus rose alors qu’il avait entendu l’affirmation de Thalia, il savait qu’elle faisait exprès de dire ce genre de chose uniquement pour qu’il se sente gêné. Il savait que c’était un jeu et quelle exercée dans l’art de le rendre mal à l’aise en parlant des nuits qu’ils avaient passées ensemble. Comme pour l’aider à aller mieux, elle changea de conversation pour parler d’Evie. Il appréciait beaucoup sa petite même s’il n’avait pas eu l’occasion de beaucoup la voir.

- Je l’avais remarqué. Je crois que c’est le premier enfant qui m’aime bien. J’avoue que je me sentirais presque flatté. Je n’ai jamais eu l’occasion de voir Jared grandir et je crois que c’est mon plus grand regret. C’est vrai que je vais peut-être me rendre compte que c’est elle la femme de ma vie.

Il affichait un sourire taquin à son aimée, il n’allait pas tomber amoureux de sa petite, c’était inconcevable et totalement creepy. Mais il était content de pouvoir la taquiner. Ian était fasciné par les bébés, ils avaient ces regards et ces agissements qui ne trompaient pas. De petites boules d’énergies et de bonne humeur. Il n’avait jamais eu l’occasion d’en côtoyer beaucoup de près avant Evelynn et c’était en partie grâce à elle qu’il avait pris de l’assurance puisque jusqu’avant l’apocalypse il n’avait jamais passé de son temps avec des enfants en dehors de Jared lorsqu’il avait déjà dix ans.

- C’est vrai que je devrais passer un peu plus de temps avec elle aussi. Je suis tellement souvent avec toi que c’est presque si tu ne la délaisses pas. C’est avec plaisir que je passerais un peu de temps avec vous deux. Depuis le temps qu’ils me disent tous de lâcher un peu de lest à l’infirmerie, il serait peut-être temps que je le fasse vraiment et m’occupe de moi et de mes proches.

C’était avec plaisir qu’il l’aurait fait, maintenant qu’il avait vraiment l’impression d’avoir une famille. Son père et son fils étaient avec lui et il y avait même Thalia et sa fille. Évidemment Evelynn, n’était rien pour lui, mais il savait au fond de lui qu’il serait prêt à tout pour elle, comme il l’était pour sa mère. On pouvait lui compter bon nombre de défauts, mais une chose était sûre, il était prêt à se battre à sa façon pour toutes les personnes importantes autour de lui.

- Il faudra en effet, je suppose que tu es bien décidé à retourner faire des tours dehors et que tu as bien envie que je t’accompagne. De toute façon, je ne vois pas comment cela pourrait en être autrement. Je ne suis pas décidée à te laisser sortir toute seule. Je tiens bien trop à toi pour risquer que tu ne me reviennes pas.

Ian était sérieux, peut-être même un peu trop. Il se faisait peur lui-même avec ce genre d’information. Il affichait un petit regard inquiet, quand Thalia avait quelque chose en tête, il était simplement impossible de lui enlever de la tête. Il souriait alors que les doigts de sa douce parcouraient son torse.

- Tu veux dire en dehors de passer ma nuit avec mon ange ?

Il ne lui fallut pas longtemps pour que la chemise de Ian se fasse déboutonner et qu’il puisse embrasser Thalia. Il était heureux de la sentir contre lui, il savait très bien comment la soirée allait évoluer et il en était content.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Keep Calm and Carry On   Aujourd'hui à 4:58

Revenir en haut Aller en bas
 

Keep Calm and Carry On

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Keep Calm And Carry Swords
» (kip) calm and carry on !
» F ■ (Zooey Deschanel) Keep calm, and carry on !
» Carry On my wayward Son
» Carry On my wayward Son

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-