Partagez | .
 

 New Stage.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Ayden W. Forestier
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 201
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: New Stage.    Ven 23 Sep 2016 - 14:16

Elle ne s'était pas écartée contre toute attente. Le temps s'était stoppé pendant le baiser et il avait sentir la rousse se crisper puis se détendre petit à petit jusqu'à ce qu'il rompt le contact mais tout du long, elle ne s'était pas écartée. Était-ce une bonne nouvelle ou s'était-elle sentie obligée  ? Non... Si elle avait ressentie l'obligation, jamais il n'aurait eu l'impression qu'elle se laissait aller. Au bout d'un certain temps, alors que son palpitant s'excitait tant il était inquiet de cette main caressant sa joue, Ayden ouvrit les yeux et c'est avec énormément de tendresse qu'il constata que rien ne s'était brisé avec Rosaleen. Elle souriait. Sincèrement. Le français eut l'impression que cet échange avait sauvé une part de la belle quand elle se colla tout contre lui, le remerciant au passage, dans un souffle. N'étant pas doué de parole, il fit ce qui était à sa portée pour faire comprendre que les remerciements n'étaient pas de mises. Il enlaça délicatement la rousse et la serra paisiblement contre son coeur, lui caressant légèrement le dos et gratifiant son épaule d'un nouveau baiser.

Les minutes s'écoulèrent, les heures aussi et ils étaient encore enlacés. Leur relation prendrait un tournant mais ce virage se prendrait tranquillement. Pour une fois, d'ailleurs, le muet ne se laissait même pas submerger par ce flot de questions et de conséquences potentiels qu'engrendreraient l'exploration de ce chemin tortueux jusqu'au cœur de Rosaleen. Enfin... Non, il ne partait pas non plus a la conquête de son cœur tel un Christophe Colomb cherchant l'Inde. S'il fallait que ça arrive, eh bien... Cela se ferait, naturellement, sans précipitation. Oh et puis zut. Ne pas penser à ce genre de choses, profiter du moment present, sentir la chaleur de la rousse, son cœur, son souffle, sentir son odeur. Ça n'avait pas de prix. Un morceau de bonheur arraché au ciel, voilà ce que représentait cet instant. Alors, sans s'en rendre compte, le français s'endormi  entre les bras de l'européenne.



Quelques jours plus tard, l'illustrateur était de garde, réquisitionné le matin même alors qu'il était avec Ian pour leur rituel matinal, le café sans qui la journée serait forcément nulle. Il n'avait pas eu le temps de prévenir la litho-thérapeute qu'il ne viendrait pas, obligé de remplacer un des habitants, à la dernière minute. En ayant intégré les nouveaux principes du camp, ça ne dérangeait absolument pas le muet de se démener et de mettre du sien pour préserver les survivants. Cependant, midi arrivait et l'estomac du brun commençait  à réclamer sa collation. Il lui restait deux heures à tirer. Plus que deux...  L'arme à l'épaule, Ayden gardait son regard fixé sur les nombreuses ruelles, désertes, veillant patiemment au grain. Bien plus tard encore, il se proposa pour une mission de ravitaillement. L'équipe avait bien faillit y rester suite à une mauvaise manipulation, laissant alors un groupe de damnés déferlé sur la petite bande. En sauvant un de ses copains, le muet avait trébuché, se réceptionnant sur les mains, se blessant à la paume au passage. Sa main dégoulinant de sang, Ayden fit point de compression en se servant de son haut, l'imbibant d'hémoglobine. Le groupe avait pu s'en sortir, parfois de justesse.

Retour au camp, saints et saufs, le groupe se rendit aux infirmeries puis aux réserves. Le français, lui, attendait son tour et au détour d'un couloir, il tomba nez à nez avec la galloise. D'un regard désolé, il s'excusait silencieusement de se présenter en si piteux état et puis l'homme vint embrasser délicatement le front de la femme aux cheveux de feu, caressant de sa main valide la joue féminine.


You & I ? Why not ?
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: New Stage.    Mar 27 Sep 2016 - 11:41


''New Stage''
ft. Ayden




Les jours passaient et la petite routine de la Galloise se déroulait sans accroc. Le rapprochement soudain avec Ayden n'avait rien brisé à leur lien qu'ils avaient peu à peu tissé depuis son retour. Il venait encore la voir chaque jour, peignant par moment, l'emmenant un peu dehors par d'autres ; comme si rien n'avait changé. Rosaleen était soulagée de voir qu'il n'avait pas prit peur, qu'il n'avait pas choisi de lui tourner le dos. Elle n'osait pas encore se rapprocher un peu plus, préférant laisser faire le temps et ne pas brusquer les choses. Mais elle avait le sentiment qu'elle avait repris un peu pied, qu'elle était prête désormais à avancer à son tour, essayer de trouver une sortie dans ce néant.

