Partagez | .
 

 The Innocent Criminal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Auteur
Message
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 348
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Sam 24 Sep 2016 - 0:02

« Non, un coca aussi ça sera super ! » Eviter la Tequila. Ne pas finir saoule chez des gens. Ne pas se taper la honte. Jusqu'ici, elle savait que tout allait bien. Elle avait réussi à parler avec la mère d'Hernando, eu une brève conversation avec Juan, il n'y avait bien que Rafael qui semblait distant, mais seulement parce qu'il était dans le passage adolescent, trop occupé à faire la moue qu'autre chose. Le cadet faisait tout ce qu'il pouvait pour la mettre à l'aise, une brève discussion s'engagea entre les deux au sujet de son métier, et il se permit même de la questionner sur comment il pourrait devenir éducateur à son tour. Reese lui confia ce qu'elle savait, alors que Hernando s'éclipsait soudain pour aller servir tout le monde.

« Pourquoi mon frère veut pas qu'on parle de ta famille au juste ? » Lui souffla Rafael de but en blanc en la regardant dans les yeux. Oh, il avait été très direct, surveillant le retour du plus grand de la fratrie avec une certaine impatience. Il passait du couloir à elle en trépignant presque sur place, alors que Juan affichait de gros yeux interdits par l'audace de son grand frère. « Il a dit qu'on devait pas- » Coupé ! « Avant qu'il revienne ! lui souffla Raf en guettant son aîné. Et toi tu dis rien ! » Fit-il à son grand frère en le menaçant presque d'un regard aussi terrifiant que celui de l'aîné des Alvarez. Reese eut un petit rire crispé. Au moins, c'était sans détour, et il n'y aurait pas de malaise pour la suite ! A part si Maria commençait elle aussi à lui poser des questions. Dans ce cas, elle y répondrait sans gêne, un peu comme elle le fit maintenant : « J'en ai pas ! » Et elle haussa même les épaules avec un sourire contrit, alors que Rafael ne semblait pas comprendre. Comment ça, pas de parents ? Alors comment c'était possible ? Elle regarda Juan, qui lui fit rapidement la connexion, se penchant à l'oreille du plus jeune pour lui expliquer. Hernando revenait juste à ce moment-là, pouvant admirer la mine un peu gênée de son benjamin, et le sourire que Reese lui lança et qui signifiait, en gros, que c'était pas grave.

Hernando n'eut droit à aucune explication. Elle le remercia pour son verre avant de remarquer que lui se retrouvait les mains vides sur le moment. « Tu ne bois rien ? » Demanda-t-elle au jeune homme avec un petit sourire taquin. Distrait, le garçon. Comme ça, elle n'était apparemment pas la seule à appréhender le déjeuner. Elle ne perdit pas sa risette, les yeux brillants en le regardant, alors que le benjamin semblait décider à sortir de sa bouderie pour se montrer un poil plus sociable : « Il a la tête ailleurs » se moqua Rafael en regardant son frère, avant que ses yeux ne passent de lui à son invitée pour être parfaitement explicite.

Reese fit comme si de rien n'était, comme si elle ne comprenait pas d'ailleurs.Les sourcils froncés, elle comprit que Rafael ne retenterait pas une offensive pour la mettre mal à l'aise tout de suite, qu'elle avait un petit peu de répit en attendant. Pas un caractère facile, le dernier. Mais elle reconnaissait là un trait de caractère qu'elle retrouvait chez Moxley, de temps en temps. Quand une question était à éviter, il y allait, les deux pieds dans le plat. Ça ne l'impressionnait pas vraiment ; elle changea plutôt de sujet, comme pour éviter à Hernando un moment de gêne pour sa part : « T'as vu, j'ai bien révisé mes cours ! » Fit-elle, pas peu fière. « En fait j'ai passé ma semaine à parler avec ma voisine. À ma fenêtre. C'était bizarre mais très instructif. »

Oh, la scène était à voir pourtant. Reese, assise sur le bord de sa fenêtre, et madame Garcia penchait à la sienne en train de lui parler avec sa fille. Elles se rapprochèrent ainsi, pas plus mal après des années à vivre l'une au-dessus de l'autre. Elles avaient l'air ravies d'apprendre qu'elle fréquentait un latino, même simplement amicalement pour l'instant. Sa fille avait même demandé s'il avait des frères, mais sur le moment Reese n'en savait rien. Elle pourrait revenir ce soir avec une réponse. Ce qui causerait bien du soucis à sa mère, elle le savait. « Enfin, c'est pas trop ça, il y a certains mots avec lesquels j'ai du mal. 'Novia' c'est quoi ? » Fit-elle en se tournant vers Hernando, tout à fait innocemment. Le garçon eut un peu de mal à sortir la traduction, il y eut un « euuuh » un peu long. Juan pouffa dans son coca, et le second roula des yeux avant de prendre les devants : « Ce que tu es pour lui, quoi ! » Fit Rafael en prenant un morceau de l'entrée de sa mère, assez nature peinture.

« Ce que je suis ? » Interrogea la petite brune en portant son verre à elle, pile avant que ses neurones se connectent enfin et qu'elle réalise. Rafael eut un regard insistant. Elle s'étouffa en comprenant, avalant de travers. Du coca lui remontant dans le nez à moitié, elle crut se noyer sur le moment avant de demander du secours à Hernando d'un regard suppliant. Elle était en train de mourir là ! Elle ne s'y était pas attendue, enfin... Pas comme ça ? Qu'avait-il dit à sa famille ? « Oh » fit-elle d'une voix faible en essayant de rassembler ses esprits. « Oui, d'accord. Enfin... Pas encore quoi. » Rattrapa-t-elle à sa manière avec un sourire en coin. "Pas encore."

Et elle évita sagement le regard de Hernando, à côté, qui, elle le sentait, de se trouvait pas forcément très à l'aise. Elle même commençait à avoir très chaud aux joues. Elle se sentait bouillir, en fait. Fort heureusement, Maria hurla de sa cuisine que c'était bientôt prêt, et elle revint vers eux pour profiter aussi de la conversation. Sauvée !



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 493
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Sam 24 Sep 2016 - 1:07

« Hein ? Quoi ? Ah bah si, oui, je – bafouilla-t-il en indiquant la direction de la cuisine avec sa main – Je reviens. » Mais bon Dieu, qu'était-il entrain de lui arriver ? Il était entrain de perdre ses moyens, ce n'était pas normal, ce n'était pas habituel, ce n'était pas agréable, ce n'était... Non, ce n'était pas possible, il fallait se ressaisir. Là, rien à voir avec l'image qu'il pouvait se donner vis-à-vis de la brune ou de ses frères, il s'agissait uniquement de lui qui n'arrivait plus à rien. Hernando se précipita en cuisine et revint avec un verre rempli de Coca étant donné que personne ne prenait de l'alcool, autant éviter de passer pour un pochetron.

Ah ça pour le voir, il l'avait vu ! Et pour le coup, ça ne l'arrangeait pas tant que ça, pas aujourd'hui en tout cas où aucun message ne pourrait être passé sans que la jeune femme comprenne, au moins en grande partie, la conversation. « Oui, j'ai r'marqué – commença-t-il à répondre en marquant une brève pause afin de toussoter comme pour reprendre le contrôle de ses émotions – Ca m'fait vraiment chaud au cœur, en plus, tu peux parler directement avec maman comme ça. » Maman. Rien qu'à s'entendre le dire, il se serait frappé. Avait-il que ce sujet de conversation à la bouche ou avait-il développé le complexe d'Œdipe ? Aucun des deux, heureusement, mais il y avait de quoi se poser la question.

Personne ne l'avait relevé en tout cas et Hernando commençait enfin à se détendre. Buvant une gorgée, il reposa le verre et passa sa main sur son front pour le rafraîchir. Il pensait que le plus dur venait de passer, que le reste du repas allait se dérouler comme il l'avait prévu, comme il fallait qu'il se passe, sauf qu'on ne pouvait rien prévoir. Et c'était exactement ce qui allait arriver via la question de vocabulaire posée par Reese. Pourquoi ? Vraiment, pourquoi novia ? T'aurais pas pu m'demander c'que voulait dire queso, judía, andamio ou n'importe quoi d'autre? Si la question était de base gênante, elle l'était d'autant plus en présence de ses frères, le latino les regarda et, bizarrement, il savait sur qui il devait appuyer ce regard ; Rafael. Et évidemment, ce coño se précipita dans la brèche. L'aîné baissa les épaules en regardant vers la cuisine où l'avocate ne pourrait pas voir sa mine déconfit. Bah oui forcément ! Nan, mais j'vais t'défoncer tu vas pas comprendre c'qui va t'arriver ! Ou alors j'te jette dans une arène d'combats d'chiens d'rue. Ouais ça peut être pas mal ça ! J'sais pas où y en a, mais pas grave, j'la creuserai moi-même s'il faut. » Hernando dévisageait le dernier de la fratrie. En revanche, il ne se rendait pas du tout compte qu'il gesticulait dans tous les sens comme si il était entrain de formuler à haute voix tout ce qu'il était entrain de penser. Basculant tantôt la tête sur le côté, tantôt en l'air, tout en agitant ses bras. Digne d'un mime !

Prenant sa tête à deux mains, il regrettait amèrement d'avoir tant insisté pour inviter Reese. Tout était entrain de se foutre en l'air, il avait imaginé différents scénarios, même des catastrophiques, mais celui-là, il ne l'avait pas vu venir. « Nan, mais l'écoute pas, il dit n'importe quoi c'gosse ! – cherchant l'approbation de l'intéressé avec un regard noir, il reprit – C'est pas c'que t'es pour moi, c'est.. » Bras droit levé, puis le gauche. Hochement d'épaule et de tête, puis les deux bras en l'air. Rien. Rien à faire, il ne voyait pas comment rattraper le coup. Heureusement, le plus malin des Alvarez prit les paroles Merci seigneur ! « C'est un mot pouvant signifiait un certain attachement à une personne que l'on apprécie, vraiment. Beaucoup. Enormément. » développa-t-il en riant. Nan Juan, pas toi, tu m'trahis là ! T'es pas comme ça normalement, si même toi tu t'y mets, comment j'm'en sors ?! En fait, j'vais en prendre un pour taper sur l'autre et vous j'ter dans une fausse où vous combattrez, ce s'ra l'plus simple. Et j'vois pas d'autres solutions de toute façon. – Reese ne mit pas longtemps à comprendre, pour le plus grand désespoir de Hernando – ''oh'' ? C'est pas bon signe ça... Forcément qu't'as compris maintenant. J'suis foutu, j'le savais ! Et en plus tu dis pas encore ! Ah bon ? Ca veut dire... Enfin, nous.. Toi... pensa-t-il en la regardant alors qu'elle détournait son regard.