Cette journée là, l'illustrateur n'était pas venu. La jeune femme n'avait pas pu s'empêcher de s'en inquiéter, elle avait même hésité à sortir, aller demander à telle ou telle personne s'il ne l'avait pas vu, mais elle s'était résignée. Le français avait aussi sa vie, elle ne devait pas se montrer envahissante à ce point, elle n'avait pas le droit de devenir un tel poids pour lui. Alors elle était restée dans sa chambre, zieutant par la fenêtre par moments, s'allongeant pour attendre à d'autres. Et le temps semblait passer avec une lenteur affolante.

Vers la fin de la journée, Rosaleen sorti tout de même de sa pièce et prit la direction du réfectoire ; peut-être pourrait-elle trouver un petit quelque chose à grignoter ? Elle n'avait pas faim mais elle n'avait rien mangé de la journée et commençait à se sentir un peu dans le vague ; prendre sur elle, affronter les gens, l'insécurité des couloirs du lycée, chaque pas lui semblait être une épreuve de plus qui lui donnait juste l'envie de prendre ses jambes à son cou et de rebrousser chemin. Mais elle ne pourrait pas rester éternellement cloîtrée dans cette chambre à attendre que des âmes charitables viennent s'occuper d'elle, la nourrir et l'aider à passer le temps. Viendrait bien un moment où elle devrait se débrouiller seule, c'était évident, et pourtant, cette perspective l'angoissait bien plus que ce qu'elle essayait de se persuader.

En soupirant, la jeune femme tourna sur sa gauche et c'est là qu'elle le vit. Adossé contre un mur, un air las flottant sur son visage. Le détaillant rapidement, elle ouvrit de grands yeux en voyant le sang sur son tee-shirt. Ni une ni deux, la rousse s'approcha du français, à peine rassurée par le baiser sur le front dont il venait de la gratifier. Posant ses doigts sur la tache sur le vêtement, ses yeux s'agrandirent un peu plus alors qu'elle aperçut la main meurtrie du brun.

« Qu'est-ce qu'il t'est arrivé ? Tu vas bien ? »

La panique dans sa voix était perceptible et elle n'avait pu contenir les léger tremblements qui l'animait. Et s'il y avait quelque chose de plus grave que sa main ? Quelque chose qu'il ne voulait pas lui dire et qui était irréversible ? Respirant difficilement tant l'angoisse lui comprimait le cœur, elle prit le français par sa main valide et se mit à marcher rapidement jusqu'à sa chambre. Là, elle referma la porte et le poussa jusqu'à une chaise.

« Tu es sûr que tu n'as rien d'autre hein ? Tu es sûr ? »

Prise par la panique grandissante, elle ne prenait plus la peine de signer, préférant inconsciemment les mots plus rapides afin qu'elle puisse, de ses mains, s'atteler à prendre de quoi soigner le brun. Imbibant un coton de désinfectant, elle prit la main meurtrie dans une des siennes et y appliqua le tissu pour ôter le plus gros du sang. Rosaleen essayait de respirer le plus calmement possible pour contrôler ses tremblements, elle essayait de ne pas être trop brusque et rester concentrée sur sa tâche. Cela fait, elle fouilla dans sa petite trousse et en sorti une crème qu'elle avait faite bien avant son arrivée ici ; en appliquant une couche généreuse sur les blessures du brun, elle acheva son soin improvisé en couvrant sa main d'un simple bandage. Maintenant qu'il avait à nouveau les mains libres pour pouvoir lui répondre elle reporta sur lui son regard où flottait toujours une certaine inquiétude.

Qu'est-ce qu'il s'est passé là dehors ? Je suis désolée de m'être emportée, mais j'ai vraiment eu peur de ne pas te voir toute la journée.

Baissant la tête d'un air désolé, culpabilisant de lui sortir ça de cette manière, elle regretta immédiatement ce qu'elle venait de signer. D'où pouvait-elle se permettre de lui reprocher cette courte absence ? Il n'avait aucun compte à lui rendre, elle devait s'ancrer cela dans son crâne. Secouant la tête, elle soupira une nouvelle fois.

Je n'aurais pas dû dire cela, pardonnes-moi. Je sais que tu as ta vie aussi, tu n'as aucune obligation de venir tout le temps.

Désormais en colère contre elle-même, la Galloise serra un peu les poings, supportant difficilement cette dépendance et s'en voulant de la lui faire ressentir.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Ayden W. Forestier
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 201
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: New Stage.    Jeu 29 Sep 2016 - 22:32

Si, de base, Ayden avait embrasser Rosaleen sur le front, c'était pour l'empêcher de s'inquiéter inutilement. Se couper la main, ça arrivait à tout le monde, après tout ! Pas de quoi faire tout un fromage. Pas d'autres bobos. Sauf que la jeune femme ne semblait pas du même avis que le brun. La muette n'attendit pas les explications de l'illustrateur, préférant l'éloigner de l'infirmerie. N'ayant pas vraiment le choix, le français suivit la galloise et se vit rapidement installé sur une chaise, cloîtré entre quatre murs qu'ils connaissaient bien. A la question de la femme, le muet répondit par la négation. Non, il n'avait pas de blessures mortelles. Juste la main ouverte à cause de son raté. Alors oui, il était passé assez proche de la mort mais ça, il éviterait de le dire à son amie qui était déjà affolée. Sagement, le dessinateur ne bougeait pas, laissant sa main traîner dans celle de sa compagne, parfois se crispant au soin qu'elle avait commencé à fournir. L'homme regardait longuement le travail minutieux que la rousse offrait et l'handicapé haussait un sourcil quand il constatait que l'entaille était profonde, chaque passage du coton au plus près des chairs meurtries tirant un soubresaut plus ou moins contrôlé au brun. La peau rougie du français se fit alors enroulée d'un simple bandage après avoir reçu la concoction de la petite soigneuse. Un sourcil naquit sur les lèvres de l'artiste tandis qu'il fixait paisiblement la belle, s'attristant intérieurement que le contact des mains ne se prolonge pas plus.

Ayden haussa une nouvelle fois un sourcil en comprenant les propos de l'européenne qui avouait son inquiétude face à l'absence du muet puis il assistait à ses sempiternels excuses. Il savait bien qu'elle n'appréciait pas l'idée de dépendre des autres, qu'elle avait l'impression d'être un boulet dans la vie des personnes qui comptaient vraiment à ses yeux et qu'il arrivait qu'elle pense que sa présence ne faisait que du mal aux autres. Et comme à chaque fois que son amie s'excusait le français soupira. De sa main valide, l'homme vint glisser ses doigts entre ceux de la rouquine, les attirant jusqu'à sa bouche pour embrasser délicatement sa main, la serrant tendrement au passage pour qu'elle puisse se calmer. Avant de rendre sa liberté à la jeune femme, l'européen prit l'initiative de croiser le regard clair de la thérapeute. Une fois qu'il pu avoir l'attention de la demoiselle, l'illustrateur mit les mains devant lui, tentant de signer malgré sa peau tirant sous le bandage, malgré les piques de douleur que lui procurait le mouvement des doigts de la langue qu'il partageait avec la rousse.

- Rosie, combien de fois vais-je devoir te dire que tu dois arrêter de t'excuser. C'est à moi de le faire, je n'ai pas eu l'opportunité de te prévenir qu'on m'avait réquisitionner pour monter la garde en début de journée et puis, après treize heures, on m'a envoyé en ravitaillement. On a fait une erreur et une vague de ces...

Petite pause s'imposant, sa main le faisant bien trop souffrir pour qu'il poursuive. Un instant, il attendit que la douleur s'estompe pour reprendre la communication. Il se retint même de secouer sa main, comme les enfants, pour estomper plus rapidement le désagrément.

- Pardon. On a fait une erreur et un groupe de... Marcheurs nous est tombé dessus. On a fuit assez rapidement. Je suis tombé sur quelque chose de tranchant et ça m'a ouvert la main. Je me suis servi de mon haut comme éponge et voilà. On est rentrés et tu m'as soigné.

Bon, certes, il avait volontairement oublié de faire mention du passage où il s'était élancé vers son pote sur le point de se faire croquer, histoire de l'aider à s'en sortir, quitte à y passer lui-même. Heureusement, son sacrifice n'était pas arrivé et tous avaient pu rentrer sains et saufs. Ayden se leva un moment pour tirer une chaise à ses côtés et fit en sorte que la belle s'installe. L'illustrateur se décala pour pouvoir faire face à la femme et tenter de prévoir chacune de ses réactions. Pas question qu'elle se renferme dans l'inquiétude et encore moins qu'elle se mette à croire allez-savoir-quoi. L'artiste mouvait légèrement les jambes afin que ses genoux se frottent doucement contre ceux de la rousse, pendant que lui souriait. Tout était prétexte à être proche de son amie. Même s'il ne cherchait pas spécialement à forcer leur rapprochement, il se permettait des choses qu'ils n'auraient pas fait autrefois. Il fallait qu'il se l'avoue aussi, dehors quand le tsunami de macchabées s'était abattu dans les rues, il s'était mis à croire que son dernier jour venait et que son dernier souffle s'envolerait. Le muet avait alors eu toutes ses pensées se tournant vers la galloise qu'il n'avait pas eu de nouvelles de lui. Comment aurait-elle prit le fait qu'il disparaisse sans qu'ils aient pu partager un dernier instant ensemble ? Pour lui, si les choses avaient été différente, il savait qu'il n'aurait pas supporter et se serait probablement laisser aller à la déprime.