Maria arriva et les invita à table. Un peu de répit pour tous les deux, normalement, parce qu'en connaissant sa mère, le latino ne parvenait pas à savoir si le pire était passé, ou si, il était à venir. « Je vous ai préparé quelque chose de simple, mais typique et excellent, du Arroz Con Gandules. Il est composé de riz, de pois, de jambon fumé et d'une sauce hispanique. J'espère que vous allez aimer parce que mon petit Hernando ne m'a ni dit à quoi vous étiez allergique, ni ce que vous n'aimiez pas. » expliqua-t-elle en tapotant l'épaule de l'aîné qui, s'il le pouvait, aurait creusé un tunnel jusqu'en Europe pour fuir, en embarquant Reese avec lui. Les doutes quant à la tournure des événement étaient entrain de se justifier. La mère voulait bien faire, mais comment aurait-il pu savoir tout ça alors qu'ils s'étaient vu que deux fois ? « Maman, s'il te plaît... J't'ai déjà dit que Reese est une amie, qu'on s'côtoye depuis peu, alors j'peux pas tout savoir. » dit-il en regardant la brune d'un regard désolé pour le déroulement entier de ce repas.

Les questions fusèrent dans tous les sens, à l'exception de Hernando qui restait bien silencieux et se faisait tout petit. Il s'agissait de question sur ces goûts, ce qu'elle aimait faire de son temps libre, sur son travail, son parcours et la question qui brûla tant les lèvres de sa mère finit par être posée par cette dernière. « Je suis désolée d'avance pour ma question, mon fils m'a dit d'éviter le sujet, mais comme vous restez très évasive sur ça, je me questionne – elle regarda tour à tour l'avocate et le tatoué avec un regard de chien battu, tandis que Hernando agita sa tête de gauche à droite pour lui dire non – vous ne nous avez pas encore parlé de votre famille, alors je me demandais s'il y avait un froid avec elle. Si vous ne préférez pas aborder le sujet, je comprendrais, ne vous en faîtes pas. »

L'plus simple reste qu'j'saute par la fenêtre, pas un pour rattraper l'autre dans cette famille. constata avec déception l'aîné. « Elle en a pas mama » répondit Rafael. Les yeux sortants de leurs orbites, Hernando regarda ce dernier, puis Juan. « Qui d'vous deux à poser la question ? J'parie qu'c'est toi Raf. » dit-il en soupirant sans avoir réellement envie de connaître la réponse. Il n'arriverait jamais à se faire pardonner par la jeune femme et s'en voudrait toute sa vie de lui avoir forcé la main pour qu'elle accepte son invitation. Autant tenté une première approche et se confondre en excuse. Il tourna la tête vers la jolie brune et effleura la main de cette dernière « Je m'excuse pour tout. Si t'as envie qu'on parte, tu m'le dis, j't'en voudrais pas. » Il ne savait définitivement plus où se mettre.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 348
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Sam 24 Sep 2016 - 1:46

A table, Reese s'était concentrée au mieux pour suivre toutes les discussions qu'il pouvait y avoir. La famille Alvarez n'avait pas très envie de l'aider sur le coup, et même froncer les sourcils très forts ne suffisaient plus. Il n'y avait bien que Juan qui de temps en temps lui fournissait quelques mots de vocabulaire pour l'aider à comprendre le plus gros, alors que l'aîné et la mère discutaient ensemble. Jusqu'à ce que la conversation ne lui revienne entre les mains et que Maria ne lui pose la question avec une franchise déconcertante. Mais appréciable ! Elle resta muette un moment, les billes ronds, alors que Rafael baissait les yeux vers son assiette, Juan évitait son regard, et que le benjamin ne se décide à avouer sa faute de lui-même.

Reese en fut surprise. Elle se doutait que Hernando avait du leur remonter très haut les bretelles avant son arrivée. Elle se doutait aussi qu'il s'inquiétait de savoir comment elle vivait sa propre situation. Il avait vu qu'elle était seule, que jamais elle n'avait fait mention d'une famille dans leurs conversations pour l'instant. Alors... Oui, en froid, c'était peut-être l'expression qui pouvait convenir. Sa famille était plutôt en froid avec son existence. Pensive, elle fut tirée de ses songes quand Hernando réagit au quart de tour, dépité. Il se tourna finalement vers elle en lui disant que si elle voulait partir, alors il n'y avait pas de problèmes pour ça.

« Non ça va, y'a pas de mal ! » Coupa-t-elle en retirant sa main sous la surprise, venant la passer dans ses cheveux. Ouh. Mauvais geste. Elle ne l'avait pas voulu, mais c'était un réflexe quand certains sujets venaient dans une conversation. Jusqu'ici, elle n'avait jamais eu à en parler à des gens qu'elle ne connaissait pas, pour la raison la plus bateau du monde : elle n'avait jamais été présenté à la famille de quiconque dans sa vie. Replaçant sa main près de celle d'Hernando, elle mit les choses au clair avec lui, le regardant dans les yeux : « C'est parce que tu voulais pas me brusquer, ou je sais pas quoi, que tu ne m'as pas demandé ? » Elle s'interrompit en cherchant son regard. « Je suis pas en sucre, tu sais ? Je fonds pas sous la pluie et y'a pas de tabou... »

Elle revint vers Maria, avant de réaliser qu'il lui manquait trop de mots pour pouvoir en parler. « Il faudra que tu traduises pour moi, je n'y arriverais pas, là. » fit-elle à Hernando avant que le cadet ne bondisse sur l'occasion pour être sympa. « J'm'en charge ! » Assura Juan avec un sourire. Alors... Il n'y avait plus qu'à !