La chambre de Rosaleen, Ayden y passait tellement de temps qu'il possédait même un petit coin à lui, avec quelques ustensiles de dessins. Le muet se releva et se dirigea vers son petit antre afin de récupérer un feutre. Revenant face à la litho-thérapeute, sa main libre récupéra l'un des siennes. Le brun posa la main féminine à plat sur sa cuisse puis il déboucha son objet d'écriture, venant enfin dessiner un visage souriant sur le dos de la mimine, lui-même ayant la banane, se voulant toujours rassurant.

- Cesse de te faire du soucis, tu vas te rendre malade. Je vais bien. Tout le monde va bien. Je suis là maintenant et je ne te laisserai pas. Sauf si tu me mets dehors. Alors fais comme le bonhomme et souris ! Sinon, je te dessine partout où je peux !

Ok, cette menace était craignos mais si elle ne le croyait pas capable de le faire, il lui prouverait le contraire, quitte à lui faire des petits nuages sur la figure. Sourire, il fallait qu'elle se mette à sourire. Déjà, rien que pour que lui, puisse se rassurer. S'il refusait de l'avouer, il la ressentait encore, la peur qui lui tenait les entrailles. Il avait tellement faillit y passer cette fois...


You & I ? Why not ?
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: New Stage.    Sam 1 Oct 2016 - 12:11


''New Stage''
ft. Ayden




Se culpabilisant un peu de son attitude, la Galloise n'avait de cesse de se sermonner intérieurement ; elle savait bien que le muet ne venait pas par obligation, mais elle craignait qu'il se sente pris dans un engrenage où il n'oserait plus faire marche arrière et s'éloigner. Elle le laissa prendre sa main et y déposer un baiser, relevant légèrement son visage vers lui. Étrangement, le brun avait ce don de la calme, lui ôter en un instant toute appréhension, il était si calme avec elle, si avenant ; sentir sa main serrer la sienne acheva d'envoyer balader ses inquiétudes un peu plus loin. Il était là pour le moment, c'était tout ce qui comptait.

Laissant à regret retomber sa main quand il la lâcha, elle se tint légèrement à la table avec, toujours debout en face de lui. Et elle l'observa signer, se concentrant sur ses signes en essayant de ne pas s'inquiéter des petites mimiques de douleur qui déformaient parfois son visage. La jeune femme avait hoché la tête quand il lui intima de ne pas s'excuser ; elle le faisait bien trop, elle en était consciente, et s'en agaçait elle-même. Rosaleen ne se formalisa pas de l'absence improvisée du brun, il devait monter la garde, quoi de plus normal ? Étant totalement détaché de tout cet aspect de sécurité, la Galloise oubliait parfois que oui, la plupart des personnes ici surveillaient constamment les alentours.

Elle ne pu s'empêcher de se crisper quand Ayden annonça qu'il avait dû sortir pour un ravitaillement. Ils avaient fait une erreur ? Quelle erreur ? Serrant dans sa main gauche le bas de son propre pull, elle essayait de ne pas montrer son inquiétude. Mais maintenant qu'elle savait comment c'était dehors, qu'elle l'avait vu de ses propres yeux... elle craignait le pire, et savoir que l'illustrateur était sorti, qu'il aurait potentiellement pu ne jamais revenir, souleva en elle des craintes difficilement contrôlables. Mais elle continuer à déceler ce qu'il lui signait, sans broncher, faisant une petite moue quand elle l'avait vu s'arrêter à cause de la douleur dans sa main. C'était à cause d'elle qu'il signait, parce-qu'elle lui avait demandé des explication, mais ça ne devait pas être très agréable pour lui. Quand il arriva finalement à la fin de son récit, elle hocha la tête, un peu nerveuse.

Je suis contente que tu sois rentré.

Le suivant du regard quand il se leva pour lui chercher une chaise qu'il plaça juste en face de la sienne, elle s'y assis en souriant légèrement en guise de remerciement. Et elle planta son regard dans le sien, penchant légèrement la tête sur le côté et se concentrant pour essayer de ne pas penser à ce qui aurait pu arriver là dehors. La seule présence d'Ayden l'aidait à se sentir en sécurité, un peu moins vide, même quand ils ne faisaient rien ou qu'ils n'étaient pas en pleine discussion, elle appréciait ces moments. Souriant légèrement quand ses genoux vinrent se coller aux siens, la rousse posa les yeux sur sa main blessée ; ç'aurait pu être pire, bien pire. Heureusement le brun se leva, ne percevant ainsi pas le trouble qui s'était immiscé dans le regard clair de la jeune femme. Il revint quelques secondes après, affublé d'un feutre, et s'attela à prendre la main de Rosaleen pour dessiner dessus. Elle fronça légèrement les yeux plus par curiosité que par énervement.

« Qu'est-ce que tu fais ? »

Se penchant un peu en avant pour voir le sourire dessiné sur sa main, elle observa en restant un peu interdite, partagée entre l'envie de rire et et la surprise. Reportant son attention sur les signes du brun, elle se sentie encore un peu plus rassurée et, pour masquer son sourire naissant, déposa la main avec le sourire juste devant sa bouche.

« Ca va là ? Il sourit pour moi ! »

S'imaginant à quel point elle devait être ridicule, elle ne pu retenir un rire avant d'approcher la main au sourire jusqu'à la bouche de l'illustrateur. Voilà, comme ça, il avait l'air aussi idiot qu'elle pendant quelques secondes. Secouant la tête en souriant légèrement, elle glissa une mèche de cheveux derrière son oreille de sa main libre, et laissa retomber Mr. Sourire sur le genoux du brun. Il n'y avait pas à dire, Ayden trouvait toujours les petits quelques choses pour la mettre de meilleure humeur, lui faire oublier un peu ce qu'était désormais le monde et l'horreur de ce qu'elle avait subi en y sautant bêtement à pieds joints. D'un geste instinctif, elle se releva doucement de sa chaise, ouvrit ses bras, en encercla les épaules du français, déposant sa joue contre la sienne ; Rosaleen était soulagée qu'il soit là, qu'il ne lui soit rien arrivé dehors. Elle soupira légèrement avant de se reculer, les joues légèrement rosies, souriant toujours au brun.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Ayden W. Forestier
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 201
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: New Stage.    Dim 2 Oct 2016 - 22:44

La surprise de Rosaleen offrait un réel plaisir à Ayden. Il adorait voir la demoiselle dans des états changeants, divergeant de la tristesse ou de la morosité. La voir sourire, s'amuser, c'est ce qu'il appréciait quand ils étaient ensemble. Il ne s'attendait plus à retrouver la rousse d'antan mais la voir reparaître restait un petit morceau de bonheur, telle une denrée rare. Avec elle, l'homme oubliait la frayeur qu'il avait eu quelques minutes auparavant, se concentrant plutôt sur le dessin devant la bouche de la thérapeute, ajoutant ainsi un sourire à son doux visage, le rendant au passage au muet puisque son amie prenait la peine de jouer le jeu, lui retournant ainsi la petite bêtise. Le français se retrouva alors avec la main de la galloise devant la bouche et s'il ne se retenait, il se serait laissé aller à embrasser la paume qui lui était présentée. A la place, l'homme préféra sourire bien plus. Toutefois, l'illustrateur fut surpris de la réaction de la demoiselle. Elle venait de l'enlacer et collait son visage contre celui de l'artiste, tout ça, volontairement sans qu'il l'ait attiré. Depuis qu'il connaissait la jeune femme, pas une fois elle n'avait eut ce genre de gestes tendres vis à vis de lui. Une caresse, une bise, tout au plus mais pas de... câlin. Le temps de penser à cette marque d'affection, la rousse s'était reculée, faisant face à l'handicapé, les joues rosies mais toujours souriante. L'homme ne pu s'empêcher de se demander ce que ressentait la belle à cet instant précis avant de se maudire de se poser trop de questions. Dans un geste tendre, il vint prendre la jeune femme par le poignet et l'attira contre lui pour la faire asseoir sur ses genoux. Doucement, il l'invitait à se coller contre lui afin que l'étreinte soit intense. Pouvait-elle sentir le cœur du dessinateur battre à toute allure ? Même lui sentait que les battements étaient si violents que le palpitant pourrait tirer sa révérence. Entre les bras de l'européenne, le visage au creux de son cou et yeux fermés, Ayden relâchait les tensions de son corps, soupirant de soulagement. Il laissait s'évaporer toute la peur et le stress qu'il avait ressenti dehors, si proche des mâchoires ennemis. Là, il se sentait à sa place, en sécurité. C'était aussi pour ça qu'il voulait la protéger.