« J'ai été abandonné à la naissance par ma mère. Elle était apparemment mineure quand elle m'a eu, donc je suis née sous X et- » et Juan lui fit un signe de la main pour qu'elle s'arrête. Maria hochait la tête en écoutant son plus jeune fils, mais il revint rapidement vers elle, sa fourchette toujours en main en lui demandant : « Euh... Comment on peut dire sous X ? » La brune pinça les lèvres. Est-ce qu'il y avait une expression pour ça en espagnol ? Pas sûre. Une autre tournure suffirait probablement : « Dis que je peux pas connaître l'identité de ma mère légalement parlant ! » Le garçon hocha la tête alors qu'elle reprit son explication : « Et j'ai grandi dans des foyers jusqu'à ma majorité, donc je n'ai pas de familles à proprement parlé. » AMBIANCE. Avec ça, Hernando devait avoir des envies de se noyer dans son verre. « J'ai juste quinze sœurs et dix-huit frères adoptifs, comme je t'ai dit la dernière fois ! » Répondit-elle légèrement en se tournant vers le latino avec un sourire serein.

« Et c'était bien ? Enfin... » Juan s'interrompit en essayant de trouver ses mots. Rafael pouffa en mangeant une bouchée de son assiette. « Je voulais pas dire ça comme ça... » S'excusa-t-il en se tournant vers son grand frère, un peu penaud. Reese eut un petit rire attendri, « bien », ce n'était pas ce qu'elle avait envie de dire pour qualifier sa vie. Ce n'était pas « si pire », en réalité. Elle au moins n'avait pas eu le chagrin de connaître des gens qu'elle aurait aimé comme sa famille pour devoir s'en séparer pour des tas de raisons. Quand elle songeait à la vie qu'avait eu les frères Good, elle s'estimait chanceuse. Elle n'avait pas eu à planquer son petit frère dans un placard en attendant que papa arrête de massacrer maman avant de pouvoir appeler la police. « La cuisine était juste infecte et c'est comme si tu partais en colonies de vacances ou en voyage scolaire mais toute l'année, donc je sais pas, c'était comme ça, c'est tout. »

Juan avait l'air de boire ses paroles, fasciné. Et de son côté, Maria n'avait pas l'air de la juger, ou de mal le vivre. Elle ne s'excusa pas plus pour ses paroles, parce que Reese avait certifié qu'il n'y avait pas de mal à se poser des questions. Est-ce que c'était douloureux d'être différent ? Parfois. Mais on s'y faisait. Depuis le temps, Reese avait compris que la souffrance était un choix, pas une obligation. Et si parfois elle l'oubliait dans ses moments de déprime, elle n'avait pas le temps de se laisser aller. Dans tous les cas, Maria la remercia pour sa sincérité. Et Reese comprit que c'était de sa mère que Hernando tenait ce trait de caractère.

Et maintenant que le tabou était levé, le reste du repas se passa parfaitement bien. Il n'y plus d'encombre du tout, plus rien. La brune apprécia ce qu'elle avait en bouche en s'extasiant de ça à chaque fois. Silencieusement, jusqu'à ne plus pouvoir contenir le murmure qu'elle souffla à Hernando. Un « c'est vraiment délicieux » qui venait droit du cœur. Car Reese adorait manger. Mais plus encore, elle adorait BIEN manger. Même Rafael se prêta un peu au jeu, se mêlant à la discussion, traduisant parfois les mots de Reese à sa mère. Il y eut de l'ambiance, à table. De l'entrée, jusqu'au dessert. Où là, la brune refusa, le ventre trop plein pour la première fois de sa vie, un café poliment, mais en attendant que le repas se termine complètement, elle mit ses mains sous la table et profita de cette cachette là pour aller chercher celle de Hernando à ses côtés. Et... La discussion continua ainsi, sans qu'on ne se doute de rien.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 493
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Sam 24 Sep 2016 - 13:26

Le latino appréhendait la réaction de Reese. S’il avait demandé aux membres de sa famille de tenir leur langue sur le sujet, c’était justement pour éviter d’embarrasser la jeune femme, qu’elle se sente mal ou que de mauvais souvenirs refassent surface. Alors, lorsqu’elle annonça qu’il n’y avait pas de souci, un poids s’ôta des épaules de Hernando tout en le surprenant. D’ailleurs, lors de cette annonce, il se redressa, droit comme un i en fixant son amie. « Oui… J’me suis dit qu’t’avais tes raisons d’pas en parler – répondit-il en baissant un court instant la tête – Je sais bien Reese, mais j’préférais que ce soit toi qui parle d’ça plutôt qu’on t’force la main. » précisa-t-il d’un air désolé.

Au final, il s’en voulait d’avoir à ce point pris ça à ce point à cœur, d’autant plus qu’il aurait pu tâter le terrain pour justifier cette crainte qu’il ruminait depuis plusieurs jours. Et là, un début de réponse serait apparu confirmant ou infirmant celle-ci. Il n’allait pas pour autant remercier sa mère ou Rafael d’avoir abordé le sujet, surtout pas, son frère en serait bien trop ravi et, de toute manière, aucun remerciement n’avait lieu d’être.  Pensif, mais attentif, il écouta l’avocate répondre à la question en laissant le soin au cadet de traduire. Hernando était touché par ses explications, pas forcément en elle-même, bien qu’il ressentait un pincement à la poitrine, mais surtout par la façon dont elle racontait tout cela et les conditions dans lesquelles elle se confiait.

Leurs deux premières rencontrent furent catastrophiques, les trois suivantes, et dernières en date, furent à l’inverse fabuleuses, magiques, extraordinaires, uniques, plus intéressantes les unes que les autres. L’intérêt portait par le tatoué était au départ plus une simple curiosité, sentant que les premières fois il n’avait pas eu la chance de voir la jeune femme comme elle était, même si ce qu’il avait vu faisait partie de son caractère, mais il voyait bien qu’il y avait bien plus à découvrir sur elle. Ce qui se confirma et cette attention portée évoluait vers quelque chose de plus affectif, sans s’effacer, mais s’il souhaitait toujours la voir, ce n’était plus pour en apprendre uniquement davantage sur elle. L’envie de passer du temps avec, de rire, de pleurer, de sentir sa peau sous sa main se faisaient de plus en plus présents.

Le repas reprît et il se déroulait à merveille, comme espéré par Hernando. Même en mangeant, il ne pouvait s’empêcher de lancer des regards en direction de la jolie brune, comme pour s’assurer que tout allait bien, qu’elle ne se sentait pas perdue et qu’elle passait un bon moment. Mais aussi parce qu’il aimait la regarder, la voir sourire et observer ses expressions du visage reflétant à merveille ses sentiments et propos. Il était heureux de partager ce moment avec elle, tout comme du fait qu’elle apprécie grandement la cuisine de sa mère « Normal, c’est la meilleure, j’te l’avais dit ! » lui répondit-il en murmurant également.

En sentant la main de Reese prendre la sienne sous la table, un frisson partant du bas du dos jusqu’à la nuque traversa le latino qui se raidit légèrement dû à la surprise. Un petit rictus de bonheur étira ses lèvres et il referma ses doigts sur ceux de la brune, juste avant de poser ses yeux sur elle lui exprimant toute l’affection qu’il avait pour elle. Il repensa alors à novia et le ‘’pas encore’’ de l’avocate, l’pas encore a l'air d'rapidement disparaître… Ça m’va ! se disait-il amusé.

Ils restèrent tous assis autour de la table une bonne heure à encore discuter, même le petit dernier était présent et ne faisait la tête, participant aux échanges. Pour un peu, la scène ressemblait à celle d’un film ou d’un soap opera où une famille avait ce type de relation au quotidien, ce qui n’était pas vraiment les cas chez les Álvarez. Les frères se chamaillaient, souvent pour des broutilles, malgré la présence de leur mère qui n’hésitait pourtant pas à hausser la voix pour les remettre à leurs places afin que tout ceci s’arrête. Dans ces cas-là, un silence pesant régnait. Durant la conversation, Hernando ne lâchait quasiment pas la main de l’avocate, à quelques exceptions près comme pour boire étant donné qu’il était droitier, le fait de le faire de l’autre main aurait peut-être éveillé quelques soupçons, ou alors lorsqu’il illustrait ses propos par des gestes. Mais à chaque fois qu’il avait terminé, il reglissait sa main sous la table pour reprendre celle de Reese.

Penchant la tête vers l’oreille de la brune, il lui murmura ; « On va faire un p’tit tour ? » puis, reprit position la regardant pour connaître sa réponse. Elle répondit positivement. « Bon, nous on va s’balader un peu. » annonça Hernando dans les deux langues en se levant pour aider à débarrasser. Il colla rapidement sa main contre sa jambe alors que ses doigts étaient jusqu’à présent entrelacés dans ceux de la brune. Nan, ils n’ont rien vu ! Et au pire… J’m’en fous. Il prit donc des assiettes, ce qui fit râler Maria qui tentait de les empêcher d’aider. « Mais laissez, laissez, je m’en occupe ! » répéta-t-elle tandis que la table se vidait rapidement. Déposant un baiser sur le front de sa mère, le tatoué la salua, ainsi que ses frères, mais au loin. « T’as rien oublié ? – demanda-t-il à Reese – Au pire, tu connais l’adresse. » ajouta-t-il en souriant.

Les choses ne s’étaient pas déroulées totalement comme prévues, il y avait eu des imprévus, mais un était des plus agréables ; le rapprochement avec l’avocate. Si c’était une chose dont il avait pris conscience et qu’il souhaitait, il ne s’était pas imaginé que cela se produirait aussi rapidement. Ce qui n’était pas pour le déranger, bien au contraire. Refermant la porte derrière, Hernando avait la folle envie de sentir encore ce contact, mais il préférait se retenir. J’vais pas jouer les pots d’colle direct… se disait-il en guise de motivation. Il avait proposé de sortir, mais pour aller où en fait ? Certes, il se plaisait dans le quartier, il avait ses habitudes et était connu, mais niveau tranquillité il y avait mieux. Se retournant vers la jeune femme, il formula à haute voix une idée sous forme de question « Ça t’dit qu’on aille ailleurs que d’traîner dans l’coin ? – Il réalisa à cet instant que la question pouvait avoir un autre sens – Va pas croire qu’jveux pas qu’on nous voit ensemble hein ! C’est juste qu’on pourrait aller ailleurs, être plus tranquilles et posés tu vois. » reprit-il en passant nerveusement sa main dans sa nuque. Même reformulée, la proposition lui paraissait bizarrement tournée. « Et… T’en as pensé quoi d’ce repas ? » lui demanda-t-il légèrement inquiet.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 348
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Sam 24 Sep 2016 - 14:24

« Tu as bien fait d'insister et de me harceler. » Déclara-t-elle quand la porte se referma et qu'il lui posa la question. « Ta famille est chouette, tu as de la chance. » Elle serra son écharpe autour de son cou avant de lui faire un petit sourire en coin. Elle avait passé un bon moment, avec des gens biens. Elle accrochait tout particulièrement avec Maria, sa mère, qui était une personne vraiment sympathique. Elle aurait voulu plus parler avec Rafael, lui permettre de passer un aussi bon moment à lui aussi, mais l'adolescent était compliqué, et elle ne pouvait pas forcer les choses finalement. N'empêche qu'elle se sentit à l'aise, bien accueilli. Pour la première fois de sa vie, on l'avait accepté avec simplicité, sans jugement, on l'avait prise comme elle était. Et elle ne pouvait nier que c'était franchement agréable.