Deux à trois minutes après l'étreinte, où il avait serré un peu plus la belle contre lui sans s'en rendre compte, l'homme libéra enfin la rousse de son emprise, lui laissant le choix de rester contre lui ou de retrouver sa place, juste en face. Le temps qu'elle se décide, il était resté immobile, profitant de l'odeur de ses cheveux et de sa peau. Il aurait été tellement facile, à ce moment là, de lui voler un baiser mais une gêne encore empêchait le muet de s'aventurer sur ce terrain. Plusieurs gênes en réalité. D'abord Fawn, la meilleure amie de Rosaleen, pour qui l'artiste avait encore des sentiments puis Ian, l'ex-compagnon de la rousse qui se trouvait être, depuis l'apocalypse, le meilleur ami du français. Et puis surtout, Rosaleen et sa "guérison". L'idée que la rousse accepte tout échange avec lui uniquement parce qu'elle se sentait reconnaissance de sa présence, brisait quelques peu le cœur du brun. Aussi, de lui-même, finalement, il se défit de la jeune femme, reculant le visage pour observer de ses iris bleues la galloise. Délicatement, il lui remit une mèche de cheveux derrière l'oreille et lui offrit un sourire, soulagé et inquiet à la fois. Il voulait lui dire. Lui dire qu'il avait prié pour que cette journée ne soit pas son dernier jour, prié pour pouvoir apercevoir encore ce sourire sur les lèvres de la femme contre son torse, prié pour pouvoir vivre quelques heures de plus avec elle. Lentement, la main du muet se colla sur la joue encore rose et c'est une caresse pleine de tendresse qui vint frotter la peau de la dame. Il aurait été si facile de lui voler un second baiser...

Les yeux d'Ayden s'étaient posés une seconde sur les lippes de l'européenne puis s'étaient détourner afin de ne pas céder à cette envie qui le prenait comme la première fois qu'il avait pu goûter à ses lèvres. Sagement, il vint poser un chaste baiser sur le bout du nez de son amie puis il se mit à regarder dehors en repensant à sa journée, soupirant pour lui même. Il devait se changer les idées. Le feutre traînait encore à côté d'eux. L'homme s'en empara et le fit lentement tourner entre ses doigts comme pour trouver que faire en attendant que le temps passe. Et pourquoi devait-il passer de toute façon ? Il était bien là, avec elle et c'est tout ce qui importait, non ? Coupant court au début des réflexions dans son esprit, l'illustrateur se contenta d'observer en détail le visage de la belle, afin de graver un peu plus clairement le faciès dans son esprit déjà bien habile grâce à la mémoire photographique. Son palpitant ne se calmait pas et l'observer, avec un petit sourire en coin, lui faisait monter la chaleur jusqu'aux oreilles. Heureusement que sa barbe était encore présente sur ses joues, sans quoi, la jeune femme aurait pu le voir rougir. Gêné, il l'était puisque habituellement, il ne la fixait pas aussi longtemps et surtout pas quand elle était aussi proche... Est-ce qu'il ne faisait pas chaud d'un coup ? Avalant difficilement sa salive, Ayden détourna ses yeux de Rosaleen pour fixer un point dans le vide, à défaut de pouvoir faire la conversation à cause de sa blessure.


You & I ? Why not ?
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: New Stage.    Lun 3 Oct 2016 - 11:04


''New Stage''
ft. Ayden




Rosaleen ne savait plus vraiment où se mettre, elle se sentait gênée d'avoir enlacé le brun bien qu'elle n'en ressentait aucun remords ; elle en avait eu besoin, envie, et le brun, même s'il n'avait pas été des plus coopératifs, ne l'avait pas repoussée. Elle s'était apprêtée à se rasseoir quand il la tira par le poignet pour qu'elle revienne. S'installant timidement sur ses genoux, la rousse le laissa l'enlacer et repassa à son tour ses bras autour de son cou, déposant cette fois-ci sa joue contre ses cheveux en regardant le mur peint juste à côté. Ils s'étaient un peu rapprochés avec le temps et, petit à petit, la jeune femme n'était plus angoissée quand elle sentait sa main sur la sienne, ou son bras dans son dos ; au contraire, elle appréciait même ces petites attentions. Alors elle lui rendit son étreinte et remonta une main jusqu'à sa nuque, jouant d'un air distrait avec ses cheveux courts. Ayden semblait se détendre un peu.