Quand à savoir où se rendre, elle s'interrogea. Ils arrivèrent tous deux en bas de l'immeuble, Reese se stoppa, et réfléchit un instant. Sa voiture, bien que usée, était pas très loin, et si Hernando voulait quitter un peu son quartier pour aller vers d'autres horizons, elle avait vraisemblablement une suggestion. Elle se tourna vers lui et pinça les lèvres. « Tu me fais confiance ? » Demanda-t-elle doucement avant de lui faire une petite moue qui disait qu'il n'avait de toute façon pas le choix parce qu'elle avait une idée en tête. Elle lui demanda de le suivre, et le conduisit jusqu'à la voiture. Là, elle prit le volant, et fit bien des mystères malgré ses questions.

_______________________________


Reese arrêta le moteur en poussant un petit soupir. Elle ouvrit la portière avec le même sourire mutin, lançant à Hernando « tu vois, c'est pas si pire. » avant de rire. Devant eux ? Une fête foraine sur un terrain vague. Pas bien grande, mais de quoi les occuper jusqu'au soir en passant un bon moment. Et puis, ça conclurait à merveille cette journée, songea-t-elle doucement avant de mettre les deux pieds dans la terre sans s'en soucier. Ils s'avancèrent jusqu'à l'entrée, où déjà la musique les mit dans l'ambiance. Il y avait du monde, beaucoup d'enfants, en particulier sur les manèges pour eux. Ceux qu'ils ne feraient pas, à l'évidence. Une bonne odeur de sucre dans l'air et de pomme d'amour, la brune se tourna vers Hernando : « On m'appelle Calamity Reese dans le milieu. »

Elle lui dit ça alors qu'ils s'approchaient d'un stand où d'immenses peluches se trouvaient au-dessus de leurs têtes. Reese aurait bien été incapable d'en remporter une, mais elle n'était pas venue pour ça de toute façon. Attrapant l'un des pistolets à eau, elle fit ce que le tenancier lui dit de faire. Viser le ballon pour le remplir d'eau jusqu'à ce qu'il éclate. Oh, elle s'appliqua avec soin des quinze premières secondes, le temps que Hernando se sente concerné par le problème. Et quand elle en fut sûre, la brune se tourna vers lui, et l'arrosa sans se gêner ! Elle éclata de rire, particulièrement fière de sa bêtise !

Hernando allait râler, et probablement vouloir se venger, mais même si elle se retrouva elle aussi trempée, elle ne lui en laissa pas plus de temps pour se faire. Elle déposa le pistolet à eau après l'avoir mouillé comme il le fallait, avant de faire volte-face et s'enfuir en courant. Et ses pas la menèrent jusqu'au labyrinthe ! Elle pénétra à l'intérieur avec un regard de défi, comme pour lui dire qu'il serait incapable de lui mettre la main dessus. Et elle profita de ses quelques secondes d'avance pour aller se perdre dans le dédale de couloir et de miroir en tout genre. Même pour elle, en retrouver la sortie n'allait pas s'avérer facile, mais c'était un double défi !

Pénétrant dans une allée pleine de miroir déformant, la brune jeta un coup d'oeil en arrière. Elle vit la silhouette de Hernando, et pouf, elle tourna à droite, puis à gauche, au pas de course pour être sûre de le semer. Elle, joueuse ? Plus que ça. Elle aurait eu tort de se priver, de s'empêcher de vivre, alors que pour la première fois depuis longtemps, elle se sentait libre d'être comme elle le souhaitait. Et puis, ça lui permettait aussi d'évacuer le stress de l'après midi. Si ça s'était relativement bien passé, Reese devait admettre que ça avait été une sacrée pression pour elle. Sans doute plus que pour quiconque qui aurait été à sa place. Elle n'avait pas l'habitude des gens. Mais avec Hernando, elle avait l'impression que c'était... Différent.

Ouais. Différent. Pas simple, ni naïf. Différent.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 493
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Sam 24 Sep 2016 - 17:44

Les mots de la jolie brune soulagèrent l'esprit du latino. Il se rendit compte que ce repas aurait pu ressembler davantage à une sorte de test afin d'avoir l'avis de sa famille la concernant, qu'à une simple invitation. Ce qui était pourtant bien le cas. « J'suis vraiment content qu'ça t'aies plu tu sais. » lui répondit-il en un soupire d'apaisement non dissimulé. Mais la précédente question resta sans réponse jusqu'à ce qu'ils se retrouvent au bas de l'immeuble. « Bien sûr qu'j'te fais confiance ! » rétorqua Hernando naturellement, tout en se demandant ce que la brune avait en tête.

Reese l'emmena jusqu'à sa voiture « Allez, dis-moi, on va où ? » seul un sourire lui était offert en guise de réponse. Tout le long du trajet, le jeune tentait d'obtenir quelques indices sur leur destinations « Est-c'que c'est proche d'ici ? Est-c'que c'est un endroit avec des animaux ? Ou alors un endroit où y'a quasiment personne ? » Mais toujours rien, elle gardait le silence. Alors, pour la taquiner un peu, il formulait toujours la même question en pensant à un dessin-animé « On est bientôt arrivé ? » puis, dans la même lignée, il commença à faire des bruits avec sa bouche en s'amusant de la situation.

__________________________________

En arrivant à destination, Hernando baissa la tête afin de mieux voir à travers le pare-brise l'endroit. « Wah... Ca fait une éternité qu'j'suis venu à une fête foraine ! » lui dit-il avec des yeux d'enfants. Il ne parvenait pas à se remémorer la dernière fois qu'il avait pu y mettre les pieds. Certainement quand il était petit, avant ses dix ans certainement. En revanche, il se souvenait parfaitement de l’appréhension ressentie face à un ménage lui paraissant être sans fin et très dangereux ; un grand 8. Il n'avait d'ailleurs pas été autorisé à le faire car trop petit. « J'demande à voir ça alors ! »

Il laissa l'avocate tenter sa chance la première. Tout en l'observant remplir d'eau le ballon, il jeta des coups d’œils sur les peluches présentes en se demandant laquelle pourrait bien plaire à Reese, et si cela ne faisait pas trop cliché non plus. Le problème était qu'en lui en offrant une maintenant, ils devraient la porter durant toute leur présence dans cet endroit, ce qui risquerait d'être énervant et pas pratique à la longue. Il garda l'idée dans un coin de sa tête et aviserait au moment du départ. Elle se débrouillait pas mal et Hernando frémissait d'impatience. Lui aussi avait envie d'essayer.

Secouant énergiquement la tête en fermant les yeux, il venait de se prendre un bon jet d'eau en pleine figure. « Alors, là, tu vas m'le payer – il se retourna pour prendre le jouet, mais la jeune femme se montra maligne en prenant déjà la poudre d'escampette – Eh ! Attends que j't'attrape ! ». Hernando se mit alors à lui courir dégoulinant de ce liquide. Il s’agita tel un canin pour tenter d'enlever au maximum le surplus d'eau, ce qui fut un échec, et reprit sa course. 'tain on dirait qu'j'lui cours après pour la racketter ou pire... se fit-il comme réflexion en s'imaginant la scène d'un point de vue extérieur ; une blanche sprintant dans les allées avec, à ses trousses, un hispanique. Il finit par en rire en se disant que le principal était que eux s'amusaient.

Il entra dans un bâtiment et s'arrêta net en se retrouvant face à un miroir déformant qu'il manqua de peu de heurter. Durant quelques secondes, il en oubliait presque la raison de sa présence, s'amusant à prendre des postures toutes plus étranges les unes que les autres en regardant le résultat. Il éclata de rire « Eh Ree... – commença-t-il à dire en se retournant avant de réaliser son absence – ¡Mierda! Reviens ! » hurla-t-il sans ménagement. Il débuta ses recherches, et aperçut la brune. Ni une, ni deux, il se remit en marche, mais un nouveau miroir se trouvait sur son chemin. Il ne s'agissait que d'un reflet. Il cavala à travers les couloirs de ce labyrinthe en évitant de s'attarder trop longtemps sur ces fameux reflets, même si un le grossissant tel Jabba, le fit marquer une pause distrayante et fascinante. Chercher Reese, on s'en fout d'ça ! se martela-t-il afin de rester concentrer. Il avait beau croire la voir, à chaque fois qu'il se retrouvait à une intersection, elle disparaissait.

Outre le fait de ne pas réussir à la rattraper, il n'arrivait toujours pas à comprendre comment il faisait pour se retrouver à chaque fois au point de départ. Pourtant, il prenait différents chemins, normalement. Il prit la décision d'essayer autre chose ; prendre toujours à droite à chaque fois qu'il en aurait l'occasion, il finirait bien par tomber sur elle. Mais à la quatrième intersection, le latino tomba sur un cul-de-sac. Naturellement, il rebroussa chemin pour retourner, cette fois-ci, volontairement à l'entrée du labyrinthe afin de tenter autre chose. Le seul problème était que cela faisait maintenant sept fois qu'il tournait à gauche sans revenir sur ses pas. Ah Hernando et son sens de l'orientation légendaire... « Raaaaaaah j'me paume bordel ! » hurla-t-il au moment même où il percuta Reese la faisant tomber sur les fesses. Était-ce par coup de chance ou du fait de la jeune femme qui en avait marre de refaire le parcours pour la cinquantième fois ? Quoi qu'il en soit, il se précipita vers elle pour l'aider à se relever.

« Ca va ? Rien d'cassé ? – demanda-t-il inquiet – J'suis vraiment désolé Reese, j'savais plus par où aller et... – il posa ses main autour du visage de la jeune femme, comme pour s'assurer qu'elle aille vraiment bien – Ca va ? » répéta-t-il d'un air plus que navré. Il ne l'avait pas du tout vu arriver et s'en voulait terriblement, mais plus de peur que de mal, elle ne ressentait aucun grosse douleur et n'avait rien de cassé. Se faisant tout petit, il la fixa dans les yeux avec un regard plein de malice. « J'ai raté mon coup, ça fait toujours un KO à zéro. » Il se mit à rire à sa propre connerie, qui l'aidait tout de même à dissiper la peur ressentie juste avant. Sortant de ce labyrinthe, Hernando en profita pour doucement prendre la main de la brune,

Ce simple geste faisait naître en Hernando des sentiments particuliers, des choses presque nouvelles. Ils avaient des vies quasiment diamétralement opposées, même leurs parcours l'étaient, et pourtant depuis qu'elle avait sonné chez les Alvarez pour cette affaire juridique, le jeune homme ressentait ce besoin constant d'être avec elle, de passer du temps ensemble. Elle parvenait à le faire sentir unique, qu'il n'était pas comme tous les autres qu'il fréquentait et cette sensation était incroyablement attrayante. Il se disait être un peu idiot de croire à tout ça, surtout en si peu de temps et de rencontre, mais quelque chose d'imperceptible le poussait à continuer dans ce sens, à ne pas l'abandonner.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 348
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Sam 24 Sep 2016 - 18:33