Quand il se recula, la Galloise n'eut d'autre choix que de quitter la chaleur rassurant de ses bras. Elle resta néanmoins sur ses genoux en le regardant d'un air un peu gêné, ses joues toujours aussi roses ; est-ce qu'il voulait qu'elle parte ? Peut-être était-elle trop lourde ? Il n'avait pas l'air de la regarder comme si elle l'embêtait. Alors elle resta, gardant une main autour de son cou, caressant toujours inconsciemment la nuque de l'illustrateur. Il avait l'air soucieux... à quoi pouvait-il bien penser ? Rosaleen fronça légèrement les sourcils, inquiète de ce qui pouvait tracasser le français. Elle se dérida cependant rapidement quand il vint replacer une mèche de cheveux derrière son oreille, souriant malgré son air inquiet.

Elle s'était mise à chercher ses mots mais les perdit tous quand il approcha son visage du sien et déposa un petit baiser sur son nez. Souriant un peu plus, la rousse se le frotta machinalement de sa main libre, celle avec Mr Sourire. La situation était presque étrange. Elle se sentait bien là, auprès de lui, en sécurité, mais elle était bien consciente qu'ils n'allait pas pouvoir rester là éternellement à se regarder dans le blanc des yeux. Toutefois, cette proximité, bien qu'agréable, avec quelque chose de bizarre ; une petite partie d'elle, celle qui n'arrivait pas à ne pas détailler le visage du français, lui intimait de rester là, de se rapprocher encore un peu. Tournant légèrement la tête quand il prit le stylo pour le faire tourner entre ses doigts, elle se sentit à nouveau rougir en s'apercevant que l'homme ne la quittait pas des yeux. Son cœur battait fort, elle se sentait un peu nerveuse et complètement ailleurs. Plus rien d'autre ne semblait compter à cet instant précis, rien d'autre que lui.

Levant sa main droite, elle la déposa sur la joue barbue de son partenaire et caressa sa pommette du pouce, tout doucement, sans le quitter des yeux. Elle avait arrêté de respirer sans même s'en rendre compte pendant de longues secondes, jusqu'à prendre une profonde inspiration. Là, elle approcha son visage et déposa son front contre le sien en fermant les yeux, sa main toujours sur sa joue et l'autre dans sa nuque.

« Qu'est-ce qui te travaille, Ayden ? »

Le français n'aurait peut-être pas envie d'aborder le sujet, pas avec elle, ni avec personne, mais elle avait bien remarqué cette petite pointe d'inquiétude dans son regard et espérait que ce n'était rien de grave. Elle avait d'ailleurs chuchoté la question plus pour elle-même que pour une réelle réponse, ne souhaitant pas que l'homme se sente obligé de lui répondre. Ouvrant les yeux sans décoller son front du sien, elle plongea son regard dans ses yeux clairs, essayant de lire en eux. Un peu plus et elle pourrait s'y noyer, oublier encore un peu le monde et tous ses maux. Laissant descendre sa main droite jusqu'au torse du brun, elle la laissa là et continua à le regarder, le souffle court. Que se passerait-il si elle s'approchait encore un peu et déposait sur les siennes ses lèvres ? Et s'il la repoussait ? Peut-être que c'était cela la cause de ses tracas... Expirant silencieusement, la Galloise serra entre ses doigts le pull du muet et exerça une légère pression sur sa nuque, l'approchant encore un peu jusqu'à frôler de ses lèvres les siennes. Se mordillant un court instant la lèvre inférieure, la rousse se décida enfin à l'embrasser, s'accrochant encore un peu plus à lui de peur qu'il ne s'en aille. Elle se recula après quelques secondes, les joues en feu et la respiration saccadée tant son cœur s'emballait. N'ayant toujours pas lâché le bout de tissu entre ses doigts, ses yeux étaient empreints d'un mélange de joie, d'envie et d'hésitation. Et maintenant ? Qu'est-ce qu'elle pourrait bien faire ? Rosaleen se sentait tellement gênée qu'elle se serait volontiers cachée dans un trou de souris. Elle avait entrouvert la bouche pour parler, dire quelque chose, s'excuser, mais aucun son n'en était sorti.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Ayden W. Forestier
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 201
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: New Stage.    Lun 3 Oct 2016 - 19:30

Ayden se sentait bien avec la rousse contre lui, la main féminine sur sa nuque le faisant frissonner à chaque délicate caresse. Un des bras du muet enlaçait encore la femme alors que son autre main poursuivait le jeu avec l'objet d'écriture, les yeux azurés fixant toujours le visage angélique de la galloise. Il adorait la voir aussi sereine, aussi calme. Le français retint un sursaut quand la sa compagne vint poser sa main libre contre sa joue tant il était obnubilé par la contemplation. Légèrement, il se mit à frémir à ce pouce sur sa pommette et quand elle vint poser le front contre le sien, il ne pu que fermer les yeux, soupirant de bien-être. Elle était si proche... Si proche qu'il en avait le souffle coupé et le coeur qui recommençait à s'emballer. Bon sang, il finirait par avoir une attaque à cause des nombreux changement d'état, un coup calme, un coup trop excité, si l'on pouvait dire ça ainsi. Le chuchotement de la jeune femme fit un peu froncer les sourcils à l'illustrateur. Ainsi donc elle avait comprit qu'il se torturait l'esprit avec ses questionnements, qu'il se prenait la tête dans l'espoir de comprendre ce qu'il devait et pouvait faire. Mais il n'avait qu'une envie, répondre un "Plus rien ne me tracasse" à la demoiselle. A la place, il ouvrit les yeux et croisa bien assez vite le regard de la thérapeute. C'est un petit sourire qui répondit à sa question, alors qu'il laissait tomber son stylo par terre, ratant un battement quand la douce mimine glissa sur son torse. Non, plus rien ne le tracassait alors qu'il effleurait désormais les lèvres de la rousse. D'un coup, il oubliait tout. Sa journée pourrie, la douleur à sa main, le sang séché imbibant son haut, oubliant même, pour le coup, de respirer tant la proximité le perturbait.

Un baiser. Un seul et unique. Court mais extrêmement tendre. Instinctivement, l'homme vint poser sa main libre sur les côtes de la femme, la serrant délicatement contre lui alors qu'il répondait positivement à l'échange. Une nouvelle fois, elle venait briser le mur de doute qu'il dressait silencieusement, en l'espace d'un instant. Quand elle se recula, l'artiste revint chercher le regard de sa belle pour essayer de comprendre son acte. Il était surpris, certes mais il devait avouer que ce geste venait de le mettre en sûreté. Le pouce du brun vint doucement caresser le coin de la bouche féminine et tendrement il revint lui voler un geste d'affection. Affection était-il le bon mot ? Probablement qu'instinctivement, il aurait pu lâcher trois petits mots s'échapper. Ces trois petits mots qu'il redoutait de dire à chaque femme qui s'emparait de son coeur. L'amour ? Eh bien ça lui faisait peur depuis son expérience concrète. Et puis la perte de Fawn alors avec Rosaleen... Mais pourquoi se poser cette question dans l'immédiat alors que tout ce qui importait était eux, rien qu'eux. A son tour, il remonta une main sur la nuque de Rosaleen, profitant de la douceur de ses lippes, les goûtant encore et encore avec une tendresse infinie. Ayden embrassait l'européenne jusqu'à plus de souffle, la libérant finalement en gardant son visage tout proche du sien.

Le coeur du franco-américain avait reprit de la vitesse alors que son souffle était court. Un sourire vint marquer le visage du dessinateur tout en calant ses mains au niveau de la taille de la femme. La galloise ne savait absolument pas l'effet qu'elle faisait au muet, elle n'imaginait pas à quel point sa raison combattait les sentiments naissants. Calme, il était calme et c'est un chaste baiser qu'il colla à la joue de la demoiselle, revenant au final cacher son visage dans le cou de la belle, gratifiant sa peau d'une la caresse de son souffle chaud. Il pouvait rester ainsi pendant des heures, se sentant capable de s'abandonner entièrement entre ses bras. A la place, le muet releva le visage pour voler un nouveau baiser à la rousse. Il se lâchait énormément d'un coup alors qu'il était réticent, quelques minutes auparavant, à l'idée de le faire mais elle venait de lui laisser le champ libre et il s'y engouffrait timidement.

A l'instant précis, il pouvait clairement le penser, que plus rien ne le tracassait. La galloise avait ce don d'étouffer dans l’œuf le pessimisme dont il faisait souvent preuve, les incertitudes qui l'empêchaient de foncer droit dans le mur et sa crainte d'être bloqué. Là, il oubliait tout ça, il souhaitait qu'une chose. L'avoir elle, pour maintenant et pour toujours.


You & I ? Why not ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: New Stage.    Aujourd'hui à 19:25

Revenir en haut Aller en bas
 

New Stage.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Stage
» Stage étranger
» Stage AMHE au Mans - 3 et 4 décembre
» Stage de 3ème
» TUTORIEL: Nouveautés Stage Editor PCM 2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-