Au fond, elle aussi s'était perdue. Dans ce dédale de couloirs, elle en avait oublié d'où elle venait, et même si elle s'y retrouvait encore niveau orientation, elle devait bien admettre que ce labyrinthe là n'était pas du tout des plus faciles. Mais ça lui permit de croiser mainte fois son reflet dans le miroir, et de réajuster rapidement sa coiffure, ou son écharpe. Ses longs cheveux bruns recommençaient à boucler, elle eut un petit soupir avant de sourire bêtement. C'était pas bien grave finalement, il n'avait pas fait de remarques là-dessus alors... Alors ça n'avait aucune importance. Elle pouvait entendre Hernando râler après son sens de l'orientation, et elle ne manquait jamais l'occasion pour rire de plus belle en l'écoutant. Le pauvre, elle le faisait, au sens propre comme au figuré, courir pour l'avoir. Même si au figuré, la brune avait tendance à se montrer réceptive. Pas forcément encourageante, mais n'était-ce pas un moyen de s'assurer qu'il en avait vraiment envie ? Elle n'avait de toute façon pas ce genre de volonté là. S'en sortir dans la vie était une chose dans laquelle elle excellait car elle faisait des tas de sacrifices.

Mais les relations humaines, c'était une autre paire de manches à laquelle elle n'était pas sûre de pouvoir faire face. Sa témérité l'avait emmené au devant de Moxley, durant plusieurs années, elle avait eu la tendresse et la patience de le côtoyer. Aujourd'hui, elle se retrouvait seule pour se tourner vers un autre homme. Différent de Moxley, certes. Loin des gens qu'elle avait pu fréquenter malgré sa solitude. Mais comme la remarque qu'elle s'était faite la dernière fois : un mauvais garçon. Quelqu'un qui pourrait lui faire du mal, même s'il n'en avait nullement l'intention. Hernando ressemblait à sa prochaine erreur, à celle qu'elle regretterait de longues années, comme on en entendait si souvent parler dans les livres ou dans les films. Une erreur qui peut durer une vie. Tentant de regagner la sortie, à moitié absorbée par ses pensées, la brune se retrouva plus rapidement sur les fesses que prévues.

Choquée, elle releva le nez vers Hernando qui l'avait finalement retrouvé. Elle eut un petit sourire amusé. « Non, ça va, t'en fais pas... » Réussit-elle à dire alors qu'il s'inquiétait vraiment pour elle. Paumé, lui aussi. Perdu dans ce labyrinthe, et ailleurs sans doute. Regarde-toi, tu ressembles vraiment à ma prochaine bêtise, se dit-elle. Une bêtise à laquelle une enfant de sa trempe ne résistaient pas. Elle rigola à sa blague, s'aidant de lui pour se remettre debout et lança : « Si tu veux je t'apprendrais à mettre quelqu'un KO. Je suis une experte dans ce domaine. » Ils sortirent ensemble, il lui attrapa la main, et la brune sentit son cœur rater un battement. Elle ne s'en défit pas pour autant, prenant une inspiration silencieuse pour tenter de garder ses moyens.

Elle y serra finalement ses doigts, alors qu'ils avançaient. A quelques mètres, Hernando releva les yeux vers une sorte de grand 8, sans oser demander. Il avait l'air... De vivre ça comme un défi ? « Tu veux l'essayer ? » Oh elle n'avait pas besoin de la réponse pour savoir ce qu'il voulait. Il n'avait suffit que d'un regard et un pas en avant pour qu'ils s'avancent tous les deux prendre leur place pour l'attraction. Et en un rien de temps, ils se retrouvèrent assis sur des sièges durs, fermement attachés et Reese à se demander ce qui avait bien pu lui prendre de jouer la maline ! « Ok. Je regrette de t'avoir proposé. Tu penses qu'on peut descendre ? »

A peine lança-t-elle ça que le manège se mit en marche et qu'elle ravala ses paroles. Et elle ne vit pas le temps passer. Tout ce dont elle se souvint sur l'instant fut l'arrêt de la machine à la fin du manège et de sentir soudainement ses jambes faites de mousse. Impressionnant ? C'était peu dire ! Son corps était sans dessus-dessous, et elle tituba faiblement en descendant de l'attraction, s'aidant de Hernando pour marcher à peu près droit. Elle n'était peut-être pas faite pour ce genre de choses, mais pouvait-elle cacher s'être amusé ? Non. « Ne me lâche pas, hein ! » Fit-elle avec de gros yeux alors que l'adrénaline redescendait à peine dans son petit corps. Ils se posèrent sur un banc libre, juste à côté d'un vendeur de barbe à papa. L'odeur fut alléchante, mais Reese ne la remarqua qu'au bout de quelques minutes.

« Une chose est sûre désormais : j'ai bel et bien le vertige ! » Fit-elle avec une pointe d'humour, alors qu'elle était dans les faits tout à fait sérieuse. « Tu choisis le prochain ? Mais de préférence pas un ou mon cœur va se retrouver au niveau de ma gorge s'il te plaît. »



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Aujourd'hui à 16:58

Revenir en haut Aller en bas
 

The Innocent Criminal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

 Sujets similaires

-
» Tout est innocent, jusqu'à ce que l'on décide du contraire {Alexandre}
» Criminal Charges Against the Pope and Vatican
» La bulle du Pape Innocent XII se rapportant à Brasparts
» Le divertissement est peut-être enfantin mais tellement innocent... Beaucoup de gens l'ont oublié.
» Galahad • Je sais pas pourquoi, quand on sors d'un hypermarché par la sortie sans achat, on se dit toujours "garde un air naturel, t'es innocent".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-